Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Pourquoi toute une vie, une grande part de ma vie avec les Pygmées ?

2Je fais partie de ce petit groupe qui s’efforce de suivre les traces du P. de Foucauld qui n’est pas seulement un explorateur du Maroc ou un ermite du Sahara, mais un converti au christianisme qui a voulu de toutes ses forces et avec toute sa fougue suivre concrètement le Christ dans sa vie de Nazareth, vie silencieuse au milieu de gens ordinaires et pauvres, inconnus ou méprisés, des sans voix, avec eux et le plus possible comme eux. Est écartée dès le départ la perspective d’une oeuvre scientifique pour la société de Géographie ou littéraire ou linguistique avec ses dictionnaires comme les recueils de langue des Touarègues à Tamanrasset. Aucune recherche de gloire personnelle ou de profit mais le don de sa vie par amitié pour les pauvres à cause de ce qu’il comprend de l’Evangile : aime ton frère.

3Les missions, les ONG aujourd’hui accomplissent des œuvres utiles et indispensables (écoles, dispensaires, hôpitaux) mais l’œuvre fixe une activité intermédiaire entre le moi et l’autre et on ne cherche pas forcément ni complètement à connaître et respecter l’autre. Le don de sa vie en pure gratuité d’amitié va beaucoup plus loin.

4Pour moi l’implantation parmi les Pygmées est venue en second. En premier il s’agissait de vivre avec les Noirs d’Afrique. Je suis originaire du pays nantais et beaucoup de familles de cette région se sont enrichies du commerce des esclaves.

5La connaissance des Pygmées s’est faite dans l’ancien Congo belge, en 1955 avec les Pygmées Bambuti. Et j’ai pu commencer une « fraternité » parmi eux en 1957 après un an à Anvers pour faire Médecine Tropicale. Après l’Indépendance du Zaïre (1960), je retourne en Europe en 1964 puis je reviens au Cameroun où j’ai  vécu chez les Pygmées Baka de 1969 jusqu’en 2000.

6Là il m’a fallu faire l’apprentissage d’un langue nouvelle, non encore étudiée. Je n’avais pas  de formation linguistique, mais j’avais appris d’autres langues auparavant comme le bassa au Cameroun, le kiswahili au Congo belge. Je suis parti des sons et j’ai  vite compris qu’il fallait noter aussi les ‘tons’ car c’est une langue toute de musique, ce qui n’est pas familier pour nous Européens. J’ai été aidé par un professeur de Yaoundé (Cameroun) et plus tard par certaines personnes du CNRS (LACITO1) de Paris.

7Avec les Pygmées je me suis toujours senti comme en famille, sans aucun complexe de part ni d’autre.  Je suis né dans une famille pauvre et me trouvais à l’aise avec eux. On a vite fait de se connaître de se comprendre, de s’aimer. Un jour dans une petite mission une sœur s’étonnait de nous voir souvent ensemble avec l’un de mes amis baka qui lui a répondu « Robert et moi, on est « un » ». C’est la plus belle récompense que j’ai reçue d’un Pygmée. Je me sens « un » avec ce peuple.

8Je suis passionné par eux, leur trouvant d‘énormes qualités de finesse, d’astuce, de connaissance de leur monde, d’humour, d’endurance aux insultes et au mépris. En effet ils étaient et sont encore méprisés comme « animaux de la forêt, « nyama ya pori » en swahili, ou « so na bele » en baka. Pourquoi ? Parce qu’ils vivent en semi-nomades, n’ont pas de papier d’identité, de vrais habits, de maison, d’argent, de métier,  bref aux yeux des autres (villageois ou Grands Noirs), le rebut de l’humanité... Leurs valeurs sont bien éloignées de la rentabilité économique et de l’utilitarisme qui prévaut. Les gouvernements africains notamment ont tendance à voir leur identité comme un obstacle à l’intégration. Et les plans gouvernementaux - qui cataloguent  tous les Pygmées comme agriculteurs devant produire café, cacao, bananes, plaintains, devant payer l’impôt, être stabilisés, scolarisés- tendent à désintégrer leur société pour les dissoudre parmi les autres, les standardiser plutôt que de reconnaître leur civilisation2.

