Navigation – Plan du site

Comment parler des livres que l’on a lus ? Discours et axiologie des avis des internautes

Dominique Legallois et Céline Poudat

Résumés

Le présent article propose une analyse des avis de lecteurs portant sur des œuvres littéraires, déposés sur les sites Internet de sociétés commerciales. Cette pratique discursive, qui a été jusqu’à présent peu étudiée, a pris depuis quelques années une importance considérable, et paraît désormais constituer un ingrédient fondamental du dispositif de vente en ligne des entreprises spécialisées dans le domaine culturel. Partant de l’idée que l’expression des jugements littéraires sur les sites est un observatoire important pour l’analyse des pratiques de lectures, nous nous intéressons ici plus particulièrement aux types de valeurs investies par les lecteurs – telles que ces valeurs apparaissent dans les discours d’opinion. En nous inspirant des travaux de P. Charaudeau (1988) et de J.-L. Dufay (2000), nous avons tenté de caractériser le dispositif discursif de ce nouveau genre et les valeurs qui s’y distribuent, à partir d’un corpus de critiques extrait du site Amazon.fr.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Donner son avis sur un objet culturel constitue un thème de conversation quasi-quotidien, quelle que soit l’éducation reçue. Il s’agit d’une pratique discursive et sociale, dont les enjeux dépassent sans aucun doute la simple expression de l’opinion. Alors que la critique professionnelle a fait l’objet d’un certain nombre d’analyses linguistiques, la critique « amateur » - si on nous autorise ce terme commode – n’a pas encore suscité, à notre connaissance, de travaux conséquents1. Il nous semble que l’une des raisons principales de ce manque s’explique, non pas par un déficit de ce type de discours, mais par le déficit – jusqu’à l’arrivée d’Internet – de tribunes « écrites » réservées au public, ce qui entraînait à la fois une mauvaise visibilité de ce discours, et la difficulté de constituer des données objectives (des corpus).

2Cet article propose une analyse des avis de lecteurs portant sur des œuvres littéraires, déposés sur les sites Internet de sociétés commerciales (ici, le site Amazon.fr). Cette pratique discursive a pris depuis quelques années une importance considérable, et paraît désormais constituer un ingrédient fondamental du dispositif de vente en ligne des entreprises spécialisées dans le domaine culturel. Partant de l’idée que l’expression des jugements littéraires sur les sites est un observatoire important pour l’analyse des pratiques de lectures, nous nous intéressons ici plus particulièrement aux types de valeurs investies par les lecteurs – telles que ces valeurs apparaissent dans les discours d’opinion.

3L’article est organisé comme suit : la première partie présente le classement axiologique de Dufays (2000) que nous appliquons à notre analyse. La deuxième présente les corpus utilisés. Dans la troisième partie, nous caractérisons le dispositif discursif de la critique littéraire amateur. La dernière partie porte sur l’analyse informatisée du corpus, qui permet d’observer la place et la distribution des valeurs dans le corpus.

1. Deux régimes de lectures

1.1. La lecture et ses valeurs

4Comme la critique littéraire professionnelle, la critique littéraire amateur sur Internet met en scène une axiologie de la lecture. C’est cette axiologie, ainsi que son discours, que nous voudrions caractériser à partir des moyens offerts par l’Analyse du Discours, l’annotation et l’extraction automatique.

5Les propositions de catégorisation des valeurs en jeu dans l’évaluation des oeuvres littéraires, même si elles sont décisives, se montrent souvent incomplètes, car exprimées pour l’analyse d’un point précis, et non pour rendre compte d’un tableau général. Cependant, un modèle, celui de Dufays présenté en deux temps (1994 et 2000) dans le cadre d’une recherche sur les relations entre lecture et stéréotypie, a retenu notre attention. Comme le remarque l’auteur, les études sur la lecture – qui se sont particulièrement développées depuis 25- 30 ans2 - se concentrent essentiellement sur les processus psycholinguistiques3, sémiotiques4 ou encore herméneutiques5 en jeu dans la construction du sens, mais ne se préoccupent guère du rôle joué par les valeurs ou les jugements d’opinion mobilisés par les lecteurs6. La raison de cette absence serait que l’évaluation des textes lus n’interviendrait que marginalement dans le travail d’interprétation – l’essentiel de ce travail revenant aux moyens mis en œuvre pour actualiser les potentialités inscrites dans des formes. Or, il n’en est rien : l’acte premier de choisir une œuvre, un article, etc. pour le lire, est mû par un intérêt (désir de connaissances, d’évasion, besoin pratique, etc.) ; ensuite, le contenu du texte prend une valeur particulière selon différents facteurs : position idéologique du lecteur par rapport à celle du texte, résonance affective selon le vécu ou l’horizon d’attente, adoption ou rejet des stéréotypes, ennui ou enthousiasme éprouvés, appréciation esthétique, etc. Autrement dit, comme tout objet qui fait sens pour un sujet, le texte est investi de valeurs par rapport auxquelles se détermine une position « lectorale », un point de vue qui oriente l’interprétation. Nous nous réfèrerons à Dufays (2000) pour la présentation d’un classement axiologique plus précis7 ; Dufays y dégage les valeurs esthétique, référentielle, éthique, signifiante, informative et psychoaffective, commentées ainsi :

- la valeur esthétique (ou la beauté) concerne les qualités stylistiques et/ou rhétoriques du texte, ou si l’on préfère, sa poéticité, le travail de sa forme, lequel a évidemment une toute autre nature selon qu’on se réfère à l’esthétique classique (fondée sur l’harmonie et l’équilibre) ou à l’esthétique moderne (fondée sur la dissymétrie et les ruptures) ;

- la valeur référentielle (ou la vérité) permet d’apprécier le réalisme du texte, sa conformité à ce que l’on considère comme la vérité – laquelle diffère évidemment selon que le texte s’affiche comme un témoignage ou comme une fiction ;

- la valeur éthique (ou la bonté) permet de se demander si le texte préconise d’une manière ou d’une autre des modèles de comportement conformes à l’idée qu’on se ait du bien moral ou, au contraire, s’il préconise leur transgression ;

- la valeur signifiante (ou la polysémie) permet de se demander si le texte est clair ou unifié ou au contraire riche, dense, complexe, multiple ;

- la valeur informative (ou la nouveauté) permet de se demander si le texte - sur le plan formel comme sur le plan du contenu – est innovant, original ou subversif, ou à tout le moins riche en informations ou à l’inverse, s’il est conforme à des connaissances ou à des canons familiers ;

- enfin, la valeur psychoaffective (ou l’émotion) permet de se demander si le texte est émouvant, s‘il mobilise beaucoup d’affects et favorise par là la projection, voire l’identification du lecteur, ou au contraire s’il et neutre, impassible, distant. (Dufays, 2000 : 282).

6Pour l’auteur, ces types de valeurs ont une pertinence heuristique, car elles permettent d’identifier deux lectures, généralement reconnues par la théorie littéraire : la lecture participative et la lecture distante, que nous concevons, pour notre part, non pas comme des pôles opposés ou exclusifs, mais comme des modes complémentaires, présents conjointement à un degré ou à un autre, dans toute lecture réelle.

7Les six valeurs permettent donc de comprendre schématiquement les façons dont le lecteur s’investit dans sa lecture. Ainsi, en mode participatif, le sujet se prend volontiers au piège de l’illusion référentielle du texte, accorde aux personnages des intentionnalités et des comportements de personnes réelles, se projette lui-même dans le texte en ressentant les émotions des personnages, en ayant de la sympathie pour eux, etc. Le lecteur (qui n’est pas nécessairement dupe, mais joue également un rôle8), « marche », « y croit », mobilise sa propre expérience, s’adapte aux contraintes génériques et stéréotypiques, interprète le texte de façon « littérale » (sans y chercher des sens cachés). En mode distant, le lecteur s’informe des codes d’écriture, sait que le texte est une construction esthétique et un objet sémiotique, que l’œuvre est close sur elle-même (qu’elle n’est qu’une illusion référentielle), ou, au contraire, qu’elle n’est qu’un nœud dans un réseau intertextuel. Il s’agit bien de mettre le texte à distance pour le considérer en un regard qui traque les stéréotypes.

