Navigation – Plan du site

22 | 2006
Énonciation et responsabilité dans les médias

Sous la direction de Alain Rabatel et Andrée Chauvin-Vileno

L’écriture de presse qui se donne volontiers le leurre légitimant de l’impartialité est en fait travaillée par les tensions de la subjectivisation et de l’objectivisation. Elle joue un rôle essentiel dans la construction d’un « miroir social » en constant devenir et met notamment en spectacle de manière privilégiée les paroles d’autrui à travers la constitution de sa propre mémoire intradiscursive. Semen N° 22 se propose de mener la réflexion sur la « texture énonciative » du discours de presse à travers ses différentes réalisations sémiotiques et institutionnelles et sur la responsabilité des instances productrices de ce discours.Le cadre théorique de référence est celui d’une linguistique des discours et des textes qui reconnaît comme essentielle le rôle des formations socio-discursives et qui s’attache à explorer et préciser les dimensions dialogiques foncières du discours. La subjectivité généralisée, inhérente à l’activité langagière ne saurait s’appréhender exclusivement à travers le filtre de ses marques formelles et génériques déclarées mais s’actualise à travers une palette de « simulacres énonciatifs ». Les phénomènes d’effacement énonciatif dans la presse permettent notamment de réinterroger les problématiques de l’argumentation, de la rhétorique, de la mise en page, de la construction de la référence. Le numéro voudrait inviter à affiner les théories de l’énonciation, à propos de la déliaison des instances du locuteur et de l’énonciateur ou encore à propos de l’analyse des postures de coénonciation, surénonciation ou sousénonciation.