Navigation – Plan du site

Ecrire les émotions en mode emphatique

Alain Rabatel

Résumés

Cet article interroge de récentes modélisations des émotions à partir d’une réflexion sur l’empathie en contexte écrit, à propos d’hétéro-émotions. Paradoxalement, en mode empathique le locuteur n’est pas celui qui prend en charge les émotions et l’énonciateur second censé les prendre en charge n’est pas celui qui parle. Ce déséquilibre pose de redoutables questions à la problématique des émotions argumentées concernant la différence entre accréditer le ressenti d’une émotion et légitimer son bien fondé, les phénomènes de consonance émotionnelle (notamment lorsque les émotions sont hors normes) ou le fait d’argumenter sur des émotions ressenties par d’autres, ces derniers n’étant pas en mesure d’argumenter explicitement à partir d’elles ou à leur propos.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’autres mécanismes sont à l’œuvre à l’oral, voir infra note 6.

1Cet article interroge de récentes modélisations des émotions (Plantin 2011, Micheli 2010), à partir d’une réflexion sur l’empathie en contexte écrit1, en considérant la notion d’émotion comme une catégorie englobant des notions connexes, humeurs, affects, sentiments, valeurs, etc. Comme l’indique Jorland,

  • 2 La formulation est rapide et discutable pour l’« empathie archaïque » (6 premiers mois de la vie), (...)

L’empathie consiste à se mettre à la place de l’autre sans forcément éprouver ses émotions, comme lorsque nous anticipons les réactions de quelqu’un ; la sympathie consiste inversement à éprouver les émotions de l’autre sans se mettre nécessairement à sa place, c’est une contagion des émotions, dont le fou rire peut être considéré comme typique. Autrement dit, on peut être empathique sans éprouver de sympathie de même qu’on peut avoir de la sympathie sans être empathique (Jorland 2004 : 20-21).2

  • 3 Je distingue le locuteur (à l’origine matérielle d’un acte de diction ou de scription) et l’énoncia (...)
  • 4 C’est pourquoi je parle en ce cas de « quasi prise en charge ». Voir Rabatel 2009 et 2012.
  • 5 C’est la raison pour laquelle je mettrai l’accent sur l’empathie consonante (Rabatel 2013b), qui in (...)

2Un des objectifs de ce travail sera de vérifier si la distinction posée par les psychologues est vérifiée au plan langagier. En mode empathique, le locuteur-énonciateur premier (L1/E1)3 n’exprime pas directement ses émotions, il évoque médiatement des émotions qu’il impute à un autre que lui, un énonciateur second (e2 = X, ci-dessous). Plus exactement il ne s’agit pas de dire que « X a peur », mais de faire ressentir au lecteur que X éprouve de la peur, bref, d’envisager les choses du point de vue de X, de manière à faire comprendre que la situation, vue par X, est de nature à lui faire éprouver de la peur. Le paradoxe émotif en mode empathique revient à dire que le locuteur qui parle n’est pas celui qui prend en charge les émotions et que l’énonciateur second qui est censé les « prendre en charge4 » n’est pas celui qui parle. Ce déséquilibre pose de redoutables questions à la problématique des émotions en général, et à celle de l’émotion argumentée en particulier. Certes, ainsi que le rappelait Jorland, s’il y a une distinction nette entre empathie et sympathie, il y a aussi, pour le linguiste, une énorme différence entre accréditer le ressenti d’une émotion (X a peur) et légitimer son bien fondé (sa peur est (il)légitime, émouvante, honteuse, etc.). Néanmoins, on suspecte souvent celui qui est capable d’entrer dans la tête et le cœur des autres de partager leurs sentiments, ou a minima, d’être contaminé par eux, surtout lorsque ces émotions sont partagées par la communauté5. Autre question complexe : comment argumenter sur des émotions qui sont ressenties par d’autres, qui ne les communiquent pas, et donc qui ne sont pas en mesure d’argumenter explicitement à partir d’elles ou à leur propos ? Faut-il en conclure que si argumentation il y a, c’est celle de L1/E1, par-dessus e2, pour son propre compte ? Faut-il en ce cas invoquer une posture de sur-énonciateur (Rabatel 2004) qui s’avancerait masqué ? Avant d’avancer une réponse à cette question, dans une publication complémentaire (Rabatel 2013b), il faut d’abord prendre la mesure de la question empathique lorsqu’elle porte sur des émotions, et, ensuite, voire comment des phénomènes de contagion émotionnelle/consonance énonciative pèsent sur l’argumentation, directe ou indirecte.