1.2. Un exemple du jeu des valeurs lectorales dans le projet de l’oeuvre

8Nous donnons ici un exemple de lecture participative, entendue non pas seulement comme un mode d’engagement du lecteur dans l’acte de lecture, mais comme un trait inhérent à la composition d’une œuvre. Ainsi, certaines des interventions d’un auteur dans son roman peuvent être analysées dans le cadre des valeurs qui intéressent le lecteur. Nous prenons deux passages des Mystères de Paris d’Eugène Sue.

9D’abord, ce commentaire de Sue, au préalable de la description de la sinistre famille Martial :

A mesure que nous avançons dans cette publication, son but moral est attaqué avec tant d’acharnement, et, selon nous, avec tant d’injustice, qu’on nous permettra d’insister sur la pensée sérieuse, honnête, qui, jusqu’à présent, nous a soutenu, guidé.

Plusieurs esprits graves, délicats, élevés, ayant bien voulu nous encourager dans nos tentatives et nous faire parvenir des témoignages flatteurs de leur adhésion, nous devons peut-être à ces amis connus et inconnus de répondre une dernière fois à des récriminations aveugles, obstinés, qui ont retenti, nous dit-on, jusqu’au sein de l’assemblée législative (p.704).

10Les métalepses de ce type sont extrêmement rares dans Les Mystères. Sue fait ici référence au courrier de ses contemporains reçu au fur et à mesure des publications du feuilleton dans le Journal des Débats. Œuvre éminemment romanesque, mais aussi œuvre sociale saturée par les valeurs éthiques du bien et du mal, du juste et de l’injuste, Les Mystères de Paris suscite une passion populaire rarement égalée en littérature ; sa responsabilité morale est ici affirmée avec conviction par l’auteur, qui témoigne des jugements éthiques de ses lecteurs.

11Une autre intervention a retenu notre attention :

Peut-être nous accusera-t-on, à propos de l’extension donnée aux scènes suivantes, de porter atteinte à l’unité de notre fable par quelques tableaux épisodiques ; il nous semble que dans ce moment surtout, où d’importantes questions pénitentiaires, questions qui touchent au vif de l’état social, sont à la veille d’être, sinon résolues (nos législateurs s’en garderont bien), du moins discutées, il nous semble que l’intérieur d’une prison, effrayant pandémonium, lugubre thermomètre de la civilisation, serait une étude opportune (p. 955).

12C’est à une conception classique de la composition que Sue fait ici référence, en devançant des désapprobations possibles d’une partie de son lectorat. Cette valeur esthétique étant malmenée par le projet de l’œuvre, l’auteur se justifie par la nécessité d’une peinture de l’intérieur d’une prison – soit une justification par la pertinence d’une valeur référentielle. Mais cette valeur est elle-même subordonnée à une valeur éthique, le discours sur l’état social.

13Ce qui frappe dans ces deux intrusions digressives, c’est la prise en compte, pour le déroulement de l’œuvre, non pas d’un lecteur idéal désincarné, mais des jugements empiriques du lecteur selon une grille axiologique. On peut poser les choses autrement, en disant que la lecture participative est un élément essentiel dans la composition, dans le projet, de l’écrivain. Cette caractéristique n’est évidemment pas systématique ; dans une conception postmoderne de la littérature, les valeurs configurant une lecture distante seraient mobilisées autrement.

14Notre travail consiste à évaluer le classement de Dufays en nous appuyant, à partir de corpus, sur les avis exprimés par les internautes. En nous intéressant à une pratique socio-discursive, nous pensons, d’une part, éviter l’écueil méthodologique de raisonner à partir d’un lecteur idéalisé, et d’autre part, dessiner une conception populaire de la lecture qui ne doit rien aux « grands » lecteurs (comme on parle de grands électeurs) – tels que Proust, Gracq, ou Barthes -, dont les témoignages, certes essentiels, intéressent plutôt l’analyse littéraire, que le projet d’une caractérisation de la lecture comme pratique sociale.

2. Présentation du corpus

15Le corpus sur lequel nous avons fondé notre analyse, est extrait du site commercial Amazon.fr.

2.1. Amazon.fr

16Créée en juillet 1995 par Jeff Bezos, Amazon.com est une entreprise américaine de commerce électronique spécialisée dans la vente d’objets culturels (livres, musique, films, jeux vidéos) et consommables (MP., jouets, appareils photo, etc.). Sa filiale française, Amazon.fr, ouvre en 2000, et c’est de cette URL qu’ont été extraites les critiques littéraires de nos corpus. Le site présente en effet la particularité de proposer un système d’évaluation collaborative (collaborative peer review) articulé autour des produits mis en vente. Chaque livre possède ainsi son évaluation moyenne propre9 (étoilage, en rouge Fig. 1), et chaque critique, ou commentaire dans la terminologie amazonienne (encadré, Fig. 1), est pourvue des métadonnées suivantes : auteur, étoilage, titre, date de publication et ‘utilité’, obtenue par les votes des clients inscrits sur le site10 :

17Le nom du commentateur prend la forme d’un hyperlien renvoyant sur sa page personnelle (son profil), qui liste les critiques qu’il a postées, et révèle son autorité, exprimée par son rang sur le site (calculé à partir du nombre de commentaires postés combiné au nombre de votes utiles générés).

18L’ensemble de ces informations intéresse spécifiquement notre étude : Si Amazon modère les commentaires postés, ce qui explique le fait que les œuvres sont très majoritairement dotées d’une excellente évaluation d’ensemble11 et nous garantit que les critiques collectées correspondent bien à ses attentes, l’utilité de la critique nous assure par exemple un retour des lecteurs (ou des acheteurs) sur la bonne formation du texte et sa conformité au genre attendu. Nous avons donc inclus ces informations en tant que métadonnées dans l’en-tête de chaque commentaire.

Figure 1 : Copie d’écran d’une page du site Amazon

2.2. Corpus

19Le corpus Avis comprend au total 319 critiques publiées entre août 2000 et juillet 2008 par 283 contributeurs distincts (dont 34 anonymes) qui s’articulent autour des 21 œuvres classiques et contemporaines suivantes : L'Homme qui voulait vivre sa vie (29 critiques), Les Bienveillantes (24), Les particules élémentaires (23), Si c'est un homme (21), Le Pendule de Foucault (20), Plateforme (20), Voyage au bout de la nuit (18), Cent ans de Solitude (17), Extension du domaine de la lutte (17), L'écume des jours (15), Le Nom de la rose (13), De sang-froid (11), J'irai cracher sur vos tombes (11), Les Trois mousquetaires (11), Ravel (11), Au Bonheur des dames (10), Eugénie Grandet (10), Le comte de Monte-Crisco (10), Mon chien stupide (10), Les fleurs du mal (9), Notre-Dame de Paris (9).

20La sélection des titres a été effectuée manuellement, et sur des critères qualitatifs. En effet, les livres proposés sur la version française d’Amazon sont peu commentés par rapport à ce qu’on peut observer sur la version anglophone du site, et les meilleures ventes littéraires ne suscitent pas plus de commentaires. Nous avons donc sélectionné un ensemble d’œuvres de littératures française et étrangère ayant donné lieu à un minimum de 9 critiques. Afin d’optimiser la récolte de critiques plus mitigées, nous avons adjoint au corpus trois œuvres de Michel Houellebecq, ce qui explique sa sur-représentation (Fig. 2).

