Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Etienne Brunet, Écrits choisis Volume 1 : Comptes d’auteurs. Études statistiques. De Rabelais à Gracq

Margareta Kastberg Sjöblom
p. 185-189
Référence(s) :

Etienne Brunet, Écrits choisis Volume 1 : Comptes d’auteurs. Études statistiques. De Rabelais à Gracq. Textes édités par Damon Mayaffre, préface Henri Béhar, Champion, Paris, Collection Lettres numériques, 2009

Texte intégral

1Cet ouvrage est le premier tome d’une série qui a pour projet de recueillir les principaux jalons plantés pendant 35 ans par Etienne Brunet dans le développement simultané d’outils de recherche en statistique lexicale et d’analyses littéraires.

2Ce premier volume compte 396 pages et regroupe seize articles auxquels sont associés un DVD. Il paraît chez l’éditeur Honoré Champion dans la collection « Lettres numériques », dirigée par François Rastier et Jean-Marie Viprey. Cet ouvrage s’insère lui-même dans une longue série d’études sur le vocabulaire français et plus précisément sur le vocabulaire littéraire. Le travail d’Etienne Brunet est en effet fondateur dans la discipline qu’on a appelée la statistique lexicale, et dans ses extensions la lexicométrie, la textométrie et la philologie numérique, disciplines qui associent lecture qualitative et lecture quantitative aux méthodes linguistiques et informatiques appliquées aux études de textes.

3L’ouvrage est édité par Damon Mayaffre, (CNRS –BCL, Nice), qui a sélectionné les seize articles parmi l’ensemble de la bibliographie extrêmement large et variée de l’auteur. En annexe, à la fin de l’ouvrage, on trouve une liste qui compte cent seize articles, et qui regroupe la production scientifique de l’auteur de 1974 à 2009 ; elle témoigne du caractère pionnier et primordial de son travail.

4Dans l’avant-propos, l’éditeur présente l’ouvrage comme « tout à la fois le bilan d’une œuvre et un programme de recherche pour une littérature désormais consciente des apports de la philologie numérique et de l’instrumentation informatique dans nos modes d’interrogation des textes ». En effet, la riche variété d’études des textes littéraires s’appuie sur les méthodes statistiques et informatiques offertes par le logiciel Hyperbase, outil lexicométrique précieux, conçu et développé par E. Brunet. Il s’agit globalement de l’application et de l’exploitation des techniques de la statistique lexicale telles que l’étude de fréquences, la richesse du vocabulaire, l’accroissement lexical, les concordances, les cooccurrences, l’extraction des univers thématiques, les spécificités lexicales et les mesures de la distance lexicale.

5L’ouvrage est préfacé par Henri Béhar, fondateur du Centre de recherches Hubert de Phalèse, équipe vouée à promouvoir les études littéraires assistées par ordinateur. Béhar, qui a suivi le travail de l’auteur depuis de nombreuses années, sait bien situer ici, dans son contexte l’apport décisif de Brunet, qui s’étend des tout débuts de l’informatique jusqu’à nos jours, et apprécie l’habileté de l’auteur à concilier l’approche mathématique et littéraire des textes.

6L’ordre des articles du recueil est intéressant mais peut parfois étonner le lecteur : la progression est celle de l’ordre chronologique des corpus traités, c’est-à-dire celle des écrivains étudiés, et non celle de l’évolution du travail et de la production de l’auteur.

