Navigation – Plan du site

Linéarité discursive et bouclages énonciatifs dans le discours de Sékou Touré

Alpha Ousmane Barry

Texte intégral

Introduction

1On peut émettre l'hypothèse que la réussite d'un acteur politique ne peut résulter que du « bon mot » lancé au bon moment et de sa capacité à capter l'attention de son auditoire par des expressions langagières suffisamment puissantes. Nul n'ignore les aptitudes oratoires de Sékou Touré dont le succès est peut-être dû au fait d'avoir très tôt pris conscience de l'importance du verbe, au point d'avoir élaboré une technique d’énonciation du discours et enfin d'avoir par la même occasion créé un modèle adapté aux Guinéens. La caractéristique de ce discours guinéen est la transformation des idées générales en slogans ou en directives verbales à des fins politiques. C’est dans la construction linguistique des formules stéréotypées et dans le mode d'énonciation de ces formules que Sékou Touré a su trouver les motifs sûrs de ralliement des Guinéens, car ses discours n'étaient pas destinés à « dire quelque chose », mais à produire des effets. Le mot devient alors un matériau de construction discursive dont la forme et la structure particulières facilitent un enracinement dans la conscience de l'auditeur. Le discours de cet orateur est divisé en séquences dont la rythmique est d'autant plus captivante qu'elle souffle le chaud et le froid et donne l'impression aux auditeurs de suivre un raisonnement logique. La répétition est le second aspect de la composition du discours.

2Les circuits de la production et de la reproduction discursive dans la parole politique de Sékou Touré reposent sur deux types de répétitions qui fonctionnent ensemble. Celles de discours antérieurs qui sont repris ou relatés par l’orateur et les répétitions de mots, d’expressions stéréotypées que nous appellerons slogans, comme le suggèrent les travaux de Maurice Tournier de l’école de Saint-Cloud. En effet, selon cet auteur, tout signe maintes fois répété devient un signal qui agit sans la moindre intervention de la pensée. C’est ce qui explique qu’à travers la répétition de mots isolés, de tournures de langage et de reprises constantes de formules linguistiques, des réflexes et comportements finissent par s'imposer automatiquement et inconsciemment. Heller (1985 : 305) en conclut que la voix qui incarne l’autorité est un médium

servant d'instrument de communication pour transformer l'homme, elle est un moyen de communication entre les hautes sphères et les couches inférieures, entre dirigeants et « dirigés », dans un système dont les signes sont perdus de la même façon, du haut au bas de l’échelle.

3Par ailleurs, c’est à la suite de l’observation du fonctionnement des formules stéréotypées dans la communication politique que Reboul (1975 : 92) définit le discours comme :

[…] une « pensée »  qui arrête la pensée, endort sa vigilance et suspend sa responsabilité ; une pensée qui m'apporte la satisfaction, le soulagement, le plaisir, de penser à ma place  (197 : 92 ).

4Le recueil d’un corpus de discours tenus au fil des vingt-six années du pouvoir du premier président de la Guinée nous a permis de constater que le réglage de l’activité discursive de Sékou Touré est caractérisé par la présence constante dans son discours de traces des dires déjà énoncés dans d’autres occasions analogues. A ce procédé de relations interdiscursives s’ajoute celui de la répétition de mots et d’expressions stéréotypées. Dans le but d’étudier ces phénomènes énonciatifs, nous avons utilisé deux outils d’analyse : le sonagraphe de type Kay 5500 et le logiciel Hyperbase1. Le premier permet de faire l’analyse statistique par le calcul de la fréquence des occurrences. Les occurrences d’une forme lexicale sont un indice énonciatif qui présente un intérêt dans la détermination des univers de référence d’un discours. Le recours au sonagraphe s’explique par le fait que cet outil, qui permet de faire l’analyse de la parole en temps réel, offre la possibilité d’une meilleure approche de la structure du discours de Sékou Touré dans lequel ordre, répétitions, harmonie, constituent la trame des énoncés dont la ponctuation rythmée est un procédé mnémotechnique de captation de l’attention des auditeurs et d’ancrage du cognitif dans leur mémoire. L’intérêt que suscite ce travail d’analyse pose le problème de la formulation d’une théorie de la structure rythmée de ces discours en relation avec leur contenu. Cette relation repose, selon les termes de Maurice Houis (1965 : 68), sur le fait que :

Le besoin du rythme est un besoin vital dans la civilisation d’oralité, car il est un facteur de clarification pour la compréhension du langage parlé, en somme une ponctuation sonore où chaque nouvelle profération est en quelque sorte une re-création.

1. Les slogans à refrains dans le discours de Sékou Touré

5Le discours de Sékou Touré, qui s’inscrit dans un programme de lutte politique, est un prisme où se reflètent les situations sociales et politiques de la Guinée, comme l’illustre le passage suivant extrait de sa communication du 8 novembre 1964 :

Comme le 28 septembre 1958 /Le parti du peuple /le parti de la liberté /le parti de la dignité /dit non/catégoriquement non /définitivement non /

Non à la contre-révolution [... ] / Non à la renaissance du racisme […] / Non à la corruption […] / Non à la subversion […] / Non à la calomnie / Non aux trahisons / Non à la faillite de l’économie / Non à la défaite du peuple /

Et oui à la révolution au progrès social et démocratique

(extrait du discours du 8 novembre 1964).