1. Empathie et point de vue valeur comme dialectique

  • 6 Cosnier traite de l’empathie linguistique dans les interactions, notamment à travers le concept de (...)
  • 7 Il est habituel de penser l’altérité sous les formes hétéro-dialogiques des autres que soi (interlo (...)

3Je n’ai pas la place de consacrer de longs développements à la notion d’empathie et à ses liens multiformes avec la linguistique (Forest 1999, Rabatel 2013a, b, Brunel et Cosnier 20126). L’empathie linguistique, sous son versant énonciatif, renvoie au fait qu’un locuteur prête sa voix à un autre (interlocuteur ou tiers) pour envisager un événement, une situation, à sa place7. Un centre d’empathie correspond à un énonciateur interne (codé e2), distinct du locuteur/énonciateur premier (L1/E1). Les énonciateurs seconds sont construits par L1/E1, repérables à partir d’un certain nombre de positions spatiales, temporelles ou abstraites – assimilables à des cadres conceptuels, axiologiques, idéologiques, artistiques, techniques, scientifiques, institutionnels (étatiques, juridiques, religieux), etc. Chaque énonciateur (y compris les énonciateurs représentés) pèse sur la référenciation de l’objet du discours en focalisant sur des caractéristiques pertinentes ou en éliminant celles qui ne le sont pas relativement à sa situation ou aux cadres sélectionnés dans telle portion du discours. Ces choix sont en dernière instance subjectifs, y compris ceux qui s’expriment en empruntant un lexique objectif ou doxal, car la mise en discours permet non seulement de se faire une représentation de l’objet du discours mais encore du PDV subjectif de l’énonciateur sur cet objet et des calculs qu’il opère pour que son point de vue (avec ses émotions et valeurs) soit partagé par les destinataires. Je propose de synthétiser ces différents cadres et positions en parlant de repère pour l’énonciateur qui bénéficie d’un traitement empathique, de nommer ce dernier l’empathisé (e2) et de réserver le nom d’empathiseur pour le locuteur/énonciateur premier qui joue le rôle d’instance empathisante. Enfin, par modalités d’empathie, j’entends les différentes collocations de marques indiquant comment E1 imagine ce que e2 pourrait dire, penser, percevoir, ressentir, faire.

4L’empathie est un système graduel dans lequel le lien entre empathiseur et empathisé est plus ou moins repérable selon les modalités d’empathie, car certaines sont plus aisément interprétables en tant que telles, notamment celles qui concernent l’expression des paroles (et des pensées). En revanche, cela va moins de soi avec des perceptions, des émotions, des actions, car ces énoncés peuvent sembler plus ‘descriptifs’, purement ‘dénotatifs’, voire ‘objectifs’ (du point de vue de L1/E1) qu’empathiques (exprimant la subjectivité de e2). J’illustre rapidement ces notions à partir de l’exemple suivant :

(1) Et lui, s’étant penché, il ne l’embrassa point, comme il en avait eu l’intention de le faire, il le regardait seulement dormir. C’était un gros garçon de onze mois et deux semaines (car on compte les semaines et les jours au commencement), avec des joues comme vernies, et une grosse tête ronde, enfoncée au creux du coussin (Ramuz, Jean-Luc persécuté, Grasset 1995 : 14).

  • 8 C’est une instance de validation au sens où les perceptions, les jugements de valeurs, les présompt (...)