21Bien que nous ayons tenté dans les limites du possible d’harmoniser le nombre de critiques par œuvre12, elles demeurent inégalement représentées, en raison des réactions différentes que les œuvres suscitent sur le site :

Figure 2 : Distribution des critiques et des œuvres par auteur

22Dans la mesure où il rassemble la totalité des critiques suscitées par chaque texte, le corpus Prix comprend des inégalités plus importantes encore ; il fédère ainsi 88 critiques publiées entre août 2006 et juillet 2008 par 83 contributeurs distincts sur les sept œuvres primées en 2007 suivantes : Alabama Song de Gilles Leroy, Goncourt (21 critiques –biographie « fictive ») ; Ap. J.-C. de Vassilis Alexakis, Grand Prix du Roman de l'Académie Française (3 critiques – roman de fiction à dimension historique) ; Baisers de cinéma d’Eric Fottorino, Femina (5 critiques, roman fictionnel) ; Birmane de Christophe Ono-Dit-Biot, Interallié (7 critiques, roman fictionnel) ; Chagrin d’école de Daniel Pennac, Renaudot (39 critique, essai à tendance autobiographique) ; Ouest de François Vallejo, Prix du Livre Inter (10 critiques, roman fictionnel historique ) ; La stratégie des antilopes de Jean Hatzfeld, Médicis (3 critiques, récit de témoignages).

23Si les prix Renaudot et Goncourt suscitent de nombreuses réactions, ces dernières semblent très mitigées, et plus tranchées, comme l’illustrent les graphiques suivants, qui comparent les évaluations (critique / œuvre) données dans les deux corpus :

Figures 3 : Evaluation associée aux critiques et aux œuvres du corpus – distribution comparée exprimée en pourcentages – corpus Prix et Avis

24Les critiques du corpus Avis sont nettement plus laudatives (évaluation moyenne de 4,2 vs. 3,6 dans le corpus Prix / 4,2 vs. 3,5 pour l’évaluation globale de l’œuvre), et le corpus Prix reflète peut-être une certaine défiance des lecteurs vis-à-vis de ces œuvres, et des institutions qui les promeuvent (v. infra, 3.), en même temps qu’une curiosité indéniable : ainsi, 9 critiques sur 10 sont considérées comme utiles13 dans le corpus Prix (vs. 3/4 pour Avis).

25Avant de nous intéresser à la méthode d’annotation et à la distribution des valeurs dans ces textes, nous proposons, dans la section suivante, de caractériser plus précisément le dispositif discursif de ce genre émergent.

3. Description d’un discours émergent

26Afin de préciser les principaux traits de ce discours, nous nous intéresserons aux types de valeurs convoqués, ainsi qu’aux fonctions discursives qui nous semblent fondamentales :

- la fonction informative, qui consiste à exposer au destinataire des éléments qui ne seraient pas en sa possession

- la fonction argumentative, justifiant l’évaluation du locuteur

- la fonction évaluative, c’est-à-dire l’expression d’un jugement de valeur

- la fonction prescriptive, c’est-à-dire l’acte de langage de conseiller ou déconseiller un livre

- la fonction énonciative, qui consiste en la construction de l’éthos de l’énonciateur

27L’article de Charaudeau (1988), qui porte sur une thématique proche de la nôtre14, nous donne un cadre d’analyse commode, que nous adaptons à notre objet. Le dispositif discursif sera abordé par deux biais : en caractérisant les rôles discursifs en jeu – le livre, comme l’énonciateur, est un objet complexe qui se décline selon divers aspects ; en indiquant quels sont les types de valeurs qui sont particulièrement présents lorsque est évoqué un rôle discursif. Comme le précise Charaudeau, afin de définir le dispositif discursif de la critique non professionnelle, deux questions doivent être posées : 1) de quoi est-il parlé ; 2) de qui est-il parlé ? Ces deux questions sont distinguées pour des raisons méthodologiques, mais leurs « réponses » s’interpénètrent.

28Précisons que nous nous fondons pour cette section uniquement sur la lecture du corpus Prix, corpus que nous avons enrichi – en raison de sa nature- d’une valeur supplémentaire absente donc du tableau de Dufays : la valeur « littéraire » qui caractérise l’appréciation des énonciateurs sur les prix (Goncourt, Femina, etc.) reçus : le livre méritait-il ou non son prix ?

3.1 De quoi est-il parlé ?

29Evidemment du livre, dans ses multiples dimensions déclinées ici en termes de rôles. Mais aussi de l’auteur, métonymiquement impliqué, qui est tout autant sujet à des évaluations.

3.1.1. Le livre

Le livre-genre

30Le livre est très souvent caractérisé par son genre, notion qu’il convient d’appréhender ici de façon large, aussi bien l’appartenance à une catégorie générique :

On se rapproche plus d'un texte poétique que d'un roman classique.

31qu’à une catégorie esthétique, parfois assez impressionniste 

Ouest", c'est un théâtre presque shakespearien, un peu rabelaisien .

32Le genre fonde le mode interprétatif à adopter, qu’il soit une classification émanant de l’auteur ou le paratexte :

De quoi nous parle ce roman ? Oui, « roman », c'est un terme que souligne son auteur, Gilles Leroy, parce qu'il se défend d'avoir écrit une biographie romancée de Zelda Fitzgerald.

Le livre de D. PENNAC n’est pas un énième livre sur l'école, mais comme il l'écrit un livre sur le cancre !

33ou qu’il soit le fruit d’une catégorisation émanant du locuteur :

Tout ce qui pourrait faire l'objet d'un article dans Elle est là.

34Indiscutablement, le genre synthétise un ensemble de propriétés que le lecteur s’attend à trouver dans la lecture ; aussi la dénomination générique constitue généralement un argument pour la fonction évaluative qui s’appuie nécessairement sur des attentes:

La couverture et le résumé m'ont fait espérer un roman plein d'exotisme et de sensualité, mais j'ai été bien déçu.

Il ne s’agit pas d’une biographie, mais d’un roman…

35La caractérisation du livre-genre, si l’on suit le raisonnement de Charaudeau pour le cinéma, a l’avantage pour l’énonciateur de ne pas nécessiter un développement argumenté ; aucune justification ne s’impose, par exemple, pour valider ce qui est entendu par roman presque shakespearien, un peu rabelaisien. S’instaure donc, à partir de l’appréciation du livre-genre, un jugement peu discutable, car non analytique, qui fonctionne comme argument d’autorité, et qui sert la fonction énonciative : construire l’image d’un évaluateur compétent. La valeur principalement exprimée dans ce dispositif est la valeur informative qui mesure la conformité du livre à des canons familiers.

Le livre-histoire 

36Il va sans dire que l’histoire, mais aussi les personnages du livre sont la cible de nombreuses évaluations. Le rôle livre-histoire est particulièrement mobilisé dans les fonctions informative et évaluative. La fonction informative consiste à résumer la fable, mais, comme le remarque Charaudeau pour les critiques cinématographiques, bien souvent, le résumé est soit jalonné lui-même d’éléments évaluatifs, soit énoncé dans une tonalité euphorique, comme dans cet avis :

Un soir, quelque part dans un château aux tréfonds des terres de l'Ouest, au milieu d'un XIXe siècle français en turbulence, un garde-chasse se découvre un nouveau maître. Le vieux baron de L'Aubépine est mort, un fils le remplace. Lui, Lambert, le garde-chasse, aurait dû être un serviteur à l'âme trop près de ses bois, au caractère trop probe, à la meute de chiens trop sauvage et à la fille trop belle pour s'entendre avec ce nouveau baron, si plein de folies politiques, d'obsession des corps et de maladie rentrée. Non, entre lui et le jeune de L'Aubépine, l'entente n'était pas pensable, c'était d'emblée sensible, l'affaire aurait dû en rester là. L'affaire n'en restera pas là. Elle va durer dix années, et s'achèvera en carnage. Un bon petit moment.

37On remarque cependant que cette fonction informative du résumé ne se rencontre que dans un tiers des avis, le plus souvent pour les romans de fiction.

38La fonction évaluative mobilise essentiellement les valeurs-émotion (psychoaffectives selon Dufays) lorsqu’elle porte sur les personnages ; c’est alors l’attachement qui revient le plus fréquemment :

On ne s'attache pas aux personnages. Zelda est pathétique et elle a des convictions qui ne sont pas féminine

L’histoire est prenante, les personnages attachants.

