Navigation – Plan du site

Sémiotique du discours de vulgarisation scientifique

Daniel Jacobi

Texte intégral

1Le propos de ce petit texte est bien délimité : quels sont les différents niveaux de l'analyse du discours de vulgarisation scientifique (v.s.) ?

2La perspective choisie sera diachronique. Mais on verra qu'elle est aussi synchronique dans la mesure où les approches successives persistent et conservent toute leur actualité.

3Est considérée comme vulgarisée toute pratique discursive qui propose une reformulation du discours scientifique. Par discours scientifique on entend communication de spécialiste destinée à d'autres spécialistes. Il use d'une « langue » particulière, de terminologies. On le désignera comme discours source, ésotérique et légitime. Le cas type de discours scientifique correspond à un article publié dans une revue scientifique (diffusée spécifiquement dans la communauté des pairs et lue uniquement par des spécialistes de la même discipline).

4La délimitation que nous venons d'opérer en traçant les frontières de ce que représente le discours scientifique marque simultanément une extériorité, un au delà. Tout autre discours à prétention scientifique sera reformulation, parole exotérique et non légitime. Ainsi se définit un objet pur et idéal (le discours scientifique) et tout un cortège de reflets plus pâles, vulgaires (les discours non scientifiques : vulgarisation, enseignement, information...) qui se contentent de paraphraser, reformuler et traduire l'ésotérisme du premier.

5Cette délimitation de l'extériorité d'un discours masque une argumentation d'autorité. On verra plus loin qu'il s'agit d'un point de vue, d'un parti pris ou plutôt choisi : le discours de v.s. n'a pas de véritable identité. Le définir c'est déjà prendre parti dans l'analyse que l'on veut en faire. Le discours de v.s. ne possède pas de définition stable et reconnue : il est pluriel. Diversité des scripteurs, pluralité des moyens d'expression, dispersion des intentions didactiques, informatives et distractives... la v.s. s'échappe du carcan dans lequel l'observateur cherche à la contraindre.

6L'approche sémiotique du discours vulgarisé suppose un va et vient dans l'intertexte : réseau qui se tisse entre le discours scientifique, sa reformulation et sa réutilisation ; ce qui s'efface compte tout autant que ce qui persiste - on ne peut lire les uns sans avoir à l'esprit la trace des autres ce sera le parti pris de cette analyse. On verra que parti d'une conception naïve du projet vulgarisateur (projet qui s'actualise dans le credo de ses acteurs) telle qu'elle s'est dite avant les années 60 on en viendra, in fine, à replacer la v.s. dans la conception Wébérienne (actualisée par BOURDIEU) du champ scientifique. Dans ce nouveau paradigme l'exposition, la diffusion, la vulgarisation et la popularisation représentent des moyens synergiques orientés par les stratégies de lutte dans le champ scientifique1.

1. Un degré zéro de l'analyse de la v.s. ?

7Soit le dialogue suivant entre l'enquêteur et un vulgarisateur professionnel.

« Quel est mon rôle ? Eh bien je crois que nous tous vulgarisateurs nous sommes placés dans une situation de médiation. Les scientifiques, les techniciens ne savent pas s'exprimer, ou plutôt ils cachent ce qu'ils ont à dire dans un langage incompréhensible. Ils ont besoin de médiation ».

« Comment rendre intelligible ? Le vulgarisateur doit expliquer. Il doit traduire... oui, reformuler. Il s'agit de traduire la science pour la rendre accessible à l'homme de la rue. Parler la science dans la langue de tous les jours. Et simultanément la rendre attrayante et claire. Nous sommes des écrivains, des experts ès - traduction du discours scientifique ».

8La vulgarisation est traduction de la langue savante en langue vulgaire (ou commune plus précisément). Dans ce cas le vulgarisateur se trouve très exactement entre le spécialiste et le non spécialiste; virtuose des deux registres, il interprète le discours de la science en usant du seul registre commun à la pluralité des destinataires : la langue moyenne. Il s'agit d'une traduction intralinguale voisine de l'autre, plus connue, où l'interprète doit faire passer le discours d'une langue cible dans une autre.

9De même qu'un locuteur italien ne peut parvenir à communiquer avec un français sans le truchement d'un interprète, un français moyen ne pourrait pas comprendre le discours du savant sans la médiation d'un journaliste.

10Loin de représenter une prise de position naïve et optimiste cette conception de la v.s. trouve des fondements et des justifications non négligeables.

11La plus connue, empruntée à la sociologie empirique de la communication (née de l'étude fonctionnaliste des mass média — presse, radio, T.V.) a été défendue par MERTON, LAZARSFELD, en France par CAZENEUVE, MOLES et OULIF.

