Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Une analyse de discours du manifeste « Pour des universités à la hauteur de leurs missions ». Pour une alternative à la gestion libérale des universités et de la recherche en Europe

Alain Rabatel

Texte intégral

  • 1  D’aucuns discutent de la pertinence ou de la modernité de la forme « Manifeste » : Hardt & Negri ( (...)

1Le texte que je vais analyser ici, « Pour des universités à la hauteur de leurs missions » (abrégé ci-après en MUHM), relève du genre du manifeste, c’est-à-dire d’un texte d’intervention politique ou culturelle à visée constituante (Maingueneau & Cossutta 1995)1, que les lecteurs sont appelés à signer (ce qu’a fait l’auteur de ces lignes). Le but de ce travail est d’abord d’analyser des caractéristiques formelles de ce genre de contre-discours (désormais CD) (1), ensuite de le situer dans son contexte d’émergence, puisque tout manifeste se présente comme un discours d’opposition à un discours dominant (2), enfin de s’interroger sur la notion de CD (3).

1. Une analyse de discours du genre manifeste

2Mon positionnement est celui d’une analyse de discours engagée (Fairclough & Wodak 2008, Rabatel 2008, 2011, 2013b, c, d), position qui n’est bien sûr pas indifférente à la décision de répondre à la problématique sur les CD et au choix du corpus, mais qui n’est pas pour autant opposée au cahier des charges d’une démarche scientifique descriptive, ambitionnant de rendre compte des discours, des acteurs et des situations.

3Le manifeste (« proclamation destinée à alerter l’opinion publique et à faire apparaître des idées nouvelles dans un domaine quelconque », selon le Grand Larousse de la langue française) se distingue de genres connexes (brûlot, pamphlet, satire, libelle, déclaration, appel) par plusieurs traits. Il analyse de façon le plus souvent rationnelle, sans être nécessairement violente dans le ton, une situation donnée, à la différence du brûlot, de la satire, plus passionnels. C’est aussi un texte collectif, à la différence du libelle, du pamphlet ou de la satire, qui ont plutôt des auteurs individuels (Burger 2002 : 22, 74). Au plan des finalités, le manifeste dénonce la crise et s’impose comme solution par sa dimension programmatique (Ibid. : 82) tandis que le pamphlet se borne à dénoncer. C’est pourquoi, en dépit de la force de la critique du monde actuel, l’auteur (collectif) du manifeste ne partage pas l’ethos désespéré et solitaire du pamphlétaire (Angenot 1982 : 20, 40, 44). La différence se marque aussi au niveau des actes de langage, directifs et déclaratifs dans le manifeste, représentatifs dans le pamphlet (Burger 2002 : 103-104). J’ajouterais un autre critère aux précédents : c’est que le manifeste (comme l’appel) s’auto-désigne comme tel, à la différence du pamphlet et plus encore du brûlot, dont l’appellation est rarement revendiquée par leur auteur – à cet égard, il est intéressant de distinguer les satires qui sont présentées comme telles par leur auteur de celles qui sont dénommées ainsi de l’extérieur.

4Avant d’analyser le texte du manifeste, je voudrais dire quelques mots sur la façon dont ce document est né, selon son paratexte, sur le site < http://www.univendebat/​eu >, sur lequel on trouvera l’intégralité du texte. Le manifeste est rendu public fin janvier 2012, à l’initiative d’une collègue de l’université de Liège, et trouve très vite une forte résonnance, à Liège, puis en Belgique et dans bien des pays européens. Le paratexte se clôt sur un appel à signer le manifeste, « non comme on signe une pétition à destination d’un tiers, mais aussi comme un engagement à résister au processus de délitement et à agir personnellement en vue de retrouver une université à la hauteur de ses missions. » L’interpellation renvoie à un positionnement éthique et civique, qui est une pierre de touche de l’édifice manifestaire (Burger 2002 : 12), indissociable d’un monde en crise.

5Mais je laisse le contexte et le paratexte pour analyser le texte de MUHM lui-même. Comme je ne peux traiter de l’ensemble, je sélectionnerai quelques extraits emblématiques d’un manifeste contraint par la situation d’énonciation, le cadre universitaire créant des attentes relatives à la critique et à la proposition d’un projet alternatif crédible, à l’ethos de légitimité des auteurs.

6Marcel Burger souligne que le texte des manifestes (T2) est réactif, renvoyant à une logique antérieure (T1) et appelant à sa subversion (T3). Mais il importe de distinguer un ordre chronologique et cognitif et sa mise en discours. L’ordre adopté par le manifeste, très significativement, commence par indiquer quelles sont les missions essentielles de l’université, avant même de dégager les caractéristiques du cours actuel. En effet, dès le début, outre le titre, très explicite, il est rappelé les « trois missions » que sont « l’enseignement, la recherche et le service à la société », missions qui, aux yeux des signataires, ont

(1) pour finalités

- de conserver les savoirs acquis au cours de l’histoire, de produire de nouveaux savoirs et de transmettre les uns et les autres au plus grand nombre avec les controverses dont ils ont été l’objet ;

- de former les étudiants aux méthodologies de recherche et à l’analyse critique des enjeux et effets sociétaux des questions, pratiques et résultats du champ scientifique, à l’exercice d’une pensée dégagée de tout dogme dans la quête du bien commun et à celui d’une activité professionnelle experte et responsable ;

- d’alimenter la réflexion des sociétés sur elles-mêmes, en particulier sur leur modèle de développement.

  • 2  Non pas que ces questions soient secondaires mais elles ne peuvent prétendre épuiser le débat. Pou (...)
  • 3  Le Grand Larousse de la langue française donne comme synonyme de mission, au sens religieux, le te (...)
  • 4  Merci à Pierluigi Basso Fossali de ses remarques sur le manifeste comme prise sur un champ discurs (...)
  • 5  Je remercie J.-C. Pochard d’avoir souligné la dimension quasi axiomatique de ce cadre du discours.

7Contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, c’est-à-dire à la présentation relativement cloisonnée des trois finalités (enseignement, recherche et rôle social des universités), celles-ci sont étroitement intriquées dans chaque domaine de référence. Pour ne prendre qu’un exemple, l’enseignement ne se borne pas à la transmission académique des savoirs du passé, mais accorde une importance égale à l’innovation : cela présuppose un enseignement basé sur la recherche, et l’évocation des controverses renvoie à des débats historiques, philosophiques, sociologiques ou épistémologiques, car les savoirs ne font sens que par la saisie des logiques et choix sous-jacents des acteurs individuels ou institutionnels, la compréhension de leurs enjeux. Cette première finalité consacrée à l’enseignement souligne combien les savoirs sont lettre morte s’ils sont déconnectés de la recherche et des problématiques sociales. Toutes choses égales, il en est de même pour la recherche et les finalités sociales : l’important est leur articulation perpétuelle. Cela invite, en creux, à rejeter toutes les conceptions dominantes qui, sous des discours variés, déclinent une conception utilitariste de l’enseignement (réduit à la formation à l’employabilité), de la recherche (réduite à la création de brevets industriels2, etc.). Cet ordre du discours pointe sur l’idée que le discours n’est pas seulement réactif, mais profondément alternatif. Ce discours se revendique dès le premier mot du manifeste, dans son titre avec la préposition « Pour », en un texte positif et propositif, fondé sur des « missions », terme qui dénote des charges importantes confiées à des personnes ou des institutions, non sans renvoyer à une dimension sacrée qui pose d’emblée une obligation quasi morale qui engage3 (ou devrait engager) les agents de l’institution chargés d’accomplir cette mission comme les responsables (politiques) qui la leur confient. En procédant ainsi, les auteurs de ce CD cherchent à « avoir prise » sur le champ discursif4 en contestant d’emblée l’antériorité de la position hégémonique et en substituant au cadre du débat actuel (l’adaptation de l’université et de la recherche à la logique libérale), un autre cadre de discussion, celui des « missions », posées d’emblée comme des « axiomes5 ». Ainsi la stratégie discursive vise à délégitimer ce qui va de soi (la logique libérale) sans le faire de manière conflictuelle (les axiomes ne se discutent pas).