39L’attachement aux personnages est le corrélat « émotionnel » de l’effet de réel, donc de la valeur-vérité. L’histoire, la fable, conformément au mode de lecture dominant (lecture participative), est appréciée en termes de fidélité représentationnelle :

Autour de conflit d'abord latent puis ouvert, l'auteur plonge son lecteur au coeur du domaine, et en fait le témoin muet de ce duel.

40Et même d’effet d’hypotypose :

On y croit, on y est, on se prend pour des aventuriers et on ressent vraiment quelque chose pour ce pays qui semble encore plus mystérieux et opaque après cette lecture.

41Comme l’illustrent ces exemples, dans lesquelles sont préférées les formes pronominales nous et on, ainsi que le terme général de lecteur, l’énonciateur se présente préférentiellement comme un lecteur type, et non comme une individualité ou une subjectivité (cf. infra).

Le livre-message

42Charaudeau ne mentionne pas ce rôle, mais il correspond pour nous à un aspect essentiel du livre : sa signification profonde, son « message », son apport en termes d’idées, de réflexions, etc. La valeur principale est ici la valeur informative, puisque le livre est évalué en termes d’apport, d’originalité mais aussi de conformités à des attentes liées au genre.

Ce livre m'a apporté plus que la cinquantaine de bouquins avalés ces dernières années.

C'est un livre positif, gai et qui donne matière à l'introspection.

43La valeur éthique est également importante :

Je n'ai pas aimé ce livre qui ne montre aucun côté positif de la vie (même la maternité).

Le livre-texte

44La notion de livre-texte renvoie à la forme stylistique et narrative, à la composition du livre, à son rythme. Elle alimente souvent la fonction argumentative destinée à justifier les appréciations :

Un livre de lumière, de finesse, de sensibilité extrême, de secrets et d'intelligence.

J'ai apprécié le style d'écriture, cela fait du bien de lire un livre bien écrit

45Les qualités esthétiques restent « impressionnistes » là encore, dans la mesure où ne sont jamais expliqués ce que sont un caractère vif (par exemple), ou une écriture enchanteresse (autre exemple). Le plus souvent, ce sont le style et l’écriture qui sont appréciés et qualifiés par un champ sémantique relativement homogène (fluide, rapide, simple, vif / pompeux, lourd).

46Le livre-texte est un des rôles les plus convoqués dans la fonction énonciative, qui construit l’image d’un énonciateur esthète. La valeur esthétique est ici, évidemment, dominante, mais secondée par la valeur signifiante puisque celle-ci se rapporte à la clarté ou à la complexité du texte. Dans ce cas, on est frappé par la fréquence des tours comme :

Ce "petit" livre se lit très facilement 

J'ai lu très vite le livre, que j'ai trouvé joliment tourné;

47Si la facilité et la rapidité sont le plus souvent des valeurs positives (elles sont liées à la lecture et donc à l’énonciateur-lecteur, cf. infra), elles peuvent, sans surprise, être négatives – dans ce cas elles caractérisent la qualité littéraire de l’œuvre:

Alabama Song se lit très vite, ne demande pas une grande réflexion et reste une littérature facile qui explique sans doute son Goncourt.

3.1.2. L’auteur 

L’auteur-écrivain

48En corrélation avec le livre-texte, l’auteur-écrivain est évalué à partir de ses compétences esthétiques (valeur-esthétique)  :

Daniel Pennac écrit pourtant bien

Pennac s'écoute écrire

49mais également à partir des valeurs éthique :

Mais de grâce Monsieur Leroy, vous n'êtes pas obligé de nous emmener dans votre voyeurisme malsain, toutes les deux pages, afin de faire un texte sexuellement correct

50informative :

Pour comprendre pourquoi notre société actuelle produit des cancres d'un nouveau type, Daniel Pennac présente plusieurs pistes, notamment celle de « la désincarnation du jeune obèse »

51et plus rarement émotion :

Christophe Ono-dit-Biot, ne nous laisse pas indifférent

52Dans notre corpus, la valeur signifiante est étroitement liée au livre et non à l’auteur.

L’auteur-homme

53Il s’agit ici non pas d’apprécier l’écrivain, mais « l’homme » à travers des traits biographiques. Pour cette raison, on le trouve dans les avis portant sur des autobiographies :

Il était un cancre, un vrai, celui qui ne comprend vraiment pas et qui subit des heures de sidération devant sa copie blanche. Il est pourtant devenu professeur, et écrivain.

54A une seule reprise, il est fait référence au statut social de l’auteur-homme :

(Livre) dont personne n'aurait parlé si l'auteur n'était pas un journaliste en vue

55Il s’agit ici de servir la fonction argumentative qui fonde le jugement de l’évaluation.

3.2. De qui est-il parlé ?

56Evaluer un objet, c’est fondamentalement positionner une subjectivité dans un champ social. Aussi, nous considérons que les avis parlent essentiellement des énonciateurs eux-mêmes, mais aussi, évidemment, des énonciataires. Plusieurs rôles d’énonciateurs peuvent être recensés.

3.2.1. Enonciateur

L’énonciateur-lecteur

57A travers les valeurs vérité et signifiante, l’énonciateur se représente dans son activité de lecture, en se constituant soit comme témoin archétype, soit comme témoin subjectif. Comme témoin archétype, il emploie le nous, le on, ou, plus impersonnel, le nom lecteur :  

 Le roman réussit à nous faire littéralement croire que nous lisons le véritable journal de Zelda Fitzgerald

58comme témoin subjectif, c’est bien sûr le je qui est employé :

Par principe, je termine toujours un livre entamé, je suis donc allé au bout, essoufflé, lassé, avec une envie irrésistible de passer à autre chose.

59Il faut évidemment compter sur des mixtes assez fréquents, associant ici une valeur-vérité à une valeur signifiante :

Dès les premières lignes je m'y retrouve: l'enfant, la mère, l'instit, la grand-mère... tout est à prendre à tous les degrés qu'on peut.

60Ces dispositifs sont principalement des bases à la fonction évaluative globale.

L’énonciateur-liseur

61L’énonciateur évoque ici sa propre image de lecteur, ingrédient nécessaire et préliminaire à la lecture de l’œuvre évaluée. Cette mise en scène possède trois dimensions : une attente positive :

Je me réjouissais de lire cet ouvrage

62une attente négative :

Je n'avais jamais lu Christophe Ono-Dit-Biot, mais nourrissais de stupides a priori à son endroit

63et une absence d’attente puisque la lecture est en quelque sorte le fruit d’un hasard :

J’ai reçu cet ouvrage en cadeau, l’auteur, François Vallejo, m’était totalement inconnu.

64Cette exposition « biographique » a pour fonction de justifier l’appréciation, le plus souvent en décrivant une position contradictoire : l’enthousiasme a priori est déçu, l’a priori négatif est contrecarré, et le hasard de lecture se révèle être une bonne expérience. On remarque également une autre attitude de l’énonciateur-liseur, celle de prescripteur en tant que personne cultivée et compétente :

A ceux que la vie de Fitzgerald intéresse, je conseille plutôt "La mort du papillon : Zelda & Francis Scott Fitzgerald" de Pietro Citati qui vient juste de sortir

65Il va de soi que le dispositif en jeu sert ici la fonction énonciative liée à l’éthos de l’énonciateur.

L’énonciateur-évaluateur 

66Fonction discursive principale, l’évaluation est également à envisager comme une expérience de l’énonciateur qui construit ainsi sa propre image. Dans ce cas, la valeur principale en jeu est la valeur-émotion car c’est ce type de valeur qui saisit – affecte- le plus fortement psychologiquement l’évaluateur. A nouveau, l’énonciateur peut se poser comme un témoin archétype en employant le pronom on permettant une fiction de consentement consensuel d‘ordre affectif ou cognitif (Charaudeau, 1988 : 12) :

Christophe Ono-dit-Biot, ne nous laisse pas indifférent

67Ou le je comme indice de témoignage subjectif :

J'ai été en transe pendant tout au long de la lecture de ce livre / je fus étrangement happé par le récit

68Fonction évaluative et fonction énonciative sont ici fortement imbriquées.

