Navigation – Plan du site

Evolution et typologie des genres journalistiques

Essai d’une vue d’ensemble
Ernst-Ulrich Grosse

Texte intégral

1Trois raisons m'ont déterminé à privilégier la question des genres :

21) Le langage des textes en dépend : le genre de l'éditorial diffère évidemment de celui du reportage, et les lecteurs, instinctivement, tiennent compte de ces différences lorsqu'ils lisent un article de presse. En d'autres mots, les genres intéressent autant les journalistes en ce qui concerne la production discursive que les lecteurs lors de la réception textuelle.

32) Les quotidiens se distinguent par les genres qu'ils favorisent. Regarder les genres de plus près sert donc à caractériser les différents journaux (Grosse & Seibold, 21996 : 13).

43) La diversité des genres nous rend conscients du fait qu'il y a un large éventail de possibilités pour structurer un texte.

5Ce large éventail de genres, qui est le résultat d'une diversification historique dont on peut situer les débuts au 17e siècle, continue encore aujourd'hui à se diversifier, avec la naissance de nouveaux genres. J'essaierai d'en donner une esquisse dans les parties 1-3 de cette contribution. Lorsqu'on aborde une typologie des genres, il faut en effet être conscient de leur historicité, tout comme de leur catégorisation parfois floue (indice des champs transitoires, p. ex. entre l'information et l'opinion). Cette typologie sera le sujet de la quatrième partie.

1. La diversification historique des genres journalistiques

6Voici un modèle simplifié qui repose sur la thèse qu'une de mes élèves, Anja Hrbek, romaniste et historienne, a publiée (Hrbek, 1995 voir schéma 1).

Schéma 1 : La diversification des genres dans la Gazzetta di Mantova

7Ce modèle n'a été possible que grâce à une véritable aubaine : La Gazette de Mantoue, quotidien depuis 1866, est le seul journal italien (et peut-être européen) qui ait été fondé au 17e siècle et qui existe encore aujourd'hui. Certes, l'histoire de la Gazzetta a connu quelques interruptions, surtout en temps de guerre. Le journal a même changé de titre plusieurs fois : en 1812, par exemple, c'était devenu une feuille napoléonienne, du nom Giornale del Dipartamento del Mincio, pour être ensuite baptisé en 1814 Giornale de Mincio, lorsque les Autrichiens ont conquis ce territoire. Mais malgré toutes les vicissitudes de l'histoire, la Gazzetta di Mantova a connu chaque fois sa renaissance, tel un phénix qui renaît de ses cendres. Et ce journal a toujours adopté les innovations de ses "substituts antérieurs" lorsque celles-ci correspondaient bien aux attentes des lecteurs. Il s'agit donc d'un objet de recherche quasi unique, qui abonde de renseignements de toutes sortes : politiques et sociologiques, bien sûr, mais aussi linguistiques et même typographiques. Anja Hrbek a fait beaucoup de coupes transversales dans l'histoire de la Gazzetta, en portant une attention particulière aux évolutions des genres journalistiques dans la deuxième partie de son ouvrage. Si l'on fait abstraction de quelques genres (ou variantes de genres) disparu(e)s, on arrive à une vue d'ensemble telle que le schéma 1 la présente. J'en donne maintenant quelques explications.

1.1. Genres primitifs et évolutions postérieures

8Le premier numéro de la Gazzetta parut en juin 1664. C'était une feuille de papier, pliée au milieu, ce qui donnait quatre pages de format 17 x 24 cm. Et ces pages ne contenaient, à peu près, que des brèves. On peut considérer la brève comme le genre primitif et élémentaire du journalisme. En voici un exemple qui se rapporte à la mort de l'archiduc de Mantoue et aux condoléances que l'ambassadeur d'un duché voisin a présentées à la veuve (Hrbek, 1995 : 308). J'en donne une traduction en français :

Mardi dernier, Monsieur le comte Francesco Canossa, ambassadeur du Duc de Modène, partit de cette cour (= celle de Mantoue), après avoir présenté ses condoléances à la Sérénissime Altesse.

La Sérénissime Archiduchesse, guidée par sa prudence innée, continue de se vouer aux affaires du gouvernement, dont la population de ces lieux reste entièrement satisfaite.

9On voit bien, dans ces nouvelles de la cour destinées à une élite déjà alphabétisée, qu'il s'agit d'un ton plein de respect et de conformisme. La moindre critique aurait provoqué la censure. La première phrase contient une information courte qui répond aux questions : qui ? (personnes), quoi ? (actions), quand ? (mardi dernier), où (cette cour). Mais ce n'est pas une information pure et simple, parce qu'on ajoute, dans la deuxième phrase, un éloge de l'archiduchesse, un éloge destiné à vaincre des doutes éventuels quant aux capacités de gouvernement de la veuve. On désire calmer l'élite de la ville et de ses environs après la mort du Prince.

10Dans beaucoup de brèves écrites de cette manière, on décèle de tels éléments d'opinion et d'évaluation : signe de l'époque absolutiste. Pour le reste, une telle brève qui provient directement du lieu de rédaction est plutôt rare. La forme normale, c'est la chaîne de trois ou quatre (jusqu'à six) brèves contenue dans la lettre d'un correspondant. L'imprimeur fait suivre ces chaînes de brèves qui portent toujours, comme seul titre, l'indication du lieu et de la date de la lettre. Le lecteur est ainsi informé sur ce qui se passe à Vienne, à Hambourg, à Paris, à Milan, à Rome etc. Mais il y règne toujours le même respect des autorités, que ce soit, par exemple, « Sa Majesté Très-Chrétienne » (Louis XIV) ou « Sa Sainteté »/ « Sa Béatitude » (= le pape).