8Ce n’est qu’ensuite que le manifeste aborde la description de l’état des choses actuel : « efficacité, rentabilité et compétitivité ». Les nominalisations soulignent que le cours actuel est le résultat d’un processus. Ce dernier renvoie aux choix des politiques européennes en matière d’enseignement universitaire et de recherche, depuis les décisions de Lisbonne à la fin du XXe siècle (voir infra 2), mais le manifeste n’explicite pas ces liens. Après le paragraphe sur « les modes de gouvernance actuels » (deuxième temps du manifeste), le texte consacre une longue troisième partie aux « conséquences emboîtées » qui en résultent aux différents niveaux évoqués en préambule. Là encore, l’analyse articule avec soin un certain nombre de dérives, sans refuser d’envisager des évolutions. Cela apparaît nettement avec les mouvements concessifs :

(2) Sans nier l’intérêt de l’évaluation des pratiques des universités et de leurs effets

(3) Si doter les étudiants des compétences nécessaires à leur futures activités professionnelles est indispensable

9Ces derniers n’entrainent pas de quitus envers les changements effectués. À preuve, tout d’abord, l’existence d’un verbe de modalité (« on doit constater ») qui suit la première des concessives citées supra, et qui est en facteur commun pour quatre propositions complétives consacrées à l’évocation de conséquences négatives, en matière d’évaluation, standardisée suivant des pratiques discutables ; en matière de compétition interuniversités et entre chercheurs avec la course aux publications ; en matière de bureaucratisation ; le tout alimentant une conception commerciale d’un « marché » universitaire et de la recherche qui dit être soumis à une « normalisation mondiale ».

10Parallèlement à cette modalité sous l’emprise de la nécessité, de nombreux verbes évoquent les conséquences négatives quasi inévitables découlant de choix qui ont leur logique :

(4) il entraine la course au projet

(5) ceci conduit à une ‘chasse aux étudiants’ qui fait courir le risque d’une diminution de la qualité

(6) les services de gestion interne […] se multiplient et prennent le pas sur les services dus à la société ».

11Cette dimension est également renforcée par les passivations :

(7) les universités sont soumises à des évaluations

(8) la sélection des recherches éligibles pour un financement est largement déterminée par des appels d’offre et la taille ou la réputation des équipes.

12Autre forme syntaxique de l’effacement énonciatif, avec nominalisation objectivante en (9) :

(9) Le risque de voir disparaître.

13Cet effacement ne s’accompagne pas de défaitisme puisqu’après l’évocation des conséquences négatives, le quatrième temps du manifeste est consacré à l’exposé de l’alternative. C’est le moment de l’action et de l’appel à l’action au nom d’un certain nombre de valeurs :

(10) Les signataires de ce manifeste appellent, pour promouvoir leur vision de l’institution universitaire à garantir, rééquilibrer […], promouvoir […], juguler […], évaluer […].

14Chacun de ces verbes fait écho à ceux utilisés lors de l’évocation des missions, et on retrouve d’autres verbes d’action, tels « résister », « ouvrir des espaces d’expression », « se mobiliser pour des actions concrètes », « soutenir ». L’action vise aussi l’institutionnalisation des mesures alternatives qui s’opposent au cours actuel. Cette cinquième phase du texte comprend aussi des nominalisations (comme celles de la deuxième phase du texte) mais celles-ci évoquent une politique alternative avec notamment « le refinancement global de l’enseignement supérieur » et « l’utilisation de critères d’attribution des fonds publics qui encouragent la diversité de la recherche et qui protègent la qualité et la diversité des formations ». Enfin, une sixième phase consiste en un « appel » avec des destinataires variés, en premier lieu « les pouvoirs publics et les autorités académiques », en deuxième lieu, « les personnels des universités » appelés à la résistance.

  • 6  « Lors de l’accomplissement d’un acte de discours, le locuteur exprime en général le contenu propo (...)
  • 7  Merci à Emmanuelle Prak-Derrington de m’avoir permis de préciser ce point.

15J’en viens aux actes de langage, à leurs effets, en termes d’ethos, mais aussi au plan perlocutoire, dans la mesure où ils peuvent favoriser ou non certaines dispositions à agir. La dimension descriptive de la crise, notamment dans le troisième mouvement du texte, comprend des actes de langage représentatifs, correspondant au monde existant, avec une direction d’ajustement du monde vers les mots (e.g., assertion, affirmation), comme on vient de le voir avec les verbes au centre des énoncés assertifs. La dimension programmatique est marquée par des actes de langage directifs (e.g., ordre, requête) et promissifs (e.g., promesse, engagement), indiquant tous deux un ajustement des mots vers le monde6. Mais le plus intéressant, ce sont les actes déclaratifs du manifeste, notamment dans les trois dernières phases, car ils ont une double valeur d’ajustement, des mots vers le monde et du monde vers les mots. En effet, ils créent le monde par le fait même de dire, ce qui leur donne une valeur performative. En ce sens les appels en fin de manifeste valent déclarations et proclamations : ce sont non seulement des promissifs, mais aussi des verbes qui instaurent la possibilité d’un changement alternatif par le fait même d’être en mesure d’opposer un discours autre à la logique dominante. Cette valeur performative étonnera qui pense que la performativité est liée à la profération de paroles rituelles par des personnes ayant autorité. Mais on ne saurait sous-estimer le poids de la parole manifestaire et l’autorité (intellectuelle ou morale) que se donne son auteur, en interpellant ainsi l’opinion publique. Il y a dans la parole manifestaire quelque chose qui relève de la performativité suspensive de la parole prophétique : ce qu’elle dit n’existe pas encore, mais elle invite à croire que la parole sera effective, qu’elle est déjà lestée des actes qu’elle annonce7.

16Bien évidemment, il y faut autre chose que des discours, mais, comme le rappelait Badiou (2007 : 96-98), toute lutte passe par une action d’encouragement des acteurs eux-mêmes qui doivent avoir la force d’envisager un autre monde et se donner le courage de se battre pour lui :

Je définis le courage comme la vertu qui se manifeste par l’endurance dans l’impossible. Il ne s’agit pas seulement de rencontrer l’impossible, de l’expérimenter. Car nous n’avons encore là que l’héroïsme, un moment d’héroïsme. Or, l’héroïsme est plus facile que le courage, au bout du compte. L’héroïsme, c’est quand on fait face à l’impossible. Il a toujours été représenté comme une posture, éventuellement sublime, parce que c’est le moment où l’on se tourne vers l’impossible, c’est-à-dire vers le réel requis, et qu’on lui fait face. […] Si l’héroïsme est la figure subjective du faire-face à l’impossible, le courage est la vertu d’endurance dans l’impossible. Le courage n’est pas le point, mais la tenue du point. Ce qui demande du courage est de se tenir dans une durée différente de la durée imposée par la loi du monde. La matière première du courage, c’est le temps.

On peut dire cela d’une façon qui paraît particulièrement bête : le courage, c’est de ne pas être trop vite découragé. Il faudrait écrire dé-couragé, et entendre le courage comme une vertu exclusivement active dans le temps : le courage, c’est le couragement, qui défait le dé-couragement. Nos amis les ouvriers venus d’Afrique le disent très clairement dans leur langue inventée, aussi rigoureuse que savoureuse, un des buts du travail politique, selon eux, est de « courager » les gens. (Badiou 2007 : 96-98)

  • 8  Courriel du 6 août 2013.