6L’observation de cet extrait montre que l’orateur rapporte un discours dont il est le porte-parole, même s’il ne s’agit là que de la mise au point d’une forme de refus d’assumer ces paroles qui, d’une certaine manière sont relatées, se réfèrent à un autre discours, celui du 28 septembre 1958. Le rappel de ces repères historiques sert de levain dans le maintien de la concorde nationale et repousse de loin en loin toute forme de diversion. La canalisation de l’opinion publique repose sur l’évocation de liens très forts qui, à un moment donné, ont permis à la Guinée et aux guinéens de constituer un bloc uni pour accéder à l’indépendance nationale.

7Ce discours incantatoire ressemble à un poème organisé en strophes dont le découpage triadique est assez frappant. Par l'expression « le parti » (du peuple, de la liberté, de la dignité), l’orateur efface toute trace de prise en charge de l’énonciation, qu’il fait endosser à un sujet collectif. Cette tendance de l'orateur à s'identifier à une communauté sert à justifier ce qu'il dit par la voix d'un AUTRE globalisant. Les répétitions forment un cadre qui concentre l'attention des auditeurs sur quelques notions essentielles, ce qui réduit le champ des possibilités de réflexion et comprime la pensée dans un labyrinthe semblable à un anneau serré dont la boucle n'offre qu'une seule issue. Ces couplets incantatoires ou slogans à refrains sont des groupes nominaux de concaténations syntagmatiques ou des énoncés plus longs, qui ont l’allure de poèmes dont la composition repose sur le retour régulier de quelques expressions porteuses d’un noyau de significations autour desquelles se greffe la suite.

8Le discours se construit sur une forte cohésion thématique qui attaque la face des adversaires et produit un effet sur l’auditoire par répétition, comme si la parole politique s’énonçait sous une forme poétique dans le but de captiver la pensée de l’auditeur. En effet, l’observation montre que la première strophe définit l’auteur des propos qui s’oppose à des pratiques sociales jugées « immorales ». La qualification de celles-ci par des axiologiques constitue le corps de la seconde strophe. Dans la troisième strophe un nouveau pas est franchi à l’intérieur du discours  où l’activité poétique cède la place à l’activité politique, en apportant enfin le nouveau modèle social introduit par « oui », et en proposant révolution, progrès social et démocratie. Dans l’altérité du modèle ainsi défini s’opposent tous les « non ». Le but de l’orateur n’étant pas de faire une célébration poétique en faisant preuve de talent artistique, mais de prononcer un discours ayant un ancrage poétique.

9Dans le discours du 16 février 1975, qu’on appelle aussi en Guinée Discours-programme ou Charte du 16 Février, il existe deux poèmes incantatoires analogues à celui-ci. Le premier poème est composé de deux strophes, l’une comprend quatre énoncés qui commencent chacun par la même expression « à chaque régime sa » (« son ») et qui définissent des types de société de la manière suivante :

A chaque régime sa morale et le système d’éducation de la classe au pouvoir /

A chaque régime sa base sociale et le système de gouvernement de la classe au pouvoir /A chaque régime son droit et le système de coercition et de dictature de la classe au pouvoir /A chaque régime son économie et son mode de production conformes aux intérêts de la classe au pouvoir

10La seconde strophe s’ouvre sur le type de société que le peuple de Guinée a choisi. A l’issue de l’annonce « le peuple de Guinée a choisi », l’orateur reproduit le groupe verbal « a choisi » en quatre occurrences précédées chacune d’un « il » qui renvoie à « peuple » et auquel Sékou Touré attribue la responsabilité de l’énonciation tout en dressant le profil de la nouvelle société. La séquence de discours se referme sur un anneau dont la boucle confirme dans le poème une ligne de conduite irréversible : « il a choisi et bien choisi ».

Le peuple de Guinée a choisi / Il a choisi la révolution qui est à tous / Il a choisi l ’Afrique son histoire et ses vraies valeurs / Il a choisi l’humanité souffrante et ses objectifs de liberté de progrès dans la justice / Il a choisi et bien choisi la classe […].

11Le deuxième poème correspond à un autre épisode du même discours qui suspend le cours normal de l’énonciation en vue de capter et prendre possession de l’attention des auditeurs. La répétition de l’expression « plus de pitié pour ceux qui […] » en cinq occurrences se présente de la manière suivante :

Plus de pitié pour ceux qui donnent le dos à l’honneur et à la grandeur de la patrie / Plus de pitié pour ceux qui affament et volent les consommateurs et les usagers / Plus de pitié pour ceux qui sans vergogne pressurent et sucent les travailleurs […] / Plus de pitié pour ceux qui par leurs actes indignes veulent obscurcir l’horizon de la jeunesse […]/ Plus de pitié pour ceux qui monnaient leurs fonctions politiques et administratives (....)”.

