Navigation – Plan du site

Récits et bribes de narrativité dans les consultations médicales : une approche discursive

Françoise Revaz et Laëtitia Bapst

Résumés

Étudier le récit de vie dans le cadre de consultations médicales pose une série de problèmes qu’il est difficile de résoudre avec les seuls outils de la narratologie classique. Dans cet article, nous proposons une approche discursive d’un corpus d’entretiens de routine entre des patients diabétiques et leur médecin diabétologue. L’objectif est d’analyser les récits et bribes de narrativité qui émergent au cours des consultations en tenant compte d’une part du lieu institutionnel et de la situation concrète dans lesquels ils ont été produits, d’autre part de leur degré de narrativité et de leur aspect fragmentaire, ouvert et non définitif. On verra également que la situation interactive propre au corpus a une forte incidence sur la construction du récit qui est le plus souvent une « co-construction » dans laquelle le médecin joue un rôle actif important. Enfin, on constatera que les récits produits s’insèrent dans des unités discursives plus grandes qui sont la consultation dans son entier ainsi que la somme des interactions dans le cours global de la prise en charge de la maladie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est Laëtitia Bapst, co-auteure de l’article, qui a procédé aux enregistrements dans le cadre de s (...)

1Dans le cadre de cet article, nous nous proposons d’aborder le genre du « récit de vie » à partir d’un corpus limité constitué de l’enregistrement de consultations médicales en milieu hospitalier. Ces enregistrements1, recueillis en 2008 au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV), en Suisse, rendent compte du déroulement de cinq entretiens entre des patients diabétiques et leur médecin. Il s’agit de consultations ambulatoires de routine : le diagnostic de la maladie a déjà été posé de longue date et le but de l’entretien est de faire le point sur la gestion quotidienne de la maladie et de contrôler son évolution. Au fil de ces entretiens, des récits ou des bribes de narrativité peuvent émerger ; ce sont ces données que nous allons tenter d’analyser en adoptant une approche discursive.

1. Caractéristiques des narrations produites en contexte médical

  • 2 L’étiquette « classique », dans le contexte francophone, désigne une théorie du récit d’inspiration (...)

2Prendre comme objet d’étude les récits produits lors de consultations médicales implique un changement de perspective par rapport aux approches théoriques consacrées généralement aux récits de la Fiction ou de l’Histoire. En effet, le contexte institutionnel et interactionnel dans lequel se situent les échanges entre le médecin et son patient ainsi que la nature souvent routinière des événements racontés concourent à s’interroger sur la pertinence des méthodes de la narratologie dite « classique »2 pour aborder ce type de corpus. Les caractéristiques des narrations qui émergent lors d’entretiens médicaux nécessitent, nous semble-t-il, d’adapter les outils d’analyse et d’adopter de nouvelles pistes théoriques. Trois éléments importants peuvent être relevés : l’existence de degrés de narrativité différents, le caractère ouvert et non définitif des récits produits, enfin, leur dimension « co-construite ».

1.1. Degrés de narrativité

  • 3 Diane Vincent (1996) parle à ce propos de « la racontabilité du quotidien  ».
  • 4 Pour plus de détails sur ces deux catégories narratives, lire Revaz 1997 et 2009.