7Deux articles travaillent sur la langue littéraire du XVIe ; le premier est intitulé Enquête sur la langue poétique au XVIe, et se penche sur la question du choix lexical des poètes et de l’évolution du langage poétique, en comparant des corpus de poésie des XVIe et du XVIIe siècles extraits de Frantext. L’auteur étudie ici les spécificités du langage poétique en général et plus précisément la production romaine de Du Bellay. L’analyse lexicométrique permet à l’auteur de constater une certaine stabilité naissante de la langue, malgré les difficultés que l’on rencontre dans toute étude de textes de XVIe siècle avec une graphie non encore fixée et de nombreuses imbrications du latin. Le second article s’intéresse plus particulièrement à l’œuvre de Rabelais. Il est intitulé Nouvelles méthodes statistiques. L’exemple de Rabelais. L’auteur décrit les différentes étapes qu’il effectue pour obtenir un corpus de l’œuvre rabelaisienne avec une orthographe normalisée et lemmatisée. L’adaptation du lemmmatiseur Cordial au logiciel Hyperbase permet en effet de soumettre aussi bien les graphies que les lemmes ou les codes grammaticaux à l’analyse statistique, c’est pourquoi l’article nous éclaire aussi bien sur l’écriture de Rabelais que sur les possibilités qu’offre la lemmatisation.

  • 1  p. 201.

8Dans la suite de l’ouvrage, on trouve plusieurs développements consacrés aux littératures du XIXe : dans A la recherche des Illusions perdues, l’auteur propose une analyse pointue du vocabulaire spécifique des Illusions perdues et plus largement d’un vocabulaire reflétant le langage si caractéristique de La comédie humaine et de Balzac. L’auteur se montre également un savant spécialiste de Victor Hugo : dans Le dictionnaire de Hugo a-t-il un bonnet rouge ?, il livre une analyse minutieuse de l’œuvre hugolienne et de son vocabulaire en s’appuyant sur les méthodes quantitatives. De même dans Hugocentric Tendencies or Can One Approach Hugo Counting Words, qui étaie la validité des méthodes lexicométriques dans les études de monographies, et plus généralement l’apport de la philologie numérique dans les études littéraires. Le traitement informatique permet en effet non seulement une analyse de la structure du vocabulaire, mais aussi l’étude de la morphosyntaxe et du contenu lexical. Les articles suivants, Flaubert traité par Hyperbase et On a compté trois millions de mots chez Zola. Et alors ? constituent des études novatrices et fécondes. Dans le premier l’auteur montre, notamment, comment l’outil lexicométrique permet de saisir l’évolution progressive de l’écriture romantique vers le réalisme et le naturalisme, et dans le second il permet de suivre l’évolution structurelle, morphosyntaxique et lexicale tout au long des Rougon-Macquart. Dans Statistiques rimbaldiennes il est question de poésie et du traitement statistique des vers et du rythme. Etienne Brunet éclaire de manière précise et innovante l’étude des textes lyriques. Le neuvième article, Rime et raison, se consacre également à la question du vers, en s’appuyant sur un corpus poétique constitué des poèmes d’Hugo. « La rime est rythme : les pieds, la métrique, la mesure et même le mot quantité, tout le vocabulaire de la versification appartient à l’univers des nombres » écrit Brunet ;1 et son approche originale de l’étude des cooccurrences s’avère ici très efficace dans l’étude des couples qui constituent les rimes. Les études quantitatives des grandes monographies du XIXe se ferment dans ce volume par l’analyse de l’œuvre de Proust dans l’article intitulé Le style de Proust dans La recherche du temps perdu. Etude quantitative. À travers les différentes analyses statistiques qui s’intéressent au vocabulaire aussi bien qu’à la syntaxe et à l’agencement des phrases, l’auteur constate que l’originalité de Proust ne réside pas tant dans le lexique que dans le style et les choix stylistiques.

