Navigation – Plan du site

« Les cocotiers sont arrivés »

Tentative de reformulation de choses répétées au carrefour de l’altération
Andrée Chauvin

Texte intégral

1. Balisage

  • 1  La communication à l’origine de cet article était la dernière du programme du colloque.

1« Les cocotiers sont arrivés » : citation qui joue sur la connivence, expression possible d’une satisfaction de l’accompli, cette phrase codée au gré des projections personnelles et collectives a pu prendre sens aussi dans le temps du colloque pour en annoncer le terme1. C’est bien en tous cas une phrase lue ou entendue quelque part — et avant tout par Perec aussi. Plus qu’une citation de Perec, en effet c’est une citation de la lecture de l’espace urbain par Perec.

2La dominante descriptive, le règne de l’énumération couplés à des pratiques répétitives et /ou combinatoires et à des contraintes plus ou moins dures et plus ou moins occultées, dessinent à grands traits un portrait de Perec en sujet écrivain. Si la spécularité métatextuelle a droit de cité privilégié dans ses textes, Perec n’est pas un théoricien de la littérature et du langage, et pourtant il fournit tous les éléments d’une théorisation sémio-linguistique (que je ne tenterai pas d’élucider ici !). Ainsi sa participation à un numéro spécial de revue universitaire consacrée à la description n’est-elle pas un développement théorique mais la description minutieuse de ce qui se trouve sur son bureau, y compris la feuille de papier sur laquelle il est en train d’écrire, et les signes qui en constituent le texte. Donc, quand c’est fini, ça recommence : la description se répète littéralement ou presque avec cinquante petites différences inscrivant notamment l’écoulement du temps (l’heure à la pendulette magnétique, le nombre de cigarettes dans le cendrier). Je ne donnerai que cet exemple (Still life/Steal life in Perec, 1989) de l’importance de la répétition modifiée. Son intérêt d’homme des villes pour l’infraordinaire, l’insignifiant, le quotidien est bien connu : il faut apprendre à regarder et regarder de tous ses yeux....

  • 2  Cf.« Les lieux (Notes sur un travail en cours) » (Perec, 1974 : 76-77). Pour une analyse voir Phil (...)
  • 3  « assis dans un café ou marchant dans la rue, un carnet et un stylo à la main, je m’efforce de déc (...)
  • 4  De Baudelaire à Roubaud...
  • 5  C’est une « sémiotique de la déambulation » qui s’attache aux discours captés et construits au cou (...)

3Le corpus que j’aborderai ici procède d’une tentative décalée par rapport à un projet inachevé, la série de descriptions de douze lieux parisiens2. Ces lieux investis affectivement par Perec, il entreprend de les décrire systématiquement, une fois dans l’année pour chacun d’entre eux, mais selon une succession réglée par un algorithme, et selon un principe de production de texte double : une description du lieu faite sur place, constituée par des notations précises et neutres, une évocation de la mémoire personnelle du lieu faite ailleurs. Dans les descriptions in situ, le descripteur s’assigne la tâche d’enregistrer le visible et parfois de consigner ce qui a changé par rapport à une visite précédente ; il s’impose des stations à partir desquelles il observe le mouvement de la ville, ou encore il parcourt des rues en notant ce qu’il voit3. Sa pratique qui renoue avec une certaine tradition littéraire de promeneur des villes4 croise aussi le projet théorique de Jean Peytard initiateur de la sémiodologie ou « étude des signes du logos de la route » (Peytard, 1992 : 252)5. Face à « l’univers myriadique » (Ibid : 247) des signes urbains, le descripteur élit un poste de guet plus qu’il ne bouge lui-même. Mais la question centrale de l’hypothèse sémiodologique est bien au cœur de l’entreprise perecquienne :

comment le destinataire dans la position qu’il occupe par rapport à l’objet sémiotique [...] peut-il effectuer la levée des informations ? [...] le positionnement du récepteur induit-il une procédure spécifique de décodage ? (ibid : 253).

  • 6  Perec, 1975 ; Le texte est caractérisé par une explicitation de la démarche descriptive, par des i (...)
  • 7  Désormais, Mabillon.
  • 8  Quatre CD ont été édités par André Dimanche en 1997 à partir des archives sonores de l’INA. Ils pe (...)
  • 9  Cf. par exemple l’immeuble de La Vie mode d’emploi et le projet du « romans ».
  • 10  Cf. Mireille Ribière « La photographie dans La Clôture » in Perec et l’image,(Colloque de Grenoble (...)
  • 11  Dans Récits d’Ellis Island (1981) notamment, Perec préconise la pratique d’une description appliqu (...)

4Le projet des « lieux » dans son ensemble n’est pas mené à son terme, je l’ai rappelé, mais connaît des avatars. L’un d’entre eux est Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, la place Saint Sulpice vue de ses différents cafés6, un autre, le corpus qui nous occupe, Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 19787. Le lieu ici c’est donc le carrefour Mabillon. La tentative s’exerce sous une double contrainte8 : temps déterminé (production orale destinée à une émission radiophonique, durée de six heures consécutives d’observation-énumération), espace réduit (« fenêtre sur cour’’ d’un véhicule arrêté) ; il s’agit bien à partir d’un petit secteur du réel d’une tentative pour embrasser la totalité9, on a un cadrage sur une grille10, une entreprise pour saturer verbalement un espace et un temps11. La position du descripteur combine les figures du regardeur et du bavard : le « porte-regard » est animé d’un vouloir dire (Hamon, 1981 : 186 et 198).

5Le discours descriptif développe monstrueusement un thème-titre (Adam, 1997 : 77 et 84) qui serait « le carrefour Mabillon » en accomplissant une performance orale. Mais tel qu’on peut en prendre connaissance, il est pseudo-spontané, issu d’un montage (les six heures sont réduites à deux heures). Il est une confrontation au temps et à la linéarité de l’oralité. Il se soumet à une régularité indépendante de l’observateur — comparable dans une certaine mesure à l’algorithme des autres descriptions de lieux parisiens —, et ici « épuisement » a simultanément ses deux acceptions : saturation et fatigue. La performance au carrefour aboutit à un texte oral à deux voix, celles de Perec et de Piéplu, et le texte définitif va combiner deux types d’énumération : l’une défilante au fur et à mesure de la performance (Perec) et l’autre sommative qui intervient a posteriori au montage.

6Je m’efforcerai de montrer différents aspects de la répétition modifiée dont la figure de l’énumération est caractéristique ; mon hypothèse est que l’altération est à la fois destructrice et constructrice, qu’elle est structurante en tous les cas. La présence de la répétition qu’on peut bien attendre altérée à un carrefour ou à un autre peut être appréhendée sous deux espèces.

  • 12  Il faudrait évidemment affiner pour distinguer les récurrences (régularité mesurable et indéfinie (...)

7Des repères référentiels. Ceux-ci se manifestent, pour le descripteur au carrefour, comme tension du mobile et de l’immobile, comme si ce qui se passe était réductible à ce qui passe, avec d’une part des phénomènes de régularité, tels que l’alternance des feux, la récurrence de catégories de véhicules et d’autre part aussi des microévénements ressortissant eux à l’unique (une dame tombe, une fillette tire la langue, une dame photographie, etc.). C’est ce qui distingue les choses, les êtres, qui permet de les voir12.

8Des repères textuels. Ils sont instaurés d’une part par la structure énumérative omniprésente, d’autre part par la séquentialisation interne du montage, notamment par la ponctuation de l’inventaire et l’attente que crée son retour. L’altération tient alors à la progression d’un discours en devenir et aux relations interdiscursives qui s’établissent entre la description proprement dite et l’inventaire. Les deux types de repères participent à la fois de la répétition et de l’altération.

2. Variation sur énumération

2.1. Macro-structure

9Le principe de ce discours oral est de combiner structures répétitives et structures contrastives. L’inventaire (voix de Piéplu) vient découper contrastivement la description (voix de Perec) mais l’inventaire revient à intervalles plus ou moins réguliers. L’effet de contraste repose sur les oppositions entre énumération sommative (inventaire) et énumération défilante (description), entre deux voix avec leur timbre, leur débit, leurs mesures syntaxiques, etc. : la voix imperturbable de Piéplu est à intonation constante, et n’est pas marquée par la fatigue, contrairement à celle de Perec ; le débit de Piéplu est plus régulier, son schéma intonatif énumératif marque nettement des clausules descendantes, alors que celui de Perec reste en suspens. On a donc deux types de séquences, avec un régime d’alternance et l’introduction de repères. La succession des deux types de séquences donne généralement lieu à un ’’fondu enchaîné’’ vocal. Quand l’inventaire commence, on entend encore la voix de Perec dont l’intensité sonore s’affaiblit peu à peu, puis on réentend la voix de Perec à la fin de l’inventaire. On a donc conscience qu’il continue à parler mais sans entendre ce qu’il dit.

