Navigation – Plan du site
Aventures théoriques

« Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le  Mississippi »

Jacques Guilhaumou et Francine Mazière
p. 69-88

Résumés

Au cours des années 1970, l’émergence de la notion de formation discursive au sein de l’analyse de discours marque un temps fort inaugural sur les matérialités du discours, en lien avec une réflexion théorique marxiste sur l’idéologie. Ce rappel historique permet de souligner la continuité des enjeux autour de cette notion en termes d’immanence et d’émancipation, donc de mesurer à la fois la présence, puis le manque de la politique dans l’histoire de l’analyse de discours. La question perdure, pensée nécessairement à partir des luttes sur le terrain, présentes dès l’avènement de l’analyse de discours dans le contexte de l’événement mai 1968, mais de nos jours éclipsée par le tournant gestionnaire et les confusions scientifiques qu’il engendre.

Haut de page

Texte intégral

« Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le Mississippi. Et les reliques d’hier nous échoient. Mais la couleur du ciel a changé et la mer à l’est a changé. Ô maître des Blancs, seigneur des chevaux, que requiers-tu… »

Mahmoud Darwich « Le dernier discours de l’homme rouge », incipit, dans La terre nous est étroite. p. 286. NRF Poésie/Gallimard 2000.

1. Introduction

  • 1  Cette sensibilité forte à l’histoire de l’analyse du discours se retrouve dans nos ouvrages : Fran (...)
  • 2  Nous avons retracé une part de cette histoire. Voir Jacques Guilhaumou, « Où va l’analyse de disco (...)

1Particulièrement sensibles à l’historicité du  domaine « analyse du discours », chantier de recherche déjà vieux d’une génération1, nous pensons que le nœud où se joint le discursif au politique consiste dans le devenir même de la notion de formation discursive. Celle-ci s’est construite à partir du débat marxiste sur le concept d’idéologie au cours des années 1970 et de sa dimension superstructurelle, pour rester dans les termes de l’époque2.

2Sans en refaire l’histoire donc, il nous importe de montrer en quoi sa construction dans le climat intellectuel de la fin des années 1960 et des années 1970, s’avère directement associée à l’insistance sur la matérialité du discours. Nous prendrons en compte l’impact d’événements (mai 1968, chute du mur de Berlin, 1989, « Appel des appels », 2009), et insisterons sur la continuité des enjeux dans un lien étroit à la conception marxiste de l’idéologie et à son impact sur la formation discursive.

2. Marxisme et formation discursive : la part de l’événement mai 68

3L’impact de l’événement mai 1968, dans ce qu’il traduit du « climat marxiste », est fort important, pensons-nous, dans l’abord de la politique de l’analyse du discours jusqu’à nos jours, en dépit des recouvrements multiples de cette réalité dérangeante.

2.1. De l’idéologie à la formation discursive

  • 3  Titre de Marx : L’idéologie allemande (1845), traduction française, Paris, Éditions sociales, 1968 (...)
  • 4  Jacques Guilhaumou, « Le non-dit de l’idéologie : l’invention du mot et de la chose », Actuel Marx(...)

4La quête d’une définition marxiste de l’idéologie, et de ses sources dans « l’idéologie allemande »3 est au centre de la réflexion des intellectuels progressistes des années 1970. Il apparaît ainsi que Marx, en dénonçant la fausse conscience des jeunes hégéliens, met en évidence de façon plus générale la prétention à l’universel de l’idéologie bourgeoise. L’idéologie est donc dès sa naissance dotée d’un versant « bourgeois », déjà formulé à l’époque du Directoire, dans les années 1796-97, au plus près de la pensée des Idéologues français qui sont les inventeurs de l’idéologie comme « science des idées ». Ce curieux mixte a été repris par les Idéologues allemands des années 1840 : à ce titre, si l’idéologie marque le triomphe du réel de la bourgeoisie, elle n’en est  pas moins tout aussi illusoire4. Qui plus est, dans l’histoire, chaque classe est désormais caractérisée par une idéologie, au point de faire de l’idéologie politique un véritable repère dans l’analyse des différences sociales.

5Ainsi, dans notre génération, De Barthes à Lévi-Strauss, une nouvelle histoire du concept d’idéologie se met en place : nous en restons les héritiers. La priorité est donnée, dans l’ambiance du mouvement structuraliste des années 1960, à l’étude de l’idéologie, donc des superstructures. Il revient bien sûr à Michel Foucault, dans Les mots et les choses (1966), de rappeler le primat de l’idée ou du signe instauré, à la fin du 18ème siècle, par l’Idéologie. Ainsi il écrit :

  • 5  Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 81.

Il était nécessaire que la théorie classique du signe se donne pour fondement et justification philosophique une « idéologie », c’est-à-dire une analyse générale de toutes les formes de la représentation, depuis la sensation élémentaire jusqu’à l’idée abstraite et complexe5.

  • 6  Jacques Guilhaumou, , « La temporalité historique des formes d’individuation. Les figures du moi » (...)

6L’idéologie a donc, dès sa première formulation notionnelle, un statut paradoxal. D’une part elle est contemporaine, en tant que « science des idées » – formule de Destutt de Tracy en 1798 –,  de l’extension du champ de la connaissance moderne avec l’invention des sciences sociales au tournant du 18ème et 19ème siècles. En cela, elle relève bien d’une théorie classique des idées et des signes. Mais d’autre part, elle est, selon Marx, en concomitance avec la révolution bourgeoise. Ce qui en fait historiquement la dernière des philosophies classiques, consacrée au triomphe du moi bourgeois6.

7 Elle est donc d’abord philosophie première du signe (politique), reprise dans sa traduction par la philosophie allemande des hégéliens de gauche, dont le jeune Marx, et annonciatrice de la modernité. Mais elle est aussi pensée aliénée, au titre de la croyance que toute pensée exprime l’idéologie d’une classe, en particulier l’idéologie bourgeoise triomphante du 19ème siècle. Se développant à la fois du côté de la connaissance et du côté de la politique, l’idéologie s’associe étroitement au mouvement historique de l’humanité,  et à l’expression de la lutte des classes en son sein.

  • 7  Texte disponible sur Frantext.

8Ce n’est donc pas un hasard si les sciences sociales, de développement en développement, se nourrissent  du concept d’idéologie. Georges Gurvitch, dans son Traité de sociologie (1967)7, fait de l’idéologie, des « différences d’idéologies », des « limites de l’idéologie », un objet d’études à part entière pour le sociologue. Il s’interroge aussi sur l’élargissement du terme idéologie, sous la houlette du marxisme, doctrine considérée « comme idéologie et connaissance réelle très certaine ». De cette démultiplication des sens du terme, qu’il répertorie, il ne déduit pas l’impossibilité des études « en elle-mêmes très justifiées », mais il propose, en rationaliste scientifique, de limiter le sens à la « connaissance politique ».

  • 8  Dialectiques, N° 1-2, p. 3-29. Cet article est suivi d’un article de Régine Robin sur « La nature (...)
  • 9  Jacques Guilhaumou « Idéologie, discours et conjoncture », Dialectique N° 10-11, 1975,   p. 33-58  (...)