12Elle s'est popularisée sous le nom de « troisième homme », médiateur qui s'interpose entre le spécialiste et le public à seule fin de rendre possible la communication. Mais cette thèse trouve d'autres défenseurs, du côté de la linguistique : SAPIR, voulant distinguer la littérature de la science, écrit :

« Une vérité scientifique est impersonnelle et n'est pas affectée dans son essence par le moyen linguistique particulier qui l'exprime ; elle a surtout autant de portée en chinois qu'en anglais ; mais il lui faut s'exprimer, et s'exprimer linguistiquement. En réalité la conception d'une vérité scientifique se fait par un processus linguistique, puisque la pensée n'est autre que le langage dépouillé de son enveloppe extérieure. Le moyen d'expression approprié d'un énoncé scientifique est donc un langage généralisé et symbolique dont toutes les langues connues sont des traductions. On peut traduire très exactement la littérature scientifique parce que l'expression scientifique initiale est elle-même une traduction de symboles »2.

13Une telle affirmation fonde en droit l'activité des vulgarisateurs : les terminologies scientifiques ne seraient que des masques, d'inutiles oripeaux dans lesquels les savants cacheraient des choses à dire en fait presque élémentaires. L'art du journaliste vulgarisateur consisterait d'une part à retrouver la nudité de la vérité scientifique et à la traduire dans une langue, plus simple, à la portée de tout un chacun. En fait une telle opinion n'est propre ni au lecteur moyen, ni au vulgarisateur. Les scientifiques eux-mêmes sont très critiques vis à vis du jargon des sciences... autre que le leur et le mépris dans lequel des spécialistes des sciences « dures » tiennent les terminologies de la linguistique ou de la sociologie est immense.

14Cette conception de la v.s. pourtant ne peut s'appliquer qu'à un champ très restreint de la science. On ne la rencontre guère que dans les taxinomies descriptives : domaine de l'observable comme l'histoire naturelle (zoologie, botanique, géologie ou même une partie de l'astronomie et de la médecine...) Les objets, les choses et les parties à reconnaître ont été nommés et classés dans des codes systématiques souvent anciens.

15Bombyx mori c'est « le ver à soie » et Iridomyrmex humilis se traduit par « la fourmi d'Argentine ». La dischromatropie peut se désigner aussi sous le nom commun de « daltonisme » (anomalie de la vision colorée).

16Cependant à cette description naïve de l'activité vulgarisatrice s'est opposé un courant plus construit.

2. L'émergence de la théorie de la rhétorique de vulgarisation

17Tout un courant d'analyse de la v.s. est apparu vers la fin des années 60. Il s'est développé dans l'ensemble des sciences humaines et a été actualisé par des linguistes encore tout récemment. Ces travaux se fondent sur la première approche que nous venons de décrire : ils considèrent la v.s. comme une modalité particulière de discours, formulé par des médiateurs — journalistes et édité dans des supports spécialisés (revues de vulgarisation, articles de v.s. publiés dans la presse hebdomadaire ou quotidienne). Pour aller vite on ne citera ici que pour mémoire l'approche sémiologique de JURDANT, de ROQUEPLO (l'effet de vitrine), l'approche sociologique de P. MALDIDIER (la culture en simili) ou encore l'approche psychosociologique de BARBICHON (le jargon comme moyen de sauvegarde d'un pouvoir). Toutes ces analyses ont un effet immédiat : elles contestent fortement l'efficacité du projet de la vulgarisation, montrent que ses effets sont imprévus et opposés à ceux qu'elle prétend atteindre ; en somme la v.s. ne parvient pas à diffuser le savoir, elle trompe ou dupe le public, elle renforce les inégalités culturelles. Mais simultanément tous ces travaux entérinent et soulignent un modèle auquel tous adhèrent au moins implicitement : la vulgarisation est produite par des acteurs spécifiques, les vulgarisateurs, qui reformulent et paraphrasent (ils traduisent) le discours scientifique.

18On peut dire qu'on assiste à une clôture progressive de l'espace décrit : on caractérise les acteurs, leur rôle et leur fonction ; on délimite les contenus qui sont spécifiques ; on classe par niveaux les différents types de publication et on décrit les publics correspondants.

19Enfin on propose une différenciation des types de discours en séparant le discours de v.s. à la fois du discours scientifique, du discours didactique ou du discours encyclopédique.

20Ceci établi et les règles en ayant été élaborées ou mises à jour, on peut alors classer les discours selon ces normes : ils seront ou ne seront pas du type V.S.

21Il faut souligner que là est bien le résultat essentiel de tous ces travaux : ils ont bel et bien « inventé » la rhétorique de vulgarisation et, en dépit des divergences que l'on peut relever ici ou là entre telle ou telle École, ils s'accordent bien entre eux pour reconnaître un objet commun que nous pourrions désigner comme la vulgarisation décrite en tant que paradigme du « troisième homme » (c'est ainsi que MOLES et OULIF ont désigné le médiateur-vulgarisateur).

22Ces travaux se sont révélés très féconds et ils ont probablement si peu d'équivalents ailleurs qu'on considère — sans doute avec raison — que l'École Française est dans ce domaine très en avance.

23L'originalité des recherches les plus récentes des Linguistes français tient à ce qu'ils ont apporté un ensemble de preuves — convaincantes — à l'appui du paradigme.

24Ces analyses suggèrent que le discours de v.s. ne remplace pas le discours source ésotérique, ni ne le traduit réellement.