12Elle ouvre à l’intérieur du discours un corridor d’actions négatives dont les paradigmes donnent un aspect caricatural à toute forme de propriété privée et transforment le discours en plusieurs labyrinthes qui définissent le profil du coupable. L’orateur scande ces slogans à refrains selon une dynamique et une régularité conformes à ses habitudes oratoires, qui sont caractérisées par des ports de voix, en accentuant sur chaque mot essentiel par une sorte d’achèvement. Le discours, qui est opérateur d’une volonté d’agir, transforme la vie publique en un champ politique dominé par une relation confuse entre discours préparé et discours improvisé. Entre les deux figures, la tradition ne se retrouve pas toujours, surtout quand les paroles se doublent d’un chant poétique. Dans une telle situation le risque est grand d’effacer le discours derrière la voix et de traiter la forme des propos comme un ornement où il suffit de soulever les strophes pour y trouver l’orateur.

13La dynamique dans le fonctionnement de ces discours repose sur la co-construction d’une énonciation sur une autre énonciation analogue. Celle-ci apparaît dans cet extrait du discours du 16 février 1975.

Par ailleurs tous les points de la loi cadre du 8 novembre 1964 / et les dispositions de cette même loi cadre de novembre 1968 / non encore épuisées / restent encore en vigueur et vont donc font l’objet d’études minutieuses / et d’application rigoureuse par tous les organismes du parti-état

14Nous pouvons remarquer que les traces énonciatives de références aux discours antérieurs à celui du 16 février 1975 constituent un mode de réflexivité. Cette réflexivité du discours sur lui-même dans trois repères énonciatifs est une des formes régulières de bouclages énonciatifs propres à Sékou Touré. La succession des ancrages énonciatifs au sein du même discours sont l’indice d’une réification des mêmes lois  et des mêmes paroles dont la validité se poursuit dans le temps. D’un discours à un autre, on peut voir défiler en filigrane les mêmes mots, les mêmes expressions stéréotypées et le même mode de construction discursive. L’introduction du thème du discours correspondant à un programme politique, elle est soumise à des procédés énonciatifs qui identifient et caractérisent ce thème. Les ancrages au fil des paroles indiquent qu’un mode d’énonciation se construit dans l’activité discursive et que celui-ci se modalise par réflexivité. Nous pouvons constater par ailleurs qu’une certaine logique, voire un certain maniérisme ne sont pas absents de ce procédé énonciatif de retour constant au passé et de réification du  discours précédent, au point de se forger en habitude oratoire. Parmi les nombreux extraits, le discours tenu le 22 novembre 1970 et celui du 22 novembre 1976 fournissent un exemple frappant de la répétition d’une modalité énonciative.

2. Les répétitions d’une modalité énonciative

15A l’occasion du débarquement des mercenaires le 22 novembre 1970, l’orateur avait adressé au peuple de Guinée deux appels à la nation sur le mode du “TU-Peuple” comme allocutaire collectif, de la manière suivante :

Peuple de Guinée / TU es depuis deux heures du matin ce 22 courant victime dans TA capitale Conakry / d’une agression de la part des forces impérialistes / des bateaux de guerres étrangers stationnent dans TES eaux territoriales après avoir permis le débarquement de mercenaires européens et africains […]

(Discours du 22 novembre 1970)

16Depuis l’échec de ce débarquement de mercenaires, cette date a été érigée en fête nationale, célébrée chaque  année sous le signe d’une victoire sur les forces du mal. Lors de la commémoration du sixième anniversaire de cette victoire, Sékou Touré s’était adressé aux guinéens sur le mode du TU comme le 22 novembre 1970 :

Peuple de Guinée / TU fêtes aujourd’hui dans une allégresse légitime le sixième anniversaire d’une de TES grandes victoires inscrites en lettres d’or au registre du courageux combat que TU n’a cessé de mener contre l’impérialisme et le colonialisme le 22 novembre 1970 […]

(Discours du 22 novembre 1976)

17Dans ces deux extraits la relation interdiscursive ne porte pas sur la reprise d’un énoncé déjà-dit, mais elle fonctionne sur la modalité énonciative. Dans l’un et dans l’autre discours, le TU et ses formes associées (possessif et réfléchis), ont une forte densité qui justifie la centration du discours sur l’allocutaire collectif, comme personne de référence. En abordant l’étude du phénomène de l’ancrage des actes rapportés sur le mode du dire, Anne-Claude Berthoud (1996 : 48) écrit :

 […] les actes rapportés et les retours explicites dans le discours servent eux-mêmes d’ancrages sur l’acte de dire et sur le mode de dire : ils ancrent en quelque sorte le dire à venir dans un dire passé.

18La réflexivité ancre le discours sur la sphère du TU dont l’épaisseur référentielle due à la redondance des marques formelles — 54 occurrences — crée une relation phatique entre l’orateur et l’allocutaire-peuple. Ce type d’enchaînement discursif est un procédé  que l’orateur utilise pour préparer les auditeurs à écouter le discours dont le contenu se joue sur sa valeur référentielle.