9 Quant aux marxistes althusseriens, ils inaugurent la revue Dialectiques, en février 1974, par un article en-tête de Georges Labica sur « Idéologies et modes de production »8 où l’ambition de constituer « une théorie de l’idéologique dans le tout social » est clairement explicitée. Chez l’analyste de discours, l’appui sur le concept marxiste d’idéologie est quasi-immédiat dès les premières recherches9. Il s’agit bien d’élaborer alors une théorie du discours articulée sur une « théorie des idéologies » – selon la formule alors d’usage – de facture marxiste. Par la suite, Michel Pêcheux abandonne cette formulation trop théoriciste au profit d’un centrage encore plus net sur la notion de formation discursive

2.2. A propos de  la formation discursive : de l’immanence au matérialisme

  • 10  Le terme de configuration renvoie, dans la lignée de Michel Foucault, à une façon de donner sens à (...)

10Dans ce contexte intellectuel se détache, – nous insistons sur ce point –, la notion de formation discursive articulée sur la formation idéologique. Cette notion prend  une double valeur, à la fois  du côté de la matérialité du discours (Foucault, Pêcheux) et de l’interpellation du sujet (Althusser, Lacan). Elle procède tout à la fois d’une manière proprement configurationnelle d’analyser les discours10, et tout particulièrement l’événement discursif, et de la volonté d’y associer des valeurs liées à un intérêt émancipatoire. Tout au long de l’histoire vive de cette notion – une quinzaine d’années –, il est sans cesse affaire de déplacement, de transmission, de transvaluation à partir d’une « base marxiste » jusqu’à un effacement, au cours des années 80, disons plutôt une pause, qui éclipse une notion si chargée d’histoire marxiste.

11Ce qui fait donc initialement événement en analyse de discours, voire fondation, c’est, pensons-nous, la mobilisation initiale du marxisme autour de la notion de formation discursive articulée à la notion de formation sociale. La formation discursive ne cesse alors de subir des métamorphoses dans quelque chose qui n’en est pas la négation, par le fait même de transvaluer, dans le changement même, la matérialité et les potentialités émancipatoires initiales de l’analyse du discours elle-même.

  • 11  Michel Pêcheux et Catherine Fuchs, « Mises au point et perspectives de l’analyse automatique du di (...)

12Dès le départ, quelque chose existe – un intérêt émancipatoire inscrit au cœur même de la connaissance – et quelqu’un parle, une voix oubliée, la voix de l’acteur de mai 68 en relais de la voix du porte-parole des Révolution françaises (1789, 1830, 1848, 1871, 1936). Une voix  qui ne cesse d’informer l’histoire en France,  une voix un temps protagoniste de l’événement,  puis qui prend nom de concept, la formation discursive. Rappelons la première formulation princeps en la matière, présente dans un numéro de Langages (N°37, mars 1975) significativement intitulé, Analyse de discours. Langue et idéologies, selon laquelle les formations discursives « déterminent ce qui peut et doit être dit »11.

  • 12  Expression de Michel Pêcheux dans l’ouverture du colloque Matérialités discursives, Paris, Presses (...)
  • 13  Ajout que nous avons concrétisé historiquement par une attention particulière à la parole émancipa (...)

13Quinze ans plus tard, au moment où le trajet de la notion de formation discursive atteint son apogée, avant d’achever temporairement son opérativité, on peut  marquer un ajout important à sa formulation princeps, toujours sous la plume de Michel Pêcheux, avec l’expression de « délocalisation tendantielle du sujet énonciateur »12, qui marque bien la part d’immanence, de créativité de ce quelqu’un qui parle13.  Formulation complète, étendue de la notion au seuil de son éclipse, mais toujours dans l’attente de sa future réapparition donc.

2.3. Immanence, intérêt émancipatoire, matérialisme

14Il s’agit là des trois points à préciser dans cette réflexion sur le futur du concept de formation discursive hérité du marxisme et de la politique de mai 68.

  • 14  Gille Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les Editions de Minuit, 19 (...)

15Avec L’immanence, nous sommes dans un espace de retrait par rapport aux certitudes du sens commun par le fait de l’expérience vécue de l’événement révolutionnaire. Le concept de formation discursive prend alors ici consistance dans des connexions inédites qui donnent toute sa puissance créative à l’expérimentation historique, sur la base fondatrice de mai 68. Cependant, l’immanence de la formation discursive ne se réduit pas à un «  pur travail » de la pensée, certes ouvert  aux possibles. Avec le slogan  « Plutôt la vie », il est aussi question, dans l’histoire d’un concept issu de  mai 68, de son vécu,  défini à partir de « l’ensemble des conditions presque négatives qui rendent possible l’expérimentation de quelque chose qui échappe à l’histoire »14.

16Ainsi aux conditions négatives de créativité liées à la possibilité d’une pensée non encore advenue s’associent des connexions multiples mises en évidence dans le cours des Révolutions françaises, et qui sont l’objet de l’analyse de discours. C’est dire que si l’événement ouvre de suite des potentialités créatrices nouvelles, – c’est le point à souligner –,  il se traduit dans un devenir-autre, ce que nous sommes en train de devenir sous ses effets, quelque chose à identifier, sans que cela soit positivement défini dans son immédiateté du fait de l’ouverture des possibles. Ici l’analyse du discours peut se doter d’une éthique de l’émancipation. Chaque événement révolutionnaire, et mai 68 le plus proche, constitue le nouveau « grain de sable » dans le devenir d’une tradition révolutionnaire française bien vivante, que nous rapportons d’abord à un intérêt émancipatoire. Ceci ne peut se faire sans une forte dimension d’agir communicationnel, théorisée au départ par Habermas dans la lignée du marxisme.

  • 15  Traduction française : Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard, 1976.
  • 16  Ibid., p. 232.

17Avec L’intérêt émancipatoire, il s’agit, selon Habermas publiant en 1968 Erkenntnis und interesse15, d’appréhender les interprétations de la réalité. Et cela s’opère  par le point de vue de l’intersubjectivité de la compréhension entre individus dans le but d’orienter l’action. L’intérêt, c’est alors l’orientation de base, présentement l’intérêt émancipatoire lié à l’activité de l’humanité agissante et souffrante, et lié à un travail de l’esprit et une interaction spécifiques. Habermas nous renvoie ici à Fichte, et à Marx lecteur de Fichte, et à leur conception d’un intérêt émancipatoire inhérent à la raison agissante elle-même, à la part d’intuition de l’entendement sur les besoins humains16. Un tel intérêt n’existe que là où surgissent les conditions négatives de possibilité. Comme en mai 68. Une telle inscription de l’intérêt dans le langage de la vie réelle devient alors source de matérialisme.

  • 17  Nous renvoyons ici au matérialisme aléatoire tel qu’il est précisé par Louis Althusser dans Sur la (...)
  • 18  Jacques Guilhaumou, Denise Madidier, Régine Robin, Discours et archive, op. cit.