17À la lumière de cette réflexion, les CD ou discours d’alternative, qui s’opposent à l’évidence du monde comme il va – y compris à l’acceptation navrée que le monde va mal mais qu’on n’y peut rien –, s’analysent sous leurs dimensions idéelle (présenter une alternative, des modes de fonctionnement ou d’organisation crédibles), motivationnelle et actionnelle. La motivation joue ici un rôle charnière. Le contre-discours d’alternative doit « courager », et cette dimension doit s’inscrire dans la durée. Cela s’apprécie dans la capacité du discours de n’être pas un feu de paille, de se développer dans le temps, de marquer des convergences avec d’autres initiatives, d’élargir ses soutiens, de s’inscrire durablement dans le débat, en ne se limitant pas à l’indispensable mais non suffisant débat académique. C’est ce que tente de faire le MUHM : en effet, après une journée consacrée à réfléchir sur le thème « Universités : quels moyens pour quelles fins ? », le 20 octobre 2012, des commissions ont été créées, et le Mouvement vient de se transformer en réseau8. Ainsi, le manifeste passe de l’encouragement à l’« emcampement » – si l’on considère que c’est une traduction possible de l’empowerment (Hardt & Négri 2013 : 54).

  • 9  D’aucuns pourraient trouver que le manifeste se limite à une critique partielle, qui serait compat (...)

18On pourrait s’interroger sur la portée de la prise de position des auteurs du manifeste, en faisant remarquer qu’elle est atténuée par les « prudences » du texte, qui choisit de ne pas mettre en avant une terminologie politique pour caractériser explicitement les partis pris idéologiques auxquels il s’oppose (la logique ultra-libérale, capitaliste) ni de nommer les forces qui l’implantent. Est-ce que parce que cela est bien connu ? Parce que nommer par un vocabulaire politique pourrait diviser là où l’objectif est de rassembler et que le pari est fait que, derrière les mots rassembleurs, les lecteurs sauront faire les liens nécessaires ? Est-ce au contraire parce que la critique est prisonnière de la logique qu’elle entend combattre9 ? Impossible de dire. Certes, le manifeste reprend des notions qui viennent de la logique libérale, en invoquant les idées d’innovation, de performance. Mais plutôt que d’y voir une influence de la logique libérale, j’y vois un retournement de la logique, par l’opposition d’un autre contenu, progressiste. Reprendre des termes n’implique pas un alignement de fait sur la logique de l’adversaire, sauf à accorder aux mots un fétichisme excessif. Si l’on veut convaincre l’adversaire ou le tiers, on est forcé de trouver au moins un vocabulaire commun – ce qui va plus loin que la seule construction des prémisses. Cela ne préjuge d’ailleurs pas du caractère évolutif des échanges, dans lesquels les positions des uns et des autres peuvent bouger.

19Au total, le mouvement de ce texte, avec ses affirmations, sa description analytique des conséquences négatives de la logique ultra-libérale, construit un ethos complexe. Les auteurs se positionnent en auteur légitime, sérieux, raisonnable (comme l’indiquent les concessions), motivé, rationnel, pondéré (comme le soulignent les explications très articulées des conséquences du système, l’absence de recherche de la formule, de la petite phrase), d’un ethos convaincu, appelant à l’adhésion en faveur d’un changement dont la finalité est le changement du cours des choses. En cela, il s’affirme comme un CD rationnel, fédérateur, légitime, qui conteste la légitimité de la logique dominante dans l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche publics.

2. Le manifeste et son contexte d’émergence

  • 10  Comme je ne suis pas sociologue, je ne développerai pas ces travaux, au demeurant très nombreux ho (...)

20Après tant d’autres textes, le MUHM s’oppose au processus qui frappe l’enseignement supérieur et la recherche, partout en Europe, à partir de l’impulsion des décisions prises à Lisbonne en 2000 puis à Bologne 2005 par les autorités européennes (voir notamment Bruno 2008, 2011). Ces dérives libérales existent ailleurs qu’en Europe, et d’ailleurs, certains principes structurants du management libéral, notamment le benchmarking (ou évaluation comparative), proviennent du monde de l’entreprise, comme Isabelle Bruno l’a montré. Cette logique dominante a été analysée, depuis longtemps, comme l’indique la liste chronologique des publications ci-après, qui est loin d’être exhaustive, et que je limite volontairement au domaine francophone, voire français10, pour ne pas multiplier les références : Winkin 2003, Renaut 2008, Bèzes 2009, Brisset 2009, Caillé & Chagnial 2009, Garcia 2009, Laval 2009, Pollin 2009, This Saint-Jean 2009, Barot 2010, Beau 2010, Leroy 2011, Balme et al. 2012, Mercier 2013, Monte & Rémi-Giraud 2013. Significativement, nombre de ces références renvoient à des ouvrages collectifs ou à des numéros de revue.

  • 11  Avec une tendance à l’alignement sur les attentes des experts (la « fameuse » grille SWOT).
  • 12  On peut objecter que l’on parle la langue de l’adversaire par tactique. Cela peut se comprendre st (...)

21Une novlangue managériale et évaluatrice règne partout : « économie de la connaissance », idéologie du « chercheur-entrepreneur », « benchmarking », « professionnalisation », « autonomie », « évaluation », « indicateurs de performance », « ressources humaines », « qualité », « concurrence », « compétition », « classements », « excellence » (Labex, Equipex, Idex), « pilotages par appels à projets » (Laval 2009, This Saint-Jean 2009, collectif PECRES, Mercier 2013 : 211-218, Monte & Rémi-Giraud 2013a, b). Les discours sur l’excellence soumettent la dimension qualitative aux fourches caudines du quantitatif (Tauveron 2013). Que cette novlangue, qui n’est que le cache-sexe d’un taylorisme intellectuel, soit parlée par les responsables politiques et du MESR, les instances d’évaluation (ANR, AERES)11, par les équipes dirigeantes des universités, nombre de responsables d’unités de recherche, etc., tout cela devrait interroger, et les linguistes au premier chef12.

22Les « dérives des universités » sont lourdes de « périls » d’abord pour les institutions universitaires. Arnaud Mercier emprunte au sociologue Zygmunt Bauman (2000) la métaphore de la liquéfaction : à la différence des universités/institutions solides, sur lesquelles les agents peuvent s’appuyer, faire des projections, les universités liquides sont dans un perpétuel changement, avec un affaiblissement structurel censément compensé par des configurations locales, temporaires, en perpétuel mouvement (Mercier 2013 : 201). Dans ce cadre, la course effrénée aux partenariats, aux réseaux, induit une diminution de la capacité à agir en propre, sans dépendre des autres. C’est dans ce cadre que, sous la pression notamment du classement de Shanghaï (Barats & Leblanc 2013), l’État pousse aux regroupements (des établissements, des laboratoires de recherche), dans une course éperdue qui ne pourra jamais aboutir compte tenu des différences structurelles du tissu universitaire français, avec une séparation entre Grandes écoles (meilleurs élèves, recherche moins valorisée) et universités (recherche valorisée, mais étudiants de milieux moins aisés). Ce classement, qui mesure l’écart entre les normes françaises et les normes américaines (Ibid. : 209), est un instrument de pression sur les personnels et leurs représentants, y compris dans les instances où ils siègent. Les dérives managériales reposent sur le mythe de l’autonomie des universités, la « réforme » dite LRU étant selon A. Mercier le symbole de ce mensonge d’État, car les compétences élargies (qui ne sont en rien une véritable autonomie) obligent les universités à conformer leur mode de gestion aux attentes ministérielles (fonctionnement des CA, recherche de financements nouveaux), à rogner sur les postes, les dépenses pour financer les promotions. Le calcul des dotations sur les présents aux examens (SYMPA) empiète sur les crédits et sur l’indépendance des UFR. Il s’ensuit une externalisation de certains tâches, une concentration des pouvoirs, une hypertrophie de la bureaucratie centrale (Ibid. : 205-209, Caillé & Chagnial 2009, Garcia 2009).