3. Les répétitions comme mode de structuration de l’autobiographie de Sékou Touré

19Les phénomènes de répétition dans le récit autobiographique apparaissent dans le discours que Sékou Touré a prononcé à l’occasion de sa visite officielle en France en septembre 1982. En effet, à la mairie de Paris l’orateur s’exprimait en ces termes :

Parmi ceux qui sont là beaucoup sont venus avec générosité / DE CE MONSIEUR Sékou Touré on a longtemps parlé JE ne le connais pas / JE voudrais le voir / qu’est ce que c’est ? / beaucoup sont venus en répondant à votre invitation et beaucoup se posent la question / quel est cet homme ? JE voudrais vous mettre à l’aise / CET HOMME est un fils de la Guinée / CET HOMME est un être simple qui a commencé la vie à 17 ans / qui n’a bénéficié que de l’enseignement primaire / CET HOMME a été brimé tout jeune / un arrêté interdisant au secteur public et privé de lui donner un emploi / CET HOMME n’avait rien / et au moment où pour la première fois son parti le Parti Démocratique de Guinée l’avait choisi pour être candidat député pour le parlement français / il LUI était réclamé cinq mille francs c’est-à-dire cinquante francs français aujourd’hui / CET HOMME  pendant un mois était incapable par lui-même de trouver ces cinq mille francs mais CET HOMME était déjà dans la conscience des travailleurs de Guinée /IL assumait les fonctions de secrétaire général de l’union territoriale des syndicats / et celles plus importantes / de premier responsable de la confédération des syndicats / CET HOMME n’a pu obtenir les cinq mille francs que lorsque les dockers de Conakry ayant appris l’incapacité DU CANDIDAT à se faire inscrire faute d’argent avaient organisé / une souscription pour amener les cinq mille francs / JE SUIS le fruit de mes frères et de mes sœurs / et les femmes de Guinée ont pris position pour CET HOMME unanimement / CET HOMME  avait aussi été soutenu par les jeunes parce qu’il avait dirigé le mouvement de la jeunesse mais / CET HOMME était esclave d’une tradition familiale / MES deux grands parents  ont  assumé un rôle de premier plan / car MES grands parents  étaient empereurs les deux sont morts en exil / l’un à Madagascar / l’autre au Gabon / CET HOMME donc n’a aucune haine à l’égard de qui que ce soit / MON collègue le président de la république française Monsieur François MITTERAND était un ami personnel / J’ai appartenu au même groupe parlementaire que lui / le groupe U.F.R.-R.D.A. / Monsieur Félix Houphouet BOIGNY était notre Président  mais j’étais vice-président du Rassemblement Démocratique Africain / et premier leader syndicaliste africain / JE voudrais que vous reteniez une seule image c’est celle d’un HOMME sincère d’un HOMME qui n’a aucun complexe / UN HOMME qui n’a aucune rancune / UN HOMME qui voudrait bâtir avec les Français un avenir merveilleux de coopération avec la France et son pays / cela est sincère.

20L'embrayage du discours autobiographique s’installe sous la forme d’une question qui arrache l'auditeur de son statut de spectateur passif et l'oblige à prendre position au moins dans son for intérieur. En effet, l’utilisation de « Qu’est-ce que » comme forme interrogative ne s’utilise en français que pour les objets ou les choses. Cette chosification de l’orateur, reprise par l’expression « Ce Monsieur Sékou Touré », est une trace de reprise-reformulation du discours de ses détracteurs. L'autobiographie chez Sékou Touré est une série d’épisodes et de péripéties à travers lesquelles l’orateur se tisse une identité. Du petit garçon renvoyé injustement de l’école, au président des destinées de la Guinée, l'orateur fait voyager ses auditeurs à travers les recoins de son histoire personnelle, où on peut observer le défilé en filigrane des périodes sombres faites de déboires dont le souvenir est amèrement ressenti. À celles-ci succèdent des périodes de victoires célébrées avec faste. Ce long voyage dans un tunnel ténébreux débouche sur JE-ICI-MAINTENANT en situation de communication. Tout le passage est tissé d'une scène où s'affrontent partenaires et adversaires en vue de l'accession de la Guinée à l’indépendance nationale et de l’instauration de la révolution qui, aujourd'hui, s'efforce à résister aux assauts « de l’impérialisme et de ses valets ».

21Chacun des épisodes du récit s'ouvre par une porte d'accès dont le code est : « cet homme », qui en raison des multiples péripéties de l'histoire de la vie de Sékou Touré est repris à chaque marche de l’escalier sous forme de refrain. La variation du code d'accès de « cet homme », à « un homme » et de ce dernier à « Monsieur Sékou Touré » semble répondre au souci de rompre avec la répétition constante de « cet homme ». A travers des labyrinthes, les coulisses du JE mènent progressivement au Sékou Touré, jeune garçon victime d’exclusion et d'injustice sociale, l'adolescent de 17 ans qui, au sein de ses camarades, organise la lutte, le syndicaliste candidat au parlement français à qui il manque 50 francs français de caution, et bénéficiant du soutien des jeunes, des femmes et des travailleurs. Ensuite c'est l'ascension du maire, celle du grand syndicaliste africain, vice président du R.D.A. et collègue de François Mitterand. Bref, c'est l'homme qui s'est donné corps et âme pour perpétuer une tradition familiale, celle de la lutte contre l'envahisseur étranger et qui a dit non au Général De Gaulle. L’orateur parle de lui-même comme si c’était une autre personne. L’espace du discours est traversé par une hétérogénéité intradiscursive car tout se passe comme si l’entrée  en transe du sujet dans son discours le transportait dans un ailleurs imprévisible et le transformait par la même occasion en un autre sujet. Ce dédoublement ressemble à une véritable introspection au cours de laquelle le sujet dans le monde se transforme en monde du sujet, c’est-à-dire que le JE qui semble rester en retrait a son œil qui regardeCe Monsieur Sékou Touré remplir ses devoirs de citoyen patriote. Parler à la troisième personne en se nommant par son propre nom résulte d’une opération légitime de construction de son identité imaginaire, certes comme toute identité, mais nécessaire à la vie. Abordant le phénomène de la construction identitaire, Philippe Lejeune (1996 : 53) écrit :

