Navigation – Plan du site

La coexistence dans le dissensus

La polémique dans les forums de discussion1
Coexisting in Dissensus. Polemical discourse in talkbacks
Ruth Amossy
p. 25-42

Résumés

À partir de l’exemple de la presse électronique française, cet article suggère de repenser le rapport de la polémique à l’argumentation rhétorique et d’en tirer toutes les conséquences. Il tente de montrer (1) que le discours polémique fait partie intégrante de l’argumentation rhétorique, (2) qu’aux objectifs reconnus de persuasion et de consensus, la gestion polémique du conflit substitue (ou ajoute) une mission alternative, qui problématise les conceptions traditionnelles de l’argumentation : la coexistence dans le dissensus

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Ce travail fait partie d’une recherche globale sur le discours polémique dans la sphère démocrati (...)
  • 2 . J’emploie l’expression « argumentation rhétorique » pour bien marquer que je ne fais pas de diffé (...)

1L’objectif de ce travail sur le discours polémique dans les médias électroniques est double. Il s’agit tout d’abord de confirmer que le discours polémique constitue une modalité argumentative de plein droit (Amossy 2008, 2010). Mais il s’agit aussi, et surtout, de montrer ce qu’implique l’intégration de la polémique dans une théorie de l’argumentation rhétorique2. En effet, les enjeux sont loin d’être anodins. Si la polémique est le plus souvent rejetée hors-champ, c’est parce qu’elle contrarie la vocation qu’on reconnaît ordinairement à l’argumentation d’Aristote à nos jours : la quête d’un accord par le partage de la parole et de la raison.

2Je voudrais arguer ici que si la prise en charge de la polémique par l’argumentation rhétorique n’en ébranle pas les fondements, elle demande néanmoins d’en repenser les finalités et les voies. Elle propose en effet un décentrement considérable en posant que l’obtention d’un consensus n’est pas la seule mission dévolue à l’argumentation. Dans l’espace du débat démocratique, la confrontation violente des positions antagonistes peut autoriser, à défaut d’un accord sur le raisonnable, un partage de la parole susceptible d’assurer une coexistence dans le désaccord. L’argumentation change alors de cap. Elle renonce à son idéal d’entente et de collaboration en cédant aux pressions du terrain qui le rendent impraticable. En même temps, elle remplit une fonction sociale : elle autorise, à travers l’échange verbal, une coexistence dans le dissensus. Dans un espace où la gestion verbale des conflits menace toujours de se muer en violence armée, on admettra que ce but n’est peut-être pas aussi modeste qu’il pourrait le sembler au premier abord.

3C’est à cette entreprise que sont conviés les médias, auxquels on reproche souvent la mise en spectacle de la polémique à des fins de captation (Charaudeau 2005). Car s’il est vrai que la mise à disposition d’un espace communicationnel où le choc des positions antagonistes se donne libre cours risque d’amplifier les conflits, il n’en reste pas moins que les médias sont le lieu par excellence où les désaccords de fond sont gérés dans la sphère publique, pour le meilleur comme pour le pire. Ceci vaut tout particulièrement pour les nouveaux médias dans lesquels les citoyens prennent le relais des journalistes. Aussi la thèse de l’objectif de coexistence autorisé par l’échange polémique doit-elle y trouver un terrain privilégié d’investigation.  

4La première partie de ce travail se concentrera sur la définition de la polémique comme modalité argumentative, et sur les difficultés qu’elle fait encourir aux conceptions entérinées de l’argumentation rhétorique. La deuxième partie se situera dans le champ médiatique pour voir, à partir de l’exemple des forums de discussion en ligne qui accompagnent aujourd’hui tous les grands journaux, comment l’objectif de coexistence peut se substituer à celui d’accord, élargissant les fonctions socio-discursives de l’argumentation et redéfinissant les limites de son champ. Dans le cadre de ce bref article, on ne pourra bien sûr qu’esquisser une proposition qui appelle une élaboration conceptuelle importante fondée sur de nombreuses études de cas.

1. Polémique et argumentation

1.1. Le mode polémique : définitions

5Sans doute n’est-il pas inutile de faire le point sur les définitions de la polémique qui ont cours pour en proposer une conception unifiée.

6(1) Une première caractéristique est l’opposition marquée des discours : la parole polémique « suppose un contre-discours antagoniste [...] lequel vise dès lors une double stratégie : démonstration de la thèse et réfutation-disqualification d’une thèse adverse » (Angenot 1982 : 34).

7(2) Cette opposition de discours prend souvent l’aspect d’une forte polarisation où deux positions s’affirment de façon dichotomique, en s’excluant l’une l’autre : la dichotomisation « radicalise le débat, le rendant difficile – parfois impossible – à résoudre » (Dascal 2008 : 27).

8(3) Dans ces conditions, on a nécessairement affaire à un dialogisme marqué par un usage massif et diversifié du discours rapporté et de la polyphonie, à travers lesquels le discours polémique tente de s’emparer de la parole de l’autre pour mieux l’attaquer.

9(4) On a surtout affaire à un rapport à l’autre fondé sur une tentative de disqualification : « Le discours polémique est un discours disqualifiant, c’est-à-dire qu’il attaque une cible […] et qu’il met au service de cette visée pragmatique dominante – discréditer l’adversaire, et le discours qu’il est censé tenir – tout l’arsenal de ses procédés rhétoriques et argumentatifs » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 12).

