Navigation – Plan du site

Paradigmes désignationnels

Marie-Françoise Mortureux

Notes de la rédaction

Ce texte reprend et développe la trame d'une intervention faite au Séminaire de troisième Cycle animé par Jean Peytard et Sophie Moirand le 16 mars 1991.

Texte intégral

Définition

1Pour définir le concept de paradigme désignationnel, il est utile de le replacer d'abord dans le contexte des recherches où il est apparu.

2C'est l'analyse de discours qui a attiré l'attention sur les phénomènes dont il doit rendre compte ; dès 1975, le numéro 37 de la revue Langages mettait l'accent sur les notions de substituabilité et de paraphrase discursive : c'est la substituabilité d'une unité dans un discours donné, écrivait P. Henry, qui lui confère dans ce discours un caractère référentiel (p. 89). La notion de paraphrase discursive est une notion « contextuelle » en ce sens que les paraphrases discursives dépendent des conditions de production et d'interprétation (p. 95).

3L'analyse des discours relevant du champ scientifique et technique (discours spécialisé) a conduit à préciser la notion de paraphrase discursive et à dégager le concept de reformulation (Peytard et alii. 1984) : la question nodale posée est celle de la reformulation des discours scientifiques et techniques dans diverses situations : celles de l'enseignement, de la traduction, des échanges conversationnels au laboratoire, de la « vulgarisation ». Autant de lieux et de motifs pour reformuler un discours d'origine en un discours second, sans que s'efface, au passage, le label « scientifique et technique ». (Langue française n°64, p. 3).

4A la date où paraît ce numéro de revue, M.-Fr. Mortureux et D. Jacobi ont déjà établi, dans leurs corpus respectifs, l'existence de paradigmes de reformulants pour un vocable donné (paradigme du verbe tourner dans le Premier Soir des Entretiens sur la pluralité des Mondes de Fontenelle, et du diéthylstilboestrol dans la polémique du « veau aux hormones »). Il s'agit, en première approximation, de listes de syntagmes (en général nominaux, parfois verbaux) fonctionnant en coréférence avec un vocable initial dans un discours donné. Il faudra, ultérieurement, préciser la chose en distinguant d'abord, parmi les reformulants, entre syntagmes à valeur désignative et périphrases définitionnelles (paraphrases) ; mais ce point apparaîtra plus clairement à travers la question du repérage de ces paradigmes. Se posera aussi la question du choix du vocable initial.

5La problématique des paradigmes, en effet, inclut leur repérage, impliquant ce choix, et, au moins partiellement, leur description sémantique, puis leur interprétation.

Repérage

1. Métalangage (paraphrase in praesentia)

6D'abord, un ensemble de reformulants se trouve signalé dans le discours à travers divers procédés métalinguistiques ou typographiques.

7Les premiers rassemblent toutes les structures syntactico-lexicales faisant intervenir les verbes et noms métalinguistiques : signifier, désigner, nommer, s'appeler, mot, terme, nom, ... ainsi que leurs nombreuses variantes, qui établissent une équivalence entre un terme et une séquence reliés syntaxiquement par ces verbes ou noms. Le métalangage, analysé par J. Rey-Dehove (1978), est régulièrement pris en compte par les analyses automatiques de textes parmi les signaux de terminologie dans les discours spécialisés (voir G. Osman 1989), où il apparaît très fréquemment, aussi bien dans la démarche proprement scientifique, productrice de connaissances, que dans la diffusion et la vulgarisation ; on trouvera dans Langue française n°53 (Mortureux 1982, notamment p. 50-56) une description de ses manifestations dans des discours spécialisés.

8Voici quelques exemples de reformulations explicitées par le métalangage :

  • désigner :

9Si ce verbe se rencontre très rarement, (voir ci-dessous) on peut voir dans la phrase suivante une variante de la relation de désignation:

en se formant, par l'association de nucléons, les noyaux émettent des photons qui transportent au loin l'énergie et l'entropie dégagée par ce phénomène. Pour la suite du discours, il sera commode d'utiliser le terme entropie nucléaire pour décrire cette contribution à l'entropie cosmique. (Reeves H., p. 124).

10Le syntagme contribution à l'entropie cosmique reformule entropie nucléaire en reprenant la phrase précédente. Cependant, on peut aussi voir dans la co-occurrence de terme et décrire une variante de nommer, verbe dont les occurrences et les variantes sémantiques sont très nombreuses :

  • nommer, appeler :

En analogie avec l'entropie nucléaire, on appellera entropie électromagnétique celle qui est transportée par les photons issus de la formation des atomes et des molécules. (Reeves H., p. 127).

11Le terme entropie électromagnétique est reformulé (défini) par la séquence qui le suit celle qui...

12Variante :

un cosmos où la vitesse d'expansion serait strictement égale à la vitesse d'échappement. On parle alors de densité critique. (Reeves H., 151).

