Navigation – Plan du site

Christophe Deleu, Le documentaire radiophonique, Paris, L'Harmattan, INA éditions, Série Mémoires de radio, 2013

Séverine Equoy-Hutin

Texte intégral

  • 1 Deleu, C., (2006), La parole des anonymes à la radio. Usages, fonction et portée. Bry-sur-Marne : I (...)

1L’ouvrage que Christophe Deleu consacre au documentaire radiophonique s’inscrit dans le sillage du précédent, consacré à la parole des anonymes à la radio1, et des travaux qui se développent actuellement sur la radio et la « postradio » sous l’impulsion du dynamique Groupe de Recherche et d’études sur la Radio (GRER) fondé et présidé par Jean-Jacques Cheval.

2Christophe Deleu propose un travail de recherche qui amorce une réflexion d’ensemble sur les genres radiophoniques : plus précisément, partant du constat d’un retour en force récent du « documentaire », d’une sous-utilisation du terme par les professionnels et de la pénurie d’études qui lui sont consacrées, cet universitaire et producteur reconnu de nombreux documentaires diffusés sur France Culture s’attache à circonscrire ce genre dont l’existence même s’est révélée problématique au début de ses travaux.

  • 2 Charaudeau, P., (2005), Les médias et l’information. Bry-sur-Marne : Ina/bruxelles, De Boeck.

3La démarche conduite par l’auteur se déploie sur quatre axes majeurs : historique, épistémologique, communicationnel et typologique. Soucieux d’articuler les deux orientations, scientifique et professionnelle, qui font l’originalité, le bien-fondé et l’intérêt de ses travaux de recherches, Christophe Deleu ancre globalement son approche dans le cadre sémio-communicationnel circonscrit par Patrick Charaudeau2. Il se nourrit également de nombreux travaux menés par exemple par Jean-Marie Schaeffer sur les genres littéraires, par Roger Odin sur les modes de production de sens et d’affect ou encore par Guy Lochard et Jean-Claude Soulages sur la communication télévisuelle. Dans le champ du radiophonique et du son, ce sont les travaux de Pierre Schaeffer, Michel Chion, étienne Souriau, Murray Schafer qui retiennent particulièrement l’attention de l’auteur en tant qu’ils lui permettent d’appréhender les spécificités de la situation « acousmatique » (p. 88) et la question de ses effets sur les types d’écoute de la radio.

4L’attention portée tant à la situation de communication et ses paramètres – tels que la visée, les circonstances d’élaboration, les types d’auditoires ou encore les effets de sens visés ou produits –, qu’aux contraintes discursives et formelles conduit l’auteur à proposer une définition qui n’est « pas tributaire des classements des professionnels des médias, qui fluctuent et qui empêchent d’objectiviser la production médiatique » (p. 81). Si la définition qui est proposée se veut indépendante des définitions adoptées par les professionnels des médias, elle part également du constat selon lequel les définitions proposées par les chercheurs n’ont apporté que peu d’éléments significatifs que ce soit parce qu’elles font écho aux définitions des professionnels (Antoine, Bourgeois), parce qu’elles sont trop larges (Noiseau) ou encore parce qu’elles ne correspondent plus au contexte médiatique actuel (Glévarec) tant aujourd’hui, le documentaire est au centre d’enjeux professionnels déterminants (p. 63). Loin de dénigrer ces travaux, Christophe Deleu en souligne les intérêts respectifs et s’en inspire pour construire sa propre définition.

5Après avoir pris soin de circonstancier les différents enjeux et les précautions à prendre quant à une tentative de définition et de typologisation du genre, Deleu définit le documentaire radiophonique comme « un dispositif à caractère didactique, informatif et (ou) créatif, présentant des documents authentiques, qui suppose l’enregistrement de sons, une sélection de ceux-ci opérée par un travail de montage, leur agencement selon une construction déterminée, leur mise en ondes définitive effectuée par un travail de mixage, selon une réalisation préétablie, dans des conditions qui ne sont pas celles du direct ou du faux direct. » (p. 81). Cette définition s’appuie sur le cinéma dont le « documentaire », en tant que genre, est un des héritiers. Elle se rapporte également à l’histoire de la radio, à celle des médias et s’inspire des travaux menés sur la télévision. Ainsi, le documentaire radiophonique se définit comme un « genre hybride » (p. 78), résultat d’une mutation progressive de sept genres préexistants : l’entretien, le reportage, la chronique, le débat, les lectures, les émissions musicales et le hörspiel dont Christophe Deleu s’attache à retracer l’histoire au cours du premier chapitre.