18Avec le nouveau matérialisme17,et l’insistance conjointe sur la part de réciprocité de l’humanité sociale, – la réalité des droits avec la liberté, et sa réciprocité l’égalité –,  il est question enfin du rapport réel de la liberté au déplacement de la marge vers le centre. Ceux qui n’ont rien, le Tiers-état en 1789, les ouvriers en 1830, 1848, 1870, 1936 demandent à être tout, les sans de nos jours, donc veulent être quelque chose. A ce titre les luttes installent la marge au centre. Mai 68 relève ici de la métaphore employée par Althusser d’un piquet qui, planté dans un fleuve incessant, tient à « un peu de terre ferme ». Il s’agit donc de prendre acte de la rencontre contingente et aléatoire du sujet avec la réalité dans des situations révolutionnaires singulières. Dans cette rencontre, ce qui fait sens relève de la matérialité du discours. L’analyse du discours est bien alors expérimentation, et non simple interprétation, comme nous l’avions souligné dans un ouvrage commun aux historiens du discours18.

2.4. En résumé….   

  • 19  Op. cit., p. 59.

19Le fait d’être communiste dans cette conjoncture – ce fut notre cas – associe ainsi une tâche politique nécessaire, concevoir de nouvelles modalités de la lutte de classes, et une interrogation sur ses conditions de réalisation à la fois possibles et pensables (quelque chose existe dans l’événement émancipateur) et impossibles et impensables, donc aléatoires (la révolution tout simplement). Le langage de la vie réelle devient alors « langue de la politique  de tout un peuple » pour reprendre une formulation de Marx dans L’idéologie allemande19. L’analyse du discours est donc centralement concernée par le point de vue matérialiste : son élision ne peut qu’en affaiblir la portée.

  • 20  A ce titre, l’approche pragmatique et cognitive de l’engagement du locuteur, telle qu’elle est act (...)
  • 21  La parole des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Paris, ENS/Edit (...)

20Ce quelque chose qui existe, c’est la part irréductible, et particulièrement visible dans tout moment révolutionnaire, du collectif, de l’engagement et de son devenir, là où toute une génération d’intellectuels s’engage dans le marxisme et y trouve matière dans l’événement de mai 68 en y puisant l’impulsion d’une créativité continuée au cours des décennies suivantes20. Un quelque chose s’associant à quelqu’un qui en parle, en tant que sujet humain, dans sa singularité même, dans son récit de soi, ainsi que nous l’avions déjà montré sur la base de l’expression des exclus dans la parole des sans21. Un sujet humain qui porte (la) parole en identifiant le nom de ce quelque chose, sa signification ouverte au futur.

3. D’autres événements … la formation discursive aujourd’hui

21La formation discursive a donc fait problème, de l’intérieur de l’AD, par sa complexification même, et de l’extérieur par le soupçon d’entreprise idéologique totalitaire. Il faut alors revenir sur ce qui a permis les attaques les plus radicales de l’analyse du discours des années 65-80.

3.1. Le politique comme manque

22La commande de cet article coïncide de façon heureuse avec la commémoration de la chute du mur de Berlin. Cette « fête » rappelle que les 20 dernières années se sont caractérisées par leur façon de passer à côté du politique. Une des explications de ce manque est la « honte » d’avoir été/d’être marxiste, et surtout communiste. Jetant le bébé avec l’eau du bain, on jette l’avenir avec le passé, on recompose le savoir à partir d’une position idéologique. L’effondrement du « bloc communiste » a engendré la déferlante humaniste dont rêvaient, sans oser se l’avouer, de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales dérangés par le débat théorique autour du marxisme.

  • 22  Michel Pêcheux Le discours : structure ou événement ?1983, première partie. Dans Maldidier, L’inqu (...)
  • 23  Une exposition s’est ouverte en novembre 2009 à Paris : « Berlin, l’effacement des traces ». Les c (...)
  • 24  Pour Marx, Maspéro 1966, p. 238.

23À dater de ce jour, le consensus se dit « démocratique » et l'on peut crier « On a gagné » sans un « contre » audible. La verte analyse de Michel Pêcheux sur la « victoire » du 10 Mai 81 fait défaut22. S’installe alors un discours dominant libéral, allié au discours de ceux que Alain Badiou appelle les « philosophes médiatiques », trop heureux de se sentir libérés ! Être ou avoir été, ou communiste ou marxiste, ne peut (ne doit) plus se soutenir. Et ce n’est pas simplement l’oubli qu’on organise, c’est la trace, quand elle persiste, qu’on efface, comme à Berlin, où doivent disparaître des noms de rue jusqu’à celui de Clara Zetkin23. Mémoire, témoignage, histoire se confondent alors dangereusement. L’oubli sélectif du passé, en particulier l’oubli de son poids de science, installe un nouveau rapport au futur. D’où cet énoncé qui fait florès en proclamant la mort de l’histoire, et des idéologies. Il n’était plus question (et c’est peut-être encore le cas) de se hasarder à citer Althusser : « Seule une conception idéologique du monde a pu imaginer des sociétés sans idéologies » (Positions)24. Le langage ordinaire s’empare de l’affaire : « C’est de l’idéologie » est jeté comme injure à toute argumentation politique de résistance et ouvre la voie au « tournant gestionnaire ».

3.2. Le tournant gestionnaire : effacement des contradictions.

  • 25  Publié en français dans L’inquiétude du discours, p. 245.

24Puisqu’il n’y a plus de politique, au sens de la lutte de terrain, puisqu’il y a mondialisation de la notion de démocratie libérale, tout devient gestionnaire. On passe du gouvernement à la gouvernance, du collectif au concurrentiel, des luttes aux négociations. Jamais sans doute, depuis 40 ans, on n’avait à ce point « vu » comment les contradictions travaillent une idéologie et comment une domination s’impose sans coup férir. Il faut, pour mesurer l’effet de recouvrement, reprendre les positions de Michel Pêcheux sur la formation discursive au colloque de Mexico en 1978 (Remontons de Foucault à Spinoza)25.

25Y sont retravaillés :

261. la « division », de la formation discursive et ses conséquences méthodologiques : « toute formation discursive doit nécessairement être analysée à la fois d’un point de vue de classe et d’un point de vue régional » (le point de vue régional renvoie aux domaines : la religion, la morale, etc.) ;

272. le “rapport interne qu’elle entretient avec son extérieur spécifique ”, et donc le fait que « la formation idéologique dominante ne surplombe pas les formations idéologiques dominées de l’extérieur – fausse contradiction, issue d’une vision statique de l’idéologie dominée –, mais les contraintes de l’intérieur ». L’analyste doit donc s’affronter à  « une domination qui se manifeste par l’organisation interne elle-même de l’idéologie dominée ».

28Or, tout se passe comme si la « chute du Mur » avait manifesté qu’une formation idéologique dominante peut effacer toute frontière, tant elle « contraint de l’intérieur » les vaincus. L’impression de porosité des discours plus encore que le détournement de discours, ne pouvait que marginaliser les tentatives théoriques d’analyse des effets idéologiques. Ces tentatives étaient renvoyées au passé aboli, inaudibles car délégitimées par l’histoire.

