Navigation – Plan du site

Détachement et surdestinataire. La correspondance entre Pascal et les Roannez

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1. Particularités des lettres aux Roannez

1Mon propos a ceci de particulier qu’il ne porte pas à proprement parler sur des lettres, mais sur les extraits qui nous restent des lettres adressées par Pascal au duc de Roannez et à sa sœur entre septembre et décembre 1656. Charlotte de Roannez, à la suite d’une visite à Port-Royal de Paris le 4 août 1656, voulut se faire religieuse dans cette maison. Comme on songeait alors à la marier, cette vocation contredisait les projets de sa famille. Son frère, pour la mettre à l’épreuve, l’emmena avec lui dans le Poitou, où ils restèrent sept mois. C’est cet éloignement qui a suscité la correspondance qui nous intéresse ici.1

2Le lecteur moderne ne dispose pas du texte intégral des lettres de Pascal et d’aucune  des lettres que lui ont écrites le duc de Roannez ou sa sœur. On a affaire à des extraits qui ne sont pas de la main de Pascal : ils ont été recopiés au XVIII° siècle dans les archives de la famille Périer. Quand on prend le célèbre petit volume édité par Léon Brunschvicg des Pensées et opuscules (Hachette, 1897) ces lettres figurent sous le titre : « Extraits des lettres à Mlle de Roannez ». Elles sont disposées dans l’ordre chronologique et précédées d’une date (« septembre 1656 » pour la I, « dimanche 24 septembre 1656 » pour la II, etc.). Le mode de présentation choisi vise à donner au lecteur le sentiment qu’il lit autant que faire se peut la correspondance authentique. En fait, chacun de ces chiffres romains est suivi d’un chiffre arabe placé entre parenthèses :

I (9)

II (4)

Etc.

3Léon Brunschvicg se contente de dire laconiquement qu’il s’agit « du numéro de ce même extrait dans l’ordre ancien » (p.208), c’est-à-dire dans le recueil de copies du XVIIIème  siècle.

4Une édition postérieure des Œuvres complètes de Pascal (Seuil, 1963), sous la responsabilité de Louis Lafuma, présente les textes dans le même ordre, sans préciser dans le titre qu’il s’agit d’ « extraits ». En revanche, il ne s’agit plus des lettres à « Mlle de Roannez » mais de « Lettres aux Roannez ». Léger décalage qui, on le verra, a son importance.

5Considérons à présent la grande édition des Oeuvres complètes de Blaise Pascal publiée à partir de 1904 par Léon Brunschvicg, P. Boutroux et A. Gazier chez Hachette. Un volume de 332 pages (publié en 1913) rassemble les opuscules, les lettres et les textes attribués à Pascal. Les « extraits de lettres à Mlle de Roannez » y figurent non parmi les « lettres » mais parmi les « opuscules », à côté des « Discours sur la condition des grands » ou de la « Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies ».

6En bref, il existe deux grandes stratégies éditoriales à l’égard de ces « lettres » : l’une consiste à rapprocher le texte d’un supposé état originel, celui d’une correspondance privée disposée dans l’ordre chronologique, l’autre consiste au contraire à effacer autant que possible la dimension épistolaire pour y voir l’expression d’un certain nombre d’idées, d’une doctrine.

7Ces flottements peuvent se comprendre à la lumière de ce qu’on peut appeler « l’histoire publicationnelle » de ces écrits. On l’a dit, nous ne disposons pas de l’original des lettres de Pascal. Le père Pierre Guerrier vers 1730 a recopié un grand nombre de papiers qui se trouvaient dans les archives de la famille Périer et réparti la correspondance de Pascal dans plusieurs recueils ; les lettres adressées aux Roannez figurent dans le second, dit « grand in 4° », entre les pages 117 et 140. Il s’agit de larges extraits (on ne peut savoir la taille exacte de chaque lettre) rangés dans un ordre non chronologique ; c’est cet ordre qui est indiqué en chiffres arabes par Brunschvicg. L’hypothèse la plus vraisemblable est que le duc de Roannez a permis qu’on copie ou fait copier lui-même des parties des lettres reçues de Pascal, et ces copies (ou ces copies de copies ?) se sont retrouvées dans les archives des Périer. Ce sont elles qu’a copiées à son tour le Père Guerrier. Ces copies ont dû se faire très tôt puisque dans l’édition fondatrice des Pensées (1670) on trouve quelques morceaux de ces extraits ; ainsi au chapitre XVIII et au chapitre XXVII. En particulier au chapitre XVIII (« Dessein de Dieu de se cacher aux uns et de se découvrir aux autres ») on retrouve un développement tiré de la « lettre » IV sur le Dieu caché. Cela n’a rien d’étonnant si l’on songe que le duc de Roannez, si l’on en croit Sainte-Beuve (1955, II, p. 337), « fut celui qui s’entremit le plus dans cette publication par les soins et par le zèle », arbitrant les conflits entre la famille Périer et les éditeurs.

