Navigation – Plan du site

La réécriture faite texte

Un moviment de Francis Ponge : La Table
Thomas Aron

Résumé

La Table est constitué d'une somme de brouillons n'ayant abouti à aucun texte définitif : écriture en acte, saisie dans un mouvement qui devient sa fin essentielle. L'étude suit d'abord le processus de la réécriture dans l'espace d'une page qu'on voit se couvrir progressivement d'additions et/ou de variantes. Puis la même page est considérée comme carrefour éphémère de motifs, motifs qu'on suit, en amont et en aval, dans leurs autres formulations et associations. On montre enfin comment le travail de réécriture opère concurremment et en interaction sur le signifiant, le signifié et le référent. Travail programmé et, à ce titre, prévisible, mais au produit totalement imprévisible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Parti pris des choses (désormais PPC), qui réunit des textes datés de 1925 à 1939 (?)) paraît e (...)
  • 2  Nous avons tenté d'établir ailleurs, comment le "parti pris", tant comme poétique que comme "philo (...)
  • 3  Voir : Jean-Marie GLEIZE et Bernard VECK, Francis Ponge, "Actes ou Textes", Presses Universitaires (...)
  • 4  Ce qui n'empêche pas F. Ponge d'utiliser, comme tout un chacun et faute de mieux, les termes de po (...)

1La perfection des textes du Parti pris des choses comme la formule vite devenue célèbre de l'Objeu, cette écriture qui construit la clôture de l'objet texte par "la multiplication interne des rapports", la "mise en abîme" intriquée du texte, de l'objet et de la langue1, cette perfection, donc, et aussi la provocation sans tapage - et pourtant décisive tant sur le plan de l'idéologie que sur celui de la poétique - que constitue le projet même de "prendre parti", apparemment contre l'homme, pour le "monde muet" des choses2, tout cela a longtemps fait négliger un autre aspect, non moins "révolutionnaire" du projet et de l'œuvre pongiens : la décision, non seulement de publier régulièrement un texte accompagné de ses états préliminaires, des esquisses et brouillons qui conduisent à lui, mais bien celle d'abolir - il est vrai à des degrés variables selon les cas mais par une démarche depuis toujours affirmée et continûment suivie - d'abolir la distinction même entre texte et brouillon, entre écriture fixée dans un produit et écriture exhibant l'activité, la pratique d'une production3. Ce qui ne saurait aller sans une mise en cause concomitante du statut du producteur, un rejet, poursuivi lui aussi avec une belle constance, du statut du poète en même temps que de celui du poème4.

2Ainsi, aux "Notes d'un poème (sur Mallarmé)', de 1926 :

  • 5  Proèmes (Pr), TP, 155, Po (dans le volume du PPC), 137.

"Non à tout prix l'idée, non à tout prix la beauté, la forme reconnue, mais ce qui. Mérite à la fois les éloges de l'esprit de recherche et les éloges de l'esprit de découverte"5

3fait écho ce passage de "La Mounine" (1941), qui justifie l'entreprise même du recueil où il prend place, La Rage de l'expression (1952) :

  • 6  TP, 406, Po, 203.

"... ne pas publier seulement la formule à laquelle on a pu croire avoir abouti, mais [...] publier l'histoire complète de sa recherche, le journal de son exploration..."6,

4écho amplifié, l'année même de la publication de La Rage, dans "Le monde muet est notre seule patrie" :

  • 7  Le Grand Recueil, Méthodes (GR.M.), 198, Po, 205. Voir encore, entre bien d'autres textes, la fin (...)

"La véritable poésie n'a rien à voir avec ce qu'on trouve actuellement dans les collections poétiques. Elle est ce qui ne se donne pas pour poésie. Elle est dans les brouillons acharnés de quelques maniaques de la nouvelle étreinte"7 (Nous soulignons).

5Moviment
C'est donc la publication en 1952 de La Rage de l'expression qui ouvre la série des textes-"dossiers", série que clôt provisoirement aujourd'hui La Table de 1981. Chacun de ces textes pourtant offre une configuration particulière et l'originalité du dernier mérite d'être soulignée. La Table présente bien - ce qui n'est le cas ni de La Rage, ni du Savon, de La Crevette ou du Malherbe -, face à l'amas des feuillets préparatoires, un texte ayant les apparences du texte "abouti", sinon "achevé". Mais, contrairement à ce qui a lieu pour Le Pré face à La Fabrique du pré, à La Figue face à Comment une figue de paroles et pourquoi, ce n'est pas cette fois le texte isolé qui porte le titre "simple" de La Table. Mais autant retracer brièvement l'histoire de la publication.

61974. Parution, en tête de l'ouvrage d'Henri Maldiney, Le Legs des choses dans l'œuvre de Francis Ponge, d'un texte de ce dernier, daté du 19 octobre 1973 et intitulé "Envoi à Henri Maldiney d'un extrait de mon travail sur la table" (ou : sur La Table ??). On trouvera cet "extrait" - désormais pour nous EM (Extrait Maldiney) ci-dessous, en annexe.

71981. Le n° 17 (avril) des Etudes Françaises de Montréal, consacré à Francis Ponge, publie sous le titre "La Table (21 nov. 1967 - 16 oct. 1973)" soixante-trois feuillets datés constituant le "dossier" complet du travail sur la table, selon le terme de Bernard Beugnot qui signe la Présentation. A la suite du dossier, nettement distinct de lui, l'E.M., dont on s'aperçoit alors qu'il ne mérite pas tout à fait son titre, les énoncés qui le constituent ne figurant pas, pour la plupart, tels quels dans les feuillets. Quatre pages du manuscrit sont reproduites en fac similé.

  • 8  Cette édition (tirage limité à 75 exemplaires) est un modèle de transcription de manuscrit. On est (...)

81982. La Table, aux Editions du Silence (Montréal), reprend la présentation de B. Beugnot et l'intégralité du dossier (en corrigeant une importante erreur dans l'ordre d'apparition des feuillets8), accompagné cette fois de 6 pages en fac similé mais non de l'Extrait Maldiney. De sorte que s'affirme ici, encore plus nettement qu'ailleurs grâce à ce temps d'hésitation de la publication de l'E.M., la préférence délibérément et exclusivement accordée pour finir au texte "en chantier", pour reprendre une autre expression de B. Beugnot.

9Texte en chantier. Texte-réécriture, réécriture faite texte. Toute page, en effet, toute phrase, ici - à part les "initiales" quand celles-ci ne s'appuient pas elles-mêmes, comme c'est assez souvent le cas, sur quelque parcelle antérieure du grand œuvre pongien - renvoie à une phrase, à une page précédente, se présente comme du déjà-écrit, du déjà-lu, et en même temps appelle - non seulement parce qu'elle n'est pas la dernière mais parce que, dernière comprise, elle n'offre jamais la forme de l'achevé, du "fini" - appelle la reprise, la refonte, la reformulation dans le moment même où elle se formule - ou se lit.

  • 9  ET, 99. Echo dans La Table : (Après être sorti du Parti (i.e. communiste)) "je pris mon propre par (...)

"... il ne s'agit pas tellement de dire, au sens "d'avoir dit", il s'agit de dire au sens intransitif du "dire", c'est-à-dire de parler dans le moment présent, comme homme, comme animal, dans le moment présent, et de montrer comment les choses se font dans le moment même, de créer la communication directe, non par la récitation d'un produit fini, mais par l'exemple d'une opération en acte, d'une parole (et donc d'une pensée) à l'état naissant"9.