5Le texte de ce récit au passé simple est produit par un narrateur hétéro-diégétique (L1/E1) qui écrit cette pause descriptive du point de vue du personnage, le père, considéré comme sujet modal 8 ou centre de perspective de la description. Cela revient à dire que les perceptions sont rapportées par L1/E1 à partir du filtre perceptif de e2. Le narrateur se met donc à la place du père. Parler de sujet modal signifie que la référenciation de l’enfant traduit le point de vue du père, le narrateur essayant de rendre compte de la façon dont un jeune père regarde son jeune fils dormir. Le père est vu voyant, observant son fils, ce qu’exprime le choix de l’imparfait dans « il le regardait seulement dormir ». Le baiser prémédité est un signe d’amour, et sa suspension est un autre signe, d’attention émerveillée. Le présentatif ouvre une séquence de PDV représenté doublement mimétique (Rabatel 2008), renvoyant à l’objet du discours (un garçon, un nouveau né de onze mois et demi) et aux réactions émerveillées du sujet percevant : « gros garçon », « grosse tête ronde » indiquent un bébé bien portant, mais s’accompagnent d’un halo subjectif. La réitération de l’adjectif pour « grosse tête ronde » dénote une tête ronde, au sens descriptif, mais aussi bien formée, d’un point de vue appréciatif. La parenthèse empathise sur le mode de calcul des parents, et la comparaison des joues (qu’on imagine grosses, elles aussi, rebondies) « comme vernies », tout cela indique une bonne santé et laisse inférer de bons soins et le bonheur d’avoir une descendance solide, motif de satisfaction quand il s’agit d’un garçon. (1) présente donc des énoncés en troisième personne sans subjectivèmes nets, sans termes d’émotion explicites alors que la situation est potentiellement émotionnante, avec sa source (c’est-à-dire son stimulus, selon Plantin 2011 : 145, voir infra 2.1), et que toute l’organisation du discours exprime cette émotion, sans que le personnage communique explicitement son émotion dans un discours direct, sans non plus que L1/E1 ne se livre à des commentaires explicites sur ces émotions.

  • 9 I. Hekmat évoque un autre topos, tout aussi émotionné, mais neutralisant l’interprétation genrée : (...)

6Dans la mesure où le narrateur prête sa voix au personnage, on ne peut pas évacuer qu’il soit en consonance avec ce dernier. Car on ne peut écarter l’hypothèse que l’interprétation empathique de (1), qui repose sur le topos9 (un héritier mâle en bonne santé est source de bonheur) pourrait faire réagir fortement ceux qui pensent qu’on pourrait être tout aussi heureux avec une fille ! Certes. Ce glissement est significatif, il laisse penser que L1/E1 partage les représentations, les valeurs, les émotions du père et que le lecteur (en l’occurrence l’auteur de ces lignes) aussi. La vivacité de l’indignation ci-dessus revient à passer par-dessus le raisonnement empathique et ses limites situationnelles, comme si les valeurs et émotions d’un homme du siècle passé, en milieu de petits propriétaires agricoles, étaient universelles. (1) a aussi le mérite de montrer la prégnance de nos habitudes de lecture, et, plus largement, de nos habitudes interprétatives : nous sommes souvent enclins à juger en fonction d’une présomption de consonance entre les PDV de e2 et de L1/E1. Mais cette présomption de consonance, dès lors qu’elle n’est pas explicitement confirmée par E1 – et de fait, en (1), L1/E1 n’explicite pas sa position par rapport au PDV imputé à e2 – doit être considérée avec circonspection, car L1/E1 peut faire entendre plus ou moins directement, dans la suite de son discours, qu’il se contente de représenter ce PDV sans nécessairement le partager ou sans éprouver le besoin de s’en distancier. Bref, il est dangereux de conclure de cette présupposition de consonance à un accord de E1 avec e2, et cela est bien évidemment capital dans l’optique des émotions argumentées.

