Navigation – Plan du site
Synthèse

Conclusions. De la valeur d’échange à la valeur éthique, en passant par la valeur de survie

Jean-Marie Klinkenberg
p. 161-174

Notes de l’auteur

Note 1 : le présent texte fait usage de l’orthographe rectifiée, recommandée par tous les organes francophones compétents, en ce compris l’Académie française.

Texte intégral

1L’intitulé de ce dossier de Semen, qui, à première vue, a toutes les allures d’un gioco di parole, pose immédiatement deux problèmes.

2Le premier est relatif au mot « valeur ». Et le problème est la polysémie spectaculaire de ce dernier, ou plutôt la multiplicité des référents qu’il est susceptible de désigner.

1. La valeur : échange, mesure, système

3Il est sans doute peu de termes, en effet, qui suscitent un vertige sémantique aussi troublant que « valeur ». Que de champs on peut arpenter grâce aux valeurs ! Il peut s’agir de celles que l’on négocie en bourse, de celles, morales, dans lesquelles communient les groupes humains, ou, au singulier, de celle qui dit la compétence de tel savant, ou encore de celle qui n’attend point le nombre des années pour faire un tueur efficace. Et le vertige s’accroit lorsqu’on fait intervenir les connotations. Le plus souvent positives (sur le plan de la morale, la valeur, c’est le mérite ; sur celui du caractère, c’est la carrure et la trempe), elles se font sévères avec les jugements de valeur.

4Mais le lexicographe bien né ne redoutera pas ce provignement. Son art ne consiste-t-il pas à saisir l’invariant derrière la variation ? Il n’est en tout cas pas trop malaisé de saisir quelques constantes dans tous les usages du terme. La première, et sans doute la plus importante, est qu’il est impossible de fournir de la valeur une autre définition que relationnelle. Si la valeur est ce qui permet d’atteindre à une certaine fin, c’est bien en fonction de cette fin qu’elle se constituera ; si elle est « la qualité de ce qui produit l’effet souhaité », comme le dit subtilement Le Robert, elle se définira toujours en fonction d’un idéaltype de cet effet. La valeur postule donc toujours la notion d’échange, qui est un processus séquentiel (caractère auquel j’aurai à revenir) : c’est la valeur que vous avez maintenant qui vous vaut les marques d’estime que vous recevrez demain ; c’est la valeur du service que vous rendez qui détermine le montant du pot-de-vin que vous toucherez. Rien de surprenant à tout ceci : on aura reconnu au passage la « valeur d’échange » des économistes. Une expression qui serait une pure tautologie si, chez ces derniers, elle ne s’opposait à la valeur d’usage. Tautologie car la valeur s’institue dans une relation symétrique : si la valeur – ou une valeur : cet article indéfini montrera son importance par la suite – de a est m, alors une valeur de m est a. La valeur du pot de vin indique la qualité du service rendu, comme, en droit, c’est le type de peine sanctionnant les actes qui établit la qualification de ces derniers. Et même, quand on y regarde bien, même la distinction des économistes est discutable : la valeur d’usage est elle aussi une sorte d’échange. Car la valeur se consume fatalement dans les usages, comme on va le voir plus loin.

5La seconde constante est que la valeur présente toujours un caractère mesurable : la bourse est là pour établir les échelles présidant à la circulation des valeurs, et il n’est pas de jugement de valeur sans échelle de normes. Cette constante est un corolaire évident de la première : pas d’échange sans instrument de mesure de l’échange. Il y a donc une règle qui fixe les équivalences entre choses, des équivalences qui n’existeraient même pas sans cette règle, puisque les objets échangés sont, par définition, différents l’un de l’autre (sans quoi, il n’y aurait nul besoin d’échange) : le trophée contre l’exploit sportif, la monnaie contre le service, la considération contre le mérite. Dire que la règle rend équivalentes des choses qui ne le sont pas au départ, c’est souligner qu’elle n’a ni fondement naturel ni caractère nécessaire.