8La chronologie des fragments de la correspondance avec les Roannez dans le recueil Guerrier a été établie par Charles Adam, qui dans une étude parue en 1891 dans la Revue Bourguigonnne de l’enseignement supérieur a pu les dater à partir des événements contemporains de leur écriture auxquels ils font allusion : miracle de la Sainte Epine, Assemblée du clergé, etc.

2. Les enchâssements de scènes d’énonciation

9Comme nous l’avons déjà eu l’occasion de le soutenir (Maingueneau 1998), nous ne considérons pas la lettre comme un « genre de discours », au sens où on l’entend communément en analyse du discours, mais comme un « hypergenre ». En analyse du discours on désigne en effet communément par « genre de discours » des dispositifs de communication socio-historiquement définis, indissociables de la société dont ils participent. Manifestement, la catégorie de l’épistolaire ne se situe pas à ce niveau.

10Il faut toutefois distinguer entre les correspondances effectives – celles qui intéressent ce colloque - et les textes qui se présentent comme des scénographies épistolaires, selon qu’il s’agit d’une activité verbale écrite non fictionnelle menée par des interactants distincts ou une étiquette décidée par un auteur. Dans ce dernier cas il ne s’agit pas d’une activité verbale interactive, mais d’une manière d’organiser et de présenter un texte qui par ailleurs relève d’un genre de discours (traité de philosophie, manuel, pamphlet, etc.). Mais pour la correspondance effective aussi la notion d’hypergenre est utile, dans la mesure où le cadre épistolaire ne préjuge pas vraiment de la manière dont le discours se met en scène et s’organise textuellement. Les contraintes sont très pauvres pour qu’on ait affaire à une lettre : il suffit d’adresser un énoncé écrit de longueur très variable à un destinataire. L’analyste doit ainsi porter son attention moins sur la lettre que sur le niveau inférieur : il y a loin des lettres d’édification écrites par un philosophe pour quelque disciple à la correspondance privée traitant des menus événements de l’existence de tout un chacun. C’est à ce niveau que se définissent véritablement les genres et les rapports de places.

11Dans la correspondance avec les Roannez on a affaire à des lettres d’édification, pour autant qu’on puisse en juger, en l’absence des réponses du duc et de sa sœur. Le prototype de ce genre épistolaire pour les chrétiens a sans doute été fixé par les épîtres de saint Paul. De toute façon, la possibilité même de découper des extraits aussi compacts laisse penser que la dimension interactionnelle des lettres adressées par Pascal est faible, apparemment concentrée dans les zones d’ouverture et de clôture.

12Le fait que nous lisions de manière différée ces lettres non fictionnelles - comme toutes celles transmises par la Tradition- pose un problème très général, bien souligné par Annie Kuyumkuyan (2002, p. 95) à propos de la correspondance de Mme de Sévigné. Alors qu’entre Mme de Sévigné ou Pascal et leurs correspondants il y a relation de réciprocité, entre l’éditeur des lettres et le lecteur d’aujourd’hui il n’y a pas réciprocité. Il y a en fait « mention » des lettres par l’éditeur qui les donne imprimées au lecteur. Ce qui a pour effet de leur conférer une sorte de statut narratif :

Que deviennent pour le lecteur ces propos qu’il surprend mais qui ne lui étaient pas originellement destinés ? Ni plus ni moins qu’une séquence narrative ordinaire, théâtrale ou même romanesque, à condition que celle-ci soit intégralement rédigée au « discours direct ». Situé exactement « comme au théâtre », spectateur de la parole, le lecteur perçoit le discours tenu par Mme de Sévigné à la manière d’un récit vivant conduit sans narrateur (…) sa position est celle de l’intelligence parce qu’elle est celle de l’extériorité : ne se confondant avec aucun des partenaires engagés dans l’interaction, il peut se mettre à la place de chacun d’eux, et les comprendre ainsi mieux qu’ils ne se comprennent eux-mêmes. (2002, p. 96-97).