25Il l'érige en spectacle, le montre, l'exhibe sans jamais l'effacer. Il le dénature, le court-circuite sans pourtant le dévaloriser, ou le remplacer effectivement.

26Pour résumer de façon très cavalière l'ensemble de ces travaux nous en soulignerons trois tendances.

27La première souligne la prédilection du discours de vulgarisation pour des figures (au sens rhétorique) comme l'analogie, et la comparaison.

28Ce trait se marquerait par la prépondérance dans le discours de vulgarisation des métaphores mais aussi comme l'a montré JURDANT par des tournures comme le paradoxisme (image propre à surprendre le lecteur), l'exagération, l'hyperbole...

29En second lieu le souci d'éclairer le lecteur (et de lui faire comprendre le sens du message) se marque par une exacerbation de la dimension métalinguistique.

30Enfin les substitutions synonymiques et l'établissement d'équivalences entre les termes se retrouvent avec un va et vient d'un registre à l'autre, souligné par un jeu très apparent des signes de ponctuation (guillemets, parenthèse). Cette équivalence est toujours réversible et ne donne pas réellement lieu à l'acquisition d'une terminologie ou d'un vocabulaire spécialisé.

31Pour illustrer ce type d'analyse nous prendrons un exemple d'article de vulgarisation3.

« Ce paradoxe, on le sait, est celui de l'immunologie. L'organisme traite comme étranger le tissu qu'on voudrait lui implanter, même s'il lui est utile — tandis qu'il reconnaît encore pour sienne la tumeur qui l'envahit bien qu'elle doive le tuer.
Tout se passe comme si les soldats chimiques chargés de la défense de notre corps étaient des sentinelles un peu butées, plus sensibles à la lettre qu'à l'esprit des consignes. On leur a dit de tirer sur tout ce qui n'était pas de la famille : alors elles abattent le médecin venu les secourir, mais elles laissent passer le cousin qui les empoisonne ».

32Ce passage est un exemple remarquable d'utilisation de l'analogie et des comparaisons dans le souci de frapper l'imagination du lecteur en l'installant dans un paradoxe.

33En effet on remarque que le premier élément apparu dans l'analogie entre les mécanismes immunitaires et la situation de guerre (« les soldats chimiques chargés de la défense de notre corps ») est une idée nouvelle dans le texte. En fait le syntagme ne se substitue pas à un terme scientifique et c'est donc l'animisation qui apparaît d'emblée : les produits immunitaires sont assimilés à des êtres humains auxquels on peut prêter des comportements et des sentiments connus et familiers.

34S'enchaînent alors toute une série de substantifs : sentinelles butées, consignes, médecin, cousin... qui s'inscrivent dans cet univers, installent puis renforcent l'analogie. La comparaison est appuyée par l'usage de verbes comme : tirer sur, abattre, secourir, laisser passer, empoisonner. Ce sont tous des verbes d'action au sens fort qui entraînent sans équivoque le lecteur dans un univers militaro-guerrier. Le domaine militaire est, on le sait, l'un des plus utilisés, dans le répertoire comparatif.

35Le goût pour les comparaisons et la tendance au paradoxisme apparaissent très fortement dans le titrage de l'article : « Hommes et souris unis contre le cancer », « une cellule, valet de deux maîtres », « deux cellules se sont mariées » « Mais qui a tué la tumeur ? » « Le Hamster qui sauve ». Tous ces différents titres et intertitres conduisent à la phrase conclusive qui résume le papier : « L'homme en définitive, sera peut-être sauvé par la souris ».

36Ailleurs dans le même texte on trouve des phrases introduites par des tournures comme «  il signifie en effet... » ou encore celles-ci :

« Au niveau cellulaire au moins c'est un peu comme si l'on parvenait à marier un homme et une souris... »
« ...le reste, toujours présent, est dit inactivé ou réprimé  »
« D'autres travaux concernant l'analyse génétique chez l'homme, c'est-à-dire la localisation des gènes sur les différents chromosomes  »
« Chaque hybride dérivant d'une cellule cancéreuse unie à une cellule normale cela signifie que celle-ci a détruit la malignité de celle-là ».
« Autrement dit, dans la lignée hybride... »
« En d'autres termes, que l'organisme de la souris... »
« Il apparaît alors que l'immunisation de ces souris avait été multipliée par 10 000 : ou, si l'on préfère, qu'elles étaient devenues 10 000 fois plus capables de résister au cancer ».

37Ce relevé, quasi exhaustif, des segments de l'énoncé où apparaît la volonté d'établir des équivalences introduites par des articulations métalinguistiques, montre bien que cette dimension joue un rôle dans le discours de vulgarisation.

38Dans ce dernier exemple quatre éléments distincts se superposent le coordonnant « ou », précédé du signe de ponctuation : puis vient un « si l'on préfère » qui est explicitement métalinguistique.

39En outre une note de bas de page (non citée ici) explicite le mode de calcul du degré d'immunisation auquel la phrase fait allusion.

40Enfin nous avons relevé des illustrations de la troisième tendance relevée par des observateurs de la v.s. : l'équivalence synonymique.

