Navigation – Plan du site

Ethos de l’État et pathos communicationnel : les campagnes gouvernementales de lutte contre les violences faites aux femmes (Chili, France 2006-2010)

Myriam Hernández Orellana et Stéphanie KUNERT

Résumés

Cet article porte sur les campagnes de communication gouvernementale de lutte contre les violences faites aux femmes au Chili et en France (2006-2010), deux contextes sociopolitiques distincts qui déterminent des conditions d’élaboration et d’énonciation différentes. À travers l’analyse rhétorique et sémiologique de ces discours et images visant à agir sur les attitudes et les comportements, nous proposons de repérer certains traits caractéristiques des campagnes de communication gouvernementale. L'utilisation du langage publicitaire dans ces campagnes permet de recourir à l'hyperréalisme et à la "dramatisation rhétorique" des situations mises en scène. La communication publique compose donc avec les contraintes inhérentes au format publicitaire qu’elle emprunte : la dénonciation des violences envers les femmes passe parfois par la naturalisation des stéréotypes de genre, sauf lorsque l’agentivité des femmes est mise en scène pour développer leur empowerment.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes des Nations Unies les définit (...)
  • 2 Le Sernam (loi n° 19023 du 26/12/1990) est l’organisme public chargé des politiques d’égalité des c (...)
  • 3 La loi sur la Violence intrafamiliale existe depuis le 27/08/1994 (loi n° 19325). Elle a été reform (...)
  • 4 CEDAW (1979) ; Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes (1993) ; Conventio (...)
  • 5 L’Agenda de Genre ne constitue pas une rupture vis-à-vis des politiques des gouvernements précédent (...)

1Cet article propose une réflexion sur la représentation du problème des violences faites aux femmes1 dans les campagnes de communication gouvernementale réalisées par le Service National de la Femme (Servicio Nacional de la Mujer, Sernam2) pendant le gouvernement de Michelle Bachelet au Chili (2006-2010) pour prévenir la violence intrafamiliale (violencia intrafamiliar3) et celles émises dans le cadre du deuxième Plan triennal de lutte contre les violences envers les femmes en France (2008-2010 durant la présidence de Nicolas Sarkozy). Ces campagnes, au croisement des discours institutionnels et publicitaires, sont abordées ici comme des productions symboliques (Adam et Bonhomme, 1997 : 23) de l’action publique. La mise en œuvre de ces campagnes dans deux contextes sociopolitiques différents, qui déterminent leurs conditions d’élaboration et d’énonciation, a motivé cette comparaison. La politique publique et sa dimension communicationnelle s’appuient au Chili comme en France sur des résultats d’enquêtes (Larraín, 1994  in Sernam 2009; Jaspard et al., 2003) et les Conventions internationales4 incitant les États à agir sur la question. Au Chili cependant, la politique publique pour lutter contre ces violences est comprise dans l’Agenda du Genre (Agenda de Género), axe politique transversal visant à lutter contre l’ensemble des discriminations envers les femmes et faisant de l’équité entre les sexes un principe au fondement du modèle de société promu par le gouvernement Bachelet5. En France, durant la période analysée, le deuxième Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes ne relève pas d’un tel axe politique, si bien que le problème des violences est envisagé séparément des autres politiques publiques concernant les femmes. La comparaison Chili-France permet donc d’intégrer comme variable d’analyse le fait que la lutte contre les violences faites aux femmes soit intégrée ou non à une politique publique globale assimilant les violences aux discriminations sexistes – ceci afin de mieux appréhender les représentations des victimes et des agresseurs dans les messages de prévention.

  • 6 « reconnaissant que la violence à l'égard des femmes traduit des rapports de force historiquement i (...)
  • 7 L’agentivité désigne l’exercice du pouvoir d’agir dans un cadre normatif ou coercitif et renvoie au (...)

2On partira ici d’une définition des violences contre les femmes comme phénomène structurel traduisant l’exercice du pouvoir à l’œuvre dans les rapports sociaux de sexe6, dans des contextes multiples impliquant une pluralité d’acteurs. Les victimes, agresseurs, familles, collègues de travail, les associations et l’État se retrouvent ainsi dans cet espace à la fois public et privé qui inclut les violences verbales, symboliques, psychologiques, sexuelles, physiques – y compris les fémicides/féminicides (Hernández Orellana, 2012a). On analysera le traitement de ce problème social complexe dans la communication publique, qui emprunte au discours publicitaire son aspect condensé, sa propension à la stéréotypie et à l’hyper-ritualisation du genre (Goffman, 1977). L’analyse rhétorique et sémiologique permettra de cerner le champ des significations de ces discours et images visant à agir sur les attitudes et les comportements. On constatera d’abord que le cadrage du problème dans ces discours d’État se concentre sur un type de violence spécifique, éludant d’autres dimensions du phénomène global. On verra ensuite comment l’hyperréalisme des situations mises en scène et la dramatisation traduisent un fonctionnement centré sur le pathos (Bonhomme, 2009). Dans un troisième temps, une analyse de l’ethos de l’État comme annonceur dégagera la figure de l’énonciateur tutélaire à l’œuvre dans ces campagnes qui construisent des figures de victimes « exemplaires », en situation de passivité plutôt que d’agentivité7.