13De manière générale, « l’éditeur intervient dans la signification du tout, et son intervention ne se borne nullement à une simple fonction de relais. » (2002, p. 97). C’est particulièrement net pour ces fragments de lettres aux Roannez, qui sont traités, selon les éditeurs comme relevant de l’épistolaire ou comme l’expression monologale et monologique d’une doctrine.

14L’histoire publicationnelle de ces «  lettres » aux Roannez place le lecteur d’aujourd’hui dans une position qui n’est pas simple, en raison de l’enchevêtrement des situations de communication :

15- Il y a une situation de communication 1, celle de Pascal s’adressant aux Roannez ; il s’agit alors de correspondance privée entre des individus identifiés historiquement.

16- La situation 2 est celle qu’implique la transformation des lettres en extraits qui ont été découpés et recontextualisés. À ce stade il s’est produit une première canonisation du texte : ce ne sont plus des lettres séparées par des intervalles variables venant de partenaires distincts, une interaction qui peut être interrompue à tout moment, mais un corpus clos de textes dissociés de toute chronologie et référées à une conscience auctoriale monologique. Le fait qu’on ne dispose pas des lettres écrites par les Roannez accroît cet effet. Cette fois, on est entré dans une autre logique, celle des « pensées » mémorables sur un certain sujet, extraites des papiers laissés par Pascal. Ce dernier est traité comme une autorité dont on recueille pieusement les traces à des fins d’enseignement religieux. Le lecteur est ici un lecteur modèle chrétien, et l’on entre dans le cercle de la littérature d’édification. Encore faut-il distinguer entre deux niveaux dans la manière de découper et de reconfigurer. A) Dans un premier temps les papiers qu’a recopiés le père Guerrier sont des extraits qui gardent un contact avec la correspondance originelle et où la réflexion théologique s’appuie sur la persécution dont souffrent les jansénistes, et plus largement sur les événements marquants qui affectent le groupe. Ici le lecteur modèle est censé appartenir à la même communauté que ceux qui ont opéré le découpage des extraits et fait des copies : il s’agit de partisans de Port-Royal. B) Dans un second temps, pour l’édition des Pensées de 1670 on recycle des fragments de ces lettres, maximalement décontextualisés : il s’agit de réflexions théologiques que rien ne rattache plus à la correspondance avec les Roannez : son auteur est censé écrire une apologie du christianisme pour un lecteur modèle qui n’est plus seulement un sympathisant de la cause janséniste.

17- La situation 3 (ou plutôt l’ensemble des situations de type 3) est celle des éditions modernes où Pascal n’est plus une autorité en matière de religion mais une figure du patrimoine culturel, à la fois personnage historique et index d’une Œuvre située en bonne place dans un Thésaurus partagé par les membres d’une même communauté culturelle, voire en droit par l’humanité entière. Ce statut n’empêche pas néanmoins une variété de dispositifs d’énonciation, qui peuvent a priori se répartir entre les deux grandes tendances que nous avons relevées plus haut : A) Reconstituer autant que faire se peut la correspondance originelle, en multipliant les notes qui explicitent le contexte, en restituant des dates, en essayant d’imaginer les réponses des Roannez, bref en faisant un travail philologique. B) Renoncer à revenir aux lettres originelles, faire basculer les textes dans des écrits théologiques monologaux.

3. Les rapports de places

18Le lecteur d’aujourd’hui ne peut lire ces textes qu’en entrant dans un rapport de places « flottant » : il doit à la fois se mettre à la place du destinataire effectif (quelque incertaine que soit son identité exacte), s’inscrire imaginairement dans l’histoire conversationnelle de Pascal et des Roannez ; mais le caractère fragmentaire de ces lettres l’oblige aussi à les lire comme l’expression d’une doctrine religieuse historiquement située, un document sur la pensée et la vie de Pascal, la religion au XVII° siècle, etc; enfin, le dispositif d’édition moderne le contraint à recevoir ce texte comme un monument légué par la Tradition. Les choix éditoriaux jouent ici un rôle décisif en ce qu’ils peuvent renforcer l’un de ces trois rapports de place au dépens des deux autres, mais ils ne peuvent en éliminer aucun.

19Le rapport de places n’est pas seulement lié au cadre éditorial, il est également institué par le texte lui-même, comme scénographie et comme scène générique de lettre d’édification à l’intérieur de l’hypergenre épistolaire.

