Navigation – Plan du site

"Ce ne sont que des faits, donne-moi des histoires" La coproduction d'une identité socio-narrative dans des entretiens de recherche.

Françoise Dufour

Résumés

L’article analyse l’émergence de récits conversationnels dans des entretiens de recherche sur la création réalisés auprès de onze chefs cuisiniers. En réponse aux questions des intervieweurs relatives à leurs processus de création, les chefs se sont de prime abord engagés, via des descriptions d’actions, dans un processus de conceptualisation de la logique d’action propre à leur domaine professionnel. Par la requête itérative d’exemples de création, les intervieweurs sont parvenus à « se faire raconter » des scènes d’expérience personnelle auxquelles les sujets n’avaient pas encore donné sens et que le récit leur permettait de rejouer. Engagés dans une posture réflexive sur leur propre histoire, les chefs qui avaient d’abord rejeté la catégorisation de créateur proposée par les intervieweurs ont alors été amenés, au fil des récits, à s’approprier une identité socio-narrative pour les besoins de la situation de communication. L’analyse de la coproduction du récit oral d’expérience personnelle dans ces entretiens de recherche met en évidence la fonction du récit conversationnel comme pratique sociale vecteur de production identitaire et d’intégration sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Walter Benjamin relevait que les « petits récits des expériences simples de la vie quotidienne […] n’étaient plus communicables, remplacés par de « grands récits » de la liberté et de l’égalité universelles […], du progrès, de la nation » (Benjamin 1936). Pourtant le tournant des années 1990 verrait le « renouveau de la narration » (Berdet et al. 2009). Parallèlement au storytelling politique, publicitaire, managérial, l’homme de la fin du 20e et du début du 21e siècle chercherait à « se raconter », à « se mettre en récit » comme on se met en scène, à se construire des identités en fonction des situations. Ainsi tout serait devenu narratif : « à l’ancien Ce n’est qu’une histoire, donne-moi des faits de la pensée logique serait substitué un Ce ne sont que des faits, donne-moi des histoires » (ibid.).

  • 1 ANR-08-CREA011 : « La création : acteurs, objets, contextes » (Rouby C. (coord), CNRL UMR 5292 CNRS (...)
  • 2 La recherche comportait trois panels : des musiciens, des parfumeurs et des chefs-cuisiniers. Seuls (...)

2Dans cet article, je propose d’analyser le recours à la narration dans les discours de onze chefs-cuisiniers recueillis pour les besoins d’un projet de recherche pluridisciplinaire sur « Le rôle de l’imagination dans la création : du linguistique au neuronal1 », recherche dont l’objet était d’explorer les ressorts cognitifs de la création et de l’imagination en recueillant les témoignages de praticiens2 reconnus dans leur domaine.

  • 3 Conformément aux règles du comité de protection des personnes (CPP Sud-Est II), les créateurs inter (...)
  • 4 Les intervieweurs disposaient d’un guide d’entretien.

3Dans cette recherche, les chefs-cuisiniers (ci-après les chefs) étaient invités, lors d’entretiens semi-directifs d’environ une heure et demie (enregistrés puis transcrits3), à décrire séquentiellement leur travail de création (Question n°14 : « Quelles sont précisément les étapes quand vous créez quelque chose de nouveau ? »), puis à expliciter la manière dont ils font appel à leur imagination (Question n°2 : « Comment utilisez-vous votre imagination ? »). Dans le cours de la description de leurs pratiques, les chefs vont être amenés à développer des « récits d’expérience personnelle », définis comme des récits d’événements « that have entered into the biography of the speaker » (Labov 1997 : 399).

4Je décrirai d’abord la structure textuelle du corpus pour ensuite analyser les processus discursifs et énonciatifs qui engagent les locuteurs interviewés à produire des récits d’expérience, dans le cadre d’entretiens envisagés comme des événements interactionnels. Je pointerai alors comment le récit produit dans l’interaction ou récit conversationnel, « toujours interactif, dialogique et nécessairement négocié entre les participants » (Norrick 2007), favorise la co-construction d’une identité sociale des locuteurs interviewés, d’abord rejetée en début d’entretien.

1. De la relation des faits à la narration d’une histoire

1.1 Un conflit de structuration textuelle

5Le corpus sur lequel porte l’analyse se présente sous la forme d’interactions de type « complémentaire finalisé » (Vion 1992 : 131). Elles sont finalisées parce que les intervieweurs conduisent des entretiens pour les besoins d’un projet de recherche. Les interactions sont complémentaires parce que les places taxémiques des interactants ne sont pas égalitaires : les tours de parole des chefs qui constituent l’essentiel du matériau textuel sont de type responsif alors que ceux de l’intervieweur qui « pilote » les entretiens sont de type initiatif comme le montrent les extraits infra.