2. Un cadrage du problème centré sur les violences physiques au sein du couple

  • 8 Voir le plan triennal français (2008-2010) et l’Agenda de Genre (Sernam, 2007).
  • 9 Dès son origine, cette loi fut critiquée par les féministes autonomes, car le concept de violence i (...)
  • 10 La loi et la plupart des campagnes parlent de « femme » au singulier, ce qui peut s’expliquer par l (...)
  • 11 Le concept de genre est défini ici comme système relationnel de bi-catégorisation hiérarchisant ent (...)

3Au Chili comme en France, on constate que la communication publique met l’accent sur les violences conjugales, malgré les textes officiels affirmant la volonté de l’État de lutter contre toutes les violences envers les femmes8. En France, la décision politique de prioriser ce thème s’explique notamment par les résultats de l’enquête Enveff (2000). La brochure d’information de 2008 pour les professionnels de la santé, de l’aide sociale et les policiers la cite explicitement : « L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France ⦋…⦌ a permis de mesurer la gravité des faits : près d’une femme sur 10 a déclaré avoir été victime de violence conjugale (physique, sexuelle, verbale ou psychologique) ». Au Chili, ce cadrage résulte du fait que les violences envers les femmes relèvent de la loi sur la Violence intrafamiliale9 de 2005 (concernant notamment celles exercées par les (ex) maris, et (ex) concubins). Ainsi, l’Agenda de genre a mis l’accent sur la lutte contre la violence intrafamiliale10 et non sur la violence envers les femmes ou violence de genre11, concepts qui recouvrent différents types de violences (au travail, symboliques, économiques) et différents espaces où elles se produisent.

  • 12 Pour une définition de ce type de violences, voir Jaspard, 2011.
  • 13 Les violences psychologiques au sein du couple concernent 37,2% des Chiliennes (Ministère de l’Inté (...)
  • 14 À l’exception de la campagne chilienne de 2009 et de la vidéo française de 2009.

4Bien que l’expression violences conjugales désigne les violences physiques, sexuelles12 et psychologiques (qui sont prédominantes13), les violences sexuelles sont absentes des campagnes françaises et ne sont traitées que dans l’une des affiches de la campagne 2006 au Chili. Dans les deux cas, l’accent est mis sur les violences physiques14.

5Le tableau ci-après nous montre le rapport entre les supports et les types de violences représentés. En France, les supports où la dimension iconique n’est pas plus importante que la dimension linguistique (c’est le cas des affiches et spots TV) abordent tous les types de violences (le plus souvent au sein du couple – à l’exception des violences sexuelles, comme on l’a vu). On peut supposer que le format publicitaire, « concentré de langage » emphatique à forte intentionnalité communicationnelle (Berthelot-Guiet, 2013) emprunté par les spots TV, encarts presse et affiches gouvernementales, contribue à générer des représentations stéréotypées du phénomène de la violence – ce dont participe la prépondérance du thème des violences physiques, dont la mise en images permet de créer un « choc visuel » (Ollivier-Yaniv, 2009 : 97). Il en va de même pour le format des spots radio, qui emprunte lui aussi au genre publicitaire sa dimension brève et emphatique, et permet d’aborder les violences physiques et psychologiques : la dramatisation rhétorique passe alors par les effets de son, le choix des mots et le ton des voix – nous y reviendrons.

6Représentation des types de violences conjugales par type de support :

Campagne

Type de Support*

Violences Psychologiques

(et verbales)

Violences Physiques

Violences Sexuelles

Violences Physiques + Psychologiques

Toutes les violences

Chili 2006**

Affiches (3)

1/3

1/3

1/3

1/3

-

Spots Radio (3)

1/3

1/3

-

1/3

-

Chili 2007

Affiches (3)

-

3/3

-

-

-

Spots Radio (3)

1/3

2/3

-

-

-

Spot TV (1)

1/1

1/1

-

-

-

Chili 2008

Affiche (1)

-

1/1

-

-

-

Spots Radio (3)

2/3

1/3

-

1/3

-

Spot TV (1)

1/1

1/1

-

1/1

-

France 2008

Annonces presse (4)

-

4/4

-

-

-

Brochures (3)

3/3

3/3

3/3

3/3

3/3

France 2009

Spots TV (2)

2/2

1/2

2/2

Chili 2009***

Affiches (3)

-

-

-

-

-

Spot Radio (1)

-

-

-

-

-

Spot TV (1)

-

-

-

-

-

France 2010

Affiche (1)

1/1

1/1

-

1/1

-

Spot TV (rediffusion du spot de 2009)

1/1

1/1

-

1/1

-

7* Entre parenthèses le nombre total d’affiches/spots de chaque campagne.