3.3. Le terrain, la langue et le discours

29Mais quand, de la porosité et de l’alliance gestionnaire, les dominants sont passés à un véritable « siphonage » (noms de personnages, comme Jaurès ou Gabriel Péri, épisode d’histoire, comme le Plateau des Glières revisité…), l’alliance imaginaire, l’échange consensuel, « entre gens libres », ont montré à la couture le détournement, la falsification. L’interdiscours reprenait sa force. L’année 2009 a manifesté une rupture où on ne l’attendait pas : à l’intérieur du consensus idéologique victorieux. Les contradictions discursives, devenant plus visibles en se spécifiant et se localisant,  sont devenues dénonçables dans un contexte de lutte.  Il est redevenu permis de penser libéralisme derrière liberté, productivisme derrière modernité. Voilà que réapparaissait dans le langage ordinaire un sens clivé, masqué par définition mais brusquement révélé dans le vocabulaire politique, ce support premier de la toute première AD. Les confusions, les défigurations, l’ordinaire des contradictions, en somme, pouvaient se laisser dire à travers des pétitions, grèves, manifestations, lectures, rondes….

30Cela ne signifie pas la fin des confusions. L’idéologie spontanée des SHS est toujours et constamment sollicitée. L’actuelle mise en place par Valérie Pécresse (juillet 2009) du « Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales » en témoigne : les SHS, sciences annexes, sont « mises au service » de l’économie afin de justifier de leur utilité et donc de leur coût. Ainsi, même si le grand consensus est fissuré, les SHS sont redéfinies comme servantes et non « poil à gratter », encore moins comme entraînement à penser l’émancipation humaine.  Partie prenante des SHS, l’analyse du discours était précipitée, dans cette conjoncture, à perdre sa part agissante. Elle est alors devenue pour certains chercheurs, historiens, politologues, linguistes, réponse et non moteur, boite à outils et non analyse, techniques et non expérimentations.

31Il est certes quasi naturel d’oublier « spontanément » qu’on est sujet, et donc « parlé » comme le dit Althusser, pour se croire expert et s’attribuer cette place pourtant si bien problématisée par le sociologue, la place de Sirius.

32On peut se demander comment, et surtout pourquoi une interrogation plus vigoureuse est en train de faire repartir internationalement les analyses du discours, d’élargir les interrogations à partir des noyaux de résistance qui ont tenu. Cet article ne citant qu’exceptionnellement, par principe, des travaux récents, c’est à grands traits que l’on peut remarquer une forme de retour aux fondamentaux : l’émancipation par les luttes de terrain rend visibles des « portions » sociologiquement marquées (les « exclus », les « sans », les « travailleurs »…) et relance la référence à la « sémantique discursive », si caractéristique des années 70-80. Ce qui a changé sur le terrain, c’est que des « régions discursives », en reconquérant de la visibilité, ne l’ont pas maintenue « régionale », mais s’en sont servi comme base pour faire converger l’ensemble des luttes. L’appel des appels est une remarquable manifestation de la transformation nécessaire d’une formation discursive qui, partant des « régions » (Hôpital, École, Université, Justice, Service public…), s’articule sur les classes et donc se dynamise.

  • 26  L’étude de J. Authier, « Paroles tenues à distance », a marqué le colloque « Matérialités discursi (...)

33La lutte sur le terrain étant là, indispensable informatrice des discours, la forme des discours change et la langue se ré-impose aux analystes qui s’en étaient éloignés, comme le prouvent des soutenances de thèse récentes. Le plus fascinant pour un linguiste, dans l’affranchissement des énonciateurs, c’est le poids des fragments de langage figés : proverbes, citations, locutions, collocations semblent des points d’appui de la reconquête d’un sens. Des sortes de points de capiton. Comme si la pérennité de ces formes garantissait que du sens pouvait encore résister, par le fait même qu’il a été stabilisé, préconstruit, dans une forme historiquement reconnue, qui a prouvé dans le temps sa capacité de résistance. Ce n’est pas la poésie, ce n’est pas la chanson, c’est la forme figée qui ramasse, aujourd’hui, la controverse et le débat scientifique. Voici que s’ouvrent des avenues et certains les explorent déjà. Tout le travail sur l’hétérogénéité et la distance, initié par Jacqueline Authier, retrouve son importance, dans la mesure où il analyse un corpus d’usages ordinaires installés sur sites discursifs arrêtés, qu’ils soient montrés ou tus26.

3.4. De la conjoncture politique à la conjoncture disciplinaire

  • 27  J.-M. Marandin et M. Pêcheux, « Informatique et Analyse du Discours », Buscila n° 1 1984 où l’on p (...)
  • 28  Ibid.
  • 29  On ne dira jamais assez la difficulté de la construction du corpus comme « processus co-extensif à (...)

34Encastrée dans cette conjoncture politique, une autre conjoncture a pesé sur l’AD des années 70 : elle touche elle aussi à la tradition majoritaire mais sous forme inversée, en résistance au consensus structuraliste sur le sens, que l’AD avait en partie assumé à ses débuts. Ici s’est logée une première discorde, par la résistance des modes de lecture traditionnels. Si les années 80 changent la donne du côté de l’AD (« lectures enchevêtrés, qui contraignent à prendre en compte des niveaux opaques à l’action d’un sujet »)27, la vigueur actuelle de l’analyse textuelle, ses nouvelles inventions et pratiques, jusqu’en littérature, manifestent encore un refus clair du scandale introduit par une analyse, « où le sujet est à la fois dépossédé et responsable du sens qu’il lit 28». Sans doute est-ce en partie de la responsabilité des analystes du discours qui se sont dispersés à la suite du suicide de Michel Pêcheux et n’ont donc pas poursuivi sa politique de continuels échafaudages et remises en chantier, dans une confrontation avec les travaux contemporains. De fait, « les lectures » analysées dans «AD et  Lectures d’archives », dans « AD et mémoire », textes de recherche élaborés collectivement dans la pluridisciplinarité, ont été recouvertes, et par les textualités et par une nouvelle configuration informatique. En lieu et place des algorithmes, ce sont les bases de données, les grands corpus, en germe dès les travaux de lexicométrie du Laboratoire de Saint Cloud, qui dominent, exploités par des logiciels performants certes, mais qui, contrairement aux algorithmes, laissent intacte la question de la fabrication des corpus d’étude, et donc des hypothèses d’analyse29.

  • 30  Cf. au colloque organisé en 2008 à Paris 3 par de jeunes chercheurs « Analyse de discours et deman (...)
  • 31  Le cas de soutien le plus étonnant est sans doute celui du Brésil où l’équipe de Campinas, initiée (...)

35Les soutenances récentes disent souvent cette difficulté rencontrée d’entrée de jeu par les jeunes chercheurs : s’il leur semble impossible de se passer de ces corpus informatisés, il leur est cependant difficile d’échapper à leurs dictats (le journal Le Monde, numérisé, pour la presse, la littérature dans l’ensemble Frantext…). Là encore, la politique dominante, de numérisation cette fois, et de la culture, fait la loi. Les analyses les plus hardies semblent alors paradoxalement celles qui, faisant fi du quantitatif, osent le micro corpus qualitatif (Luca Greco, Eni Orlandi)30 ou celles qui osent le parallèle dérangeant des résultats d’hier et d’aujourd’hui (Damon Mayaffre). Dans les deux cas, il y faut des analystes aguerris, inventifs, et/ou soutenus31. On comprend que l’analyse du discours se pratique souvent en équipe et que ses praticiens soient souvent déstabilisés.