2. L’empathie émotionnelle/émotive

7Reprenant la distinction proposée par Marty 1908, reprise par Caffi et Janney 1994 : 348 entre émotif et émotionnel, deux modalités de la communication émotionnée, Plantin 2011 : 141 rassemble un certain nombre de caractéristiques opposant la communication émotive (intentionnelle, de type rhétorique) à la communication émotionnelle (sous influence causale, non sémiotisée). Dans les deux cas, communication émotionnelle et émotive sont celles d’un sujet agissant et parlant, qui communique (sur) ses propres émotions. D’où deux questions :

81 : L’expression des émotions empathisées des autres est-elle plus complexe que l’expression directe des émotions, en raison des risques de mensonge ou manipulation de L1/E1 ? « Le mensonge étant plus coûteux que la vérité », écrit Plantin, « le sujet tend sans doute à réduire la dissonance entre l’émotif et l’émotionnel, en éprouvant les émotions qu’il joue » (Plantin 2011 : 141 ; voir aussi 118-119). Cette dissonance est moins pénible pour L1/E1 quand il se met à la place des empathisés. Mais ces derniers sont fondés à rectifier ce qui leur est imputé à tort. Evidemment, la rectification est plus complexe lorsque l’empathisé est délocuté, voire absent. Bref, le critère de la fiabilité est plus complexe, plus médiatisé.

  • 10 C’est pourquoi certains exemples de Plantin feront l’objet de reformulations en appui sur des suite (...)

92 : Les émotions empathisées sont-elles de nature à relativiser la distinction entre communication émotionnelle et émotive, surtout dans un contexte monologal où L1/E1 évoque les émotions d’un autre sans lui donner la parole ? Il semble que la prise en compte de la dynamique textuelle/discursive des émotions (il y a rarement des énoncés d’émotion isolés10) favorise des phénomènes de contagion émotive et émotionnelle, dans la mesure où l’absence de paroles de e2 implique que la communication émotive soit rendue par des moyens indirects qui ne reposent pas nécessairement sur l’emploi de termes d’émotion. D’où la nécessité de la complémentarité des approches sémasiologique (partant des contraintes structurelles régissant l’emploi des signifiants pour analyser leur signifié) et onomasiologique (allant du sens aux signes).

2.1. De l'énoncé d'émotion aux discours d'émotions : la complémentarité des approches sémasiologique et onomasiologique

10Plantin (2011 : 145) pose que, dans la structure fondamentale de l’énoncé d’émotion, le lieu (= expérienceur), la source (=stimulus) peuvent être omis mais le terme d’émotion (verbe ou substantif) est obligatoire, comme dans les énoncés avec verbe impersonnel. La formulation est ambiguë parce que l’on ne sait pas si ce qui est obligatoire est la présence d’un terme explicite d’émotion ou l’idée d’émotion, mais les exemples plaident en faveur de la première hypothèse. Dans le même temps, son modèle (ibid. : 144) intègre des émotions inférées, permettant de reconstruire des émotions, à côté de la voie directe (énoncé d’émotion explicite, nommée) : or ces signaux d’amont (liés à la situation source) ou d’aval (composantes physiques, comportementales des émotions, etc.) ne sont pas toujours des termes d’émotion, tant s’en faut, ce qui fait que cette schématisation est plus « englobante » que la structure, elle ne se limite pas au lexique explicite des émotions, selon une perspective sémasiologique et fait une large place à la dimension onomasiologique, avec des idées d’émotions exprimées par des moyens indirects.

11C’est pourquoi les exemples cités par Plantin

[Verbe psychologique + Lieu psychologique] : « Paul enrage » […]

[Verbe psychologique + Lieu psychologique + Source] :

verbe de type mépriser (lieu +V psy + Situation) : « Paul méprise l’argent »

verbe de type dégoûter (Situation + V psy+lieu) : « l’argent dégoûte Pierre »

verbe de type plaire (Sit + V psy + prep + Lieu) : « Pierre plait à Paul » (Plantin 2011 : 146-147)