  • 10  Louis ARAGON, Matisse Roman, Livre Club Diderot, 1971.

10On pense, comme si souvent chez Ponge, à la pratique des peintres, â Matisse dessinateur par exemple, à ces séries des années 40 dont Aragon a si bien su écrire10, quand il commente à la fois l'effet "variation sur un thème", pour emprunter sa terminologie à un troisième art, et la spontanéité infaillible, chez le peintre septuagénaire, du geste "à l'état naissant". Aussi bien c'est un autre art encore que rencontre au carrefour de l'écriture le septuagénaire avant-gardiste Ponge : l'architecture, dans une de ses plus récentes et spectaculaires manifestations. Pour l'inauguration du Centre Beaubourg, Ponge compose un texte où l'on lit, vers la sixième page :

  • 11  L'Ecrit Beaubourg, Flammarion, 1977, p. 13.

"...les pages précédentes, non du tout faites, c'est assez sensible, pour se dresser dans notre mémoire en posture de monument achevé, mais plutôt, et très ostensiblement, pour oser n'oser montrer autre chose que le maintien, au fur et à mesure de son édification, de leur propre échafaudage, dans toute sa complexité..."11 (souligné dans le texte).

11Cet échafaudage, maintenu et fixé

"pour enfin un beau jour et toujours au grand jour se donner à voir, de manière alors plus encore ostentatoire",

  • 12  Ouvrage cité, ci-dessus note 3. Ce sont ces auteurs qui, les premiers (p. 65 et s.) utilisent movi (...)

12on aura compris qu'il désigne en même temps le texte consacré à l'édifice et l'édifice lui-même pour la désignation duquel, précisément, Ponge va récuser le terme de monument et forger moviment. Moviment donc, le Beaubourg construit (et aussi l'institution qu'il abrite). Moviment, le Beaubourg écrit, L'Ecrit Beaubourg. Le néologisme est d'autant plus remarquable, comme l'ont signalé J.-M. Gleize et B. Veck12, que le terme rejeté, monument (mais bien entendu il est retenu comme constituant du mot-valise), figure comme un des pôles de référence autour desquels se construit Pour un Malherbe. Malherbe y est en effet à maintes reprises évoqué comme "monument", "Louvre de lecture". D'où l'on tirera cette relation : ce que le Louvre, au siècle classique, est à Malherbe : monument, Beaubourg l'est, en notre modernité, à Francis Ponge : moviment.

  • 13  Voir notre L'objet du texte et le texte-objet, La chèvre de Francis Ponge, Editeurs Français Réuni (...)

13poème ?
Qu'on nous permette, avant d'en venir définitivement à La Table, de nous attarder un moment sur I'E.M., afin d'y reconnaître certains des traits du texte "composé", traits que le moviment rejette. C'est avant tout une organisation lisible, sensible, que ménage l'arrangement en unité textuelle des fragments assemblés, organisation au profit de laquelle s'effectuent les modifications, dont nous avons parlé, que subissent les énoncés prélevés dans le dossier avant de prendre place dans I"'extrait". Premier trait, l'effet de clôture obtenu par la reprise du vocatif initial "O Table..." dans le dernier fragment, où cependant le tu de l'adresse à la table, réitéré, glisse en finale à une adresse au lecteur. Le vocatif, du reste, constitue une forme majeure de l'unification du texte entier : il domine 14 fragments sur 5, ne cédant à la 3° personne que le quatrième et le début du cinquième. En même temps, ce dernier fragment, qui voit le triomphe définitif du tu, amplifie le je du début du texte en ce nous ambigu, si cher à Francis Ponge, ce nous qui s'annexe, selon l'occasion, le lecteur, l'ami des choses, l'usager de la langue française, l'humanité...13. Plus significatives encore de l'objet-texte construit, les récurrences lexicales et/ou sémantiques extraordinairement nombreuses qui en cimentent toute l'étendue. Elles assurent fortement, d'abord, les jointures, la connexion entre fragments, d'absolument fini (fragment 1) à table rase (2), de une physique (2), à vibre... à l'unisson des cordes (3), d'harmonie (3) à son (4), de support (4) à insupportable et insupport (5). Elles assurent surtout l'ossature du texte dans son entier, de la petite à la grande unité, comme le fait apparaître une représentation tabulaire mettant en parallèle les énoncés "ressemblants". En voici quelques échantillons seulement (les chiffres indiquent les numéros des lignes telles qu'elles sont disposées dans les Etudes Françaises. L'absence de points de suspension à l'intérieur d'un tableau indique que les énoncés cités se suivent sans interruption:

14(On le voit, le dernier ensemble découpe, jusqu'à "... n'est qu'un support", un texte continu. Le trait oblique / marque des coupes faites -par nous- à l'intérieur des mots.)

  • 14  Voir ci-dessus, note 7.

15La chose est relativement rare chez Francis Ponge : l'E. M. présente une illustration parfaite de la thèse de Jakobson sur le "critère" de la fonction poétique, ici appliquée à un texte non versifié, non rimé : la projection multipliée du principe d'équivalence sur l'axe de la combinaison. Un peu de mauvaise foi à peine suffirait pour repérer là un soupçon de ce "ronron poétique" dont se délivrait d'un "coup de reins" le Ponge des "Berges de la Loire"14. Rien de comparable dans le moviment où, par exemple, la série redondante, en fin de travail, des adresses à la table :

16<57> 5 octobre 73

O Table, ma console et ma consolatrice, table
où je me console, où je me consolide.
et qui me consolide.

17<59> 7 octobre 73

La table, ma console et ma consolatrice, comme elle [...]

18<63> 16 octobre 73

O Table, ma console et ma consolatrice, table qui me console, où je me consolide

19(cette dernière phrase, sans point final, constitue le dernier feuillet du dossier)

  • 15  Cf. l'"approximation désespérée" qu'est la chèvre, la chèvre texte, sans nul doute, comme la chèvr (...)

20où donc cette série, loin de construire la charpente répétitive d'un "poème", résonne comme une suite d'appels pathétiques lancés à la fois vers l'objet, pierre de touche, recours et caution ultimes de la création, et vers la formulation "parfaite" dont ces inscriptions successives, ces fixations d'instantanés d'écriture ne constituent que des approches, des "approximations"15 dès l'abord transitoires.

  • 16  Terme emprunté à Jean BELLEMIN-NŒL, Le texte et l'avant—texte, Larousse, 1972 : "[...] motifs, c'e (...)

21une table à l'atelier
Cherchant à rendre compte maintenant de La Table en chantier, il faut dire d'emblée que notre tentative ne pourra que trahir l'objet qu'elle appréhende. Car ce qui est vrai de la description de tout texte l'est à plus forte raison pour le texte-en-mouvement, le moviment. Comment procéder, en effet, sinon en tranchant dans ce qui est solidaire, en défaisant ce qui est inextricablement noué, en repérant, dans le corps vivant, des lignes de force abstraites, dans l'infiniment variable des constantes approximatives, en dégageant du texte - qui voit naître et emporte en les reprenant, les modifiant, les réinventant, les retissant inlassablement, plusieurs dizaines de "motifs"16 - d'en dégager les quelques régularités que nous croyons pouvoir y déceler ? Ajoutons qu'il nous a fallu bien évidemment, pour fonder notre propos, privilégier quelques rares espaces et "filons" d'écriture - et de préférence les moins "prolifériques" d'entre eux - choisis parmi tant d'autres dont chacun comporte sa spécificité. Prudence comme faute deplace nous feront également renoncer à proposer la liste des quelque 60 motifs par nous reconnus : importe moins, en effet, l'énumération des "corps simples" plus ou moins arbitrairement isolés que leur fonctionnement en texte, leur fonctionnement "en composition", leur comportement réactif, si l'on peut dire.