8** La campagne chilienne de 2006 ne compte pas de spot TV.

9*** La campagne chilienne de 2009 n’a pas montré de violences explicitement, mais elle promeut l’empowerment des femmes

3. Un pathos fondé sur l’hyperréalisme et la dramatisation

  • 15 Le spot TV français de 2007 (relevant du plan triennal 2004-2007) mettait en scène la tombe d’une f (...)

10Procédé argumentatif fréquent dans la communication gouvernementale, l’utilisation d’un pathos destiné à ébranler le destinataire du message (Bonhomme, 2009) trouve toute sa place dans le discours étatique de lutte contre les violences. La mise en scène des violences physiques, voire de la mort15, a tendance à rendre invisibles les violences psychologiques, lesquelles ne sont cependant pas totalement absentes : dans le cas chilien elles sont traitées principalement par les spots radio (SR), à travers la mise en scène du soupçon : « Je ne veux pas que tu te maquilles comme ça, autant de maquillage… qui veux-tu draguer ? C’est sûr que tu sors avec un autre mec » (SR 2007) ; du dénigrement : « Tu es moche. Tu ne sais rien » (SR 2006) ; d’ordres et de l’imposition de comportements : « Habille-toi décemment. Allez, fais ce que je dis. Vas te changer » (SR 2007) ; du chantage émotionnel : « Si tu me quittes, je te jure que je me tue » (SR 2008) ; de l’autoritarisme : « Attention à ce que tu vas dire. Ici, c’est moi qui commande » (SR 2006) ; et illustrées par des métaphores sonores : le bruit d’une grille se fermant comme celle d’une prison (SR 2006) et des sanglots de femme (SR 2007).

  • 16 À l’exception des affiches de la campagne de 2006.

11Les violences physiques ont été traitées dans tous les supports des campagnes chiliennes de 2006 à 2008 (« Il m’a giflée et m’a balancé des choses. Il m’a poussée et m’a coincée. Il m’a frappée avec son poing. Il a voulu m’étrangler », SR 2006), mais elle est davantage présente dans la dimension iconique des messages (affiches et spots TV) à travers une mise en scène hyperréaliste16 et dramatique.

12L’image 1 ci-après est extraite d’un spot TV chilien de 2007 s’adressant aux témoins de violences. La scène a lieu dans un café : un homme élève la voix sur sa compagne, visiblement effrayée, avant de la tirer brutalement vers la sortie. La réalisation du film au moyen d’une caméra de surveillance confère du réalisme à la scène : le spectateur est mis en position de témoin comme les clients du café qui regardent la scène sans intervenir, comportement social répandu dénoncé par la voix off féminine qui clôt le message : « Parmi les 20 personnes présentes ici, aucune n’a réagi. Imaginez lorsqu’elle est toute seule chez elle ».

Extrait (capture d’écran) campagne 2007 (image 1)

Extrait (capture d’écran) campagne 2007 (image 1)
  • 17 Film de Iciar Bollaín de 2003, son titre original en espagnol est Te doy mis ojos.

13La mise en scène du réel caractérise aussi la campagne 2008 (image 2, page suivante), à travers plusieurs portraits de femmes-victimes de violences physiques, sous-titrés de phrases dites par des hommes-agresseurs après l’épisode de violence : « Lorsque je bois, je perds le contrôle de ma main », « Je n’aime pas que tu sortes », « J’étais jaloux », « Je te promets que je ne le ferai plus jamais ». Ainsi, le Sernam met la femme-victime réceptrice de la campagne en position de spectatrice de la souffrance de la femme-victime à l’image, qui l’interpelle par un regard cherchant l’identification et parlant « de victime à victime ». Ce dédoublement est aussi réalisé dans le spot TV : la femme-victime qui écoute les excuses de son compagnon lors d’un dîner chez eux (dans une scène rappelant le film espagnol Ne dis rien17) est « harcelée » par sa conscience apparaissant sous forme de fantôme portant les traces des violences passées (comme dans le célèbre livre et film Le drôle de Noël de Scrooge), signifiant que le conjoint violent ne changera pas. À l’instar du personnage de Dickens, la femme-conscience cherche à faire changer le comportement de la femme-victime vis-à-vis de son agresseur : c’est à elle et à personne d’autre de changer le rapport de pouvoir dans le couple (Hernández Orellana, 2012 b).

Visuel campagne 2008 (image 2)

Visuel campagne 2008 (image 2)

14Ce cadrage du problème des violences sur la responsabilité personnelle (de la victime en l’occurrence) reflète une tendance transversale observée aussi dans le corpus français, qui insiste sur la responsabilité individuelle vis-à-vis d’un problème social dont on sait qu’il est structurel. Cependant, fait intéressant, la campagne chilienne décrite ci-avant évoque, au-delà de la responsabilité individuelle, le pouvoir d’agir (agency) des victimes, sur lequel nous reviendrons.