2.2. Inventaire et description : relations

10Les relations entre l’inventaire et la description produisent un effet d’interdiscours. Il y a une mise en scène de l’altérité d’une autre voix alors que le texte est celui d’un auteur unique. Les relations sont intradiscursives puisque réaliser cette mise en scène suppose une activité de lecture et d’autoréécriture, de retour temporel et textuel de la part de Perec, qui relit la transcription, et ne peut opérer la récapitulation aboutissant aux inventaires qu’à partir de la transcription écrite. Du côté de la réception, cette récapitulation ne pourra être le fait que d’un lecteur et non d’un auditeur. Bernard Magné dans sa présentation de Mabillon (1998 b) oppose la « lecture du réel » de la description, à la « lecture du texte » de la transcription de la description qu’utilise l’inventaire.

  • 13  « Piéplu » et « Perec » désignent non des personnes biographiques mais à la fois une identité voca (...)

11Piéplu13 emploie des désignations génériques qu’on n’entend pas employer par Perec (« véhicules à deux roues »). Que deviennent les « cyclistes »et les « mobylettistes » dont parle Perec et que Piéplu ne mentionne pas, alors qu’il parle d’une « fille qui pédale » et d’une « mobylette » ? On postule aussi que Piéplu reprend et intègre dans l’inventaire des éléments disparus au montage. Il y a distorsion entre le document brut et le montage pour la description alors que l’inventaire repose, lui, sur l’ensemble du document. La présentation en vrac de Perec s’oppose au classement de Piéplu, mais le classement n’est qu’apparent chez Piéplu, puisque le douzième inventaire qui concerne les passants annonce du vrac. Inversement le vrac de Perec est en fait structuré par différents regroupements plus ou moins visibles. L’inventaire procède d’une relation temporelle décalée et ambiguë : la liste centrale anticipe ou récapitule par rapport à un discours déjà proféré, à venir, ou pas audible du fait de la déperdition au moment des chevauchements. La réorganisation du réel de Piéplu s’insère dans le flux descriptif, vient y faire césure, et même en oblitère partiellement la compréhension.

  • 14  Chaque citation de la transcription est précédée d’un nombre entre parenthèses, reporté dans la tr (...)

12Les opérations de réécriture sont de différents types : auto-citation (Perec descripteur cité par Piéplu), mais aussi redistribution organisatrice avec un emploi privilégié des termes superordonnés. Certains éléments sont ajoutés, d’autres éliminés : par exemple un homme est dit dans la description « complètement chauve », l’inventaire dénombre « quatre hommes chauves », sans préciser davantage. Les hésitations de Perec « je ne sais pas, je ne sais pas comment ça s’appelle »disparaissent évidemment mais aussi toute marque d’énonciation déictique, qu’elle soit relative au locuteur, au temps, ou à l’espace. Des effets d’enchaînements-échos interviennent à l’audition par exemple l’inventaire 3 est consacré aux camions et la description reprend avec (1)14 « Un camion Documentation technique automobile, un autre Bois charbons qui tourne dans la rue où nous nous trouvons ».

  • 15  On peut penser par exemple à l’addition des pourcentages de motions de vote relatives au sort de K (...)

13L’activité descriptive réécrit et construit, notamment par la forme énumérative, un savoir sur le monde (Hamon, 1981 : 51 sq). La description de Perec apparaît dans un premier temps plutôt du côté du réel brut et de la perception particulière, alors que l’inventaire de Piéplu qui met de l’ordre dans ce réel, avec sa parole quelque peu mécanisée, serait du côté d’une langue informée par les cadres du savoir encyclopédique, structurante. L’inventaire renouvelle en les redoublant et en les décalant des opérations de sélection du descripteur mais on va voir qu’une discrète disparité (de moins en moins discrète à vrai dire) comme principe d’altérité, vient en contrepoint de ces mises en ordre15.

2.3 Organisation interne de l’inventaire

14Le tableau en Annexe 3 propose une récapitulation sélective des inventaires (Annexe 2), qui permet de s’apercevoir que les douze strophes de l’inventaire sont un dispositif à variations.

15Ce qui caractérise les inventaires les uns par rapport aux autres c’est la disparité des critères, mais il est presque impossible de s’en rendre compte à l’écoute, à moins de se livrer à des opérations de calcul mental peu probables. Le principe d’organisation change, alors que le cadre formel paraît constant, et que les bases de la catégorisation semblent rigoureuses. Si on considère ces listes, elles détaillent des catégories selon trois ensembles. Dix listes sont consacrées aux véhicules, une aux animaux, une aux humains (les « passants »). Pour le second ensemble, pas de terme générique mais des « chiens » et des « oiseaux ». Des nombres très précis définissent le premier et le second ensemble, pour le troisième c’est un quantifieur approximatif « plusieurs ». Pas d’étanchéité entre les trois ensembles : on suppose que peu de chiens ont l’imprudence de s’aventurer seuls au carrefour Mabillon, mais parmi les passants sont mentionnées des dames qui promènent des chiens et une fille qui pédale. En fait le troisième ensemble est particulièrement hétérogène.

16L’inventaire 1 consacré aux véhicules à deux roues s’achève sur « 16 tricycles et triporteurs ». Une partie de ces véhicules à deux ou trois roues sont automobiles alors que c’est l’inventaire 2 qui annonce « véhicules automobiles ». On est tenté de faire l’hypothèse d’une arborescence lexicale hiérarchisable avec inclusion d’ensembles les uns dans les autres puisque les inventaires 3, 4, 5, 6, 7 développent des lignes de l’inventaire 2 et que les inventaires 8 et 9 développent des lignes de l’inventaire 7. Si on considère la transcription des inventaires, les onze premières strophes de l’inventaire comportent des nombres écrits en chiffres et chaque ligne commence par des chiffres ; ces listes sont numériquement extrêmement précises et on postule que la première ligne-annonce correspond à la somme des autres lignes, or ce n’est le cas qu‘au début.

17Dans mon tableau, le chiffre souligné est celui qui figure dans le texte de la transcription publiée, le chiffre en gras en dessous est le résultat de mes calculs, — mes commentaires figurant entre crochets. L’addition tombe juste pour les deux premiers inventaires mais pas pour les autres ; il y a des disparités considérables notamment pour l’inventaire 10 : 1172 voitures de marques diverses annonce la ligne-titre, mais si on fait la somme, on trouve 319. Certes chaque ligne-titre comporte une relative explicative (qui n’est pas toujours lexicalement introduite de la même manière), laissant attendre une non-correspondance systématique entre la ligne-annonce et les autres lignes puisqu’elle signale un prélèvement. Cependant l’ambiguïté du pronom dont est exploitée : il est utilisé le plus souvent pour prélever une partie de l’ensemble mais aussi pour détailler exhaustivement les éléments d’un ensemble (dans les inventaires 1 et 2 qui instaurent précisément, du fait de leur position, un mode de lecture ou d’écoute).

18On a aussi des ensembles partiels sans qu’il y ait indication de recoupements. Les autobus sont comptés deux fois ; on tombe bien sur 210 mais 93 d’entre eux sont repérés par les publicités qu’ils portent, ou « Véronique Sanson » ou « Les cocotiers », et les mêmes sont recomptés selon le critère des lignes de circulation. L’inventaire 8 semble développer l’un des syntagmes de l’inventaire 7 où il est question de « 79 Volkswagen » mais, toujours dans l’inventaire 7, figurent « 28 deux chevaux » ; or l’inventaire 9 parle lui de « 79 deux chevaux ». Dans l’inventaire 11, on trouve une spécification de races pour les chiens mais pas pour les oiseaux, alors que la description prouve que Perec reconnaît les pigeons...

19On a une oscillation entre les effets de sérieux du nombre et une dérision du nombre qui peut faire penser à Rabelais. Le lecteur est invité à souscrire aux catégories élues par l’inventaire, à partir de sa logique lexicale et de ses compétences encyclopédiques, mais exhaustivité et catégorisation sont des leurres. Si on écoute ou regarde de plus près, le problème du classement, de la différenciation et des intersections de catégories, se pose tant à l’intérieur de l’inventaire que par rapport au souvenir de la description pour le lecteur, et à la description elle-même. La description n’est jamais convocable sur le même plan que l’inventaire, prise qu’elle est dans sa linéarité impérieuse, celle du discours, celle du défilement, à partir de la stase que s’impose le sujet descripteur.

3. Enumération, dénomination , description

3.1 Stratégies dénominatives

  • 16  Cf. Kleiber 1984 et 1990.
  • 17  Adam qualifie l’énumération de « base ou degré zéro de la procédure descriptive » (op. cit. : 81). (...)

20Je me limiterai à une définition tout à fait standard de la dénomination, comme attribution d’un signe verbal (mot ou groupe de mots) par un locuteur à un référent, supposant un acte de recherche mentale dans un stock personnel, à des fins cognitives et communicatives16. La séquence descriptive telle que la définit J.-M. Adam (1997 : 75-102) peut être considérée comme une dénomination dilatée et spécifiée par un mouvement d’aspectualisation, une expansion hiérarchisée dont l’énumération est une procédure privilégiée17.

21 A travers l’activité de dénomination, le rapport de la langue au réel pour un sujet est central dans mon corpus et il me semble que s’y manifeste exemplairement « la rencontre de la non-coïncidence foncière de deux ordres hétérogènes celui de la langue et celui du réel » (Authier-Revuz, 1995 : 507), notamment par des effets de sélection perceptive et de sélection verbale.