10(5) Les actants du débat polémique incluent non seulement un proposant et un opposant (fonctions que peuvent remplir différents acteurs), mais aussi un tiers, face auquel et souvent pour lequel, se joue la confrontation des discours (Plantin 2003 : 383).

11Dans ce cadre, il faut tenir compte des différents cas de figure que le terme de polémique peut recouvrir. Il y a le discours polémique, qui peut attaquer une cible dans une situation de discours monogérée (il n’y a pas de dialogue direct avec l’opposant) ; il en va ainsi d’un article de journal qui attaque une cible sans que celle-ci rétorque, ou d’un post visant un homme politique. Il y a l’échange polémique, qui prend parfois l’allure d’une interaction en face à face, où deux adversaires s’engagent dans un débat enflammé en tentant de l’emporter l’un sur l’autre ; on peut penser au débat télévisé, ou aux lettres numériques. Le discours est ici pleinement dialogal. Enfin, on parle de polémique pour désigner un corpus, à savoir l’ensemble des interventions antagonistes sur une question donnée à un moment donné : la polémique sur l’affaire Bettencourt ou la proposition de loi sur la modification de l’âge légal de la retraite (2010).

12On en arrive ainsi au cœur de la notion de polémique : il s’agit bien d’un mode de gestion des conflits par la polarisation extrême et la confrontation radicale des positions antagonistes. Dans ce sens, on peut poser, avec Dominique Garand, qu’il est fondé sur le conflit plus que sur la violence verbale : « toute parole polémique est issue du conflictuel »   (1998 : 216), « le texte polémique sert […] au traitement langagier du conflictuel brut : il en est la socialisation, la lecture, l’interprétation performative » (ibid : 222). Dans cette perspective, la violence verbale est un attribut fréquent, mais non obligé, de l’échange polémique, alors que la polarisation des positions et leur confrontation brutale sont un mode de gestion du conflit constitutif de la polémique (Amossy 2008).

1.2. Faut-il intégrer le mode polémique dans l’argumentation ?

13La polémique serait donc un mode verbal de gestion des conflits qui met l’accent sur l’antagonisme et l’incommensurabilité des points de vue opposés. Elle exacerbe et radicalise ainsi la confrontation qui se trouve au cœur de l’activité argumentative. Pour autant, l’argumentation (contrairement à la polémique) n’est pas forcément agonale, et la guerre n’est pas le modèle de toute opposition (Plantin 2003 : 383). On peut considérer le discours polémique comme l’une des modalités de l’argumentation, dans une conception modulaire qui définit celle-ci comme un continuum allant de l’inflexion donnée à des façons de voir et de la co-construction des réponses, au choc des thèses antagonistes. Il se situerait à l’un des pôles du continuum, voire à l’extrême limites de ses possibles.

14Semblable intégration n’est cependant pas sans faire problème dans la mesure où elle semble introduire le loup dans la bergerie. Elle désigne en effet comme argumentative une modalité d’échange qui semble contrevenir aux règles d’or de la discipline rhétorique, et en transgresser les frontières. C’est précisément la polarisation des points de vue et le choc des discours opposés dont se soutient le discours polémique qui font problème dans les conceptions standards de l’argumentation rhétorique. Les raisons en sont l’atteinte (1) à l’éthique du rapport à l’autre, (2) à la rationalité et (3) surtout, à l’idéal de consensus censé régir l’argumentation.

15 « L’enjeu de la polémique, aussi symbolique soit-il, écrit Shoshana Felman, est le meurtre de l’adversaire […] tout discours polémique véhicule une sorte de poison rhétorique, dont la visée stratégique est de réduire l’antagoniste : le réduire, justement, au silence » (Felman 979 : 187). Dans le même ordre d’idées, Oléron (1995 : 21) note que « l’argumentation polémique vise un adversaire qu’il s’agit d’abaisser, de diminuer, à la limite d’éjecter en dehors de la compétition », et Declercq (2003 : 18) parle de la « force irrépressible qui pousse à avoir raison de l’autre, à assurer son emprise sur lui, à le soumettre, à l’effacer si nécessaire ». Le refus de l’autre et le discrédit jeté sur sa parole entravent toute possibilité de dialogue. C’est ce qu’argue Foucault (1984) lorsqu’il reproche au polémiqueur de s’accorder une légitimité qu’il dénie à l’autre, et de tenter d’abolir celui-ci en tant qu’interlocuteur dans une démarche où il ne cherche pas à trouver la vérité mais à faire triompher une cause entendue d’avance. La nouvelle rhétorique de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958) qui mise, non sur une quête de la vérité, inaccessible dans les affaires humaines, mais sur une recherche commune du raisonnable, de l’accord qui peut s’établir dans un groupe sur ce qui paraît vraisemblable et acceptable, table également sur un mode de communication rationnelle où l’auditoire joue un rôle central. Il semble que pour gérer la cité, comme pour établir un dialogue philosophique, un partage de la parole où l’autre est reconnu dans sa différence et dans sa liberté soit nécessaire.