6L’altérité des objets saisis par la valeur définit aussi le signe, un des concepts-clés de la sémiotique (la discipline, notons-le en passant, le plus généralement convoquée dans les articles ici rassemblés). On se souviendra que la scholastique définit ce dernier, en une formule célèbre, comme aliquid stat pro aliquo. Formule à quoi on préfèrera la variante aliquid aliud a se repræsentat en ce que cette dernière insiste mieux sur la nécessaire hétérogénéité des deux plans connectés. La formule canonique a en effet le tort de faire l’impasse sur la nécessaire altérité des deux éléments qu’elle implique, mais surtout de laisser dans l’ombre le rôle de l’instance aux yeux de qui le renvoi est pertinent. Car – et ceci va revêtir une certaine importance – ces échelles ne sortent pas de nulle part : un artisan en a soigneusement façonné les échelons et assemblé les montants. Mais critiquée, la formule l’a surtout été pour les relents réalistes qu’implique une conception naïve de la transformation qu’elle semble présupposer : le lien désigné par le verbe (« stat », « suponit », etc.) renvoie en effet, je viens de le rappeler, à la transformation d'un certain type de données en un autre type de données. Et il est bien vrai que le point délicat de la théorie du signe est la modalité de la substitution que la définition engage. J’y ai moi-même débusqué, dans un autre travail, une trace de l'esprit symboliste et modulariste qui règne dans la psychologie computationniste.

7C’est pour tenter d’échapper au réalisme scholastique que, dans la foulée de Saussure (minutieusement commenté ici par Alain Rabatel et surtout Sémir Badir), un Hjelmslev a pu tenter d’éliminer purement et simplement l’idée d’équivalence (qui subsiste spectaculairement chez Peirce, avec les notions de representamen et d’objet) : le signe n’est plus, chez lui, qu’une fonction entre deux fonctifs appartenant à deux plans distincts. Et dans chaque plan, les unités sont définies par les relations qu’elles entretiennent mutuellement. De sorte qu’une commutation d’unités sur un de ces plans est supposée correspondre à une modification des rapports sur l'autre plan.

  • 2  Le rapprochement (mais on aurait aussi pu invoquer la théologie) montre assez que, dans le champ d (...)

8Ainsi, c’est la sémiotique qui prend peut-être le plus de hauteur par rapport au foisonnement des usages du concept de valeur. En les ramenant à leur plus petit commun dénominateur, elle rend compte de la puissance du concept. Par ailleurs, grâce à la notion de fonction, c’est aussi la sémiotique qui, avec l’économie2, est la discipline qui montre le mieux combien la valeur contribue à la construction du système. On peut même aller jusqu’à dire que la valeur est le moteur même du système. Car ce dernier est fait non point d’objets, mais d’échanges. Et ce qui est échangé l’est en raison de sa valeur. Ce qui donne aux valeurs une nature indifférenciée, voire vide.

2. Le caractère indifférencié de la valeur : une perte ?

9La redéfinition hjelmslévienne du signe a certes permis à la description des systèmes sémiotiques, en ce compris ceux de la morale ou de la monnaie, de connaitre des progrès considérables. Mais en faisant de la question du rapport entre les plans une simple question de fonction et en insistant à juste titre sur le fait que ces plans s’interdéfinissent mutuellement, sans qu’il y ait prévalence de l’un sur l’autre, elle a simplement mis entre parenthèses la question du statut de ces plans, sans d’ailleurs rompre aussi totalement qu’on le dit avec la conception substitutive scholastique (car faire de la non-conformité des deux plans la base de leur distinction, et leur donner un statut différencié, c’est implicitement se référer à la fonction de renvoi qu’exprimaient les termes « stat » ou « suponit »). Or il est impossible de ne pas poser tôt ou tard la question du statut des plans. Et mettre entre parenthèses la question de la nature du lien entre les plans ne saurait être qu’une décision méthodologique toute provisoire (l’histoire dira peut-être un jour que cette mise entre parenthèses aura favorisé un dualisme méthodologique, lui-même responsable d’un certain spiritualisme qui a entaché la sémiotique de la seconde moitié du XXe siècle…).

10Car l’altitude que l’on a gagnée par rapport au grouillement référentiel du terme « valeur », et qui est conforme au principe aristotélicien selon lequel il n’est de science que du général, loin de calmer le vertige de l’observateur, le stimule plutôt. En effet, dans les sphères sémiotiques évoquées, l’aspect dynamique de la valeur disparait. On notera notamment que l’échange y est décrit comme une relation symétrique purement statique. Ce qui est perdre de vue que l’échange est une opération nécessairement séquentielle, ainsi que je l’ai souligné : cet aspect narratif de la valeur a le plus souvent été forclos.