13Les structures métalinguistiques ne laissent guère d'hésitation sur le terme qui doit servir d'origine au paradigme, c'est-à-dire le terme reformulé ; qu'il apparaisse comme thème d'une phrase définitionnelle (à verbe signifier ou désigner), ou comme prédicat d'une phrase dénominative, le propre de ce métalangage explicite est de signaler la relation reformulante, en distinguant reformulé et reformulant.

14Mais toutes les structures répertoriées par J. Rey-Debove (1978) ne se rencontrent pas dans les textes avec une égale fréquence ; en particulier, les verbes signifier, désigner qui, aux termes du classement qu'elle établit, marqueraient la plus forte densité métalinguistique, sont rares, voire absents des textes observés dans le champ de la vulgarisation ; en effet, l'approche sémiotique des discours qui en relèvent conduit à la conclusion suivante : Effacement du métalangage, et "dégradé" dans ses manifestations caractérisent la sémiotique de la vulgarisation. (Mortureux 1982, p. 51-54). Ces propriétés compliquent la répartition entre reformulé et reformulant, en substituant à la dépendance du second relativement au premier une apparente équivalence.

  • être :

15A ce premier groupe se rattachent, précisément, certains emplois du verbe être qui illustrent ce dégradé, puisque ce verbe est sémiotiquement ambigu, supportant des prédications mondaines aussi bien que métalinguistiques ; dans ce dernier cas, il peut introduire des paraphrases définitionnelles, comme dans l'exemple suivant :

Par définition, le logarithme est l'exposant qu'il faut assigner à un nombre (la base) pour obtenir un nombre choisi. (Reeves H., p. 241).

16Puis on rencontre des coordinations et juxtapositions qui, de même que le verbe être peuvent relever du métalangage, l'explication fournie ou l'équivalence posée portant sur les mots :

  • coordination par ou, et ses variantes (en d'autres mots, c'est-à-dire)

des galaxies, des étoiles, en d'autres mots des centres de nucléation gravitationnelle. (Reeves H., p. 132).

particules vingt fois moins énergétiques mais vingt fois plus nombreuses. C'est-à-dire porteuses de vingt fois plus d'entropie. (Reeves H., p. 95).

  • juxtaposition

Grâce à cet écart de température, à ce déséquilibre thermique... (Reeves H., p. 93).

17Ces trois derniers procédés, qui tendent à estomper le métalangage, s'observent, eux, très souvent.

18Il faut noter en outre que la simple juxtaposition, privée de signal typographique, peut s'avérer particulièrement délicate à interpréter, puisque la perception du métalangage va de pair ici avec la reconnaissance d'une co-référence entre les deux séquences juxtaposées ; or cette co-référence est elle-même liée à la connaissance du domaine (extralinguistique) de référence, connaissance en principe incomplète, inachevée, dans le cas de discours spécialisés, surtout s'il s'agit de diffusion ou de vulgarisation.

19C'est dire qu'en dépit de ces marques syntactico-lexicales qui structurent sémiotiquement le discours, le repérage des reformulations impose toujours une observation et une analyse attentives.

2. Diaphore

20L'ensemble des mécanismes qui assurent la cohésion textuelle à travers l'anaphore et la cataphore joue un rôle aussi important dans la reformulation ; c'est cet ensemble que M. Maillard a proposé de regrouper sous le terme récent de diaphore : Après avoir utilisé quelque temps le mot anaphore comme le terme non-marqué de l'opposition anaphore/cataphore, nous avons ressenti le besoin d'utiliser un hyperonyme pour « couvrir » ces deux processus de sens contraire. (Maillard 1989, t. 1, p. 55 ;et, pour un commentaire, Mortureux 1990, p. 118). En effet, la diaphore (anaphore et cataphore) ne repose pas seulement sur le fonctionnement des pronoms représentants et des déterminants qui leur sont associés, mais tout autant sur les relations lexicales, entre les noms figurant dans les syntagmes nominaux.

  • anaphore :

21le syntagme greffe de moelle, qui forme le titre d'un article du journal Le Monde, est repris dans la suite de cet article par les syntagmes suivants : cette thérapeutique, cette pratique, une thérapeutique lourde et sophistiquée.

22Dans les deux premiers cas, l'occurrence du démonstratif crée une anaphore grammaticale, imposant une coréférence entre la greffe de moelle et les deux syntagmes en question ; dans le troisième, l'occurrence du nom thérapeutique suffit à établir la coréférence, non seulement à cause de la précédente occurrence, mais aussi en vertu de la relation lexicale entre les deux noms (hyperonymie, voir ci-dessous) ; enfin, la même remarque vaudrait pour pratique, si bien que les deux premiers syntagmes apparaissent comme jouant à la fois de l'anaphore grammaticale et lexicale.