  • 3 Soulages, J.-C., (2007), Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du regard. Bry-sur-Marne/Bruxe (...)
  • 4 Müller, J.-E., (2006), « Vers l’intermédialité ». Médiamorphoses n°16, Bry-sur-Marne : INA. url : h (...)

6S’inspirant notamment des travaux de J.-C. Soulages sur les rhétoriques télévisuelles3, Christophe Deleu propose un modèle d’analyse du documentaire radiophonique fondé sur une série de strates : plastique, cinétique, communicationnelle, diégétique et narrative, verbale. Chaque strate est définie de façon systématique et trouve son illustration dans les nombreux exemples d’émissions ou d’œuvres mobilisés par l’auteur. Ainsi, la strate plastique renvoie à la « matière sonore elle-même » (p. 89), aux conditions d’enregistrement et de diffusion comme à la dimension imaginaire du son. La strate cinétique comprend plusieurs paramètres dont la durée des sons, le rythme, les choix de transition dans le travail de montage et de mixage. La strate communicationnelle concerne quant à elle l’ensemble des rôles et statuts adoptés par les protagonistes du documentaire. La strate diégétique et narrative renvoie aux différents procédés de narration. Enfin, la strate verbale s’intéresse au « contenu » des documentaires. Ce « mode d’analyse » (p. 89) construit à partir des spécificités de l’espace sonore constitue un des points forts de ce travail en ce sens qu’il est aisément envisageable de mettre les strates distinguées à l’épreuve non seulement des genres radiophoniques mais aussi des genres transmédiatiques et postradiophoniques. Ce modèle est donc amené à évoluer notamment à la lumière des analyses menées dans le champ de l’intermédialité (Müller 2006)4 et des interactions médiatiques.

7Christophe Deleu propose dans une seconde partie une typologie très efficacement illustrée, sans la lourdeur descriptive que l’on pourrait craindre tant il est difficile de donner à lire le sonore et ses subtilités. Cette typologie qui tient compte de l’histoire de médias et des changements de désignation que peuvent connaître les produits médiatiques repose sur six critères : les contraintes discursives, la visée, des critères « positifs » (clarté, esthétique, fidélité au réel) et des critères « négatifs » d’évaluation (rupture, perte de repères, spectacularisation…), les registres d’écoute (figurative, réduite, codale) et enfin le statut du documentaire (émission/œuvre). Ces critères permettent à l’auteur de distinguer : documentaire d’interaction, documentaire poétique, documentaire d’observation et documentaire fiction.

8Le documentaire d’interaction (p. 127-160) repose sur une coprésence des protagonistes dans le dispositif. Il regroupe trois sous-genres : le documentaire journalistique, le documentaire chronique et le documentaire biographique. à titre d’exemple, on peut souligner que le documentaire journalistique se caractérise, entre autres contraintes, par une linéarité narrative, une dénomination des sons, la clarté du propos, une standardisation des formes, une absence de flou causal.

9Le documentaire poétique (p. 161-198) propose un travail sur le son, son autonomie, une multiplicité des procédés de narration avec une visée esthétique dominante où la part belle est faite à une réflexion sur la forme. Comme le souligne Christophe Deleu, la radio n’est plus support, mais lieu de création (p. 172). Les conditions de production des œuvres radiophoniques sont alors examinées à travers des figures plus ou moins connues du documentaire poétique comme René Farabet et Yann Paranthoën (« Atelier de création radiophonique ») et à travers l’histoire des stations concernées, les écrits, essais, comptes-rendus, retranscription et autres notes minutieusement exhumés par l’auteur (p. 184).

  • 5 En référence à J.-C. Soulages (2007) qui parle de « désintermédiation ».