20Le fait qu’on ait affaire à une correspondance privée entre amis et, qui plus est, entre des non professionnels de la théologie ouvre a priori un grand espace de possibles, tant au niveau des thèmes que des places. On ne peut néanmoins oublier qu’en dépit du fait que Pascal et les Roannez sont tous trois des amis de Port-Royal, du point de vue de la hiérarchie sociale il y a une forte inégalité de statut entre eux : le duc de Roannez et sa soeur appartiennent à la haute aristocratie. Or les extraits ne donnent aucun indice qui mettrait Pascal en position basse ; ce n’est pas dû seulement à l’absence de tout terme d’adresse et de formules de clôture, cela se voit dans le détail même du texte, où Pascal et ses destinataires sont dans une relation stable : alors qu’il n’est pas clerc et n’est alors âgé que de trente-trois ans, Pascal se met en position de locuteur autorisé en matière de religion et fait entrer ses interlocuteurs dans une relation de type didactique.

21Il faut bien interpréter cette inversion de la hiérarchie des positions dans le rapport épistolaire, quand on sait que la critique de la haute aristocratie est une des constantes du discours janséniste. Les fameux « Discours sur la condition des grands » de Pascal, écrits probablement quatre ans plus tard, ne sont qu’une des manifestations d’une dénonciation multiforme : « Il n’est pas nécessaire, parce que vous êtes duc, que je vous estime ; mais il est nécessaire que je vous salue. » (1963, p. 367). On trouve le même esprit dans ces lignes  adressées en 1640 par Saint-Cyran à une jeune princesse qui veut se faire religieuse, comme Charlotte de Roannez. Le moins que l’on puisse dire est que Saint-Cyran ne ménage pas sa destinataire :

Ceux qui sont de grande naissance…participent davantage, même après le Baptême, à la corruption du Péché Originel, qui a d’autres branches dans les enfants des Grands que dans ceux de moindre condition ; et on peut dire qu’il se fait en eux comme la transfusion d’un second péché originel (…) Il est impossible selon les sentiments et le langage de l’Evangile qu’une personne d’une naissance pareille à la vôtre se sauve dans le monde que par une grâce miraculeuse, de la rareté de laquelle je ne parle point. » (1645-1647, tome II, lettre I, p. 9-10.)

22Comme Saint-Cyran, Pascal adresse ses lettres à une princesse qui veut se faire religieuse en montrant, au sens pragmatique, l’inversion des hiérarchies. Le rapport de places qu’impliquent ses lettres subvertit en effet dans son énonciation même la hiérarchie illégitime d’un « monde » corrompu : la véritable hiérarchie est celle que définit la grâce, non celle du monde pécheur.

23En outre, Pascal s’inscrit dans une pratique discursive janséniste, qui atteste et renforce tout à la fois la commune appartenance des deux partenaires de l’échange épistolaire. La place d’auteur de lettres édifiantes qu’occupe Pascal dans l’interaction s’inscrit dans le rapport de places exemplaire qu’ont institué une dizaine d’années plus tôt les éditeurs des « lettres chrétiennes et spirituelles » de Saint-Cyran. (Plus tard, Lemaistre de Saci publiera lui aussi des Lettres chrétiennes et spirituelles en 2 vol (1690)). À travers les lettres qu’ils échangent les membres du groupe ne cessent de réaffirmer de manière performative leur appartenance et leur droit à  énoncer de la manière dont ils le font. Pour s’en convaincre, il suffit de lire par exemple la vaste correspondance du neveu de Saint-Cyran, Martin de Barcos, qui a été publiée par Lucien Goldmann en 1956. On y trouve le même ton que chez Pascal, la même manière de passer des événements immédiats à la réflexion théologique dans une perspective d’édification. Mais Barcos, lui, est abbé de Saint-Cyran, directeur spirituel professionnel. La place que vient occuper Pascal suppose un affaiblissement de la frontière entre le clerc et l’ecclésiastique, dont témoigne à l’évidence l’existence des fameux « solitaires de Port-Royal ». Comme l’écrit très justement L. Goldmann, la vision des jansénistes de la première période, telle qu’elle ressort de manière exemplaire de la correspondance de Barcos, « implique un refus conscient et radical de toute vie dans le monde et même un éloignement sinon théorique et doctrinal, tout au moins pratique et réel de toute fonction ecclésiastique. » (1956, p. 17)

24La place de directeur spirituel que s’accorde Pascal suppose ainsi à la fois une contestation de la hiérarchie sociale et un affaiblissement de la coupure entre l’ecclésiastique et le clerc, au profit d’une coupure beaucoup plus radicale, celle entre ceux qui s’efforcent de se détacher du monde pécheur et ceux qui, ecclésiastiques ou non, font des compromis avec ce monde.