  • anaphore grammaticale, lexicale :

23Si, dans les syntagmes nominaux composant les paradigmes désignationnels, l'anaphore grammaticale est assurée par l'article défini ou le démonstratif, l'anaphore lexicale joue de plusieurs types de relations : simple répétition du même terme, synonymie, hyperonymie, mais aussi métonymie entre le terme reformulé et ses reformulants : ainsi, séisme ou tremblement de terre, eux-mêmes synonymes, peuvent-ils être repris par secousse (voir ci-dessous).

  • cataphore :

24La cataphore grammaticale se réalise notamment à travers les constructions du type ça m'intéresse de venir, il est nécessaire de savoir...

25Je n'ai pas trouvé d'exemple de pure et simple cataphore lexicale dans les textes examinés ici. Mais certains enchaînements entremêlent et superposent anaphore et annonces (justifiant admirablement la création du concept de diaphore) ; ainsi :

Autour des grains de sable... la glace prend et se propage rapidement jusqu'à immobiliser toute la nappe liquide. Ces corps minuscules accélèrent considérablement la solidification. En l'absence de tels centres de nucléation, le gel n'arrive pas à suivre le rythme du refroidissement... (Reeves H, p. 109).

26On voit dans cette séquence que l'anaphore (grammaticale par tels) double l'isotopie sémantique portée par le lexique (autour des grains... se propage... accélèrent la solidification... centres de nucléation), l'occurrence du terme centre de nucléation venant clore la présentation du phénomène.

27Autre exemple (cité ci-dessus) :

en se formant, par l'association de nucléons, les noyaux émettent des photons qui transportent au loin l'énergie et l'entropie dégagée par ce phénomène. Pour la suite du discours, il sera commode d'utiliser le terme entropie nucléaire pour décrire cette contribution à l'entropie cosmique. (Reeves H., p. 124).

28Ici s'observe le cumul de deux reformulations, l'une précédant, l'autre suivant le terme entropie nucléaire ; en effet, le syntagme cette contribution à l'entropie cosmique reprend (par l'occurrence de l'anaphorique grammatical cette) la phrase précédente ; or celle-ci, exprimant l'émission et la diffusion des photons dans l'espace, entretient sans nul doute une relation de paraphrase avec le terme entropie nucléaire autant qu'une relation de co-référence avec le syntagme contribution à l'entropie cosmique ; cette relation de paraphrase, explicitée par la syntaxe (anaphore et occurrence de utiliser le terme pour décrire) s'appuie aussi sur le sens lexical des vocables présents.

29D'une façon générale, la diaphore est très liée à la thématisation ; et le repérage du paradigme se confond à peu près dans ce cas avec celui des syntagmes référant au(x) thème(s) du discours (voir ci-dessous).

3. Typographie

30La ponctuation et la typographie (guillemets, parenthèses, caractères gras ou italiques) peuvent fonctionner comme marque, discrète et non univoque, d'activité métalinguistique, et notamment de reformulation.

31Dans l'exemple (que l'on vient de citer) concernant les centres de nucléation, ce terme, comme la séquence accélèrent considérablement, sont imprimés en italique ; cette indication typographique souligne la relation de reformulation entre le terme, et la phrase précédente qui en suggère une définition.

32Mais il arrive aussi que seule la typographie suggère l'activité métalinguistique ou métadiscursive (connotation autonymique) ; c'est dire que là encore, la difficulté peut être de repérer la séquence reformulante d'un terme signalé par la typographie.

33Tous les cas évoqués jusqu'ici ont en commun de signaler la relation entre le terme reformulé et ses reformulations ; les deux membres, co-occurrents proches sur l'axe syntagmatique, sont le plus souvent reliés par la syntaxe elle-même, au sein de la même phrase (verbe, coordination, juxtaposition), ou entre deux phrases (anaphore).

4. Equivalence distributionnelle (paraphrase in absentia)

34Il n'en va pas de même dans le dernier cas de figure à mentionner, où la reformulation affecte la forme d'une pure et simple substitution. Ce type de paraphrase in absentia se trouve en particulier dans des énoncés longs : livre plutôt qu'article de journal. Sa perception repose sur une analyse distributionnelle établissant une équivalence (formelle) entre des syntagmes qui, quelle que soit leur relation sémantique en langue, peuvent fonctionner dans le discours donné comme des coréférents ; ainsi, dans les Entretiens sur la pluralité des Mondes de Fontenelle, l'analyse distributionnelle dégage les récurrences suivantes :

le soleil est au centre du monde
le soleil éclaire le monde

35L'équivalence formelle entre être au centre du monde et éclairer le monde renvoie à la relation biunivoque posée par la physique cartésienne entre la position centrale d'un astre dans un tourbillon et l'émission de lumière ; ce ne sont que les deux faces d'un unique phénomène ; et seule cette équivalence le signale.