10Le documentaire d’observation (p. 199-205), genre marginal à la radio, enregistre quant à lui le réel et s’avère moins interprétatif que les autres formes de documentaire : la visée de neutralité sonore sur laquelle s’interroge l’auteur conduit l’auditeur dans un face-à-face parfois déstabilisant avec le réel « désintermédié »5.

11Le documentaire fiction (p. 207- 238) questionne les frontières entre espace documentaire et espace fictionnel à travers des cas où les espaces sont bien distincts et d’autres cas où ceux-ci fusionnent ou s’inversent. La situation d’écoute se définit alors différemment : dans le premier cas, l’auditeur repère facilement le « basculement du documentaire à la fiction » (p. 218) alors que dans le second, le dispositif permet de jouer avec l’auditeur jusqu’à le laisser dans l’indécision ou le trouble. Le dispositif du documentaire fiction propose des expériences radiophoniques qui appellent des « situations-types d’écoute » (p. 236) et des effets de sens possibles. Christophe Deleu montre notamment que « le mélange documentaire fiction modifie le contrat médiatique » (p. 238) de telle sorte que l’auditeur peut être amené à refuser le mélange des genres au nom du pacte d’authenticité qui caractérise le genre « documentaire » ou à y adhérer en acceptant d’explorer le réel autrement selon un mode fictionnalisant.

  • 6 Noiseau, E., (2011) « Le futur de la radio sera-t-il sonore ? ».

12Au final, on retiendra de cet ouvrage que comprendre un genre médiatique – en l’occurrence radiophonique -, son histoire et son identité suppose l’adoption d’une approche qui tienne compte à la fois de l’histoire des médias et du média comme support et lieu de création ; de l’histoire et des politiques successives des stations ; des conditions de production et de diffusion des émissions ; des enjeux professionnels que le genre médiatique peut recouvrir et enfin des contraintes discursives et formelles qui le constituent. Le modèle des strates et les critères convoqués pour constituer sa typologie de documentaires constituent deux outils prometteurs pour l’analyse des genres du radiophonique. Au terme de son ouvrage, Christophe Deleu ouvre d’ailleurs des perspectives intéressantes d’analyse liées au développement d’internet et aux nouvelles possibilités d’écoute (podcast, streaming) qui bouleverse les représentations et le statut de l’écoute radiophonique en tant que pratique culturelle : si, selon l’auteur, ces paramètres favorisent le documentaire (p. 243), ce sont plus généralement le rapport au temps et à l’espace, le lien à l’imag(inair)e et au sensible, les modes d’appréhension des émissions et la définition des genres qui s’en trouvent modifiés. « Le futur de la radio sera-t-il sonore ? »6 (Noiseau 2011). Ce qui est certain, c’est que le devenir de la radio s’annonce multimédiatique, au-delà du son, et que les frontières du radiophonique sont incontestablement vouées à se déplacer et à dessiner de nouveaux territoires dont les contours seront probablement bien complexes à appréhender et à théoriser. Les recherches sur la radio et la postradio ont encore de beaux jours devant elles.

Haut de page

Notes

1 Deleu, C., (2006), La parole des anonymes à la radio. Usages, fonction et portée. Bry-sur-Marne : Ina/Bruxelles. De Boeck.

2 Charaudeau, P., (2005), Les médias et l’information. Bry-sur-Marne : Ina/bruxelles, De Boeck.

3 Soulages, J.-C., (2007), Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du regard. Bry-sur-Marne/Bruxelles : Ina/De Boeck.

4 Müller, J.-E., (2006), « Vers l’intermédialité ». Médiamorphoses n°16, Bry-sur-Marne : INA. url : http://hdl.handle.net/2042/23499. On peut également citer les travaux d’E. Méchoulan et de P. Marion & A. Gaudreault.

5 En référence à J.-C. Soulages (2007) qui parle de « désintermédiation ».

6 Noiseau, E., (2011) « Le futur de la radio sera-t-il sonore ? ».

Url : http://syntone.fr/le-futur-de-la-radio-sera-t-il-sonore/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Equoy-Hutin, « Christophe Deleu, Le documentaire radiophonique, Paris, L'Harmattan, INA éditions, Série Mémoires de radio, 2013 », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/10352

Haut de page

Auteur

Séverine Equoy-Hutin

LLC-ELLIADD, EA4661 Université de Franche Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page