11Plus rarement, on trouve dans les lettres des correspondants une forme plus longue qui s'étend sur trois ou quatre paragraphes : le compte rendu (en allemand : Bericht) qui contient des informations détaillées sur un événement en répondant plus précisément aux questions : comment ? et pourquoi ? On peut distinguer deux variantes de ce genre : le compte rendu chronologique (p. ex. sur le déroulement de la visite d'un ambassadeur chez le pape) et le compte rendu thématique (p. ex. sur les diverses résolutions d'un conseil de guerre).

12La brève et le compte rendu sont les seuls genres journalistiques de la Gazette de Mantoue, jusqu'à la fin du 17e siècle et même jusqu'au début du 18e siècle. Puis, Mantoue perd son indépendance et passe sous le contrôle des Autrichiens (en 1707).

13L'évolution ultérieure est très intéressante. Elle nous montre la naissance d'autres genres journalistiques, due aux transformations, ou plutôt aux « provins », qui se développent à partir des deux genres primitifs. On trouve d'abord, vers 1750/ 1755, la brève publicitaire. Elle est marquée par un astérisque qu'on place au début du texte et ensuite par la désignation exacte du commerçant, du lieu où il réside et des produits qu'il offre. L'information y domine encore, bien qu'on trouve quelques expressions élogieuses. A partir de ces maigres débuts, l'annonce publicitaire se développe lentement. Cette évolution s'accélère au cours de la seconde moitié du 19e siècle, lorsque des manufactures ainsi que des entreprises industrielles se tournent vers la production en masse des marchandises, ce qui entraîne le besoin de vendre en grandes quantités. Les annonces paraissent maintenant en page 4, isolées des brèves et des comptes rendus usuels par leur présentation dans un grand rectangle. Ces annonces contiennent beaucoup de textes et ne font que perfectionner les petites composantes laudatives de la brève publicitaire d'antan. Puis, il y a une évolution encore plus rapide, due à l'industrialisation. Dès la fin du siècle, on trouve des symboles visuels et des slogans.

14II convient ici de distinguer les genres journalistiques, provenant de la rédaction du journal ou de ses correspondants domiciliés dans d'autres villes, de ceux non journalistiques, mais communiqués par la presse qui sert seulement d'instance médiatrice. Nous verrons pourtant plus tard que la distinction n'est pas toujours aussi facile à établir : il y a des zones de transition. C'est pourquoi la publicité est incluse dans cette vue d'ensemble.

15De la même façon que l'annonce publicitaire s'est séparée très lentement de la (nouvelle) brève, deux nouveaux genres sont nés de la variante chronologique du compte rendu. C'est, d'une part, la critique (en 1815 : lors de la représentation d'un opéra à Mantoue) qui a une forme très simple. II s'agit plutôt d'un véritable compte rendu. Il y manque encore ce langage esthétisant et plus ou moins persuasif que nous rencontrons aujourd'hui dans la grande majorité des critiques de théâtre, de livres ou de concerts. Et l'on n'y trouve qu'assez peu d'éléments persuasifs qui sont, en outre, très stéréotypés (Hrbek,1995 175s.). D'autre part, on trouve le reportage qui se développe également à partir du compte rendu. Au début du texte, le journaliste souligne souvent le fait qu'il a été le témoin oculaire d'un événement sensationnel par des descriptions qui évoquent L'atmosphère générale. On y note aussi des impressions visuelles et acoustiques très concrètes et une macrostructure à la fois chronologique et descriptive (avec des localisations précises des étapes d'un événement). Anja Hrbek (p. 183, texte : p. 315) a détecté le premier exemplaire du genre dans l'année mouvementée de 1848. Mais il faut toutefois souligner le fait que ces premiers reportages, eux aussi, sont encore très proches du compte rendu (du « Bericht », en allemand) : ils ne contiennent ni citations ­c'est-à-dire des énoncés caractérisant les opinions des personnes qui participent à l'événement - ni éléments de documentation (éléments facultatifs du reportage), c'est-à-dire des informations sur l'arrière-­plan de l'événement, grâce aux rétrospectives historiques et/ou aux petits éléments statistiques.

16Si l'on pouvait s'attendre à la naissance de la critique et du reportage à partir du compte rendu, celle d'un troisième genre, de la même origine, était moins prévisible. II s'agit de l'interview. Hrbek (1995 : 245s.) a démontré que son apparition fut assez tardive en Italie, vers 1895, dans une forme tout à fait apparentée au compte rendu qu'on pourrait appeler « récit-interview » ou « compte rendu d'une interview » (en allemand : Interviewbericht). Ce qui est caractéristique de cette forme de transition, ce sont les introductions et les fins de textes. Voici, par exemple, la première phrase d'une de ces interviews « Notre collaborateur se rendit chez le seigneur cavalier Cervis, inspecteur de la sécurité publique, qui était très courtois dans ses réponses aux questions de notre collègue. » Et voici la dernière phrase : « Notre collaborateur exprima ses remerciements au fonctionnaire courtois et honnête et prit congé de lui. » La partie principale de ces textes contient toujours la reproduction « authentique » du cours de la conversation. Puisqu'il s'agissait souvent d'une affaire où la justice jouait un rôle, cette interview avait une véritable importance documentaire, et c'est pour cela que les questions et les réponses étaient reproduites. Le récit-interview était donc une espèce de protocole (Hrbek, 1995 : 245ss.). Plus tard, on a supprimé les introductions et les fins pour se concentrer sur le discours direct. Il s'agissait en fait d'une mise à l’écrit, bien altérée, mais on y faisait subsister quelques signes d'oralité pour conférer plus d'authenticité au discours. Aujourd'hui, on ajoute souvent une nouvelle petite introduction qui décrit le personnage interviewé en évoquant l'atmosphère de la rencontre : voilà donc l’interview moderne. Mais il faut se rendre compte qu'elle est née du récit-interview, forme transitoire qui provient du compte rendu chronologique.