3Repérer des « moments » narratifs dans les entretiens n’est pas aisé dans la mesure où le patient produit rarement des récits canoniques, complets et autonomes, mais plutôt des bribes de narrativité imbriquées dans l’échange et donc difficilement autonomisables. En outre, ces fragments ne peuvent pas être classés selon le modèle du « tout ou rien » narratif. Ils manifestent en effet des degrés de narrativité différents selon qu’ils relatent la routine du quotidien ou, au contraire, qu’ils racontent un épisode problématique. Ce constat vient remettre en question l’un des postulats majeurs de la narratologie, à savoir que le récit doit forcément représenter un développement imprévisible ou inhabituel de l’action et que le racontable est « ce qui fait événement dans la vie, c’est-à-dire ce qui se manifeste par une saillance » (Baroni, 2005 : 2). L’idée reçue est qu’on ne raconte pas ce qui relève du cours normal des choses. Si le but est de passionner son auditoire, il est certes préférable de raconter un événement qui sorte de l’ordinaire, mais dans le contexte des consultations médicales l’enjeu est tout autre. Le patient raconte le suivi routinier de sa maladie afin de vérifier auprès de son médecin s’il est bien en adéquation avec la norme, c’est-à-dire avec ce qui a été prévu ou prescrit lors des consultations précédentes. Son récit renvoie donc au quotidien3 et il ne présente aucune tension dramatique. Parfois cependant un récit d’événement saillant apparaît en cours d’entretien. Le patient revient sur un fait problématique qui l’a affecté dans sa santé. Là encore, ce qui le pousse à raconter est l’espoir de revenir au plus vite dans la normalité. On observe ainsi, selon que le récit porte sur la routine et le quotidien ou, au contraire, sur un événement inattendu et saillant, au moins deux degrés de narrativité, correspondant à deux catégories narratives distinctes : la Relation itérative et le Récit4. La Relation présente un degré de narrativité moins élevé que le Récit dans la mesure où les événements narrés y sont présentés linéairement, sans tension dramatique, c’est-à-dire sans phase de nœud et de dénouement. Ce mode de narration convient particulièrement au compte rendu des gestes médicaux quotidiens qui balisent la vie d’un diabétique (prise de médicament, contrôle du taux d’insuline, piqûres, etc.). En outre, la Relation présente une nature itérative dans la mesure où il s’agit pour le patient de rendre compte du déroulement chronologique de faits et gestes qui se reproduisent à l’identique jour après jour. En revanche, la catégorie du Récit apparaît dès qu’un événement problématique singulier vient perturber la vie du patient, cet événement constituant le « nœud » du récit. Pour aborder les narrations de notre corpus, il convient donc de puiser à d’autres types de modèles que celui, unique et figé, de l’intrigue bien nouée, au contenu inattendu et captivant, et d’adopter une conception plus souple de la narrativité.

1.2. Un récit ouvert et non définitif

  • 5 Sur ce point, nous contestons résolument, à la suite de Nossik (2011), la conception « représentati (...)
  • 6 Sur la feuilletonisation, lire Revaz 2008.

4Les fragments narratifs repérés dans les entretiens remettent en question un deuxième postulat majeur de la narratologie classique, celui de la clôture (un texte terminé et définitif) et de son corrélat : la visée rétrospective du narrateur. Le concept de « clôture » est souvent convoqué pour définir les récits de vie : d’abord on vit, ensuite on raconte. La posture de tout narrateur serait ainsi de jeter un regard distancié et rétrospectif sur un épisode clos de sa vie pour le raconter « après-coup ». Dans nos entretiens médicaux, cette posture est rarement observable. Le patient propose des bribes narratives ou des récits dont la fin reste le plus souvent en suspens. Au cours de la consultation, il peut d’ailleurs revenir sur un récit pour le détailler, lui ajouter une péripétie, voire lui apporter un autre dénouement. On touche ici au caractère non définitif des récits de vie « en cours » et au fait primordial que c’est précisément par le biais de l’activité narrative que le vécu prend sens5. En outre, ces récits s’insèrent dans des unités plus grandes qui sont, d’une part, celle de la consultation dans son ensemble, d’autre part, celle de la somme des interactions discursives dans le cours global de la prise en charge de la maladie. À ce propos, on peut relever des similitudes avec le processus de feuilletonisation6 dans lequel la fin de l’histoire est toujours reportée « au prochain numéro ». En effet, dans le cas de maladies chroniques comme le diabète, qui font l’objet d’un suivi continu, les récits ou bribes de narrativité produits en cours d’entretien ne constituent souvent qu’un épisode d’un récit à poursuivre. Cette ouverture sur l’« à-venir » remet aussi en question la dimension rétrospective réputée propre à la production narrative. Ouverture et prospection donnent ainsi un caractère dynamique à ces fragments narratifs, auquel il faut ajouter leur caractère « co-construit », puisqu’ils émergent au sein d’une interaction entre le médecin et son patient.