4. Les pratiques de découpage

25Si l’on ramène ces lettres à leur lieu, la communauté janséniste et les pratiques par lesquelles ses membres construisent leur appartenance, le découpage ultérieur de morceaux des lettres aux Roannez à des fins d’édification n’est pas à considérer comme un accident postérieur : il est d’une certaine façon déjà sourdement à l’œuvre dans la production même de ces lettres.

26Apparemment, Pascal ne faisait pas de copies des lettres qu’il adressait, si bien que l’on dispose a priori de deux stocks dans les papiers des Périer : celles adressées aux Périer, qui devaient être intégrales, et celles données par d’autres correspondants (c’est précisément le cas des lettres aux Roannez, qui ont extrait les passages doctrinaux pour les communiquer aux Périer). Il est significatif que le Père Guerrier, dans les archives de la famille Périer, n’ait copié que les fragments de lettres de caractère doctrinal ; il n’a enregistré aucune lettre de caractère familial. Ainsi, ce corpus même témoigne d’une certaine relation à cette correspondance : Pascal est construit comme la source de pensées d’ordre doctrinal, non comme un scripteur d’énoncés liés à des circonstances particulières de l’existence. On en a une preuve indirecte dans les deux seules lettres d’ordre non doctrinal qui soient parvenues et qui sont toutes deux adressées à Mme Périer : la lettre I, de 1643, et la lettre V, de 16482. Ces deux lettres qui ont échappé au cercle de la famille et des amis de Port-Royal sont courtes et traitent de menus problèmes. Il ne suffit donc pas de commenter les reliefs qui nous sont parvenus de cette correspondance, il faut aussi s’interroger sur les décisions qui ont abouti à ce que l’on dispose de ce corpus et non d’un autre, des décisions qui contribuent à façonner les cadres mêmes qui rendent aujourd’hui leur lecture possible.

27En amont de cette gestion des traces laissées par Pascal, son écriture épistolaire, qu’il le veuille ou non, est prise dans les pratiques discursives d’une communauté qui entretient, comme on le sait, un rapport de forte défiance avec le « moi » de l’énonciateur, favorisant de ce fait la décontextualisation de ses énoncés. Cette défiance amène naturellement les scripteurs jansénistes à privilégier des formes d’auctorialité qui semblent récuser la centralité de leur statut d’énonciateur, par exemple dans des pratiques où l’auteur n’est en fait que l’assembleur de fragments découpés dans des textes édifiants. De fait, la lecture des fragments de lettres adressées aux Roannez, en cela tout à fait conformes à celles d’autres épistoliers du jansénisme, montre un désinvestissement de l’énonciateur, tant sur le plan déictique que sur le plan modal. Il s’agit non de laisser parler son « moi » mais d’être seulement le médiateur de la Vérité. Problème qu’abordera quelques années plus tard la Logique de Port-Royal, et que Louis Marin résume ainsi : « Comment  puis-je parler en annulant ma position de parole ? Comment parler de nulle part ? » (1975, p. 332). À cet effet diverses solutions ont été trouvées :

Souvent le texte de Port-Royal est un texte sans nom propre titrant l’œuvre, sans  signature marquant le texte comme authentiquement approprié à son écrivant. Ainsi la Logique et la Grammaire générale. Ou alors les textes désigneront, obliquement, l’auteur par son nom dans la mesure où c’est un autre qui nomme son texte de son nom. Ainsi les Conférences de la Mère Angélique, les recueils de Lettres de M. de Hauranne, abbé de Saint-Cyran… L’écrit n’appartient pas à « X », nommé par son nom, mais à « X » comme individu membre d’un groupe, un Monsieur de Port-Royal. (1975, p. 333)

28On pourrait aussi évoquer la pratique courante du pseudonyme, qui va bien au-delà d’un souci de protection. À propos de Pascal, précisément, l’anagramme de « Louis de Montalte », le pseudonyme de l’auteur des Provinciales, est « Salomon de Tultie », figure cachée du Christ : ce n’est pas le  moi de Pascal qui parle, c’est Jésus, roi de charité qui parle par sa voix.