16L’essentiel reste ici l’idéal du consensus qui est au cœur de l’entreprise. En effet, même dans les théories qui font une large place à l’émotion (comme celle de Douglas Walton, par exemple), il s’agit de voir comment l’usage de la parole peut mener les hommes à surmonter leurs différends, à négocier leurs différences sans avoir recours à la violence physique. Si la rhétorique est, comme le veut Aristote, la faculté de considérer, pour chaque question, ce qui peut être propre à persuader (1991 : 83), c’est précisément pour amener l’autre à adopter le point de vue proposé à son assentiment sans coercition aucune. Elle suppose un contact des esprits, une écoute mutuelle au sein de laquelle chacun tente d’amener l’autre à ses raisons. C’est le fondement même de la vie en démocratie, dans laquelle des décisions communes doivent être prises et des actions collectives engagées dans le respect de tous les citoyens. Dans cette perspective, le débat est nécessaire pour permettre l’échange des points de vue et l’exercice de la réflexion critique. Il n’est légitimé à verser dans un échange conflictuel visant à discréditer l’autre que si celui-ci apparaît comme une étape obligée dans la voie qui mène au consensus.

17Diverses voix se sont néanmoins fait entendre pour ébranler la mise à l’index du polémique. Sa fréquence dans l’espace public appelle en effet à reconsidérer la fin de non-recevoir dont elle est généralement l’objet dans les études argumentatives. Dascal (1998) suggère que les controverses manifestent un mode particulier de rationalité et de normativité qui ne peut être réduit aux règles d’une logique idéalisée. Garand pense que les polémiques, loin d’être des « menaces au lien social », « créent de la valeur » : « elles permettent à des objets (et à des sujets) d’exister. Leur fonction est éminemment sociale. Le seul fait de polémiquer avec quelqu’un est un signal de reconnaissance » (1998 : 251). Au-delà de la discussion sur le rapport à l’autre et la rationalité de la polémique, c’est cependant sa finalité de persuasion qui doit faire l’objet d’un débat de fond. Parmi ceux (encore très rares) qui l’intègrent dans les études argumentatives, certains insistent sur

la dimension et même les ambitions éminemment persuasives de cette modalité du verbe. Repenser la polémique à partir de la persuasion, c’est postuler d’une part que ce registre discursif s’alimente d’un sens de la victoire et de l’efficacité au nom duquel se déploie le dispositif d’attaque et de contre-attaque, d’autre part que les ressources violentes […] qu’il rend disponibles aux protagonistes sont stratégiquement propres à emporter ou accroître l’adhésion de l’auditoire sur le problème qui fait l’objet du combat (Albert et Nicolas 2010 : 20).

18En d’autres termes, les polémiques sur des problèmes de société sont considérées comme acceptables dans la mesure où elles permettent de déployer les argumentaires des uns et des autres, et de les confronter dans le mouvement qui mène à un accord, au moins partiel, sur la réponse à adopter. Il faut que la démarche permette de dissoudre le dissensus, sous peine de faillir à la mission de la rhétorique argumentative. Tel est le sens de l’agon, confrontation régulée liée à la vie de la cité. En ce sens, la dichotomisation et l’incompréhension des positions de l’autre serait un « simulacre », une surdité calculée – « la vraie surdité ou l’incompréhension radicale non simulée (comme dans le cas du pamphlet par exemple) marqu[a]nt […] l’exclusion de l’interaction non seulement  du champ de la polémique, mais également du champ rhétorique et dialogique ... » (ibid : 34).

19Cette position va expressément à l’encontre de celle de Marc Angenot (2008) qui est, à ma connaissance, le seul à tenter de repenser dans sa radicalité le problème de l’insertion de la polémique dans l’argumentation rhétorique. Partant d’un travail monumental sur les polémiques qui ont marqué le 19e et le 20e siècles, il pose l’existence d’un « dialogue de sourds », et la « divergence des logiques discursives » (2008 : 85) à l’origine d’une interincompréhension insurmontable. Il déduit ainsi de la multiplicité des polémiques inabouties entre familles d’esprits qui ne partagent pas leur manière « de raisonner sur le monde » (ibid : 305), qu’« on n’argumente pas pour persuader » (ibid : 96). Il aboutit dès lors à une remise en question de la définition de base de la rhétorique :

La rhétorique présuppose un axiome qu’elle n’interroge jamais tant il semble aller de soi : axiome qui est que les humains, même s’ils n’y arrivent pas à tout coup, argumentent pour se persuader réciproquement – ou du moins pour persuader les tiers à la cantonade de l’erreur de votre adversaire et de la faiblesse de ses arguments, de la justesse des vôtres. Ce n’est pas être porté au paradoxe que de dire que cet axiome, tel quel, est insoutenable. Il est contredit par toute l’observation » (ibid : 439).

20À la question de savoir pourquoi les humains argumentent, Angenot répond qu’ils le font « pour deux motifs immédiats, logiquement antérieurs à l’espoir, raisonnable, mince ou nul, de persuader leur interlocuteur : ils argumentent pour se justifier, pour se procurer face au monde une justification […] et […] pour se situer par rapport aux raisons des autres […], pour se positionner » (ibid : 441).

21Sans généraliser l’incapacité des échanges polémiques à atteindre la persuasion du Tiers, sinon de l’opposant, je voudrais m’attacher aux dissensus fondés sur ce que Angenot appelle « dialogues de sourds » pour voir dans quelle mesure l’impossibilité de la persuasion les rejette en-dehors du champ de l’argumentation ou oblige, au contraire, à reconceptualiser celle-ci en lui reconnaissant une mission autre que la seule persuasion. En particulier, je voudrais me concentrer sur l’idée de la coexistence dans un même espace social qui, si elle n’est pas un objectif déclaré ni même délibéré, est du moins l’un des effets autorisés par le choc des positions verbales antagonistes.