1.2. La genèse des genres de l’opinion

17Par contre, les genres du commentaire, de la lettre d'un lecteur (reproduite intégralement et non par extraits, comme dans le « courrier » moderne) et du billet ne proviennent pas des genres « primitifs » du journalisme, bien que A. Hrbek ait trouvé des formes de transition (vers 1800) qui contiennent quelques éléments de commentaire ajoutés à des narrations plus ou moins objectives. Les premiers commentaires apparaissent en 1805 et en 1815, la première lettre d'un lecteur est imprimée en 1866 et le premier billet parait en 1872. Le modèle de ces trois genres journalistiques est fourni par la rhétorique classique telle qu'elle est enseignée à l’époque aux écoles et aux universités. L'auteur veut persuader les lecteurs de son opinion, et il a donc recours à tous les moyens que la rhétorique lui offre : il utilise l’arsenal des figures rhétoriques contenu dans la doctrine de l’elocutio, il emploie de façon systématique les techniques de l’argumentation, et suit, pas à pas, le modèle macrostructurel du discours oratoire classique (exordium, narratio, argumentatio, conclusio). Le style est donc très rhétorique et très élevé, surtout dans les commentaires et dans les lettres qui, elles, sont plutôt des commentaires écrits par des non­-journalistes. Nous sommes à l'époque de l’État national qui vient de naître en 1861 et qui s'agrandit en 1866 (Vénétie) et en 1870 (Rome). Les textes de ces genres reflètent les combats opiniâtres et le patriotisme ardent de l'époque. Deux autres quotidiens font leur apparition à Mantoue, suite à l'alphabétisation générale du peuple et à la démocratisation de la vie politique (Hrbek, 1995 : 51). Les trois quotidiens appartiennent à des courants politiques différents. Ils se font une concurrence acharnée. Les Longs éditoriaux et les billets combatifs (en allemand : politische Streitglossen) qui en résultent utilisent vraiment tous les registres de la rhétorique. Ils emploient particulièrement souvent - trait caractéristique du billet - l'ironie ou même le persiflage, la parodie du langage des adversaires lorsqu'il s'agit d'attaquer une personne/ un groupe/ un journal de l'autre camp. Les billets de l'époque sont donc bien plus polémiques et plus violents que ceux d'aujourd'hui.

18Cette origine du commentaire (y compris l'éditorial), du courrier et du billet dans la rhétorique classique est un résultat très instructif du travail d'Anja Hrbek. Pour comprendre cela, il faut ajouter que la rhétorique était encore bien vivante au 19e siècle en Italie. Même les discours politiques de l'époque s'orientaient vers celle-ci.

19Ulrich Püschel (1994 : 163-174) a prouvé que des évolutions analogues avaient lieu en Allemagne. Là aussi, la macrostructure et le style de la rhétorique "scolaire" ont fourni le modèle des éditoriaux, des commentaires et des lettres de lecteurs. Lorsque, déjà avant la révolution de mars 1848, la censure prussienne se relâchait et s'assouplissait, les personnes cultivées pouvaient enfin dire et écrire leurs opinions, et elles le faisaient dans un moule bien appris à l'école, mais jusque-là seulement utilisé à des fins littéraires ou théologiques celui de la rhétorique. La presse d'information se transforma alors en presse d'opinion, pour devenir un forum public de la discussion politique (bien que les vieux genres informatifs y aient subsisté). Voilà ce qui explique l'éclosion des nouveaux genres d'opinion et de persuasion. La seule différence entre l'Allemagne et l'Italie concerne un décalage de phases : le règne et la censure autrichiennes dans de vastes régions de l'Italie du Nord, avant 1861 et 1866, y ont empêché, à très peu d'exceptions prés, une éclosion antérieure. C'est seulement depuis l'unification italienne que la presse devient le forum primordial des débats publics et le lieu privilégié des nouveaux genres d'opinion.

20En même temps, beaucoup d'hebdomadaires ou bi-hebdomadaires se transforment en quotidiens (entre autres, la Gazzetta di Mantova, en 1866).

1.3. Appels, entrées informatives et ensembles rédactionnels : condensations et expansions

21Pour arrondir ce tableau, ajoutons que la structure des petits appels de la Une moderne est inspirée de celle de la brève. Là aussi, on n'offre que des informations essentielles, celles répondant aux questions qui ?, quoi ?, quand ?, où ? (et éventuellement, par quelques mots, aux questions : comment ?, pourquoi ?). Ces condensations extrêmes sont destinées à orienter les lecteurs et à leur offrir un choix de lectures possibles, munis de renvois à des pages situées à l'intérieur du journal. Cela est surtout valable pour les textes qu'on place dans la "fenêtre" de la Une. Dans les écoles du journalisme en France, on désigne ces appels comme des « brèves », en accentuant l’analogie structurelle. Mais il faut ajouter que le langage des appels paraît plus « travaillé » : il s'agit de rendre les lecteurs curieux, de les inciter à la lecture.