  • 32  L’expression, heureuse, est de M.-A. Paveau.
  • 33  J.-M. Adam et U. Heidmann Sciences du texte et Analyse de discours Slatkine érudition Genève, 2005

36La marginalisation de « l’AD canal historique »32 par la domination des grands corpus, par la vigueur des analyses textuelles, est directement issue de ses principes mêmes : elle n’a pas travaillé l’intertextualité, mais l’interdiscursivité, hétérogène et non référentielle, a construit des repérages linguistiques pour les préconstruits intratextuels, qui dérangent le texte, et elle a installé le contournement du contexte. Or, la relation texte/discours n’exprime pas directement mais, de fait, manifeste un délaissement de l’intradiscours33. La place de l’AD est étroite dans la conjoncture disciplinaire, tant qu’elle tient les positions rappelées.

3.5. La lecture politique

37Dans les dominations disciplinaires installées, quels sont alors les points de non-contact, qui isolent l’AD comme radicalement farouche ?

38Pour l’AD, il y a des « gestes de lectures » et la lecture lettrée, même outillée, ne s’oppose pas seulement à la lecture mécanique (primaire, utilitaire) mais aussi à la lecture politique. L’AD lit un « procès sans sujet ». Là est sans doute le point d’achoppement le plus grave, avec trois confusions dans la postérité de Michel Pêcheux :

  • 34  Rappelons les principaux secteurs ralliés par les membres dispersés : ethnométhodologie, socioling (...)

391. confusion entre discours et discours politique. Ceci résulte de la chronologie. Michel Pêcheux est mort au moment où, ayant abandonné les grands textes fondateurs, majoritairement politiques, le groupe de chercheurs autour de lui diversifiaient les corpus et commençait à travailler les « bribes », y compris orales. Lors de la séparation, de la dispersion, chacun a gardé de l’AD dans sa valise,  mais la visibilité s’en est perdue.34

402. Confusion entre idéologie et référence aux théories de l’idéologie (althussérisme). Cette confusion-ci n’est pas le fait de la première AD,  mais du consensus qui a suivi, évoqué plus haut.

  • 35  M. Pêcheux « Les sciences humaines et le moment actuel », La Pensée, 1969, p. 143.
  • 36  Nous remercions l’Humanité et Messieurs Degoy et San-Biagio de nous avoir transmis la photo numéri (...)

413. Confusion entre engagement du chercheur et orientation de la recherche (thème analysé et genre analysé). Les thèmes et les corpus se sont très fortement diversifiés, mais l’engagement des chercheurs est longtemps resté réel, bien au delà de l’anecdote. Si Michel Pêcheux dénonçait l’encartement comme non probant pour réfléchir en LSH35, les chercheurs de son groupe étaient souvent membres du Parti communiste, et, même critiques, toujours marxistes. Au delà de ce groupe, il faut rappeler qu’en ces temps des cours étaient donnés à l’Université Nouvelle, les réunions au CERM (Centre d’Études et de Recherche Marxiste) rassemblaient à  Paris tous les mois une trentaine de linguistes alors très actifs, de Rouen à Perpignan, et donnaient lieux à des discussions plutôt âpres à partir de tapuscrits malheureusement non publiés. Par ailleurs, les articles dans les journaux politiques sont des traces non effaçables. C’est pourquoi nous publions en annexe la page « Idées » de l’Humanité du 15 octobre 1971 « langue, ‘langages’, discours », signée Michel Pêcheux36.

  • 37  B. Conein, J. Guilhaumou, D. Maldidier « L’analyse de discours comme contexte épistémologique ». M (...)

42Cet effet de masse a été tel qu’il a caché les affrontements théoriques, en particulier au moment de l’apparition des écrits de Bakhtine-Volochinov, ou à propos du rôle des formalismes grammaticaux, des normes, de l’enseignement de la grammaire, ou autour de la réception de Saussure, de la question émergente des SHS. Or, ces affrontements préludaient à des séparations théoriques (par exemple, AD et sociolinguistique, rapport au cognitivisme) et à des reformulations d’objets et de méthodes (critique d’AAD 69, informatique). Les rapports de recherche au CNRS des années 82-83 (« Lecture et mémoire », « fil du discours »…) interrogent tous les « contextes épistémologiques »37 de l’analyse du discours.

  • 38  Michel Pécheux, L’Inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise Maldidier, Paris, (...)

43Voilà ce que devront sans doute envisager les historiens des sciences humaines et sociales dans quelque(s) décennie(s) : – un renoncement au rejet politique au profit d’une analyse critique, épistémologique, de ce qu’on a pu appeler l’AD française et des débats qu’elle continue à nourrir, par son refus même de la stabilisation  – l’analyse de la question de l’émancipation en continuité et aussi en discontinuité avec celle du sujet clivé, parlé par la/les formations discursives qui le font sujet. Denise Maldidier a amorcé le travail en présentant magistralement et en rassemblant des textes essentiels de Michel Pêcheux, souvent inédits, dans L’inquiétude du discours38. Il resterait, reprenant des analyses proposées aujourd’hui, des articles sectorisés et des points de vue, à initier une réflexion élargie. Tout l’appelle, voire l’exige : la persistance des confusions touchant aux sciences humaines et sociales en France, les divergences touchant la pragmatique en Europe, la méconnaissance des travaux novateurs du nouveau monde…

Haut de page

Annexe

Nous avons souhaité, non pas tant republier ici un article de Michel Pêcheux que produire pour les lecteurs d’aujourd’hui une photo-témoignage de formes ordinaires d'engagement, ici dans un quotidien marqué, sous le fameux macaron "Spéciale idées", bien connu des anciens lecteurs de L'Humanité  C’est pourquoi on trouvera le haut de l'article sous la forme d’un fragment de fichier JPEG, puis la suite en petits caractères.

15-10-1971

Langue , “langages”, discours

La linguistique est aujourd'hui à la mode. Elle joue à l'égard de beaucoup de chercheurs de disciplines assez diverses le rôle ambigu de « science-pilote ». Nous tenterons, en nous limitant aux sciences sociales, histoire et littérature (1), d'analyser cette ambiguïté en démêlant ce qui dans ce rôle relève d'une interven­tion scientifique de la linguistique dans le travail scientifique d'autres sciences et ce qui relève de l’exploitation idéologique de leurs difficultés, sous couvert de leur apporter une « solution ».