36Il est clair que ce genre de reformulation peut passer inaperçu, et cela pour deux raisons au moins : d'une part, sa perception ne repose pas sur une lecture linéaire de l'énoncé ; et de l'autre, l'interprétation de l'équivalence est dictée le plus souvent par des connaissances qui ne sont pas explicitées en tant que telles par le discours. La paraphrase in absentia constitue certainement l'un des procédés les plus caractéristiques de la vulgarisation comme discours double, offert à des lectures de niveaux différenciés en fonction de la culture préalable (préacquis) du récepteur (Mortureux 1984).

Paradigmes désignationnel/définitionnel

37L'ensemble des syntagmes ainsi relevés regroupe donc deux catégories qu'oppose leur statut discursif, selon que la relation de reformulation est explicitée ou non ; de ce point de vue on peut distinguer entre les premiers, qui, au sens strict, proposent des reformulations (plus ou moins) définitionnelles, et les autres qui constitueraient le paradigme désignationnel. Mais, comme on l'a vu, la frontière n'est pas nette entre les deux types de paraphrase : d'une part, les procédés de paraphrase in praesentia vont du plus "voyant" au plus discret (de la phrase à terme métalinguistique à la simple juxtaposition) dessinant un dégradé plutôt qu'une bipartition ; et d'autre part, toute paraphrase définitionnelle peut donner lieu à une reprise anaphorique qui, en reprenant un segment de définition, l'intègre de fait au paradigme désignationnel, selon une formule du type :

la Terre est une machine à multiplier les photons. Cette machine ...

38On voit que le segment repris est l'incluant des définitions hyperonymiques (Martin 1983, p. 54-60), et ce genre d'anaphore, à la fois grammaticale et lexicale, est toujours disponible.

39Concernant ce phénomène d'intégration au paradigme désignationnel de fragments de définitions, on peut dire que la longueur et le genre de l'ouvrage ont une certaine influence : un livre, offrant nécessairement une structuration des thèmes à la fois plus riche, plus complexe qu'un article, peut le favoriser localement (à l'intérieur d'un chapitre) ; d'un autre côté, le degré de didacticité peut conduire à accentuer la cohésion de l'énoncé en multipliant les reprises anaphoriques les plus explicites (par répétition des vocables, entre autres) : Aussi, compte tenu de l'intérêt que revêt d'une façon générale pour l'interprétation des discours l'ensemble des reformulations, vaut-il mieux ici négliger cette bi-partition - du moins la reléguer à un niveau inférieur - pour prendre en compte la totalité des segments reformulant un terme, quelle que soit dans le discours leur relation syntactico-sémiotique à ce terme : segment définitionnel ou substitut désignationnel.

Analyse

40La première tâche qui s'impose, une fois constitué le paradigme, c'est d'observer systématiquement, pour les décrire, les relations sémantiques reliant les vocables figurant dans les syntagmes relevés. La liste suivante rappelle les principales, et on se contentera de citer un ou deux exemples de chaque type.

41Mais il convient de distinguer nettement les relations inscrites en langue (entre lexèmes correspondant aux vocables) de celles qu'instaure, à proprement parler, le discours lui-même ; les premières, en principe, sont répertoriées dans les dictionnaires de langue, et disponibles en permanence, quelle que soit la situation d'énonciation, tandis que les secondes sont liées étroitement à une énonciation donnée ; cette différence, on le verra, est pertinente pour l'interprétation des discours.

42De plus, cette distinction mène à affiner l'analyse proprement sémantique des relations lexicales : en effet, l'observation montre que ces dernières sont plus ou moins étroites, directes, explicites, si bien que la notion d'analyticité (de vrai par définition, par référence au code de la langue, voir par exemple Martin 1987) s'offre elle-même à une diversification, qui contribue à caractériser les discours.

1. Relations lexicales

43Les relations sémantiques considérées traditionnellement comme structurales dans le lexique sont la synonymie et l'antonymie, l'hyponymie et l'hyperonymie (pour une description, voir Tamba, 1988) ; j'y ajouterai ici quelques manifestations de la métonymie qui semblent bien relever de relations régulièrement disponibles dans le lexique.

  • synonymie/antonymie

44On peut ranger parmi les synonymes les deux termes : séisme et tremblement de terre ; en effet, en dépit de sa formation savante, le premier ne fonctionne pas autrement que le second, et leur équivalence est régulièrement mentionnée dans les dictionnaires, chacun des deux renvoyant à l'autre (Reboul à paraître en 1992).

45Un exemple de reformulation faisant intervenir l'antonymie peut être fourni par l'occurrence du syntagme problème de l'emploi, qui, dans le contexte socio-économique actuel, renvoie en fait à la même chose que problème du chômage.

46Contrairement à ce qu'on pourrait sans doute imaginer, la synonymie et l'antonymie ne sont pas les relations les plus fréquemment utilisées par la reformulation ; en effet, leurs propriétés limitent étroitement leur application : si la règle veut que chaque lexème (ou presque) puisse commuter avec tel ou tel autre dans un environnement donné, la synonymie, au sens strict, postule que cette commutation soit possible dans un nombre maximal d'environnements, ce qui en fait est très rare ; la polysémie des lexèmes donne à la synonymie la double propriété d'être à la fois généralisée et étroitement limitée, éclatée ; on ne rencontre pas si souvent des paires semblables à celle citée ci-dessus.