  • 13  Cette injonction est paradoxale, car le présent est souvent sous le poids du passé (la patrimonial (...)
  • 14  Ce présentisme s’oppose au futurisme – au fait d’envisager les sociétés en fonction d’un appel ver (...)

23Du côté des personnels, l’aliénation grandit (Dejours 2006), avec la dépossession de l’outil de travail, la pression managériale, une valorisation souvent contradictoire de l’entrepreneuriat (Chambard 2013), de l’excellence (Tauveron 2013), une pression multitâche, via les nouvelles technologies (SYMPA, traitement informatique des promotions, des projets), entrainant une réduction du temps autonome pour la recherche (Mercier 2013 : 220-224). Les chercheurs, obnubilés par l’injonction de multiplier les projets, les expertises, les évaluations (Stavrou 2013), les publications, le font au détriment de l’enseignement et de la recherche vive (Rastier 2013). Tous les personnels subissent le règne du « présentisme », cette injonction de vivre le temps présent (Hartog 2012 : 16)13, avec une accélération du temps, des tâches, une mobilité valorisée/valorisante14.

  • 15 Acronyme de « Pour l’Etude des Conditions de travail et de Recherche dans l’Enseignement Supérieur  (...)
  • 16 Ces précaires, ce sont nos vacataires d’enseignement, moniteurs, doctorants allocataires, ATER, pos (...)
  • 17  Ce paragraphe sur la précarité reprend un fragment de Rabatel (2013a).

24Ce présentisme fragilise les personnels à statut et crée du précariat, comme l’a établi Robert Castel. Les précaires ne peuvent pas se projeter dans l’avenir, compte tenu de leur situation, vivant la « promesse du futur » comme une menace. Leur nombre ne cesse de grandir dans l’enseignement supérieur et la recherche, comme le montre l’opuscule signé par le collectif P.E.C.R.E.S.15 dont les résultats ont été publiés en avril 2011, dans le livre Recherche précarisée, recherche atomisée, chez Raisons d’Agir. La précarisation16 touche d’abord les jeunes – et parmi eux, davantage les femmes que des hommes –, avec des salaires indignes, un quart du million de précaires, dans nos secteurs, gagnant moins de 1200 euros par mois. Les CDD de vacataires, d’intérimaires ne sont plus seulement une variable d’ajustement ou un sas vers les CDI, ils sont une arme contre la notion d’emploi permanent. Car, parallèlement à l’augmentation du précariat, les emplois fixes baissent (en valeur relative, qui seule est significative des évolutions sur la durée). Ce développement des emplois précaires est fortement encouragé par l’ANR, créée en 2005, ainsi que par la LRU élaborée en 2007. La précarisation ne concerne pas seulement les individus qui tombent dans l’invisibilité et sont soumis au bon vouloir des employeurs (P.E.C.R.E.S. 2011 : 82-90), elle frappe tout le travail scientifique, autour de la généralisation de la notion de projet, réorientant les finalités de la recherche17.

25Cela dit, ce contexte d’émergence, analysé par les références précédentes, n’est pas toute la réalité. Celle-ci ne se réduit pas à ces dysfonctionnements et à ces signes tangibles de souffrances sociales, comme le montrent de plus rares travaux, notamment ceux de Bodin & Orange (2013). Je mentionne cette référence, parce qu’il est dommageable de réduire la réalité à ces signes bien réels de difficultés, la multiplicité des représentations crisologiques de l’université s’avérant contreproductive, alimentant l’idée d’une décadence désespérante (Ibid. : 10-11) qui ne permet pas de prendre la mesure de certaines réussites (Ibid. : 192-194). Faute de place – et aussi parce que ce n’est pas mon objet ici –, je ne développe pas. Il n’en reste pas moins qu’il me semble intéressant d’avoir cette préoccupation en tête, car une vision plus complète de la période n’est pas sans effet sur le contenu et la stratégie des contre-discours. Il s’ensuit que la notion de CD mérite examen, comme ma remarque sur les discours crisologiques le donne à penser.

3. Un contre-discours (CD) ou un discours alternatif ?

26J’en viens à la notion centrale de CD. En Sciences du Langage, la notion est mise à contribution notamment dans les argumentations dialogales qui opposent le discours du proposant au CD de l’opposant, parfois devant des tiers (Plantin 1996). La notion est aussi sollicitée en analyse du discours, notamment pour les polémiques (Kerbrat-Orecchioni 1980, Amossy 2014 : 53-54). Cela étant, si la polémique caractérise bien des CD, la notion de CD déborde la polémique. À preuve l’existence du MUHM, qui ne se limite pas au mode de gestion polémique des conflits décrit par Ruth Amossy. De plus, la dénomination de CD renvoie à l’opposition qui existait au préalable, à un niveau inférieur, entre argument et contre-argument, exemple et contre-exemple. Mais il y a une différence qualitative entre une technique limitée à un certain empan textuel (contre-argument, contre-exemple) et la caractérisation d’un discours global. Au demeurant, si la dénomination de CD se comprend au plan descriptif, où il est factuellement possible de distinguer qui est, au plan interactionnel, le proposant et l’opposant, elle va moins de soi si l’on intègre des préoccupation interprétatives, en appui sur la dimension dialogique et intertextuelle du langage. Dès lors, il devient difficile d’établir une relation unique entre opposant et contre-discours, dans la mesure où tout ce que dit l’opposant ne relève pas forcément d’un CD, au sens général (l’opposant peut acquiescer, concéder) et où le discours même du proposant peut être considéré, en partie ou en totalité, comme un CD par rapport à un autre discours antérieur. Car tout discours est toujours une réponse à une objection, à un discours, à une vision du monde antérieure, en sorte que le « proposant » de la description de Christian Plantin peut être interprété comme opposant à un discours antérieur (implicite ou non), qui n’est pas forcément co-présent. Et de même l’« opposant » peut être en phase avec un autre discours antérieur. Bref, les notions de discours et de CD sont relatives. Cela n’invalide pas nécessairement la pertinence descriptive de la notion, mais souligne que son maniement est complexe. En revanche, c’est à un autre niveau que la notion de contre-discours soulève des interrogations.

27Interrogation n°1 : la place et le rôle du tiers, dans la relation discours/contre-discours

28Il y n’a pas de correspondance entre la structure ternaire concernant des rôles [proposant, opposant et tiers] et le schéma binaire concernant la fonction des discours [discours, CD], parce que le tiers est absent ou encore parce qu’il n’y a pas de nom pour renvoyer au discours du tiers et au rôle qu’il joue. C’est qu’en vérité, il est difficile de lui assigner un discours, comme on le fait en associant de manière un peu forcée discours/proposant, CD/opposant. Le problème, c’est donc l’absence du tiers et surtout celui de son rôle discursif. Plantin (2002) remarque que, dans les conflits frontaux, lorsque discours et CD s’affrontent violemment, ils peuvent se neutraliser, entraînant un figement des positions et un blocage du conflit, qui ne peut guère être dénoué par sa dynamique interne. Dans ces cas-là, le recours à un tiers, externe au conflit, s’avère stratégique : le tiers (e.g., un tribunal) peut donner raison en totalité ou en partie à l’un ou l’autre, les renvoyer dos-à-dos, proposer une autre façon de voir qui satisfait plus ou moins les deux parties.