« L'objet des traitements dits “immuno suppresseurs” est de calmer leur zèle intempestif » « leur » réfère ici à « sentinelles », métaphore utilisée on l'a vu pour «  cellules de l'organisme ».
« Les cellules somatiques (cellules du corps) ».
« ...les cellules germinales des mammifères sont capables de reconnaître et rejeter le matériel étranger (un ovule rejettera le sperme d'une autre espèce)... »
« Le second type, dit de la « tumeur SEWA » est un sarcome : un million de cellules tuent la plupart des souris en 3 ou 4 semaines.
Le troisième type, également un sarcome, est celui de la tumeur « MSWBS » : l'inoculation d'une cinquantaine de cellules produit des cancers mortels en 2 ou 3 semaines ».

41Nous avons cité, en dernier, cet assez long extrait qui propose une superposition considérable de termes : type, tumeur, sarcome, cancer, cellule.

42L'équivalence tumeur ≈ sarcome ≈ cancer proposée au lecteur se complique avec les noms génétiques (mis entre guillemets) et surtout l'emploi surprenant pour un non spécialiste — de la métonymie cellules (mis ici pour inoculation ou injection de cellules cancéreuses).

43On voit que la ponctuation (parenthèse, guillemet) joue un rôle important dans la signalisation du discours.

44L'ambiguïté vient de ce que dans ce texte (qui est bien représentatif) les guillemets servent aussi, de façon très fréquente pour l'usage inverse : proposer un raccourci familier d'une expression scientifique jugée complexe.

45Pour décrire l'hybridation de cellules appartenant à des espèces différentes le journaliste dira qu'il s'agit de « fondre » ensemble des cellules provenant d'animaux d'espèces très différentes ». Au lieu de cellules hybrides il écrira « cellules fondues » puis plus loin dans « fondues, ensemble... » il fera disparaître les guillemets.

46L'activation de l'information jusqu'ici réprimée, (renfermée dans le patrimoine génétique) sera décrite comme un « déblocage »...

47Il est bien évident que ce va et vient d'un registre à l'autre, et surtout si l'on ne sait pas lequel est scientifique et lequel ne l'est pas, n'est pas des plus aisés.

48Mais arrêtons là l'énoncé des preuves allant dans le sens du paradigme pour en venir à ses limites.

3. Formations discursives, intertexte et dialogisme dans la science et ses discours

49Les qualités très probantes des analyses qui ont contribué à fonder le paradigme de la « rhétorique de vulgarisation » trouvent cependant parfois leurs limites. La rhétorique de vulgarisation ne peut parvenir en effet à rendre compte de tous les cas rencontrés. L'existence de toute une série de textes marginaux et d'hybrides atypiques (qu'il est vain de considérer comme aberrants ou exceptionnels) contraignent l'observateur à proposer une autre interprétation. Le paradigme du troisième homme suppose la possibilité d'isoler au sein de l'ensemble des discours ayant la science comme objet des rhétoriques distinctes : discours scientifique, discours didactique, discours d'information, récit de science fiction, discours polémique, etc. Cette problématique suppose que, dans un ensemble très large, on puisse parvenir à isoler des sous ensembles discontinus et à les typologiser.

50Pourtant dès que l'on tente de dresser des inventaires assez exhaustifs du type : liste des auteurs ayant publié un papier sur un thème scientifique donné, ou encore liste des titres susceptibles de publier les papiers en question, on va assez vite de surprise en surprise. On découvre par exemple que les journalistes scientifiques (noms des spécialistes de v.s. dans la presse mensuelle, hebdomadaire ou quotidienne) ne sont pas les seuls à publier. Pas mal d'universitaires, de techniciens et de chercheurs signent eux aussi des textes de vulgarisation.

51L'inventaire des titres du secteur éditorial francophone montre qu'à côté de produits nettement marqués comme éditeurs de discours de vulgarisation, coexistent d'autres titres, « inclassables ». Une revue comme « La Recherche » embarrasse pas mal d'observateurs. Voilà une publication qui s'affiche et se définit elle-même comme revue de vulgarisation et que les spécialistes de la v.s. tendent à classer à part, en lui refusant le statut et les attributs du groupe « rhétorique de vulgarisation ». Il n'est pas rare non plus de trouver le même papier publié simultanément dans des supports distincts (avec parfois des titres différents et des variations mineures comme l'illustration photographique il est vrai).

52En analysant de façon isolée (comme trop souvent les spécialistes de la v.s. l'ont fait) les productions scripturales dites de vulgarisation, on perd complètement de vue tout le contexte et le tissu des écrits dans lequel la vulgarisation s'insère.

53Nous proposons de substituer à l'image véhiculée par la rhétorique de vulgarisation une autre représentation de la réalité. Il n'y a pas d'un côté un discours scientifique source, discours incompréhensible par le public moyen et de l'autre un discours second, reformulation et paraphrase du premier destiné au plus grand nombre, mais un continuum, dans lequel les scripteurs, leurs textes et leurs diverses intentions se mêlent intimement.