12qui se bornent à une expression sémasiologique d’un énoncé d’émotion, gagneraient à être complétés pour rendre compte des émotions en l’absence d’un lexique explicitement émotif. Ainsi, il n’est pas impossible que la deuxième partie de (2), infra, exprime la rage, même en l’absence de terme explicite d’émotion. C’est encore plus net en (3). Dans les deux cas, les suites potentielles de l’énoncé d’émotion sont de nature narrative (d’où les variations temporelles possibles), les séquences narratives sont particulièrement propices à l’expression des émotions :

(2) Paul se lance/se lança dans un discours violent : jamais il n’accepterait/n’acceptera cette situation

(3) Paul enrage/enragea/enrageait. Il se lança dans un discours violent : jamais il n’accepterait cette situation.

13(3) exprime sémasiologiquement la rage dans la proposition n° 1 (Prop1) et onamasiologiquement en Prop2. Il en va de même dans les exemples (4) à (6), quelles que soient les formes de cette expression :

(4) Paul méprise l’argent. Il refuse l’idée d’être acheté.

(5) Paul méprise l’argent. Il rejette la main qui lui tend les billets.

(6) Paul méprise l’argent. Je t’ai déjà dit que le fric ne m’intéresse pas.

  • 11 Ce qui signifie que le « je » réfère à Paul. Ce genre de DDL, assez fréquent dans une littérature d (...)

14En (4), l’émotion est exprimée à travers un verbe de pensée qui peut être interprété du PDV de e2 (Je [=Paul] refuse) ou du PDV de L1/E1 commentant l’émotion de Paul (Je [L1/E1 dis que Paul refuse). Cette hésitation fait de (4) un énoncé intermédiaire entre (5) et (6), dans la mesure où e2 et E1 sont énonciativement équidistants de l’expression de l’émotion, tandis que l’empathie émotionnelle est moins forte en (5), plus intense en (6). En effet, en (5), l’émotion est décrite à travers un geste, interprété par L1/E1, même si cette interprétation se donne comme l’expression (et l’explication) fidèle des émotions de Paul relativement à l’argent. En (6), enfin, l’émotion de Paul lui est directement attribuée à partir d’un énoncé au discours direct libre11, ce qui intensifie l’expression du mouvement empathique, le différentiel énonciatif étant indiqué par le passage sans transition au « je/tu », sans le marquage des bornes du DD que sont le verbe de parole et les guillemets, sans compter l’emploi du mot « fric ».

  • 12 Il est possible que l’impassibilité soit rattachée stéréotypiquement au mépris. L’explication, non (...)
  • 13 On retrouve le même problème à propos de l’interprétation de (11) et (12), infra.

15La distinction émotion dite vs émotion inférée est délicate car on peut faire des inférences sur ce qui est dit, d’un point de vue sémasiologique ou onomasiologique. Ainsi, en (7), Prop1 est un énoncé d’émotion et Prop2 aussi, avec « dégoût ». En (8), en revanche, Prop2 relève d’une émotion inférée, on interprète l’impassibilité du visage et l’absence de geste comme deux façons complémentaires de faire sentir le mépris de Paul envers l’argent, surtout si (8) est inséré dans un co-texte précisant la façon d’interpréter l’impassibilité de Paul ou sur une mémoire discursive ayant intégré ce fait, même si l’information n’est pas dans le co-texte. Hors contexte, (8) est plus complexe à interpréter car Prop2 est sémantiquement de nature concessive12, on s’attend à ce que le mépris soit accompagné d’un geste qui le signifie : c’est pourquoi on pourrait insérer un « pourtant » et il faudrait faire suivre Prop2 d’un commentaire explicitant l’absence de réaction comme indice d’une forte émotion13. Mais le caractère complexe du processus interprétatif ne fait que mettre en valeur l’importance d’une motivation calculée par rapport à e2.

(7) Paul méprise l’argent. Son visage exprime un dégoût viscéral.

(8) Paul méprise l’argent. Son visage reste impassible, il ne fait pas un geste.