11Cette perte n’est pas en soi dommageable. On en trouve de pareilles dans toutes les sciences, chacune constituée d’ensembles d’énoncés : en produisant et en parcourant ceux-ci, on perd fatalement toute appréhension phénoménologique des faits dont elles s’occupent. Et les effets de présence immédiate s’y abolissent. Tout le monde peut voir des pommes tomber, les prendre sur la tête, les ramasser, les croquer. Mais quand un Newton en tire la loi d’attraction des masses, le phénomène de la chute des corps s’éloigne de nous – qu’il s’agisse de ceux des fruits ou de ceux des banquiers à Wall Street. Cet effet de présence, le discours scientifique tente fréquemment de le reconstituer, à travers des manœuvres rhétoriques familières mais qui commencent à peine à être étudiées. L’exemple littéraire, examiné ici par François Provenzano comme nécessaire à l’élaboration d’une des théories du sens les plus abstraites, ou, plus surprenant, celui de l’image artistique surgissant dans le discours de la physique théorique, étudié par Maria Giulia Dondero, sont de bonnes illustrations de ces stratégies.

12Si ce qui est gagné d’un côté est nécessairement perdu de l’autre, la perte n’est donc pas fatale. L’important est de rendre compte de ces gains et de ces pertes, d’expliciter les points de vue stratégiques qui ont présidé à ces choix – comment a été mené le calcul des profits escomptés et des pertes supportables ? –, et surtout de ne pas hypostasier ce point de vue adopté dans la description du système : ne pas confondre cette dernière avec l’ensemble même des valeurs, confusion qui serait un comble chez un sémioticien. On trouve pourtant fréquemment cette confusion chez maints théoriciens, suggérant implicitement qu’il y a dans les variations une certaine téléologie qui les pousserait au système (le système : l’inconscient de la variation ?). Et cette confusion est rendue possible par ce qu’Alain Rabatel appelle la désinscription ou l’effacement énonciatif.

13Ainsi, non seulement l’aperception phénoménologique dont il vient d’être question est un fait dont il importe de rendre compte, mais une description des systèmes doit aussi comporter celle de ses variations internes – auxquelles il faut enfin que j’arrive –, en ce compris sa variation diachronique, autrement dit ses potentialités d’évolution. Et je me permets de recopier ici cette mienne phrase que j’aurais oubliée si Sémir Badir n’en avait fait le point de départ de sa réflexion sur la dialectique de la valeur et de la variation : « Un système, pour rester dynamique, doit en effet toujours comporter un composant évolutif ».

3. La variation : anomie ou point de vue ?

14C’est ce qui nous amène au second problème posé par notre paronomastique intitulé. Quel que soit le sens que l’on donne à « valeur », il semble à première vue difficile de le faire coexister avec celui de « variation ». En témoigne d’ailleurs l’équilibre des articles au sein de ce dossier de Semen : de toute évidence, la majorité des contributions est plus sensible à la valeur qu’à la variation.

15Car si la variation et la variété ont assurément bonne presse aujourd’hui – le slogan « l’unité dans la diversité » est un parangon du politiquement correct (l’union européenne en a même fait sa devise, c’est dire ; et en latin, c’est encore mieux : in varietate concordia) –, leur association à la valeur a quelque chose de déstabilisant. En bourse, la variation des valeurs peut mener à des profits inouïs, mais aussi à la déconfiture ; et en morale, elle aboutit à un relativisme qui est souvent combattu. Les systèmes semblent donc bien ne pouvoir être eux-mêmes que s’ils sont arraché, ne fut-ce que dans l’instant de leur description, à la variation constante. Sinon, ils seraient voués au déséquilibre, et les groupes qui vivent les valeurs à l’anomie.

  • 3  Dans Patrick Tort, Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris, P.U.F., 1996 : 599-600.

16Pourtant, refouler ainsi la variation, c’est de nouveau prendre la description pour l’objet décrit. Si la première se donne légitimement la cohérence pour objectif, elle ne peut pour autant attribuer cet idéal au second. C’est aussi et surtout faire litière de l’expérience première, qui est celle de la diversité. Par définition, l’expérience est locale et singulière. La valeur, et le système qu’elle fonde, se met en place au moment où l’on entend transcender le local et le singulier. Mais c’est bien sur cette diversité que le système prend appui, pour la rendre utilisable par un sujet. Le biologiste Ernst Mayr a l’intelligence de replacer le problème dans le cadre général des activités humaines : « Où que nous portions nos regards dans la nature, partout nous trouvons (…) le divers (…). Comment l’esprit humain pourra-t-il jamais saisir et maitriser cette immense et vertigineuse diversité ? Il recourt pour ce faire au processus de classification, qui consiste à ordonner la diversité des objets et des phénomènes à l’intérieur de groupes ou de classes, les membres de chaque groupe possédant un attribut-clé ou un certain nombre d’attributs en commun »3.