On construit à loisir l’image de sa vérité en toute bonne foi, en se sentant le droit d’arranger, de choisir, de taire, d’exagérer. Droit de la personne sur son image, droit de l’écrivain sur son écriture (ou de l’orateur sur son discours), tout concourt à donner à ce qui est écrit (ou dit) liberté et bonne conscience.

22Le JE qui, apparemment, s’absente par moment, s’installe dans une double énonciation en donnant l’impression d’une voix fabriquée qui se mime elle-même. Dans ce procédé de délocution se dessine la démarcation entre l’individu et le personnage politique. Cette oscillation référentielle n’est pas à appréhender comme une manière indirecte de parler de soi, mais comme une autre manière de réaliser son en-soi sous la forme d’un dédoublement. L’énonciation qui se donne en spectacle, déploie un réseau de valeurs qui régulent la vie sociale des individus. Les figures du sujet et de son discours montrent que l’ici et l’ailleurs de la personne ne se structurent pas toujours en termes d’inclusion et d’exclusion claires, mais le discours met en relation souvent fluctuante le JE dans les différentes formes d’un sujet en porte-à-faux face à ses auditeurs.

4. Mise en scène du discours relaté par la question oratoire

23La circularité dans le discours de Sékou Touré se présente aussi sous la forme d’un dialogue simulé et/ou relaté, dans lequel l’un des protagonistes est l’orateur lui-même qui, dans un récit de la vie quotidienne, joue à la fois le sujet parlant et le personnage, en posant des questions qui, dans une certaine mesure, semblent s’adresser aux auditeurs, mais auxquelles il répond lui-même. Dans son discours du 18 septembre 1977, par exemple, Sékou Touré s’adressait aux femmes de Conakry en ces termes :

quand en 1947 le parti se créait / Pause 68 cs / qu’avons-nous dit / Pause 37 cs / dans chaque village ou quartier des riches nous n’en voulons pas / Pause 172 cs / des injustes nous n’en voulons pas / Pause 132 cs / des voleurs nous n’en voulons pas / Pause 135 cs / des menteurs nous n’en voulons pas / Pause 190 cs / Nous voulons les hommes qui suivent le chemin du prophète tracé par Dieu […]”

24Le discours rapporté, dans une poésie politique scandée, ménage un espace de parenthèses et de répétitions par réification de discours et par retour régulier des mêmes expressions comme des rafales qui replient le discours en un cercle vicieux de paroles ou boucles réflexives. La scansion de ces slogans de dénégation, observable au niveau du découpage périodique en pauses, se termine toujours par une prise de position contraire à ce qui est rejeté. L’orateur rappelle à ses auditeurs à travers sa conduite discursive, une conduite politique de fidélité à la ligne qu’il s’est tracée depuis 1947. Ce mode énonciatif qui transforme les auditeurs en spectateurs, place ceux-ci dans une situation de culpabilité silencieuse. Pris au piège dans une argumentation dialectique, les auditeurs se constituent eux-mêmes en coupables par évidence. La religion sur laquelle repose la construction d’une communauté des destins permet par amalgame d’assimiler commerçants, planteurs, industriels, etc. , à des injustes, à des voleurs, à des menteurs, mais aussi à des mécréants. Le rejet de ces couches sociales privilégiées permet ainsi d’entretenir une atmosphère de haine au niveau des autres couches de la population et de pincer la fibre nationale en cultivant un courant d’opinion favorable aux actions politiques en cours. La mécanique discursive installe dans la parole politique une relation entre, d’une part, passé et présent, et de l’autre, discours et slogan, se proposant  d’exercer un effet manipulateur sur l’imaginaire public, en créant une équivalence entre une catégorie d’activités sociales et un type de comportements immoraux. L’évocation de Dieu et du prophète  montre l’incursion du religieux dans le politique comme outil efficace d’emprise sur l’individu et la société.