L’énonciateur-critique 

69L’énonciateur-critique construit sa légitimité à prescrire la lecture (fonction prescriptive), non pas en justifiant une compétence, mais en l’exhibant. Ainsi, l’énonciateur positionne le livre ou l’auteur dans le champ littéraire :

Loin de concurrencer l'excellent « coup de fouet » de Bernard du Boucheron

70ou positionne le livre dans la production de l’auteur :

Sans aucun doute le meilleur roman de Gilles Leroy. Bien sûr il y a "Grandir", ou "Habibi" son premier roman. Mais "Alabama song" est le plus abouti de tous.

71Si la compétence de la critique professionnelle ne se justifie pas directement, mais repose sur l’autorité institutionnelle, la légitimation de la critique amateur, elle, se fonde sur l’autorité personnelle, grâce à une stratégie de « références » : le locuteur énonce un ensemble de références bibliographiques qui atteste sa compétence. Nous notons l’absence de termes propres à la technique de l’analyse littéraire dont la mention aurait pu remplir ce rôle de légitimation. Cette absence est évidemment l’indice d’une lecture participative. On remarquera encore que, si l’énonciateur n’a pas en principe à construire une position de légitimité puisqu’il est invité à s’exprimer (il ne s’agit pas d’une prise de parole), il reste que la nature du discours oblige – pour certains énonciateurs – à manifester une compétence légitimée. La valeur principale convoquée est bien sûr la valeur littéraire de l’œuvre qui permet, dans ce dispositif, de justifier une fonction prescriptive soit générale (à lire absolument) ou circonstanciée :

Un livre à conseiller à tous les profs et à ceux qui souhaitent le devenir.

L’énonciateur-métacritique

72Il va de soi qu’un prix, en tant que garant d’une certaine qualité, génère des attentes. L’énonciateur a donc parfois un regard critique sur la critique ; le corpus Prix illustre, par sa nature, ce fait : l’œuvre a-t-elle mérité le prix décerné ? 

Quel gâchis! ça ne mérite pas le Goncourt

C'est un excellent livre à lire absolument ; son prix est amplement justifié.

73Parfois la métacritique porte sur l’institution :

Le Goncourt avait jugé bon d'éviter de donner des prix à Vian, Camus, Sartre et Cocteau. Cette année, impayables, ils persistent et signent, décernant au passage leur prix à l'un des bouquins les plus rasoirs qu'on puisse trouver...

74La référence à la critique professionnelle de presse ou télévisuelle n’apparaît pas dans le corpus Prix, et très rarement dans le corpus Avis ; en revanche, la critique littéraire amateur est parfois évaluée :

L'amazonaute Cuné donne un avis que je trouve tout à fait juste sur ce livre, "Birmane".

75La fonction discursive inhérente au rôle du métacritique est double. Premièrement, non pas la justification de l’évaluation, mais la justification de la position d’évaluation. Il s’agit bien de se positionner, en tant que sujet évaluateur, dans le champ des instances évaluatrices, soit en concordance :

Et je vois que je ne suis pas seul à mettre une seule étoile...

76soit en discordance :

Quant à un des commentaires vis à vis des mœurs, je ne vois pas en quoi relater des faits, même crus, peut être choquant.

77L’effet contribue à dessiner la seconde fonction discursive : la fonction énonciative par laquelle l’énonciateur donne une représentation de sa compétence critique. On a donc là une représentation égocentrée, dont le but n’est nullement une réflexion sur la conception du discours critique. C’est bien sûr la valeur littéraire qui est le plus souvent convoquée dans ce dispositif.

3.2.2. L’énonciataire

78Les références à l’énonciataire (le lecteur de l’avis, tel qu’il est construit dans le discours) sont relativement sporadiques. Néanmoins, elles existent, et qui plus est, dans des énoncés qui ne manquent pas de systématicité. Deux rôles significatifs peuvent être dégagés :

L’énonciataire-consommateur 

79Ce rôle est à mettre en corrélation avec l’énonciataire-critique dans les énoncés à fonction prescriptive :

Pour son originalité, je vous invite à découvrir ce roman.

Pour son écriture tendue, haletante, n'ayez pas peur de vous embarquer dans cette aventure.

80Le pronom vous n’est pas la seule forme possible, puisque le destinataire ne prend pas nécessairement la figure d’un interlocuteur, mais également d’un sujet socialement catégorisé :

Les profs un peu égarés y trouveront quelques conseils judicieux, les élèves délicats y trouveront quelques explications à leurs échecs et d'une façon générale, le lecteur y trouvera le plaisir d'un récit sincère et vrai...

L’énonciataire-évaluateur

81L’énonciateur-évaluateur peut transférer le ressenti (la valeur-émotion) dans la sphère subjective du destinataire, grâce à des formes au futur comme :

Vous vous prendrez au jeu de l'amitié mystérieuse entre une vieille dame et le narrateur. Vous serez ébloui par l'évocation magistrale des philosophes présocratiques, et vous ne pourrez pas échapper à l'envoûtement graduel provoqué par ces pages de l'histoire de Byzance.

82La description proposée ici est bien sûr fragmentaire et devra être complétée, mais elle permet de saisir certains éléments en jeu dans ce genre émergent. Discours extrêmement stéréotypé, par son contenu, mais aussi par son dispositif énonciatif, l’avis est avant tout la construction énonciative d’une position dans les différents champs de valeurs, un jeu d’adhésion ou de distanciation avec une doxa. Réaction plutôt qu’analyse, l’avis est largement influencé par le mode de lecture dominant, à savoir la lecture participative. 

83Pourtant, s’il est stéréotypé, ce genre émergent possède incontestablement une certaine forme de complexité, en raison, justement de la diversité des valeurs qu’il articule. Ainsi, il est remarquable que l’avis cumule systématiquement les trois genres aristotéliciens : le genre épidictique, puisqu’il s’agit bien de louer ou blâmer une œuvre ; le genre judiciaire, puisqu’il s’agit de la défendre ou de l’attaquer ; le genre délibératif enfin, puisqu’il s’agit de la conseiller ou de la déconseiller. Autrement dit, l’avis constitue pour l’analyste, un discours extrêmement intéressant puisqu’il y voit se jouer et se construire, une rhétorique pragmatique « ordinaire » qui en dit long sur le travail souterrain des valeurs soutenant toute position argumentative.

4. Système de catégorisation et retour sur annotation

84Il convient à présent, de présenter le système d’annotation adopté pour l’analyse et l’observation de la répartition des valeurs dans le corpus.

4.1 L’analyse informatique de l’évaluation

85L’opinion sur la toile, et sa capture, représentent un enjeu industriel conséquent qui a bénéficié d’un intérêt accru de la part de la communauté scientifique internationale ces dernières années : domaine opportuniste, l’analyse d’opinion (sentiment analysis, opinion mining) exploite et combine des méthodologies d’extraction d’information, d’apprentissage ou d’informatique linguistique sur des corpus de blogs ou de sites évaluatifs marchands. Si l’intérêt socio-économique de ces études n’est plus à démontrer15, identifier et extraire des énoncés, ou des fragments linguistiques évaluatifs est loin d’être chose aisée, surtout lorsque pèsent des contraintes applicatives fortes16.

86La méthode adoptée suit globalement le schéma suivant : on part de listes de mots (e.g. listes manuelles17 ou General Inquirer18), utilisées conjointement à des expansions (e.g. WordNet pour Andreevskaia et al., 2007) ou associées à des mesures de proximité (e.g. LSA pour Bestgen, 2006, opérateur NEAR d’AltaVista pour Turney et Littman, 2002), qui permettront par apprentissage d’assigner un score (polarité positive / négative, sous-ensemble de sentiments) aux mots, phrases ou documents, selon le cadre adopté.