22II existe également une forme plus longue de condensation sur la « tribune » de la Une du Figaro, du Monde, du Temps, de La Liberté fribourgeoise et parfois du Matin romand, aussi bien que dans la Gazzetta di Mantova et dans beaucoup d'autres quotidiens européens. En général, cette forme a une longueur de 20 à 60 lignes, elle est également munie de renvois à l'intérieur du journal. J'ai baptisé ce genre nouveau « article de présentation » ou « introduction-résumé » (Grosse/ Seibold, 1996 : 54), en le distinguant bien du « cheval » d'antan qui n'était pas un texte complet, mais seulement un début d'article imprimé sur la Une, interrompu à une ligne quelconque et continué (ce qui impliquait un "saut" dans la lecture) à une page intérieure. Un terme nouveau et très heureux vient toutefois de naître pour désigner ce genre de résumé sur la Une : « (entrée informative (Baudriller, 2000 : 46). Ce terme est plus clair que le terme d'introduction-résumé car il met l'accent sur le caractère informatif du texte.

23II existe donc l'appel, inspiré de la forme de la brève, et l'entrée informative, plus longue que celui-ci et d'une origine que j'ignore encore. Ces deux genres également nouveaux sont destinés aux lecteurs qui ont peu de temps en leur offrant une pré-information. Ils annoncent, de plus en plus souvent, non pas un seul article, mais tout un ensemble rédactionnel qui peut aussi contenir des articles de commentaire. Voilà les innovations essentielles de la seconde moitié du 20e siècle dans les quotidiens européens en ce qui concerne les genres. (M. Lugrin en donnera plus de détails au cours de sa contribution sur les genres dans l'hyperstructure.)

1.4. De la lecture totale à la lecture sélective

24Le travail de recherche d'Anja Hrbek est le seul qui ait dépeint, jusqu'ici, une vaste fresque historique sur l'évolution des genres journalistiques. On voit très bien qu'une histoire de la presse n'est pas forcément une histoire des institutions et des techniques d'imprimerie, comme c'est presque toujours le cas. On peut la concevoir aussi comme une histoire des genres textuels. Voilà pourquoi je viens d'en souligner les traits essentiels, et ceci peut-être d'une façon plus claire et plus distincte que l'auteur ne l'a fait au cours de sa vaste étude et même dans sa conclusion.

25Une remarque pertinente et très comprimée, relative à la structure globale du journal entre 1665 et aujourd'hui, peut être citée en guise de conclusion à cette partie de ma contribution :

In struktureller Hinsicht geht die Entwicklung von Biner auf Ganzlektüre angelegten, aus Rezipientensicht unükonomisch strukturierten, kaum Selektionshilfen bietenden zu Biner zunehmend leseokonomischeren und selektionserleichternden Zeitung. (Hrbek, 1995 :277)

26Je traduis :

L'évolution de la structure du journal prend son départ dans une forme disposée en vue de la lecture totale, peu encline à une sélection des articles de la part du lecteur, donc non-économe dans l'optique du destinataire, pour aboutir (grâce surtout à la Une et aux titrailles) à une forme de plus en plus économe de "guidage" dans la lecture, par des arrangements qui facilitent le choix des articles.

27Parmi tous les instruments et les agencements destinés au « guidage », les appels et les entrées informatives qu'on place sur la Une des quotidiens modernes sont peut-être les indices les plus évidents de la lecture sélective proposés par la rédaction aux lecteurs.

2. Le décalage des phases d'apparition

28L'Italie et l'Allemagne étant des nations « tardives » où l'apparition de la presse dite « d'opinion » (et de combat) se fait avec beaucoup de retard, par rapport à la Grande-Bretagne et à la France, il n'est pas étonnant alors que les genres d'opinion se trouvent tout d'abord en France (et probablement aussi en Angleterre). Voici quelques preuves de ce décalage des phases d'apparition :

29L'éditorial, « un article d'opinion sur un problème d'actualité » qu'on sépare bien « des rubriques réservées aux nouvelles », apparaît déjà, « par exemple, dans les Annales patriotiques de Carra en 1790 et 1791 » (Popkin, 1990 : 92) et s'installe, comme un genre qui était alors assez polémique, dans toute la presse ultérieure. (Mais cet article ne s'appelle pas encore ainsi. Le mot éditorial, d'origine anglaise, n'apparaît en France qu'en 1856.)

30La critique de théâtre et de roman naît encore plus tôt : Le Mercure français s'attache depuis la création de son « article des spectacles » en 1721 à « signaler les moindres nouveautés de la scène parisienne » (Rétat/ Sgard, 1978 : 279), mais il s'agit là plutôt d'une forme assez sèche. Cette observation est également valable pour la critique du roman : « Ce n'est pas dans la critique journalistique, médiocre, prudente, déroutée, que nous trouverons posés les problèmes du roman » (ibidem, 270). Car la critique journalistique, comme plus tard en Italie, ne contenait, à l'époque de ses origines, que très peu d'évaluations et de « stimuli » esthétiques : en France également, il s'agissait plus ou moins d'une variante du compte rendu.

31Le reportage et l'interview, genres qui s'annoncent dans des exemplaires textuels dès 1789, résultent de la nouvelle image que les journalistes engagés se donnent à eux-mêmes lors de la Révolution (Labrousse/ Rétat, 1989 :164,172-174, 265s.).

32J'ai vérifié ces données en étudiant les fac-similés des journaux français du 17e et du 18e siècle, mais il faut renoncer à la citation d'exemples textuels qui rendraient ma contribution trop longue et trop lourde.