  • hypo/hyperonymie

47Cette relation hiérarchique entre lexèmes reflète une classification qui relève de l'analyticité ; elle est massivement attestée par les définitions de dictionnaires ; la double inclusion qui la définit (inclusion de la classe de référents de l'hyponyme dans celle de l'hyperonyme et du sémème de l'hyperonyme dans celui de l'hyponyme) détermine le sens de la reformulation anaphorique qui la met en jeu : l'hyperonyme (plus "vague") reprenant l'hyponyme (plus "précis"). Ainsi une rose peut-il être repris par la fleur ..., le terme timbre-poste par vignette qui lui sert régulièrement d'incluant dans les définitions lexicographiques.

  • Métonymie

48Sous ce terme je rangerai toutes les reformulations qui se fondent sur une solidarité de fait entre les référents des vocables ; deux modes de solidarité apparaissent très fréquemment : d'une part la relation qui unit un ensemble et les éléments qui le constituent (la méréonymie Martin 1991), d'autre part celle qui unit un appareil et sa fonction ; cette dernière détermine l'usage courant du mot minitel pour désigner aussi bien le terminal domestique que le service auquel il donne accès (Reboul 1988), service nommé videotex ou vidéographie interactive par les spécialistes. Ce fonctionnement reproduit un modèle autrement attesté par des mots comme téléphone, télévision,... dont la polysémie est parfaitement lexicalisée. Quant à la méréonymie (par exemple, l'emploi de, faisceau (de lumière) pour désigner le laser), il convient de ne pas la confondre avec l'hypo/hyperonymie, car l'appartenance des parties à un ensemble est autre chose que l'inclusion de classes.

49C'est la fréquence et la régularité de ce genre de relation, par ailleurs noté dans les définitions lexicographiques (Martin 1983, 1991), qui justifie son classement dans les relations lexicales, contrairement à une tradition rhétorique qui en fait une simple figure du discours.

2. Autres relations

50D'autres reformulations, au contraire, semblent relever d'une énonciation particulière, posant des rapprochements ou des qualifications non enregistrés dans le lexique.

  • Métaphores

51Le laser, projetant un faisceau de rayons lumineux sur des statues qu'il nettoie ainsi plus sûrement et avec moins de dégâts que la classique projection d'eau et de sable utilisée naguère pour la restauration de la pierre, se trouve désigné comme lumière de jouvence (titre d'un article du journal Le Monde présentant cette technique) ; le contenu de l'article permet au lecteur de récupérer, bien qu'il ne se trouve jamais explicité, le rapprochement qui fonde cette désignation métaphorique : comme la fontaine de jouvence, le laser, en inondant la statue de lumière, lui rend sa jeunesse...

  • "qualification"

52Enfin, l'énonciateur peut substituer à des désignations de véritables qualifications, évaluatives, du type fléau (pour l'inflation, par exemple), catastrophe (pour un tremblement de terre), progrès (pour une thérapeutique nouvelle comme la greffe de mœlle osseuse).

53Ce type de qualification ne saurait relever de l'analyticité, tout tremblement de terre ne tournant pas à la catastrophe, ni toute nouveauté thérapeutique ne s'avérant bénéfique ; bien entendu, les dictionnaires n'intègrent pas ce type de prédication aux gloses définitionnelles.

  • (dans les discours spécialisés) cooccurrence de plusieurs systèmes

54Il importe de savoir que les différents modes de reformulation sont en cooccurrence dans les mêmes discours, entremêlant des reformulations, dont certaines actualisent des relations inscrites dans le lexique, tandis que d'autres énoncent des propriétés, ressemblances, différences, aspects divers, non répertoriées par les dictionnaires (images de la compétence lexicale, Rey 1977).

55Mais il serait inexact d'en conclure que seules ces dernières apportent des informations nouvelles, et sont pertinentes au regard de l'énonciation ; au contraire, l'analyse sémantique des paradigmes désignationnels dans un discours donné, et sa mise en relation avec la problématique propre à ce discours (situation d'énonciation au sens large) révèlent la fonctionnalité de l'ensemble.