  • 5 C’est notamment le cas des chefs CUI1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10.
  • 6 Ce phénomène de non-coïncidence du mot avec les pratiques est analysé dans Dufour et al. à paraître

6La structure textuelle des tours responsifs est composée de séquences évaluatives et de séquences de description d’actions dans lesquelles sont enchâssées des séquences narratives. Les évaluations concernent, notamment en début d’entretien, la mise à distance ou le rejet d’une assimilation du travail du chef à une forme de création5, car, pour les chefs interrogés dans le cadre du projet, le champ notionnel de la création ne correspond pas à la représentation qu’ils se font de leurs pratiques6. Pour eux, créer est assimilable à inventer (R1 de E1) :

(E1) – Q1 (Intervieweur) : Quelles sont les étapes par lesquelles vous passez quand vous créez quelque chose de nouveau ?

– R1 (Chef) : Ben, on va rester humble quand même, on crée pas grand-chose on crée rien on crée pas, on essaie de… moi en ce qui me concerne, on essaye de d’associer des saveurs avec des moments on va essayer d’associer différentes saveurs et différents goûts […] mais moi j’ai pas la prétention de dire que j’ai inventé un plat […].

  • 7 Conventions de transcription : les points de suspension non crochetés placés en fin de tour de paro (...)

– Q2 : Je vous interromps mais vous n’en inventez pas mais vous en composez, enfin y a une partie…7

– R2 : Ah oui, on compose, on compose des plats mais comme je disais, oui après c’est des associations de goûts […]. Ouais y a plein de paramètres qui font qu’on ne peut pas créer à la minute non plus, mais ouais c’est des mélanges de saveurs, des mélanges de goûts qu’on essaye de, moi en tous cas j’essaie de travailler mais je, on compose pas et on crée pas, ouais.

– Q3 : Et quand vous avez quelque chose à… je maintiens quand même le terme de créer, mais quand vous avez quelque chose à créer ou à composer, vous, c’est quoi le point de départ ? (CUI04).

7Le rejet peut être total, réalisé par la négativation du prédicat verbal créer : « on crée pas grand-chose on crée rien on crée pas » (E1) ou partiel, par sa mise en mention : « Alors moi pour moi création ça veut dire à la limite créer une carte par exemple » (E2) ; « ma création entre guillemets » (E5). En conséquence, le prédicat verbal créer (et sa nominalisation création) est reformulé notamment en associer (E1), assembler (E2).

8Les descriptions d’actions, qui constituent la plus grosse part du matériau textuel, déroulent chronologiquement des procès en faire qui rendent compte des pratiques que le chef met en œuvre pour créer de nouveaux plats. Dans l’extrait (E2), la demande explicite d’information sur les étapes du processus de création (fonction illocutoire) génère d’abord une description des actions qui constituent la logique des pratiques professionnelles du chef (R1), puis, sur une relance de l’intervieweur (Q2), un récit d’expérience personnelle (R2) :

(E2) – Q1 (Intervieweur) : Quelles sont les étapes par lesquelles vous passez quand vous créez quelque chose de nouveau ? 

– R1 (Chef) : Alors moi pour moi création ça veut dire à la limite créer une carte par exemple pas forcément un plat mais une carte d’abord éventuellement après le plat […]. On se sert à vrai dire beaucoup de nos acquis. Moi je sais que personnellement j’ai travaillé avec des chefs avec qui j’ai pris des notes […]. Et après quand on fait la carte d’un restaurant, on se remémore un petit peu les acquis qu’on a eus avec des régions ou des produits et c’est là qu’on fait un assemblage un petit peu de tout ça et on travaille beaucoup enfin moi personnellement avec les saisons, je veux dire je ferais pas des tomates en plein hiver…

– Q2 : Mais est-ce qu’on peut prendre un exemple de quelque chose que vous avez créé ?

– R2 : En fin de compte, où je faisais le plus de création c’est en France, on est devenu tellement difficile et tellement… Moi ma philosophie par rapport à quand j’ai décidé de devenir… Au début, on devient pas grand chef tout de suite, donc de devenir cuisinier, pour moi, ça a été la mémoire d’un des grands repas de famille qu’on faisait avec ma grand-mère, mes parents, mes sœurs, le dimanche. C’était relativement souvent parce que c’était au moins une fois par mois. Ma grand-mère nous emmenait au restaurant et c’est vrai que c’était un plaisir et un honneur d’aller au restaurant. Et à l’époque je me rappelle quand j’étais tout petit, le foie-gras c’était intouchable, pratiquement on n’en mangeait pratiquement pas parce que c’était cher. Le saumon c’était un produit d’exception, c’était pas un produit comme maintenant, commun, qu’on trouve au supermarché, peu cher. Donc c’était des plats essentiellement régionaux et c’est ce qui m’a donné envie d’être cuisinier (CUI08).