87Les mots pris en compte sont généralement des adjectifs (Wiebe, 1999), éventuellement complétés d’adverbes (Benamara et al., 2007). Plus efficaces lorsqu’il s’agit d’évaluer des consommables de type appareil photo ou PDA, ces critères s’avèrent bien sûr insuffisants lorsque l’objet évalué dépasse le simple cadre matériel (livre, film, musique)19. Cette annexion problématique des objets, mais également des personnes20 par le prétexte évaluatif illustre bien la nécessité d’une réflexion et d’une analyse approfondie des différentes pratiques évaluatives, et du discours évaluatif littéraire populaire pour lui-même, et à l’aide de catégorisations pertinentes.

4.2. Forme et format des catégories

88Le système d’annotation développé dans ce travail est donc fondé sur les six catégories proposées par Dufay décrites supra. Les deux corpus ont ainsi été annotés en XML avec les balises suivantes :

Tableau 1 : Valeurs annotées, et balises correspondantes

89Notre entreprise étant exploratoire, nous avons fait le choix assumé de ne pas restreindre les évaluatifs annotés à une catégorie linguistique spécifique (de type adjectif ou adverbe, si l’on se fie à la littérature), tout en tâchant néanmoins d’annoter des séquences syntaxiquement bien formées. Ainsi, une séquence évaluative peut prendre les formes suivantes :

- syntagme, ou groupe nominal (e.g. « beauté de l’écriture ») ;

- syntagme verbal (e.g. « illustre à merveille les pièges à éviter pour vivre sous une fausse identité ») ;

- syntagme adjectival (e.g. « bouleversant ») ;

- proposition principale (e.g. « l'intrigue est bien ficelée ») ;

- proposition subordonnée (e.g. « à cause du pessimisme qui transparaît ») ;

- suite de propositions (e.g. « Refermer un tel ouvrage n'est pas un acte facile. S'endormir après une telle lecture est certes faisable, mais par un tel acte on sent qu'on insulte ; on insulte un homme, une mémoire, et finalement, en dormant, on insulte l'humanité... ») ;

90La tâche d’annotation manuelle nous a par ailleurs permis d’observer des régularités évaluatives qui précisent ou complètent les six catégories de Dufays ; lorsque la valeur est spécifiante, nous l’avons rattachée à sa valeur-mère par un attribut subtype (e.g. <valeur type="émotion" subtype="happage"> on n'a pas envie que ça finisse ! on se laisse immédiatement emporter dans l'histoire et on ne lâche plus le livre</valeur>) ; et lorsqu’elle est inédite dans le modèle dufaysien, c’est par le biais d’un nouveau type de valeur que nous l’avons formalisée (e.g. <valeur type="littéraire"></valeur>).

4.3. Contenu des valeurs et catégories additionnelles

91Puisqu’il est dédié à l’observation et la qualification précise des valeurs qui se dégagent des pratiques d’évaluation collaborative d’Amazon, nous avons accordé une attention toute particulière aux valeurs et sous-valeurs récurrentes dans le corpus de référence Avis.

92Si nous centrons notre étude sur les focus d’évaluation privilégiés par les lecteurs du site, il nous a paru important d’annoter leur valeur positive ou négative du point de vue du commentateur. En effet, le caractère peu esthétique d’une œuvre peut être positivement ou négativement évalué. A l’exception de la valeur morale, dont l’orientation est souvent délicate à déterminer, l’ensemble des valeurs prises en compte ont été précisées d’un attribut de polarité.

93Le tableau qui suit synthétise les valeurs et sous-valeurs les plus fréquentes dans le corpus, et permet déjà de dégager ses pôles d’évaluation principaux, que la section 3. s'attache à décrire et qualifier sur le plan quantitatif :

Tableau 2 : Synthèse des catégories annotées dans le corpus Avis

4.4. Qualification des valeurs : évaluation et consommation

4.4.1. Critiques résistantes

94Vingt critiques, soit 7% du corpus Avis, n’ont pu être annotées avec la catégorisation de Dufays et douze d’entre elles échappent même à toute annotation. Puisque 93% du corpus Avis s’est soumis aux valeurs dufaysiennes, on peut déjà soutenir que le système de catégories est bien adapté – après certes, quelques modifications et détournements (v. supra) – aux propriétés des commentaires critiques d’Amazon.

95Les douze critiques résistantes éclairent comme tout hapax le corpus et le système d’annotation du fait même de leur marginalité, qui leur vaut d’ailleurs une sanction négative des votants (nombre limité de votants, prédominance de votants négatifs). Outre trois résumés d’un roman (qui s’avère être le Comte de Monte-Cristo) et trois hommages aux auteurs des livres évalués, on relève six critiques qui présentent la particularité de proposer une interprétation plus ou moins poétique de l’œuvre, comme l’illustre le post suivant, dédié aux Particules élémentaires de Houellebecq :

Michel Houellebecq, semble ici être le littérateur contemporain qui s'efforce à vouloir nous aiguiller sur une philosophie qui serait cathosexuelle : ("catho" au sens d'"Universelle"). Nous aidera-t-il à rencontrer un univers au delà des mots et des actes ?

Au bord de l'abîme, pas encore le vertige, mais déjà bien sur la pente.

96Ces critiques, plus proches de la forme du commentaire, ne fondent pas leur évaluation sur l’expérience de lecture et ses valeurs : l’énonciateur ne se positionne pas en tant que lecteur, mais en tant qu’auteur d’un texte critique qui convoie ses propres valeurs et porte les traces d’une évaluation interprétative et implicite sur le plan formel (c’est l’étoilage qui assure le versant explicite de l’évaluation). Il en va tout à fait à l’inverse des huit critiques échappant aux valeurs dufaysiennes, qui ont pu néanmoins être annotées à l’aide des catégories additionnelles : on y relève une tendance à l’appréciation stricte (recommandation du livre évalué), sans focus évaluatif, généralement pour cause d’inhibition. Notons enfin que les critiques comparant livres et films n’ont souvent pas pu être traitées.

4.4.2. Les valeurs privilégiées et leurs attirances : vers la mise au jour du système d’évaluation d’Amazon.fr

97Comme le montre le graphique qui suit, les valeurs émotive et esthétique prédominent nettement, et représentent près de la moitié des valeurs représentées dans le corpus Avis. On peut de surcroît les relever dans la moitié des textes du corpus :

98Graphique : Distribution des valeurs dans le corpus Avis (pourcentages de représentation dans le corpus et dans les textes21)

99En examinant le détail des critères les plus discutés au sein de chaque valeur, on remarque que l’intrigue et le happage représentent respectivement plus d’un quart des valeurs esthétiques et émotives relevées, et que les deux valeurs sont significativement et positivement corrélées (+0.1522). Cette corrélation illustre bien le statut ambigu de l’intrigue, construction formelle plébiscitée ici non pour sa forme, mais pour l’illusion référentielle qu’elle permet :

<valeur type="émotion" subtype="happage">700 pages et pourtant on ne voit pas le temps passer.</valeur> <valeur type="esthétique" subtype="intrigue">Dumas entraîne le lecteur dans un tourbillon d'intrigues et d'action.</valeur>

100L’intrigue est ainsi un critère de première importance, qui détermine très significativement l’évaluation de l’œuvre ; une intrigue évaluée comme pauvre entraîne ainsi une recommandation négative de l’œuvre (+0.30).

101Cette prévalence de l’intrigue apparaît nettement dans le graphique qui suit, qui présente les deux premiers plans de l’analyse en composantes principales (ACP) que nous avons effectuée sur le corpus Avis, à partir du jeu de valeurs adopté et des métadonnées extraites :

Figure 4 : Positionnement des valeurs et des métadonnées sur les deux premiers axes factoriels

102La méthode factorielle adoptée, qui propose un résumé descriptif des observations, nous permet d’observer la structure de la critique littéraire sur Amazon, qui s’organise autour des deux grands modes de sanction institués par le site : sanction des lecteurs par l’évaluation (axe 1) et sanction des clients par le vote utile (axe 2). Cette observation est éclairante quant aux modes de régulation et de formation d’un genre collaboratif, soumis à des impératifs forts de standardisation et d’homogénéité.