Linguistique et para-linguistique

APRES avoir rapidement désigné les principales sous-disciplines qui constituent actuellement la linguistique, on donnera au lecteur une idée de

l’étendue du champ resté « à découvert » à l'extérieur de la linguistique, et sur lequel se sont développées des recher­ches para-linguistiques dont nombre de chercheurs linguistiques ou non pressentent le caractère frauduleux ou pseudo-linguistique du point de vue théorique (2). La question sera, dès lors, de savoir si la nature même de ce champ (envisagée du point de vue marxiste-léniniste) n'impose pas que les rapports qu'il entretient avec la linguistique soient redéfinis dans leurs principes : si, à titre d'exemple, on considère le domaine de la politique et celui de la production scientifique, on constate que, dans ces deux do­maines, les mots peuvent changer de sens selon les positions tenues par ceux qui les emploient. Dans ces conditions, s'agit-il encore d'un problème pure­ment linguistique ? Sinon, comment redéfinir, à propos d'exemples de ce genre, le rapport entre la science lin­guistique et le domaine de l'Histoire mis a jour par Marx, dont l'explo­ration se poursuit aujourd'hui, théori­quement et pratiquement ?

Phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique

SELON les dictionnaires, la lin­guistique constitue l'étude scien­tifique du langage, entendu comme l'ensemble des langues parlées ou écrites. Pour les nécessités mêmes d'une telle étude, la linguistique a été amenée à élaborer une théorie géné­rale de la langue permettant l'inter­prétation des phénomènes linguistiques particuliers à telle ou telle langue : la phonologie (littéralement étude des sons), la morphologie (littérale­ment : étude des formes) et la syn­taxe (littéralement : manière de combiner les mots), tout en appartenant à cette théorie générale, en tant que sous-partie de celle-ci, s'appliquent, en même temps, à la description spécifique du français, de l’anglais, de l'arabe, etc.

Ainsi dans cette théorie générale, le niveau phonologique se donne pour but de définir les éléments phoniques caractéristiques d’une langue et les règles de combinaison selon lesquelles ces éléments forment les mots de cette langue. Par exemple, l'opposition entre les phonèmes l et r par laquelle se distinguent les deux mots français lampe et rampe. À cette description phonologique correspondent des règles autorisant ou interdisant telle ou telle combinaison de phonèmes.

Le niveau morphologique porte sur l’étude des formes sous lesquelles se présentent les mots dans une langue donnée. Soit par exemple les trois formes parlons, parlâmes et parlions considérées comme résultant de l'ad­jonction de trois suffixes       ( -ons, -âmes, -ions) à la base « parl ». Considérons par ailleurs le terme intercalaire -er-. On voit que seuls deux des trois suffixes signalés peuvent se combiner puisque la forme parl-er-âmes qui n’est pas réalisé en français, constitue un « barbarisme », c'est-à-dire une erreur conduisant à une forme qui n'existe pas dans la langue.

Le niveau syntaxique, enfin, concer­ne les règles qui, dans une langue donnée, régissent la construction des phrases par enchaînement des mots. Il s'agit ici d'éviter les erreurs dans la construction de la phrase (« solécismes »). Il est à noter que la gram­maticalité d'une phrase et son carac­tère compréhensible ne coïncident nullement : une phrase comme « d'in­colores idées vertes dorment furieu­sement » est grammaticalement cor­recte, mais dépourvue de sens immédiatement saisissable, bien qu'on puisse lui en imaginer un. Par contre, « vous faire moi rigoler » est a-grammatical, mais directement compréhensible pour les lecteurs du roman de Peter Cheyney où un locuteur étran­ger prononce cette phrase.

Comme on vient de le voir, aucun des niveaux que nous avons caracté­risés ne peut se définir de manière isolée, il s’appuie nécessairement sur le niveau d'ordre inférieur. Il est ten­tant de considérer qu'il en va de même lorsque l'on aborde pour lui-même le problème de la production et l'interprétation du sens d'une phrase, c'est-à-dire la théorie sémantique. Dans ces conditions, la séman­tique seraitle prolongement et le cou­ronnement des niveaux inférieurs de la linguistique.

La linguistique et les autres sciences humaines

IL est toutefois un indice qui montre que la question n'est pas si simple. En effet, alors que la phonologie générale s'applique à l'étu­de de la phonologie du français, de l'anglais de l'arabe, etc. (de même pour la morphologie et la syntaxe), on voit mal ce que signifierait une sémantique du français, de l'anglais, de l'arabe, etc. : tout se passe comme si la correspondance entre théorie générale et étude particulière d'une langue donnée disparaissait au niveau de la sémantique. Pourtant, celle-ci ne se délivre pas de toute « donnée concrète » : simplement, elle va les chercher ailleurs ; par exemple dans la sociologie, la psychologie, l’histoire, la littérature, etc., qui lui fournissent du concret, mais découpé autrement que ne l'était le concret linguistique d'une langue nationale donnée. On fera sans doute remarquer que ces composantes « sociales » et littéraires ne sont pas absentes des domaines phonologique (r « grasseyé » des mi­lieux urbains/ r « roulé » encore pré­sent dans les campagnes), morpholo­gique (variations historiques des pré­fixes et suffixes, créations de mots nouveaux liées à l'apparition des che­mins de fer… ou du socialisme), syn­taxique (la grammaticalité ne varie-t-elle pas, pour ses zones-frontières tout au moins, en fonction de données socio-historique ?) Il ne s’agit là cependant (sauf peut-être pour le der­nier point) que de propriétés secon­daires, du point de vue linguistique, dont la théorie générale n'a pas à rendre compte.

Le саsest tout différent pour la sémantique. En effet, le lien qui relie les « significations » d'un texte aux conditions socio-historiques de ce texte n'est nullement secondaire, mais cons­titutif des significations elles-mêmes : comme on l'a remarqué à juste titre, parler est autre chose que produire un exemple de grammaire. Peut-on, dès lors, espérer « prolonger » la théorie linguistique par une séman­tique générale (science générale des significations), qui délivrerait la lin­guistique du « carcan formel » de la grammaire ? Nous allons voir main­tenant comment cette entreprise a été tentée et examiner les consé­quences qui en résultent.

Linguistique et étude des « langages »

NOTONS, pour commencer, qu'il est absurde de faire reproche à la linguistique de se restreindre à son objet : toute discipline scientifique se constitue en excluant de son propre champ ce qui, jusque-là, l'obsédait, au sens propre du terme. Ainsi la linguistique a-t-elle exclu de son champ les questions du sens, de l'expression des significations conte­nues dans les textes. Or ces questions, qui n'en continuent pas moins d'être posées (actuellement, ce sont surtout les diverses « sciences sociales »citées ci-dessus qui s'en sont chargées, di­rectement ou indirectement), insistent auprès de la linguistique pour être résolues avec les moyens théoriques dont dispose cette dernière ; et la ma­nière dont la linguistique résiste ou cède à cette demande se traduit, en définitive, dans le rapport que cette science entretient avec son extérieur spécifique, et qu'elle exprime elle-même par l'opposition langue-parole. Au concept (scientifique) de langue s'oppose, en effet, la notion de parole, représentant la manière dont chaque individu use de la langue, manière unique par laquelle chaque « sujet parlant » manifeste sa liberté en disant « ce que jamais on n'entendra deux fois ». Toutefois, cette liberté apparaît aussitôt comme soumise à des lois, non seulement au sens de contraintes juridiques (limitant la liberté d'expres­sion), mais aussi au sens de déter­minations socio-historique decette liberté de la parole. On est ainsi amené à penser qu'à une époque don­née et pour un « milieu social » donné, la « parole », sous ses formes politiques, littéraires, académiques, etc., s'organise nécessairement en « systèmes » régis par des lois. Et c'est, en définitive, ce couple idéologique liberté + système que recouvre le terme de parole ; le deuxième sens du mot « langages » (au pluriel) (3), désignant l'existence d'une pluralité de systèmes (système du récit, du drame, etc.), constitue, dès lors, une tentative pour résoudre cette contradiction, en réappliquant à la « parole » les concepts et opérations d'analyse définis pour l'étude de la langue.