1.3. Une narration co-construite

5On ne peut analyser les fragments narratifs de notre corpus sans tenir compte du contexte institutionnel et interactionnel dans lequel ils ont été produits. Du côté institutionnel, le lieu « hôpital » et, plus précisément, la pièce où se déroule l’entretien constituent en quelque sorte le « territoire » du médecin, ce qui confère à ce dernier le pouvoir d’initier l’entretien, de poser des questions de clarification, de proposer des solutions, enfin, de décider quand l’échange peut être conclu. Dans ce cadre institutionnel spécifique, le patient a cependant une certaine marge de manœuvre, précisément dans la gestion de la narration. En effet, si c’est souvent le médecin qui sollicite le récit, le patient peut en prendre l’initiative sans requête explicite de celui-là. En outre, il peut garder la parole aussi longtemps qu’il lui semble pertinent de poursuivre son récit. Ajoutons cependant que la situation interactive dans laquelle se trouvent les deux interlocuteurs permet au médecin de participer à tout moment à la construction des récits produits. Il peut ainsi demander des précisions ou revenir sur un épisode précis du récit afin d’y apporter un commentaire. Dans cette situation particulière où les récits produits par le patient ne constituent le plus souvent que des récits « en suspens », le médecin peut proposer des suites possibles, soit qu’il prédise les effets de tel ou tel traitement, soit qu’il suggère telle solution à une situation de crise énoncée par le patient. Là encore les outils narratologiques forgés pour des textes écrits, monologiques et considérés comme des produits finis ne permettent pas de rendre compte de la richesse des productions narratives co-construites dans l’interaction verbale. Il s’agit pour nous de rendre compte d’un aspect trop peu pris en compte dans les analyses narratologiques, à savoir la réception de la narration. Comment, dans le cas de nos entretiens, le médecin réagit-il aux récits de ses patients ? Comment manifeste-t-il son écoute ? Comment participe-t-il à la construction narrative ?

2. Analyse d’extraits narratifs

  • 7 Les signaux dits « back-channel », qu’ils soient gestuels (sourires et hochement de tête) ou verbau (...)
  • 8 Par souci de fidélité à l’enregistrement, nous avons choisi de ne pas introduire de signes de ponct (...)

6Les « récits de vie » de notre corpus sont de nature très différente de ceux qui peuvent surgir lors des premières consultations médicales, avant que le diagnostic du diabète soit posé. La phase de « crise » est passée, le diagnostic est connu et la nature des événements racontés est le plus souvent routinière et banale. Parfois cependant un événement saillant vient bousculer la routine et est raconté sous la forme d’une intrigue. Les cinq entretiens qui forment le corpus offrent ainsi une large palette de récits et de bribes narratives, qui bousculent les catégories standards. Les questions soulevées par ces narrations sont nombreuses et l'analyse que nous en proposons ne prétend pas être exhaustive. Nous nous contenterons d’illustrer les trois points essentiels que nous venons de relever : les degrés de narrativité, l’ouverture et la co-construction des récits. Les conventions de transcription que nous avons adoptées sont les suivantes : les tours de parole des patients sont identifiés par des abréviations de noms d'emprunts (PHI, JAC, ANN et MAC) et ceux du médecin par DOC ; les signaux « back-channel »7 sont insérés dans le tour de parole de l'interlocuteur, entre crochets ; les séquences incompréhensibles sont retranscrites à l'aide du signe X, pour chaque syllabe prononcée ; les séquences où la transcription est incertaine sont entre parenthèses ; les chevauchements sont soulignés ; enfin, certains comportements non-verbaux sont retranscrits entre double parenthèses, par exemple : ((rires))8.

2.1. De la Relation itérative au Récit singulier

7Relater son quotidien de diabétique constitue le meilleur moyen pour le patient de faire le point sur son état. Cela permet en outre au médecin d'évaluer l’évolution et la gestion de la maladie pour, au besoin, prendre de nouvelles décisions thérapeutiques.