103Le versant positif de l’axe permet ainsi d’observer les valeurs impactant le plus l’évaluation de l’œuvre, et on y observe les positions particulières de l’intrigue et du happage, et plus spécifiquement, de l’ensemble des valeurs émotives et morales23.

104Fait notable, l’originalité du texte, moins représentée dans le corpus, mais dont on relève tout de même des traces dans 25% des commentaires, s’oppose sur les deux plans à la sanction des lecteurs et des votants. Indice d’une lecture plus distanciée, l’originalité s’oppose très significativement à l’émotion (corrélation négative de -0.22). Cette exclusion de l’originalité dans le processus de sanction évaluative illustre bien le statut de consommable conféré au livre, qui se doit de répondre aux attentes des lecteurs et de leur éviter toute (mauvaise) surprise.

Conclusion

105Cette analyse consistait donc à caractériser le dispositif discursif d’un genre émergent, en nous appuyant sur le modèle axiologique de Dufays. Les résultats n’avaient pas réellement pour fonction de valider la priorité de telle type de lecture sur une autre – l’importance de la lecture participative était déjà connue -, mais de quantifier les types de valeurs et d’entrevoir leur complémentarité. Nous avons pu observer ainsi que la lecture n’est pas une pratique individuelle, mais une pratique hautement socialisée par les valeurs qu’elle convoque.

106Le corpus étudié, malgré ses traits stéréotypiques, n’a pas encore révélé tous ses aspects qu’une annotation plus précise permettrait de mieux percevoir. Nous pensons, par exemple, que l’annotation des rôles décrits en 3 serait intéressante pour l’observation du rapport type de valeur / rôles. De même, un classement typologique précis des œuvres pourrait être confronté aux types de valeurs convoquées.

107Par ailleurs, une autre catégorisation des valeurs, nous pensons à celle proposée par Martin et White (2005) dans le cadre de l’Appraisal - catégorisation qui n’est pas exclusivement dédiée aux objets culturels - pourrait également être implémentée et confrontée au modèle de Dufays.

108Il serait en outre indispensable de définir et de positionner le genre de la critique littéraire marchande au sein de son discours et de ses champs génériques d’appartenance selon une méthodologie contrastive éprouvée (Poudat, 2006). L’annotation manuelle effectuée pourrait ainsi fonder le développement d’un système de descripteurs évaluatifs adapté, et relevant de différents niveaux linguistiques, qui nous permettrait de multiplier les espaces de comparaisons, à l’aide de corpus de contraste construits de manière raisonnée.

109Les chantiers ouverts par notre étude sont ainsi multiples ; nous en donnons, pour terminer, trois :

110- la comparaison de la critique littéraire amateur avec la critique cinématographique ou musicale amateur ; il serait ainsi intéressant de comparer les différents systèmes axiologiques ;

111- une comparaison interlangues, puisque Amazon est présent dans plusieurs pays (Angleterre, États-Unis, Japon). A partir d’œuvres communes (qu’on imagine majoritairement anglo-saxonnes), peut-on observer des différences discursives (et axiologiques) entre cultures ? Si certains parlent d’une littérature « mondiale » (world literature), peut-on attester une lecture mondiale ?

112- la comparaison, dans l’optique de l’histoire de la réception et de la lecture, entre des avis contemporains et des avis « anciens » ; nous pensons précisément à une étude particulière : la publication des avis des lecteurs de Sue (Galvan, 1998) dont l’analyse du corpus offrirait sûrement des éléments intéressants.

Andreevskaia M. et al., 2007, « All Blogs Are Not Made Equal: Exploring Genre Differences in Sentiment Tagging of Blogs” in International Conference on Weblogs and Social Media

Avesani P., Cova, M., Hayes, C., Massa, P., 2005, “Learning Contextualised Weblog Topics” In Proceedings of WWW 2005 2nd Annual Workshop on the Weblogging Ecosystem: Aggregation, Analysis and Dynamics (Chiba, Japan).

Baroni R., 2007, Tension narrative suspense, curiosité et surprise, Ed. du Seuil

Benamara F., Cesarano C., PicarielloA., Reforgiato D., Subrahmanian V, 2007, “Sentiment Analysis: Adjectives and Adverbs are better than Adjectives Alone”. in : IADIS Applied Computing, Boulder, Colorado, U.S.A, 26-MAR-07-28-MAR-07, ACM, p. 203-206, 2007.

Bestgen, Y., 2006, « Déterminer automatiquement la valence affective de phrases : Amélioration de l'approche lexicale ». Actes des huitièmes Journées internationales d'Analyse statistique des Données Textuelle (179-188), Besançon

Bestgen, Y., 1994, “Can emotional valence in stories be determined from words?” Cognition and Emotion, 7, 21-36.

Charaudeau P.,1988, « La critique cinématographique : faire voir et faire parler », La presse : produit, production, réception, Coll. Langages Discours et Sociétés, Paris, Didier Érudition, p. 47-70,

Coirier P. Gaonac'h D. et Passerault J.M.,1996, Psycholinguistique textuelle : une approche cognitive de la compréhension et de la production des textes, Paris : A. Colin

Dardy C., Ducard D. et Maingueneau D., 2002, Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse, Villeneuve-d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion

Dave K., Lawrence S., et Pennock D., 2003, “Mining the Peanut Gallery: Opinion Extraction and Semantic Classification of Product Reviews”. WWW-03

Dufays, J.L., 1994, Stéréotype et lecture P. Mardaga

Dufays, J.L., 2000, Lire, c'est aussi évaluer. Autopsie des modes de jugement à l'œuvre dans diverses situations de lecture, dans Études de linguistique appliquée, 119, 277-290.

Eco U., 1998, Lector in fabula : le rôle du lecteur ou La coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris : Librairie générale française

Galvan J.P., 1998, Les Mystères de Paris : Eugène Sue et ses lecteurs, L’Harmattan, (2 volumes)

Iser W., 1976, L’acte de lecture théorie de l'effet esthétique, P. Mardaga

Jouve V., 2001, Poétique des valeurs, PUF

Martin J.R. & White P.R.R., 2005, The Language of Evaluation, Appraisal in English, Palgrave Macmillan, London & New York.

Mishne G. et Glance N., 2006, “Predicting movie sales from blogger sentiment”. In Proc. of AAAI-CAAW-06, the Spring Symposia on Computational Approaches to Analyzing Weblogs, Stanford, CA

Normand S., 2002, Les mots de la dégustation du champagne, Paris : CNRS

Picard M., 1986, La lecture comme jeu essai sur la littérature, Paris, les Éd. de Minuit

Poudat, Céline (2006). « Étude contrastive de l'article scientifique de revue linguistique dans une perspective d'analyse des genres » (thèse de doctorat) in Texto! [en ligne], septembre-décembre 2006, vol. XI, n°3-4. Disponible sur http://www.revue-texto.net/​1996-2007/​Corpus/​Corpus.html

Schaeffer J.M., 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris : Éd. du Seuil

Legallois, D. et Ferrari, S.,2006,. « Vers une grammaire de l’évaluation des objets culturels ». In Actes d’ISDD06, colloque international Discours et Document, Schedae :1, p. 57– 68. Presses Universitaires de Caen

Semen « Lecture et lecteur » n°1, 1983

Sue E., éd 1993, Mystères de Paris, Paris, R. Laffont

Turney P.D. et Littman M.L.., 2002, “Unsupervised learning of semantic orientation from a hundred-billion-word corpus”. Technical Report ERB-1094, National Research Council Canada, Institute for Information Technology

Vernier M., Ferrari, S. et Legallois D., 2007, « Discours évaluatif et suivi d’opinion », in Actes des 5èmes Journées de la Linguistique de Corpus, Lorient, France, 2007.

Vernier M., Mathet Y., Rioult F., Charnois T., Ferrari S. et Legallois D., 2007, « Classification de textes d'opinions : une approche mixte n-grammes et sémantique ». In : Actes de DEFT07 3ème DÉfi Fouille de Textes, p. 95–109. Grenoble, France. AFIA.