9En R1, le chef répond par une description d’actions constitutives de ses pratiques habituelles. Au fil de l’entretien, l’intervieweur, qui cherche à recueillir des illustrations de pratiques vécues par le cuisinier, incite le chef à « prendre un exemple de quelque chose que vous avez créé » (Q2 de E2). Spontanément, en effet, les chefs décrivent leurs habitudes professionnelles et n’embrayent sur des récits d’expérience que sur la requête d’exemples renvoyant au passé biographique du chef, exemples sollicités, plus (E2) ou moins (E3) explicitement :

(E3) – Q1 (Intervieweur) : Quand vous créez quelque chose, c’est quelque fois inspiré par un client ou…

– R1 (Chef) : Ça je vais vous faire rigoler ! Un jour, le gars il vient me changer mes moquettes, il me dit : « Bon l’année prochaine, on mettra des moquettes et puis on va vous mettre du milleraies ». J’ai dit : « Bon, c’est quoi milleraies ? ». Et il me dit…

– Q2 : C’est un velours ?

– R2 : Oui c’est un c’est un velours où il y a différentes couleurs qui peuvent s’assembler […] voilà parce qu’il y a tellement de couleurs que finalement elles sont mélangées quoi. […] Et puis en revenant j’ai dit : « tu pourrais pas me faire un mille feuilles milleraies ? » au pâtissier comme ça. Il me dit : « ça va pas ! C’est quoi milleraies ? ». Je dis : « écoute je sais pas, si par exemple t’arrives à assembler des couches de sorbet de toutes les couleurs mais très très très fines comme ça. On les mettrait toutes par couches comme ça et puis on les couperait par le travers et puis ça fait un milleraies ». Alors en été on l’a fait, on s’est amusé quoi ! On a fait un rond comme ça avec des glaces empilées dans un moule comme ça et puis on a fait un milleraies comme ça et quand on mangeait, on mangeait plein de goûts de glace différents : fraise framboise citron banane machin etc. Et ça a vraiment la couleur d’une moquette milleraies ! (CUI11).

10Comme l’ont observé les chercheurs qui ont travaillé sur les entretiens de recherche (Blanchet 1997 ; Carcassonne-Rouif et al. 2001), les tours de parole responsifs des interviewés relèvent ainsi plus du « faire dire » que du « dire » (Blanchet 1997).

11Les contre-évaluations du prédicat de création ainsi que la tension entre descriptions d’action spontanément énoncées par les chefs et récits d’expérience attendus et sollicités par les intervieweurs caractérisent un « conflit de structuration » qui, selon Robert Vion, « peut persister dans la mesure où il n’affecte pas directement les places institutionnelles définitoires du cadre interactif » (Vion 2006 : 32).

1.2 De la pensée logique au savoir narratif

12Voyons d’abord ce qui différencie les deux « modes de textualisation des actions » présents dans les discours des chefs : la description d’actions et le récit. Alors que l’objet de la description d’actions est de « relater des faits » (logique de l’action), celui du récit est de « raconter des histoires » (logique narrative) (Adam 1994 : 4). Cependant ces deux types de séquences d’actions ont souvent été confondus car tous deux comportent un acteur A constant, des prédicats définissant A et une progression temporelle (Adam et al. 1989 : 159).

13« Pour passer d’une simple suite linéaire et temporelle de moments (m1, m2, m3, etc.) à un récit, il faut opérer une reconstruction événementielle par une mise en intrigue », nous dit Jean-Michel Adam (1994 : 16). Le récit est un « tout configurationnel » (Ricœur 1983 : 109) : « La mise-en-intrigue consiste principalement dans la sélection et dans l’arrangement des événements et des actions racontés, qui font de la fable une histoire « complète et entière », ayant commencement, milieu et fin » (Ricœur 1986 : 13).

14Alors que la description d’actions se caractérise par une simple succession chronologique d’événements, « pour qu’il y ait récit, il faut un procès transformationnel » (Adam 1994 : 15). « Un récit est tendu vers sa fin » (ibid. : 13), entre des bornes initiale et finale qui fixent les limites de la séquence narrative. Dans le récit, les événements sont narrés selon la « fréquence singulative » (Bres 1994 : 175) ; dans la description d’actions, la relation se concentre sur le script des actions, un répertoire d’actes présentés dans leur déroulement chronologique selon une « fréquence itérative » : « à la place des scènes on a des sommaires » (ibid.).

  • 8 “Lengthy non narrative passages may possibly also contain narrative moments (e.g. a small anecdote (...)

15En (E4), après une évaluation (« j’aime faire les magasins ») en réponse à la question de l’intervieweur (« Pas forcément au travail ? »), la description d’actions (ci-après DA) égrène itérativement des actions ancrées dans le présent de l’énonciation (temps commentatif) : je regarde, elle me parle… alors que le micro-récit d’expérience (ci-après REC) de type anecdotique que Ruth Wodak nomme « moment narratif8 » (Wodak 1986 : 156), « présente une action une » (Revaz 2009 : 124) autour de la rencontre d’une décoration sur la porte qui inspire au chef la forme d’un pain :

(E4) – Q1 (Intervieweur) : Et est-ce qu’il y a des conditions où vous êtes mieux pour créer ?