29Considérons à titre d’exemple la « lettre » II (si l’on suit l’ordre chronologique) que nous citons intégralement car elle est courte :

…Il est bien assuré qu'on ne se détache jamais sans douleur. On ne sent pas son lien quand on suit volontairement celui qui entraîne, comme dit saint Augustin; mais quand on commence à résister et à marcher en s'éloignant, on souffre bien; le lien s'étend et endure toute la violence; et ce lien est notre propre corps, qui ne se rompt qu'à la mort. Notre Seigneur a dit que, depuis la venue de Jean Baptiste (c'est-à-dire depuis son avènement dans chaque fidèle), le royaume de Dieu souffre violence et que les violents le ravissent. Avant que l'on soit touché, on n'a que le poids de sa concupiscence, qui porte à la terre. Quand Dieu attire en haut, ces deux efforts contraires font cette violence que Dieu seul peut faire surmonter. Mais nous pouvons tout, dit saint Léon, avec celui sans lequel nous ne pouvons rien. Il faut donc se résoudre à souffrir cette guerre toute sa vie : car il n'y a point ici de paix. Jésus-Christ est venu apporter le couteau, et non pas la paix. Mais néanmoins il faut avouer que comme l'Écriture dit que la sagesse des hommes n'est que folie devant Dieu, aussi on peut dire que cette guerre qui parait dure aux hommes est une paix devant Dieu; car c'est cette paix que Jésus-Christ a aussi apportée. Elle ne sera néanmoins parfaite que quand le corps sera détruit, et c'est ce qui fait souhaiter la mort, en souffrant néanmoins de bon cœur la vie pour l'amour de celui qui a souffert pour nous et la vie et la mort, et qui peut nous donner plus de biens que nous ne pouvons ni demander ni imaginer, comme dit saint Paul, en l'épître de la messe d'aujourd'hui…

30Cette lettre illustre bien l’effacement du « je », corrélatif d’une pratique de discours rapporté qui vise moins à rapporter des discours qu’à montrer une co-énonciation généralisée avec les paroles du Christ, des apôtres, des saints, des Pères de l’Eglise. L’énonciateur n’est que l’agenceur et le paraphraseur de paroles référées en dernière instance au même « hyperénonciateur » (Maingueneau 2004), l’Esprit Saint.  

31Pour caractériser un tel ethos il n’est pas sans intérêt de rapprocher d’un extrait de la préface de la première édition des Pensées, dans laquelle les éditeurs disent de Pascal qu’il admirait la « froideur »3 de l’énonciation christique :

Il avait fait plusieurs remarques très particulières sur le style de l’Ecriture et principalement de l’Evangile, et il y trouvait des beautés que peut-être personne n’avait remarquées avant lui. Il admirait entre autres choses la naïveté, la simplicité, et pour le dire ainsi la froideur avec laquelle il semble que Jésus-Christ y parle des choses les plus grandes et les plus relevées, comme sont, par exemple, le Royaume de Dieu, la gloire que posséderont les saints dans le ciel, les peines de l’enfer, sans s’y étendre, comme ont fait les Pères, et tous ceux qui ont écrit sur ces matières. (Préface de l’édition de Port-Royal, édition Lafuma, 1963, p. 498-499)4

32La place que prétend occuper Pascal dans ces lettres est celle de l’homme qui est mort au monde, qui s’est « détaché », qui s’efforce de considérer comme le Christ les choses du point de vue de Dieu. Il y a ainsi une tension essentielle entre la cadre épistolaire et le rapport de places que prétend instaurer l’énonciation pascalienne : sa parole se donne comme celle de quelqu’un qui d’une certaine façon est déjà mort et qui doit dénier le caractère interactionnel de la correspondance. L’énonciateur doit être mort pour pouvoir conférer un statut de monument potentiel à ses écrits, réappropriables par n’importe quel chrétien véritable. Il s’autoprogramme comme voué à un travail de reprise citationnelle, mimétique de celui qu’il pratique lui-même dans ses lettres à l’égard des textes sacrés. Et ce qui n’est qu’une prétention énonciative va effectivement s’actualiser dans les opérations d’extraction de morceaux choisis que vont opérer les jansénistes par la suite sur ses lettres.  