Wiebe J.M., Rebecca F., et O'Hara, T. P., 1999, “Development and use of a gold standard data set for subjectivity classifications”. In Proc. 37th Annual Meeting of the Assoc. for Computational Linguistics (ACL-99). Association for Computational Linguistics, University of Maryland,

June, pp. 246-253

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Andreevskaia M. et al., 2007, « All Blogs Are Not Made Equal: Exploring Genre Differences in Sentiment Tagging of Blogs” in International Conference on Weblogs and Social Media

Avesani P., Cova, M., Hayes, C., Massa, P., 2005, “Learning Contextualised Weblog Topics” In Proceedings of WWW 2005 2nd Annual Workshop on the Weblogging Ecosystem: Aggregation, Analysis and Dynamics (Chiba, Japan).

Baroni R., 2007, Tension narrative suspense, curiosité et surprise, Ed. du Seuil

Benamara F., Cesarano C., PicarielloA., Reforgiato D., Subrahmanian V, 2007, “Sentiment Analysis: Adjectives and Adverbs are better than Adjectives Alone”. in : IADIS Applied Computing, Boulder, Colorado, U.S.A, 26-MAR-07-28-MAR-07, ACM, p. 203-206, 2007.

Bestgen, Y., 2006, « Déterminer automatiquement la valence affective de phrases : Amélioration de l'approche lexicale ». Actes des huitièmes Journées internationales d'Analyse statistique des Données Textuelle (179-188), Besançon

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bestgen, Y., 1994, “Can emotional valence in stories be determined from words?” Cognition and Emotion, 7, 21-36.
DOI : 10.1080/02699939408408926

Charaudeau P.,1988, « La critique cinématographique : faire voir et faire parler », La presse : produit, production, réception, Coll. Langages Discours et Sociétés, Paris, Didier Érudition, p. 47-70,

Coirier P. Gaonac'h D. et Passerault J.M.,1996, Psycholinguistique textuelle : une approche cognitive de la compréhension et de la production des textes, Paris : A. Colin

Dardy C., Ducard D. et Maingueneau D., 2002, Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse, Villeneuve-d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion

Dave K., Lawrence S., et Pennock D., 2003, “Mining the Peanut Gallery: Opinion Extraction and Semantic Classification of Product Reviews”. WWW-03

Dufays, J.L., 1994, Stéréotype et lecture P. Mardaga

Dufays, J.L., 2000, Lire, c'est aussi évaluer. Autopsie des modes de jugement à l'œuvre dans diverses situations de lecture, dans Études de linguistique appliquée, 119, 277-290.

Eco U., 1998, Lector in fabula : le rôle du lecteur ou La coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris : Librairie générale française

Galvan J.P., 1998, Les Mystères de Paris : Eugène Sue et ses lecteurs, L’Harmattan, (2 volumes)

Iser W., 1976, L’acte de lecture théorie de l'effet esthétique, P. Mardaga

Jouve V., 2001, Poétique des valeurs, PUF

Martin J.R. & White P.R.R., 2005, The Language of Evaluation, Appraisal in English, Palgrave Macmillan, London & New York.

Mishne G. et Glance N., 2006, “Predicting movie sales from blogger sentiment”. In Proc. of AAAI-CAAW-06, the Spring Symposia on Computational Approaches to Analyzing Weblogs, Stanford, CA

Normand S., 2002, Les mots de la dégustation du champagne, Paris : CNRS

Picard M., 1986, La lecture comme jeu essai sur la littérature, Paris, les Éd. de Minuit

Poudat, Céline (2006). « Étude contrastive de l'article scientifique de revue linguistique dans une perspective d'analyse des genres » (thèse de doctorat) in Texto! [en ligne], septembre-décembre 2006, vol. XI, n°3-4. Disponible sur http://www.revue-texto.net/1996-2007/Corpus/Corpus.html

Schaeffer J.M., 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris : Éd. du Seuil

Legallois, D. et Ferrari, S.,2006,. « Vers une grammaire de l’évaluation des objets culturels ». In Actes d’ISDD06, colloque international Discours et Document, Schedae :1, p. 57– 68. Presses Universitaires de Caen

Semen « Lecture et lecteur » n°1, 1983

Sue E., éd 1993, Mystères de Paris, Paris, R. Laffont

Turney P.D. et Littman M.L.., 2002, “Unsupervised learning of semantic orientation from a hundred-billion-word corpus”. Technical Report ERB-1094, National Research Council Canada, Institute for Information Technology

Vernier M., Ferrari, S. et Legallois D., 2007, « Discours évaluatif et suivi d’opinion », in Actes des 5èmes Journées de la Linguistique de Corpus, Lorient, France, 2007.

Vernier M., Mathet Y., Rioult F., Charnois T., Ferrari S. et Legallois D., 2007, « Classification de textes d'opinions : une approche mixte n-grammes et sémantique ». In : Actes de DEFT07 3ème DÉfi Fouille de Textes, p. 95–109. Grenoble, France. AFIA.

Wiebe J.M., Rebecca F., et O'Hara, T. P., 1999, “Development and use of a gold standard data set for subjectivity classifications”. In Proc. 37th Annual Meeting of the Assoc. for Computational Linguistics (ACL-99). Association for Computational Linguistics, University of Maryland,

June, pp. 246-253

Haut de page

Notes

1 Cf. D.Legallois et S.Ferrari, 2006.
2 Voir Semen, 1, 1983.
3 P. Coirier, D. Gaonac'h et J.-M. Passerault, (1996)..
4 U. Eco (1988)
5 W. Iser (1976)
6 On ne confondra pas les valeurs portées par le texte (analysées, par exemple, par V. Jouve (2001) avec les valeurs de la lecture, même si l’interaction entre les deux niveaux est évidente et essentielle.
7 Voir aussi R. Baroni (2007 : 259).
8 M. Picard, 1986.
9 Sous réserve qu’il ait suscité des commentaires.
10 Et qui montre bien au demeurant la valeur d’aide à la décision de la critique sur Amazon.com, destinée à assister le client dans son achat.
11 Le commentateur, même s’il a exécré le livre, sera malgré tout tenu de lui apposer une étoile, évaluation minimale autorisée.
12 En incluant 20 à 30 critiques au plus par œuvre dans le corpus (suppression des critiques les plus récentes si besoin).
13 Votes utiles > 50% de l’ensemble des votes
14 L’analyse du discours de la critique cinématographique professionnelle.
15 Cf. par exemple Mishne et Glance, 2006, qui montrent comment l’opinion des bloggers peut être exploitée pour prédire les ventes d’un film particulier
16 Cf. M. Vernier et al. 2007
17 Généralement validées par un accord inter-annotateurs (de type Kappa). Par exemple, Andreevskaia et al. (2007) procèdent à l’annotation d’un sous-ensemble de 300 phrases de polarité négative / positive / neutre ; Bestgen (1994) affecte une « valence affective » aux mots de quatre textes.
18 http://www.webuse.umd.edu:9090/ pour une démonstration
19 Dave et al. 2003
20 Que l’on observe d’ailleurs au niveau de l’individu, également évalué selon sa fonction sur le site (lecteur sur Amazon.com, vendeur sur eBay, professionnel sur LinkedIn, objet amoureux sur Meetic, etc.).
21 Pourcentage de textes contenant au moins une occurrence de la valeur. Par exemple, 50% des textes contiennent au moins une valeur émotive.
22 Une corrélation positive ou négative entre deux variables est considérée comme significative si elle est supérieure ou égale à 2 / √ (n-1), n correspondant au nombre d’individus pris en compte. On obtient donc un seuil de significativité de 0.12.
23 Encadrés noirs, correspondant à la position des grandes catégories évaluatives (somme de l’ensemble des sous-valeurs par catégorie).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Legallois et Céline Poudat, « Comment parler des livres que l’on a lus ? Discours et axiologie des avis des internautes », Semen [En ligne], 26 | 2008, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 30 août 2014. URL : http://semen.revues.org/8444

Haut de page

Auteurs

Dominique Legallois

Crisco, Modesco, Université de Caen

Céline Poudat

Telecom ParisTech, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page