Dans cet extrait, le caractère itératif se manifeste par l’emploi du présent et de l’adverbe « toujours ». Le déroulement chronologique de la journée, marqué par les organisateurs temporels « le matin au petit déjeuner », « le soir », « avant d’aller me coucher », rend compte d’un enchaînement habituel. Ceci produit une sorte de superposition des moments clés d’une journée, qui se répètent jour après jour. Ce type de séquence, fréquent dans les entretiens de routine, présente un degré de narrativité minimal et un niveau de racontabilité très faible. Certainement peu à même d'éveiller l'intérêt d’un interlocuteur autre que le médecin, ce type de relation linéaire, sans nœud ni dénouement, s’avère riche de renseignements dans le contexte de l’entretien médical.
  • 9 La structure canonique du récit, telle qu’établie par Larivaille 1974, Adam 2001 et Revaz 2009 est (...)

8Cependant, il arrive qu'un événement sorte de l'ordinaire et se révèle problématique pour le diabétique. Dans ce cas, le patient produit un récit, au sens canonique du terme9.

  • 10 Dans la suite de l’entretien, le médecin va d’ailleurs la rassurer sur cet écart de conduite en aff (...)

9Juste avant d’entamer son récit, la patiente a donné au médecin un document qui comporte un relevé des contrôles glycémiques de la semaine. Elle va donc raconter l’épisode problématique en s’appuyant sur le graphique et en incitant, à plusieurs reprises, le médecin à « regarder » ce document qui constitue en quelque sorte le garant de ce qu’elle avance. Son récit présente trois phases. Il commence par la situation initiale, désignée comme non problématique : « j’avais une semaine magnifique ». Le nœud du récit suit immédiatement : « et puis samedi […] j'ai mangé beaucoup trop de ces grands cassotons ». Cet écart diététique par rapport à la norme (trop d’ingrédients riches en matière grasse) constitue effectivement un événement problématique dont la conséquence néfaste est visible sur le graphique : « regardez ça a commencé là […] puis toute la semaine […] puis regardez où j'en suis ». La patiente tente néanmoins de légitimer cet accroc dans son quotidien de diabétique par cet argument : « comme c’était bon ». Après une brève allusion à un second épisode qui aurait pu être problématique si elle n’avait pas pris de sages décisions (« et puis hier bon j’avais de nouveau une invitation mais j’ai pas mangé spécialement gras et j’ai mis de l’insuline suffisamment »), la patiente conclut son récit sur un dénouement somme toute heureux : « ça recommence à descendre maintenant ». Si la situation semble être revenue à la normale, ce qui devrait permettre de dédramatiser un peu le récit, il n’en reste pas moins que la patiente estime pertinent de raconter cet épisode problématique. Manifestement elle a besoin de connaître l’évaluation finale que le médecin va porter à cet incident10.

2.2. Des séquences narratives en suspens

10L'exemple suivant montre comment un récit resté en suspens au stade du nœud est repris par le médecin, qui évalue le problème et propose un dénouement possible.

  • 11 « Saint-François » désigne une place dans le centre-ville de Lausanne, en Suisse.
  • 12 Ce présent a un effet d'hypotypose et, par contraste avec les imparfaits qui l’entourent, met en sa (...)
  • 13 Manifestement, il a compris que sa patiente a cessé de prendre le médicament prescrit.