22Perec comme Piéplu recourt à un stock lexical et fait constater qu’un même objet peut avoir des dénominations différentes. Mais l’énumération de Piéplu se donne comme produit verbal fini résultant de cette activité, alors que celle de Perec montre comment est interrogée la compétence, comment s’opère la recherche assortie de rectifications et parfois d’échecs. De même, alors que l’énonciation de Piéplu est occultée, suspendue, sans ancrage temporel ni référence à l’écoulement du temps, celle de Perec se marque comme précisément localisée, avec tous les indices du discours transmis « en direct’’ ( « j’y vais alors... », « une camionnette tourne dans la rue où nous sommes garés »).

  • 18   Ou encore « rien, un instant d’accalmie »

23Le réel (i.e. le réel observable au carrefour Mabillon) est à la fois toujours semblable, répétitif (il y a des passants, des voitures qui circulent), et toujours en mouvement ; mais les stratégies de Perec sont également mobiles. Il signale à tel moment « un rayon de soleil »18, des « pigeons », puis n’en parle plus. Cela signifie-t-il qu’il n’en voit pas, qu’il n’y en a plus, que ça ne l’intéresse plus ? Comment se combine disponibilité perceptive du regard et disponibilité de la langue pour ce sujet ? Sur quoi se porte l’attention et comment le discours se propulse-t-il en avant sous l’effet du spectacle de la rue mais aussi d’enchaînements discursifs? Par exemple, certains secteurs du texte comportent une kyrielle de syntagmes introduits par la préposition « avec », qui semble dans une certaine mesure en générer la succession.

24Dans un passage particulièrement intéressant, après avoir constaté qu’il pleut, le descripteur organise son dire à partir d’un dénominateur commun référentiel, le mot « parapluie », élément qui aimante presque exclusivement le regard et génère une série de syntagmes :

(2) presque tous les gens ont des parapluies, un parapluie vert, un parapluie noir, un parapluie avec un, décor, géométrique, blanc rouge et noir, un parapluie à fleurs, un parapluie à motifs, un parapluie violet, un parapluie noir ; un homme en imperméable sans parapluie, un parapluie à, décoré, un autobus 63, un autobus 96, une deux chevaux qui prend la rue où nous nous trouvons, un parapluie avec des espèces de motifs géométriques, un parapluie noir, un parapluie avec un décor, pas écossais mais à carreaux ; un camion livraison de pommes de terre, le feu est rouge, un parapluie noir, un parapluie à bandes vertes et, bleues et jaunes pardon, un parapluie rouge, très plat, un parapluie, sans couleur

  • 19  C’est ce qui domine pour l’inventaire.

25La mobilité des stratégies est manifestée dans l’inventaire aussi avec le pronom « dont » — auquel se substituent des avatars synonymiques — et la double valeur (totalité /prélèvement) que j’ai évoquée. Deux options, d’ailleurs combinables, sont actualisées par rapport à la masse d’information : rassembler19 (« dix voitures passent ») ou particulariser (« deux taxis une voiture bleue un taxi une voiture bleu foncé ; encore un taxi. »). Cela rejoint la disparité des choix désignationnels et catégoriels.

  • 20  Par exemple caractériser telle fille en précisant qu’elle a des cheveux longs ouvre implicitement (...)
  • 21  Cf. Perec, 1975 : 16 « la plupart des gens ont au moins une main occupée : ils tiennent un sac, un (...)

26 Mais particulariser sous un certain angle permet de rassembler. En effet la singularité ouvre une catégorie, permet de regrouper à partir d’une variable élue comme discriminante20, on regroupe les parapluies par exemple et on les caractérise, ou les coiffures des passants (cheveux ou ce qu’ils portent sur la tête), ou encore il s’agit de ce que les passants ont à la main21 (chien, enfant, poussette : c’est Perec qui fait de tels paradigmes !). La description se focalise tantôt sur les véhicules, tantôt sur les passants. On trouve aussi bien des plans d’ensemble que des zooms.

27Deux attitudes différentes apparaissent relativement au temps réel. On peut avoir une sélection récapitulative comparable à celle de l’inventaire. Mais on a souvent un effet de direct, avec un débit qui s’accélère et un dénombrement qui mime « une deux trois, six, neuf, dix, douze voitures », ou l’impression de presse liée à l’absence de déterminant, comme si cela permettait d’aller plus vite. Voici un exemple de ce mimétisme enregistreur et de ses limites :

(3) La pizza voisine de la Rhumerie , Pizza Verdi, est ouverte, un enseigne néon Pizza Verdi clignote. Pizza Verdi allumé, éteint, allumé, éteint , allumé, éteint, allumé

28Perec s’arrête mais il est probable que l’enseigne continue à clignoter. Le temps réel fait manquer du réel. Mais décrire en temps réel, est-ce décrire ce qu’on voit aussi vite que cela advient, ou faire des paquets de dix ? Le descripteur ne peut pas assumer en même temps toutes les tâches qu’il s’assigne : il s’efforce de nommer exactement (recherche d’un mot) ou bien de compter, ou encore de lire ( cf. infra), ou encore de classer tout en nommant.

  • 22  N’importe quel observateur-locuteur ferait-il la différence entre mobylette et vélosolex ?

29La passion de catégoriser — qui anime Perec dans bien d’autres productions — actualise successivement plusieurs classements proposés par la langue et l’encyclopédie22. On a des catégorisations concurrentes dans l’inventaire comme dans la description, par rapport aux marques de voitures, aux couleurs, aux inscriptions. Le terme générique est tantôt « voiture » — « une voiture verte », « une voiture particulière » —, tantôt tel emploi métonymique de la marque — « une Renault métallisée » —, tantôt le type ou la fonction du véhicule — « camion » / » camionnette », « taxi »/ « ambulance ». Un même terme ne se situe pas au même niveau de généralité selon les contextes, puisqu’il peut être à la fois employé comme spécifiant par rapport à une catégorie ou comme fondant une catégorie. Un trait spécifiant comme la couleur peut produire une série syntagmatique comportant des véhicules tous de la même couleur, ou un regroupement où les véhicules de différentes fonctions ou marques seront tous comparés sous l’angle de la couleur (cf. inventaires 8 et 9), ou presque tous (inventaire 10)... Toute une organisation hiérarchique du lexique est mobilisée et mise en mouvement. Parfois c’est l’effet de discours seul qui crée le rassemblement sur des bases lexicales, phoniques ou rythmiques.

30La catégorisation suppose un choix d’appartenance globale mais il y a disparité dans les choix : comme on l’a vu même si le mot « voiture » est répété il n’aura pas la même position ni la même valeur par rapport à la catégorisation dans le discours. On peut aussi se demander quand la désignation est considérée comme complète, satisfaisante :

(4) une fille très grande avec un grand imperméable, avec un grand parapluie jaune, une autre avec un chapeau, un petit chien, un imperméable, un parapluie bleu

31Parfois le scrupule de précision et d’exhaustivité s’affiche avec insistance comme lorsque le descripteur s’efforce de donner le numéro de téléphone inscrit sur un camion et rit de cet acharnement : (5) « un gros camion Déménagement Garnier, Conflans Sainte Honorine 78700 tél 9166087 [rire] ». Parfois la désinvolture l’emporte : (6) « un camion grue ou je sais pas quoi pelleteuse, j’en sais rien ».

32L’activité méta-énonciative comme manifestation de la « dimension du non-un » dans la « nomination du réel » telle que les analyses de J. Authier-Revuz (1995 : 547-675 en particulier) permettent de l’appréhender, renvoie globalement, dans le corpus qui nous intéresse, à une tentative pour faire coïncider les mots et les choses, mais sans nier leur écart. Ainsi dans une visée générale d’adéquation qui anime la description, ce qui est souvent pointé, c’est la défaillance de l’énonciateur, signalée comme pour occuper la place du mot manquant : par exemple (7) « je ne sais pas comment s’appellent ces chiens ». Le fait que le mot fasse « défaut au dire » est marqué de temps en temps par ce que J. Authier appelle une « modalisation de flouification » : (8)» Une fille à vélo, avec une, sorte de survêtement ». Fréquemment s’opère une rectification par annulation rétroactive et substitution (X, non Y ou X, plutôt Y) : (9) « une grosse sacoche plutôt un cabas d’ailleurs », (10) « une camionnette Heureux, non une voiture Heureux comme comme un 51 dans l’eau ». L’instauration compensatoire d’un néologisme intervient rarement ((11) dans une voiture « un chauffeur et un conduit »). Le discours manifeste son exigence d’exactitude et ce qui peut s’y lire de façon dominante à travers ces différentes procédures, c’est la représentation de la nomination comme procès, comme recherche, work in progress 

  • 23  C’est moi qui souligne.

(12) une dizaine de personnes traverse le boulevard Saint Germain j’arrive à compter six parapluies, un homme qui porte, un, qui pousse un diable dans lequel il y a quelque chose qui me fait penser à du du des poissons dans une caisse , enmatière plastique blanche, je sais pas comment ça s’appelle23

(13) un camion plein de, papiers, de papiers heu, réduits en copeaux, je sais pas comment, en filaments

3.2 Description : effets de mise en texte

  • 24  J. Peytard/S. Moirand (op. cit.) mettent du côté du texte la vocation connotative, la primauté du (...)