29Or cette notion de tiers est ambivalente d’une part et n’a pas de place bien nette dans la relation discours/CD d’autre part. On pourrait objecter qu’Amossy (2014) évoque longuement le tiers, dans le discours polémique où les tenants du discours et du CD ne cherchent pas à se convaincre mutuellement, mais à persuader le tiers, c’est-à-dire le public qui, en ce cas, peut s’apparenter à une sorte d’auditoire universel. Ainsi, derrière ce qui apparaît comme un dialogue de sourds, il y a une activité rationnelle qui ne vise pas à convaincre le contradicteur en face-à-face, qui joue pleinement son rôle d’opposant, mais le tiers censé départager les positions adverses, et c’est par rapport à l’image idéalisée de ce tiers que le proposant comme l’opposant essaient de trouver les meilleurs arguments possibles (Angenot 2008). Soit. Cependant, le tiers peut-il se réduire à cet auditoire universel ? La notion de discours/CD ne fait-elle sens que dans le cadre des seules polémiques ? De plus, Amossy (2014 : 221) envisage que le tiers ne peut que se rallier à un camp, notamment au moment des élections. C’est certes une possibilité, mais il en est d’autres, comme je l’ai dit plus haut, avec l’exemple d’un tiers incarné par une institution (telle la justice) ou par des experts dont l’autorité est reconnue pour trancher entre des positions antagonistes, les uns et les autres pouvant renvoyer dos-à-dos les plaignants, ou juger de façon équilibrée – ainsi que je l’ai analysé dans les conflits qui opposaient syndicats et direction de France Télécom à propos des suicides au travail (Rabatel 2011) –, tout comme il existe des conflits qui s’éternisent et dans lesquels les contradicteurs s’épuisent sans qu’un quelconque tiers ne les départage. Ces différences de manifestations du tiers, insuffisamment prises en compte, viennent étayer mon affirmation que ce dernier n’a pas suffisamment été pensé dans la dialectique interactionnelle, car son rôle ne se limite pas à choisir un camp contre l’autre, pas plus d’ailleurs qu’il ne se réduit à une sorte d’auditoire universel rationnel, comme le reconnaît aussi R. Amossy, car son éloge du rôle social de la polémique est un éloge tempéré :

Non qu’il faille s’illusionner sur ses pouvoirs ou sa moralité ou en faire un éloge inconditionnel. L’essentiel est ici qu’elle fournit une modalité d’échange certes limitée et imparfaite, mais qui remplit des fonctions constructives. […] Ce qui ne signifie pas, bien sûr, que l’idéal délibératif ne doive pas rester à l’horizon des démocraties contemporaines. (Amossy 2014 : 227-228)

30Au demeurant, on pourrait dégager, au plan de la modélisation linguistique/rhétorique, comme au plan plus général de la notion de conflictualité, au moins une autre signification du tiers, moins abstraite, et d’ordre plus socio-politique. Ici, le parallèle avec des analyses historiques ou politiques est éclairant, qu’il s’agisse des représentations basées sur la trifonctionnalité (Dumézil) ou de la tripartition des ordres (ceux qui combattent, prient et travaillent). Dans bien des cas, le tiers est dominé, omis. Comme le disait Sieyès, le Tiers État, tenu pour « rien », aspirait à devenir « quelque chose ». Cette réalité n’a guère changé, si l’on pense aux travaux des sociologues relatifs aux « invisibles ». Ce tiers souvent relégué est parfois celui qui fait irruption et résout des conflits… Cette ambivalence du tiers renvoie à la diversité des rôles, des statuts du tiers : personne physique ou morale, groupe, institution (comme un tribunal), occupant une position sociale haute ou basse (un tiers témoin, un expert), auditoire universel, etc. Tous ces tiers renvoient à des rôles, à des actions et à des discours qui ne se laissent pas facilement résumer par un terme qui serait équivalent de celui de discours et de CD.

31Interrogation n°2 : les risques d’enfermement du contre-discours dans une relation binaire

  • 18  Merci à E. Prak-Derrington de m’avoir donné cet exemple.

32On ne peut pas ne pas s’interroger sur les valeurs qui sont associées, en langue, à toute une série de termes construits sur le même modèle : une des valeurs fondamentales de contre indique l’opposition (Grand Larousse de la Langue Française) : contre-appel, contre-approche, contre-attaque, contrebalancer, contrebande, contrecarrer, contre-espionnage, contrefaire, contre-feu, contre-mesure, contrepartie, contre-révolutionnaire, tous ces termes indiquent une opposition qui vise à supprimer (contre-attaque, contre-feu), à s’opposer (contre-espionnage). De même dans le domaine politique, avec les termes de contre-pouvoir et de contre-société. Il faudrait procéder à une analyse lexicologique fouillée, que je ne peux mener ici. Ces termes ne sont pas tous orientés négativement, certains ont une fonction positive (contre-feu, contre-mesure, contre-balancer, contrepartie). De plus, ils envisagent les confits ou les difficultés selon une logique de proximité : c’est une des autres significations de contre comme dans le célèbre « Je suis contre les femmes, tout contre », Sacha Guitry18 mettant habilement en confrontation les deux significations fondamentales de contre.

  • 19  Et la réciproque est tout aussi vraie, bien sûr, comme Christine Jacquet-Pfau me le fait remarquer (...)
  • 20  Notion qui ne fait d’ailleurs pas sens de la même façon selon la réalité de l’équilibre des pouvoi (...)
  • 21  Sylvianne Rémi-Giraud remarque que dans la plupart des dictionnaires contemporains (TLF excepté), (...)
  • 22  Voir Amossy (2014 : 128-129, 137), pour les reprises, détournements, réorientations des arguments (...)

33L’exemple précédent, au-delà du jeu de mots, souligne combien les conflits sont pensés dans le cadre d’un binarisme qui oppose deux parties proches ou qui appelle une réponse à un problème, sans nécessairement faire place au tiers – le feu appelle le contre-feu – mais on pourrait envisager bien d’autres réponses : une politique de débroussaillement, de valorisation des espaces boisés avec diversification des essences, une autre politique foncière, la multiplication des contrôles et de la surveillance, des mesures spécifiques adaptées aux périodes de sécheresse et de grand vent, etc. La langue ne regrouperait pas toutes ces actions sous le terme de « *contre-mesures » : on parlerait plutôt de mesures, d’un ensemble de mesures ou d’un plan concerté. L’expression de contre-mesure n’aurait de sens que si elle opposait quasiment terme à terme une mesure à une autre, un peu comme une contre-expertise s’oppose à une autre. Ce binarisme peut alimenter une logique d’opposition terme à terme, qui elle-même peut faire courir le risque de l’enfermement dans cette façon de voir, alors que les problèmes se règlent parfois par des approches plus sophistiquées qu’une simple réaction ou correction terme à terme. Encore une fois, il est très possible que les problèmes soient réglés de façon globale, articulée ou que les conflits soient gérés de façon à faire évoluer les positions des uns et des autres, avec des pratiques et des conceptions des contre-pouvoirs plus ou moins ouvertes (Hardt & Négri : 75-78). Il n’empêche que les mots pèsent sur nos modes de pensée19, même s’il n’est bien sûr pas question de laisser dire que nous sommes totalement prisonniers d’un lexique et de collocations les plus courantes : ainsi, parler de la presse en termes de « contre-pouvoir » ou comme « quatrième pouvoir »20, ce n’est pas la même chose : le contre-pouvoir est souvent opposé aux pouvoirs institutionnels (exécutif, délibératif, judiciaire), mais bien peu au pouvoir économique21 ; le contre-pouvoir se limite à vérifier, sous-estimant son rôle dans la circulation des informations et la réflexion, permettant des décisions éclairées (Rabatel 2013c). Et de même, une contre-société, c’est une organisation qui érige ses règles quasiment en miroir22, en opposition totale à la logique antagoniste, sans chercher à dépasser les contradictions par un dialogue qui déplace les termes de l’affrontement initial, puisqu’elle n’échappe pas à la logique structurante à laquelle elle entend s’opposer (et dont, on l’a vu, elle est proche/contiguë)…