3. Distance sémantique

56Comme on l'a indiqué plus haut, les relations sémantiques lexicales sont plus ou moins étroites au sein du système dont les dictionnaires de langue donnent l'image (Rey 1977). La représentation lexicographique de ces relations emprunte divers procédés dans le métalangage lexicographique ; chaque ouvrage, en fonction de son programme, lui donne une part plus ou moins importante et adopte tels ou tels procédés de représentation : on en trouve des éléments dans les gloses définitionnelles, bien sûr, mais aussi dans les mentions de synonymie, d'analogie, d'antonymie, dans les exemples... En examinant l'ensemble des informations disponibles dans quelques dictionnaires de langue pris en référence, on peut échelonner la distance qui sépare le lexème timbre de plusieurs de ses substituts (figurant dans le discours administratif et philatélique) vignette, valeur, émission, figurine ; si l'hyperonymie qui relie le premier à timbre est explicite et directe, la métonymie sur laquelle reposent les trois autres reformulations emprunte, au contraire, des itinéraires différents :

L'hyperonymie concerne exclusivement vignette, qui apparaît comme incluant de timbre dans sa définition lexicographique. Le processus de désignation consiste donc, phénomène courant, en la substitution à un N d'un hyperonyme ; sont liées l'isomorphie entre les définitions des deux unités et la disponibilité particulière de vignette à accomplir cette fonction. On en déduira également que la désignation s'appuie sur l'ensemble du sémème de timbre. - La métonymie pour valeur, émission et figurine s'opère par sélection d'un sème dans la définition lexicographique. On peut la répertorier en trois catégories : explicite, indirecte, lacunaire. (Mortureux et Petit 1989, p. 51).

57Le même type d'analyse permet de décrire l'ensemble des connexions qui structurent le paradigme désignationnel du musicien dans le discours de la critique musicale, mesurant les distances relatives à ce terme de divers substituts comme artiste, virtuose, pape ou chef de bande... (Cheminée 1990).

Interprétation

58La connaissance des paradigmes apporte des matériaux aussi bien à l'analyse de discours qu'à la description du lexique.

1. Analyse du discours (théorie du discours)

59Les deux aspects particulièrement éclairés par ce concept sont la thématisation et la fonctionnalité du déploiement de caractérisations ainsi effectué.

  • la thématisation

60Le repérage et l'analyse du paradigme contraignent à expliciter tous les procédés mis en jeu par le discours pour désigner un invariant référentiel qui, en règle générale, concerne le thème principal d'un discours donné ; cela est particulièrement vrai pour un discours de dimension limitée, comme un article de journal ; dans un livre s'établit une suite de thèmes, correspondant au découpage en chapitres ; dans tous les cas, on peut avoir, en outre, une hiérarchie de thèmes ; mais les thèmes secondaires ne font pas, en général, l'objet d'une reformulation aussi riche que le premier. Il y a là, semble-t-il, toute une série d'observations comparatives à mener dans le champ des discours spécialisés, observations susceptibles d'éclairer l'organisation de ce champ, la répartition (rhétorique) des différents types de discours (livres, articles, commentaire accompagnant un documentaire télévisé, discours scientifiques, techniques, vulgarisateurs,...). En effet, d'une façon générale, la thématisation est l'un des fondements de la cohésion d'un discours ; dans le cas de discours spécialisés, -qui diffusent nécessairement des connaissances- le jeu du "supposé connu" et du "supposé inconnu", de l'enchaînement des thèmes et des prédicats, des présupposés et des posés, est particulièrement révélateur de la rhétorique mise en oeuvre ; la reformulation, reliant prédication et désignation, comme on l'a vu ci-dessus, est l'un des mécanismes qui concourent à assurer la cohésion d'un discours donné au long de son déroulement .

  • la conceptualisation

61Ensuite, la simple observation du paradigme dans un corpus de discours invite à rechercher le jeu d'une constante et de variables ; cela implique le choix d'une dénomination de base, qui ne va pas toujours de soi, comme on l'a vu. Dans le champ des discours spécialisés, on peut considérer que le terme spécialisé (défini et utilisé par les spécialistes du domaine) est le point de départ du paradigme, et lui comparer les autres désignations. Ce choix prend en compte, par conséquent, l'ensemble des discours référant à un domaine ou à un thème donné, quelle que soit, pour chacun d'eux, sa caractérisation socio-culturelle : scientifique, vulgarisateur, didactique, voire publicitaire... Les relations sémantiques qui unissent l'ensemble dessinent alors d'un concept déterminé (la révolution planétaire, le diéthylstiboestrol, le timbre-poste ou le musicien) une superposition, une interférence d'approches, dont on peut dégager la signification en termes non seulement linguistiques, mais aussi psycho - et socio-linguistiques (représentations sociales).

  • la fonctionnalité du paradigme

62Le phénomène ici observé affecte plus ou moins tous les types de discours ; et la stylistique a depuis longtemps pris en compte pour les commenter les variations synonymiques ; il suffira d'évoquer Pascal : Il y a des lieux où il faut appeler Paris, Paris, et d'autres où il la faut appeler capitale du royaume.

63Mais il paraît encore plus intéressant d'interroger la fonctionnalité du paradigme reformulant un terme dans un discours spécialisé, puisque, en principe, le terme constitue la dénomination la plus précise (la plus appropriée ?) du concept qu'il est censé signifier.