5. Le discours relaté anticipé

25La forme de discours relaté qui paraît présenter le plus de particularités dans le discours de Sékou Touré, c’est celui qui consiste à rapporter un discours anticipé par rapport à une instance d’énonciation qui n’est pas encore, mais qui est à venir. Ce discours prédicateur attribué au tiers-parlant permet de prévenir par anticipation la réaction de ce tiers-parlant. Le 29, avril devant les populations de Labé, Sékou Touré affirmait :

demain quand nous quitterons ils diront mais le président est venu vous insulter / c’est les mêmes à Faranah et à Kankan qui disaient / le président est venu vous traiter de cafres et de tout / mais nous nous avons choisi la vérité nous mourrons pour le triomphe de la vérité / […]

26Dans cet extrait l’orateur met en relation quatre situations d’énonciations : celle en cours de réalisation à Labé qui anticipe sur un discours futur et celles de deux discours déjà tenus en février 1975 à Faranah et à Kankan. Les intentions discursives prêtées au tiers-parlant assurent une prédication entre l’à-dire et le déjà-dit dont la raison d’existence repose sur la seule affirmation de l’orateur. Ce mode de reproduction discursive est assimilable au discours “de la rumeur publique” Nous pouvons cependant en déduire que l’orateur, qui se met à la place des auditeurs, mesure la portée des propos qu’il a tenus en énonçant par anticipation le discours que ceux-ci devraient logiquement tenir. Même si ce discours est hypothétique, il laisse entendre que celui tenu par l’orateur porte atteinte au code de conduite discursive, comme nous le montre en exemple une des traces énonciatives de vitupérations adressées aux populations de ces trois régions de la Guinée :

les racistes sont ici / les cafres sont ici / les ennemis de la vérité / les ennemis du progrès sont / ils mentent à longueur de journée / ils disent aux éleveurs / ah on veut vous prendre vos bœufs si jamais vous les rassemblez le gouvernement va tout prendre / voilà les adeptes de cheytane c’est le travail qu’ils font / c’est les mêmes qui disaient aux paysans ici n’acceptez pas l’indépendance les hommes qui vous parlent ne peuvent même pas fabriquer une aiguille […].

27Le discours de Sékou Touré recompose un circuit de paroles en une chaîne de recommencements incessants entre le dire, le déjà-dit et l’à-dire, au point que la parole qui n’apparaît pas sur un fond neutre est le début d’un fil conducteur se repliant en boucles énonciatives. L’orateur énonce ses paroles dans l’ambivalence d’un dynamisme et d’un retour au passé. Ces paroles reconstruisent l’histoire de la vie politique de la Guinée en un circuit discursif hétérogène à l’intérieur duquel réponse, écho, renvoi ou rejet de la parole des autres maintiennent l’auditoire dans une situation de tension entre, d’une part, homogénéité et monolithisme déclarés, et d’autre part, hétérogénéité fondamentale. Cette hétérogénéité qui se manifeste par la présence de discours adverses antérieurs dans le discours de l’orateur, n’est pas un simple dialogisme énonciatif, mais une situation conflictuelle des êtres sociaux que représentent les protagonistes de la communication. Le phénomène syntaxique de l’enchâssement et les axiologiques sont des traces énonciatives de la réfutation des énoncés antérieurs adversatifs par un orateur agent et acteur des objets et des processus discursifs dont le dire s’efface derrière son faire voir, et qui prend les auditeurs comme témoins d’une situation.

6. L’autocitation ou le discours autonymique de Sékou Touré

28L’autocitation ou discours autonymique de Sékou Touré est un procédé de sacralisation de la parole du chef de l’Etat guinéen. La mécanique fondamentale de cette parole repose sur le discours rapporté  qui fait du président un prédicateur. Dans ce mode de relations interdiscursives, la parole relatée est la confirmation de la véracité du discours prédicateur résultant d’une recomposition du circuit énonciatif en paroles bibliques et en écho de ces mêmes paroles bibliques. Au cours de l’année 1976, par exemple, Sékou Touré engage une vaste campagne dont le thème porte sur le racisme qu’il attribue à l’une des composantes de la population guinéenne. Et à Labé le 29 avril 1976 l’orateur soutenait :

Au mois de janvier encore ils viennent de tenir un congrès à Paris / ils étaient avec nous / ou nous étions avec eux / et certains sont en mission à Labé / ils sont à cette réunion / ils me voient / je les vois / grâce à Dieu grâce à la société moi je les connais […] / ils n’ont pas tiré les leçons […] / ils auront encore honte […] / ils ont dit on ne peut pas changer la Guinée / mais il faut arriver quand même à tuer les cadres dont le président / ils ont introduit des hommes / il y en a à Labé comme je viens de vous le dire / certains sont à Conakry […]

29Dans cet extrait de discours l’orateur feint de désigner du doigt ceux qu’il appelle « agents de la cinquième colonne » et dont il rapporte les paroles. Celles-ci semblent plus appartenir à la seule pensée de l’orateur, qu’au résultat d’une véritable énonciation du tiers-parlant. Ces propos de l’orateur et ceux attribués au tiers-parlant, comme dans un moule original, sont relatés dans un autre discours, celui du 2 août 1976 :

Nous disons à tous / relisez le texte de l’intervention de Labé en avril dernier et ensuite en mai dernier / qu’est-ce qui a été dit en substance ? / Dans cette salle il y a des agents de la cinquième colonne / d’autres nous attendent à Conakry / tous sont décidés à renverser le régime / ils ont confiance en leur pouvoir de destruction / ils minimisent les capacités de la révolution / ils utilisent le racisme pour induire en erreur les populations de la Moyenne Guinée / nous tenons à les prévenir / car il est encore temps, qu’ils vont échouer dans leur tentatives / et les conseils que nous leur donnons ne seront pas entendus par eux / parce que leur conscience est bouchée / ils passeront donc à l’action / ils passeront à l’action / mais qui nous permettront d’affirmer à l’avance / qu’ils seront pris / les populations de Labé / vous les entendrez encore / qu’avant cela même / dès que nous aurons quitté Labé / ils vous diront que nous sommes venus vous insulter/[…]