17Il faut donc pointer l’endroit où la valeur s’articule à la variation, ou l’inverse.

18Pour cela, revenons à la place de la valeur dans le système. On aura vu qu’une certaine lecture de son rôle aboutit à lui donner le statut d’une inconnue : dans cette hypothèse, la valeur est indifférente. Et ceci est bien conforme à une certaine doxa saussurienne, rappelée ici par Jean-François Bordron : « il est difficile de ne pas convenir avec Saussure que la valeur n’a guère d’autre définition que négative ». On aura noté la légère réticence qui s’exprime dans l’introduction de cette phrase : « il est difficile de ne pas convenir »…

19Cette réticence s’explique sans aucun doute par deux faits, qui l’un et l’autre rendent du dynamisme au mouvement de fixation de la valeur d’échange.

  • 4  Bien après Witold Dorozewski (« Quelques remarques sur les rapports de la sociologie et de la ling (...)

20Le premier est que cette fixation est un processus qui n’est ni innocent ni naturel. Elle n’est pas due à quelque deus ex semiotica, mais bien au point de vue – ce point de vue sur lequel Alain Rabatel insiste longuement – que des instances particulières ont pris sur le processus d’échange. Bordron le rappelle en invoquant la question de la longueur de la côte bretonne, celle-là même qui avait servi à Benoit Mandelbrot pour élaborer le concept de dimension fractale. Le second fait à invoquer est que si tout échange suppose une mesure, comme je l’ai rappelé, le choix de l’unité et de l’instrument de la mesure n’est pas non plus attribuable à un quelconque deus (ex mathematica cette fois). Ce sont les mêmes instances qui en décident, dans une séquence où il pourrait bien y avoir quelque chose de la négociation. Car tant la fixation de la valeur que l’élection de l’unité et de l’instrument sont inséparables d’une interaction sociale. Ce qui nous ramène aux fondements sociologiques de la pensée de Saussure, fondamentalement durkheimiens : le concept de « langue », qui a inspiré une bonne partie de la sémiotique européenne, postule un accord préalable à toute énonciation et l'existence d'un système extérieur aux consciences individuelles et qui s'imposerait, de manière impérative, aux différents partenaires de l'échange. On note que cette conception sociologique-là n'est pas idéologiquement neutre, et qu’en situant la constitution du système dans un « corps social » nommé sans autre détermination4, elle réintroduit une certaine dose d’idéalisme, voire de spiritualisme, dans le circuit : elle suggère en effet que les partenaires sont interchangeables ; et du coup, elle élimine toute tension entre eux, et ne leur laisse par conséquent aucune perspective de négociation, ni des valeurs ni des instruments. Or c’est dans ces tensions que les valeurs s’instituent, en convergeant ou en se combattant.

21La quasi totalité des articles ici rassemblés s’accordent, implicitement ou explicitement, sur l’obligation dans laquelle on se trouve d’introduire ces instances au cœur du système, au nom du double constat qui vient d’être fait. Ce qui exige de prendre en compte la variation. Car si la fixation de la valeur est un récit, plusieurs actants y interviennent. Et ces instances sont par définition plurielles. Ce n’est donc pas « la » valeur qu’institue le récit mais « une » valeur. Et ce n’était donc pas de vide qu’il fallait parler, ni même d’indifférence, mais d’indéfinition.

22À partir de là, deux pistes s’ouvrent, qu’explorent tous les articles du dossier : soit on tentera de saisir, pour un système donné, le moment exact où s’établit de la valeur d’échange, et celui du choix des mesures : le moment de la génération de la valeur, ou sémiogenèse ; soit on décrira, dans les textes apparemment mis en œuvre grâce à ce système, les mécanismes discursifs par lesquels s’expriment les convergences et les tensions qui animent la négociation des instances. Traquer la genèse de la valeur : telle est la préoccupation convergente des contributions de Jean-François Bordron et de Jacques Fontanille. Je reviendrai à ce thème, en disant cavalièrement comment mes recherches actuelles le traitent. L’autre piste, celle d’une rhétorique de la valeur, est suivie par presque toutes les autres contributions. Commençons dès lors par elle.