33La question de l’appartenance de mon corpus au champ littéraire n’est pas indifférente mais elle ne me retient pas en tant que telle ici. Je me contenterai de poser qu’à mon sens Mabillon relève bien plus du régime du texte que de celui du document et vise bien une « émotion langagière » (Peytard/Moirand, 1992 : 61)24. La textualité est envisagée (pour le formuler très sommairement) à la fois sous l’angle d’une configuration linguistique complexe à grande densité relationnelle, et sous l’angle d’une option de lecture comme totalité structurée relevant d’une analyse interne. Les conditions de production de ce discours singulier sont converties en contrainte de création textuelle. Le pseudo-document brut est monté, travaillé, redistribué en deux partitions. On peut appliquer à Mabillon ce qu’écrit Lejeune à propos des Lieux inachevés.

Le « travail littéraire » n’est pas placé là où l’attend d’habitude. Il n’est pas dans l’élaboration stylistique. Il est dans le dispositif d’ensemble qui fait travailler le temps et le prend au piège [...] dans le montage
(Lejeune, 1991 : 145).

34J’ai insisté supra sur le montage du « chant/contrechant’’ de l’inventaire et de la description. On peut aller plus loin et faire l’hypothèse que la description elle-même se conforme à une dynamique de la répétition, c’est-à-dire à une structuration évolutive.

35Le repérage du même par des procédés anaphoriques atteste le souci de reconnaître tels passants ou tels véhicules. Par exemple :

  • 25  C’est moi qui souligne.

 (14) Une jeune femme, porte une panière, pleine de pain, et traîne une grande, heu, une grande poussette, métallique avec une, un plastique dedans. Boulevard Saint Germain passe un 70, avec une publicité pour Véronique Sanson ; une bonne douzaine de voitures, un camion blanc style frigorique, une camionnette, j’ peux pas lire ce qu’y a dessus c’est trop loin JCB France ; une camionnette Carniato à la carte,[...] La livreuse de pain repart25

36Une accomodation temporelle s’instaure pour l’auditeur et joue sur l’allusion permise par la répétition. Les cocotiers sont arrivés aux Galeries Lafayette est désigné au début comme un message publicitaire qui se trouve sur un autobus, avec lecture de l’intégralité de ce message. Ensuite, une ellipse affecte l’énoncé, réduit à Les cocotiers sont arrivés, et la relation avec l’autobus n’est plus forcément explicitée. Dès la deuxième occurrence on trouve « sur le 63 Les cocotiers sont arrivés ». Mais ce qui précède fait évidemment comprendre que les cocotiers ne surgissent pas d’une manière hallucinatoire dans le paysage urbain... Une reformulation synonymique ponctuelle intervient à la fin de Les cocotiers sont parmi nous. Quand le descripteur s’apprête à le redire, l’hésitation suivie d’une rectification est très audible : Les cocotiers sont p/arrivés. L’équivalence désignationnelle avec « une publicité pour les Galeries Lafayette » n’est exploitée qu’une fois. Le nombre de répétitions littérales montre justement que la valeur de l’énoncé évolue, ne serait-ce qu’en se chargeant de ses répétitions successives, de cet aspect auto-citationnel.

37Le « parapluie sans couleur » (exemple (2)) laisse perplexe, et le contexte seul permet de penser que ce n’est ni un parapluie noir ni un parapluie blanc. On peut hésiter entre « d’une couleur indéfinie » ou « transparent ». Butée du langage, de la perception, ou intelligibilité liée à l’actualité de la mode de tels parapluies en 1978? Les deux chevaux vert pomme qui circulent place Saint Sulpice provoquent la hantise de Perec (Cf. Tentative d’épuisement d’un lieu parisien p. 45). Au carrefour Mabillon, celles qui traversent la description ne suscitent aucun commentaire mais la fréquence de la couleur produit une évolution intéressante : à la fin du texte, il est question d’une « voiture verte presque pomme » dont la liberté de construction s’autorise à l’évidence de l’abondance des syntagmes « deux chevaux/voiture vert pomme » et « voiture verte » pour les combiner.

38La trame répétitive syntaxico-intonative que j’aborde rapidement ici est fondée sur des effets de récurrence et de contiguïté. Des structures préférentielles se dégagent :

  • 26  Les éléments entre crochets sont facultatifs.

39- type 1 à noyau nominal avec expansion 26

40[Dét. Indéfini] [Adj] Nom [Adj] [Relative ou Groupe prép.]

41 notamment : un Nom avec/ un Nom sur un/ un Nom qui / un Subst sur lequel/laquelle

42- type 2 à noyau phrastique

43a) Nom + Verbe ou Verbe + Nom

44Ex.« Passe une camionnette » « Une dizaine de personnes traversent »

45b) Nom + Verbe attributif + Adj

46Ex. « Le feu devient vert », « Le feu est rouge »

  • 27  Du point de vue de l’analyse, cela se traduit par la difficulté à prélever des extraits.

47La fréquence des structures à noyau nominal contribue à l’impression qu’un ruban verbal continu, imitatif du flux de la circulation et de la perception se dévide, qu’il est très difficile de percevoir des césures autrement que par l’intervention du texte autre de l’inventaire27. Certes, la séquence énumérative caractéristique du mouvement de l’expansion descriptive domine. Cependant l’uniformité syntaxique est trompeuse ; ce que j’ai désigné dans un premier temps comme des repères référentiels se traduisent par des variations syntaxiques. Certaines font série à leur tour et débouchent sur les énumérations nominales : il s’agit des structures de type 2. Mais on trouve aussi des phrases assertives complètes ( souvent à présentatif) qui n’ouvrent pas sur une dérive descriptive ; elles mentionnent l’heure (« Il est dix heures moins vingt »), la météo (« Il a l’air de moins pleuvoir »), relatent des scènettes (« il y a une dame qui est tombée etc. »). Enfin des commentaires sur la perception ou la dénomination, à la première personne, s’intercalent dans le discours (« je ne sais pas comment ça s’appelle », « j’peux pas lire ce qu’y a dessus c’est trop loin »).

48Le champ lexico-référentiel de la circulation des véhicules divers et des passants « des deux sexes » (tels que les fait se succéder l’inventaire), est évidemment mis à contribution de façon constante, ce qui entraîne la répétition de lexèmes comme « taxi », « camion », et d’autres, moins prévisibles mais liés à la situation, comme « parapluie ». En ce qui concerne la toponymie, le boulevard Saint-Germain est plus mentionné que les autres artères et ponctue le texte. Le parti pris est celui de la banalité (verbes être, devenir, redevenir, passer, s‘arrêter par exemple) qui s’accompagne d’un souci de précision et d’exactitude comme on l’a vu.

49La prosodie particulière — que je n’analyse pas dans son détail — se caractérise par des intonations en suspens chez Perec. Chez Piéplu la succession des intonations suspensives et la descente finale sont très régulières. Chez Perec, les intonations conclusives proprement dites interviennent de temps en temps, plus ou moins aléatoirement semble-t-il, mais de moins en moins au fur et à mesure de la description, comme s’il n’arrivait plus à boucler ces paquets de réel que l’intonation permet de délimiter.

50 Si on compare Tentative d’épuisement d’un lieu parisien à Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978, la seconde description, qui se dispense de toute explication sur la démarche et de tout commentaire sur les spectacles urbains, paraît marquée par la neutralité. Cependant ce parti de la neutralité connaît de plus en plus de manquements au fur et à mesure du déroulement de la performance, en ce sens que l’apparent enregistrement du réel cède le pas à une interprétation délibérément affichée. Par exemple vers la fin (c’est moi qui souligne)

 (15) quatre officiers d’aviation ; quatre officiers de quelque chose, peut-être de l’Armée du Salut, visitant Paris, [rire étouffé?] [...] une petite camionnette marquée Verger, une camionnette bleue, une dame qui promène un chien avec un grand cabas et un sac, un homme chauve, une femme avec un filet, un connard avec [rire] une voiture, rallye, [...] un type avec son casque de moto, une camionnette Air Terminal Service [...] deux filles avec des parapluies, assez jolies, [...] le feu boulevard Saint Germain est devenu vert, un homme avec un petit garçon ou une petite fille à lamain, [...] un homme très cadre supérieur, un car vide qui s’arrête boulevard Saint Germain, [...]

un motard avec une combinaison heu, spectaculaire 

51Dans l’inventaire de Piéplu, on retrouve bien « quatre officiers » mais ce sont « quatre officiers vraisemblablement étrangers » !

52Donc la subjectivité n’est pas seulement celle d’une énonciation nettement localisée, celle d’une perception individuelle focalisée avec les manques que cela suppose (« j’peux pas lire ce qu’y a dessus c’est trop loin »), celle d’une capacité de nommer qui se manifeste persévérante, se reconnaît limitée, et prend le risque des ratés du direct (« un camion de touristes »), celle des signaux sonores de l’état psycho-physique du descripteur (baîllements, soupirs, rires, lassitude de la voix). C’est aussi celle de l’humeur, de l’appréciation, du jugement. Comme l’exhaustivité, la neutralité est mise en défaut.

  • 28  Je laisse de côté dans l’état actuel de ce travail les récurrences rythmiques et phoniques.

