Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Raphaël Micheli, L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français

Jacques Guilhaumou
p. 177-181
Référence(s) :

Raphaël Micheli, L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français. Paris, Cerf, 2010

Texte intégral

1Enseignant-chercheur à l’Université de Lausanne, Raphaël Micheli nous propose, avec le présent ouvrage, l’analyse d’un corpus portant sur les débats relatifs à la peine de mort en 1791, 1848, 1908 et 1981, du point de vue des relations, en discours, entre argumentation et émotion. En tant que linguiste, il situe sa méthode d’approche des textes au carrefour de l’argumentation, de la tradition rhétorique et de l’analyse de discours. Sa proposition de départ est la suivante : au-delà de son efficace propre, l’émotion est un objet pour l’argumentation elle-même, ce qui veut dire que les émotions contiennent une dimension intrinsèquement argumentable.

2Il s’agit alors de développer un modèle d’analyse de la construction des émotions dans le discours argumentatif en montrant comment les locuteurs attribuent, évaluent et s’efforcent de légitimer/délégitimer les émotions. À partir des débats parlementaires sur l’abolition de la peine de mort la question posée est la suivante : quelle rationalité sous-tend les usages du pathos (peur, pitié, indignation, honte) au fil des débats, comment évoluent-ils ? Cet ouvrage répond donc à un double objectif : étayer, à un niveau théorique, l’hypothèse d’une dimension argumentable des émotions et proposer un modèle d’analyse qui permette d’observer cette dimension dans la matérialité des discours. Il y réussit pleinement.

3D’Aristote à Christian Plantin, en passant par les principaux théoriciens contemporains de l’argumentation (Chaïm Perelman, Olbrechts-Tyteca, Jean-Michel Adam, Jean-Baptiste Grize tout particulièrement), il est possible de situer le pathos au-delà d’un simple effet de l’argumentation, de l’appréhender en interne lorsque des locuteurs argumentent en faveur ou non de son usage. En remontant jusqu’à l’histoire gréco-latine de la rhétorique, il apparaît qu’il n’est pas uniquement question de l’impact des émotions sur la cognition, mais que l’on trouve, en particulier chez Aristote, des considérations importantes sur les antécédents cognitifs des émotions. Dans la lignée actuelle d’Aristote, il est toujours question des antécédents cognitifs (John Elster) qui donnent aux émotions une capacité propre à être délibérées (Martha Nussbaum), les rendant ainsi accessibles aux arguments. Il en ressort que la construction argumentative des émotions passe par la représentation discursive d’une situation à laquelle le locuteur associe typiquement le déclenchement d’une émotion particulière, ce qui suppose en garantir la légitimité.

4Il convient également, si l’on veut dégager avec précision la dimension proprement langagière de la modélisation du sens en émotion par « les particularités propres » d’agencements formels, de faire appel à la linguistique textuelle pour rendre compte d’un certain palier de complexité. Ainsi il est utile d’avoir recours à la théorie de la schématisation par Jean-Baptiste Grize et au modèle dialogual de Christian Plantin qui introduisent bien à l’argumentabilité des émotions. Les apports de Jean-Michel Adam, en matière d’analyse textuelle des genres de discours, s’avèrent ici tout aussi importants.

5La démarche du chercheur est donc plus descriptive que normative : il ne s’agit pas de promouvoir un (et un seul) système de normes et d’évaluer positivement ou négativement les augmentations par rapport à ce système, mais bien de décrire comment les locuteurs eux-mêmes construisent et négocient des systèmes de normes d’un débat à l’autre, ce qui revient à tenir compte de la variation générique et historique des contextes de production de leurs discours.

6La première partie de l’ouvrage s’intéresse d’abord à la part théorique de l’argumentabilité des émotions. Il est d’emblée question, avec Aristote, de la tradition rhétorique, et de la manière dont celle-ci a pensé l’impact des passions sur le plan cognitif. Puis l’auteur aborde les théories modernes de l’argumentation, plus spécifiquement du point de vue de la tradition normative. Enfin un certain nombre de catégories descriptives propres aux sciences du langage sont mises en place sous la tripartition « émotion éprouvée/émotion exprimée/émotion visée ». Ainsi se précise un modèle d’analyse de la construction des émotions dans le discours argumentatif sur la base des résultats théoriques précédents.

7Il importe alors d’explorer la composante cognitive des émotions en considérant que l’expérience émotionnelle implique à la fois la visée d’un objet intentionnel et un processus d’évaluation de cet objet. Ici se précise l’importance qu’il faut accorder, dans les émotions, aux croyances et aux jugements que le sujet individuel convoque dans un événement précis. Ce qui revient à affirmer que les émotions dérivent en partie de l’évaluation, par le sujet, d’un événement ou d’une situation à laquelle il se trouve confronté, c’est-à-dire relèvent de croyances et de jugements que le sujet entretient à propos de cet événement ou de cette situation

8L’analyste en vient alors à repérer des énoncés d’émotion là où le locuteur fonde la légitimité ou l’illégitimité de ses dispositions affectives. Ces énoncés sont ainsi considérés comme des énoncés procédant à l’attribution – directe ou indirecte – d’une émotion à un acteur, et de manière axiologique, hiérarchisée donc. Ils renvoient aussi au fait de fonder en raison ce qu’il convient ou ne convient pas d’éprouver. C’est là tout un travail discursif de légitimation/illégitimation qui nous fait passer de l’évaluation cognitive des émotions à leur représentation discursive selon des topos et des topiques. L’accent mis sur la topique permet ici de situer historiquement un topos, en valorisant la construction d’un type de situation, le débat sur la peine de mort, à travers la récurrence de figements thématique, stylistique et compositionnelle.