34Le risque est donc, au plan notionnel comme au plan interactionnel, que la notion de CD verse dans une représentation dichotomique des conflits qui fige les positions, réduise la capacité de remédiation, selon une approche binaire bien différente du schéma dialectique de la thèse, de l’antithèse et de la synthèse. Certes, ces risques ne sont pas consubstantiels aux CD effectifs, qui, comme tous les discours, dépendent de tant de paramètres qu’on ne peut les essentialiser sans dommage. Certes encore, il est capital d’analyser discours et CD dans le temps, dans le déroulé des interactions. C’est à ce moment là qu’on peut observer si les positions se figent ou évoluent. Néanmoins, même si on n’essentialise pas la notion de CD, on doit s’interroger sur les logiques sous-jacentes aux dénominations et aux raisonnements ou visions du monde qu’elles peuvent plus ou moins favoriser (Meschonnic 2012 : 81-83, Chiss 2011), ne serait-ce que pour se prémunir de risques d’autant moins résistibles qu’on les ignore.

35Interrogation n°3 : contre-discours, radicalité et gestion de l’altérité

36Si le CD est un discours d’opposition, un discours alternatif qui cherche à se substituer à un discours dominant antérieur, hégémonique, on peut donc s’interroger sur la nature des relations entre systèmes alternatif et dominant. Ce qui se joue ici, c’est la question de savoir si et jusqu’où le CD peut échapper au discours qu’il conteste, ce qui renvoie aux phénomènes d’intimité conflictuelle (Terdinam 1985), de contagion, si on veut les penser sous ces termes. Mais on peut éviter l’approche dichotomique, intégrer l’idée, post-kantienne, d’écoute et de respect des positions adverses, dans la mesure où la complexité est telle, au plan notionnel comme aux plans social et sociétal, qu’il est difficile de prétendre qu’un paradigme scientifique ou un groupe social détienne la vérité. Si on fait sienne cette conception du débat scientifique et de l’agir démocratique, on rejettera une conception des CD qui s’opposeraient radicalement et totalement au discours dominant, avec deux blocs impénétrables, entraînant une tabula rasa de tout ce qui vient de l’autre, érigé en concurrent ou en adversaire. Or telle n’est pas ma conception du dialogue voire des affrontements politiques (Rabatel 2013b, c, d).

37Cette interrogation invite à redéfinir les contours de ce que c’est qu’être radical, à partir de l’idée d’un dépassement qui cherche à dégager des positions acceptables pour le plus grand nombre. Certes, les CD, comme les luttes de reconnaissance (Honneth 2000), de visibilité (Voirol 2005, Beaud 2006) sont utiles, permettant de prendre conscience de solidarités, d’accéder à une conscience de soi et à une conscience du groupe très importante au plan politique. Cette dimension structurante du CD est absolument positive. De même encore est positif le fait de donner place à des débats dissensuels, à des conflits, pour permettre que des PDV radicalement opposés s’affrontent dans un espace public conflictuel, car mieux vaut combattre des adversaires que refuser de faire société avec ceux qui ne pensent pas comme vous en les considérant comme des ennemis. En ce sens, la dialectique discours/CD permet, selon la belle formule d’Amossy, « la coexistence dans le dissensus ». D’un autre côté, la question est de savoir comment les groupes se pensent par rapport à la logique dominante, s’ils se structurent en contre-société fermée ou s’ils adoptent des modes de structuration dynamiques, en tant que communautés ouvertes (Gumperz 1991), avec des réseaux différenciés, selon des parcours diversifiés (Latour 2006, Lahire 2007)… Le risque est que la notion de CD alimente la tentation de privilégier des solutions uniques pour répondre à des problèmes complexes, ou donne lieu à des dérives sectaires dans la façon de gérer les conflits personnels, politiques, scientifiques. Ces dérives concernent tout individu ou communauté qui vit sur le mode du repli, compliquant la gestion des différences ou des divergences, front contre front, comme si les identités, les savoirs, les sentiments d’appartenance étaient radicalement mis en danger voire mis en cause par l’altérité, par d’autres cadres de pensée, d’autres méthodologies.

38Si la notion de CD est à manier avec précaution, au plan politique, il n’en reste pas moins que cela n’obère pas la légitimité des discours critiques, alternatifs, d’autant plus quand ils aspirent, comme c’est le cas du MUHM ou de Rastier (2013), à installer une logique progressiste, en prise sur les enjeux multiformes du monde moderne, dans le monde européen de l’enseignement supérieur et de la recherche.

__________________________

Résumé : Cet article procède d’abord à une analyse de discours engagée du manifeste « Pour des universités à la hauteur de leurs missions », qui met en scène un contre-discours en opposition à la logique libérale frappant le monde de l’université et de la recherche. L’analyse du genre du manifeste s’appuie sur l’analyse du paratexte, puis du texte proprement dit, avec l’étude de l’ethos des auteurs à travers la description de la réalité, leurs actes de langage et leurs arguments et contre-arguments. L’article inscrit ensuite ce manifeste dans son contexte d’émergence, dégageant la logique managériale frappant l’enseignement supérieur et la recherche dans la plupart des pays ainsi que les luttes qui ont marqué le champ ces dernières décennies. Enfin, l’article revient sur les relations entre discours, contre-discours et tiers, sur l’intérêt d’approfondir la notion de tiers et sur les limites d’un contre-discours prisonnier de la logique binaire à laquelle il s’oppose.

Mots-clés : Critical discourse analysis ; manifeste ; polémique ; discours ; contre-discours ; tiers ; benchmarking ; présentisme

Abstract : This article first provides an engaged discourse analysis of the manifesto “For universities that live up to their missions” which promotes a counter-discourse opposed to the liberal logic striking the university and research world. The analysis of the manifesto genre is based on the analysis of the paratext, then of the text itself, including the authors’ ethos through the description of the reality, their speech acts, their arguments and counter-arguments. The article then replaces the manifesto in its context of emergence by bringing out the managerial logic that affected the higher education and the research in most countries as well as the fights that marked the field in recent decades. Finally, the article re-examines the relations between discourse, counter-discourse and third (party), and emphasizes the benefit of further analyzing the notion of third and the limits of a counter-discourse imprisoned in an opposite binary logic.

Keywords : Critical discourse analysis ; manifesto ; polemic ; discourse ; counter-discourse ; third (party) ; benchmarking ; presentism

Haut de page

Bibliographie

ACCARDO, A., (2013) [2011], De notre servitude involontaire. Marseille : Agone.

AMOSSY, R., (2014), Apologie de la polémique. Paris : PUF.

ANGENOT, M., (2008), Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique. Paris : Mille et une nuits.

BADIOU, A., (2007), De quoi Sarkozy est-il le nom ? Paris : Nouvelles Éditions Lignes.

BALME, P., CYTERMANN, J.-R., DELLACASAGRANDE, M., REFFET, J.-L., RICHARD, P., VERHAEGE, D., (2012), L’université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

BARATS, C., & LEBLANC, J.-M., (2013), « Généalogie de la co-construction médiatique du "classement de Shanghaï" en France. Corpus de presse et usages socio-discursifs », Mots. Les langages du politiques, 102, 67-83.