53Sur des bases qui évoluent, le discours fait se succéder au fil de l’énumération des catégories précaires. « Les cocotiers sont arrivés », comme un refrain, participent d’une cohérence à l’échelle du texte dans son ensemble. Mais certaines récurrences de type lexical notamment28sont plus localisées et témoignent d’une répétition structurante et travaillée par l’altération. L’ancrage est plus ou moins référentiel ou verbal. Ainsi les taxis seront caractérisés d’après leur couleur ou d’après le fait qu’ils sont libres ou occupés. Seront pris en compte, de façon privilégiée à certains moments, ce qui est tenu à la main par les passants, la fonction des véhicules plutôt que leur couleur ou en sus de leur couleur. S’il est beaucoup question des publicités affichées sur les bus ou de leur ligne, il n’est question qu’occasionnellement des gens qui s’y trouvent. Ces précisions interviennent dans des zones déterminées du texte.

54Si on peut invoquer les fluctuations de l’intérêt on remarque aussi le rôle de relais purement lexicaux. (16) « Kiketsou [?] International plein de Japonais, un autre autocar, vide, un camion plein de, papiers. ». « Plein » appelle » vide » par opposition, et fait rebond mais à propos d’un chargement, et non plus d’une population. Dans l’exemple suivant (17) « une camionnette avec des bouts de bois dedans, une, voiture avec des bouts de bois dessus »,le syntagme « des bouts de bois » est conservé. C’est moins la précision qui semble visée avec la diversification des adverbes locatifs, qu’une nouvelle distribution descriptive, un nouveau modèle d’appréhension qui s’esquisse. Des séquences énumératives comme celle des parapluies citée supra, combinent la spécialisation référentielle, la récurrence lexicale et la création d’une mesure rythmique.

  • 29  Que j’ai transcrits en italiques. Voir Annexe 1.

55L’activité de lecture, de citation du texte de la rue, est très importante. Les éléments épars d’une sémiologie urbaine (celle qu’évoque la sémiodologie de Jean Peytard op. cit.) sont recensés. Les énoncés rapportés29, lus sur les véhicules, les enseignes, les vêtements, participent d’une information à caractère publicitaire caractéristique des cités modernes. Ils comportent des noms de marque (« Hédiard », » Pierre d’Alby ») des numéros de téléphone, des raisons sociales (« Soliviandes, porc en gros »), des enseignes (« Pizza Verdi »), des slogans (« Candia, la pureté du lait »). La construction syntaxique la plus courante est l’apposition. Les énoncés déchiffrés sont signalés par une démarcation intonative, des guillemets oraux en quelque sorte, et souvent aussi par des introducteurs lexicaux (« marqué » « avec écrit » « sur laquelle on peut lire »...) : (18) « un petit tricycle des postes avec écrit derrière arrêt fréquent »

56La lecture s’attache aussi au mouvant, négligeant la plupart du temps les inscriptions murales, les affichages fixes. L’enseigne de la pizzeria est décrite clignotante (exemple 3) . La lecture effectuée par le descripteur procède à un nivellement spatial et sémantique. Les proportions ne sont guère prises en compte : le titre de journal est traité comme l’affiche sur le bus ou l’inscription sur le véhicule. La troncation est acceptée (exemple 10 bis) bien que la complétude soit ailleurs visée (exemple 5) :

(10 bis)un homme qui a dans sa poche un journal sur lequel je peux lire les mots le juge Pasc un camion Hédiard, une fille avec un, une casquette assez amusante, blanche, une camionnette Vacances 2000, Sernam Service national des Messageries SNCF, une camionnette Heureux, non une voiture Heureux comme comme un 51 dans l’eau

(5) un gros camion Déménagement Garnier, Conflans Sainte Honorine 78700 tél 9166087 [rire] Déménagements toutes distances

57Avec les énoncés lisibles se vérifie exemplairement pour la lecture ce qui constitue le mot d’ordre général du pari descriptif « dire ce qui peut se voir, tout le visible et rien que le visible ». L’activité de lecture se développe comme en deçà de la signification. Elle vise moins un sens qu’une identification. « Bleue » et « Bois et Charbons » entrent dans un même paradigme de qualification des camionnettes par exemple. Il s’agit moins de lecture que de repérage, de déchiffrement et de restitution littérale de toutes les inscriptions urbaines, en se soumettant plus à des contraintes de vitesse qu’à des exigences d’intelligibilité. On le voit avec « les cocotiers », cet énoncé verbal fragment du réel. Le lisible s’appréhende d’abord comme visible et comme îlot descriptible privilégié.

58La lecture apparaît comme performance du regard mettant en relief ses limites. Le regard, comme le verbe, s’affiche pris entre toute-puissance et défaillance. Lire la rue, considérer l’espace comme un texte est tout à fait fondamental. Décrire c’est nommer, c’est-à-dire classer, dénombrer, catégoriser et recatégoriser, mais c’est aussi citer, dérisoirement peut-être : c’est quand le réel s’appréhende par la citation qu’il y a coïncidence des mots aux mots, sinon des mots aux choses.

Conclusion

59Le discours oral spontané, contraint par le dynamisme réglé et multiforme du carrefour que s’impose Perec, s’appuie sur la répétition circulante à l’extérieur du discours. Mais celui-ci puise sa dynamique propre dans sa répétition-reformulation. Travaillée par la durée, sa construction par altération et réajustements s’opère au fur et à mesure de la reconnaissance du réel et de l’exploration du verbal, conjointes, sinon coïncidentes.

60Cette dynamique d’altération est liée au vertige d’un toujours dire autrement qui demeure ouvert. L’altération dénonce comme leurre le quadrillage rassurant du réel par le langage, mais si elle révèle la faille, elle est aussi possibilité d’exercice du discours et de création du texte.

61Je termine par où j’aurais pu commencer, une citation de Penser/Classer

Haut de page

Bibliographie

[...] Les joies ineffables de l’énumération

Il y a dans toute énumération deux tentatives contradictoires ; la première est de TOUT recenser, la seconde d’oublier tout de même quelque chose ; la première voudrait clôturer définitivement la question, la seconde la laisser ouverte ; entre l’exhaustif et l’inachevé, l’énumération me semble ainsi être, avant toute pensée ( et avant tout classement), la marque même de ce besoin de nommer et de réunir sans lequel le monde (« la vie ») resterait pour nous sans repères : il y a des choses différentes qui sont pourtant un peu pareilles ; on peut les assembler dans des séries à l’intérieur desquelles il sera possible de les distinguer.[...]
(Perec, 1985 : 167)

ADAM Jean-Michel [1997] Les textes : types et prototypes, Nathan.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline [1995] Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Larousse.

HAMON Philippe [1982] Introduction à l’analyse du descriptif, Hachette.

KLEIBER Georges [1984] « Dénomination et relations dénominatives » in Langages 76, Larousse, pp. 77-94.

KLEIBER Georges [1984] La sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Coll. Linguistique Nouvelle, PUF.

LEJEUNE Philippe [1991] La mémoire et l’oblique, P.O.L.

MAGNÉ Bernard [1998a] « Tentative de description de choses vues dans Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978 de Georges Perec » Actes du colloque Ecritures radiophoniques édité par le CRLMC, Clermont-Ferrand.

MAGNÉ Bernard [1998b] « Mabillon. Ce qui passe passe » in Perec [1998] Georges Perec [CD], André Dimanche, Paris, p. 55-67.

PEREC Georges [1974] Espèces d’espaces, Galilée.

PEREC Georges [1976] Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Christian Bourgois.

PEREC Georges [1981] Récits d’Ellis Island, Ed. du Sorbier.

PEREC Georges [1985] Penser/Classer, Hachette.

PEREC Georges [1989] « Still life/style leaf », in L’infra-ordinaire, Seuil, pp. 107-119.

PEREC Georges [1998] Georges Perec [CD], André Dimanche, Paris

PEYTARD Jean [1992] Syntagmes 4 : De l’évaluation et de l’altération des discours, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles-Lettres, en particulier « La traversée des signes [promenades en sémiodologie] » pp. 247-258.

PEYTARD Jean et MOIRAND Sophie [1992] Discours et enseignement du français, Hachette.

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1

Georges Perec

Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978

(transcription d’extraits du document sonore INA/André Dimanche éditeur, 199730)

 [bruit ou musique contemporaine] ACR Atelier de création radiophonique [bis] Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978 par Georges Perec. Voix Claude Piéplu31[bruitage musical][toussotement et bruit de déclic - porte ?-]

Eh ben j’y vais alors hein.

Mabillon, 19 mai 1978 ; il est dix heures moins vingt. Le temps est pluvieux. La circulation est plutôt fluide ; la plupart des gens, ont leur imperm, ont leur, parapluie ouvert. Je suis au carrefour Mabillon ; je vois devant moi l’amorce de la rue du Four ; la portion du boulevard Saint Germain comprise entre Mabillon et Saint Germain des Prés, et en tournant un peu la tête, la rue de Buci.