9La deuxième partie de l’ouvrage en vient à l’étude du pathos dans les quatre débats parlementaires retenus. Nous n’allons pas aborder les quatre débats de manière précise, mais plutôt nous focaliser sur le premier, celui de 1791, dans la mesure où il pose les premiers jalons argumentatifs, tant dans les énoncés que dans la topique, et correspond qui plus est à une période que nous connaissons, la Révolution française.

10Raphaël Micheli part alors des questions suivantes : quelles conséquences le discours prête-t-il à la situation qu’il construit ? Dans quelle mesure le discours présente-t-il des possibilités de contrôle du discours qu’il construit ? La situation est-elle construite dans un rapport d’analogie avec d’autres situations émotionnellement pertinentes ? Quelle conformité de la situation construite par le discours face aux valeurs et aux normes du locuteur et de son groupe de référence ?

11Tout commence par un cadrage autour des équivoques d’une notion centrale du discours révolutionnaire, « Humanité ». Dans son Rapport sur le projet de Code pénal, Le Peletier de Saint-Fargeau parle du « spectacle de l’homme coupable et de l’homme souffrant » et de « la morale et de l’humanité outragées ». Or l’analyse argumentative montre que « l’humanité outragée » n’est pas tant celle des individus qui subissent le châtiment que celle des individus qui assistent au spectacle du châtiment. De fait, la référence aux « principes d’humanité » ne renvoie pas de manière prioritaire à la « douleur » du « coupable » qui peut s’avérer « inutile » dans ses effets de prévention. La notion d’humanité n’est pas cantonnée dans le domaine de la sensibilité, une « loi inhumaine » étant une loi inapte à exercer des effets utiles. C’est pourquoi, face à la scène affligeante d’une humanité outragée, le spectacle de l’exécution est décrit par les orateurs sans mettre prioritairement l’accent sur la pitié, sur le spectacle du condamné comme être souffrant mais plutôt en centrant leurs propos autour du caractère subversif de ses effets sur la sensibilité des spectateurs. Il en ressort une topique de l’exécution avec, en son centre, la figure du spectateur, présentée soit dans un ensemble non spécifié, le peuple, soit dans la bipartition entre le « bon citoyen » et « l’homme pervers ». Le sentiment même de pitié devient ambiguë, la pitié suscitant l’insoumission du spectateur : « Le cœur du spectateur sympathise secrètement avec le supplicié contre vous »). Ici c’est une construction de la peur qui est mise en place par le législateur.

12Robespierre intervient, pour sa part, selon un cadrage argumentatif tout autre, même s’il s’inquiète aussi des effets de l’exécution. Il termine l’exorde de son discours dans les termes suivants : « Un accusé que la société condamne n’est tout au plus pour elle qu’un ennemi vaincu et impuissant, il est devant elle plus faible qu’un enfant devant un homme fait ». La présentation des forces en présence est à ce point déséquilibrée qu’elle tend à faire passer pour gratuit l’usage extrême de la force par la plus forte des deux parties. L’usage de l’analogie est ici centrale : là encore il ne s’agit pas de s’attarder sur les souffrances du coupable, mais d’évaluer la légitimité de l’action qui cause ses souffrances. On voit ainsi comment l’accent mis sur « la ressemblance de rapports » permet de transiter vers un ensemble de jugements et d’émotions propices à une évaluation négative de la peine de mort.

13Reste à apprécier de manière beaucoup plus succincte la dimension argumentative du pathos dans les discours anti-abolitionnistes. Là encore c’est autour de la notion d’ « humanité » que tout se joue, mais saisie ici de façon dissociative. « Les droits de l’humanité » sont scindés en deux pôles : d’une part la simple disposition à s’émouvoir de la souffrance humaine, d’autre part l’exercice de la politique dans l’optique du bien général. Un pôle inférieur et un pôle supérieur donc qui permettent d’allier sensibilité et clairvoyance, et de développer une construction argumentative de la peur par anticipation des effets d’une loi abolitionniste. Et Raphaël Micheli d’en conclure : « À ce titre, l’analyse confirme qu’il existe un lien intime entre le pathos et le logos, et que la construction de l’émotion a partie liée avec l’usage de schèmes de raisonnement : l’appel à la crainte repose sur l’usage de ce que Perelman et Olbrechts-Tyteca appellent l’argument “pragmatique”, qui “permet d’apprécier un acte /…/ en fonction de ses conséquences favorables ou défavorables” (Traité sur l’argumentation, p. 358) ».

14En ce qui concerne les autres débats, et l’articulation au premier débat, nous renvoyons au schéma synoptique des résultats par périodisation des formes du pathos d’un débat à l’autre présenté page 464, et que nous reproduisons ici même. Ce schéma montre bien l’enchevêtrement initial d’une topique d’une émotion, d’abord la peur, à la construction ultérieure d’une argumentation à plusieurs niveaux, sans en dire plus.

15C’est bien la dichotomie pathos-logos qui est remise en cause dans le présent ouvrage : les émotions se déploient sans conteste à partir de manières de juger critiquées, justifiées, réfutées, donc argumentées. Le principal mérite de Raphaël Micheli est de rendre performant un dispositif d’analyse ajusté à l’étude de la construction des émotions dans le discours argumentatif à partir d’un corpus de débats parlementaires relatifs à la peine de mort. Ainsi s’ouvre une nouvelle perspective de recherche en analyse argumentative de discours sur des matériaux historiques, présentement des débats parlementaires fortement marqués par les émotions, tant de la part des orateurs à la barre que des spectateurs dans les tribunes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Raphaël Micheli, L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/9409

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

UMR Triangle, ENS Lyon et Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page