54Une anecdote illustrera sans difficulté cette particularité : un numéro ancien de Science et vie4 (trouvé dans un lot de livres en solde chez un bouquiniste !) voit figurer à son sommaire un article intitulé : « le dressage d'animaux au laboratoire ». Il est signé par Rémy CHAUVIN.

55L'illustre professeur était à l'époque Maître de Rech. au C.N.R.S. : c'est en tous cas ce que nous apprend une petite ligne imprimée sous le nom de l'auteur en dessous du titre de l'article, page 286.

56L'article est en fait un texte du type point de la question. Mais il débute, selon l'un des canons du journalisme scientifique, par une énigme anecdotique : les secrets (jamais devinés) du dresseur Krall Van Osten qui avait rendu ses chevaux capables d'extraire des racines carrées ! Signalons au passage que, déjà dans ce texte, derrière le psychophysiologiste « sérieux » se profile le non conformiste attiré par les questions de parapsychologie.

57Ainsi R. CHAUVIN écrit, p. 287: « Bien que l'hypothèse d'un dressage du cheval à des signaux inconsciemment émis par les observateurs soit certainement celle qu'il faut retenir, son mécanisme exact n'a pas été élucidé ».

58L'article décrit les principales utilisations des animaux à des fins de psychologie expérimentale : le ver de terre, le pigeon, le singe, les poissons et surtout le rat, dressé et conditionné par de nombreuses équipes. Il montre ainsi une connaissance approfondie de ses pairs et de ses... rivaux. Il écrit par exemple (p. 290) : « Le rat est-il un sujet de choix pour le dressage au labyrinthe ? Malgré la grande expérience des américains, nous croyons qu'il faut répondre négativement à cette question » et suit alors toute une série d'arguments qui étayent sa prise de position.

59On voit donc que cet article, sous couvert de vulgarisation, est déjà (ou aussi) un plaidoyer pour la technique du laboratoire de R. CHAUVIN (utilisation d'un insecte, la Blatte).

« Une petite équipe de chercheurs, travaillant sur ce matériel pourrait constituer “une école française de la Blatte” susceptible peut-être d'en remontrer sur plusieurs points à “l'école américaine du Rat blanc” ».

60Pour mieux expliciter notre analyse nous emprunterons un second exemple à « La Recherche »5.

61Dans cet article on peut repérer un fragment de texte, sorte de discours dans le discours, où les marques d'énonciation indiquent que l'auteur décrit ses propres recherches et les situe dans le contexte international.

62Il va donc inscrire en négatif chez ses concurrents, ce qu'il fera ressortir comme élément positif et preuve de la supériorité de son équipe.

63Comment le produit hormonal a-t-il été isolé ? Quel est le poids moléculaire du produit isolé ? Induit-il des effets biologiques ? En répondant à ces questions l'auteur peut habilement montrer les lacunes et les manques des travaux publiés par les autres chercheurs qui, au plan international, tentent comme lui d'isoler des hormones thymiques. A contrario il pourra mettre en valeur ses propres résultats : le produit qu'il est parvenu à isoler l'a été dans le sérum (il est donc circulant). On en donne immédiatement la preuve : l'ablation du thymus le voit disparaître du sang ; par contre si on greffe un thymus il réapparaît. Cette expérience (l'ablation) et l'administration de la preuve (la greffe) permettent d'anticiper sur les contestations que ne manqueraient pas d'opposer d'éventuels contradicteurs.

64En fait ce discours est un exemple de prudence tactique : certes on critique activement et ouvertement le travail de recherche des pairs — concurrents mais simultanément on recherche des appuis, des alliances et on se ménage des possibilités de retraite prudente. L'auteur suggère par exemple l'existence de plusieurs hormones thymiques (à toutes fuis utiles...) et il n'hésite pas à juger « intéressantes » les hypothèses de ses rivaux.

65On a donc affaire à un cas de dialogisme polémique : les interlocuteurs occupent dans le champ spéculatif des positions antagonistes. Pour autant ni la véhémence, ni l'insulte ne sont permises. La polémique dénote toujours un échange verbal où les bases communes partagées par tous les interlocuteurs sont plus importantes que les aspects particuliers ou les points de vue précis à propos desquels le désaccord peut se faire jour.

66L'affrontement des thèses personnelles suppose pour s'exprimer un ensemble idéologique cohérent : le paradigme disciplinaire commun à un groupe de scientifiques. Tout ce qui réunit les « adversaires » est plus fort que ce qui les sépare. La polémique emprunte des détours tels qu'ils peuvent même ne pas apparaître aux yeux d'un lecteur non averti qui, au contraire, n'y verra que connivence de vocabulaire, de références et de valeurs.

67En fait nos exemples tendent à montrer clairement que l'étude du discours de vulgarisation, comme n'importe quelle analyse de discours, suppose toujours une perspective comparative : le discours de v.s. ne peut être interprété et analysé qu'à la seule condition d'être replacé dans son environnement intertextuel. Le scripteur se place toujours par rapport à des écrits déjà dits, vis à vis desquels il se situe ou avec lesquels soit il polémique soit il fait alliance. Il tente aussi de se placer par rapport à des discours à venir : il prend la parole pour tenir son rang et sa place.