Une application métaphorique de la linguistique

IL en est résulté un nombre assez considérable de recherches, de na­ture et de qualité très variées. On a vu ainsi apparaître, dans l'analyse littéraire, des « systèmes d'opposition » caractéristiques d'un roman ou d'une famille de romans, des « syntaxes » du drame ou du récit, etc. Dans le domaine socio-historique, certaines études des « lexiques » ou des « langages » ont permis aux préoccupations idéologiques les plus diverses de se donner carrière, et de raffermir la conception idéaliste selon laquelle le malheur essentiel de notre société réside dans la séparation des langages, réduisant ainsi la lutte des classes à la vieille idée d'un « conflit » entre des dialectes ou jargons de classe.

Cette application métaphorique de la linguistique peut, par ailleurs, dépas­ser le domaine de l'étude des textes, et s'étendre à l'ensemble des objets et comportements, qui tous sans excep­tion sont susceptibles de revêtir une « structure » (langages musical, pic­tural, cinématographique, structure du vêtement, de l'objet et du compor­tement automobile, etc.).

La linguistique sert ainsi de caution à une entreprise « d'analyse générale de l'intelligible humain » (4), c'est-à-dire à une impossible science de la réalité, à côté ou plutôtau-dessus des sciences existantes, pour caractériser rapidement la nature impossible de cette nouvelle science des sciences, on dira qu'elle découle du rapport qui est ici établi entre le donné concret empirique, extrait de ce que les Anglo-Saxons appellent la vie quotidienne et les concepts supposés capables de les décrire.

Langue et discours

IL importe maintenant de dissiper une équivoque possible. Il ne faut pas voir dans la critique qui vient d'être faite la marque d'une sorte d'intégrisme linguistique, dont le mot d'ordre serait : « au-delà de la syn­taxe, point de salut » ; les régions que nous venons d'évoquer ne sont pas vouées par nature à rester in­connues, mais leur connaissance sup­pose, comme nous l'indiquions en commençant, un changement de ter­rain dont les chercheurs éprouvent de plus en plus la possibilité et la nécessité. Dans son principe, ce chan­gement de terrain consiste à se débar­rasser de la problématique subjectiviste centrée sur l'individu, source de gestes et de paroles, point de vue sur les objets et sur le monde, et à com­prendre que le type de concret auquel on a affaire et par rapport auquel il s'agit de penser, c'est précisément ce que le matérialisme historique désigne par le terme de rapports sociaux, résultant des rapports de classe carac­téristiques d'une formation sociale donnée (à travers le mode de pro­duction qui la domine, la hiérarchie des pratiques que ce mode de pro­duction nécessite, les appareils à tra­vers lesquels se réalisent ces pratiques, les positions qui leur correspondent, et les représentations idéologico-théoriques et idéologico-politiques qui en dépendent).

Place d'une « théorie du discours » dans le matérialisme dialectique

MAIS il faut aussitôt dissiper une autre équivoque possible. On ne peut déduire de ce qui vient d'être introduit que la langue comme réalité autonome disparaît, que la grammaire elle-même n'est qu'une affaire de lutte de classe ( !). En réalité, ilconvient plutôt de concevoir la langue (objet de la linguistique) comme la base par rapport à laquelle se construisent des processus ; la base linguistique caractérise, dans cette perspective, le fonctionnement de la langue par rapport à elle-même, en tant que réalité relativement autonome ; et il faut, dés lors, réserver le terme de processus discursif (processus de production du discours) au fonctionnement de la base linguistique par rapport à des représentations (cf. ci-dessus) mises en jeu dans les rap­ports sociaux. Cela permet de com­prendre pourquoi des formations idéo­logiques très diverses peuvent se constituer sur une seule base (réponse au problème : une seule langue/plu­sieurs cultures).

Précisons bien que le terme « base » ne doit pas être entendu au sens de base économique, par rapport à une superstructure, mais plutôtau sens où l'existence de l'animal humain social et parlant constitue le présupposé de base de tout mode de production éco­nomique possible, ou plus précisément le support des rapports sociaux qui correspondent à ce mode de produc­tion (6).

Par ailleurs, le processus du discours ne doit pas, on le voit, être confondu avec l'acte de parole du sujet parlant individuel, notion qui devient inutile et dangereuse au fur et à mesure que l’étude des processus (non centrés sur un « sujet parlant ») fait apparaître le caractère empirique et respectif de cette notion.

Il faut, enfin, préciser que la relation d'articulation des processus sur la base linguistique est rendue possible par l'existence, à l'intérieur même de cette base, de mécanismes résumés par le terme d’énonciation, par lequel s'effectue la prise de position du « sujet parlant » par rapport aux représentations dont il est le support (6). Un certain nombre de linguistes et de chercheurs spécialisés dans l'étude des textes commencent à travailler sur ce point (7), décisif pour l'avenir des relations entre la linguistique (ou théorie de la langue) et ce qui, désigné ici sous le nom provisoire de « théorie du discours », constitue en droit un secteur du matérialisme historique vraisemblablement promis à un grand développement.

Michel PECHEUX,

Attaché de recherche

au CN.R.S.

 (1) Ily aurait aussi lieu d'explorer du côté des sciences de la nature (la bio­logie, par exemple).

(2) Soulignons, bien que cela aille de soi, que cette question, relevant de la lutte théorique, ne saurait évidemment pas être réglée par des mesures administratives visant à contrecarrer cette direction de recherche.

(3) Voir ci-dessus dans la définition de la linguistique le premier sens donné à ce terme.

(4) Cf. Présentation du n° 4 de la revue « Communications ».

(5) Il n'y a pas de mode de production des « sociétés » animales.

(6) L'étude de ces mécanismes, qui re­présentent à l'intérieur de la base la condition générale de possibilité des pro­cessus, permettra vraisemblablement de poser d'une façon adéquate, et peut-être de résoudre le problème des « rapport » entre syntaxe et sémantique ».

(7) Les travaux cités par L. Guespin et rassemblés dans le n° 9 (fév. 1971) de Langue Française, en sont un exemple.

Haut de page

Notes

1  Cette sensibilité forte à l’histoire de l’analyse du discours se retrouve dans nos ouvrages : Francine Mazière, L’analyse du discours. Histoire et pratiques. QSJ 3735, 2006, et Jacques Guilhaumou, Denise Maldidier et Régine Robin, Discours et archive. Expérimentations en analyse de discours, Bruxelles, Mardaga, 1994.