– R1 (Chef) : Non ça peut me prendre n’importe où hein !

– Q2 : Pas forcément au travail ?

– R2 : Non pas forcément au travail. J’aime faire les magasins. [DA Et souvent avec ma femme le samedi : « tiens, on va faire un tour ? » et on va faire un tour et puis je regarde et puis je vais rester pendant pffffff des… oui une demi-heure devant un magasin en train de regarder puis en même temps je suis pas là, elle me parle des fois et elle est habituée maintenant, elle me parle et j’entends même pas parce que... j’ai vu cette forme sur cette porte]. [REC Un jour je suis passé devant une porte qui était décorée, y a une forme qui m’a attiré l’œil et je me suis dit : « ça, avec une pâte à pain viennois, ça va faire quelque chose !! »]. Comme quoi vous voyez [...] (CUI07).

16Dans un récit, il advient quelque chose à l’acteur A entre la situation initiale et la situation finale : en (E2), l’enfant a trouvé sa vocation de cuisinier (« et c’est ce qui m’a donné envie d’être cuisinier ») ; en (E3) et (E4), les chefs ont trouvé de nouvelles idées (sorbet milleraies ; forme de pain) ; en (E5), la carte du chef n’est plus la même au début et à la fin du récit (E5) :

(E5) – Q (Intervieweur) : C’est important pour vous l’avis de la personne qui consomme ? Vous avez changé en fonction ?

– R (Chef) : [DA Moi je fais juger toujours d’abord sur papier parce que vous savez quand vous faites une carte en tant que chef, vous êtes dedans je veux dire et puis des fois, vous voyez pas forcément entre les lignes ce que vous avez créé]. [REC Et une fois j’avais eu un exemple c’était ma première place de chef j’ai un cousin qui est aussi dans la restauration qui est à Paris dans un établissement de macaron Michelin à l’époque et ça me faisait plaisir d’y aller parce que j’étais fier de lui annoncer que j’étais chef dans un restaurant et je lui avais amené ma carte et tout et il y avait aussi mes parents avec moi. Mes parents avaient vu aussi la carte mais ils étaient tellement fiers de moi, tout ce que j’aurais pu mettre sur la carte ils auraient été contents. Et lui par contre en tant que professionnel avec son œil professionnel et son avis professionnel, il m’a dit : « mais comment tu t’appelles toi ? » Alors je pensais qu’il se foutait de moi ! Je lui dis : « ben C. D. ». Il m’a dit : « T’es pas Joël Robuchon ? » Je fais : « Non, j’suis pas aussi prétentieux que ça non ! ». Il me dit : « Quand t’as fait tes plats, t’as pas regardé un petit peu haut ? ». […] Je m’en rappellerai toujours ! Il m’a dit : « ça, enlève enlève enlève ! » […] et en fin de compte quand j’ai changé, j’ai remis un peu de classique. Après j’ai pu jouer sur ma création entre guillemets et dire : « ok maintenant je peux me permettre de faire des plats un peu plus… ».] » (CUI08).

17La situation initiale est généralement signalée par des « marqueurs d’épisode » (Roulet 1989 : 253) qui ouvrent la séquence narrative : « un jour » (E3, E4), « et une fois » (E5). Ces « connecteurs indexicaux temporels » (Sacks 1970 : 132) ne sont pas présents dans la description d’actions qui décline des schémas de fonctionnement routinier : « et souvent avec ma femme le samedi » (E4).

  • 9 « Récit minimal : toute suite de deux propositions temporellement ordonnées, si bien que l’inversio (...)

18Le récit peut être embrayé par un événement relaté dans la description d’actions : « j’ai vu cette forme sur cette porte » (E4) qui suscite le « récit minimal9 » (Labov [1972] 1978 : 296) : « un jour je suis passé devant une porte […] ».

19La structure interne de la séquence narrative, orientée vers sa conclusion, comporte fréquemment des alternances de tours de parole internes au récit : « Il m’a dit : « t’es pas Joël Robuchon ? » Je fais : « Non, j’suis pas aussi prétentieux que ça, non ! » (E5) ; et par des connecteurs argumentatifs : mais, par contre (E5). La conclusion énoncée au présent constitue la visée du récit : « comme quoi vous voyez ! » en (E4), une « évaluation post-narrative de l’action » (Bres 1993 : 77).

20Les deux types d’énonciation des actions représentent des modes d’agir discursif différents :

21- la « relation » de faits, en réponse à une demande d’information de l’intervieweur par le biais d’une question dans laquelle l’usage d’un verbe d’état – être – au présent et du terme étapes engage le locuteur à conceptualiser sa logique d’action : plus objectivée, elle entend décrire un état du monde social, en l’occurrence celui de la création culinaire gastronomique ;

22- le « récit », dans lequel le narrateur « rejoue » une séquence de sa biographie, « quelque chose dont [il] fait à nouveau l’expérience » (Goffman 1974 : 496-7), à la fois plus singulier et plus subjectif, mobilise un savoir narratif.