9Le nom « Pygmée » viendrait d‘Hérodote  (pygmaios ) le « petit », haut d‘une coudée (on dirait aujourd’hui « haut comme trois pommes »). Une expédition du pharaon Néferkaré (ou Meferkara) avait été envoyée en Egypte à la recherche des sources du Nil. Et on avait ramené à la cour de ce Pharaon un  « échantillon » de ces hommes de la forêt, trouvé près des Montagnes de la Lune (actuel Riuwenzori) c’est-à-dire un Mombuti ou un Mulese. On lui faisait danser la « danse des dieux » : « Salut au danseur de Dieu, à celui qui réjouit le cœur, à celui vers lequel soupire le roi Meferkara, qu’il vive éternellement » (vers 2400 av. J.- C.).

10En 1958 ou 59  à la frontière  entre le Zaïre et l’Ouganda j’ai rencontré quelqu’un qui avait le projet de monter un spectacle avec les Pygmées, assez dénudés à l ‘époque, en leur faisant porter des rustines phosphorescentes aux bons endroits  pour rivaliser avec les Folies Bergères. En 1969  alors que je voyageais à travers les différents campements de l’Est Cameroun un père de famille Baka me fit part de ses inquiétudes. La femme d’une des personnalités de la capitale de passage dans la région désirait avoir un enfant pygmée dans sa maison (sous prétexte de l’éduquer ?). Plus récemment des Pygmées de l’ethnie Baka ont été exposés dans le parc animalier de la ville d’Yvoir en Belgique comme de vulgaires animaux de foire3. Il y a deux ans une personne bien placée à Paris réussissait à faire venir du Cameroun des Pygmées Baka pour un « spectacle » à Blois et en Europe, pour « promouvoir leur talent promoteur » (sic) Ainsi la curiosité du Pharaon Néferkaré continue….

11« Ce sont mes Pygmées » Pour le villageois bantou, qu’on nomme aussi Grand Noir, le Pygmée  n’est sûrement pas son égal, mais il a besoin de lui. Il peut chasser, il connaît les sentiers de la forêt, il est assez malin pour affronter le gorille, le léopard , l’éléphant, pour grimper aux arbres et en rapporter du miel. Il défriche les plantations, fait les récoltes de café ou de cacao, fait des transports, cherche les bois de construction, les lianes, les feuilles de toiture. Un chef bantou de la région où j’étais avait reçu le prix du meilleur planteur de cacao du secteur avec médaille etc. : il avait un campement de 200 Pygmées Baka en sa possession. Chaque camp pygmée appartient à un chef de village, chaque famille pygmée à l’intérieur du camp appartient à une famille du village. Bien sûr ce ne sont pas tout à fait des esclaves (bien qu’un anthropologue camerounais ait utilisé ce terme) : ils peuvent toujours s’enfuir en forêt si on les ennuie trop. Mais les Pygmées ont besoin de leurs « maîtres » villageois pour leurs outils de chasse, (lance, hache) leurs habits (vieux habits du villageois), leurs achats. Il n’y a pas si longtemps quand le garçon pygmée avait trouvé sa belle dans un autre camp, le palabre du mariage va se faire entre les deux propriétaires villageois.

12Le mode de vie des Pygmées rejoint celui de nos ancêtres : depuis deux millions d’années que l’homo faber est sur terre, durant 99% de cette période, il a vécu comme chasseur-collecteur.

13Pour ce qui est de la langue des Pygmées, certains ont pensé que leur idiome d’origine aurait été oublié au profit du parler des villageois avec lesquels ils sont en contact. D’autres qu’ils auraient une langue secrète reste de leur langue originelle qu’ils emploieraient dans certaines circonstances, pour ne pas être compris des villageois. D’autres qu’ils parlent les langues de leurs voisins en les déformant en fonction de leur culture spécifique et toutes sortes d’autres élucubrations.

14En fait le « peuple de la forêt » s’étendant de part et d’autre de l’équateur depuis le Cameroun, le Gabon, le Congo Brazzaville à l’ouest, jusqu’au Rwanda-Burundi à l’est connaît de nombreuses langues qui n’ont rien de commun entre elles. D’ailleurs les Pygmées ne se ressemblent pas tous physiquement et  n’ont pas les mêmes coutumes de chasse, de danse, ni les mêmes outils de chasse. On a affaire à une diversité de peuples ou d’ethnies avec des langues différentes.

15Pour le baka, il s’agirait d’une langue oubangienne (non bantoue) alors que la population  vit en milieu bantou.  Mais elle est apparentée à la langue aka, qui elle est une langue bantoue. Les deux peuples sont proches, de part et d’autre de la rivière Sangha, qui fait frontière entre Cameroun et République de Centrafrique. Mais ils n’ont pas de rapports et ne se souviennent certainement plus d’une vie commune. Les Baka de l’Est Cameroun se souviennent toutefois que leurs ancêtres venaient d’au-delà de la rivière. Quelques mots  reviennent encore de temps en temps, soit du aka, du ngbaka, ou du babenzélé.