2. L’exemple des forums de discussion dans la presse en ligne

2.1. Les « flames » dans le cyberespace

  • 3 . Sur la question des “Flames” on consultera mon article à paraître dans les actes du colloque de I (...)

22Je prendrai comme exemple les forums de discussion qui accompagnent aujourd’hui la presse électronique en me concentrant sur le phénomène dénommé « flames », ou manifestations d’hostilité sous forme de remarques incendiaires au sein d’un échange agonique. Plutôt que de prendre les dites « flammes » dans le sens de comportement dénué d’inhibition (comme le fait la psychologie sociale), je les considère comme des interventions discursives dans les débats de société qui font l’ordinaire des forums électroniques3. La violence verbale n’y est pas prise en soi, mais dans la place qu’elle occupe au sein d’une polémique qui revêt les dehors du polylogue, en l’occurrence, d’échanges écrits et asynchrones entre plusieurs participants sur le Net (Marcoccia 2003). Le phénomène des « flames » pose un problème particulièrement délicat puisqu’il permet de repérer, dans une discussion citoyenne que certains ont voulu voir comme un nouvel outil démocratique, les points d’intolérance où la passion se donne libre cours, et où la quête d’un accord le cède au désir de discréditer, sinon de terrasser, l’opposant. Dans quelle mesure la polémique y participe-t-elle de l’objectif de persuasion, quelles démarches alternatives propose-t-elle, en fonction de quels objectifs ?

23C’est ce qu’on va essayer de voir dans des forums de discussion tirés de Libération et du Figaro sur la proposition de loi concernant la réforme de l’âge de départ à la retraite en France. J’examine ici, à titre d’échantillon, les discussions du 24 au 27 juin 2010 qui traitent également des grandes manifestations organisées à l’échelle nationale par les syndicats contre la proposition de loi soumise par le Ministre Eric Woerth. On s’y concentrera sur l’émergence des moments polémiques qui ponctuent le débat.

24Sans adopter la thèse, aujourd’hui fort contestée, que les « flames » sont un phénomène inhérent à la CMO (communication médiatisée par ordinateur), on tentera d’en dégager la spécificité dans le genre du forum de discussion attaché aux articles journalistiques en ligne. Plutôt que de porter un jugement de valeur sur le phénomène, on notera qu’il constitue un élément de routine des conversations numériques. La polémique accompagnée de violence verbale ne déchire pas la trame des échanges, dont il faut souligner qu’ils sont librement consentis par les internautes qui peuvent, en se retirant, sanctionner un dialogue déficient ou transgressif. Bien que les moments polémiques soient des infractions manifestes au code de la politesse, voire de la netétiquette, les participants les acceptent ou tolèrent, fût-ce en les dénonçant, sans pour autant abandonner la partie. Ils participent en quelque sorte des règles du jeu dans la mesure où ils servent la confrontation des thèses antagonistes et la volonté de discréditer l’adversaire. Partie intégrante de la conversation numérique, la polémique semble faire partie du bon fonctionnement de l’échange.

2.2. La nature argumentative des échanges polémique sur les forums

  • 4 . Sur ce sujet, on consultera avec profit Chaput 2006.

25La nature argumentative des posts qui construisent le forum dérive de plusieurs facteurs4 : (1) un usage soutenu des arguments les plus divers qui montrent comment l’internaute tente de fonder sa position en raison et une pratique constante de la réfutation, souvent accompagnée d’un métadiscours sur les normes de la discussion ; (2) un ancrage du discours polémique, fût-il elliptique, dans les argumentaires préformés qui circulent dans l’interdiscours. On tentera de l’exemplifier dans des posts dont le caractère polémique est flagrant : ils polarisent à outrance, font fortement appel aux affects, discréditent la position adverse, utilisent des arguments ad hominem et le plus souvent, font preuve de violence verbale, voire de grossièreté.

2.2.1. Mobilisation de types d’argument

26« La règle de justice » : elle « exige l’application d’un traitement identique à des êtres ou à des situations qu’on intègre à une même catégorie » (Perelman & Olbrechts-Tyteca 1970 : 294).

dany HL Il faudrait m’expliquer pourquoi les fonctionnaires, secrétaires, employés de bureaux, cadres administratifs, manifestent contre la retraite à 62 ans, quand un ouvrier à la chaîne, un métallo, un ouvrier du bâtiment, ou de voirie, tous soumis aux intempéries, ou à des chaleurs épouvantables du fait de la combustion de matériaux, hauts fourneaux, bitumes, verriers, exposition à des substances chimiques, pourquoi eux, ne peuvent-ils pas prendre leur retraite à 55 ans ? on donne bien la retraite aux militaires et gendarmes au bout de 15 années d’activité ! ! ! ! Où est la justice ? les uns partent en retraite frais comme des gardons. Tandis que les autres n’ont pas le temps d’en profiter […]

Le Figaro, le 24/06/2010 à 23 :10 Alerter Répondre

27C’est un cri d’indignation où l’affect se traduit dans les multiples points d’interrogation et d’exclamation. Le discrédit jeté sur les revendications des manifestants se soutient d’une dichotomisation entre deux camps distincts (les travailleurs manuels, et les fonctionnaires et employés), exacerbée par le recours à l’énumération, à la question rhétorique (« où est la justice ? ») et à une ironie mordante (les fonctionnaires « restent frais comme des gardons »). S’il fait appel à l’émotion, le discours ne s’appuie pas moins sur un argument en exigeant à peine égale droits égaux. Le contraste entre le régime de retraites des militaires et des gendarmes et celui de l’ensemble des travailleurs illustre de façon exemplaire la violation de la règle de justice.