15En France, le spot TV de 2009 aborde le thème des violences psychologiques à travers une narration et une esthétique hyperréalistes. La Voix (réalisé par Jacques Audiard) met en scène le quotidien d’une femme qui fait du shopping dans un centre commercial, commande un café, croise des amies dans l’escalator vers le parking… banalité contrebalancée par le sentiment d’angoisse latente créé par les mouvements de caméra (donnant l’impression qu’elle est suivie) et les propos dénigrants de la voix off masculine (« Cette femme, c’est un vrai boudin… Elle fait tout pour se faire draguer, c’est une vraie traînée … Cette femme a des copines, mais elles sont aussi connes qu’elle… »).

16Ici, la dramatisation se joue à travers le crescendo de la tension narrative et l’hyperréalisme de la situation mise en scène, dont on pense qu’elle va aboutir sur une agression dans le parking du centre commercial, mais qui se clôt sur le thème de l’emprise psychologique (avec l’affirmation « Cette femme, c’est la mienne » au moment où la main de l’homme se pose sur sa nuque [image 4]).

  • 18 À l’exception de la campagne de 2008 illustrée de dessins, nous y reviendrons.
  • 19 Cette vidéo est une reprise d'un spot anglo-saxon adapté en français à la télévision.
  • 20 Récit bref donné comme véridique et destiné à convaincre l’auditoire par une leçon salutaire (Brémo (...)

Captures d’écran, vidéo La Voix (France, 2009) (images 3 et 4)

Captures d’écran, vidéo La Voix (France, 2009) (images 3 et 4)
L’hyperréalisme des campagnes françaises est commun aux annonces TV, presse18, et au site Internet (à travers les vidéos de témoignages notamment). Il repose en particulier sur l’usage de la photographie, qui confère aux messages un effet de réel et des marques d’authenticité (Barthes, 1980 : 120). Ainsi, même si l’image photographiée ou filmée est de toute évidence mise en scène, elle fonctionne de manière quasi-testimoniale. Les effets des violences conjugales sur les enfants sont ainsi mis en image de façon littérale dans le spot TV 2009 et l’affiche 2010. Dans la vidéo de 2009 (Tea Party19) deux enfants jouent à la dînette ; le petit garçon insulte la petite fille, puis la frappe. Malgré le morcellement visuel des personnages qui permet de ne pas filmer le visage des enfants acteurs (la caméra cadre seulement les pieds sous la table et les mains sur la table), la scène vise un certain réalisme et agit comme un exemplum20 présentant la fiction publicitaire comme récit authentifiant. De même, l’affiche de 2010 (image 5), malgré la mise en scène flagrante de la photographie et le choix chromatique du noir et blanc qui esthétise l’image et la met à distance, agit telle une hypotypose (« figure de la présence donnant l’impression d’assister à un spectacle frappant qui n’est que rapporté » ⦋Bonhomme, 2005⦌), comme si le spectacle en question était (ou avait été) réel.

Affiche 2010, France (image 5) Visuel affiches et brochure 2008 (France), (image 6). Texte : « Petite vous rêviez d’un prince charmant, pas d’un homme qui vous frappe le soir en rentrant »

Image 20000005000023140000343FB1475672.svm

Image 2000000500002863000033D750F9C175.svm

4.L’ethos de l’État et la construction de victimes « exemplaires »

  • 21 Par exemple dans la rubrique « La loi avance » : http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/​-La-loi-a (...)

17L’ethos (Amossy, 2009 : 60) de l’État dans les campagnes françaises comme chiliennes repose sur une figure tutélaire de l’énonciateur, sans pour autant faire référence aux instruments coercitifs de l’action publique. Les campagnes gouvernementales se positionnent ainsi en complément du dispositif de coercition (Ollivier-Yaniv, 2009 : 97). En effet, malgré le fait que l’Agenda de genre mis en place en 2007 indique que le Sernam doit publiciser les changements apportés par la loi de 2005 (notamment l’inscription du délit de « maltraitances habituelles ») et prévoit diverses mesures (dont la mise en place de centres d’hébergement pour les victimes), les campagnes ne font référence ni aux instruments coercitifs ni au dispositif d’aide aux victimes (hormis le « numéro d’appel pour les familles » dans la campagne de 2007). Dans le corpus français, on note aussi une absence de référence aux instruments coercitifs de l’action publique comme argument, sauf dans le site Internet officiel21 et la brochure de 2008 à destination des auteurs de violences, qui leur rappelle les sanctions légales. Le slogan de la brochure est explicite : « Battre sa femme est un acte puni par la loi. Réagissez ».

18Malgré l’absence de référence aux instruments coercitifs comme levier incitatif (dans le but de dissuader les agresseurs, ou d’encourager les victimes à porter plainte), on constate que les campagnes chiliennes et françaises sont rédigées le plus souvent à l’impératif et donnent littéralement des ordres aux auteurs de violences, mais aussi aux victimes : « Mets-toi à sa place » (Sernam, SR et affiches 2006) ; « Réveille-toi. Fais quelque chose » (Sernam, SR 2007) ; « Ne laissez pas la violence s’installer. Réagissez » (France, 2008) ; « Victimes, témoins réagissez en appelant le 3919 » (France, 2010). L’énonciation à première vue polyphonique (impliquant plusieurs instances d’énonciation telles que la femme-victime, les témoins ou les auteurs des violences) se clôt toujours par une signature du Sernam et du logo du gouvernement chilien, ou français.