4. Première piste : la rhétorique

23La rhétorique a parfois été conçue comme un grand exercice de variation à partir des valeurs et sur elles. Dans la conception ramiste, le système est premier, et c’est à ses frontières, toujours fragiles, que portent les efforts de transformation dont parle Sémir Badir. Mais la rhétorique peut aussi être conçue comme le lieu où les valeurs s’élaborent. Ce point de vue, qui apparaitra à certains comme un renversement copernicien, traverse toutes les contributions ici rassemblées lorsqu’elles traitent de rhétorique. C’était déjà celui qui m’animait lorsque, dans mes Sept leçons de rhétorique et de sémiotique (1996), je rapprochais le discours scientifique et le discours rhétorique et montrais que si le premier radicalisait la démarche cognitive élémentaire, le deuxième la mimait de manière créatrice, dans une démarche structurante que l'on attribue trop souvent en propriété exclusive à la science. Mais Maria Giulia Dondero fait ici un pas supplémentaire, en souhaitant l’avènement d’une rhétorique des pratiques, ou d’une rhétorique du monde de la vie (ce qui était déjà confusément l’objectif séminal du Groupe µ, lorsqu’il envisageait, à la fin des années 60, une « rhétorique générale »).

24Ce cadre général, dans lequel pourra prendre place la « rhétorique procédurale » de I. Bogost, permet de rendre compte de certains de paradoxes du rapport valeur-variation. On constate par exemple que la prise en charge de la variation par la figure est un processus à deux faces : en même temps qu'elle en propose de nouvelles, elle suspend ou détruit des structures sémiotiques socialement établies. Cet aspect des choses mime un mouvement général d'abolition du sens, et suggère que tout système peut à la limite être aboli, et qu'un retour au magma originel et océanique est possible. À se placer sur un plan phénoménologique, on voit ainsi que le rhétorique véhicule avec lui les deux types de passion attachés à ces deux démarches : le plaisir régressif et fusionnel traditionnellement attribué à la poésie, et le plaisir du savoir, traditionnellement attribué aux activités structurantes. Dans ce cadre, la quête des spécificités des rhétoriques sectorielles reste évidemment possible. On verra par exemple que, sur le plan social, le savoir scientifique est partagé, le travail scientifique sur les valeurs s’attribuant une portée universelle. Et que face à lui, le savoir rhétorique se présente par définition comme local et instantané.

25Dans ce processus d’élaboration des valeurs, la notion d’énonciation est capitale, comme le rappellent Maria Giulia Dondero et Alain Rabatel. C’est en effet l’étude des pratiques énonciatives qui met en lumière les stratégies de compétition entre les valeurs instituées et les valeurs en émergence, ou entre les différents étalons de mesure ; c’est elle aussi qui fait voir les ruses menant à un effacement apparent de cette énonciation. Cette prise au sérieux de la praxis devrait en tout cas permettre de ramener en pleine lumière les instances dont les points de vue et l’éthos créent les valeurs d’échange. L’examen auquel François Provenzano soumet quelques stratégies énonciatives de Sémantique structurale (dont la parution fut un éblouissement pour l’étudiant que j’étais) montre bien tout le profit que l’on peut tirer d’une telle démarche.

26J’ai écrit « devrait », car on peut estimer qu’une certaine manière de mener l’étude de la praxis énonciative la laisse encore trop près d’une perspective immanentiste et donc statique, en dépit des indications fournies par Jacques Fontanille dans Pratiques sémiotiques (2008) : si elle se borne à être une quête de l’intersection des voix énonciatives mises en tension ou en compétition par le discours, elle risque de ramener tous les enjeux à l’intérieur de ce discours (comme Ducrot le faisait avec l’ironie, et en général avec l’argumentation, en se refusant d’envisager le locuteur du monde et le savoir de ce dernier sur le monde). On se condamnerait alors à ne pas résoudre vraiment la question du choix des points de vue, et donc à rester dans l’ignorance de la source des valeurs. Il faut donc aussi, comme le préconise François Provenzano, « articuler la matérialité du discours scientifique à la matérialité des situations (…) où il se déploie ».

