Navigation – Plan du site

27 | 2009
Critical Discourse Analysis I. Les notions de contexte et d’acteurs sociaux

Sous la direction de Philippe Schepens et Adèle Petitclerc

Il s’agit ici de faire connaitre les travaux anglo-saxons d’analyse de discours. Le titre de l'ouvrage que nous présentons : Critical Discourse Analysis I, suggère qu’il s’agit d’un premier effort éditorial en ce sens, et que nous essaierons de le poursuivre. Nous savons aussi que nous ne présentons sous cette étiquette qu’une fraction seulement des travaux qui sont menés par nos collègues anglo-saxons. Voyez la position de vigie scientifique que tient Jacques Guilhaumou, et, notamment, son analyse de l’orientation empruntée par le britannique Quentin Skinner par exemple, c'est-à-dire celle qui consiste à penser l’analyse du discours en tant qu’histoire des concepts socio-politiques. Néanmoins, on découvrira, à partir de la thématique choisie, les notions de contexte et d’acteurs sociaux, une pensée vivante, des méthodologies efficaces, une éthique profondément inscrite dans la fonction de lucidité assignée à la CDA, et dans le cours même de cette pratique de langage, la mobilisation d’une interdisciplinarité audacieuse. Les travaux réunis émanent de six grands auteurs qui drainent derrière eux de nombreux étudiants, et qui chacun dirigent une revue scientifique importante, qui tissent par leur activité les liens d’une communauté de recherche effective. Nous sommes heureux ici de participer à l’effort de dialogue et de connaissance réciproque que ce geste éditorial implique.Déjà dans Semen 21, nous avions essayé d’élargir les perspectives de l’analyse de discours « à la française » en interrogeant des chercheurs sur ce que leurs travaux contenaient de programmatique, en réunissant des collègues de Belgique, de Suisse, de Hollande, des chercheurs adossés à une perspective historique, politique, communicationnelle, argumentative ou encore lexicométrique et informatique. C’est ce même projet que nous espérons poursuivre et étendre, en donnant cette fois-ci la parole à ceux qui, prolongeant à leur manière l’initiale foucaldienne ou barthèsienne, la perspective bourdieusienne ou habermassienne, construisent avec des racines propres (Orwell, par exemple) des pratiques innovantes d’analyse du discours politique.