19La victime, présentée comme « un patient plus qu’un agent » (Danblon, in Ollivier-Yaniv et Rinn, 2009 : 70), est généralement « exemplaire » aux deux sens du terme : montrée comme particulièrement digne de compassion (de par son comportement irréprochable), elle est la figure centrale de récits paradigmatiques fonctionnant comme « un moule, un étalon à l’aune duquel on pourra lire d’autres histoires semblables » (Danblon, op. cit. : 77). De même que la communication des ONG fait du spectateur un témoin de la souffrance des victimes pour susciter le don, la communication gouvernementale contre les violences conjugales fait du destinataire un témoin de la souffrance des femmes-victimes afin de susciter l’action (appeler le numéro d’aide aux victimes, changer les rapports au sein du couple).

20Ce fonctionnement rhétorique est particulièrement visible dans le spot TV français La Voix (2009) où le spectateur est mis en position de témoin. La femme-victime à l’image est sobrement vêtue, mais son mari la traite de « traînée ». Une femme sortant en minijupe tard le soir ne mériterait pas plus d’être injuriée, mais l’efficacité rhétorique du message tient dans le hiatus entre les insultes du mari et l’attitude réservée de l’épouse. On observe donc une réaffirmation des normes sociales de comportement féminin (« bien se tenir ») à travers ce portrait de victime qui a une fonction d’illustration (même une femme « bien sous tous rapports » peut être victime de violences conjugales). Mais les victimes peuvent-elles s’identifier à une femme « exemplaire » quand on sait le mécanisme de culpabilisation récurrent dont elles font l’objet ?

21Cette culpabilisation des victimes est dénoncée dans la campagne chilienne de 2008, dont le slogan est : « Rien ne justifie la violence contre la femme ». Ici, l’énonciateur est une figure tutélaire, donneuse de conseils formulés à l’impératif. La « voix de l’État » glisse alors du discours d’autorité au discours de sens commun (Ollivier-Yaniv et Rinn, 2009). Pédagogique dans tous les supports, l’État explique aux destinataires (les femmes-victimes) quelles sont les situations de violence (chantage, menace, ordres, isolement…) et leur donne des conseils-injonctions : « ne te retrouve pas seule », « ne te laisse pas séparer de ta famille et tes amis » (SR 2008).

22Nous trouvons des exemples de fonction d’identification questionnable (évoquée plus haut) aussi dans le corpus chilien. Les visuels (3) de la campagne chilienne de 2006 mettent en scène un homme dans la position de femme-victime  (pleurant, protégeant son visage), si bien qu’on en déduit qu’il souffre, qu’il est sur le point d’être agressé ou qu’il craint de l’être. Son regard, dirigé vers le haut ou vers l’objectif, montre qu’il est en position d’infériorité face à son agresseur ou qu’il nous regarde en train de le regarder, induisant qu’il se reconnaît comme victime et demande de l’aide. Cette inversion des rôles (renforcée par le slogan de la campagne « Mets-toi à sa place » et les messages secondaires des trois visuels : « Ressens pour de vrai », « ça fait mal pour de vrai », « protège pour de vrai ») vient réifier le stéréotype des femmes-victimes déjà présent dans la société, voire parodier de façon paradoxale les attitudes et attentes au sujet des femmes-victimes (comme c’était le cas avec le spot La Voix) et des hommes-agresseurs. Cette campagne illustre la proposition d’Erving Goffman (1977) d’inverser le genre des personnages représentés pour dénaturaliser les stéréotypes de genre en publicité. La campagne chilienne procède ainsi d’une sorte de dénaturalisation-réification paradoxale des stéréotypes de genre, car l’inversion ne vise pas à questionner le stéréotype de la femme battue, mais à interpeller les hommes-agresseurs. L’effet parodique de la campagne est par ailleurs renforcé par le choix chromatique du noir et blanc qui dénaturalise et esthétise le sujet photographié. Les femmes-victimes et les hommes-agresseurs semblent donc des objets publicitaires interchangeables appartenant à un univers déréalisé (Soulages, 2002). Cette campagne vise à créer une identification des destinataires masculins aux femmes victimes de violences à travers l’empathie, mais cette identification est-elle possible quand la représentation des acteurs du phénomène passe par la parodie du genre ?

23On constate cependant un renversement total du paradigme de la femme-victime dans l’énonciation de la campagne chilienne de 2009 :

Extrait (capture d’écran) campagne 2009 (image 7). Femme : « Je décide où aller ».

Extrait (capture d’écran) campagne 2009 (image 7). Femme : « Je décide où aller ».