33Ces faits jettent une lumière vive dans un domaine qui est resté assez obscur jusqu'ici, domaine ou des recherches approfondies manquent encore terriblement. Une chose est sûre, en tout cas : il existe un décalage de phases entre la France, d'une part, et l'Allemagne et l’Italie, d'autre part. Et même si l'on pouvait avancer de quelques années, à l'aide de recherches dans d'autres journaux allemands et italiens, les dates d'apparition de certains genres (ou de leurs formes transitoires primitives), le décalage resterait tout de même un fait. Il semble que la centralisation de la vie politique, culturelle et journalistique dans la capitale française et, surtout, le processus révolutionnaire de « 1789 » sont les facteurs déterminants de cette avance française.

3. Ébauche d'une théorie

34A partir de ces données sur l'histoire des genres journalistiques, on peut essayer de faire l'ébauche d'une théorie pour expliquer l'évolution constatée jusqu'ici. Cette ébauche, pour l'essentiel, se limite à deux facteurs : le contexte économique et le contexte politique.

3.1. Société pré-capitaliste et absolutiste

35Au temps du pré-capitalisme (ou "capitalisme primitif", né en Italie, puis disséminé dans presque toute l'Europe), les marchands et banquiers internationaux ainsi que les princes et leur entourage ont besoin de nouvelles sur les conflits et les guerres en cours et sur les autres grands faits politiques pour bien ajuster leurs stratégies. Les nouvelles feuilles périodiques qui se répandent grâce à l'invention de l'imprimerie satisfont ces besoins. Elles se limitent plus ou moins aux deux genres primitifs qui transmettent les informations essentielles aux élites : la brève et le compte rendu (un récit un peu plus long qu'on appellerait aujourd'hui filet). Les éléments de commentaire qu'on y décèle parfois ont un rôle subordonné.

3.2. Société capitaliste des états nationaux démocratiques (ou des périodes qui les préparent)

36La Révolution française et son rayonnement dans l'époque napoléonienne et, plus tard, dans les révoltes et révolutions qui ont lieu dans les pays situés autour de la France crée une presse où l'opinion et le débat apparaissent à côté de l'information. On a l'habitude de parler d'une presse d'opinion, pour caractériser le journalisme de cette époque. En réalité, il s'agit d'une "presse mixte" où, à droite comme à gauche, on préfère imprimer des informations qui peuvent être profitables au propre camp et où l'on exprime son opinion sous forme de plusieurs genres commentatifs. L'interview, imprimée à titre documentaire, fait également son apparition et aide le journaliste (et le lecteur) à bien affermir ses convictions. Les annonces publicitaires, qui ont leur origine dans la petite feuille (« le feuilleton ») de Théophraste Renaudot (17e siècle), apparaissent d'abord sous forme de brèves publicitaires (18e siècle), avant d'éclore dans la société bourgeoise et capitaliste du 19e siècle.

3.3. Société moderne des services et de la « mondialisation »

37Après la société à dominante agraire (et en même temps pré­capitaliste), puis la société industrielle, nous voici dans une société où le troisième secteur, celui des services, l'emporte de loin sur les deux autres secteurs « de production ». Le journal quotidien et hebdomadaire, lui aussi, affiche sa volonté de vouloir surtout rendre des services au lecteur. C'est pourquoi une nouvelle catégorie, celle des conseils, devient de plus en plus fréquente. Le travail d'Anja Hrbek, bien qu'il contienne également un chapitre sur les numéros des mois de novembre 1992 et juin 1993, n'en parle guère. Hrbek (p. 261) indique pourtant, en peu de mots, qu'on rencontre dans la Gazzetta quelques conseils où les experts répondent aux questions posées par les lecteurs et également des conseils de consommation. Vers 2000, le phénomène est devenu plus vaste, à Mantoue également. Les journaux, et en particulier les journaux plutôt populaires, donnent à leurs lecteurs des conseils pratiques de toute sorte. Un exemple Aujourd'hui en France, (édition nationale du Parisien, offre des rubriques qui s'appellent « Votre économie », « Vivre mieux », « Vous et le multimédia » (avec des titres comme « Des logiciels gratuits à profusion sur Internet », « Des programmes pour améliorer votre PC », pour citer l'édition du 25 mars 2000). On y trouve aussi, bien sûr, l'horoscope, les pronostics pour les courses de chevaux, etc.. Les hebdomadaires féminins vont jusqu'aux psycho-tests et aux consultations de spécialistes sur des problèmes psychologiques. Tous ces genres de conseils abondent, mais ils sont encore mal définis. II y a, certes, des éléments d'information, mais aussi des éléments d'opinion et de persuasion, puisque l'acte de conseiller implique toujours des informations, des évaluations et parfois même des éloges de la stratégie proposée. Mais le conseil indique en plus une certaine conduite à suivre ou une action pratique au lecteur intéressé ; c'est ce qui le distingue de l'article d'opinion qui vise plutôt son attitude générale et ses convictions intérieures (mais aussi, seulement lors des campagnes électorales, son action de vote).

38Il faudrait donc faire une recherche linguistique approfondie sur Les conseils journalistiques, cette catégorie de plus en plus fréquente, mais aux genres encore mal définis, si l'on excepte les vieux genres de l'horoscope et de la recette. Voici les critères linguistiques du conseil ce sont les titres particuliers, l'adresse directe au lecteur (deuxième personne du pluriel), l'impératif (ou l'infinitif en fonction d'impératif), la fréquence des adjectifs en -able et -ible (préférable, etc.) et des verbes modaux ou impersonnels, tels que pouvoir, vouloir, devoir, falloir.