64Qu'il s'agisse, dans le champ spécialisé, de production ou de diffusion de connaissances, l'éventail des désignations coréférentielles manifeste en général la démarche rhétorique de l'émetteur, la stratégie de communication qu'il s'efforce de déployer : ainsi, selon les discours (administratif ou philatélique), le timbre-poste peut-il être repris plutôt par mode d'affranchissement, valeur ou figurine ; le même vocable valeur s'interprète même différemment selon qu'il figure dans un texte administratif émis par l'Administration des Postes ou par une association philatéliste : dans le premier cas il s'agit d'une valeur d'affranchissement, dans l'autre d'une valeur marchande, voire spéculative (Petit 1988 et 1989) ; et, naturellement, l'analyse de discours met en relation la situation d'énonciation et les régularités observées dans les discours pour dégager des contrastes entre différents discours tenus sur le même référent.

65Un simple article de journal permet même d'illustrer cette fonctionnalité pragmatique de la reformulation : la restauration des statues à l'aide du laser inspire à un journaliste du Monde (Mars 1991) le paradigme suivant, cité ici dans l'ordre où apparaissent les noms dans le texte (sans tenir compte du nombre d'occurrences de chacun, ni des modalités de leur signalement comme reformulants) : lumière de jouvence, laser, faisceau, jet de lumière, matériel, appareil ; les noms faisceau de rayons, jet de lumière décrivent la technique en question à l'aide de la métonymie et de la métaphore (le faisceau lumineux non divergent du laser étant implicitement comparé au jet d'eau classique utilisé pour laver la pierre) ; l'analogie (complexe) établie en conséquence avec une fontaine de jouvence renvoie alors à l'usage, au rôle, à la fonction de cette application (lumière de jouvence) ; enfin, les termes matériel, appareil (dont la relation à laser relèvent sans doute de la métonymie) interviennent lorsque le journaliste aborde l'aspect financier de la chose... Ce petit exemple éclaire particulièrement le rôle du paradigme désignationnel parmi les procédés de reformulation mis en oeuvre par les stratégies de communication (Peytard et alii, 1984) ; il contraint à remettre en cause les idées reçues sur ce qu'on appelle la précision, la justesse ou la propriété du vocabulaire : le terme (spécialisé) n'apparaît plus nécessairement (en dépit de sa précision, de son appropriation) comme le plus juste en toutes circonstances, car certains de ses reformulants peuvent avoir l'avantage de focaliser des aspects du référent et du concept particulièrement adaptés à la situation d'énonciation.

66En règle générale, la distinction entre les membres du paradigme qui sont reliés clans le lexique et les autres doit retenir l'attention ; on peut supposer a priori que les derniers, relevant d'une situation d'énonciation particulière, ont une valeur informative supérieure aux autres, concernant le contenu aussi bien que le "style" du discours ; cependant, cette hypothèse ne se vérifie pas toujours, comme le paradigme de timbre peut le suggérer : la rareté des figures métaphoriques et des désignations évaluatives dans le discours administratif, qui exploite surtout l'hyperonymie et la métonymie, est en soi significative. C'est donc bien la répartition du paradigme en deux sous-classes qui est pertinente, plus que l'une ou l'autre d'entre elles.

2. Lexique et vocabulaires (théorie du lexique)

67Il reste à souligner que ces analyses sont susceptibles d'apporter aussi des éléments à la construction du lexique.

68A sa description d'abord : en effet, l'exploration fine des relations lexicales qui fondent la signification du paradigme conduit à préciser la structure du tissu lexical en quoi consiste le système de signes postulé par Saussure. La recherche des itinéraires qui mènent d'un lexème à un autre, fondant leur substituabilité dans un discours, est aussi éclairante pour la langue que pour le discours lui-même. Elle ouvre la voie à une description sémantique du lexique dépassant les affirmations générales sur le jeu des différences qui relient entre elles les unités lexicales ; le rendement de tel ou tel type de relation peut être approché à partir de l'étude de corpus, ce qui peut, à son tour, éclairer le concept de compétence lexicale. Bien évidemment, la lexicographie pourra, elle aussi, bénéficier de certaines améliorations, touchant notamment les réseaux sémantiques dont la représentation constitue une part importante, voire essentielle, du programme de certains dictionnaires (dictionnaires généraux comme le Robert, ou spécialisés, comme tous les dictionnaires dits de synonymes ou analogiques).