68Pour nous donc le discours de v.s. peut se replacer dans l'ensemble des discours scientifiques (dont il dépend et dérive quand il n'en est pas une variante), discours qui sont caractérisés par une exacerbation de la dimension dialogique (au sens de BAKHTINE).

4. La prise en considération de la figurabilité6

69Pour en terminer avec la revue des approches possibles de la v.s., il faut évoquer une absence. L'une des caractéristiques les plus marquantes des écrits de v.s. est qu'ils se présentent presque toujours comme des documents scripto-visuels. Un article de v.s. est dans la plupart des cas pourvu d'images. Il apparaît comme un message plurigraphique : aux mots du texte sont non seulement ajoutés des éléments visuels d'accroche, de mise en page et de mise en scène, mais aussi une iconographie plus ou moins abondante. Les figures du discours, dans le cas de la v.s., sont à la fois rhétoriques et figura les : aux tropes qui parcourent le texte répondent des images qui s'articulent avec le discours.

70Pourquoi alors les observateurs de la v.s., à quelques exceptions près, refusent-ils de prendre en considération la dimension iconique du document ? Dédain pour ce système de représentation ? Supériorité du discours sur le texte ? difficulté de l'approche sémiologique ? il est impossible d'expliquer ce silence obstiné. Mais le document de v.s. est bel et bien amputé de cette dimension dans presque toute la littérature.

71La polysémie de pas mal de termes qui pourtant reviennent dans les études sur la v.s. (figure est sans doute le terme le plus usité mais on rencontre aussi métaphore, vitrine, spectacle, mise en scène, image, visualisation, exposé, représentation, etc.) suffit amplement à révéler le recouvrement des systèmes de signes. Peut-on pour autant estimer que l'existence d'un double système de signes puisse constituer une clef d'interprétation et de code particulier ?

72On formulerait alors une hypothèse du type « mise en images » postulant l'existence d'une sorte de correspondance ou de redondance entre les deux systèmes. Les figures, qui nous l'avons noté tiennent une place centrale, seraient ainsi doublement présentes. Autrement dit un système de signes suggère des figures que le second système peut concrétiser.

73Lorsqu'on feuillette des revues de vulgarisation en regardant de très près les illustrations de chacun des articles on peut distinguer deux catégories distinctes : certaines illustrations appartiennent en propre à l'univers de l'expérimentation scientifique (inscriptions, tracés et enregistrements obtenus avec l'aide de tout un appareillage — souvent très sophistiqué —) tandis que les autres ont plutôt une fonction de visualisation et de représentation schématique visant à faciliter la mémorisation. (fonction didactique).

74Si par exemple nous reprenons l'article de M. PEJU déjà étudié (en note 3) on retrouve ces deux catégories.

75Ainsi page 67 on remarque une photo (prise sous un microscope à contraste de phase) d'une « culture de cellules hybrides de hamster et de tumeur d'Ehrlich et une autre photo (très agrandie) des « chromosomes des cellules hybrides ».

76Par contre page 69 on trouve une illustration à caractère didactique où sont résumées les principe de l'immunisation par des cellules hybrides et de la sensibilisation aux antigènes qu'elles peuvent provoquer.

77Ces deux catégories correspondent pourrait-on dire à une double tendance : d'une part marquer l'appartenance de la v.s. au champ scientifique en reprenant les référents scripto-visuels propres à l'article ésotérique destiné aux seuls spécialistes; d'autre part satisfaire la fonction didactique, qu'elle s'assigne en proposant des schémas ou des dessins destinés à favoriser l'explication et surtout la mémorisation.

78Pourtant dans ce même article de v.s. on rencontre une troisième sorte d'image. Il s'agit de celle qui se trouve sous le titre de l'article, page 65, et qui est reproduite ci-après.

79Le dessinateur a voulu sans doute y traduire l'idée d'hybridation homme/souris. On se gardera de faire une quelconque exégèse du dessin qui veut peut-être visualiser cette union homme/rongeur et sa naissance (avec une coquille d'oeuf dont l'hybride monstrueux serait comme éclos).

80Ce qui importe ici est surtout la forte dose affectivo-émotive qui irrigue l'image : nudité de l'homme, renforcé par son crâne rasé, yeux énormes de la souris (un rat plutôt ?), caractère troublant de la queue, positions équivoques des deux êtres vivants enlacés. Bien entendu le symbolisme sexuel de l'oeuf contribue à accroître le trouble du spectateur ; comme de plus l'image est imprimée sur une page noire et que l'obscurité en masquant des détails anatomiques souligne et renforce la suggestion... le lecteur/spectateur ne peut pas échapper à la charge fantasmatique.

81D'ailleurs la première ligne du texte « Peut-on marier un homme et une souris, une » (...) est là pour redire l'équivoque puisque chacun sait qu'une souris c'est aussi une jolie jeune femme.
(Cf. dans le petit Robert cette citation de J.-P. SARTRE - 1938 « Elle est drôlement roulée, sa souris, et elle n'a pas dix-huit ans »).