2  Nous avons retracé une part de cette histoire. Voir Jacques Guilhaumou, « Où va l’analyse de discours ? Autour de la notion de formation discursive », Texto, rubrique « Quoi de neuf », et Marges.linguistiques N° 9, 2005. Ce texte n’a pas été publié par la suite dans une revue française, mais dans une revue brésilienne « Aonde vai a analise de discurso ? Em torno da noçâo de formaçâo discursiva », Lingua e Instrumentos Linguisticos, N° 16, 2006, Pontes éd., Campinas, Brésil, p. 9- 42.

3  Titre de Marx : L’idéologie allemande (1845), traduction française, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 41, 43 et 50. Le premier chapitre commence pas ces mots, « À en croire les idéologues allemands.. » avec de suite un chapitre sur « L’idéologie en général et en particulier l’idéologie allemande » qui oppose à sa « phraséologie » le « langage de la vie réelle ».

4  Jacques Guilhaumou, « Le non-dit de l’idéologie : l’invention du mot et de la chose », Actuel Marx, N° 43, 2008, p. 29-41.

5  Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 81.

6  Jacques Guilhaumou, , « La temporalité historique des formes d’individuation. Les figures du moi », in Histoire et subjectivation, sous la dir. de A. Giovannoni et J. Guilhaumou, Paris, Kimé, 2008, p. 219-252.

7  Texte disponible sur Frantext.

8  Dialectiques, N° 1-2, p. 3-29. Cet article est suivi d’un article de Régine Robin sur « La nature de l’État à la fin de l’ancien régime » (p. 31-54) où la question de l’idéologie est historicisée dans une problématique de la transition, à propos de la Révolution française.

9  Jacques Guilhaumou « Idéologie, discours et conjoncture », Dialectique N° 10-11, 1975,   p. 33-58 ; Régine Robin, Histoire et linguistique, Paris, Armand Colin, 1973.

10  Le terme de configuration renvoie, dans la lignée de Michel Foucault, à une façon de donner sens à une diversité d’énoncés tout à la fois divergents et convergents, énoncés attestés dans l’archive socio-historique.

11  Michel Pêcheux et Catherine Fuchs, « Mises au point et perspectives de l’analyse automatique du discours » in Langages N° 37, mars 1975, p. 11.

12  Expression de Michel Pêcheux dans l’ouverture du colloque Matérialités discursives, Paris, Presses Universitaires de Lille, 1981, p. 17.

13  Ajout que nous avons concrétisé historiquement par une attention particulière à la parole émancipatrice dans La parole des sans, Lyon, ENS-éditions, 1998.

14  Gille Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les Editions de Minuit, 1991, p. 106.

15  Traduction française : Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard, 1976.

16  Ibid., p. 232.

17  Nous renvoyons ici au matérialisme aléatoire tel qu’il est précisé par Louis Althusser dans Sur la philosophie, 1994. Voir aussi, dans le lien à l’immanence selon Deleuze, « La politique de Gilles Deleuze et le matérialisme aléatoire d’Althusser », Actuel Marx, N° 34, 20003, p. 161-174.

18  Jacques Guilhaumou, Denise Madidier, Régine Robin, Discours et archive, op. cit.

19  Op. cit., p. 59.

20  A ce titre, l’approche pragmatique et cognitive de l’engagement du locuteur, telle qu’elle est actuellement mise en place par Louis de Saussure avec Steve Oswald constitue une ouverture majeure pour l’analyse du discours.

21  La parole des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Paris, ENS/Editions, 1998.

22  Michel Pêcheux Le discours : structure ou événement ?1983, première partie. Dans Maldidier, L’inquiétude du discours, 1990, p. 306.

23  Une exposition s’est ouverte en novembre 2009 à Paris : « Berlin, l’effacement des traces ». Les commissaires, S. Combe, t. Dufresne et R. Robin y montrent à l’œuvre une véritable « politique de l’oubli » de l’histoire de la RDA. Sur les traces de ce qui est volontairement effacé, se lit « une disparition qui semble aller de soi, quelque chose à quoi l’on consent pour favoriser un avenir consensuel ». Catalogue Avant propos.

24  Pour Marx, Maspéro 1966, p. 238.

25  Publié en français dans L’inquiétude du discours, p. 245.

26  L’étude de J. Authier, « Paroles tenues à distance », a marqué le colloque « Matérialités discursives », PUL 1981, avant même son article décisif « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », DRLAV 26 : 91-151, 1982.

27  J.-M. Marandin et M. Pêcheux, « Informatique et Analyse du Discours », Buscila n° 1 1984 où l’on peut lire : « Il n’y a pas de ’ready made’ du traitement textuel ».

28  Ibid.

29  On ne dira jamais assez la difficulté de la construction du corpus comme « processus co-extensif à l’analyse du discours ». Au moment où se déstabilisent pour les chercheurs les « garanties socio-historiques » des corpus, apparaissent la notion d’« états de corpus », les « déplacements de la périphérie au centre » au cours de l’analyse, la production « en spirale » des reconfigurations de corpus, par « une interaction cumulative » d’analyses linguistiques et d’analyses discursives (par algorithmes)... M. Pêcheux « Analyse du discours : trois époques » 1983. Maldidier 1990, p. 299.

30  Cf. au colloque organisé en 2008 à Paris 3 par de jeunes chercheurs « Analyse de discours et demande sociale : enjeux théoriques et méthodologiques », les interventions à paraître de Luca Gréco, qui, réduisant son corpus à un énoncé syntaxique minimal de style définitionnel(« GN-épithète c’est GN » ) montre « la façon dont les normes de genre sont construites (ou déconstruites) dans le discours » et d’Eni Orlandi qui interroge le sens d’une phrase de gamin des rues à l’aide du « glissement métaphorique » qu’autorise une phrase de Castoriadis.

31  Le cas de soutien le plus étonnant est sans doute celui du Brésil où l’équipe de Campinas, initiée par Eni Orlandi, et aguerrie par 30 ans de travail, donne un espace, par la solidité même de ce travail, à tous les développements, aussi centrifuges soient-ils.

32  L’expression, heureuse, est de M.-A. Paveau.

33  J.-M. Adam et U. Heidmann Sciences du texte et Analyse de discours Slatkine érudition Genève, 2005.

34  Rappelons les principaux secteurs ralliés par les membres dispersés : ethnométhodologie, sociolinguistique, linguistique formelle, sociologie, politologie, histoire des concepts, des idées linguistiques …

35  M. Pêcheux « Les sciences humaines et le moment actuel », La Pensée, 1969, p. 143.

36  Nous remercions l’Humanité et Messieurs Degoy et San-Biagio de nous avoir transmis la photo numérique de cet article.

37  B. Conein, J. Guilhaumou, D. Maldidier « L’analyse de discours comme contexte épistémologique ». Mots n° 9 1984 p. 25-30. A cette époque, la RCP ADELA partageait son espace de discussion en trois axes : archives socio-historiques, recherches linguistiques sur la discursivité, informatique et analyse du discours.

38  Michel Pécheux, L’Inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise Maldidier, Paris, Éditions des Cendres, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/8782/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/8782/img-2.png
Fichier image/png, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou et Francine Mazière, « « Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le  Mississippi » », Semen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/8782

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page