BAROT, E., (2010), Révolution dans l’université : quelques leçons théoriques et lignes tactiques tirées de l’échec du printemps 2009. Montreuil : Éditions La ville brûle.

BEAUD, S., (2006), « Les angles morts de la sociologie française », in BEAUD, S., CONFAVREUX, J., & LINDGAARD, J., (éds.), La France invisible. Paris : Éditions La Découverte, 459- 472.

— (2010), Les libertés universitaires à l’abandon ? Pour une reconnaissance entière de la liberté académique. Paris : Dalloz.

BEZES, P., (2009), Réinventer l’Etat. Les réformes de l’administration française (1962-2008). Paris : Presses universitaires de France.

BEZES, P., & DEMAZIÈRE, D., (2011), « New Public Management et profession dans l’Etat : au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », Sociologie du travail, 53-3, 293-348.

BODIN, R., & ORANGE, S., (2013), L’université n’est pas en crise. Bellecombes-en-Bauges : Éditions du Croquant.

BRISSET, C.A., (dir.), (2009), L’université et la recherche en colère : un mouvement social inédit. Bellecombe-en-Bauges : Éditions Le Croquant.

BRUNO, I., (2008), A vos marques, prêts, cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne vers un marché de la recherche. Bellecombes-en-Bauges : Éditions du Croquant.

— (2011), « Comment gouverner un "espace européen de la recherche" et des "chercheurs-entrepreneurs" ? Le recours au management comme technologie politique », Innovations, 36, 65-82.

BURGER, M., (2002), Les manifestes : paroles de combat. De Marx à Breton. Paris, Lausanne : Delachaux et Niestlé.

CAILLÉ, A., & CHAGNIAL, P., (éds.), (2009), L’université en crise, Mort ou résurrection ?, Revue du MAUSS, 33, Éditions La Découverte.

CHAMBARD, O., (2013), « La promotion de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur », Mots. Les langages du politique, 102, 103-119.

CHISS, J.-L., (éd.), (2011), « Théories du langage et politique des linguistes », Langages, 182, Paris : Armand Colin.

DEJOURS, C., (2006), « Aliénation et critique du travail », Actuel Marx, 39, 123-144.

FAIRCLOUGH, N., & WODAK, R., (2008), « The Bologna Process and the Knowledge-based economy: a critical discourse analysis approach ». In JESSOP, B., (dir.), Education and the Knowledge Based Economy in Europe. Amsterdam : Sense Publications, 63-86.

FIORASO, G., (2013), « 2020. Un agenda stratégique pour la recherche. Le transfert et l’innovation », < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr >.

GARCIA, S., (2009), « Réforme de Bologne et économicisation de l’enseignement supérieur », Revue du MAUSS, 33, 154-172.

GORI R., (2010), « Les dispositifs de réification de l’humain (entretien avec Ph. Schepens) », Semen, 30, 57-86.

GUMPERZ, J., (1991), « La communauté en paroles d’un point de vue interactionnel ». In PARRET, H., (dir.), La communauté en paroles. Communication, consensus, ruptures. Liège : Mardaga, 55-77.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., (1980), « La polémique et ses définitions ». In GELAS, N., & KERBRAT-ORECCHIONI, C., (éds.), Le discours polémique. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 3-40.

LAHIRE, B., (2007), La condition littéraire. Paris : Éditions La Découverte.

LATOUR, B., (2006), Changer de société ~ Refaire de la sociologie. Paris : Éditions La Découverte.

HARDT, M. & NEGRI, A., (2013), Déclaration. Ceci n’est pas un manifeste. Paris : Éditions Raisons d’agir.

HARTOG, F., (2012) [2003], Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps. Paris : Éditions du Seuil.

HONNETH, A., (2000) [1992], La lutte pour la reconnaissance. Paris : Éditions du Cerf.

LATOUR, B., (2010), Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques. Paris : Éditions de la Découverte.

LAVAL, C., (2009), « La réforme managériale et sécuritaire de l’école ». In GORI, R., CASSIN, B., & LAVAL, C., (éds.), L’appel des appels. Pour une insurrection des consciences. Paris : Mille et une nuits, 153-168.

LEROY M., (2011), Universités : enquête sur le grand chambardement. Paris : Éditions Autrement.

MAEβE, J., (2008), « Wie Bologna erfunden wurde. Eine discursanalyse über die Etablierung eines Reformprogramms in Deutschland », Zeitschrift für Soziologie der Sozialisation und Erziehung; 28(4), 363-376.

— (2010), Die vielen Stimmen des Bologna-Prozesses. Zur diskursiven Logik eines bildungspolitischen Programms. Bielefeld : Transcript.

MAINGUENEAU, D., & COSSUTTA, F., (1995), « L’analyse des discours constituants », Langages, 117, 112-125.

MERCIER, A., (2013), « Dérives des universités, périls des universitaires », Questions de communication, 22, 197-234.

MESCHONNIC, H., (2012) [2004], « L’Humanité, c’est de penser libre ». In MESCHONNIC, H., Langage, histoire, une même théorie. Lagrasse : Verdier, 77-94.

MONTE, M., & RÉMI-GIRAUD, S., (éds.), (2013a), Les discours sur l’enseignement supérieur et la recherche, Mots. Les langages du politique, 102.

— (2013b), « Les réformes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Mots, discours, représentations », Mots. Les langages du politique, 102, 7-19.

PLANTIN, C., (1996), L’argumentation. Paris : Éditions du Seuil.

— (2002), Article «Valeur». In CHARAUDEAU, P., &MAINGUENEAU, D., (éds.), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Le Seuil, 598-600.

POLLIN, J.-P., (dir.), (2009), Universités : nouvelle donne. Paris : Presses universitaires de France/Descartes.

RABATEL, A., (2008), « Pour une conception éthique des débats politiques dans les médias : répondre de, devant, pour, ou les défis de la responsabilité collective », Questions de communication, 13, 47-69.

RABATEL, A., (2011), « La levée progressive du tabou des responsabilités socio-professionnelles dans les suicides en lien avec le travail à France Télécom, de fin août à octobre 2009 », Questions de communication, 20, 175-198.

— (2013a), « Saussure déposerait-il un projet ANR ? », Table ronde de l’Association des Sciences du Langage, 18 janvier 2013, < http://assoc-asl.net >.

— (2013b), « Ethique, point(s) de vue et rapport aux différents régimes de vérité ». In GUÉRIN, C., SIOUFFI, G., & SORLIN, S., (éds.), Le rapport éthique au discours. Berne : Peter Lang, 65-80.

— (2013c), « Les apports de l’analyse des discours médiatiques : de l’interprétation des données à la critique des pratiques discursives et sociales », Dacoromania, vol. XVIII-1, 33-50.

— (2013d), « L’engagement du chercheur, entre ‘éthique d’objectivité’ et ‘éthique de subjectivité’ », Argumentation et Analyse de Discours, 11 [en ligne]. Consulté le 3 février 2015 : < http://aad.revues.org/1526 >.

RASTIER, F., (2013), Apprendre pour transmettre : l’éducation contre l’idéologie managériale. Paris : PUF.

RENAUT, A., (2008), Quel avenir pour nos universités ? Essai de politique universitaire. Boulogne : Timée Ed.

SCHOLZ, R,. & ANGERMÜLLER, J., (2013), « Au nom de Bologne ? Une analyse comparative des discours politiques sur les réformes universitaires en Allemagne et en France », Mots. Les langages du politique, 102, 21-36.

SCHULTEIS, F., ROCA I ESCODA, M., & COUSIN, P.-F., (dir.), (2008), Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l’enseignement supérieur européen. Paris : Éditions Raisons d’Agir.