39Une autre innovation de la presse « de services » moderne concerne les suppléments illustrés et également les magazines joints aux éditions week-end des quotidiens, tels que Madame Figaro ou Version femme, nouveau magazine des quotidiens régionaux de la Socpresse, c'est-à-dire de « l'empire Hersant ». On y trouve, bien sûr, des conseils de toute sorte, mais aussi beaucoup d'exemples de la publicité rédactionnelle. Celle-ci présente la forme extérieure des contributions de la rédaction (et elle provient en effet de cette dernière), tout en donnant des conseils aux consommateurs potentiels. On y indique même, pour les vêtements, les « bonnes tables » ou les voyages, le nom des produits précis ou des services avec adresse, numéro de téléphone, prix, etc. Les journalistes y proposent donc un double service : aux lecteurs et, en même temps, aux entreprises. En ce qui concerne les entreprises, l'intention de la « pub rédactionnelle » est évidente : il s'agit d'attirer un maximum d'annonces, puisque ce sont surtout les annonces et non les ventes des numéros qui font vivre les quotidiens. Par exemple, 80% environ des revenus du Figaro, « vaisseau-amiral » de la Socpresse, proviennent de la publicité. Personne ne sait en outre s'il existe une pratique de rémunération individuelle ou collective lorsqu'une entreprise est satisfaite d'une bonne « pub rédactionnelle ».

40J'ai remarqué que ce genre nouveau ne se limite pas du tout aux produits de la Socpresse. Il se rencontre aussi dans les autres journaux et périodiques français et dans plusieurs quotidiens romands, surtout dans leurs suppléments et dans leurs « dossiers spéciaux », quoique la fréquence de ce genre y soit inférieure à celle des journaux de la Socpresse. La publicité rédactionnelle est devenue un phénomène de notre temps, et c'est la raison pour laquelle la publicité tout court, celle des grandes et des petites annonces, est incluse dans ma typologie des genres journalistiques. En d'autres termes, le regard sur la publicité est justifié par l'existence du champ transitoire entre textes rédactionnels et publicité. D'ailleurs, il faut ajouter à ce champ transitoire d'autres genres plus ou moins nouveaux : l'article de complaisance, plein d'éloges, la publi-information faite par une agence et la publicité auto-référentielle, (cf. Grosse/ Seibold, 1996 : 52s).

41Alors que les grandes entreprises fusionnent et se « mondialisent » et que l'internationalisation des magazines (Elle, Marie-Claire, Géo, Capital, etc.) est très avancée, les quotidiens restent confinés par les frontières linguistiques, si l'on excepte quelques collaborations ou co­éditions occasionnelles. Mais ceci est seulement valable pour leur version papier. Par contre, on peut observer une convergence croissante des versions électroniques des quotidiens, une convergence qui saute aux yeux, bien que quelques différences continuent de subsister et que la presse romande y présente quelques particularités face à la presse française (Grosse, 2000 : 162s.). Et notons d'ailleurs que la brève, sous forme d'appel muni de renvois, joue un rôle absolument prédominant sur la « une » des éditions électroniques et qu'on la rencontre aussi sur beaucoup d'autres « pages » des éditions online. Ceci rappelle les débuts de la presse périodique.

42Actuellement, ce sont plutôt les magazines qui s'internationalisent et les éditions électroniques qui montrent qu'il y a un lien entre les services et la mondialisation. Les quotidiens de papier, nationaux ou régionaux, sont encore à cent lieues de l'internationalisation.

43La société post-industrielle, celle où les services ont conquis une position dominante, a donc généré deux nouveaux domaines en ce qui concerne les genres journalistiques : celui des conseils et celui, tout aussi omniprésent, de la publicité rédactionnelle. On parlait autrefois des « rubriques de servitude » (qui contenaient, entre autres, les cours de la Bourse, les programmes des émissions de radio et de télévision, les bulletins météorologiques) ou des « services », tout court.

44Aujourd'hui, ces informations existent encore, mais le domaine s'est élargi de façon considérable. Pourquoi ? Les journaux, en concurrence accrue entre eux et avec les autres médias, cherchent à souligner leur proximité aux lecteurs pour les fidéliser et à démontrer leur utilité par leurs conseils pratiques et leurs publicités rédactionnelles. Ces articles, munis de grandes photos, sont aussi actuels que, par exemple, les filets ou les éditoriaux. Leur actualité est celle des problèmes de tous les jours, celle de la mode et des « trends ». Ils ne se heurtent donc pas à la norme de l'actualité qui régit les quotidiens et les hebdomadaires.

45Citons enfin un autre indice précieux de l'importance des « services ». Celui-ci provient de l'enquête comparative sur les rubriques qu'Herman/ Lugrin ont menée en étudiant onze quotidiens romands et trois grands quotidiens français. Après avoir souligné les difficultés de bien cerner cette « rubrique canonique » (= RC) un peu particulière qu'ils appellent « info-service », les auteurs font la remarque suivante qui est révélatrice :

On peut tout de même relever que cette RC bénéficie de la moyenne la plus importante (4,4 pages), ce qui est pour le moins symptomatique du poids de ce type d'informations, et ceci dans tous les quotidiens. Par exemple, la nouvelle maquette de la Tribune de Genève (13 avril 1999) propose un cahier entier réservé à ces informations pratiques. L'espace donné à l' « Info-service » est sans précédent : c'est le signe net d'une valorisation de l'information pratique de proximité - rarement faite jusqu'à présent, que ce soit au niveau topographique ou typographique. C'est aussi la reconnaissance de sa valeur marchande. (1999 : 123)

46Ajoutons, selon les statistiques d'Herman/ Lugrin, que c'est Libération qui prend la tête du peloton (presque 9 pages), suivi par le Journal de Genève (presque 6 pages) et l'Impartial (5,2 pages). Mais si l'on compte également tous les conseils pratiques et les publicités rédactionnelles (qu'offrent p. ex. de grandes rubriques comme « Vivre aujourd'hui », auxquelles s'ajoutent les suppléments et les magazines volumineux du week-end), c'est probablement le Figaro - surtout celui de la nouvelle formule (à partir du 29 novembre 1999) - qu'il faudrait d'abord nommer.

