Navigation – Plan du site

Présentation

Semen est une revue de sciences du langage qui propose un espace de réflexion sur le(s) discours, en dialogue avec les sciences humaines et sociales et dans les sciences de l'information-communication.

Dernier numéro en ligne
33 | 2012
Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire

Nous connaissions l’existence de notes manuscrites de Benveniste sur Baudelaire, mais elles sont restées introuvables pendant des années. Grâce à Chloé Laplantine, elles viennent d’être publiées chez l’audacieux éditeur de Limoges Lambert-Lucas.Grâce aux travaux menés à l’ITEM autour d’Irène Fenoglio, nous avions déjà pu pénétrer dans l’atelier de Benveniste.Mais la lecture de ces 370 feuillets-Baudelaire est une expérience beaucoup plus troublante. Le grand linguiste s’y livre à une exploration de la langue des Fleurs du Mal(et plus ponctuellement des Petits poèmes en prose), une langue pour laquelle le lecteur-auditeur « doit s’ajuster », « recréer pour son compte les normes et le “sens” ».Baudelaire implique pour Benveniste une « conversion du point de vue » au même titre que les langues amérindiennes d’Alaska qu’il était allé étudier au début des années 1950.Ce qui frappe d’entrée avec ces manuscrits, c’est le décalage par rapport au structura­lisme ambiant des années 1960. Loin des écrits de Roman Jakobson sur la poésie, de Georges Mounin sur René Char ou de Jean Cohen sur la langue poétique, Benveniste est, dans ces notes,d’une étonnante modernité : avec la langue poétique de Baudelaire, c’est une mise en œuvre de la « translinguistique des textes, des œuvres » qu’il engage, comme il en avait annoncé le programme dans le premier numéro de Semiotica; c’est aussi une réflexion sur la langue émotive, menant ainsi à leur terme les propositions de sa linguistique énonciative.