STAVROU, S., (2013) « Des discours politiques aux discours de l’évaluation. Autour de la réforme des formations universitaires », Mots. Les langages du politique, 102, 85-102.

STEVENS, A., (2012), Appel de Liège, janvier 2012 et réponse du recteur B. Rentier Sauvons l’université !, < http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article

5304 > et < http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=808 >.

TAUVERON, M., (2013), « Excellence. Une analyse logométrique », Mots. Les langages du politique, 102, 121-136.

THIS SAINT-JEAN, I., & THIS SAINT-JEAN, M., (2009), « Réforme ou assassinat de la Recherche et de l’enseignement supérieur ? ». In GORI, R., CASSIN, B., & LAVAL, C., (éds.), L’appel des appels. Pour une insurrection des consciences. Paris : Mille et une nuits, 169-182.

VANDERVEKEN, D., (1988), Les actes de discours. Liège : Mardaga.

VOIROL, O., (2005), « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 129-130, 89-121.

WINKIN, Y., (2003), La communication n’est pas une marchandise. Résister à l’agenda européen de Bologne. Bruxelles : Éditions Labor.

Haut de page

Notes

1  D’aucuns discutent de la pertinence ou de la modernité de la forme « Manifeste » : Hardt & Negri (2013) font l’éloge des nouvelles formes de luttes du type Occupy Wall Street, les Indignados, le « Printemps arabe », etc. Il serait utile d’élargir l’analyse aux manifestes relatifs à l’enseignement supérieur et à la recherche, aux textes qui ont des visées similaires, sans être des manifestes (par exemple L’appel des appels – voir Gori 2010). Il serait aussi intéressant de s’interroger sur la légitimité qu’il y a (ou qu’on se donne) à lancer un appel ou un manifeste. Mais cela excèderait les limites de ce travail.

2  Non pas que ces questions soient secondaires mais elles ne peuvent prétendre épuiser le débat. Pour ne prendre qu’un exemple, le discours de G. Fioraso, 2020. Un agenda stratégique pour la recherche. Le transfert et l’innovation (21 mai 2013, < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr >), vise à « faire face aux défis sociétaux et [à] contribuer à la compétitivité du pays », et énonce 9 objectifs louables, mais qui dénotent une conception discutable de la recherche, par la focalisation sur la transférabilité des savoirs à partir de problématiques sectorielles et par un alignement des recherches universitaires sur celles menées par les entreprises, lesquelles se réduisent à une peau de chagrin, alors même que les crédits d’impôt recherche étaient censés les développer.

3  Le Grand Larousse de la langue française donne comme synonyme de mission, au sens religieux, le terme de vocation. De fait, lorsque les missions sont importantes, les missionnés doivent se sentir comme appelés à remplir cette mission, bref, intérioriser comme un devoir moral l’injonction venue d’en haut.

4  Merci à Pierluigi Basso Fossali de ses remarques sur le manifeste comme prise sur un champ discursif, prise sur les publics pour transformer l’espace social et prise de position. On verra plus loin que le manifeste cherche de façon complexe à avoir prise sur les publics, en appelant l’ensemble de la communauté mais aussi les responsables des universités à se conformer à ces missions. Quant à la prise de position, elle est patente, même si elle n’est pas sans susciter des questions.

5  Je remercie J.-C. Pochard d’avoir souligné la dimension quasi axiomatique de ce cadre du discours.

6  « Lors de l’accomplissement d’un acte de discours, le locuteur exprime en général le contenu propositionnel avec l’intention qu’une correspondance soit établie entre le langage et le monde suivant une certaine direction d’ajustement. Si le locuteur fait une assertion ou un témoignage, le but de son énonciation est de représenter comme actuel un état de choses et le contenu propositionnel de l’acte de discours est censé correspondre à un état de choses existant (en général indépendamment) dans le monde. De telles énonciations ont la direction d’ajustement des mots aux choses (ou du langage au monde). Par contre, si le locuteur fait une requête ou donne un conseil, le but de son énonciation n’est pas de dire comment les choses sont dans le monde mais bien plutôt de faire transformer le monde par l’action future de l’allocutaire de telle sorte qu’il s’ajuste au contenu propositionnel. De telles énonciations ont la direction d’ajustement des choses aux mots (ou du monde au langage) » (Vanderveken 1988 : 108).

7  Merci à Emmanuelle Prak-Derrington de m’avoir permis de préciser ce point.

8  Courriel du 6 août 2013.

9  D’aucuns pourraient trouver que le manifeste se limite à une critique partielle, qui serait compatible avec une sorte d’adhésion critique au système, comme dit Accardo (2013 : 133-138), parlant de cadres, notamment, qui sont des rouages du système, « l’adhésion au système autorisant la critique et la critique renforçant l’adhésion. » Il est possible que des signataires correspondent à cette lecture, mais je ne pense pas qu’elle soit fondamentalement pertinente.

10  Comme je ne suis pas sociologue, je ne développerai pas ces travaux, au demeurant très nombreux hors de France (Fairclough & Wodak 2008, Maeβe 2008). On note au demeurant une floraison de travaux consacrés aux discours européens sur les réformes universitaires, à l’instar de Maeβe (2010), Scholz & Angermuller (2013).

11  Avec une tendance à l’alignement sur les attentes des experts (la « fameuse » grille SWOT).

12  On peut objecter que l’on parle la langue de l’adversaire par tactique. Cela peut se comprendre stratégiquement, si cette concession s’accompagne ailleurs d’actions qui contestent la logique actuelle.

13  Cette injonction est paradoxale, car le présent est souvent sous le poids du passé (la patrimonialisation, le devoir de mémoire pour aujourd’hui) et le futur semble plutôt bouché.

14  Ce présentisme s’oppose au futurisme – au fait d’envisager les sociétés en fonction d’un appel vers le futur, le futur commande, dit Hartog (2012 : 16) – au passéisme (au fait d’ériger le passé en norme-valeur vers lequel le présent doit tendre).

15 Acronyme de « Pour l’Etude des Conditions de travail et de Recherche dans l’Enseignement Supérieur », groupe formé de quatre chercheurs chargés d’exploiter une enquête nationale sur la précarité à la demande d’une intersyndicale rassemblant notamment nombre de syndicats de la FSU, de l’UNSA, du SGEN, de SUD, de la CGT, de la CFTC, de l’UNEF et de SLR et SLU.

16 Ces précaires, ce sont nos vacataires d’enseignement, moniteurs, doctorants allocataires, ATER, postdocs.

17  Ce paragraphe sur la précarité reprend un fragment de Rabatel (2013a).

18  Merci à E. Prak-Derrington de m’avoir donné cet exemple.

19  Et la réciproque est tout aussi vraie, bien sûr, comme Christine Jacquet-Pfau me le fait remarquer : à preuve l’efflorescence de la novlangue managériale qui frappe l’université, ainsi qu’on l’a vu dans la deuxième partie !

20  Notion qui ne fait d’ailleurs pas sens de la même façon selon la réalité de l’équilibre des pouvoirs, bien différent, par exemple, aux USA ou en France.

21  Sylvianne Rémi-Giraud remarque que dans la plupart des dictionnaires contemporains (TLF excepté), les collocations du mot pouvoir n’évoquent jamais le pouvoir économique. L’économie y est associée aux acteurs économiques, on évoque le monde économique, la vie économique, mais pas le pouvoir économique…

22  Voir Amossy (2014 : 128-129, 137), pour les reprises, détournements, réorientations des arguments de l’adversaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rabatel, « Une analyse de discours du manifeste « Pour des universités à la hauteur de leurs missions ». Pour une alternative à la gestion libérale des universités et de la recherche en Europe », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://semen.revues.org/10477

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page