28L’utilisation de topiques, comme le lieu de la supériorité du réel sur l’idéal (ou lieu de l’existant selon Perelman et Olbrechts-Tyteca 1970 :126 – ce qui est réel est supérieur à ce qui est possible, éventuel ou impossible).

bineta (27)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

regalmoi

Il est irrationnel que d´imaginer qu´en défilant et en se plaignant seulement et surtout en travaillant le moins possible, il puisse être possible de garantir les acquis sociaux.

Entre l´idéal et le réel, je pense qu´il nous faille choisir le réel.

Votre pas encore ami, dugommeau.

Dimanche 27 juin à 07h38

Signaler au modérateur Répondre

29Le lieu de l’existant apparaît dans un post agressif dont la signature récuse tout lien amical avec celui auquel il s’adresse et qui dénigre l’opposant en le décrivant comme participant d’une catégorie de personnes irrationnelles, geignardes et paresseuses. Bien que le discours s’abstienne de violence manifeste et d’injures, il est hautement disqualifiant et pleinement polémique dans le mouvement même où il construit un raisonnement sur un topos accrédité.

30Les réfutations. Une partie des échanges polémiques sont fondés sur la critique des arguments de l’autre : ils font office de réfutation. Ainsi le post selon lequel le travail « est une valeur et un épanouissement personnel que tous ceux qui le pensent (et ils sont nombreux) le disent plus haut et plus fort ! (Libé, Patchwork, Vendredi 25 juin à 12h36), est attaqué par chat roux : « Quant à votre "travail", il doit pas être bien fatiguant pour avoir envie de le poursuivre jusqu’à 67 ans » (Libé, Vendredi 25 juin à 23h23). Le recadrage de « travail » par une définition à valeur argumentative (le travail est un épanouissement personnel, non une charge pénible) est mis en cause par un recadrage et une redéfinition antagonistes : le vrai travail est astreignant et source de fatigue (d’où les guillemets qui entourent le pseudo- « travail » du Proposant). Ce propos est à son tour réfuté par un autre internaute :

patatrouille (896)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

chat-roux c’est madame soleil

"Quant à votre "travail", il doit pas être bien fatiguant pour avoir de le poursuivre jusqu’à 67 ans."

Quelle puissance de déduction.... trop fort ce charou

On reconnait les esprits étroits à un phénomène très simple et quasi systématique : ils raisonnent exclusivement en fonction de leur petit univers personnel étriqué. Chat-roux n’aime pas se fatiguer. Il pense donc que tout le monde est comme lui, et que ceux qui aiment leur travail, et n’ont pas envie de s’arrêter tôt, ont forcément un travail pas fatigant.

Simple comme charou.

Samedi 26 juin à 23h30

Signaler au modérateur Répondre

31C’est l’aptitude au raisonnement de l’Opposant qui se trouve dénoncée en même temps que ses prémisses (ce qui est fatigant est mauvais – prémisse majeure implicite, le travail est source de fatigue, prémisse mineure indirecte, donc on n’a pas envie de le poursuivre jusqu’à 67 ans, conclusion explicitée). La prémisse majeure que l’internaute se charge de dégager et de dénoncer ne représente pas une vérité générale, elle est l’expression des penchants personnels de Chat-roux (qui « n’aime pas se fatiguer »). Il en tire des déductions abusives (tous ceux qui veulent continuer à travailler n’ont pas un travail fatigant). Le raisonneur se trouve ici malmené en même temps que sa démarche argumentative : il est totalement discrédité en raison de son horizon borné à sa seule personne qui lui fait commettre des généralisations abusives, de sa paresse qui est au fondement de ses prémisses infondées, et de son incapacité à raisonner logiquement.  

2.2.2. L’ancrage dans des argumentaires préexistants

32D’autres attaques polémiques se fondent sur des argumentaires qui circulent dans l’interdiscours, et qu’il n’est pas besoin de réitérer : à force d’être reprise, une argumentation en faveur d’une thèse donnée relève du savoir partagé et elle sous-tend le discours, même quand elle est effacée de l’énoncé. C’est le cas de cette critique à l’encontre de Rocard, membre du PS et ancien premier Ministre, qui a soutenu la proposition de réforme avancée par le gouvernement de droite :

marsouin55 (512)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

Faux cul

Rocard comme par hasard ! ! !

De quoi se mêle t’il ce monsieur qu’il retourne à son potager et qu’il laisse les idées à ceux qui sont encore en possibilité de réfléchir .....pas comme lui qui déraille sérieusement en soutenant une politique de droite : tout pour les riches et rien pour les pauvres !

33La critique virulente se fonde sur l’idée que le recul de l’âge légal de la retraite affecte les droits des travailleurs et leur bien-être tout en épargnant les riches, contredisant ainsi l’idéologie socialiste – argumentation qui circule largement, et qui est aussi développée ailleurs dans le forum :  

tothony (65)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

ATTENTION

Je pense que, même les socialistes qui se disent pour un report de l’âge légal, ne peuvent pas soutenir la réforme du gouvernement. Parce que la réforme n’est basée que la dessus, sans autres ressources... Sans les salariés en patissent. Taxer les bonus, les stock options, les banques, ça n’est pas de l’utopie. C’est du concret. Mettre la finance au service de nos retraites, en l’occurence. Mais le gouvernement ne demande quasiment rien aux plus riches...... Donc là c’est lui qui se trompe d’ennemi. Ce report de l’âge légal ne peut pas être soutenu par un homme de gauche actuellement, puisque tout repose là dessus.