22Notre investigation suivra deux procédures différentes.

  • 17  Pour la lecture duquel il est nécessaire de s'aider de la transcription des Editions du Silence.

23Nous nous placerons pour commencer en un point du dossier, le feuillet <39>, ou plus exactement la première partie de celui-ci, telle que l'isole de la suite une croix - et que nous dénommerons <39a>. Ce demi-feuillet, nous essaierons d'abord de le lire comme trace d'une activité, d'une pratique d'écriture, à laquelle seule peut conduire la lecture du manuscrit reproduit17. Nous isolerons, autant que faire se peut, les dix "motifs" qu'on peut relever dans ce fragment et tâcherons de préciser pour chacun d'eux d'où ils viennent (suivant pour ainsi dire leur parcours passé) et où ils vont (leur avenir), de façon aussi à faire apparaïtre l'originalité de leur (éphémère) réunion en ce point <39a>, situé aux deux tiers environ du parcours total des 63 feuillets (de longueur, il faut le dire, fort inégale).

24Prenant, dans un deuxième temps, comme fil conducteur - ou comme "lanterne" - une des oppositions élémentaires les mieux établies de la linguistique, et survolant cette fois l'étendue totale du chantier - sans pour autant aucunement prétendre, et pour cause, à l'exhaustivité - nous nous attacherons à montrer comment s'y poursuit, autour de la table, autour de table, l'exploration, simultanée ou alternée mais toujours inévitablement solidaire, d'un signifiant, d'un signifié et d'un référent.

  • 18  Au sens où l'entendent J.-M. Gleize et B. Veck (ouvr. cité) : nous nous inspirons largement de leu (...)

25le texte comme acte, la page d'écriture
Ce que donne à voir telle page du manuscrit de La Table, c'est un texte qui gonfle, qui s'accroît, qui pousse, au sens botanique du terme. On peut y déceler, à partir du "texte de base"18, et avec une marge certaine d'incertitude, plusieurs couches chronologiques de la réécriture, occupant divers statuts spatiaux, les limites des unes ne coïncidant pas avec celles des autres. Car la première coulée d'écriture - dont nous désignerons les segments (arbitrairement découpés par nous) par des lettres majuscules - entraîne déjà, en ratures et rajouts de même graphie épaisse et trapue, sa première dose de réécriture. Aux additions dans l'interligne (toutes les additions seront notées par nous, sans hiérarchisation, en chiffres arabes) peuvent être vraisemblablement assimilées quant à la chronologie les additions de même graphie situées dans les marges, ces marges faisant place encore à une troisième vague d'ajouts, d'encre nettement plus fine. Reconstruction conjecturale, répétons-le, qui, de plus, néglige par force la chronologie "interne" des quatre vagues d'écriture ainsi grossièrement distinguées.

26Un premier segment du texte de base

  • 19  Nous signalerons ainsi par l'astérisque tout élément du manuscrit non retenu dans la transcription (...)

27porte au-dessus de mat le rajout de
(1) court et
qu'un signe * au déchiffrement douteux19 semble devoir insérer entre mat et froid, ce qui donnerait, après adjonction d'une virgule : Table rend un son mat, court et froid.
Poursuivons sur le texte de base :
(B) froid, sans vibrations aucunes.
Ici, sans s'est imposé après rature presque totale d'un et*. Au-dessus de vibrations aucunes, dans l'interligne :
(2) prolongement aucun
variante ou substitut possible de la notation première.
Partant de la phrase suivante :
(C) Encore faut-il qu'elle soit frappée d'une façon brutale
une véritable germination en tous sens :
- Ajout immédiat, semble-t-il, de même encre épaisse, dans l'interligne, après faut-il, de
(3) pour cela
et, à l'initiale, devant Encore qui garde sa majuscule, de
(4) Et
- De la même veine encore et de même statut, redoublant frappée :
(5) ou prononcée
- De même plume encore, mais cette fois dans la marge de gauche, ceci, qui semble devoir s'insérer, puisqu'il les commente, après frapper ou après brutale :
(6) Il est vrai que (lisible sous rature : Mais*) sa dentale dure appelle, incite à l'attaquer ainsi incite est visiblement lui-même une addition.
- Enfin, brutale est encadré d'un trait fin * (ajout ultérieur donc à tout ce qui précède) qui se prolonge d'une flèche conduisant au-dessus de la première ligne du texte et où se lit :
(7) nette, nettement découpée (taillée) à gauche et à droite du silence

28où le de découpée est encerclé du même trait fin*.
Pour atteindre ce dernier ajout, la flèche partie de brutale traverse une ligne, de graphie également fine, qui s'inscrit donc immédiatement au-dessus de la première ligne du texte de base et peut effectivement se lire comme un nouveau départ du texte, destiné à précéder l'ancien:
(8) A la différence d'autres meubles en bois, tels que pianos (un mot raturé illisible, en surcharge), cercueils, ou bahuts et armoires
Retour au texte de base. Les trois brèves phrases suivantes :
(D) Sinon, rien. Elle ne répond pas. Je l'admire se voient elles aussi grossir de plusieurs affluents : Sinon, rien, par addition, de même graphie, dans la marge de droite, de :
(9) bouche close

29devient : Sinon, bouche close, rien.
De l'écriture fine déjà plusieurs fois rencontrée, une insertion, dans l'interligne, devant Je l'admire :

30(10) Voilà surtout ce dont je la félicite et
insertion, du reste, difficilement acceptable en l'état : dont... je l'admire (?)
Mais un vrai problème est posé par une addition de destination incertaine. Elle occupe la marge de droite, au-dessous de bouche close, mais séparée de ces derniers mots par la fin de l'ajout... je la félicite et. D'autre part, disposée en plusieurs lignes dans la marge, elle se trouve en vis-à-vis de la fin du texte de base, fin qu'elle rejoint et dépasse. Voici d'abord ce texte :

  • 20  Ressentent est la lecture de l'éditeur. Il semble qu'on puisse lire aussi bien ressautent, guère p (...)

(E) C'est seulement les objets qu'elles portent qui ressentent20 et demandent à être balayés.
Table rase.
C'est seulement un support et un appui.

31Et voici donc l'addition marginale de droite :

(11) Lèvres serrées (et pas de gorge) Elle résiste, s'en tient à son rôle de pur support ou appui (à quoi que ce soit)

32On le voit, ce passage peut se lire (doit se lire ?) selon trois logiques différentes, l'addition (11) pouvant en effet valoir

  • soit comme une suite de bouche close (ajout 9), à quoi s'articule directement lèvres serrées (ou à quoi lèvres serrées peut se substituer), et qu'il suit effectivement dans l'espace de la marge ;

  • soit comme une glose de l'inscription marginale de gauche (ajout 6) à laquelle notre texte fait pendant dans la marge de droite : sa dentale dure... incite à l'attaquer ainsi / lèvres serrées. Elle résiste... ;

  • <#ITALIQUES#></#ITALIQUES#>soit enfin comme une version bis du texte de base E dont il rejoint - et réécrit - la phrase terminale : C'est seulement un support et un appui /...s'en tient à son rôle de pur support ou appui.