11Le premier tour de parole s'ouvre sur un résumé évaluatif de la patiente : « non mais c'est bizarre c'est quelque chose ». Ces deux propositions au présent constituent une entrée en matière dont la fonction est d’assurer que ce qui va être raconté n’est pas ordinaire. Le récit démarre avec des propositions à l’imparfait qui situent l’action dans un lieu précis (« j'étais me promener j’étais euh à Saint-François »11) et précisent le projet (« je devais traverser »). Le nœud que constitue la peur panique de passer sur le pont qui relie la place Saint-François à la place Bel-Air est saturé de « mais » (« mais l’idée de traverser », « mais je me fige12 », « mais je tremblais », « mais j’étais ooh »). À ce stade du récit, le médecin pose son diagnostic : « ça c’est ce qu’on appelle des attaques de panique ». Sans laisser continuer sa patiente, il poursuit en mentionnant que la résolution du problème se trouve dans la médication qu’il lui a prescrite (« et le traitement c'est ce que je vous donne »13). En somme, il propose un dénouement possible au récit amorcé par sa patiente. Celle-ci enchaîne cependant en commençant un deuxième récit de panique (« j'étais sur mon balcon j'ai dit ouh j'ai fermé les yeux je suis vite rentrée », où la proposition « j'ai dit ouh » forme le moment crucial. Ces deux séquences narratives suspendues, même si elles racontent deux événements ponctuels différents, sont regroupées, voire se superposent, comme deux occurrences de scènes de panique, ou deux récits exemplaires qui illustrent ces attaques de panique. La façon abrupte (c'est-à-dire sans entrée en matière) dont la patiente initie la séquence sur le balcon témoigne du lien qu’elle tisse entre ces deux séquences. À nouveau, le médecin interrompt sa patiente pour lui demander, cette fois, de raconter le dénouement effectif de cet épisode : « et comment comment vous avez fait pour que ça passe ». Si la patiente décrit quelques moyens de faire passer sa crise de panique (lecture de la Bible, prière, etc.), elle reconnaît néanmoins qu’elle ne maîtrise pas vraiment son état (« je ne sais pas pourquoi », « je ne peux pas vous l’expliquer », « mais pourquoi ça m’a attirée comme ça je ne sais pas », etc.). Cette évaluation déceptive permet au médecin, en entérinant le rapprochement entre les deux épisodes, de suggérer à nouveau qu’un dénouement possible serait de reprendre le médicament prescrit : « je crois vraiment que ça pourrait vous aider ». Coupant court à une relance de la patiente sur son état (« waou non de c’est bizarre »), il conclut l’entretien en proposant une action concrète : « on reprend le médicament alors ». Le « on » inclut le médecin dans l'action et rend sa proposition moins impérieuse. La patiente souligne néanmoins l'aspect autoritaire de cette proposition : « j'ai pas le choix je crois ».

  • 14 Sur les notions de « feuilleton  » et de récit « suspendu  », lire Revaz 2014.

12Si, dans le cadre d'un entretien, certains « micro-récits » restent momentanément en suspens parce qu'un dénouement n'a pas encore eu lieu, à l'échelle du suivi de la maladie, le « macro-récit » du diabète est également un récit « suspendu » dans la mesure où il est toujours ouvert sur l’avenir. Dès lors, chaque entretien ne constitue qu'un épisode du « feuilleton » de la maladie14. On observe ainsi les mêmes procédés que dans toute production qui feuilletonne : des rappels des épisodes précédents et des pronostics sur l’avenir. Par exemple, au début de chaque entretien, le médecin revient sur les événements antérieurs selon un processus assez codifié, où il s'appuie sur les documents de notes de l'entretien précédent pour produire un résumé de la situation présente. De même, en fin d'entretien, outre le bilan de la séance, le médecin peut également évoquer des décisions à venir, comme on peut le constater dans l’exemple suivant :

13Le médecin résume l'entretien qui vient d'avoir lieu, tout en proposant un état des lieux du diabète : « c'est difficile mais l'air de rien vous maîtrisez quand même pas mal la barre hein on voit que ça ça vous vous progressez ». Dans le même temps, il rattache l’épisode du jour à un passé assez lointain (« effectivement que maintenant dix ans ça commence à compter puis vous vous souvenez bien du message du Canada ») et mentionne une ouverture sur l'avenir avec le projet d’une intervention, qui fonctionne comme un programme possible pour la suite des événements : « puis maintenant ben on discute euh de d'éventuellement une pompe ou un sensor [oui] hein mais on mais on laisse euh réfléchir ». En prenant des notes au cours de l'entretien ainsi qu'en proposant un résumé à la fin de celui-ci, le médecin opère une sélection dans les événements relatés par son patient pour garder ceux qu'il juge essentiels à une compréhension de l'évolution de la maladie. Ce seront des éléments clés dans l'histoire du diabète du patient. Dans l’exemple ci-dessus, les éléments narratifs sont certes ténus, néanmoins, leur mise en saillance par le médecin permet de les saisir comme des bribes d'un macro-récit en construction.