30La comparaison de ces deux extraits de discours montre que la configuration énonciative relève d’un phénomène d’autocitation littérale au cours duquel l’énonciateur construit à l’intérieur de son discours un acte d’énonciation unique à deux niveaux distincts, chacun renvoyant à l’autre comme les deux faces d’une médaille. Ce mode énonciatif que Jacqueline Authier appelle modalisation autonymique après Josette Rey-Debove (1978) ressemble à la relation de coexistence entre le discours dans la Bible ou dans le Coran et le commentaire religieux de l’imam ou du prêtre. Le discours de Sékou Touré renvoie dans ce cas à un extérieur pour confirmer par retour une vérité  en ajustant son dire à lui-même, qui se redouble de sa représentation pour devenir un acte modalisateur par prophétie. En plus de la structuration par des pauses dont la durée est frappante, l’intonation apporte un relief à certains mots qui constituent des repères énonciatifs que l’orateur laisse à l’attention des auditeurs. La comparaison entre tracés d’expressions répétées par redoublement, montre que l’intonation assume une fonction de confirmation dans l’un des cas par rapport au jeu de la prédication que l’orateur dévoile dans les termes suivants :

Nous rappelons ces faits pourquoi ? / parce que la révolution nous enseigne / que c’est la pratique qui actualise la théorie / si ces vues ont été annoncées pour traduire par anticipation les manifestations attendues de la lutte des classes au sein de notre peuple / voilà que la pratique s’est imposée / et que les choses se sont confirmées / ce qui veut dire que nous serons à même de défendre les intérêts supérieurs de la nation […].

31L’acte de ré-énonciation du discours prédicateur répond à une visée pragmatique de manipulation de l’opinion. Le discours qui prédit a pour fonction modalisante de préparer l’opinion à une situation future et d’entretenir dans les rangs de la population une psychose afin de les enraciner dans le projet politique mis au point à l’avance. Le discours relaté qui est la confirmation de la prédication écarte de loin en loin toute possibilité de doute, voire de contestation et installe dans le cœur de tout un chacun une croyance collective.

7. L’articulation de discours relatés en séries

32La circularité du discours de Sékou Touré se manifeste par des phénomènes assez particuliers d’articulation entre plusieurs sources énonciatives qui transforme le discours en une série de paroles relatées.

quand nous avons dit / Pause 68 cs / dans le message du nouvel an / Pause 63 cs / peuple de Guinée / Pause 152 cs / cheytane 75 est mort / Pause 161 cs / mais laissant en vie / Pause 63 cs / cheytane 76 / Pause 270 cs / qui se manifestera au cours de l’année mais qui comme cheytane 75 sera battu par la révolution les faits actualisent la théorie  mais cheytane 76 s’est manifesté / Pause 213 cs / et tout récemment / Pause 124 cs / nous reprenions à Forécariah / Pause 172 cs / le texte de l’intervention de Forécariah est publié dans le numéro de Horoya d’aujourd’hui à la page 50 de Horoya nous disons  /Pause 219 cs/ on a beau / Pause 25 cs / être grand / Pause168 cs / c’est grâce /  Pause 46 cs/ au peuple / Pause160 cs/ on a beau être intelligent / Pause 131 cs / c’est grâce / Pause 29 cs / au peuple/ Pause 25 cs / instruit capable / Pause 62 cs / grand cultivateur grand menuisier / Pause 49 cs / grand conducteur grand orateur grand écrivain / Pause 163 cs / c’est toujours grâce / Pause 252 cs / à la société / Pause 178 cs / / qu’ON apprend le tout  / Pause 128 cs / la société grâce à laquelle ON vit / MAIS […]

33On peut observer que l’orateur a recours à trois procédés énonciatifs:

34• intervenir au présent en embrayant le discours au passé, ce procédé consiste à articuler plusieurs situations discursives, où le discours en cours d’élaboration répète les propos déjà-dits comme indices vériconditionnels par rapport à l’actualité politique. Les propos tenus par l’orateur à Forécariah sont une reprise du Message à la Nation à l’occasion du nouvel an 1976, propos qui eux-mêmes sont relatés dans le discours de celui-ci en cours d’énonciation, et dont il donne les références complètes. Les découpages en pause servent, d’une part, à marquer la distance entre discours citant et discours cité, et d’autre part, à imprimer un rythme scansif et régulier, comme des rafales de paroles. En dehors des séquences de discours citant et ceux qui annoncent la transition, comme “tout récemment”, marqués par une montée de la voix, on note une sorte d’achèvement de la voix sur chaque mot qui précède une pause. L’accentuation de « grand » et « beau » pose les repères énonciatifs que l’orateur laisse à l’attention des auditeurs ; ces syllabes sont marquées par des pics.