27Je vais revenir à cette question. Mais on peut, à ce stade, conclure provisoirement que ce dossier de Semen est dans son ensemble un procès discret fait à la manière dont le couple valeur et variation a été conçu jusqu’ici. Il tient que la variation, loin de n’être qu’un tremblé des valeurs ou un degré de liberté que se donne le système, constitue bien une donnée première. Toutes les contributions, et notamment celle de Sémir Badir, convergent ainsi pour montrer que la variation est le fondement des pratiques sémiotiques, et non l’inverse. Certaines des communications ne sont d’ailleurs pas totalement exemptes d’une vibration lyrique : elles font le pari selon lequel il y a quelque part un fonds dans lequel rien n’est statique, et que la sémiose n’est rien d’autre que le mouvement par lequel un ordre émerge (cette idée d’émergence est bien présente dans l’article de Jacques Fontanille), presque fatalement. Laissons pour l’instant de côté la question de l’émergence, trop souvent traitée en termes mystérieux, mais notons pour l’instant que dans la perspective ici défendue, le rapport classique entre pratique sémiotique et pratique rhétorique s’inverse résolument. Cette démonstration est bien administrée dans l’article de Georges Roque : ce dernier nous rappelle que si les théories de l’argumentation ont été longtemps dominées par une représentation fixiste des valeurs, cette espèce d’héliocentrisme est aujourd’hui pris d’assaut par des conceptions variationnistes, faisant dépendre la validité des arguments de variables contextuelles.

5. Deuxième piste : la sémiogenèse

28Ce renversement est en tous points conforme aux enseignements de la sémiotique cognitive : pour elle en effet, produire du sens, c’est gérer la variation, qui est son incontournable donnée de base.

29On a vu que l’expérience empirique première dans toutes les activités humaines est celle de la diversité, une diversité qui doit être maitrisée. Or maitrisée, elle ne peut l’être que par la simplification sémiotisante qu’est la catégorisation (un autre nom, dynamique, celui-là, de la valeur). Sémiotisante puisqu’elle donne du sens à une expérience qui, à l’état brut, en est dépourvue. Simplification car notre finitude nous oblige à rendre fini l’infini de la variation, afin de pouvoir le manipuler. Il s'agit de gérer le flux d'informations qui, sans cela, seraient radicalement neuves à chaque occurrence, puisque chaque qualité perçue, et donc chaque entité, serait unique et ne pourrait être rapportée à aucune autre. On voit ici quelle est la valeur de base, dont découlent les autres : c’est la valeur de survie (autre occurrence du terme, dans la terminologie darwinienne, cette fois). Prix à payer pour simplifier le monde, la valeur est cette grille plaquée par nous sur le monde de l’expérience brute, laquelle est inconnaissable puisque antérieure à tout clivage, à toute différenciation. Comme l’établit aussi l’étude rhétorique, la source de la valeur est donc de nature pragmatique.

30La perspective sémiogénétique, qui ne peut être que matérialiste, permet ainsi non seulement de saisir le moment initial où la valeur s’institue, dans le contact entre les instances et ce qui lui est extérieur (un contact qui est nécessairement celui du corps) mais aussi de comprendre la forme du rapport entre les valeurs. Car la structure sémiotique élémentaire reflète exactement notre activité de perception des données du monde. Ce qu'on pourra résumer dans une formule qui a – mais je subis sans doute la mauvaise influence des responsables du dossier – toutes les allures d’un jeu de langage : le sens procède des sens.

31Pour établir ce parallélisme entre structure cognitives et structures sémiotiques, commençons par souligner qu’une qualité ne peut être identifiée que moyennant une manœuvre de différenciation, rendue possible par la structure dipolaire de tous les capteurs des êtres vivants. L'aspect le plus important dans ce mécanisme de différenciation est le seuillage. On veut dire par là que les variations du stimulus inférieures à une certaine intensité, dite seuil, ne sont pas prises en considération : elles sont toutes lissées, et les qualités qui eussent ainsi été discernables sont ramenées à une seule et même valeur translocale. Par contre, celles qui dépassent ce seuil d'intensité seront réputées constituer une autre valeur. Il faut souligner que ces seuils n'existent pas comme tels dans la nature, mais procèdent de la dialectique entre les stimuli et l'organisme récepteur. Ils sont donc fixés en fonction d’une série de contraintes, mais aussi de facteurs libres, qui sont des intérêts, lesquels peuvent évidemment varier (survie, mais aussi besoins sociaux, etc.). Et l’on ne peut manquer ici de se souvenir de la notion d’Umwelt, développée par Jacob Johann von Uexküll : chaque espèce vivante a une niche écologique, qui est son univers signifiant propre (le ver de terre donne du sens à son environnement, sens qui n'est pas celui que nous donnons au nôtre). Mais si elle subit les déterminations de cet espace, en retour, elle agit aussi sur lui, de sorte que l’Umwelt porte la trace de son action. Cette double influence est bien constitutive d’une série de valeurs, et donc d’une culture, et rend compte du concept d’ajustement, mobilisé par Jacques Fontanille. La fixation de ces seuils n’est donc rien d’autre que la traduction des points de vue dont il a été question plus haut.