24Différentes femmes s’y expriment de façon affirmative en disant : « j’aime comme je suis,  je vais où je veux, je n’ai pas peur, mes filles grandiront sans crainte, je m’habille comme je veux, mon travail a de la valeur aussi, mon opinion a de l’importance. Parce que j’ai des droits : n’élève jamais la main sur moi ». Ce spot met en scène une double réaffirmation des femmes : envers soi-même (elles se reconnaissent comme sujets de droit) et envers leur interlocuteur implicite (leur compagnon) vis-à-vis duquel elles réaffirment leur autonomie. Cette campagne est la seule où les femme usent de l'impératif pour s'adresser aux hommes (agresseurs). Ainsi, même si c’est le Sernam qui signe les messages, la femme est réellement énonciatrice.

  • 22 Nous comprenons par empoderamiento (empowerment) un processus de changement qui fortifie les capaci (...)

25La mise en scène de l’agentivité des femmes à travers la position d’énonciatrice va de pair avec la dédramatisation des campagnes chiliennes à partir de 2008. En effet, la campagne de 2009 ne nous montre ni violences, ni homme-agresseur, ni femme-victime, mais une figure de femme-autonome (mujer empoderada22 - comme dans la campagne espagnole de 2008, réalisée par le Ministère de l’Égalité). La vidéo met en scène des femmes de différentes classes sociales et âges, pouvant représenter différents types de Chiliennes. Le regard toujours dirigé vers la caméra, elles regardent le spectateur droit dans les yeux, dans une attitude de réaffirmation de soi-même voire de défi, au sein de l’espace du foyer, mais surtout dans l’espace public (la rue, le bureau, les transports en commun) qu’elles s’approprient pour la première fois dans ce type de campagnes.

5. Conclusion : le paradoxe de la stéréotypie du genre dans la lutte contre les violences sexistes

26Afin d’assurer l’impact des messages de sensibilisation, les campagnes analysées font souvent le choix de montrer les violences conjugales en invoquant la figure de la femme battue. Ainsi, seule une partie du problème des violences faites aux femmes est rendue visible, masquant l’ampleur et la complexité du phénomène. De même, le cadrage centré sur la responsabilité individuelle permet d’éviter la question de la responsabilité de l’État dans la persistance du problème de la violence des rapports sociaux de sexe. Bien que ces campagnes reposent sur une conception fonctionnaliste des médias (puisqu’elles visent à changer le comportement des publics), il est difficile de mesurer leur impact au-delà de l’augmentation du nombre d’appels au 3919 (France) et au 149 (Chili), ce qui n’implique pas que les rapports de pouvoir dans les couples ont changé.

  • 23 Cette dernière réflexion est développée dans le travail doctoral en cours de Myriam Hernández Orell (...)

27D’autre part, ces campagnes se font au moyen du langage publicitaire qui, au titre de concentré communicationnel hypertrophique, a une forte propension à la stéréotypie, ce qui en fait une technologie de genre (De Lauretis, 2007 1987) particulièrement normative (Kunert, 2013). La communication publique doit donc composer avec la stéréotypie inhérente au format publicitaire qu’elle emprunte, si bien que la dénonciation des violences passe parfois par la naturalisation des idées reçues sur les femmes et la violence symbolique du stéréotype (Barthes, 1970 : 57), sauf lorsque l’agentivité des femmes est mise en scène de façon positive, développant ainsi le thème de l’empowerment, à l’œuvre dans les campagnes chiliennes à partir de 2008 (mais absent du corpus français). Le changement de paradigme dans la communication chilienne sur le sujet des violences passe ainsi par une inversion des valeurs et attributs associés aux femmes, ce qui induit un changement dans les messages reposant non plus sur des images de victimes impuissantes, mais sur la mise en scène positive d’identités féminines affranchies. On observe là une volonté de l’État de modeler les rapports sociaux de sexe à travers une rhétorique fondée sur la valeur d’agentivité féminine et de l’empowerment, et non plus à travers une rhétorique de la compassion. Ce type de représentations peut-être mis en rapport avec le fait qu’au Chili, la lutte contre les violences au sein du couple durant le gouvernement Bachelet a été incluse dans une politique publique transversale promouvant le concept d’équité entre les sexes. Autrement dit, le cadrage du problème des violences contre les femmes comme phénomène de discrimination sexiste permettrait de faire évoluer la représentation des femmes dans le discours de l’État23.

Haut de page

Bibliographie

ARAUJO, K., GUZMÁN, V., & MAURO, A., 2000, « El surgimiento de la violencia doméstica como problema público y objeto de políticas », Santiago, Revista de la Cepal, n° 70, pp. 133-145.

ADAM, J.-M. & BONHOMME, M., 1997, L'argumentation publicitaire : rhétorique de l'éloge et de la persuasion, Paris, Nathan.

AMOSSY, R., 2000 (rééd. 2009), « L'ethos oratoire ou la mise en scène de l’orateur », in R. AMOSSY (dir.), L'argumentation dans le discours, Paris, Nathan, chap. 2, pp. 60-73.