2. Une identité socio-narrative co-construite dans et par le récit

2.1 L’écart à la norme dans la refiguration de scènes d’expérience

  • 10 « Le locuteur, responsable de l’énoncé, donne existence, au moyen de celui-ci, à des énonciateurs d (...)
  • 11 « La chose qui anime est un organisme relativement repérable comme tel, ce n’est pas un signe qui r (...)
  • 12 « Il est le responsable (principal) ou l’initiateur, qui devra répondre d’une position que viendra (...)

23Le conflit de structuration textuelle engendré par la situation d’entretien est producteur d’une « fragmentation de soi » (Goffman 1974 : 512). Le « locuteur, responsable de l’énoncé10 » (Ducrot 1984), qui est « animateur de ce qui est dit11 » (Goffman ibid.), met en spectacle linguistique différents « énonciateurs » (Ducrot ibid.), correspondant à différentes voix que le locuteur animateur orchestre dans le cours d’action de sa parole. Ces énonciateurs sont « responsables » ou « initiateurs12 » des actions décrites, des propos tenus ou des positions avancées : « s’ils parlent, c’est seulement en ce sens que l’énonciation est vue comme exprimant leur point de vue, leur position, leur attitude, mais non pas, au sens matériel du terme, leurs paroles » (Ducrot 1984 : 204).

24En première instance, les chefs interviewés, informés de la finalité de l’entretien, ont été enclins à parler au nom de la profession dont ils se sentaient les représentants dans le cadre de la recherche, en utilisant le on générique de la profession ou de l’enseigne sous laquelle ils exercent leur activité. À cet égard, l’adresse en vous de la question inaugurale est ambivalente. Elle peut s’entendre comme une adresse en personne : vous Monsieur le chef-cuisinier X, et également, dans le contexte de l’entretien de recherche : vous, représentant de la profession que nous, chercheurs, avons pour finalité d’analyser. La voix du on générique énonce des représentations de l’agir, exprimées par des prédicats en faire, qui ont trait à un cadre d’expérience censé être partagé par une profession ou un groupe de professionnels :

(E6) – R (Chef) : Généralement les idées quand on crée, c’est en regardant […]. On regarde et puis on se dit : « Ah tiens ! Ça et ça, ça va peut être pas mal ! », ça c’est toujours notre première étape. On se dit : « ah, ça ! En faisant le mélange de ceci, le mélange de cela, hop ! On peut arriver à quelque chose ! ». La deuxième étape et ben on fait un essai, à l’aveugle […] » (CUI07).

25Ce discours du générique, à portée normative, délivre le diapason du « genre professionnel », « un corps d’évaluations partagées qui organisent l’activité personnelle de façon tacite » (Clot et Faïta 2000 : 27).

26Avec l’embrayage en première personne (je, moi personnellement), les prédicats actionnels singuliers (par le biais d’un script personnalisé de l’action) illustrent la manière dont le sujet cuisinier, dans ses pratiques habituelles, interprète la norme socioprofessionnelle, sa manière de retravailler le genre en situation, son « style » (Clot et Faïta 2000 : 15) :

(E2) […] on travaille beaucoup, enfin moi personnellement je travaille beaucoup avec les saisons, je veux dire je ferais pas des tomates en plein hiver.

27La description d’actions, avec des modalités énonciatives différenciées (on, nous, je + temps présent), relate d’une part, le déroulement normé du travail « prescrit » (Clot 1999) et d’autre part, le style personnel, tel qu’il est conceptualisé par les locuteurs dans et pour la situation de communication.

  • 13 « Nous distinguons en effet l’activité réalisée, c’est-à-dire ce qu’a effectivement fait le profess (...)

28Les intervieweurs, eux, cherchent à repérer des processus de création dans « l’épaisseur du réel de l’activité13 (Kostulski et al. 2011), à travers le savoir narratif des praticiens. Ils invitent alors les chefs à « se raconter » à travers des exemples vécus : « Est-ce qu’on peut prendre un exemple de quelque chose que vous avez créé ? » (Question 2). Dans cette question, l’intervieweur actualise le prédicat créer au passé composé (avez créé) (par opposition au présent utilisé dans la question inaugurale) et une adresse en vous, seulement interprétable en vous, Monsieur le chef X en personne.