2.3. La part active du médecin dans la construction du récit

14L'extrait suivant permet de mieux comprendre comment la relation médecin-patient détermine le format des récits, leur fonction et leur interprétation. L'entretien s’ouvre sur la présentation par la patiente d'une ampoule d'insuline présentant un défaut de fabrication. Le médecin ayant confirmé que ce défaut peut provoquer des complications sur son diabète, celle-ci enchaîne en racontant un problème majeur qui lui est arrivé :

15La patiente amorce son récit en sollicitant l’écoute du médecin (« ben écoutez ») et en résumant l’événement saillant (« j'ai eu un ennui un soir »). Elle précise son intention avec un mouvement de la main où elle pointe son index en direction du médecin, indiquant par là que son propos va dans la direction de ce que le médecin vient de confirmer, à savoir qu'il peut y avoir un problème suite à la présence de bulles dans une ampoule d'insuline. Ce lien reste toutefois implicite. La patiente commence son récit en reformulant immédiatement l’élément problématique (« un ennui un soir »), qui constitue le nœud de l’intrigue : « enfin j'avais une grosse euh une grosse euh glycémie ». Elle poursuit en racontant sa réaction : « j'ai changé ma pompe [ouais] non c'est pas vrai j'ai changé seulement le cathéter [le cathéter oui] ». Elle mentionne ensuite que le dénouement attendu n’a pas eu lieu (« et puis le matin j'avais encore trente ») et enchaîne avec un commentaire évaluatif qui reprend le « titre-résumé » de son récit : « alors c'était très ennuyeux ». Elle raconte enfin une deuxième série d'actions entreprises pour résoudre le problème : « et puis pour finir j'ai tout démonté j'ai changé l'ampoule j'ai changé le cathéter et puis l'aiguille ». La réussite de ces actions constitue le dénouement (« puis ça a marché j'ai corrigé ») et aboutit à une situation finale satisfaisante : « dans la journée c'était réglé ». Ce récit présente donc une structure canonique. Le médecin manifeste son intérêt en émettant des signaux back-channel, comme « mhmh », « ouais », « ah oui », « d’accord » ou en répétant un énoncé (« le cathéter oui »), ces interventions venant en quelque sorte souligner et ponctuer les différentes phases du récit. Quand le récit arrive à son terme, le médecin pose une série de questions diagnostiques pour conclure sur le fait suivant : « vous avez corrigé avec des bonus supplémentaires c’est ça ». La patiente confirme (« oui j'ai corrigé ») et revient à la situation finale de son récit (« puis ça s'est bien remis »). Elle enchaîne immédiatement en signalant, par le biais du connecteur « mais », un rebondissement : « mais j'ai fait une perle dans mon vitré ». Cet événement malheureux lui donne l’occasion de raconter un deuxième récit, certes minimal, puisqu’il ne présente que le nœud (« la perle dans le vitré ») et le dénouement (« qui maintenant s’est résorbé »). Alors que le dénouement, somme toute heureux, laisse imaginer une situation finale satisfaisante, le commentaire évaluatif (« mais euh c’est pas formidable ») est déceptif. La réaction du médecin en fin d’extrait montre qu’il a repéré le lien que la patiente tisse entre ses récits. En effet, le « mais » qui articule les deux récits manifeste le rapport causal que pose la patiente entre la mésaventure de la bulle dans l'ampoule et la présence d’une « perle dans le vitré ». Le médecin rebondit sur la conclusion négative de sa patiente et propose une autre lecture des événements en invalidant ce lien de causalité : « alors c'est peut-être pas en lien direct ». On constate ici la part active que prend le médecin dans la construction du récit de la maladie, en questionnant sa patiente, en articulant les récits qu’elle lui soumet et en proposant finalement une réinterprétation générale qui vient casser l’hypothèse d’un lien de causalité entre le taux glycémique anormalement élevé et la perle dans le vitré.