16Certains chercheurs autrefois pensaient qu’ils n’avaient que quelque mots nécessaires à leur vie rudimentaire. Non, il s’agit bien d’une vraie langue dont le vocabulaire nous déconcerte par sa précision notamment dans le domaine animalier, botanique ou celui des soins de santé. Par exemple un animal n’est pas désigné seulement par un terme générique, il faut préciser mâle ou femelle, petit ou adulte, celui qui marche, celui qui boîte, celui qui peut se débrouiller seul…J’ai noté par exemple une trentaine de mots différents au sujet de l’éléphant et probablement que ce n’est pas tout.

17À propos de langage justement les Baka distinguent par exemple

 lomù conversation discussion

gbongòngò le proverbe

pémà bavardage

likàno conte

mòsimò récit

mbàli comparaison parabole

njò-li-bo  coutume

?èkàlò conseils des anciens

liwe parole, langage, le ‘parler’

léwù conseil personnel

ngòmà parole

we affaire, palabre

kùlàwe interprète

yekeyeke pagaille de paroles

18Il faut noter aussi la façon de s’exprimer. Ils distinguent  ainsi celui qui parle sans arrêt, celui qui parle facilement, celui qui bavarde, celui qui parle indistinctement, qui parle méchamment, le caustique, le rusé, le vantard, le blessant, l’insolent, le m’as-tu-vu, celui qui parle sans cesse, celui qui n’écoute jamais, celui qui ne comprend rien….

19Voici des verbes de parole qui donnent une idée de la variété :

na dεkisà ngòmà couper la parole aux autres

na kpemà ngòmà crier la parole, gueuler

na ndò grogner

na pubà ngòmà baver  la parole

na pumà ngòmà cogner la parole

na lε ngòmà essayer la parole, babiller

na mbù ngòmà rater  la parole, bafouiller

na tanà ngòmà tâter la parole bégayer

na ngòmà mòngombela parler vite et indistinctement  (bourdonnement des abeilles)

na pò ngòmà parler mal

na ngòmà tε kúku parler bas

na ngòmà tε ngólùmà parler en hésitant

na ngòmà tε ngò-lέ parler de la gorge

na ngòmà tε  là-kpàje parler correctement (œil du chemin)

20Pour le conte, on pourrait penser qu’il s’agit d‘une histoire qu’on se raconte au coin du feu pour animer une soirée. Il y a de cela mais ce n’est pas tout. Le conte baka est un poème, plein d’humour et d’enseignement.

21On peut définir le conte comme le récit d’une histoire passée, racontée de façon humoristique et poétique, mais donnant l’explication d’un fait. Il a un « contenu » qui se transmet de génération en génération. C’est le message de l’explication des origines  que seul un homme ou une femme pouvait transmettre d’après ce qui avait été entendu des anciens , donc des ancêtres. Cette explication du monde, venue des temps anciens, on va  la retrouver à peu près semblable à travers des camps éloignés les uns des autres, voire d’un pays à un autre, mais il y aura des variantes. C’est un message vivant qui doit tenir compte de l’art de raconter de tel conteur, qui fera appel au souvenir de telles migrations des gens dont le conteur se souvient. On aura ainsi des faits, des mentions de lieux, du vocabulaire inconnu au Cameroun, venant  de ces régions d’autrefois (République  de Centrafrique langue Babenjele ; Congo Brazzaville langue Bakouele ou Lingala) qui ressortiront au cours du refrain.

22Un soir dans un campement où je logeais, j’avais eu l’idée de faire écouter une histoire qu’un petit vieux m’avait raconté dans la journée. D’ordinaire on ne reconnaît pas  sa propre voix enregistrée au magnétophone et c’était le cas. Le pauvre conteur ne se rendait pas compte que c’était sa voix ! Alors comme il connaissait l’histoire, il suivait le déroulement du conte avec toutes ses mimiques, ses clins d’œil, ses gestes des mains, tout son être vibrait. Et  la communauté du camp se tordait de rire non en écoutant le récit de cette histoire mais en suivant tous les gestes du conteur. Un vrai théâtre.