32On soulignera énergiquement que ce phénomène de différenciation confirme, en lui donnant un substrat anatomo-physiologique, la définition négative du sens, rappelée par Bordron dans le passage déjà cité. Mais ce dernier fait aussi allusion au sentiment de positivité : « Nous pensons parfois que nos actions peuvent être justifiées sur la base de valeurs auxquelles nous attribuons une certaine positivité, voire une réalité. En même temps, il est difficile de ne pas convenir avec Saussure que la valeur n’a guère d’autre définition que négative ». La négativité serait-elle définitoire de la valeur, et la positivité une simple illusion ? La même perspective cognitive montre qu’il n’en est rien : la valeur a aussi une valeur positive, puisqu’elle tire son origine de mécanismes perceptifs. Elle fait donc plus que coexister avec la négativité : elle en est l’envers, comme une face de papier est le revers d’une autre face. Une positivité qui retrouve donc une place sans qu’il soit besoin pour cela d’invoquer « un référentiel ultime sur lequel se trouveraient miraculeusement indexées toutes les valeurs » : le produit de la dialectique entre les stimuli et la sensorialité considérée a bien un caractère de positivité qui n’a rien à voir avec l’ontologie.

33À condition qu’on l’articule à la variation, la valeur – qui avait déjà une place centrale dans les sciences du langage et du sens – se présente donc bien au total comme un concept unificateur, non seulement pour l’ensemble des sciences humaines, mais aussi pour les sciences du vivant. Elle permet en effet de rendre compte à la fois des systèmes sémiotiques les plus sophistiqués et des phénomènes vitaux dans leur généralité.

34On peut même aller plus loin et démontrer – ce que fait le Groupe µ dans un travail à paraitre – que l’on peut, grâce à elle, homologuer les descriptions physique et sémiotique. Dans le domaine de la vie, et plus particulièrement dans les domaines dits de l’esprit, l’énergie se présente sous forme d’information : l’entropie est une effectuation, et la néguentropie une potentialisation. Si l’on homologue ceci avec la notion d’énergie telle qu’elle est mobilisée en physique, on aboutit à l’affirmation suivante : le sens est du travail potentialisé. La capacité de potentialiser le travail par la sémiose semble apparue avec la vie, et on peut même dire qu’elle est définitoire de cette vie : vivre c’est être à même de potentialiser l’action ; par exemple en faisant des réserves énergétiques, mais aussi et surtout en accumulant des réserves de sens, grâce à la mémoire. Le sens devient alors un travail en puissance, et la mémoire l’instance qui permet de mettre ce travail en réserve.

35Si la genèse du sens est une potentialisation du travail, la catasémiose, ou praxis dérivant de ce sens, est l’effectuation de ce travail. Ce qui me ramène à une de mes propositions de départ : la valeur se consume fatalement dans les usages. La distinction entre potentialisation et consommation se décline évidemment de manière spécifique selon les systèmes considérés : l’explosion d’une bombe consomme l’énergie instantanément, tandis que la mobilisation d’une opposition sémantique n’annihile pas son potentiel… On constate certes dans les systèmes sémiotiques la manifestation de certaines formes de destruction agissant le long de l’axe de la diachronie (on sait par exemple qu’une affirmation mille fois répétée perd de sa force démonstrative). Et c’est d’ailleurs bien cette consommation de potentiel que Peirce avait entrevue en définissant l’interprétant final. Il est évident que l’usage d’une structure syntaxique ou d’un axe sémantique est comme tel impuissant à détruire la valeur qu’il exprime ; mais cet usage produit nécessairement une variation, à même de modifier le système.

6. La valeur comme force

36Que les valeurs – désormais, j’emploierai délibérément le pluriel – ne sont jamais que des stations nécessaires dans ce qui reste nécessairement un flux, qu’elles ne sont donc pas un donné mais le résultat d’un processus : tel est le grand enseignement que l’on tire de ce dossier de Semen. Cédant une dernière fois à la tentation du jeu de mots, je dirais que son apport majeur est de traiter la valeur comme une force et non comme une forme.