29Conséquemment, le locuteur animateur (le chef qui profère les énoncés), par la voix d’un énonciateur narrateur, rapporte des scènes originales de son vécu biographique : avant qu’il ne devienne le chef qu’il est aujourd’hui (E2, E5) ; lors d’une séance de shopping avec son épouse (E4) ; lors de la discussion avec un poseur de moquette (E3). Au-delà de la routine du métier (le genre), au-delà de la manière dont le praticien interprète sa propre partition (son style), le récit, qui doit susciter l’intérêt, « est tenu de rapporter de l’extra-ordinaire (au sens premier) […]. Il rapporte un écart » (Bres 1994 : 175). Cet écart à la norme s’exprime dans les récits des chefs par l’idée d’un « sorbet milleraies » advenue lors de la suggestion d’un type de moquette (E3), la découverte d’un décor de porte qui inspire la forme d’un pain (E4), la critique de la carte par un chef plus reconnu à l’époque du vécu du futur cuisinier (E5).

30La narration, selon Ricœur, est une action de nature mimétique, située au plan de la « refiguration », par l’énonciateur, d’un « stade de l’expérience pratique » (Ricœur 1983 : 109), ancré dans une « pré-compréhension » de l’agir humain (ibid.) : « Le récit refait le monde humain de l’action » (ibid : 186). L’énonciateur n’y fait pas que représenter des actions en réponse à une demande d’information de l’énonciataire, il « rejoue » une scène de sa biographie, ajustée à l’ici et maintenant de la situation de communication. Cette séquence d’action « rejouée » tire son sens rétrospectivement d’une expérience passée « où l’action [avait] échapp[é] à son auteur » (Revaz 1997 : 210).

2.2. « Se faire raconter » et coproduire une identité socio-narrative

31Le récit au passé, au-delà de l’interprétation du genre par le style, met à jour les événements biographiques qui, au fil du temps, ont contribué à « faire » le style et l’identité du sujet chef-cuisinier d’aujourd’hui : « et c’est ce qui m’a donné envie d’être cuisinier » (E2). Comme l’a montré Jacques Bres dans ses analyses d’interactions orales avec des mineurs de Ladrecht (Cévennes), la narration est un acte de production d’identité – « par lequel le narrateur réinscrit son agir – qui l’a fait ce qu’il est (ou croit être bien sûr !) – dans l’orientation temporelle dont se construit son sujet » (Bres 1994 : 38-39). En l’occurrence, nous dirions plutôt coproduction d’identité puisque, dans les corpus analysés, le narrateur ne « se raconte » que parce que le narrataire « se fait raconter » (Bres 1993 : 8).

32D’une part, la requête d’exemples renvoyant à un passé biographique a contribué à la production de récits minimaux ou extensifs pour lesquels le locuteur a mobilisé un savoir déjà-là. D’autre part, la réitération du prédicat verbal créer dans les questions des intervieweurs a produit son écho chez les sujets interviewés, qui, dans une relation d’empathie avec leurs coénonciateurs, ont énoncé des éléments narratifs attestant d’une réelle activité de création. Ce faisant, la « relecture » des expériences par leur acteur/auteur a fait émerger, dans le cours d’action des récits d’expérience personnelle, une identité narrative de cuisinier créateur. Cette identité est assumée par un fragment de soi, que Goffman nomme « le soi protagoniste » qui est « le responsable de l’action enchâssée et rapportée, ce dernier s’étant peut-être détaché, aux yeux du locuteur, de celui qui parle à l’instant » (Goffman 1974 : 511). Le soi protagoniste c’est par exemple le tout jeune chef engagé dans un premier restaurant qui montre fièrement sa carte à sa famille (E5). Ce récit qui relève du retravail d’un savoir déjà-là contribue à construire une identité de cuisinier créateur dont le chef se défend par ailleurs : « après j’ai pu jouer sur ma création entre guillemets ».

33De nombreux chefs ont en effet rejeté le prédicat de création en cuisine (voir 1.1 supra), d’autres se sont explicitement désolidarisés de cette identité de créateur, tout en construisant, à partir de leur vécu biographique, des schémas narratifs attestant d’une activité de création. En (E3), le chef a parfaitement répondu à l’attente de l’intervieweur par le récit de l’origine de son sorbet milleraies. Néanmoins, plus tard, il se défend d’être un créateur (dans la représentation qu’il s’en fait, c’est-à-dire celui qui « crée pour créer ») et se revendique du socionyme d’artisan et/ou de commerçant :

(E7) – R (Chef) : On ne crée pas pour créer si vous voulez. Je crois qu’en tout état de cause ça peut arriver à certaines personnes de dire que nous sommes des créateurs. Moi j’estime que nous sommes surtout des artisans. Enfin concernant mon métier de cuisinier je ne pense pas du tout que je me mets je me classe dans l’organisme des créateurs. […] J’ai plus l’impression d’être un artisan qui travaille les produits que quelqu’un qui fait de la création. […] Nous sommes aussi entre guillemets des cuisiniers mais aussi des commerçants (Cui11).

  • 14 Les musiciens interviewés également dans le cadre de la recherche ont en revanche complètement assu (...)
  • 15 « Le plan de la refiguration marque l’intersection du monde du texte et du monde de l’auditeur ou d (...)