23Car l’oralité est vie, elle est expression, elle est le face à face du locuteur avec ses auditeurs. Voyez la façon de faire des « griots ». Sont-ils fidèles à l’exactitude des faits historiques, des dates, des lieux, quand ils sont capables de réciter toutes les généalogies passées ou à peu près et en louant quelque peu les grands hommes qu’ils veulent honorer ?…

24C’est à partir de nombreux contes de ce genre que j’ai pu recueillir et que j’ai traduits littéralement que je me suis risqué à faire paraître ma Mythologie des Pygmées Baka4. On aura ainsi le caractère des premiers personnages, le pourquoi du changement de leur condition d’homme en une autre personnalisation : un équivalent en somme des différents récits de la création. On aura l’explication de l’origine des animaux, des insectes, des plantes, de la forêt, et même des autres personnes non Baka. On aura l’origine de la morale ou éthique normale, viable, de leur société en forêt, des coutumes, des interdits, des maladies et leurs remèdes, l’origine des noms actuels des animaux donnés par le Dieu-Komba, aux êtres qu’il a ‘forgés’.

25On doit noter que ces contes donnent un explication originelle mythique, d’un état de fait, la vie actuelle des Pygmées - ici les Baka- constatant ce qui les entoure, la forêt et tout son monde vivant : animaux, serpents, oiseaux, insectes, poissons, y compris l’arbre, qui lui aussi est un être vivant.

26Dans le langage des contes, nous sommes placés d’emblée hors du temps et de l’espace, ce qui pose déjà un problème de compréhension pour les esprits rationalistes, occidentaux.  Il y a même de véritables contradictions dans la fabrication du monde. Ainsi « au commencement était la forêt ». Seulement ailleurs Komba a fait la forêt parce que les abeilles craignaient le soleil et les abeilles, il les a fabriquées  pour que les Baka aient du miel. Sempiternel problème de l’œuf et de la poule… Mais le conte est un récit poétique. Il ne faut pas chercher à tout comprendre mais laisser plutôt travailler notre imagination, notre étonnement, nos rêves.

27La vision  harmonieuse de l’univers que l’on peut comprendre à travers les contes des Pygmées, c’est que tous les êtres vivants actuels (hommes animaux, oiseaux, poissons, insectes) font partie d’une même famille, sous le regard du dieu Komba, et que tout ce monde se connaît et s’entraide Ainsi la vipère cornue « mbuma » est avertie de l’approche de l’homme par l’écureuil « sende ».  La ruche des abeilles « poki » se trouvera dans la direction indiquée par l’oiseau « mbeleko » ; les abeilles sont les musiciens de Komba, et  elles fabriquent la nourriture idéale qu’on n’a pas besoin de faire cuire, la nourriture de Dieu. Et l’arbre ?  l’arbre est un être vivant qui naît, qui croît, qui chante avec les abeilles, qui danse avec le vent. L’arbre est profondément respecté et lorsque le vieux Pygmée veut arracher un peu d’écorce pour la fabrication de quelque remède, il se met à genoux au  pied de l’arbre et  lui demande pardon pour le mal qu’il va lui faire. Et si l’arbre vient à être coupé le Pygmée tend l’oreille : «  coute comme il a mal, comme il pleure, voilà qu’il donne son dernier râle avant de tomber » On lui parle comme les arbres parlent à Dieu-Komba avec leurs bruits et le chant de leurs fleurs.

28En somme, il y a de bien belles choses dans la vision des Pygmées, vision de l’univers, mais aussi de la vie familiale et sociale. Pour ma part j’aurai tendance à regarder le monde à travers les yeux des Pygmées.

29J’ai appris dernièrement qu’on s’apprête à inscrire les Pygmées « Patrimoine de l’humanité ». Il semble bien que ce n’est que justice.

Haut de page

Notes

1 LACITO : Laboratoire des Langues et Civilisations à Tradition Orale UMR 7107

Http : // lacito.vjf.cnrs.fr. Programme « Les Pygmées et  leurs associés »

Cf. R. Brisson et D. Boursier Petit Dictionnaire Baka-Français, Douala, 1979, 506 p.

En préparation  Dictionnaire Baka-Français et Français-Baka

2 Cf. R. Brisson « Les Pygmées sont-ils en voie d’extinction ? » Acta Geographica 2000, II, n° 122.
3 Cf. le journal camerounais Mutations
4 Contes des Pygmées Baka du Sud-Cameroun, Douala (T .1 Contes et histoires d’enfants, 1981, 188 p. /T II Contes d’enfants, 1982, 200 p./T. III Contes des Anciens, 1983, 228 p./T. IV Contes des Anciens, 1984, 236p.)

Mythologie des Pygmées Baka, Paris, Peeters SELAF (DV 13), 1999, 416 p.(photos dessins aquarelles) , Selaf 375.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Brisson, « Témoignage : Avec les Pygmées », Semen [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 02 février 2007, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/1233

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page