37Insistant sur les procédures énonciatives qui, dans un même mouvement, élaborent le système et dissimulent le récit de cette élaboration, le dossier donne aussi à comprendre pourquoi et comment on a pu couper le système de ses déterminations et ainsi le réifier. Certaines des procédures ayant abouti à cette réification sont avouables, les autres non. Les premières sont toutes les déclinaisons des principes qui garantissent la consistance et l’adéquation de la description scientifique (parmi lesquels l’inoxydable rasoir d’Occam). Les secondes, parfois difficiles à démêler des premières, sont des effets de l’idéologie. Cette dernière n'est en effet rien d'autre qu'un système de valeurs et de catégorisations fonctionnelles pour un certain groupe, système que, grâce à sa praxis énonciative, ce groupe impose comme allant de soi à une communauté sémiotique (au sens où Labov parle de communauté linguistique) de plus large extension, en fonction de ses propres intérêts.

38Une sémiotique qui prendrait acte de cette nouvelle donne pourrait s’engager dans un dialogue adulte avec d’autres disciplines, exauçant ainsi et enfin le vœu jusqu’ici assez pieux de Morris. Avec d’autres disciplines, la sociologie en tout premier lieu. (Et on voit d’ailleurs ici Jacques Fontanille s’employer à donner en termes sémiotiques une définition rigoureuse de concepts centraux chez Pierre Bourdieu, comme le sens pratique et l’habitus, ou François Provenzano insister sur le fait qu’il faut corréler des séries de matérialités : celles des configurations discursives et celles des configurations sociales). Avec l’histoire des formes. (Et les articles de Roque et de Dondero contribuent assurément à réévaluer ce que les historiens du visuel peuvent faire avec le concept de figure). Avec l’éthique, comme l’a montré le dossier que la même Maria Giulia Dondero a monté pour la revue Protée (Éthique et sémiotique du sujet, 2008). Avec l’histoire des idées, bien sûr. Mais aussi, comme on vient de le voir, avec les sciences de la vie. Je parle bien de dialogue, et non de prétention totalitaire. Ce numéro de Semen en appelle en effet non à une fusion mais à une convergence de toutes ces préoccupations.

39Le rassemblement de ces articles, dont plusieurs sont les retombées d’un colloque au centre duquel je rougis de m’être trouvé, confirment ainsi un mouvement que je perçois depuis plusieurs années dans les études de sémiotique et de sciences du langage, mouvement encore balbutiant mais impérieux : la quête d’une articulation entre les questions de description et les questions d’éthique et d’aléthique. C’est dans un même mouvement que nos disciplines interrogent et leurs conditions de validité – c’est bien là le service épistémologique minimum qu’on peut exiger d’elles – et leur rôle social et citoyen. Leur rôle formateur aussi. Car, en prenant le chemin sur lequel elles s’engagent, elles permettent à l’enseignant de hisser ceux à qui il s’adresse au dessus du niveau de l’expérience immédiate – individuelle, ondoyante, contingente – pour les rendre sensibles aux grandes règles présidant à ces expériences et à leurs lignes de force. Mais en même temps, elles fournissent les instruments permettant de s’aviser que cette logique – parfois impitoyable, et qui l’est d’autant plus qu’elle se dissimule sous le masque de la nature ou de la raison – et ces invariants ne sont rien d’autre que les résultats de nos prises de position, qui sont elles même la traduction de nos besoins, dont on sait depuis Maslow qu’ils sont multiples mais hiérarchisés. Par quoi l’on retrouve les connotations éthiques qu’éveille l’usage du mot « valeur ».

Haut de page

Notes

2  Le rapprochement (mais on aurait aussi pu invoquer la théologie) montre assez que, dans le champ des sciences, la sémiotique a encore bien du chemin à parcourir pour cesser d’être une discipline purement spéculative.

3  Dans Patrick Tort, Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris, P.U.F., 1996 : 599-600.

4  Bien après Witold Dorozewski (« Quelques remarques sur les rapports de la sociologie et de la linguistique : Durkheim et F. de Saussure, » Journal de psychologie normale et pathologique, 1933, 30 : 82 91), le père de la sociolinguistique devait malicieusement souligner, la paradoxale évacuation du social chez le père de la linguistique générale : « Saussure affirme que la langue représente un fait social, une connaissance impartie à pratiquement tous les membres de la communauté linguistique. Par suite, il suffit pour l’explorer d’interroger le premier locuteur venu, voire soi-même. Au contraire, la parole est ce qui révèle les différences individuelles entre locuteurs, qu’on ne peut étudier que sur le terrain, par une sorte d’enquête sociologique. Ainsi, l’aspect social du langage se laisse étudier dans l’intimité d’un bureau, tandis que son aspect individuel exige une recherche au cœur de la communauté » (William Labov, Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1976 : 361).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg, « Conclusions. De la valeur d’échange à la valeur éthique, en passant par la valeur de survie », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://semen.revues.org/9394

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page