Conclusion

16En guise de bilan, on retiendra que ces « récits de vie » enregistrés lors d’entretiens médicaux ébranlent les théories classiques du récit et nécessitent une approche plus souple qui tienne compte, d’une part, du contexte particulier dans lequel ils sont produits, d’autre part, du caractère fragmenté et non abouti de certains d’entre eux.

17Le premier constat est que l’activité narrative des patients dans les entretiens médicaux débouche rarement sur des récits monologaux, clos, complets et définitifs. Il s’agit le plus souvent de bribes de narrativité proposées au médecin afin que celui-ci pose un diagnostic, pronostique des suites possibles et, au besoin, propose des solutions thérapeutiques (prescription de médicaments, recommandations sur le mode de vie, conseils diététiques ou psychologiques). En outre, ces bribes narratives renvoient fréquemment à l’aspect routinier de la maladie. Il ne s’agit pas d’édifier le médecin par un récit qui sorte de l’ordinaire, mais de lui rapporter le plus précisément possible les menus événements du quotidien, afin qu’il mesure les écarts par rapport à la norme et puisse y remédier. On constate ainsi un décalage entre un domaine aussi intime et personnel que le récit de vie (en particulier, le récit sur le fonctionnement de son corps) et le fait que ce récit ne semble pas appartenir exclusivement à celui qui habite le corps. Si c’est bien le patient qui juge de la pertinence de raconter tel événement ou telle action, il appartient au médecin, in fine, de juger si ces événements et actions ont effectivement des répercussions notables sur la santé de son patient. Ce constat nous amène à l’autre caractéristique majeure du corpus, à savoir que les récits se font résolument à deux voix, le médecin co-construisant l'histoire de son patient. Il apporte sa propre interprétation, lorsqu’un récit met en évidence un problème grave, et propose éventuellement une version différente des faits. En outre, par l'expérience de situations similaires que lui donne son savoir médical, le médecin peut pronostiquer une fin à un récit resté en suspens et suggérer ainsi un dénouement par le biais de soins médicaux appropriés. Cet aspect ouvert et non définitif de ces récits produits en contexte médical nous conduit à réévaluer la question de la dimension soi-disant strictement rétrospective du récit. On retrouve ici un trait caractéristique de tout récit suspendu où le travail de mise en intrigue est en grande partie un travail d'anticipation : « En effet, si le récit rétrospectif traditionnel de l'Histoire ou celui inventé de la fiction permettent de sélectionner après-coup, à partir du dénouement connu (ou prévu), un enchaînement de faits permettant de composer un récit cohérent et concordant, l'intrigue du feuilleton médiatique factuel se construit en envisageant les développements possibles offerts à chaque nouvelle étape » (Revaz 2008 : 1422). Ce commentaire du récit suspendu médiatique peut s’appliquer aux récits que nous avons abordés dans le cadre de cet article, le médecin pouvant à tout moment intervenir dans un récit pour projeter un développement possible. On constate ainsi que le médecin a le pouvoir de s'immiscer dans le récit de vie de ses patients et d’en devenir en quelque sorte son « co-auteur ».

Haut de page

Bibliographie

ADAM J.-M., (2001) [1992], Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

BARONI R., (2005), « Récit de passion et passion du récit », Vox Poetica, [en ligne], http://www.vox-poetica.org/t/pas/baronipsnr.html

BARONI R., (2006), « Passion et narration », Protée, 34 (2/3), 163-175.

LABOV W., (1978), « La transformation du vécu à travers la syntaxe narrative », in Le Parler ordinaire, Paris, Gallimard, 457-503.

LAFOREST M., (1996), « De la manière d’écouter les histoires : la part du narrataire », in LAFOREST M. (ed), Autour de la narration, Québec, Nuit blanche, 73-95.

LARIVAILLE P., (1974), « L’analyse (morpho)logique du récit », Poétique, 19, 368-388.

NOSSIK S., (2011), « Les récits de vie comme corpus sociolinguistique : une approche discursive et interactionnelle », Corpus, 10, 119-135.