33Ce relevé méticuleux, et qui ne fait en somme qu'expliciter ce que découvre un coup d'œil attentif sur la page manuscrite, n'aura pas manqué son but s'il a pu rendre sensible au moins à deux phénomènes.

34Le premier est maintenant bien connu : le texte est donné à lire, donné à voir, comme acte (d'écriture), cet acte - le manuscrit qui le photographie - devenant texte, quittant, pour ainsi dire, les coulisses où se préparait le spectacle pour devenir le spectacle lui-même.

35Le second phénomène, que l'ajout (11) met particulièrement en lumière, est que l'écriture ainsi manifestée se déploie non plus seulement sur une ligne mais sur une surface. L'indécision quant au lieu d'insertion d'une correction ou d'une variante, l'indécision quant à sa nature même de correction ou de variante, de version nouvelle ou de simple "essai", cette indécision qui, dans une perspective génétique, ne fait que préparer la décision à venir, impose, du moment qu'elle se fixe en texte, une lecture qui ne relève plus de la linéarité du discours. Traitement "pictural" de la surface textuelle, non seulement - insistons-y - parce que celle-ci s'offre (à la vue) comme objet (de jouissance) esthétique, mais parce qu'elle présente, en tant que texte, à la lecture, une pluralité de parcours possibles entre lesquels elle n'impose pas de choisir.

36motifs au carrefour
Ce texte-en-acte du demi-feuillet <39a>, essayons maintenant de l'appréhender dans sa fonction d'étape sur le chemin de l'aventure scripturale, comme carrefour, lieu de convergence - à l'équilibre instable et provisoire - d'un certain nombre de motifs inscrits dans une histoire textuelle se déployant sur 63 feuillets plus l'EM et dont il ne fait, ce feuillet, que "saisir" un des moments.

37Reconnaissons dans ce texte - sans trop de précautions car l'opération n'a pas sa fin en elle-même - les dix motifs suivants :

  1. table, différente d'autres meubles

  2. rend un son mat, sans vibrations

  3. frappée d'une façon brutale «c» dentale dure appelle à l'attaquer)

  4. nettement découpée à gauche et à droite du silence

  5. ne répond pas, résiste ((e') bouche close, lèvres serrées)

  6. objets qu'elle porte

  7. demandent à être balayés

  8. table rase

  9. pur support et appui

  10. je l'aime

38De façon non moins fruste, approximative, le tableau de la p. 193 repère l'émergence de ces différents motifs dans les feuillets <1> à <38> situés à l'amont et <39b> à <63> et à EM, en aval. Sont désignés entre parenthèses les feuillets où le motif revêt un aspect suffisamment éloigné de celui qu'il présente en <39a> pour qu'on puisse hésiter à l'identifier. Le chiffre rayé 2l indique un motif inversé ou "nié".

39Le feuillet <39a>, sur ce tableau, apparaît immédiatement comme moment, comme texte unique. Nulle part ailleurs la combinaison de motifs qu'il présente ne se retrouve identique, même s'il est remarquable que la suite (b) (c) (d) (e) - constituée de motifs qui, à quelques nuances près, apparaissent pour la première fois en <39a>, se voie retranscrite dans le même ordre dans EM, et dans une formulation souvent extrêmement proche. Ce qui ne veut dire rien d'autre que ceci : la quatrième section de l'EM réécrit directement une portion du feuillet <39a>.

40Réécrit et non recopie. Les reformulations auxquelles ce travail donne lieu ne sont pas - tant s'en faut - dépourvues d'intérêt. Commençons par ce secteur du texte :

  • 21  Plus banale la réduction de sans vibrations aucunes/sans prolongement aucun <39a> en sans vibratio (...)

41<39> proposait concurremment frappée et prononcée. En écrivant proférée, terme éminemment marqué de la poétique pongienne, EM "dépasse" l'opposition par la synthèse tant des signifiants que des signifiés.21

42La note marginale "sa dentale dure appelle [...] à l'attaquer ainsi" a une double origine. <15>, s'interrogeant sur la différence entre stable et table, notait que "dans table tout commence par la verticalité (détonnante) du T", tandis que <21> affirmait "Quasi est-ce <la table> un monosyllabe, mais quasi seulement car elle n'est ni brutale ni sèchement affirmative" (nous soulignons)(21bis).On voit poindre là - dans le mouvement qui porte d'un texte à l'autre et au troisième -comme une hésitation sur l'interprétation à donner (détonnant ? brutal ? non brutal ?) de l'initiale phonétique de table. <44> seul reprendra le débat : "Cette note <plutôt> un bruit, asséné par la dentale dure : le T ". Partout ailleurs, c'est la graphie - notamment son mimétisme - du T et le symbolisme de son ancêtre grec, le Tau, qui seront exploités, deux motifs qu'on retrouvera dans EM.

43C'est un simple travail de mise au net, pourrait-on dire, ou de mise au point, qui fait passer de la suite (constituée par intégration des ajouts au texte de base) :

"Et encore faut-il pour cela qu'elle soit frappée ou prononcée d'une façon brutale, nette, nettement découpée (taillée) à gauche et à droite du silence" <39a>.

44à celle de EM

"Et encore faut-il qu'elle soit proférée de façon bien nette : nettement découpée, à droite et à gauche, du silence".

45Mise au net qui dégraisse la phrase, non seulement par éliminations, mais en accusant le chiasme proférée... nette / nettement découpée et en ne faisant plus dépendre le groupe du silence de à gauche et à droite, ce qui accentue du même coup l'équivoque, constamment recherchée dans toute l'œuvre de Ponge, on le sait, entre chose et mot.

46A noter, en ce point du dossier, la naissance d'une suite lexicale nette nettement découpée à gauche et à droite du silence (abstraction étant faite du mot entre parenthèse taillée) qui, au prix de la simple inversion gauche/droite, se trouve reprise telle quelle dans EM, sans avoir connu entre-temps ni modification, ni reprise. On songe à telles formules redondantes, par exemple de "La Crevette dans tous ses états" comme tapi tantôt d'aguet (variante : tantôt tapi d'aguet) ou tes organes de circonspection ou encore pouvoir prompt, siégeant dans la queue, d'une rupture de chiens à tout propos, formules qui doivent à leur perfection tôt trouvée, à la fois mimétique, "sculpturale" et "prophétique" (l'ambiguïté - mieux dite par Ponge indifférence, le rythme phonique et graphique, l'exactitude) d'être inlassablement reproduites dans leur littéralité intouchable.

47Le motif (e) - résistance muette de la table - est celui, nous l'avons vu, dont la formulation, et les limites mêmes, sont les plus incertaines en <39a>. Si l'on isole - rétroactivement, à partir de ce qui est retenu-transformé en EM - les éléments qui le constituent, on obtient, par élimination d'une bonne moitié du texte et intégration (de ce qui reste) des marges au texte de base :

"Sinon, bouche close, rien. Elle ne répond pas. Lèvres serrées (et pas de gorge). Elle résiste"

48qui devient en EM :

"Sinon, elle ne répond pas ; résiste".

  • 22  TI', 154, Po 136.