9Concernant le XXe, Etienne Brunet a consacré beaucoup de temps et d’énergie à la recherche sur l’œuvre de Giraudoux et de nombreuses publications reflètent ce travail. L’article Le traitement des faits linguistiques et stylistiques sur ordinateur. Texte d’application : Giraudoux de 1974 témoigne du caractère fondateur de son travail pour une discipline toute nouvelle et des débuts de l’analyse informatique. Dans Proust et Giraudoux, issu des actes du Colloque du Centenaire de Giraudoux, l’auteur conduit une étude des relations entre les deux auteurs, telle que permise par la statistique. Au-delà des divergences entre les auteurs, Brunet montre ici avec brio que l’opposition entre les genres (ici théâtre et prose) est très souvent prépondérante et s’observe à tous les niveaux de l’écriture : dans la structure, dans le rythme, dans la syntaxe aussi bien que dans le vocabulaire. Julien Gracq et l’auteur sont originaires du même pays angevin. Qui pourrait donc mieux qu’Etienne Brunet comprendre l’œuvre gracquienne ? Son analyse textuelle fine et précise, sa connaissance des origines et de l’imaginaire de l’écrivain, combinées à la précision de l’outil informatique, offrent au lecteur de Rendez-vous manqués. Autour de Julien Gracq une approche unique de l’œuvre.

  • 2  Le dictionnaire issu du Trésor de la Langue Française Informatisée, voir le site : http://atilf.at (...)

10Mais Etienne Brunet s’intéresse aussi et depuis de nombreuses années au projet t. L.F.2 et au développement du corpus Frantext, qui lui offre l’occasion d’études plus transversales. C’est l’exploitation et le traitement des données Frantext par Hyperbase qui permet une étude thématique ciblée sur le monde animal dans la littérature française. En effet, dans Le bestiaire de la littérature française de 1989, l’auteur montre comment le regard « systématisé » de l’ordinateur peut contribuer à l’analyse thématique « traditionnelle », souvent très subjective dans l’étude littéraire. On trouve également une étude sur Le vocabulaire religieux dans trois siècles de littérature française, où Brunet s’intéresse à un thème précis, celui de la religion, tout au long des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, à travers un corpus constitué de genres différents. L’analyse, appuyée par des AFC (analyses factorielles de correspondance), permet ici de dégager clairement la prépondérance générique que l’on observe dans tous les corpus.

11L’ouvrage se clôt par un clin d’œil au préfacier : dans La revue Europe sur DVD. Il faut rendre à Béhar ce qui est à Béhar l’auteur exploite un corpus contenant l’intégralité des numéros d’Europe parus de 1993 à 2000. En effet, avec les possibilités exponentielles liées à l’évolution de l’informatique l’auteur se penche de plus en plus sur le traitement de très grands corpus, lesquels offre d’un point de vue quantitatif de nouvelles perspectives dans l’étude générale de la langue.

12Afin d’offrir la possibilité d’exploiter soi-même ces différents corpus et de mettre en pratique l’analyse de données textuelles assistée par ordinateur, on trouve un DVD contenant le logiciel Hyperbase et de nombreuses bases littéraires généreusement offertes par l’auteur.

13Cet ouvrage reflète parfaitement la complémentarité de l’analyse littéraire et de celle des méthodes quantitatives. Les grandes connaissances et la longue expérience de l’auteur sont ici mises en valeur. Ce volume constitue en outre un excellent guide pour l’interprétation des données statistiques textuelles. La lecture est agréable car l’auteur sait, comme personne d’autre, allier la statistique lexicale, rigoureuse et précise, à une prestation littéraire écrite d’un style bien personnel, que nous apprécions tant.

14Le tome II : Ce qui compte - Méthodes statistiques. Écrits Choisis, édité par Céline Poudat et préfacé par Ludovic Lebart, consacré aux questions statistiques et informatiques pertinentes pour le traitement linguistique de corpus, vient de paraître, tandis que le troisième tome est en cours d’élaboration.

Haut de page

Notes

1  p. 201.

2  Le dictionnaire issu du Trésor de la Langue Française Informatisée, voir le site : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margareta Kastberg Sjöblom, « Etienne Brunet, Écrits choisis Volume 1 : Comptes d’auteurs. Études statistiques. De Rabelais à Gracq », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 23 avril 2014. URL : http://semen.revues.org/9412

Haut de page

Auteur

Margareta Kastberg Sjöblom

Centre Jacques Petit-ATST, Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page