BARTHES, R., 1970, Mythologies, Paris, Le Seuil.

BARTHES, R., 1980, La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard/Le Seuil.

BERENI, L., CHAUVIN, S., JAUNAIT, A., & REVILLARD, A., 2012, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Ouvertures politiques ».

BERTHELOT-GUIET, K., 2013, Paroles de pub. Fictions et circulations des formes, Paris, Hermès-Lavoisier.

BONHOMME, M., 2005, Le discours métonymique, Berne, Peter Lang.

BONHOMME, M., 2009, « Les avertissements anti-tabac : informer, ébranler, convaincre ? », in C. OLLIVIER-YANIV, M. RINN (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social. Pour une société parfaite ? Grenoble, PUG, pp. 123-138.

BUTLER, J., 2002, La vie psychique du pouvoir, Paris, Éd. Léo Scheer.

FORSTENZER, N., 2011, « L’institutionnalisation de la perspective de genre dans le Chili de la post-dictature : enjeux et acteurs des va-et-vient de politisation-dépolitisation du genre ». Communication écrite présentée dans la session « Quand le genre entre en politique : enjeux et limites du nomadisme de savoirs » au 4ème Congrès International des Associations francophones de Science Politique, « Être gouverné au 21ème siècle », Bruxelles.

FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL, D., & JASPARD, M., 2008, « Représentations de la violence envers les femmes dans le couple : mesures du phénomène – Le cas français », Santé, société et solidarité n° 1.

GOFFMAN, E., 1977, « La ritualisation de la féminité »,  Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 14, Présentation et représentation du corps, pp. 34-50.

HERNÁNDEZ ORELLANA, M., 2012a, « La formule femicidio dans la presse chilienne : un retour aux crimes passionnels ? », in M. DONOT & M. PORDEUS (dir.), Discours politiques en Amérique Latine. Représentations et imaginaires, Paris, L'Harmattan, pp.133-148.

HERNÁNDEZ ORELLANA, M., 2012b, « Las campañas de comunicación contra la violencia intrafamiliar en el Chile de Michelle Bachelet : rupturas y continuidades en la representación de las mujeres (víctimas) ». Communication écrite présentée dans le panel « Contraintes » au 8ème Congrès du GRIMH « Image et Genre, Masculin Féminin », Lyon, Université Lumière Lyon 2.

HOUDEBINE, A.-M., 1994, « Un rêve de Barthes (Panzani revisitée) », Travaux de Linguistique n° 5-6, Université d’Angers, pp. 17-36.

JASPARD, M., BROWN, E., CONDON, S., FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL, D., HOUAL, A., LHOMOND, B., MAILLOCHON, F., SAUREL-CUBIZOLLES, M.-J., & SCHILTZ, M.-A., 2003, Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale, Paris, La Documentation française.

JASPARD, M., 2011 (2005), Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte.

KUNERT, S., Publicité, Genre et Stéréotypes, Lussaud, Coll. L’impensé contemporain, 2013.

LARRAIN, S., 2009 (1994), Violencia puertas adentro. La mujer golpeada, in Sernam. Documento de trabajo n° 121 « Detección y análisis de la violencia intrafamiliar en la Región Metropolitana y en La Araucanía », Santiago.

LAURETIS, T. DE, 2007 (1987), « La technologie du genre », in Théories Queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, pp. 37-94.

LASCOUMES, P., & LE GALÈS, P. (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses Sciences Po.

OLLIVIER-YANIV, C., 2009, « La communication gouvernementale en matière de sécurité : gouvernement de soi et gouvernement du social », in C. Ollivier-Yaniv & M. Rinn (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social. Pour une société parfaite ? Grenoble, PUG, pp. 87-102.

PERELMAN C. & OLBRECHTS-TYTECA, L., 1988, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Presses de l’Université de Bruxelles.

SOULAGES, J.-C., 2002, « Identités discursives et imaginaires figuratifs », in A.-M. HOUDEBINE-GRAVAUD (dir.), L’imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan, pp. 103-110.

Ministerio del Interior. Encuesta nacional de victimización por violencia intrafamiliar y delitos sexuales 2008. Santiago, 29 pages. Disponible sur : <http://estudios.sernam.cl/?m=e&i=151

<http://portal.sernam.cl/>

<http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr

Haut de page

Notes

1 La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes des Nations Unies les définit comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ». Résolution 48/104 de l'Assemblée générale du 20/12/1993 (<http://www.unhchr.ch/huridocda/huridoca.nsf/%28symbol%29/a.res.48.104.fr>).

2 Le Sernam (loi n° 19023 du 26/12/1990) est l’organisme public chargé des politiques d’égalité des chances entre les femmes et les hommes au Chili. (Sernam, Réf. en ligne : <http://portal.sernam.cl/?m=institucion>).