34Le locuteur n’assume pas la catégorie prototypique du créateur14, telle qu’elle est proposée par les intervieweurs. Posée en aliud, elle est exclue au bénéfice d’une co-construction, dans et par les scènes rejouées dans le récit pour les besoins de l’entretien, d’une catégorie de chef-cuisinier qui crée (sans pour autant être nommé « créateur ») : « "Qui es-tu ?" trouve sa réponse dans : "Ce que j’ai fait" » (Bres 1989 : 24). Le récit conversationnel, sollicité dans le contexte spécifique de l’entretien de recherche, est producteur d’une construction socio-identitaire à l’insu du locuteur. Il donne à des scènes de vie un sens qu’elles n’avaient pas avant leur « refiguration15 » en constituant le sujet narrant «  à la fois comme lecteur et comme scripteur de sa propre vie » (Ricœur 1985 : 443).

Conclusion

35L’analyse de l’émergence du récit d’expérience personnelle dans des entretiens de recherche met en perspective les fonctions différentes de la description d’actions et du récit. L’une s’attache à conceptualiser une logique d’action alors que l’autre, le récit, modélise un savoir expérienciel déjà-là mais auquel le sujet n’avait pas encore donné sens. L’organisation narrative des événements permet d’interpréter rétrospectivement ce savoir, en lui donnant une signification pour les besoins d’une situation de communication.

36Plus encore, l’analyse du corpus porte à penser que les sollicitations des intervieweurs (notamment par la requête itérative d’exemples) ont permis aux sujets interviewés d’élargir les contours du champ notionnel de leur activité et de conquérir une part d’identité qu’ils se refusaient peut-être à envisager seuls. Les récits d’expérience personnelle que les intervieweurs « se sont fait raconter » ont engagé les locuteurs interviewés dans une posture réflexive sur leur propre histoire, qui les a amenés, dans le cours d’action des entretiens, à se négocier une identité socio-narrative propre, en adéquation avec les expériences refigurées dans les narrations, tout en ne se conformant pas à la catégorisation prototypique qui leur était proposée et à laquelle ils refusaient de s’identifier en début d’entretien.

37Si, à partir du 20e siècle, le récit n’a pas encore regagné sa reconnaissance de modèle du savoir (individuel comme universel), au profit de genres de communication plus objectivables, le récit de vie en interaction, comme pratique sociale, s’avère porteur de production identitaire et d’intégration sociale :

38« Ce que le narrateur raconte, il le tient de l’expérience, de la sienne propre ou de l’expérience communiquée. Et à son tour il en fait l’expérience de ceux qui écoutent son histoire » (Benjamin 1936).

Haut de page

Bibliographie

Adam J.-M., (1994), « Décrire des actions : raconter ou relater ? », Littérature, 95, 3-22.

Adam J.-M., Petitjean A., (1989), Le texte descriptif, Paris, Nathan Université.

Benjamin W., (1991), [1936], « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » in Écrits français, Paris, Gallimard, 249- 298.

Berdet M., Krilles P., Chamayou-Kuhn C., Emel Yavuz P., 2009, « Mondes en narration », Trajectoires, http://trajectoires.revues.org/391

Blanchet A., (1997), Dire et faire dire. L’entretien, Paris, Armand Colin.

Bres J., (1989), « Praxis, production de sens/d’identité, récit », Langages, 93, 23-44.

Bres J., (1993), Récit oral et production d’identité sociale, Montpellier, Groupe de recherche en linguistique praxématique.

Bres J., (1994, La narrativité, Bruxelles, Duculot.

Carcassonne-Rouif M., Salazar Orvig A., Bensalah A., (2001), « Des récits dans des entretiens de recherche : entre narration et interprétation », Revue québécoise de linguistique, 29 (1), 97-122, http://id.erudit.org/iderudit /039431ar

Clot Y., (1999), La fonction psychologique du travail, Paris, PUF.

Clot Y., Faïta D., (2000), « Genre et style en analyse de travail », Travailler, 4, 7-42

Ducrot O., (1984), Le Dire et le dit, Paris, Minuit.

Dufour F., Barkat-Defradas M., Rinck F. Rouby C., à paraître, « Imagination et création en cuisine gastronomique. Une analyse des discours de chefs cuisiniers français et marocains », Degrés

Goffman E., (1991), [1974] , Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Kostulski K., Clot Y., Litim M., Plateau S., (2011), « L’horizon incertain de la transformation en clinique de l’activité : une intervention dans le champ de l’éducation surveillée », Activités, 8 (1), 129-145, http://www.activites.org/v8n1/ v8n1.pdf

Labov W., (1978), [1972], « La transformation du vécu à travers la syntaxe narrative », in Le parler ordinaire, Paris, Minuit, 289-335.

Labov, W. (1997), “Some Further Steps in Narrative Analysis”, Journal of Narrative and Life History, 1, 395-415.