Jeudi 24 juin à 11h47

Signaler au modérateur Répondre

34Marsouin se réfère manifestement à ce type d’argument sans prendre la peine de l’expliciter. Un argumentaire implicite sous-tend ainsi un post qui se distingue par sa violence verbale et le ton injurieux que revêt l’argument ad hominem. Dans la mesure où les schèmes argumentatifs qui justifient la protestation circulent largement dans les médias, l’indignation et la colère exprimées par les posts qui ne développent pas d’argument sont enracinées dans un raisonnement logique qui est tacite plutôt qu’absent.

3. Polémiques dirigés contre un tiers et interactions polémiques

3.1. Le discours polémique dirigé contre un tiers : créer une communauté virtuelle de protestation

35Les flammes sur le Net sont dirigées soit vers une tierce personne ou un groupe, qui deviennent des cibles privilégiées, soit vers l’allocutaire. Ainsi, la position de Rocard lui vaut des attaques dont le contenu est en partie prévisible. Thomine (1087) note à ce propos : « sans lire les commentaires des honorables libénautes, je parie qu’on va trouver les qualificatifs suivants : vendu, sénile, traitre, t’as touché combien. Bref que des commentaires véhéments ». Et en effet, les internautes font des remarques sarcastiques sur le fait que la sénilité de Rocard est une bonne preuve de la nécessité de ne pas remettre à plus tard l’âge de la retraite. Il est présenté comme un vieil homme qui déraille, et comme un politicien de droite déguisé en homme de gauche :

gasgas (275)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

Bien joué, Rocard ! ! !

Ce jour même de grande manifestation contre la réforme des retraites, Rocard sort du bois en disant que le PS se trompe sur ce dossier. Autrement dit : Sarkozy et son ministre Woerth ont raison.

On attend l’entrée de Rocard dans l’actuel gouvernement.

Ce serait logique.

[…] Jeudi 24 juin à 11h53

36Les posts contre Rocard pleuvent et vont jusqu’à recourir à l’insulte :

dupognon (224)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

rocard connard

Vraiment il me débecte ce cireur de pompe agonisant, déjà avec sa taxe carbonen aprés il dit amen à tout ce que dit sarkozy.C’est vrais que quand on est gaga la sou soupe ça passe mieux.Le traitre c’est lui

Jeudi 24 juin à 20h20

Signaler au modérateur Répondre

sherazad (2950)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

dupognon

jolies rimes, c’est vrai ce que vous dites....

Jeudi 24 juin à 20h27

Signaler au modérateur  Répondre

37Cette pratique de critique acerbe et agressive contribue à consolider une communauté virtuelle en unissant les internautes contre un même ennemi. L’Opposant discrédité (les fonctionnaires, Rocard, Sarkozy, …) est totalement évacué du dialogue : la polarisation poussée à l’extrême fait qu’aucune négociation avec ce qu’il propose et représente n’est possible. On peut dire que dans ces cas, les forums en ligne construisent une communauté de protestation.

3.2. Les interactions polémiques

3.2.1. La construction d’une communauté de protestation dans l’interaction

38Une deuxième forme consiste dans les interactions polémiques entre internautes, dont j’ai montré ailleurs (Amossy 2010a) qu’elles représentaient un mélange de débat public et de querelle personnelle en raison de la nature des conversations numériques. Deux éléments doivent être ici soulignés. Le premier est que l’exacerbation de la confrontation agonique entre internautes joue un rôle dans la construction d’un groupe interne au sein duquel les membres peuvent se conforter mutuellement dans leur combat commun. C’est ce qui arrive dans les posts suivants qui tournent autour du bien-fondé de la position de Rocard sur les retraites :

urion (255)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

ENFIN un vrai socialiste ! !

Rocard une fois de plus montre la voie à ce que devrait être un PS moderne.

Merci Monsieur Rocard et bravo. Les crétins qui vont bien sûr lâcher leur post de débiles vont pousser des cris mais comme ce sont des andouilles incultes ce n’est pas important. Bien d’autres personnalités au PS qui n’osent pas encore dire comme Mr Rocard vont le faire et c’est une chance pour notre pays, encore une fois bravo et merci Mr rocard.

Jeudi 24 juin à 11h50

Signaler au modérateur  Répondre

zythum (6657)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

urion

Oui enfin un vrai socialiste... de droite !

Les crétins te saluent ;-)

Jeudi 24 juin à 11h51

Signaler au modérateur  Répondre

vaderetro (479)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

urion

Enfin un vrai socialiste qui défends les intérêts des 10 % de francais qui possèdent 50 % du patrimoine financier....

Jeudi 24 juin à 11h59

Signaler au modérateur  Répondre

chat_roux (260)

Inscrit Libé +Suivre cet internaute | Profil

Pas d’accord !

Un PS moderne devrait revendiquer la retraite à 95 ans, l’abolition des congés payés, les 95 heures payées 25, la peine de mort pour les chômeurs et le retour de l’esclavage. Tout le reste n’est que ringardise.