49Mais cet avenir du motif, à notre sens, importe moins que son passé, plus singulier. En fait, il n'en a guère d'avéré. Les feuillets qu'indique notre tableau ne préfigurent nullement ni ne reprennent la lettre de <39a>. Si nous les y avons fait figurer cependant, c'est que le motif (e) représente dans La Table l'émergence de ce thème du mutisme des choses (auxquelles seule l'intervention de Francis Ponge donne la parole) qui constitue le thème central, ou mieux : premier, moteur) de l'œuvre. C'est un des mérites du dossier que de permettre de lire, dans un texte, un arrière-texte, lequel, en l'occurrence, est un texte "voisin". Impossible, cela dit, de fixer en quelques mots la "substance" des feuillets en question : <6vo> et <7> nécessiteraient une longue exégèse (nous y reviendrons brièvement ci-dessous pour un détail), ils sont parmi les plus "balbutiants" du dossier, les plus marginaux, en quelque sorte, par rapport au "sujet" (la table). Extrayons seulement du deuxième cette auto-citation - est recopié là, sans référence, le liminaire d'un des premiers textes écrits par Ponge, recueilli dans Proêmes, et que nous avons déjà mis à contribution, "Notes d'un poème (sur Mallarmé)"22 -.

"Le langage ne se refuse qu'à une seule chose, c'est à faire aussi peu de bruit que le silence"

50et cette proposition pour un titre, qui ne sera pas retenue :

"Titre : Le silence de l'Ecriture. Du silence de 1'Ecriture".

51Quant à <48ro>, feuillet titré Lettre à Maldiney et qui, avec les 5 feuillets suivants, consigne des notes de lecture inspirées par l'ouvrage de Maldiney, on y lit, et c'est la première de ces notes :

"vous affirmez : "Cette façon de briser le silence des choses ne s'accorde pas à leur cri muet"
J'aimerais discuter cela ! "

52Nous ne dirons que peu de choses des motifs (i) et (j) dont le lecteur pourra suivre les avatars en consultant notre tableau. (i), motif retenu par EM, est celui qui donne lieu au maximum de travail à travers toute l'étendue du chantier, d'autant plus qu'on peut lui annexer (ce que nous n'avons pas fait), à partir d'appui et de son sens "figuré", tous les développements sur la table qui console, qui fait écrire, etc., bref : un pan entier de La Table. Si (j) n'aboutit pas à EM, c'est - du moins peut-on en faire l'hypothèse - que la charge affective qu'il a pour mission de porter et qui donne lieu à 6 réécritures d'amont et d'aval, amenant 7 fois les mots aime ou amour (voir ce "titre possible" tenté en <61> : DE L'AMOUR DE L'HOMME SCRIPTEUR POUR SA TABLE), voisinant avec estime, admiration, respect, reconnaissance, cette charge s'investira, avec peut-être plus d'efficace, d'une part en cristallisant dans le motif de la table consolatrice, qu'on vient de mentionner, d'autre part en imprégnant de larges fractions du texte, des textes, notamment par l'usage de la deuxième personne et du vocatif à l'adresse de la table.

  • 23  Voici, à la suite, les deux versions du feuillet <19>, où l'on remarquera que la "table rase" de Desca</19> (...)

53Nous avons gardé pour la fin les motifs (a) et (h). <39a> reprend le syntagme table rase à <19>. Mais dans ce dernier feuillet, la locution figurait, d'abord et immédiatement, comme référence à Descartes et au cogito ; et c'est ainsi, quoique dans une version allégée (je serais tenté de dire : mutilée) qu'elle prend place également dans EM23. Dans notre feuillet, au contraire, table rase est inscrit dans la suite (f) (g) (h) qui en limite la signification à sa valeur purement matérielle. Le motif (f), quant à lui, n'est que très vaguement préfiguré dans quelques feuillets où le texte mentionne les objets utiles <9>, pour écrire <18>, tout (l')attirail cendrier tabac, crayons autres (sic) qu'on y étale <9> ou dépose <25> <42>. Pour (g), dont c'est la seule occurrence dans le dossier, sa fonction de lien entre (f) et (h) est évidente.

  • 24  A noter aussi la présence de lampe et de... soleil. <17> : "Une autre (renvoyant à : Ce n'est qu'u (...)
  • 25  Ce dernier texte dans GR.L. (Lyres), 183, Po, 109.
  • 26  Voir aussi <3> : "C'est que je m'imagine mort (pour le monde)" etc., la réécriture, en <8 vo >, du finale du</8></3> (...)

54Le motif (a) est de destin particulièrement intéressant, voire émouvant. C'est pour ainsi dire par acquit de conscience que nous avons fait figurer dans le tableau les feuillets <9>, <17>, <23> et <62> comme manifestant ce motif. Dans tous ces cas, en effet, la table est bien donnée comme meuble parmi d'autres meubles, mais aucun de ces autres que le texte nomme - lit dans les trois premiers, chaise, fauteuil, divan, lampe <17>, siège <62> - n'apparaît dans <39a>. Inversement, aucun autre feuillet que celui-ci ne mentionne pianos, cercueils, bahuts ni armoires. C'est évidemment cercueil qui frappe ici d'abord, comme meuble d'une pièce, cité au même titre que et parmi pianos ou armoires24. Marque de l'attitude de sérénité, de familiarité tranquille, voire joyeuse, devant la mort que disent tant d'écrits de Ponge, de "La Famille du Sage" à La Fabrique du pré, en passant par I"'Interview sur les dispositions funèbres", de 195325. Du reste, la mort est loin d'être absente de notre dossier, l'écriture même de La Table étant à maintes reprises signalée comme urgente, entreprise "pour en avoir, du tout, pour en avoir, c'est l'heure, absolument fini" (texte d'EM)26.

55Mais ce sont plus encore les pianos du feuillet <39a> qui nous arrêteront. Car dans cette distinction posée entre table et piano, quel lecteur de Ponge n'aura pas reconnu l'inoubliable épilogue de Tentative orale, retranscription d'une conférence donnée à Bruxelles en 1947 et à la fin de laquelle, dit le texte, "le conférencier se pencha vers la table" posée devant lui "jusqu'à l'embrasser" tout en concluant de la sorte son discours :

  • 27  GR.M, 262, Po, 268. Autre réminiscence, peut-être, de Tentative orale" dans La Table : "il doit êt (...)

"... Chère table, adieu !
(Voyez-vous, si je l'aime, c'est que rien en elle ne permet de croire qu'elle se prenne pour un piano. J"27

56explorations
Depuis plus de 40 ans qu'elle s'énonce et s'éprouve, on connaît bien la méthode, la "formule d'écriture" de Francis Ponge. On peut l'imiter. Pour autant qu'on sache, cependant, personne que lui n'est encore parvenu à produire un "vrai" texte pongien. Et ce qui frappe en effet à la lecture de La Table, c'est une fois de plus le caractère méthodique, "programmé'; prévisible, du travail accompli et, en même temps, sa liberté, sa subjectivité, ses lenteurs et ses brusqueries, son imprévisibilité.