5. La question du destinataire

33On se rappelle l’hésitation des éditeurs quand il s’agit de donner un titre à ces extraits : « Lettres à Mlle de Roannez » ou « Lettres aux Roannez » ? Comme les formules d’adresse ont été éliminées, on ne peux savoir si les lettres sont adressées au frère et à la sœur, seulement à la sœur ou en partie au frère. Le fait que le vous dit de politesse coïncide morphologiquement avec le vous « pluriel » accroît l’indétermination. Néanmoins dans la lettre V (éd. Lafuma, p. 268) on trouve l’unique commentaire de Pascal sur l’identité du destinataire qui ait survécu au travail d’extraction :

Je ne sais pourquoi vous vous plaignez de ce que je n’ai rien écrit pour vous : je ne vous sépare point vous deux, et je songe sans cesse l’un à l’autre. Vous voyez bien que mes autres lettres et encore celle-ci, vous regardent assez. (éd. Lafuma, p. 267)

34Au vu de ce passage, on ne peut dire si mademoiselle de Roannez se plaint de ce qu’une lettre adressée aux deux n’est pas assez personnalisée ou de ce que les lettres à elle adressées sont trop impersonnelles ou de ce que Pascal ait écrit à son frère et non à elle. Le point important ici est que le texte thématise le refus de se donner un destinataire individué.

35Plutôt que de chercher vainement le « vrai » destinataire des lettres à partir des fragments, il faut prendre acte de ce qu’instaure la  scénographie : les lettres ne s’adressent que superficiellement au(x) destinataire(s)  indiqués dans l’adresse, de la même manière que leur auteur, comme on l’a vu, s’efforce de n’être que superficiellement l’individu Blaise Pascal. Les lettres sont en fait adressées à un « surdestinataire » conforme à la doctrine janséniste. Cette notion de surdestinataire, rappelons-le, a été introduite par Bakhtine pour désigner un tiers virtuellement présent, qui, se superposant au destinataire, occuperait une position transcendante dans l’interaction verbale :

L’auteur d’un énoncé, de façon plus ou moins consciente, présuppose un sur-destinataire supérieur (le troisième) dont la compréhension responsive absolument exacte est présupposée soit dans un lointain métaphysique, soit dans un temps historique éloigné […]. Aux époques variées, à la faveur d’une perception du monde variée, ce sur-destinataire […] prend une identité idéologique concrète variable (Dieu, la vérité absolue, le jugement de la conscience humaine impartiale, le peuple, le jugement de l’histoire, la science, etc.) ». […] Tout dialogue se déroule, dirait-on, en présence du troisième, invisible, doté d’une compréhension responsive, et qui se situe au-dessus de tous les participants du dialogue (les partenaires). (Bakhtine 1979-1984, p.  337)

36Chez Sophie Moirand, en revanche, le surdestinataire est conçu comme le représentant exemplaire soit du groupe auquel on appartient, soit du groupe social auquel on aspire à appartenir (1988, p. 458). Elle opère ainsi un glissement du surdestinataire transcendant bakhtinien vers une sorte de représentant idéal du groupe. Ces deux conceptions du surdestinataire sont parfaitement compatibles, comme on le voit ici : Pascal énonce à la fois pour un surdestinataire exemplaire, le chrétien janséniste idéal, et pour le surdestinataire divin. Pour clarifier les choses, on pourrait faire une distinction entre le surdestinataire, représentant typique du groupe, et le surdestinateur qui en serait le garant et le fondateur. Dans cette perspective, on dira que les interactants de l’échange épistolaire, Pascal et les Roannez construisent leurs échanges épistolaires à travers leur effort constant pour construire leur conformité avec le même surdestinataire, le représentant idéal de la communauté janséniste, lequel n’est tel qu’à travers son effort constant pour être conforme au surdestinateur divin, qui est en même temps l’hyperénonciateur du Thésaurus des textes chrétiens abondamment cités dans ces lettres.

37Le rapport de places implique une scénographie, qui ne saurait être un simple cadre pour l’énonciation : le texte doit se lire aussi comme un travail en boucle de légitimation de son propre cadre, comme mouvement par lequel la scène de parole configure un monde qui doit la légitimer. Ici ce processus s’effectue comme un détachement : nécessité d’un détachement du monde de la part de l’épistolier, sans cesse réaffirmée à travers un ethos qui doit être détaché.

