Navigation – Plan du site

29 | 2010
La théorie du discours. Fragments d'histoire et de critique

Sous la direction de Marie-Anne Paveau

L’analyse du discours dite française n’a de français que le nom. Il s’agit plutôt d’une aventure théorique apatride qui a concerné des gens, des lieux, des engagements, en dehors de tout effet de frontière. La théorie du discours, comme on la nommait autour de 1970, au sein d’un espace de recherche qui ignorait les étanchéités disciplinaires actuelles, a été un moment de création théorique, d’exploration pratique et de renouvellement des paradigmes. Les théories et méthodes qui font actuellement référence dans le domaine très vaste et désormais routinisé des analyses du discours en portent l’héritage. Plutôt que de prétendre à un illusoire état des lieux de cette aventure théorique, ce numéro en propose des fragments d’histoire et de critique. D’exils épistémologiques en reconstructions théoriques, d’affrontements politiques en programmations épistémiques, il voudrait montrer que, comme tout paradigme scientifique, la théorie du discours se constitue autant de ses déplacements géographiques et de ses reformulations dans la succession des générations que de ses propositions théoriques et positionnements disciplinaires. C’est pourquoi, à côté d’articles qui décrivent historiquement le moment français de la théorie du discours, le lecteur trouvera des travaux plus décentrés vers la critique des développements et héritages de cette singulière pensée des « montages discursifs ».

Dédicace
En janvier 2010, au moment où je mettais en forme ce numéro, plusieurs enseignants et presque une centaine d’étudiants de la Faculté de linguistique appliquée de Port-au-Prince en Haïti sont morts sous les décombres de leurs salles de cours. J’y avais assuré en 2006 un séminaire d’analyse du discours. Mes étudiants haïtiens avaient découvert avec passion la théorie du discours d’inspiration marxiste, se montrant insatiables sur l’idéologie, le pouvoir et la domination ; pourtant, en cette matière, ils en savaient bien plus que moi. C’est avec tristesse que je leur dédie ces fragments d’histoire et de critique.
Marie-Anne Paveau