57Est poursuivie "méthodiquement" l'exploration du signifiant, du signifié, du référent de table. Seront systématiquement interrogés les phonèmes constitutifs du mot oral, les lettres (graphèmes) du mot écrit. Sera mise en évidence la structure (phonétique et morphologique) consonne + "able", notamment par rapprochement avec les mots (les noms) de même structure, comme câble, fable, etc., mais aussi l'appartenance de table à l'ensemble (phonétique) de tous les mots à terminaison en -cible. Longuement, scrupuleusement, le texte s'essaiera à déterminer le signifié de table. A-t-il assigné à la table la matière bois, l'attribut fixité, qu'il découvre bientôt l'existence de tables en verre, en pierre, de tables pliantes, roulantes, mais, note-t-il, "alors il faut le préciser" (<20>, <21>). Autrement dit, si, référentiellement, l'existence de tables en verre, de tables transformables ou "mouvantes" ne peut être niée, il n'en reste pas moins que le signifié de table (hors "précision") comporte bien les traits en bois et fixe. Ou encore le trait "planéité" <47>, d'un mot qu'on pourrait croire emprunté au métalangage d'A. J. Greimas. Plusieurs feuillets consigneront des notes prises à la lecture de l'article table - et de quelques autres - du Littré, ce qui, grâce notamment aux locutions construites sur le signifiant table, investit celui-ci de signifiés nouveaux (table des matières, d'harmonie, de la loi, généalogique, mettre sur la table, propos de table, etc.). Du côté du référent, enfin - mais nous ne faisons que citer quelques illustrations caractéristiques de cette triple investigation -, on notera aussi bien les précisions sur la forme, la composition, la matière, les dimensions ("au moins deux centimètres d'épaisseur" <24>, "à 75 centimètres environ" du sol <31>) de l'objet table, que le rappel de ses destinations usuelles - manger, écrire, déposer des objets, s'appuyer - ou que l'évocation de telle ou telle table réelle rencontrée dans l'existence "Cette merveilleuse <grosse> table de bois blanc, rue des Chanoines, où j'écrivais" <36> (c'est la totalité du texte de ce feuillet).

58Nous voici en pleine subjectivité. Aussi bien ne l'avions-nous jamais quittée ; ou plutôt : nous ne l'avions quittée que par subterfuge. L'allure d'investigation objective et méthodique que nous avons tenté d'attribuer à l'inventaire ci-dessus, nous ne l'avons obtenu que par prélèvement, qu'en en arrachant les éléments aux contextes où ils prennent figure. Rendre compte de la démarche d'exploration réelle, c'est faire intervenir immédiatement au moins trois facteurs.

59Le premier est effectivement l'intervention constante d'un sujet. C'est évident quand le texte rattache (parfois de façon tout à fait arbitraire - ou plus exactement : non explicitement motivée) à la table des éléments autobiographiques : tables rencontrées, donc, opinions politiques, souvenirs du père, ou encore - celui des motifs peut-être le plus constamment repris et développé - notation méticuleuse de la posture de l'écrivain écrivant, devant ou plutôt contre sa table, les pieds dessus. Mais l'intervention du sujet n'est pas moins nécessaire pour décider que, du t initial de table, on examinera à la fois la sonorité et la graphie (pour cette dernière opération on prendra soin de passer à la majuscule) alors que, du reste du mot, seule la face phonique est retenue. Ceci n'est qu'un exemple entre vingt autres.

  • 28  "Tentative orale", GR.M, 254, Po, 260.

60Deuxième facteur. Si exploration il y a, c'est d'une exploration, d'une "opération, la plume à la main"28, qu'il s'agit. Autrement dit, d'une opération qui produit du texte, qui ne se donne même à saisir que par et dans cette production. Même une liste de termes, une citation recopiée, un extrait de dictionnaire, sont immédiatement promus en textes, à la fois dans leur propre manifestation et par leur insertion dans l'ensemble. Les feuillets <25>, <26>, <27> sont entièrement consacrés à des notes prises dans Littré ; d'une colonne de dictionnaire cependant, La Table ne retient environ qu'un dixième, suscitant des rapprochements originaux, modifiant le statut respectif des énoncés. Ainsi lit-on dans Littré, à l'article table :

616° Table d'un instrument de musique, les parties larges d'avant et d'arrière qui supportent le chevalet et qui vibrent à l'unisson des cordes. Table de basse, de guitare, de luth. "Il ne serait pas impossible que les qualités supérieures de certains instruments de musique dépendissent de ce que le plan de leur table d'harmonie se trouve incliné d'un certain nombre de degrés sur la direction des fibres", Savart, Instit. Mém. (...) Le feuillet <26> de La Table (18 octobre 1968) recopie, sélectivement :

"Table d'un instrument de musique (les parties larges d'avant et d'arrière qui supportent le chevalet et qui vibrent à l'unisson des cordes) (le plan de leur "table d'harmonie")

62Où l'on reconnaîtra, rétroactivement, non seulement le matériau brut dont seront construits le feuillet <58> du 5 octobre 1973 et le 3ème fragment d'EM (19 octobre de la même année), mais comme une préfiguration, une "prescience" de ces textes mêmes :

"il te faut devenir la table d'harmonie qui vibre à l'unisson des cordes." <58>

"Vibre donc aujourd'hui à l'unisson des cordes, deviens une table d'harmonie !" <EM>

63Encore s'agit-il en <26> d'un texte dont le travail d'extraction et de recomposition dont il est l'objet n'altère qu'à peine le caractère "métalinguistique". Que penser, par contre - et nous introduisons par là notre troisième facteur - de tous les feuillets qui, non plus transcrivent la science d'autrui, mais imposent leur propre description-interprétation du signe table, sous ses trois faces sémiotiques ? Trois faces que le texte a pour visée constante, essentielle, proclamée (voir <8ro>), de lier ensemble, de "rajointer", au point, d'une part, de les rendre indissociables l'une de l'autre, d'autre part de les renouveler, de les recréer les unes par les autres ? La première prise en compte du signifiant de table (de sa finale en able) est aussitôt versée au compte du signifié : "du latin, adjectifs en abilis, adverbes en abile signifiant "qui peut être" ou "qui doit être"... <4>. La deuxième, au compte du référent : "De la table "T" est la forme, able la matière (le bois) (bien qu'elles ne soient pas toutes en bois d'érable" <6ro>. La première mention du féminin (grammatical) de table conduit immédiatement à la féminitude (sexuée) de la table et, de là, non moins immédiatement, à la naissance d'une affabulation

"La table, qui marche à quatre pattes <ou plutôt qui ne marche pas> c'est bien qu'elle soit du féminin, car elle a quelque chose de la mère portant (à quatre pattes) le corps de l'écrivain [...] <10> (Nuit du 9 au 10 août 1968).

64Affabulation modulée bientôt en d'autres fables, comme celle-ci <23> (Nuit du 7 au 8 oct. 1968) :

"[...] mère fabriquée et durable, la table met au monde les fils <et les filles> du fils, les fils et les filles de la fille [...] ".

65qui n'était peut-être elle-même que la réécriture d'une autre fable déjà inscrite en <9> (non daté) :

"La table généralement quadrupède (plus rétive qu'un âne) [...]"

  • 29  Pour être tout à fait complet, il faut signaler que mère, qui semble issu de féminin en <10>, était dé</10> (...)

66laquelle, pourtant, est très vraisemblablement née d'un autre jeu "métalinguistique" sur les pieds de la table, que le texte ne nommera, il est vrai, qu'un mois plus tard, en <17>29.

67Si donc, en effet, à un certain niveau d'abstraction, la méthode pongienne est toujours la même, sa mise en œuvre, sa pratique est chaque fois presque totalement imprévisible. Il en est de l'investigation méticuleuse du signifiant, du signifié et du référent, de la recherche patiente et acharnée de toutes les possibilités de souder, d'accrocher les uns aux autres, il en est de l'appel à l'expérience personnelle de l'objet, à l'émotion, à la mémoire, il en est de ces procédures planifiées du travail de production textuelle comme des règles de la poétique malherbienne à propos desquelles Ponge - contre Valéry qui voulait croire que "la difficulté [...] donne des idées" - proclamait:

  • 30  Pour un Malherbe, 255.