4. Modèles synchroniques

47Il y a plusieurs chemins qui mènent à Rome. II y a également plusieurs chemins qui nous mènent aux genres. Presque toutes les théories prennent leur départ dans les grandes catégories textuelles pour aboutir aux genres. Ceux-ci sont considérés comme des traditions discursives (macrostructurelles et stylistiques, c'est-à-dire microstructurelles) plus particulières. En allemand, on les appelle Textsorten (espèces textuels, genres textuels).

48Parmi les études des germanistes, l'essai le plus vaste pour décrire les genres journalistiques actuels provient de Heinz-Helmut Luger (21995). Luger, qui est aujourd'hui professeur universitaire de français à Coblence-Landau, fait dans son étude de 1995 une longue introduction théorique inspirée par la pragmatique linguistique pour arriver à cinq catégories textuelles : contact, information, opinion, demande appellative (Aufforderung) et instruction. II souligne d'ailleurs le fait qu'il s'agit chaque fois de la fonction manifeste qui domine et que d'autres fonctions peuvent jouer un certain rôle dans les textes. C'est pourquoi il parle d' « informationsbetonte Texte » (textes mettant en relief l'information), « meinungsbetonte Texte » (textes où l'expression de l'opinion domine), etc. Chaque catégorie textuelle est ensuite différenciée en genres. Les textes où l'opinion domine se différencient, par exemple, en commentaire (y compris l'éditorial), billet, critique et interview d'opinion. Ce modèle est pratique et très valable et il a déjà inspiré beaucoup de travaux de recherche. Il y a d'ailleurs beaucoup de points communs entre son modèle et celui de Grosse/ Seibold (1996).

49La typologie de P. Charaudeau (1997 : 140) fait la distinction entre trois grandes catégories textuelles : événement rapporté (p. ex. dans la brève et le filet), événement commenté (p. ex, éditorial, critique, analyse) et événement provoqué (p. ex. interview, débat). Pour ne citer ici que quelques autres classifications : les deux premières catégories de Charaudeau sont équivalentes aux « articles d'information » et aux « articles de commentaire » dans le manuel pratique de Voirol (41993 4lss.) qui inclut les analyses à la série des « article de commentaire » (p. 63s.) ou aux « genres informatifs » / « genres de commentaire » chez Martin-Lagardette (1994 : 75ss.). La troisième catégorie de Charaudeau, par contre, sort du cadre commun. Mais j'ai quelques doutes en ce qui concerne sa valeur pratique. Un exemple : l'interview ne sert souvent, dans les ensembles rédactionnels, qu'à ajouter un aspect d'authenticité, de personnalisation et aussi d'émotion aux informations. De surcroît, l'interview de presse est une chose récrite, elle n'a que l'apparence de « l'événement provoqué » par le journaliste (ou par l'interviewé). Et que dire des genres de l'interview paraphrasée et de la quote story (Grosse/ Seibold, 1996 : 39s.) ? Beaucoup de textes journalistiques reposent sur des interviews, et les genres que je viens de nommer se situent seulement plus près de l'interview authentique, orale, sans l'être véritablement. D'ailleurs, Charaudeau lui-même souligne que « les interviews et débats radiophoniques et télévisés » (1997 : 141) répondent mieux à cette catégorie de l'événement provoqué par l'instance médiatrice, – Et l'extension des « services » et surtout des conseils (voir la section 3.3. de cette contribution) n'est pas encore dans son modèle de 1997.

50Ce qui est vraiment nouveau dans le modèle de Charaudeau, c'est l'idée d'ajouter une instance interne (journalistique) et une instance externe (p. ex. : expert extérieur) à la tripartition des événements. Il y a donc deux axes, x et y. Cela permet une classification « en croix », bidimensionnelle et, par conséquent, capable de situer les genres différents dans un continuum. Une telle localisation des genres journalistiques dans un continuum a d'ailleurs déjà été tentée dans un modèle des transitions (Grosse/ Seibold, 1996 : 46). Et notons également qu'un continuum, quoique limité à un seul axe, a été proposé aussi par Adam (1997 : 9-11). Mais dès qu'on inclut plusieurs autres catégories (telles que : conseils, fiction, divertissement, publicité) et les hyperstructures modernes dans une typologie, une classification purement bidimensionnelle devient impraticable. Or, les articles de conseil et de publicité rédactionnelle existent bel et bien et prennent une place toujours plus grande, même si les manuels du journalisme n'en parlent pas encore. Que faire ? Les considérations historiques m'ont amené à un modèle arborescent qui comprend, je l'espère, tous les genres « pratiqués » dans la presse moderne – voir schéma 2.

Schéma 2 : Modèle arborescent : Les catégories textuelles et leur diversification en genres journalistiques.

51Ce modèle n'est qu'une énumération ordonnée des catégories textuelles et des genres. La catégorie textuelle (en allemand Textfunktion, fonction du texte) se définit par l'intention dominante et manifeste (affichée), c'est-à-dire telle que les lecteurs doivent la comprendre. Le genre, considéré - bien sûr - comme prototype (Adam, 1997 : 12), se définit par la macrostructure du texte, donc par la structure de l’article, la suite conventionelle de ses parties.