Jeudi 24 juin à 12h19

Signaler au modérateur  Répondre

3.2.2. Le maintien du lien social et la coexistence dans le dissensus

39Ceci nous amène au second point. Les forums de discussion de la presse électronique donnent aux individus la possibilité de « rencontrer » les opposants avec lesquels ils pourraient, sans cela, n’avoir aucune possibilité de débattre. Ils fournissent bien en ce sens une agora imaginaire – bien que d’un genre très particulier, puisque fondée sur l’antagonisme et la violence verbale. Dépouillés de leur statut social et de toute autorité préalable par l’usage des pseudonymes, les internautes sont comme des masques qui font entendre des opinions libres et discordantes dans un forum carnavalesque, au sens de Bakhtine : dans un espace vidé de toute vérité consacrée et libéré des normes de politesse ordinaires, les idées ne cessent de se tester et de se contester sous une forme irrévérencieuse. Dans cet espace public où le forum virtuel redouble et modifie les forums réels, des arguments et des contre-arguments s’entrechoquent, des conflits d’opinion s’expriment par des voies à la fois rationnelles et fortement émotionnelles, des divisions s’exacerbent et s’explicitent. Les forums de discussion permettent ainsi la constitution de communautés virtuelles dominées par les tensions et les conflits qui déchirent la société contemporaine, et qui trouvent sur la toile un lieu privilégié de rencontre et de confrontation.

4. Conclusion

40Le choix d’appartenir à une telle communauté virtuelle, et le désir de continuer à en faire partie malgré la brutalité des confrontations verbales, démontre l’importance d’un espace où les échanges polémiques peuvent se donner libre cours. Les posts qui font circuler des argumentaires établis et des oppositions préalables dans une polarisation qui déclenche le choc des thèses antagonistes, participent de la sphère démocratique où les citoyens débattent des problèmes de société et des questions juridiques et politiques qui les concernent de près. En tant que citoyen engagé, l’internaute a besoin d’un locus pour discuter, examiner d’autres points de vue, conforter les siens au sein d’un groupe qui partage ses vues, mais aussi se confronter avec ceux et celles qui ne pensent pas comme lui et avec lesquels il se doit néanmoins de coexister.

41Qu’on ne s’y trompe pas : les échanges vifs et parfois injurieux recouvrent des questions de fond. Il ne s’agit pas de soutenir ou de bafouer Rocard, mais de discuter du rapport de la gauche aux problèmes économiques de la France d’aujourd’hui. De même, le rapport au travail comme obligation (pénible) ou comme droit et valeur est au cœur des valeurs de la société et des projets de vie de tous ses membres. Ces questions divisent les internautes selon des lignes qui leur permettent de fonder des « camps » ennemis, mais aussi de réagir sur place aux affaires courantes, d’entendre les revendications des autres et de les combattre sans avoir à protéger des intérêts pratiques, ni se préoccuper des hiérarchies ou des règles ordinaires de politesse.

42Une lecture suivie des débats en ligne montre que la polémique n’aboutit qu’exceptionnellement à un accord. Elle permet bien plutôt de configurer un espace où les internautes se regroupent en s’opposant et où la polarisation de la question de départ (faut-il ou non soutenir la loi sur le report de l’âge de la retraite ?) permet de la déployer et de l’étendre à d’autres domaines adjacents : faut-il manifester contre la loi et quelle est l’utilité et la légitimité des manifestations ? La protestation est-elle la défense des privilégiés du secteur public aux dépens du secteur privé, et y a-t-il globalement égalité entre les deux secteurs ? Qu’est-ce que la gauche a à proposer face aux problèmes économiques d’aujourd’hui ? ….

  • 5 . Il s’agit de forums qui visent à la formation de l’opinion et non, comme certains, à la prise de (...)
  • 6 . Ce que confirment les analyses quantitatives, cf. à ce propos Lewinski 2010 : 85.

43Est-ce à dire qu’il faut s’en tenir à la notion de dialogue de sourds, d’autant plus affligeant qu’il se traduit dans les forums par une rare puissance d’invective ? Non, si on admet que la persuasion n’est pas le seul axe de l’argumentation, et que mener au consensus n’est pas sa seule mission. L’espace virtuel des forums de la presse en ligne construit cette agora libre où les citoyens masqués peuvent déployer leurs différends et engager la confrontation violente et passionnée qui leur permet de continuer à partager, dans la vie réelle, le même espace national sans en venir aux mains ou aux armes. Ils peuvent le faire d’autant plus librement, qu’il ne s’agit pas d’un lieu qui engage des prises de décision pratiques et débouche sur des actions immédiates, mais d’une place publique sur laquelle celles-ci se discutent et se préparent à travers l’opinion citoyenne5. La confrontation violente des thèses antagonistes y apparaît comme un mode d’échange récurrent et préférentiel6. C’est dans ce sens que la polémique, qui creuse et explicite les oppositions sans les dissoudre, qui les mène à un point d’exacerbation où elles déclenchent des éclats verbaux spectaculaires, autorise paradoxalement la coexistence des camps ennemis. Si cette mission n’égale pas le consensus auquel aspire dès ses origines la rhétorique, elle n’en est pas moins un acquis important pour le monde démocratique qui doit permettre un « vivre ensemble » dans les tensions et les divisions.