"Quant à moi, je dirai en effet qu'est poète celui qui a tellement fort quelque chose à dire, quelque émotion à communiquer, qu'il peut s'opposer toutes les règles, tous les obstacles, toutes les difficultés possibles, il n'oubliera jamais ce qu'il voulait dire et il finira toujours par le dire, par le faire passer comme une évidence".30

68Mais l'utilité des règles n'est pas seulement négative, elles jouent un rôle essentiel dans l'aménagement du temps de l'écriture :

  • 31  Pour un Malherbe, 246.

"Il me semble que les règles (exigences techniques) sont posées d'abord comme impératives, pour que la difficulté qu'elles soulèvent, l'obstacle qu'elles dressent, oblige à piétiner, à marquer le pas, à faire comme on dit du "sur place", voire à s'enfoncer, à s'enterrer sur place, comme un assiégeant devant un mur. Cela, à la vérité, dans quelle intention (secrète) ? Eh bien, je crois que c'est pour obliger à attendre, je crois que c'est le moyen d'attendre ; mais d'attendre quoi ? D'attendre, je crois, que se vérifie qu'il n'existe pas de meilleure formulation (que celle qu'on a trouvée d'abord) ; d'attendre au besoin d'autres tours ; de laisser à d'autres expressions ou formulations le temps matériel d'arriver, le temps de sortir de l'oubli et de se présenter, d'apparaître sur le champ de bataille ou sur l'établi où l'on travaille. Pour créer une accumulation de forces"31.

69Ainsi faut-il trois années d'attente active pour que, en novembre 70, la trouvaille de novembre 67 sur la présence en table du suffixe able vienne enfin s'articuler sur celle de septembre 68 notant la "verticalité (détonante) du T" :

"Encore faut-il, pour obtenir table à partir de ce suffixe, obtenir qu'il se tienne debout le dos contre sa colonne d'appui : ce T qui, pictographiquement, la signifie. [...] Ainsi pourrait-on dire que Table n'est que la substantification d'un suffixe qualificatif, indiquant seulement la possibilité pure".

70Mais malgré le cri de triomphe qui accueille cette jonction :

"Voici à quelle magnification de ce mot, de cette notion, nous sommes parvenus ! Et à quelle grandeur peut conduire une analyse. Noble et simple grandeur. La plus brève la plus sobre possible.

La plus Inoubliable aussi, je veux, je peux le croire" <:40>

71à laquelle on peut penser que n'est pas étranger non plus le réinvestissement, dans cette opération, du signifiant appui, dès longtemps mobilisé à d'autres fins ("La Table, quant à moi, est où je m'appuie pour écrire" <3>), il faudra trois autres années encore d'attente pour parvenir à l'émergence de console (du mot et de la chose) qui va permettre la surdétermination réciproque de consoler (consolation, consolatrice), signifiants donnés dès août 1968, et de consolider (signifié présent à cette date sous d'autres signifiants : appui, ne pas m'effondrer, supporter (le corps de l'écrivain)). Et ce sera cette apparition de console, le 4 oct. 73, la recherche lexicographique que le mot déclenche et son aboutissement textuel, le lendemain :

"O Table, rna console et ma consolatrice, table où je me console, où je me consolide.
et qui me consolide." <58>

72qui amèneront très vite, 11 jours plus tard, la réécriture, très légèrement modifiée, de ce double alexandrin et... la clôture du dossier :

73<63> Mardi 16 octobre 73

O Table, ma console et ma consolatrice, table qui me console, où je me consolide
"il faut beaucoup de mots pour détruire un seul mot"

74Il est de la nature, de la logique du texte-dossier de n'avoir pas de clôture, de n'aboutir qu'à lui-même, dans toute son extension. Y compris les formulations balbutiantes, y compris les textes étrangers à l'objet central de la quête, ici de la table. De cela nous voudrions encore donner une illustration, laquelle, au surplus, viendra en renfort des remarques qu'on vient de faire sur l'imprévisibilité du cheminement de l'écriture. Au recto du feuillet <6>, non daté mais que l'éditeur situe en déc. 67, l'auteur note les "mots les plus simples" qui, à l'instar de table, "établissent" la désinence able :

"Cable, fable, rable (mais le a est ici absolument autre) sable table. C'est tout."

75Au verso de ce même feuillet, sous le titre LA TABLE <ECRITE A L'ENCRE> SYMPATHIQUE, quelques notes dont la cohérence, la convergence, ne sont pas explicitées. Risquons une reconstruction. D'une part une opposition : la lecture à haute voix, la lecture en silence, redoublée par : l'oreille, la bouche. D'autre part, l'évocation de la coquille collée à l'oreille, qui en est une réplique, une "incarnation" (et réciproquement), d'autant plus que cette oreille est celle du lecteur, de l'auditeur, "moitié d'ô accolée à l'autre moitié : mon oreille". On le voit, le texte développe un jeu sur le signifiant, graphique ici, là phonétique : "Auditeur, ô dicteur". Cette double thématique (silence / à haute voix, lecture 1 écriture) conduit à cet essai de formulation :

"Lecteur je t'invite en silence à faire en silence la lecture de l'écriture de ma lecture <avec quelques grincements de plume> en silence de ce que j'écris."

76Enfin, dernière portion du feuillet, ces deux notations face à face :

77 On croirait lire un de ces procès-verbaux des jeux surréalistes en forme de question-réponse, trouvailles étincelantes de l'inconscient croisant le hasard objectif...Qu'est-ce que le silence dans la lecture ? Le silence est le sable des bruits. Et on serait tenté, tant est parfaite la courbe de la phrase, riche de résonance la métaphore, de voir ici, enfin, un produit achevé de l'écriture, détachable du travail qui mène à lui, se suffisant à lui-même. Mais ne serait-ce pas manquer au moins une part de l'essentiel, rester sourd à ce glissement que le texte, précisément, signale et qu'il opère sous nos yeux ? Double glissement, en fait. Car à celui qui intéresse en effet le référent - du silence au bruit (avec l'imperceptible grincement de la plume (de l'écriture) dans le silence (de la lecture) ?) - il convient de superposer celui, non désigné explicitement ici mais qui le sera au feuillet <27> déjà cité, qui mobilise le signifiant et qui, à partir de table, non écrit, souterrainement engendre sable. Glissements convergents, bien entendu, qui tous deux disent quelque chose de l'écriture et qui, au surplus, rejoignent, au delà du texte de La Table, la thématique profonde de Ponge, son projet fondamental, l'utopie d'une parole silencieuse accordée au monde muet des "choses".

78Loin de se clore sur elle-même, la "phrase parfaite" renvoie donc elle aussi, autant que toute autre, au procès de la réécriture. Car, d'une part, nous la voyons littéralement naître sous nos yeux, surgir des tâtonnements, des balbutiements de la plume qui cherche. Et d'autre part, alors même qu'aucun autre feuillet ne prolongera le travail ici exhibé - que ne recueillera pas non plus l'Extrait Maldiney - comment ne pas voir qu'à l'égal de toutes les autres pages du dossier, il "constitue" désormais la table, cette table non plus mot, ni chose, ni concept, mais conceptacle, fruit d'un patient et actif processus de destruction-construction :

"II faut beaucoup de mots pour détruire un seul mot (ou plutôt pour faire de ce mot non plus un concept, mais un conceptacle)" <8ro>.