Une femme passe avec un imperméable rouge, une autre avec un cabas, un autobus 86. Un camion de Fruits et légumes Charles Prévot. Le feu sur le boulevard Saint Germain devient vert, passe le 86 qui porte une publicité Les cocotiers sont arrivés Galeries La Fayette, une camionnette blanche, un camion Citroën bâché vert, des taxis ; une camionnette bleue, encore des taxis. Au feu rouge de la rue du Four une mobylette s’arrête, avec un homme qui porte une combinaison orange. (8) Une fille à vélo, avec une, sorte de survêtement jaune (8). Sur le boulevard Saint Germain s’arrête une camionnette des postes. Passe une camionnette GRP ; une autre qui transporte du bois, dans l’autre sens, une camionnette Diffusion Princesse. Sur le boulevard Saint Germain passe un autobus 63, et un autobus 96 qui porte une publicité pour Véronique Sanson. Passe une camionnette SOS 9999. Passe un transport routier, un grand camion bleu marqué Gefco. Des voitures, blanches, une DS, bleue, foncé, une camionnette, un taxi, un autre taxi, une fille avec un imperméable vert, le feu redevient rouge, les voitures venant de la rue du Four passent, camionnette des Services de presse, un taxi, une Volkswagen, une fille avec un imperméable fleuri, une autre avec un parapluie, alternativement orange et marron. [silence]

Sur le Boulevard Saint Germain, passe un gros camion Soliviandes Porc en gros, Rungis, une camionnette bleue une voiture jaune une voiture bleue, une voiture écrit sur laquelle est écrit Stores Belzac, un autobus, 63.

Le feu de la rue du Four devient vert , passe un camion Yoplait, un camion des literies Saint Germain, un taxi , une moto, un taxi une moto, une petite voiture blanche, une camionnette grise, des gens avec des parapluies, jaunes, noirs ; sur le 63 Les cocotiers sont arrivés. Passe une camionnette jaune des postes qui tourne dans la rue où nous sommes garés.[silence]

Les voitures viennent de la rue du Four ; quelques-unes viennent de la rue de Buci ; au coin de la rue de Buci et du Boulevard Saint Germain il y a une dame qui est tombée. Trois personnes sont venues la ramasser ; elle a glissé c’est une femme assez jeune : passe un camion de touristes, un autobus 87 avec une publicité pour Véronique Sanson, une camionnette du Printemps, un autobus 86 avec Les cocotiers sont arrivés ; la dame qui est tombée s’est assise à la terrasse du café Mabillon ; l’un des ses, sauveteurs est un homme en imperméable qui porte des cabas pour aller au marché rue de Buci. [...]

[Inventaire [1] « 475 véhicules à deux roues, dont... »]

Un camion, Prévot , Fruits Légumes Primeurs Rungis grossiste livreur à service complet. Une Volkswagen rouge est arrêtée, au feu, du boulevard Saint Germain.[...]

Passe une camionnette des postes avec Un coup de fil ça rassure une camionnette Bâtir Travaux une camionnette blanche une voiture grise une camionnette vert d’eau, un taxi une voiture dont je ne, connais pas la marque, une Jaguar peut-être, un taxi vert, une Morris, une voiture sur laquelle est écrit Quinzaine de la gentillesse.

Sur le boulevard Saint Germain passe un 63, avec une publicité pour les Galeries Lafayette Les cocotiers sont arrivés.[...]Passe un autobus 63 Les cocotiers sont arrivés. Une voiture jaune, sale. Une dizaine de personnes traversent le boulevard Saint Germain ; trois ont des parapluies ouverts ; passe un camion Solvay ; deux personnes traversent, l’une avec un parapluie noir l’autre avec un parapluie , violet, ou rouge, une autre dans l’autre sens avec un parapluie bariolé. Un taxi, un autre taxi, encore un taxi ; un camion Candia, la pureté du lait ; un camion Euromarée, le feu devient rouge boulevard Saint Germain. Une dizaine de personnes traversent, dont quatre avec des parapluies ; passe un scooter rouge, une voiture verte rue du Four,

 [Inventaire [2] « 3287 véhicules automobiles,dont... »]

[.....]Plusieurs personnes attendent pour traverser, dont quatre avec des parapluies ouverts, une dame, qui tire une poussette, qui tire un sac à provision. Le feu devient rouge, une dizaine de personnes traversent, il y a cinq parapluies ouverts. Passe une camionnette sur laquelle est écrit Oeufs beurre, une autre sur laquelle est écrit Cent mille, Chemises ; un taxi, une deux chevaux, une voiture bleue ; une camionnette Pignot ; plusieurs voitures, des gens qui traversent à quelques centimètres de moi. (3) La pizza voisine de la Rhumerie, Pizza Verdi, est ouverte, un enseigne néon Pizza Verdi clignote. Pizza Verdi allumé, éteint, allumé, éteint , allumé, éteint, allumé (3) ; le feu est rouge boulevard Saint Germain, rue du Four passe une camionnette Uncle Bens le riz qui ne colle jamais ; une camionette Soliviandes Porc en gros qui tourne dans la rue de Buci, qui tourne de la rue de Buci vers le boulevard Saint Germain ; une moto, une Volkswagen, orange ; il n’y a plus personne à la terrasse du café le Mabillon, [...] le feu devient rouge boulevard Saint Germain. Une dizaine de personnes traversent, cinq ou six avec des parapluies deux avec des chiens. (7) Je ne sais pas comment s’appellent ces chiens (7). Des espèces de briquets. Rue du Four passe un camion, bâché qui livre des pommes de terre, cinq voitures de front sont arrêtées boulevard Saint Germain, derrière deux camionnettes. D’autres voitures arrivent, le feu devient vert, toutes le voitures partent, pas toutes en même temps ; passe un autobus 70 qui va à l’Hôtel de ville avec une publicité pour Véronique Sanson [...] une DS une mobylette ; (4) une fille très grande avec un grand imperméable, avec un grand parapluie jaune, une autre avec un chapeau, un petit chien et un imperméable, un parapluie bleu, une autre avec des longs cheveux et un parapluie, à fleurs(4) ; un homme qui pousse une espèce de diable, deux même.[...]

[Inventaire [3] « 407 camions, dont... »]

(1) Un camion Documentation technique automobile, un autre Bois charbons qui tourne dans la rue où nous nous trouvons (1), quelqu’un qui descend presque en marche au coin du boulevard Saint Germain et de la rue du Four, et qui rentre à la BNP, un 63 Les cocotiers sont arrivés ;[...] une dame avec un parapluie qui tire un panier à provision monté sur roulettes, un taxi ; un autobus 87 avec une publicité pour Véronique Sanson, une Renault vert pomme, trois taxis, une dizaine de voitures particulières, des taxis ; deux mobylettes ; quatre personnes traversent le boulevard Saint Germain se dirigeant vers la rue de Buci, deux tirent des paniers à provision, deux autres femmes, remontent le boulevard Saint Germain vers la rue de Buci, traînant des paniers à provision, toutes les deux avec leur parapluie ouvert, une promène un chien, deux femmes avec leur paraluie ouvert toutes les deux promenant un chien se croisent en traversant le boulevard Saint Germain [...] Il y a de nouveau un homme en béret à la terrasse du Mabillon, je pense que c’est le même que tout à l’heure. [...]Rue de Buci l’enseigne du magasin Au cor de chasse qui représente un cor de chasse est allumée. Passe un 63 Les cocotiers sont arrivés[...] Il est bientôt dix heures et quart.

[Inventaire [4] « 574 camionnettes, dont... »]

Onze heures vingt. Passe un laveur de carreaux, sur une mobylette, un homme avec un imperméable, une barbe des lunettes et un paquet enveloppé dans du papier kraft, une dame qui boîte légèrement, plusieurs personnes traversent la rue du Four, le feu est rouge boulevard Saint Germain ;[...] (10) un homme qui a dans sa poche un journal sur lequel je peux lire les mots le juge Pasc un camion Hédiard, une fille avec un, une casquette assez amusante, blanche, une camionnette Vacances 2000, Sernam Service national des Messageries SNCF, une camionnette Heureux, non une voiture Heureux comme comme un 51 dans l’eau (10) ; un grand parapluie blanc tenu par un homme en imperméable, avec des blue jeans, un autocar, Mercedes, avec peu de monde dedans, dont une dame, habillée en rouge avec un chapeau blanc ; (18) un petit tricycle des postes avec écrit derrière arrêt fréquent (18) [...] (9) un homme avec un imperméable court une grosse sacoche plutôt un cabas d’ailleurs (9) (12) une dizaine de personnes traverse le boulevard Saint Germain, j’arrive à compter six parapluies, un homme qui porte, un, qui pousse un diable dans lequel il y a quelque chose qui me fait penser à du du des poissons dans une caisse, en matière plastique blanche, je sais pas comment ça s’appelle (12)

[Inventaire [5] « 580 taxis, dont [...] 5 jaunes, 1 orange »]

orange mandarine, un autobus 87 publicité pour Véronique Sanson, plein de voitures particulières, un taxi, une voiture Ted Lapidus ; un homme avec des cheveux longs et un catogan, une fille avec un blouson vert, cinq personnes, six, une dizaine de personnes avec six parapluies, une femme qui pousse, un bébé dans une poussette et qui tient un petit garçon par la main [...] (5) un gros camion Déménagement Garnier, Conflans Sainte Honorine 78700 tél 9166087 [rire] Déménagements toutes distances (5), qui s’arrête juste devant, mon regard, fait une marche arrière, part en marche arrière dans la rue où nous nous trouvons ; se gare derrière nous.[...]