Haut de page

Bibliographie

Albert, Luce & Nicolas, Loïc (2010), Polémique(s). Modalités et formes rhétoriques de la parole agonale de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Amossy, Ruth (2010), The functions of polemical discourse in the public sphere, The Responsibilities of Rhetoric, Smith, M. & Warnick, B. (eds), Long Grove : Waveland Press, Inc, 52-61.

Amossy, Ruth (2010a), « O intercâmbio polémico em fóruns de discussão online : O examplo dos debates sobre as opções de acções e bónus no jornal Libération », Communicacao e sociedade 16, 67-83.

Amossy, Ruth, (à paraître), « Polemical Discourse on the Net : “Flames” in Argumentation », Proceedings ISSA.

Amossy, Ruth (2008), « Modalités Argumentatives et Registres Discursifs : Le Cas du Polémique ». Les registres. Enjeux Pragmatiques et Visées Stylistiques, Eds. Gaudin-Bordes, Lucile and Salvan, Geneviève. Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant, 93-108.

Amossy, R. & Koren, R. (éds) (2008), Argumentation et Analyse du discours, 2008 : 2, « Rhétorique et Argumentation » sur : www.aad.revues.org

Angenot, Marc (2008), Le dialogue de sourd. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une Nuits.

Angenot, Marc (1982), La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot.

Aristote (1991), Rhétorique, trad. Ruelle, introd. M. Meyer, commentaire de B. Tmmermans, Paris, Le livre de poche.

Chaput, Mathieu (2006), « La dynamique argumentative des discussions politiques sur internet », COMMposite.1, 52-77.

Charaudeau, Patrick (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

Dascal, Marcelo (1998), « Types of polemics and types of polemical moves », Cmejrkova, S, J. Hoffmannova, O. Mulleriva & J. Svetla (eds). Dialogue Analysis VI, 1, Tubingen : Max Niemeyer, 15-33.

Dascal, Marcelo (2008), « Dichotomies and types of debates », Controversy and Confrontation, Eemeren, van, Frans. H & Garssen, Bart (eds), Amsterdam/Philadephia : Benjamins, 27-49.

Declercq, Gilles (2003), « Rhétorique et polémique », La parole polémique, Declercq, Gilles, Murat, Michel & Dangel, Jacqueline (éds), Paris, Champion, 17-21.

Felman, Shoshana (1979), « Le discours polémique (Propositions préliminaires pour une théorie de la polémique) », Cahiers de l’Association internationale des études françaises 31, « La polémique à l’école romantique », 179-192.

Foucault, Michel (1994), « Polémique, politique et problématisation », Dits et Ecrits 4, Paris, Gallimard, 591-598.

Garand, Dominique (1998), « Propositions méthodogiques pour l’étude du polémique », Hayward, Annette & Dominique Garand (éds). États du polémique, Montréal, Nota Bene, 211-268.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1980), « La polémique et ses définitions » in Gelas, N. & Kerbrat-Orecchioni, C. (éds), Le discours polémique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 3-40 (reproduit dans http ://www.tau.ac.il/~adarr)

Lea, M, O’Shea t. , Fung p. & Spears R. (1992), ‘Flaming’ in computer-mediated communication. A recursive review. In Lea, M. (ed.), Contexts of Computer-Mediated Communication, New York : Hervester Whatsheaf, pp. 89-112.

Lewinski, Marci (2010), Internet Political Discussion Forums as an Argumentative Activity Type, Amsterdam : SicSat.

Marcoccia, Michel (2003), « Parler politique dans un forum de discussion », Langage et Société 104, 9-55.

Oléron, Pierre (1995), « Sur l’Argumentation Polémique ». Hermès 16, Argumentation et rhétorique II, 15-27

Perelman, Chaim & Olbrechts Tyteca, Olga, (1970) [1958], Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Perelman, Chaim (1977), L’empire rhétorique, Paris, Vrin.

Plantin, Christian (2003), « Des polémistes aux polémiqueurs », Declercq, Gilles, Murat, Michel & Dangel, Jacqueline (éds), La parole polémique, Paris, Champion, 377-408.

Thompsen, p. (2003), « A Social Influence Model of Flaming in Computer-mediated Communication ». A paper presented to the Western States Communication Association, 1-9.

Haut de page

Notes

1 . Ce travail fait partie d’une recherche globale sur le discours polémique dans la sphère démocratique effectuée dans le cadre de la Fondation Israélienne des Sciences (ISF, projet 734/08).

2 . J’emploie l’expression « argumentation rhétorique » pour bien marquer que je ne fais pas de différence entre argumentation et rhétorique, suivant en cela la tradition de Perelman & Olbrechts-Tyteca (1970 [1958]). Sur cette question, cf. Argumentation et analyse du discours 2008 :2.

3 . Sur la question des “Flames” on consultera mon article à paraître dans les actes du colloque de ISSA 2010, « Polemical Discourse on the Net:  “Flames” in Argumentation », ainsi que Lea & al, 1992, Thompsen 2003.

4 . Sur ce sujet, on consultera avec profit Chaput 2006.

5 . Il s’agit de forums qui visent à la formation de l’opinion et non, comme certains, à la prise de décision. Pour une étude alternative de la façon dont la formation de l’opinion s’effectue par des moyens argumentatifs sur les forums de discussion, on consultera Lewinski 2010.

6 . Ce que confirment les analyses quantitatives, cf. à ce propos Lewinski 2010 : 85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth Amossy, « La coexistence dans le dissensus  », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/9051

Haut de page

Auteur

Ruth Amossy

ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique) Université de Tel-Aviv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page