Norrick N.R., (2007), “Conversation storytelling”, in Herman D. (ed), The Cambridge Companion to Narrative, Cambridge, CUP.

Revaz F., (1997), Les textes d’action, Image 10000000000000010000000127093073.pngMetz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours.

Revaz F., (2009), Introduction à la narratologie. Action et narration, Bruxelles, De Boeck Duculot.

Ricoeur P., (1983), Temps et récit I. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil.

Ricoeur P., (1985), Temps et récit III. Le temps raconté, Paris, Seuil.

Ricoeur P., (1986), Du texte à l'action. Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil.

Roulet E., (1989), « Des dimensions du récit et de la description dans le discours », Argumentation, 3, 247-270.

Sacks H., (1970) [1986], « Some considerations of a story told in ordinary conversations », Poetics, 15, 127-138.

Vion R., (1992), La communication verbale, Paris, Hachette.

Vion R., (2006), « Séquentialité, interactivité et instabilité énonciative », Cahiers de praxématique, 45, 25-50.

Wodak R., (1986), “Tales from the Vienna Woods. Sociolinguistic and Psycholinguistic Considerations of Narrative Analysis”, Poetics, 15, 153-182.

Haut de page

Notes

1 ANR-08-CREA011 : « La création : acteurs, objets, contextes » (Rouby C. (coord), CNRL UMR 5292 CNRS Lyon 1).

2 La recherche comportait trois panels : des musiciens, des parfumeurs et des chefs-cuisiniers. Seuls ces derniers font l’objet de la présente analyse.

3 Conformément aux règles du comité de protection des personnes (CPP Sud-Est II), les créateurs interrogés ont donné leur consentement et les données sont anonymes. Ils sont désignés dans le texte par les lettres CUI suivies d’un numéro.

4 Les intervieweurs disposaient d’un guide d’entretien.

5 C’est notamment le cas des chefs CUI1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10.

6 Ce phénomène de non-coïncidence du mot avec les pratiques est analysé dans Dufour et al. à paraître.

7 Conventions de transcription : les points de suspension non crochetés placés en fin de tour de parole indiquent que la parole a été coupée par le locuteur du tour suivant.

8 “Lengthy non narrative passages may possibly also contain narrative moments (e.g. a small anecdote may be presented as an example, argument, metaphor, etc. for something)”.

9 « Récit minimal : toute suite de deux propositions temporellement ordonnées, si bien que l’inversion de cet ordre entraîne une modification de l’enchaînement des faits reconstitué au plan de l’interprétation sémantique ».

10 « Le locuteur, responsable de l’énoncé, donne existence, au moyen de celui-ci, à des énonciateurs dont il organise les points de vue et les attitudes. Et sa position propre peut se manifester soit parce qu’il s’assimile à tel ou tel des énonciateurs, en le prenant pour représentant (l’énonciateur est alors actualisé), soit simplement parce qu’il a choisi de les faire apparaître et que leur apparition reste significative, même s’il ne s’assimile pas à eux » (Ducrot 1984 : 205).

11 « La chose qui anime est un organisme relativement repérable comme tel, ce n’est pas un signe qui renvoie à autre chose ; elle ne fonctionne pas sur un mode référentiel mais physique (Goffman 1974 : 510).

12 « Il est le responsable (principal) ou l’initiateur, qui devra répondre d’une position que viendra confirmer le sens de ses énonciations » (Goffman 1974 : 508).

13 « Nous distinguons en effet l’activité réalisée, c’est-à-dire ce qu’a effectivement fait le professionnel et qui est observable par son résultat d’une part, et d’autre part le réel de l’activité qui, lui, renvoie à ces possibilités non réalisées exposées par Vygotski : à ce que le professionnel ne fait pas, à ce qu’il cherche à faire sans y parvenir, à ce qu’il renonce à faire, à ce qu’il pense qu’il ferait si les conditions étaient plus favorables, ou même, à ce qu’il fait éventuellement pour éviter de répondre à ce qu’on attendrait de lui. Ce réel, cette épaisseur de l’activité, pas si facilement observable, n’en est pas moins opérant au plan psychologique : au-delà des occupations du professionnel, il concerne ses préoccupations, ses tentatives, ses intuitions, et parfois le sentiment du travail inachevé » (Kostulski et al. 2011 : 131-132).

14 Les musiciens interviewés également dans le cadre de la recherche ont en revanche complètement assumé cette identité.

15 « Le plan de la refiguration marque l’intersection du monde du texte et du monde de l’auditeur ou du lecteur » (Ricœur 1983 : 109)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dufour, « "Ce ne sont que des faits, donne-moi des histoires" La coproduction d'une identité socio-narrative dans des entretiens de recherche. », Semen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://semen.revues.org/9872

Haut de page

Auteur

Françoise Dufour

praxiling umr 5267 cnrsUniversité Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page