69A la théorie du lexique, ensuite, ce genre d'analyse fournit une contribution qui permet de remettre en cause, pour les limiter, les affirmations de P. Henry exposées dans l'article cité en introduction. Celui-ci récusait absolument l'idée qu'une unité lexicale soit pourvue d'une valeur sémantique intrinsèque, indépendante de ses conditions de production, et déterminant sa référentialité : on est conduit à considérer le caractère référentiel ou non référentiel d'une unité non comme une caractéristique intrinsèque de cette unité, mais comme un effet de sens (p. 88)... on conçoit... que... cette unité ne puisse pas désigner n'importe quoi. Il ne s'agit cependant pas d'une caractéristique intrinsèque de l'unité mais de ses possibilités de, fonctionnement déterminées par telle ou telle formation discursive, liée à des conditions précises de production et d'interprétation des discours. (p. 89). Sur ce point, l'apport principal des paradigmes désignationnels consiste dans la distinction effectuée entre deux catégories de membres : ceux que relient des relations lexicales, et les autres ; seuls ces derniers confirment les affirmations de P. Henry. Les premiers, au contraire, illustrent la propriété fondamentale du lexique, telle que la définit I. Tamba : le double fonctionnement sémiotique et référentiel des formes lexicales (p. 79 et encore p. 86) ; ce fonctionnement se caractérise par la conversion permanente et réversible de la dénomination référentielle en signifié linguistique. (p. 91) Opposés dans le lexique par un jeu de différences, les mots peuvent commuter en discours, se reformuler, se substituer les uns aux autres, pour désigner la même chose, sans pour autant que soient effacées leurs différences, dont la prise en compte détermine au contraire l'interprétation du discours. Dépassant l'opposition entre langue et discours, I. Tamba souligne le rôle de « pivot formel » que joue le mot lexical dans la mise en place et la régulation du double processus de dénomination-signification, qui constitue une pièce maîtresse des systèmes linguistiques, trop négligée par les théories qui ont la phrase pour  cadre. (p. 72). La notion de paradigme désignationnel illustre, en contribuant à lui donner un contenu empirique, cette position théorique.

Haut de page

Bibliographie

CHEMINEE Pascale : Quelques aspects de la désignation du musicien dans le discours de la critique musicale, Mémoire de DEA dactyl., Université de Paris X, 1990, 149 p.

DUFOUR Jean-Paul : "Lumière de jouvence", Le Monde, 13 Mars 1991.

JACOBI Daniel : Diffusion et vulgarisation, itinéraires du texte scientifique, Besançon et Paris, Les Belles Lettres, 1986.

MARTIN Robert : Pour une logique du sens, Paris, PUF, 1983.

MORTUREUX Marie-Françoise : La vulgarisation, Langue française n°53, Paris, Larousse, 1982.

MORTUREUX Marie-Françoise : La vulgarisation scientifique au XVIIIème siècle à travers l'oeuvre de Fontenelle, Paris, Didier-Erudition, 1983.

MORTUREUX Marie-Françoise : "La vulgarisation : parole médiane ou dédoublée ?", Vulgariser la science, le procès de l'ignorance, D. Jacohi, B. Schiel éd., Champ vallon, 1984, p. 118-148.

MORTUREUX Marie-Françoise : L'hyponymie et l'hyperonymie, Langages n°98, Paris, Larousse, 1990.

MORTUREUX Marie-Françoise et PETIOT Geneviève : "Hypo-/hyperonymie et stratégies discursives", Langages n°98, Paris, Larousse, 1990, p. 115-121.

MORTUREUX Marie-Françoise et PETIT Gérard : "Fonctionnement du vocabulaire dans la vulgarisation et problèmes de lexique", DRLAV n°40, Université Paris VIII et CNRS, 1989, p. 41-62.

NAU Jean-Yves : "Greffes de moelle : le Second souffle", Le Monde, 25 Janvier 1989.

OTMAN Gabriel : "Terminologie et intelligence artificielle", La Banque des mots, 1989, p. 63-95.

PASCAL Blaise : Pensées, éd. Lafuma, Delmas, Paris, 1952.

PECHEUX Michel : Analyse du discours, langue et idéologies, Langages n°37, Paris, Larousse, 1975.

PETIT Gérard : Vocabulaire courant/terme technique : qu'est-ce qu'un timbre ?, Mémoire de Maîtrise dactyl., Université de Paris X, 1988, 148 p.

PETIT Gérard : Dénomination/désignation. Approches du paradigme désignationnel de TIMBRE-POSTE, Mémoire de DEA dactyl., Université de Paris X, 1989, 185 p.

PEYTARD Jean et alii : Français technique et scientifique : reformulation, enseignement, Langue française n°64, Paris, Larousse, 1984.

REBOUL Sandrine : MINITEL : introduction à l'étude du vocabulaire de la télématique, Mémoire de DEA dactyl., Université de Paris X, 1988, 72 p.

REBOUL Sandrine : "Scientificité et didacticité", à paraître dans les Carnets du Cediscor n°l, Université de Paris III, en 1992.

REEVES Hubert : L'heure de s'enivrer, Paris, Le Seuil, 1986.

REY Alain : Le lexique, image et modèle, Paris, Colin, 1977.

REY-DEBOVE Josette : Le métalangage, Paris, éd. Le Robert, 1978.

TAMBA Irène : La sémantique, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Françoise Mortureux, « Paradigmes désignationnels », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/4132

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page