[Inventaire [6] « 210 autobus, dont... »]

[...] (14)Une jeune femme, porte une panière, pleine de pain, et traîne une grande, heu, une grande poussette, métallique avec une, un plastique dedans. Boulevard Saint Germain passe un 70, avec une publicité pour Véronique Sanson ; une bonne douzaine de voitures, un camion blanc style frigorifique, une camionnette, j’ peux pas lire ce qu’y a dessus c’est trop loin JCB France ; une camionnette Carniato à la carte, [...] La livreuse de pain repart, (14) traverse en courant la rue de Buci, et le boulevard Saint Germain. Non la rue du Four et le boulevard Saint Germain. Midi dix, passe un 63, un 86, un camion qui transporte je ne sais quoi, des trucs compliqués, un 96 ; il pleut de plus en plus fort, il fait de plus en plus sombre.[...] au centre du carrefour, sur une mobylette, un laveur de carreaux, qui n’a pas l’air gai ; [...] camionnette Pierre d’Alby, une voiture rouge, genre sport, une voiture bleue, plein de petits enfants avec des imperméables bleus, qui passent juste, à côté, de moi, dont une petite fille qui me tire la langue ; [...] (2) presque tous les gens ont des parapluies, un parapluie vert, un parapluie noir, un parapluie avec un, décor, géométrique, blanc rouge et noir, un parapluie à fleurs, un parapluie à motifs, un parapluie violet, un parapluie noir ; un homme en imperméable sans parapluie, un parapluie à, décoré, un autobus 63, un autobus 96, une deux chevaux qui prend la rue où nous nous trouvons, un parapluie avec des espèces de motifs géométriques, un parapluie noir, un parapluie avec un décor, pas écossais mais à carreaux ; un camion livraison de pommes de terre, le feu est rouge, un parapluie noir, un parapluie à bandes vertes et, bleues et jaunes pardon, un parapluie rouge, très plat, un parapluie, sans couleur (2)

[Inventaire[7] « 1435 voitures particulières, dont... »]

Il a l’air de moins pleuvoir. Un homme avec, une, chemise bleue à la main traverse le boulevard Saint Germain, une chemise en carton, pas une chemise heu, un homme en mobylette avec une grande sacoche, un autre,[...]

[Inventaire [8] « 79 Volkswagen, dont... » ]

[...] camionnette, une DS, un, tricycle à moteur, rouge, deux voitures, le feu est vert boulevard Saint Germain, une deux trois, six, neuf, dix douze voitures, une camionnette des PTT, un car Air Suzanne complètement vide, une voiture jaune qui tourne dans la rue du Four, un taxi, une Volkswagen orange, un taxi, une voiture qui va très vite, [...] une demi-douzaine de parapluies qui traverse(nt) le boulevard [...] les voitures redémarrent boulevard Saint Germain, une deux chevaux rouge, une DS avec (11) un chauffeur et un, heu conduit (11), plein de voitures particulières, un taxi [...] un homme qui me montre du doigt en passant, trois voitures, un oiseau, qui passe dans le ciel [...] deux personnes sur une petite moto, encore un instant d’accalmie ; un cycliste, [...]

[Inventaire [9] « 78 deux chevaux, dont... »]

[...] un cycliste, un mo, un mobylettiste, deux oiseaux, trois oiseaux dans le ciel, encore une mobylette, une moto, une mobylette [...] Il est à peu près deux heures moins cinq. Il pleut beaucoup moins, une fille avec des pantalons orange passe en vélo sur le boulevard Saint Germain ; [...] voiture(s) sur le boulevard Saint Germain, un autocar, avec pas mal de gens dedans, dont un Japonais, une Volkswagen, un taxi [...]

[Inventaire [10] « 1172 voitures de marques diverses, parmi lesquelles... »]

[...] un homme qui a peut-être acheté la première édition du Monde, un camion qui livre des pommes de terre et des oignons,[...] un homme à vélo, deux flics en mobylette, un taxi, rouge un taxi bleu, un taxi blanc, [...] rue du Four, deux mobylettes démarrent, des voitures, une mobylette passe juste devant nous, taxi, méhari, taxi, voiture bleue, voiture rouge, taxi blanc, taxi, taxi vert, taxi blanc, mobylette, avec un homme en imperméable, une deux chevaux bleue, une Peugeot une je sais pas quoi, blanche, des gens traversent en courant le boulevard Saint Germain, [...] deux voitures dont une rouge [...] des voitures, plein de voitures. Pas mal de voitures ;

[Inventaire [11a] « 36 chiens, dont... »]

un homme en imperméable et casquette qui s’apprête à traverser à côté d’un autre en imperméable et parapluie, au bras, pas ouvert ; une fille qui marche lentement, les mains dans les poches de sa veste,

[Inventaire [11b] « 26 oiseaux »]

[...] (15) quatre officiers d’aviation ; quatre officiers de quelque chose, peut-être de l’Armée du Salut, visitant Paris, [rire étouffé?] [...] une petite camionnette marquée Verger, une camionnette bleue, une dame qui promène un chien avec un grand cabas et un sac, un homme chauve, une femme avec un filet, un connard avec [rire] une voiture, rallye, [...] un type avec son casque de moto, une camionnette Air Terminal Service [...] deux filles avec des parapluies, assez jolies, [...] le feu boulevard Saint Germain est devenu vert, un homme avec un petit garçon ou une petite fille à la main, [...] un homme très cadre supérieur, un car vide qui s’arrête boulevard Saint Germain, (15) [...] un 86 Les cocotiers sont arrivés, [...]

[Inventaire [12 a] « Plusieurs centaines, sinon... »]

un motard avec une combinaison heu, spectaculaire, verte et violette, un groupe de gens qui traversent ; deux mobylettes, un curé avec une grande barbe ; apparemment il ne pleut plus ; un oiseau, deux autres oiseaux, encore un oiseau [...]deux pigeons juste devant mes yeux ; dans le caniveau ; deux autres qui volent, dans le boulevard Saint Germain ; des voitures qui viennent de la rue du Four [...]

[Inventaire [12 b] « Quatre filles avec... »]

[...] un critique d’art avec Le Monde sous le bras, [...] l’autobus 86, [...] une fille qui a une veste sur laquelle y a écrit WCHS Ramblers, [...] un laveur de carreaux, ou quelque chose d’approchant a installé des échelles juste devant la BNP, 96 boulevard Saint Germain (16) Kiketsou [?] International plein de Japonais, un autre autocar, vide, (16) (13) un camion plein de, papiers, de papiers heu, réduits en copeaux, je sais pas comment, en filaments (13) [...] passe un 63, Les cocotiers sont arrivés, [...] boulevard Saint Germain l’autobus 86, une camionnette, SVP Transports, l’autobus 70, l’autobus 87.[...]

[ Inventaire [12 c] « Une petite fille qui... »]

[...]presque pas de voitures sur le boulevard Saint Germain[...] voiture rouge, camionnette grise Citroën, voiture bleue, voiture d’un autre bleu, voiture rouge, rien ; boulevard Saint Germain, plein de voitures, mobylettes, taxis démarrent.[...] démarrent boulevard Saint Germain un miroitier, un car de police, l’autobus 86 Les cocotiers sont parmi nous [...] un 63 Les cocotiers sont p, arrivés,[...] un homme avec un chien ; un rayon de soleil.[...]

(6) un camion grue ou je sais pas quoi pelleteuse,(6) j’en sais rien, une fille qui a l’air de se marrer en me regardant [rire] , [...]

[Inventaire [12 d] « Cinq hommes avec... »]

Quelqu’un qui me prend en photo [rire]. Merci ! [à l’adresse du photographe] Une Volkswagen rouge [...] une floppée de voitures [...] un cycliste chauve, une camionnette Hédiard [...] un homme traverse, il bâille, il a un très gros paquet cylindrique sous le bras, [...] le feu est rouge boulevard Saint Germain, [...]