52Mais d'autres critères y entrent aussi. Ils sont linguistiques comme p. ex. les « pré-signes » (surtitre, titre, ...) ou extra-linguistiques ou plutôt « contextuels » pour ainsi dire, comme p. ex. la typographie, l'emplacement, les illustrations. Dans les typologies de Lüger (21995) et de Grosse/ Seibold (21996), les critères pour définir les genres de la presse écrite sont donc hiérarchisés, tandis qu'Adam (1997 : 16s.) propose la distinction de six « plans d'organisation complémentaires », parfaitement équivalents, pour rendre compte de la complexité et de la diversité des genres. II est impossible d'en donner ici d'autres explications. Le lecteur trouvera des détails dans l'exposé, uniquement synchronique, qui est intitulé « Typologie des genres journalistiques » (in : Grosse/ Seibold, 1996 : 32-58) et dans son annexe (p. 59s.) « Critères linguistiques : information vs. opinion ».

Conclusion

53En guise de conclusion, j'aimerais souligner deux choses :

541) Ce modèle peut se lire aussi d'une façon diachronique : d'abord les genres de l’information, puis ceux de l’opinion et enfin la croissance des vieux « services » (conseil, fiction, divertissement etc.) qu'on modernise, quoique des genres nouveaux, p, ex. la série des « statements » de plusieurs personnes interviewées à propos d'un problème actuel, soient aussi apparus dans les domaines anciens. Les hyperstructures enfin, innovation déjà présentée en germe dans la presse de la seconde moitié du 20e siècle, font leur pleine apparition dans les éditions électroniques.

552) Les genres ressemblent un peu au vocabulaire d'une langue naturelle, à une époque donnée. Il y a, également au niveau textuel, des « archaïsmes », p. ex, le roman-feuilleton, puis la bande dessinée, moyens importants de marketing et de vente au cours des deux siècles passés et subsistant dans différents journaux de province. II y a les genres (et les mots) tout à fait usuels et de longue durée, et on trouve enfin des « néologismes » qui sont en train de se développer dans les domaines indiqués dans la partie 3. Ces « néologismes » prendront des contours plus précis dans un proche avenir, pour devenir tout à fait usuels à leur tour... Ne construisons donc pas trop de théories purement synchroniques à propos des genres journalistiques. Ce sont des phénomènes historiques, des traditions discursives, « contingentes » par définition, qui se révèlent comme rébarbatifs lorsqu'on essaie de les mettre dans un système étroit et plus ou moins symétrique. La contribution présente a tenté d'offrir une première vue d'ensemble de ces « moules flexibles » du discours journalistique. Elle devrait être enrichie et modifiée par des recherches ultérieures.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ADAM Jean-Michel [1997] « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite » in Pratiques n°94, p. 3-18.

BAUDRILLER Marc (2000] « Le design anglo-saxon s'exporte bien » in Stratégies 1132, 4 février 2000, p. 46-47.

CHARAUDEAU Patrick (1997] Le discours d'information médiatique - La construction du miroir social, Nathan.

GROSSE Ernst Ulrich [2000] « Frankreichs Tagespresse : vom schwarzweissen "Blätterwald" zur bunten Vielfalt der Print- und Online-Angebote » in BUCHER, Hans-Jürgen/ PÜSCHEL, Ulrich : Die Zeitung im Spannungsfeld von Print und Digitalisierung, Westdeutscher Verlag ; Wiesbaden, p.151-176.

GROSSE Ernst Ulrich & SEIBOLD Ernst [21996] Panorama de la presse parisienne : histoire et actualité, genres et langages, Frankfurt a.M.. : Peter Lang.

HERMAN Thierry & LUGRIN Gilles [1999] Formes et fonctions des rubriques dans les quotidiens romands - Approches théorique et quantitative, Fribourg (Suisse) : Institut de journalisme et des communications sociales.

HRBEK Anja [1995] Vier Jahrhunderte Zeitungsgeschichte in Oberitalien. Text-, sprach- und allgemeingeschichtliche Entwicklungen in der "Gazzetta di Mantova" und vergleichbaren Zeitungen, Tübingen : Niemeyer.

LABROUSSE Claude/ RÉTAT Pierre [1989] Naissance du journal révolutionnaire, Presses universitaires de Lyon.

LÜGER Heinz-Helmut (21995) Pressesprache, Tübingen : Niemeyer. MARTIN-LAGARDETTE Jean-Luc [1994] Guide de l'écriture journalistique. Écrire - informer - convaincre, Syros.

POPKIN Jeremy (1990] « Une reprise en main et un nouveau départ la présentation du texte dans les journaux entre 1794 et 1807 » in RÉTAT, p. 83-98.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PÜSCHEL Ulrich [1994] « Raisonnement und Schulrhetorik im öffentlichen Diskurs. Zum Zeitungsdeutsch vor der Märzrevolution 1848 » in MOILANEN Markku/ TIITULA Liisa Überredung in der Presse, Berlin : de Gruyter, p.163-174.
DOI : 10.1515/9783110887914.163

RÉTAT Pierre (1990] Textologie du journal, Minard.

RÉTAT Pierre/ SGARD Jean [1978] Presse et histoire au XVllle siècle l'année 1734, Éditions du C.N.R,S.

VOIROL Michel (41993] Guide de la rédaction, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Schéma 1 : La diversification des genres dans la Gazzetta di Mantova
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Schéma 2 : Modèle arborescent : Les catégories textuelles et leur diversification en genres journalistiques.
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ernst-Ulrich Grosse, « Evolution et typologie des genres journalistiques », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 10 février 2007, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://semen.revues.org/2615

Haut de page

Auteur

Ernst-Ulrich Grosse

Université de Freiburg - Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page