82Nous avons suggéré d'interpréter cette dernière catégorie d'images du document de v.s. comme un cas relevant de ce que S. FREUD, dans son livre sur le rêve, a appelé « la prise en considération de la figurabilité »7; on sait en effet que dans la théorie freudienne du rêve la réalité est travestie pour tromper la barrière de la censure.

83Le travail du rêve, puisque c'est ainsi que FREUD appelle ces mécanismes de transformations, comporte différentes étapes : la condensation, le déplacement, la prise en considération de la figurabilité et enfin l'élaboration secondaire qui redonne de la cohérence à cette mise en scène.

84On peut penser que de telles images sont appelées à jouer un rôle original, propre au discours de v.s. et qui contribuerait puissamment à atteindre l'affect du lecteur.

85De telles images ne s'adressent pas tant à l'intelligence rationnelle qu'à la sensibilité (intuitive ou apprise) comme ces contes ou légendes, enfouis dans la mémoire collective du folklore et qui, en dépit de l'usure du temps, gardent tout leur pouvoir évocateur.

86En établissant cette typologie sommaire nous ne prétendons pas avoir fourni une explication définitive. L'exploration de la dimension scriptovisuelle des documents de v.s. reste à entreprendre.

87Remarquons simplement que lorsque le même auteur présente son thème de recherche à des publics distincts, en donnant à paraître des copies distinctes à des revues dont certaines sont ésotériques et d'autres pas, l'iconographie qui accompagne les textes se transforme.

88Ainsi les courbes qui dans le discours scientifique tiennent lieu, avec une grande fréquence, d'illustration (elles traduisent les variations paramétriques et enregistrent les modifications d'état que le dispositif expérimental imaginé par le chercheur permet de provoquer à l'appui de ses hypothèses) ne sont pas systématiquement reproduites dans le discours de v.s.. On pourrait faire remarquer, que de plus, dans le cas où elles le sont, elles perdent le statut de « preuve » ou « résultat » pour devenir argument d'autorité (le lecteur dans ce cas ne dispose pas des référents contextuels lui permettant de discuter la validité des résultats).

89La préférence qu'on observe assez souvent pour des illustrations du type « figurabilité de la science » dans la v.s. (à la courbe est substitué un dessin humoristique) est une indication précieuse et qu'il faudra prendre en compte pour construire une sémiotique du discours de v.s.

5. La v.s. et sa place dans le champ scientifique

90Toutes les approches construites autour du paradigme du troisième homme ont connu incontestablement une certaine suprématie. Pourtant ce succès a contribué à masquer un aspect très important : la place de la v.s. à l'intérieur du champ scientifique. Loin de constituer une rhétorique indépendante, comme beaucoup d'analyses récentes ont tendu à la construire, la v.s. est d'abord une composante du champ scientifique. En faire une rhétorique spécifique, isolée du discours scientifique, n'est sans doute pas tout à fait justifié. En analysant la v.s. de façon séparée, comme une rhétorique autonome, on perd sans doute de vue la logique et la cohérence de l'ensemble du champ scientifique dont elle n'est qu'une des composantes, obéissant à ses règles et gouvernée par lui.

91Contrairement à l'idée défendue par les vulgarisateurs (qui prétendent que la communauté scientifique n'a ni le souci, ni la compétence de diffuser le savoir) vulgariser est une activité importante, qui a un rôle à jouer non seulement dans les stratégies de lutte et de conquête qui caractérisent le champ scientifique mais aussi dans les activités de recherche elles-mêmes8.

92C'est d'ailleurs l'idée que des auteurs aussi différents que MARX et WEBER ont défendue tour à tour. Mais la définition du champ scientifique (et son analyse) se retrouve dans tout le courant actuel des analyses de type Science, Technologie, Société9 ou encore chez BOURDIEU10 MARX tout d'abord a témoigné (dans les préfaces du « Capital ») de la rupture, nécessaire à ses yeux, entre d'une part ce qu'il appelle la logique de l'investigation (de la recherche) et celle de l'exposition (de l'écriture en vue de la diffusion). La seconde ne se superpose pas à la première et le chercheur doit pour exposer sa recherche choisir un stratagème adapté.

93L'exposé scientifique ésotérique obéit aujourd'hui à un certain nombre de règles qui sont de type épistémologique flou (préférence pour l'approche inductive et le mode empirique). La lecture attentive de discours de cette catégorie peut cependant aisément montrer qu'il n'est jamais le pur reflet des étapes de la recherche, qu'il est évidemment construit selon une stratégie d'exposition (souci de convaincre), qu'il comporte une dimension polémique ou dialogique.

94WEBER dans la plus grande part de son oeuvre méthodologique cherche à trancher les débats entre la subjectivité des choix ou des engagements (qui sont affectifs, émotionnels pour employer ses propres termes) et l'universalité des résultats scientifiques (rationnels quant à eux) qu'il tente d'établir.

95Mais dans la conception idéale du savant qui est la sienne, WEBER en fait aussi un homme politique et public (ce que pour sa part il a tenté de faire sans toujours y parvenir comme le remarque R. ARON)11.