[ Inventaire [12 e] « Une fille qui... »]

une voiture jaune, une voiture jaune, le 70 Véronique Sanson, un scooter, un pompier sur un, sur une mobylette, une voiture verte presque pomme, (17) une camionnette avec des bouts de bois dedans, une, voiture avec des bouts de bois dessus (17), une voiture verte ; un Américain noir qui m’insulte [rire] [bruit de voiture] [ bruitage ou musique contemporaine] ACR [etc].32

ANNEXE 2

Inventaire33

475 véhicules à deux roues, dont

197 mobylettes

128 motocyclettes

 97 vélos

 35 scooters

 18 vélosolex

16 tricyles et triporteurs

***

3287 véhicules automobiles, dont

1435 voitures particulières

574 camionnettes

580 taxis

407 camions

210 autobus

33 cars et autocars

 18 véhicules de la police

 17 ambulances

 12 auto-écoles

 1 corbillard

***

407 camions, dont, en particulier

33 camions de couleur bleue

30 camions de déménagement

29 camions de livraison de boissons

11 camions frigorifiques

11 camions des postes

10 camions de couleur verte

 9 camions de fruits et légumes

 8 camions de viande

 8 dépanneuses

 8 camions-citernes

 7 camions à benne

 6 camions à remorque

 6 camions de transport de fonds

 4 camions de lait

***

574 camionnettes, dont, entre autres

55 camionnettes de couleur bleue

45 camionnettes des postes

26 camionnettes de couleur blanche

***

580 taxis, dont, plus particulièrement

15 bleus

10 blancs

 9 verts

 9 rouges

 5 jaunes

 1 orange

***

210 autobus, dont

46 portant des publicités pour « Les cocotiers sont arrivés »

47 portant des publicités pour Véronique Sanson

56 de la ligne 63

42 de la ligne 96

38 de la ligne 86

37 de la ligne 87

2 de la ligne 20

2 de la ligne 48

1 service spécial transports d’enfants

***

1435 voitures particulières, dont, au moins

79 volkswagen

28 deux-chevaux

22 DS

19 Renault 4 L, R4 ou R5

19 méhari

12 mercédès

7 peugeot

5 vieilles citroën

4 Ami 6

4 Morris Cooper

4 Landrover  ou assimilés

3 Fiat 500

1 Ford Mustang

1 Jaguar

1 Matra

1 Rolls-Royce

1 Simca

1 Volvo

***

79 Volkswagen, dont, plus précisément

15 blanches dont 2 décapotables

10 jaunes

8 rouges

8 bleues

5 noires dont 1 décapotable

4 grises

1 dorée

1 violette

***

78 deux-chevaux, dont, entre autres,

18 vert-pomme

11 rouges

8 oranges

7 jaunes

6 bleues

3 grises

2 vertes

2 blanches

***

1172 voitures de marques diverses, parmi lesquelles

75 voitures vertes

63 voitures rouges

53 voitures bleues

55 voitures blanches

44 voitures jaunes

12 voitures orange

6 voiture grises métallisées

7 voitures de sport

***

36 chiens, dont 2 caniches et 1 bouledogue

26 oiseaux

***

Plusieurs centaines, sinon plusieurs milliers, de passants des deux sexes, parmi lesquels, en vrac

Onze bébés promenés dans des landaus

Un boucher

Cinq hommes chauves

Un curé avec une longue barbe

Une dame en train de manger du chocolat [... etc.]

ANNEXE 3

Haut de page

Notes

1  La communication à l’origine de cet article était la dernière du programme du colloque.

2  Cf.« Les lieux (Notes sur un travail en cours) » (Perec, 1974 : 76-77). Pour une analyse voir Philippe Lejeune (1991 : 141- 211). Egalement Bernard Magné (1998 a).

3  « assis dans un café ou marchant dans la rue, un carnet et un stylo à la main, je m’efforce de décrire les maisons, les magasins, les gens que je rencontre, les affiches, et, d’une manière générale, tous les détails qui attirent mon regard » (Perec, 1974 : 76)

4  De Baudelaire à Roubaud...

5  C’est une « sémiotique de la déambulation » qui s’attache aux discours captés et construits au cours des trajets (musée, magasin, rue par exemple) et qui érige en paramètre distinctif d’une certaine situation de communication la mobilité du récepteur. Il s’agit de rendre compte de la « langue circulante », sous les espèces de la circulation dans l’espace, du message, du locuteur, et tout particulièrement du récepteur.

6  Perec, 1975 ; Le texte est caractérisé par une explicitation de la démarche descriptive, par des interrogations sur la capacité d’observation etc… À ce texte, Pierre Siguret a consacré une étude « Pratiques de l’insignifiant » (à paraître).

7  Désormais, Mabillon.

8  Quatre CD ont été édités par André Dimanche en 1997 à partir des archives sonores de l’INA. Ils permettent d’écouter la Tentative de description... et c’est à partir de cet enregistrement que j’ai fait la transcription figurant en annexe. Les CD sont accompagnés d’un livret qui propose notamment une transcription de la partie Inventaire (reproduite à la fin de mon annexe) précédée d’une présentation de Bernard Magné : Mabillon. Ce qui passe passe.

9  Cf. par exemple l’immeuble de La Vie mode d’emploi et le projet du « romans ».

10  Cf. Mireille Ribière « La photographie dans La Clôture » in Perec et l’image,(Colloque de Grenoble) Le Cabinet d’amateur n° 7-8, Presses Universitaire de Toulouse-le Mirail., Déc. 98.

11  Dans Récits d’Ellis Island (1981) notamment, Perec préconise la pratique d’une description appliquée, neutre et exhaustive, pour commencer à voir et pouvoir se représenter d’abord, raconter ensuite, ce qui est absent et révolu. Dans le cadre romanesque ou non, la description est souvent étroitement liée à la manière dont les objets témoignent de traces, du passage du temps.

12  Il faudrait évidemment affiner pour distinguer les récurrences (régularité mesurable et indéfinie des feux, des flux de passants) de la succession linéaire (l’heure qui change, les conditions météorologiques) et des éléments fixes (la disposition du carrefour, l’emplacement des cafés, les panneaux publicitaires qui figurent aux angles des rues). Comme on le verra, ces repères référentiels ont une correspondance textuelle liée à des phénomènes de rupture ou de continuité syntaxique, à des zones lexico-syntaxiquement identifiables. C’est en fait toute une mise en scène du référentiel que la tentative rend sensible.

13  « Piéplu » et « Perec » désignent non des personnes biographiques mais à la fois une identité vocale et les instances de la mise en scène énonciative décrite plus haut.

14  Chaque citation de la transcription est précédée d’un nombre entre parenthèses, reporté dans la transcription, qui permet de retrouver le passage.

15  On peut penser par exemple à l’addition des pourcentages de motions de vote relatives au sort de Kara qui ne tombe pas juste dans Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?, ou au différentes manières de classer sa bibliothèque « Notes brèves sur l’art et la manière de ranger ses livres » in Perec, 1985.

16  Cf. Kleiber 1984 et 1990.

17  Adam qualifie l’énumération de « base ou degré zéro de la procédure descriptive » (op. cit. : 81). L’inventaire de Mabillon ressortit à l’énumération simple, de type liste, mais ce que j’ai appelé la description (étant entendu que les deux textes sont descriptifs), comme on va le voir infra, se déploie en agencements syntaxiques diversifiés et articulés. La séquentialité textuelle (en l’occurrence descriptive), si elle fait partie de mes arrière-plans théoriques, n’est pas ici l’objet de l’analyse.

18   Ou encore « rien, un instant d’accalmie »

19  C’est ce qui domine pour l’inventaire.

20  Par exemple caractériser telle fille en précisant qu’elle a des cheveux longs ouvre implicitement et temporairement une rubrique “filles envisagées par rapport à leur coiffure”.

21  Cf. Perec, 1975 : 16 « la plupart des gens ont au moins une main occupée : ils tiennent un sac, une petite valise, un cabas, une canne, une laisse au bout de laquelle il y a un chien, la main d’un enfant ».

22  N’importe quel observateur-locuteur ferait-il la différence entre mobylette et vélosolex ?

23  C’est moi qui souligne.

24  J. Peytard/S. Moirand (op. cit.) mettent du côté du texte la vocation connotative, la primauté du signifiant, le polysémique, du côté du document la vocation dénotative, l’objet référentiel, la monosémie. Or le référent importe tout particulièrement dans Mabillon et la descrition vise l’adéquation, l’exactitude. Mais l’appétit de réel entraîne la mise en question du langage lui-même.

25  C’est moi qui souligne.

26  Les éléments entre crochets sont facultatifs.

27  Du point de vue de l’analyse, cela se traduit par la difficulté à prélever des extraits.

28  Je laisse de côté dans l’état actuel de ce travail les récurrences rythmiques et phoniques.

29  Que j’ai transcrits en italiques. Voir Annexe 1.

30  L’inventaire dont la version écrite figure dans le livret qui accompagne les CD, se trouve reproduit partiellement en Annexe 2.

31  Le caractère gras correspond à une autre voix que celle de Perec (annonce-titre radiophonique ou Piéplu pour les inventaires). Dans la transcription, la ponctuation est employée avec une valeur d’indication prosodique approximative. Le point correspond à une intonation conclusive descendante nette ; la virgule à une pause (éventuellement due à une hésitation) et intonation suspensive ; le point virgule à une intonation suspensive mais assortie d’une pause plus longue ou à une intonation intermédiaire (ni franchement suspensive, ni franchement conclusive) ; les silences supérieurs à six secondes sont marqués entre crochets dans la première séquence (jusqu’au premier inventaire) donnée intégralement; ils ne sont plus mentionnés pour la suite de la transcription.

La superposition de la voix de Perec (en arrière-fond sonore) à celle de Piéplu au moment des inventaires n’est pas signalée dans cette transcription.

Les indications entre crochets sont ajoutées par moi ( A.C.) comme information sur une donnée sonore ou pour signaler l’interruption des inventaires. Les passages précédés et suivis d’un nombre entre parenthèses sont cités dans le corps de l’article.

32  Suivent la même annonce-titre qu’au début, l’indication des réalisateurs, puis c’est la fin de l’enregistrement.

33  Transcription publiée dans le livret accompagnant les CD chez A. Dimanche, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/1887/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Chauvin, « « Les cocotiers sont arrivés » », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/1887

Haut de page

Auteur

Andrée Chauvin

Grelis, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page