Haut de page

Notes

1  Le Parti pris des choses (désormais PPC), qui réunit des textes datés de 1925 à 1939 (?)) paraît en 1942. Nous citerons le PPC d'après la réédition dans Tome Premier (TP suivi du numéro de la page) et indiquerons à la suite, précédé de Po, la pagination de l'édition de poche. Nous procéderons de même pour toutes nos citations : référence à l'édition "normale", suivie de la référence à l'édition de poche, chaque fois qu'il en existe une (Poésie/Gallimard ou Idées/Gallimard). L'Objeu, dans "Le soleil placé en abîme" (Le grand Recueil. Pièces (GR.P.), 156, Po, 137).

2  Nous avons tenté d'établir ailleurs, comment le "parti pris", tant comme poétique que comme "philosophie", s'articulait avec cet événement décisif que fut, pour Ponge, la mort du Père ("Patrie. Notes pour un commentaire de La Famille du Sage, Cahier de l'Herne : Francis Ponge, à paraître).

3  Voir : Jean-Marie GLEIZE et Bernard VECK, Francis Ponge, "Actes ou Textes", Presses Universitaires de Lille, 1984.

4  Ce qui n'empêche pas F. Ponge d'utiliser, comme tout un chacun et faute de mieux, les termes de poète, poésie, etc., pourtant si souvent récusés.

5  Proèmes (Pr), TP, 155, Po (dans le volume du PPC), 137.

6  TP, 406, Po, 203.

7  Le Grand Recueil, Méthodes (GR.M.), 198, Po, 205. Voir encore, entre bien d'autres textes, la fin des "Berges de la Loire" (la Rage de l'expression (RE), TP, 258, Po, 11), les Entretiens de F.P. avec Philippe Sollers, (ET), 99, "Tentative orale", in GR.M, 254-59, Po, 259-65, etc. et, dans La Table, cette citation d'Horace suivie de sa traduction "D'abord, je ne me mets pas au nombre de ceux que j'appelle poètes" (feuillet <38>).

8  Cette édition (tirage limité à 75 exemplaires) est un modèle de transcription de manuscrit. On est d'autant plus désolé de devoir y signaler quelques erreurs de lecture manifestes, repérables d'après les pages du manuscrit reproduites. I]. faut lire en effet : Feuil let <39>, il suffit de la démonter, et non de la démontrer ; <62>, le siège qui doit, de toute nécessité, se trouver devant, et non retrouver ; beaucoup plus vénielle l'interversion, en <40> de 24 XI 70 en XI 70 24. Les chiffres entre crochets, ici et partout, désignent, conformément à l'édition, les 63 feuillets du dossier, dont 4 divisés en recto (ro) et verso (vo).

9  ET, 99. Echo dans La Table : (Après être sorti du Parti (i.e. communiste)) "je pris mon propre parti : celui de la parole naissante (à l'état naissant)".

10  Louis ARAGON, Matisse Roman, Livre Club Diderot, 1971.

11  L'Ecrit Beaubourg, Flammarion, 1977, p. 13.

12  Ouvrage cité, ci-dessus note 3. Ce sont ces auteurs qui, les premiers (p. 65 et s.) utilisent moviment pour désigner le texte pongien lui-même.

13  Voir notre L'objet du texte et le texte-objet, La chèvre de Francis Ponge, Editeurs Français Réunis, 1980, p. 49 et s.

14  Voir ci-dessus, note 7.

15  Cf. l'"approximation désespérée" qu'est la chèvre, la chèvre texte, sans nul doute, comme la chèvre objet. GR.P, 211, Po, 185.

16  Terme emprunté à Jean BELLEMIN-NŒL, Le texte et l'avant—texte, Larousse, 1972 : "[...] motifs, c'est-à-dire des mots ou groupes de mots dont la valeur est stable (je dirais - Th. A. - relativement stable), dont le signifiant a relativement peu varié" (p. 36);"..." des motifs" (souvent un simple mot, parfois une courte proposition : il s'agit de baptiser commodément des contenus)" (p. 34)

17  Pour la lecture duquel il est nécessaire de s'aider de la transcription des Editions du Silence.

18  Au sens où l'entendent J.-M. Gleize et B. Veck (ouvr. cité) : nous nous inspirons largement de leur technique de lecture, appliquée par eux à une page manuscrite de La Fabrique du pré.

19  Nous signalerons ainsi par l'astérisque tout élément du manuscrit non retenu dans la transcription des Etudes Françaises comme des Editions du Silence - conformément, du reste, au protocole d'édition annoncé.

20  Ressentent est la lecture de l'éditeur. Il semble qu'on puisse lire aussi bien ressautent, guère plus satisfaisant.

21  Plus banale la réduction de sans vibrations aucunes/sans prolongement aucun <39a> en sans vibrations prolongées aucunes (EM). Pas de relais entre ces deux versions. (21 bis). Ici comme ailleurs, dans les citations des feuillets, les énoncés entre crochets consignent les additions (non hiérarchisées) au texte de base.

22  TI', 154, Po 136.

23  Voici, à la suite, les deux versions du feuillet <19>, où l'on remarquera que la "table rase" de Descartes est amenée par le détour de la sensibilité "métalinguistique" au féminin de table, motif apparu en <10> et abondamment exploité par la suite, y compris pour le côté "maternel" de la table qui en résulte :

"Cette table est du féminin <comme est du féminin la Raison elle me parait, en vérité> c'est la raison même. C'est à la table rase (de Descartes) <qu'> évidemment, <en cet instant je songe>, mais sur ou de la table rase <que reste-t-il?> (mauvaise formulation) <En voilà une meilleure> Table rase ayant été faite <(dite)>, qu'en reste-t-il Eh bien, j'en demande pardon à Descartes, il ne reste ni Je ni pense ni je ni suis, ni je pense ni donc ni je suis, il ne reste mais il reste (encore) <incontestablement> la table. Rase ou pas rase <comme on voudra> il reste la table il reste LA TABLE (à laquelle d'ailleurs les majuscules ne conviennent guère) car ce n'est pas un dieu ni un universau.

C'est une table (Ces deux dernières lignes sur le feuillet <20>).

24  A noter aussi la présence de lampe et de... soleil. <17> : "Une autre (renvoyant à : Ce n'est qu'une pièce du mobilier) enfin la lampe (ou le soleil) (par quelque fenêtre) si l'on ne se trouve dans quelque appartement naturel".

25  Ce dernier texte dans GR.L. (Lyres), 183, Po, 109.

26  Voir aussi <3> : "C'est que je m'imagine mort (pour le monde)" etc., la réécriture, en <8 vo >, du finale du "Pré" (Francis Ponge enterré sous le Fenouil et la Presle) ou l'évocation de ces tables de pierre que sont les sarcophages des Alyscamps <44>.

27  GR.M, 262, Po, 268. Autre réminiscence, peut-être, de Tentative orale" dans La Table : "il doit être bien entendu qu'elle (= l'idée de la table) est impérativement liée à celle d'écriture [...] malgré la table du conférencier [...]" <12>.

28  "Tentative orale", GR.M, 254, Po, 260.

29  Pour être tout à fait complet, il faut signaler que mère, qui semble issu de féminin en <10>, était déjà apparu en <6ro> : "Je n'ai plus qu'à écrire sur toi pour (en finir)" porte en suscription. "te dévisager toi-même ("la face maternelle")".

30  Pour un Malherbe, 255.

31  Pour un Malherbe, 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Aron, « La réécriture faite texte », Semen [En ligne], 3 | 1987, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/5573

Haut de page

Auteur

Thomas Aron

Université de Franche-Comté (Besançon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page