96Nous avons esquissé, à partir d'études de cas, des preuves qui vont dans le sens indiqué par WEBER. Non seulement le discours scientifique est manipulé, agi par des acteurs sociaux qui recherchent le recours ou l'appui de la parole des « experts » mais, plus encore les scientifiques et les spécialistes ne refusent pas d'agir eux-mêmes et de mêler leur voix au débat (cf. le DES et les enjeux de l'utilisation sociale des hormones de synthèse dans l'élevage industriel)12.

97Pour BOURDIEU le champ scientifique est dominé par la lutte entre les pairs (qui sont tous des concurrents adversaires) et la compétition pour imposer son point de vue ou ses théories. La recherche de la plus grande notoriété possible tend à rendre certains chercheurs plus connus, plus visibles, présents à la fois parce qu'ils sont cités par les autres et parce que leur propre langage (leurs concepts, le sens qu'ils donnent à certains mots, voire les terminologies qu'ils créent) est repris par d'autres chercheurs, s'impose et peut devenir la façon de lire la réalité pour la comprendre et l'expliquer.

98Dans cette quête de l'autorité pour devenir celui qui tient le langage autorisé, les écrits légitimes (discours sources et ésotériques destinés aux pairs et lus seulement par eux) tiennent une grande place.

99Cependant tous les autres écrits du continuum, les dégradés de ce discours occupent la leur. Celle-ci est bel et bien indispensable pour parvenir à la reconnaissance et à la légitimation.

100Bien plus il n'est pas exclu que l'on puisse apporter la preuve que la socio-diffusion des concepts au sein de la communauté scientifique elle-même se fasse plus rapidement (et auprès d'un plus grand nombre de spécialistes appartenant à d'autres disciplines) par le discours de v.s. que par les seuls écrits primaires les plus légitimes13.

101Si l'on veut bien admettre que le but de la science est d'imposer une connaissance du vrai alors on comprend que tous les moyens de diffusion des concepts visant à les faire utiliser et employer par d'autres ont un rôle à jouer. Il est probable que celui de la v.s. a été très largement sous estimé jusqu'à présent par la plupart des observateurs.

102Voulant analyser la v.s. comme outil d'éducation du plus grand nombre, les spécialistes de la communication ont oublié de s'intéresser aux effets plus manifestes et plus importants sur des groupes restreints, mieux ciblés qui pourront ensuite réutiliser les concepts appris auprès des groupes avec lesquels ils entretiennent des relations sociales.

Haut de page

Notes

1 Ce texte, rédigé en août 1983, ne reprend qu'une partie des idées exposées au séminaire de J. PEYTARD (PARIS, avril 1982) Certaines de celles-ci ont été publiées ailleurs mais surtout de nouveaux résultats m'ont conduit à revoir pas mal d'entre elles.
2 SAPIR, E., Le langage (trad. S. M. GUILLEMIN) P. B. Payot - 1967 (p. 218-219).
3 Les exemples cités ici sont extraits de « Hommes et souris unis contre le cancer  », Marcel PEJU - Science et vie, 628, janvier 1970 p. 65-70 ; on s'est volontairement limité à un seul exemple, choisi presque au hasard, dans une collection de la revue.
4 Il s'agit du tome LXXII, n° 363, publié en décembre 1947 (p. 286 à 291) - Science et vie est non seulement une des plus lues des revues de v.s. mais aussi l'une des plus anciennes. Sa politique éditoriale a varié au fil des orientations voulues par les rédacteurs et responsables successifs.
5 BACH, J.F. - Le thymus - La Recherche, 90, juin 1978 - p. 536-543.
6 Voir à ce sujet le chapitre 6 - Le travail du rêve in FREUD, S. - L'interprétation des rêves - (Die Traumdeutung) PUF 1967.
7 Cf. JACOBI, D. - Figures et figurabilité de la science dans des revues de vulgarisation - à paraître in Langages.
8 Pour un exposé plus détaillé de ce point de vue cf. JACOBI, D. - Diffusion vulgarisation et popularisation des connaissances scientifiques - Education Permanente, 68, 1983, (p. 109-128).
9 Pour un aperçu de ce courant consulter par exemple le bulletin Pandore (B. LATOUR).
10 BOURDIEU, P. - Le champ scientifique - Actes de la Rech. en sc. soc.  2 -3, 1976.
11 WEBER, M., Essais sur la théorie de la science – Plon – 1965. ARON, R. - Les étapes de la pensée sociologique – Gallimard – 1967.
12 Voir à ce sujet notre communication au 3ème colloque Besançon - Neuchatel (octob. 1983)
JACOBI, D. - Un produit à problèmes ; le diéthylstilboestrol (D.E.S) in « Construction et transformation des objets du discours » - t. II. Travaux du C. de Rech. Sémiol., 47 - Neuchâtel, 1984, p. 113-145
13 SHINN, T. - Expository science ; forets and functions of popularization ronéo, 1983.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/4291/img-1.png
Fichier image/png, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Jacobi, « Sémiotique du discours de vulgarisation scientifique », Semen [En ligne], 2 | 1985, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/4291

Haut de page

Auteur

Daniel Jacobi

Institut National de Promotion Supérieure Agricole (Dijon)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page