38Mais le « détachement », c’est aussi l’opération par laquelle de ces lettres ont pu être extraits un certain nombre de fragments pour être recontextualisés. Ici l’on retrouve à un niveau différent la problématique de la détachabilité, que nous avons déjà abordée à propos de la mise en circulation de phrases extraites de textes, converties en formules (Maingueneau, à paraître 2005). Il existe une tension permanente entre l’opération de « surassertion » par laquelle un énonciateur marque comme détachable une phrase de son texte, et « l’aphorisation », c’est-à-dire le régime énonciatif découlant du fait qu’un énoncé a été détaché. Il arrive que l’aphorisation porte sur un énoncé qui a été préalablement surasserté ; mais le plus souvent le détachement affecte un énoncé qui n’a pas été surasserté et dont on impute le caractère « aphorisé » à l’auteur du texte originel.

39Dans le cas de nos extraits de Pascal on a affaire non à des énoncés de nature phrastique, des sentences ou des formules, mais à de véritables développements. On a vu que leur détachement s’opérait sur une sorte d’équivalent de la surassertion, puisque Pascal écrit dans un monde où les correspondances spirituelles exemplaires sont vouées à se fragmenter et à se recomposer en recueils destinés à un public plus vaste. Derrière cela il y donc a la question des relations complexes entre un discours et son anticipation des opérations de toutes sortes, en particulier de découpage, qui peuvent se porter sur lui. Mais il y a aussi la redoutable question de l’auctorialité. En quel sens peut-on dire que Pascal est l’auteur des extraits de ces lettres aux Roannez que nous lisons aujourd’hui ? C’est le type de question qu’en analyse du discours on peut difficilement éluder, dès lors que le discours ne se réduit pas au texte, que tout texte n’est tel que pris dans le mouvement de l’interdiscours.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine, M. [1984], Esthétique de la création verbale, trad. fr. Paris, Gallimard.

Goldmann, L. [1956], « Introduction » à la Correspondance de Martin de Barcos, abbé de Saint-Cyran, avec les Abbesses de Port-Royal et les principaux personnages du Groupe Janséniste. Paris, PUF, Bibliothèque de philosophie contemporaine.

Kuyumcuyan, A. [2002], Diction et mention. Bern, Peter Lang.

Maingueneau, D. [1998], « Scénographie épistolaire et débat public », J. Siess (éd.), La lettre entre réel et fiction, Paris, SEDES, p.55-71.

Maingueneau, D. [2004], « Hyperénonciateur et particitation », Langages n°156, p.111-126.

Maingueneau, D. [2005, à paraître], « De la surassertion à l’aphorisation », Actes du colloque Ci-Dit, Dans la jungle des discours (genres de discours et discours rapporté), L’Harmattan.

Marin, L. [1975], La critique du discours. Sur la «Logique de Port-Royal » et les « Pensées » de Pascal, Paris, Minuit.

Mesnard, J. [1951], Pascal et les Roannez, 2 vol. Paris, Desclée de Brouwer.

Moirand, S. [1988], Une histoire de discours, Paris, Hachette.

Pascal, B. [1670], Pensées de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets, qui ont été trouvées après sa mort parmi ses papiers, Paris, G. Desprez.

Pascal, B. [1897], Pensées et opuscules, L. Brunschvicg (éd.), Paris, Hachette.

Pascal, B. [1904-1914], Oeuvres complètes, L. Brunschvicg, P. Boutroux, F. Gazier (éds.), 14 volumes. Paris, Hachette.

Pascal, B. [1963], Œuvres complètes, L. Lafuma (éd.), Paris, Seuil.

Sainte-Beuve [1955], Port-Royal, 3 volumes, M. Leroy (éd.), Gallimard, La Pléiade.

Saint-Cyran, abbé de. [1645 et 1647], Lettres chrétiennes et spirituelles de Messire Jean Duvergier de Hauranne, 2 volumes. Paris, Veuve M. Durand.

Haut de page

Notes

1 On trouvera des détails dans Mesnard (1951).
2 Je reprends ici la numérotation de L. Lafuma ; elles se trouvent aux pages 271 et 275 de son édition des Oeuvres complètes.
3 La 1° édition du Dictionnaire de l’Académie donne « indifférence » comme seul synonyme de cette acception.
4 C’est nous qui soulignons.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « Détachement et surdestinataire. La correspondance entre Pascal et les Roannez », Semen [En ligne], 20 | 2005, mis en ligne le 02 février 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/1086

Haut de page

Auteur

Dominique Maingueneau

Céditec - Université Paris XII-Val de Marne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page