  • 14 Dans Rabatel 2012b, je fais un lien entre ce qui est représenté, que je nomme « montré 2 », et que (...)
  • 15 M. Monte, que je remercie de sa relecture, me fait remarquer que si elle partage l’analyse, elle tr (...)
  • 16 Comme le signale Vygostki 2011 : 55, « la perception du tout est antérieure à la perception des par (...)

16On peut considérer qu’en (7) comme en (8) les Prop2 relèvent toutes deux d’une émotion représentée, y compris celle de (7) qui est dite : car outre les termes explicites d’émotion, des inférences textuelles concernant le rapport de Prop2 à Prop1, permettent de dire que les émotions ressenties en Prop2 sont en relation avec l’émotion dite globalement en Prop1. En ce sens, l’émotion représentée correspond à une émotion ressentie de l’intérieur14. Cela signifie que les émotions ne sont pas la simple traduction de phénomènes organiques, anatomo-physiologiques (humeurs, réactions instinctives, sensations, etc.) et ont une dimension cérébrale reliée à d’autres fonctions psychiques (Vygostki 2011 : 140-141). Cela signifie aussi, au plan linguistique, que les énoncés d’émotions ne sont pas purement descriptifs : ils ont une dimension interprétative, qui est au cœur du sujet empathisé et que le sujet empathisateur a à cœur de nous faire connaître (et parfois partager). Cette émotion ressentie de l’intérieur se déploie sous ses diverses manifestations, les unes dites, les autres inférées, toutes étant rassemblées par l’idée d’une mise en spectacle discursive, comme si le tableau de l’émotion se déployait à travers la multiplicité des signes qui la traduisent (représentationnellement), qui la construisent (sémiotiquement) et l’authentifient (argumentativement)15. Dans tous ces cas, au plan sémio-linguistique, Prop2 et les autres phrases sont dans un lien anaphorique méronomique, comme dans les phénomènes de PDV (Rabatel 1998 : 50-54)16. Un principe d’économie et de pertinence fait attribuer les perceptions ou émotions à une même source énonciative et les ordonne par rapport à une émotion principale qui se déploie. Ce phénomène sémantique et macro-syntaxique, qui opère au plan textuel, est au cœur du paradoxe émotif : l’émotion ainsi reconstruite par empathie est celle de e2, mais l’agent de cette construction est L1/E1, l’auteur du texte. Cette position de surplomb dialogique invite à voir de plus près les questions de fusion/confusion émotionnelle, questions légitimées par la dimension dialogique de nature conniventielle en raison d’une connivence qui semble la règle, par défaut.

2.2. Hétéro-émotions empathiques : fusion, confusion et consonance

17Bien sûr, il n’y a pas d’automaticité entre l’expression des émotions et leur ressenti, mais on ne peut écarter que leur expression n’entraine des phénomènes de contagion, surtout dans le cadre empathique. La distinction lieu/source est capitale, surtout dans les émotions hétéro-attribuées (« Pierre a peur »). Plantin (2011 : 152-3) précise que dans l’exemple

(9) « Luc est un répugnant personnage »,

18Luc est la source de la répulsion, mais il n’est pas le lieu psychologique de la répulsion, qui a pour siège L1/E1. L’énoncé se présente comme une vérité qui doit être partagée par l’interlocuteur [On, répugnance]. Et de même, il écrit que dans

(10) « Cette joyeuse nouvelle laissa Paul indifférent »,

19la joie est attribuée à L1/E1, l’indifférence à Paul (ibid. : 154). Mais dès qu’on construit un texte en empathisant sur ce que ressent un personnage (ou une personne), et en se mettant vraiment à la place de ce qu’il/elle pourrait ressentir, les choses sont plus complexes. Certes, je peux dire que « Pierre est ému », je peux montrer son émotion à mille signes (« Pierre est tout pâle, il trouve à peine la force d’articuler quelques mots, et finalement les larmes emportent le tout ») sans partager son émotion. Mais si ces émotions sont évoquées longuement, si, de surcroît, elles sont sulfureuses, répréhensibles, il est possible que l’on s’interroge sur les motivations (cachées, bien sûr !) d’une telle complaisance, de la part de L1/E1, pour l’anormal ou l’horrible… Bref, quelle est la nature de la consonance ou de la dissonance dans les cas où L1/E1 montre les émotions d’autrui de l’intérieur, a fortiori lorsqu’il s’agit d’émotions inconvenantes ?