35• dédoubler le discours est un procédé qui permet à l’orateur de construire un argumentaire par accumulation de faits. Il en tire une conclusion qui elle-même est une parole de l’adversaire qu’il mime. Parmi les multiples exemples, nous avons identifié deux cas particuliers de discours mimé qui servent de conclusion :

[…] d’où le mot d’ordre exprimé en français et en peul de la situation particulière du Fouta

( Discours du 2 août 1976 )

[…] et non parler toujours de racisme […]

(Discours du 22 août 1976).

36Ce procédé correspond aux caractéristiques du discours décrites par Louis-Jean Calvet (1976 : 82) comme suit :

Le « discours de l’autre » annonce à la fois l’altérité parlante de mon propre discours et l’expérience que je fais d’une parole adverse.

37La relation que l’orateur établit, d’une part, entre ses différents discours, et de l’autre, entre le sien et celui de l’adversaire qu’il mime, repose sur une cohérence biface, l’une tournée vers la singularité de l’individu, l’autre vers la pluralité des relations du sujet politique. Cet enchaînement énonciatif est la parole des autres à laquelle Sékou Touré oppose sa propre éthique du dire.

38• les répétitions forment à l’intérieur du discours un circuit discursif qui le referme sur lui-même, comme si l’orateur résorbait ses propos dans un dire poétique, indice d’une emprise répétitive dans la totalité du discours, d’un poème qui équivaudrait à un code de lois érigé par un législateur.

on a beau être grand c’est grâce au peuple / on a beau être intelligent c’est grâce au peuple /on a beau être instruit capable / grand cultivateur /grand menuisier /grand conducteur /grand orateur /grand écrivain / c’est grâce à la société qu’on apprend le tout / la société grâce à laquelle ON vit / MAIS […]

39La discours qui s’ouvre sur le thème de « être » avec une reprise triadique de l’expression « on a beau être […] », embraie l’énonciation sur la modalité de “grandeur” qui introduit six occurrences de « grand ». La répétition ainsi instaurée donne au discours une allure énumérative dont le rythme rappelle un poème récité ou des slogans scandés. Le recours à ces moyens rhétoriques n’est certainement pas un hasard pour l’orateur qui organise ses discours en slogans de telle manière que ceux-ci fassent mouche, comme s’ils concentraient l’essentiel de sa pensée ou, tout au moins, de ce qu’il tient à faire entendre aux auditeurs. L’orateur tisse dans ces poèmes beaucoup de sujets politiques, dans le but non pas d’en faire une brève rétrospective historique, d’en conserver la mémoire, mais de justifier une conduite politique par une stratégie discursive qui navigue entre la poésie-action et la poésie-commentaire de l’action politique.

Conclusion

40L'origine de l’influence que ces mots ou expressions exercent en secret sur les auditeurs, caractérisée par une symétrie des répétitions, se perd dans la nuit des temps. L’automatisme que ces paroles déclenchent chez les auditeurs rappelle la puissance mystérieuse du verbe dans les paroles incantatoires des sociétés traditionnelles africaines. Même si les effets attendus sont différents, les moyens pour y parvenir ne changent pas beaucoup, au point qu’il ne serait pas exagéré de dire que le discours politique de Sékou Touré se sert des mêmes méthodes que les prêtres et sorciers, afin d’obtenir des masses qu’elles aient foi en son système. Les ressources sonores de ces formules poétiques confèrent au discours un effet incantatoire et magique. Le développement d’une mémoire auditive au détriment d’une mémoire cognitive montre toute l’emprise que l’audition quotidienne des mêmes paroles exerce sur les destinataires.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER Jacqueline [1982] « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », in DRLAV 26 (pp. 91-151).

BAKHTINE Mikhaïl [1975] Esthétique et théorie du roman - Gallimard.

BANFIELD Ann [1995] Phrases sans paroles : théorie du Récit et du style indirect libre - Seuil.

BENVENISTE Emile [1966] Problèmes de linguistique générale - Gallimard.

BERTHOUD Anne-claude [1996] Paroles à propos, approches énonciative et interactive du Topic - Ophrys.

COMPAGNON Antoine [1979]  La seconde main ou le travail de la citation - Seuil.

FLAHAULT François [1978] La parole intermédiaire - Seuil

FOLKART Barbara [1991] Le conflit des énonciations : traduction et discours rapporté - Editions Balzac (Collection l’univers des discours).

LEJEUNE Philippe [1996] Le pacte autobiographique - Seuil).

LEJEUNE Philippe [1980] Je est un autre : l’autobiographie de la  littérature aux médias - Seuil.

PEYTARD Jean [1992] Syntagmes 4. - Annales littéraires de l’université de Besançon, Diffusion les Belles lettres.

REBOUL Olivier [1975] Le slogan - Complexe / P.U.F.

REY-DEBOVE Josette [1971] « Notes sur une interprétation autonymique de la littéralité : le mode du “comme je dis”« in Littérature 4, (pp.90-95).

REY-DEBOVE Josette [1978] Le métalangage - Robert.

Haut de page

Notes

1 Étienne Brunet, UNSA-CNRS.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alpha Ousmane Barry, « Linéarité discursive et bouclages énonciatifs dans le discours de Sékou Touré », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 13 avril 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://semen.revues.org/1869

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page