3 La loi sur la Violence intrafamiliale existe depuis le 27/08/1994 (loi n° 19325). Elle a été reformulée le 22/09/2005 (loi n° 20066).

4 CEDAW (1979) ; Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes (1993) ; Convention Interamericaine pour prévenir, sanctionner et éradiquer la violence contre la femme, “Convention de Belem do Para” (1994).

5 L’Agenda de Genre ne constitue pas une rupture vis-à-vis des politiques des gouvernements précédents, mais il penche « la balance un peu plus du côté de l’individuation des femmes que du familialisme » (Forstenzer, 2011 : 9).

6 « reconnaissant que la violence à l'égard des femmes traduit des rapports de force historiquement inégaux entre hommes et femmes, lesquels ont abouti à la domination et à la discrimination exercées par les premiers et freiné la promotion des secondes, et qu’elle compte parmi les principaux mécanismes sociaux auxquels est due la subordination des femmes aux hommes […] », ONU : Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes (op. cit.).

7 L’agentivité désigne l’exercice du pouvoir d’agir dans un cadre normatif ou coercitif et renvoie au concept d’agency (Butler, 2002).

8 Voir le plan triennal français (2008-2010) et l’Agenda de Genre (Sernam, 2007).

9 Dès son origine, cette loi fut critiquée par les féministes autonomes, car le concept de violence intrafamiliale se restreint à la violence contre les femmes au sein de la famille ; il empêche de donner à la femme une visibilité en tant que sujet de droit et ce au bénéfice du collectif de la famille (Araujo et al., 2000).

10 La loi et la plupart des campagnes parlent de « femme » au singulier, ce qui peut s’expliquer par le fait que l’action publique est encadrée par la Convention do Belen do Para et la résolution 54/134 des Nations Unies (17/12/2000) qui déclare le 25 novembre Journée internationale de l’élimination de la violence contre la femme (toutes les deux utilisent le terme au singulier). Cependant, l’Agenda de Genre emploie « femmes », au pluriel. Cela ouvre de nouvelles interrogations sur les transferts des instruments internationaux au Chili et leur application : la dichotomie femme/femmes traduit-elle une indéfinition de la part du gouvernement ou un recadrage de cette thématique ?

11 Le concept de genre est défini ici comme système relationnel de bi-catégorisation hiérarchisant entre les sexes (Bereni et al, 2012).

12 Pour une définition de ce type de violences, voir Jaspard, 2011.

13 Les violences psychologiques au sein du couple concernent 37,2% des Chiliennes (Ministère de l’Intérieur, 2008 : 17) et 23, 5% des Françaises (Jaspard, 2011 : 25).

14 À l’exception de la campagne chilienne de 2009 et de la vidéo française de 2009.

15 Le spot TV français de 2007 (relevant du plan triennal 2004-2007) mettait en scène la tombe d’une femme battue avec le slogan « Parlez-en avant de ne plus pouvoir le faire ».

16 À l’exception des affiches de la campagne de 2006.

17 Film de Iciar Bollaín de 2003, son titre original en espagnol est Te doy mis ojos.

18 À l’exception de la campagne de 2008 illustrée de dessins, nous y reviendrons.

19 Cette vidéo est une reprise d'un spot anglo-saxon adapté en français à la télévision.

20 Récit bref donné comme véridique et destiné à convaincre l’auditoire par une leçon salutaire (Brémont, Le Goff & Schmitt, 1982 : 37-38, cité in Picard, 2009 : 120).

21 Par exemple dans la rubrique « La loi avance » : http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/-La-loi-avance,9-.html

22 Nous comprenons par empoderamiento (empowerment) un processus de changement qui fortifie les capacités, la confiance en soi et le « protagonisme » des femmes, à travers la prise de conscience de leurs droits, capacités et intérêts. Ce processus permet aux femmes de prendre conscience de leur subordination et de la changer. D’après le dictionnaire d’Acción Humanitaria y Cooperación al Desarrollo. Disponible sur <http://www.dicc.hegoa.ehu.es/> consulté le 25/10/2012.

23 Cette dernière réflexion est développée dans le travail doctoral en cours de Myriam Hernández Orellana.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait (capture d’écran) campagne 2007 (image 1)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9678/img-1.png
Fichier image/png, 238k
Titre Visuel campagne 2008 (image 2)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Captures d’écran, vidéo La Voix (France, 2009) (images 3 et 4)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9678/img-3.png
Fichier image/png, 148k
Titre Extrait (capture d’écran) campagne 2009 (image 7). Femme : « Je décide où aller ».
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9678/img-6.png
Fichier image/png, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Hernández Orellana et Stéphanie KUNERT, « Ethos de l’État et pathos communicationnel : les campagnes gouvernementales de lutte contre les violences faites aux femmes (Chili, France 2006-2010) », Semen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://semen.revues.org/9678

Haut de page

Auteurs

Myriam Hernández Orellana

Céditec, EA 3119, UPEC

Stéphanie KUNERT

IFP, Carism, EA 2293, Université Paris II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page