PRINCE G., (2006), « Narratologie classique et narratologie post-classique », Vox Poetica, http://www.vox-poetica.org/t/articles/prince.html

REVAZ F., (1997), Les Textes d’action, Publication du Centre d’Études Linguistiques des Textes et des Discours, Université de Metz, diffuseur : Paris, Klincksieck.

REVAZ F., (2008), « Analyse (trans)textuelle d’un objet discursif complexe : le feuilleton journalistique », in DURAND J., HABERT B. & LAKS B. (eds), Actes du Congrès mondial de linguistique française 2008, Paris, EDP Sciences, 1417-1428.

REVAZ F., (2009), Introduction à la narratologie. Action et narration, Bruxelles, De Boeck.

REVAZ F., (2014), « Le récit suspendu, un genre narratif transmédial », in MONTE M. & PHILIPPE G. (dirs), Genres et textes, Presses universitaires de Lyon, 117-134.

VINCENT D., (1996), « La racontabilité du quotidien », in LAFOREST M. (ed), Autour de la narration, Québec, Nuit blanche, 29-45.

Haut de page

Notes

1 C’est Laëtitia Bapst, co-auteure de l’article, qui a procédé aux enregistrements dans le cadre de son mémoire de master.

2 L’étiquette « classique », dans le contexte francophone, désigne une théorie du récit d’inspiration structuraliste. Voir à ce propos Prince 2006.

3 Diane Vincent (1996) parle à ce propos de « la racontabilité du quotidien  ».

4 Pour plus de détails sur ces deux catégories narratives, lire Revaz 1997 et 2009.

5 Sur ce point, nous contestons résolument, à la suite de Nossik (2011), la conception « représentationaliste » du langage, selon laquelle le récit de vie serait un simple compte-rendu objectif et « transparent  » des événements vécus, en d’autres termes, un « décalque  » de la réalité.

6 Sur la feuilletonisation, lire Revaz 2008.

7 Les signaux dits « back-channel », qu’ils soient gestuels (sourires et hochement de tête) ou verbaux (« oui, oui », « mhmh », etc.), permettent à l’interlocuteur d’être renseigné sur la réception de son message. Lire à ce propos Laforest 1996.

8 Par souci de fidélité à l’enregistrement, nous avons choisi de ne pas introduire de signes de ponctuation, même si la lecture et la compréhension s’en trouvent parfois plus ardues.

9 La structure canonique du récit, telle qu’établie par Larivaille 1974, Adam 2001 et Revaz 2009 est constituée de cinq phases (situation initiale, nœud, (ré)action, dénouement, situation finale). Selon le contexte ou le genre de récit, on peut observer des degrés divers d’actualisation de ce schéma quinaire, certaines phases n’ayant pas forcément besoin d’être explicitées. Mais, toute mise en intrigue implique, au minimum, la mention d’un nœud, déclencheur de l’action.

10 Dans la suite de l’entretien, le médecin va d’ailleurs la rassurer sur cet écart de conduite en affirmant : « mais si ça dérape une fois de temps en temps c'est pas grave hein si vous avez du plaisir c'est une belle réunion sympathique et tout ça faut pas toujours penser qu'à ça   ».

11 « Saint-François » désigne une place dans le centre-ville de Lausanne, en Suisse.

12 Ce présent a un effet d'hypotypose et, par contraste avec les imparfaits qui l’entourent, met en saillance le moment crucial de l'histoire, comme c'est souvent le cas à l'oral. On peut aussi y voir une dimension itérative, dans le sens que le figement décrit par la patiente est typique de ces moments où « c'est bizarre ».

13 Manifestement, il a compris que sa patiente a cessé de prendre le médicament prescrit.

14 Sur les notions de « feuilleton  » et de récit « suspendu  », lire Revaz 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Revaz et Laëtitia Bapst, « Récits et bribes de narrativité dans les consultations médicales : une approche discursive », Semen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/9878

Haut de page

Auteurs

Françoise Revaz

Articles du même auteur

Laëtitia Bapst

Université de Fribourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page