20Cette question ne se limite pas qu’aux émotions hors norme, elle concerne la dynamique discursive de la représentation, indépendamment du caractère scandaleux des émotions. Pourquoi ? D’une part parce que les énoncés cessent d’être seulement descriptifs, constatifs, ils se mettent à exprimer des émotions ressenties par e2. D’autre part, parce qu’on est alors fondé à se demander si L1/E1 laisse entendre que e2 est fondé à éprouver de tel(s) sentiment(s) voire, du fait de sa propre démarche empathique, si toute personne qui serait dans sa situation ne serait pas légitimement amené à ressentir de la même façon que lui et donc si L1/E1 partage les émotions de e2. Il est donc certain qu’un énoncé décontextualisé tel que « Pierre a peur » ne saurait équivaloir dans l’absolu à « Moi, Pierre, j’ai peur », a fortiori à « Si j’étais Pierre, j’aurais peur » ou à « Si n’importe qui était dans la situation de Pierre, il aurait peur ». Mais, dans le contexte narratif d’un récit à la troisième personne avec point de vue du personnage, des paraphrases analogues seraient tout à fait recevables, dans la mesure où le narrateur raconte en se mettant à la place de Pierre, comme le montrent ces exemples attestés en (11) et (12) :

(11) Sans qu’elle eût entendu monter l’escalier, on frappa trois coups légers contre sa porte. Elle tressaillit horriblement et ne répondit point. On frappa de nouveau, puis la serrure grinça. Elle se cacha la tête sous ses couvertures comme si un voleur eût pénétré chez elle. Des bottines craquèrent doucement sur le parquet ; et soudain on toucha son lit (Maupassant, Une vie (1883) 1999 : 83).

(12) Bientôt ses dents claquèrent ; ses mains tremblèrent ; sa poitrine se serrait ; son cœur battait de grands coups sourds et semblait parfois s’arrêter ; et sa gorge haletait comme si l’air n’y pouvait plus entrer. Une effroyable angoisse saisit son âme en même temps que l’invincible froid l’envahissait jusqu’aux moelles. Jamais elle n’avait éprouvé cela, elle ne s’était sentie abandonnée ainsi par la vie, prête à exhaler son dernier souffle (Maupassant, Une Vie [1883] Folio 1974/1999 : 133).

  • 17 « Tressaillir » est certes d’abord un verbe physique, mais il indique une réaction physique émotion (...)

21Ces deux exemples expriment le PDV représenté de Jeanne, en rapportant ses perceptions et ses émotions. À côté de verbes psychologiques (« tressaillir17 », « se sentir abandonnée », « éprouver »), de substantifs d’émotion (« angoisse »), toutes les composantes de la peur sont présentes : la composante physiologique est dominante, redoublée par des adverbes exprimant l’intensité (« elle tressaillit horriblement », « ses dents claquèrent, ses mains tremblèrent ; sa poitrine se serrait ; son cœur battait de grands coups sourds et semblait parfois s’arrêter ; et sa gorge haletait comme si l’air n’y pouvait plus entrer », « l’invincible froid l’envahissait jusqu’aux moelles »). La composante cognitive est aussi très forte : « Elle se cacha la tête sous ses couvertures comme si un voleur eût pénétré chez elle. Des bottines craquèrent doucement sur le parquet ; et soudain on toucha son lit. » En fait, cette composante s’exprime à travers des perceptions qui sont analysées et scandent l’imminence du drame, témoignant ainsi de leur dimension intrinsèquement cognitive, même si cette dimension est plus ou moins prégnante selon la nature des verbes de perception (Rabatel 1998).

22La composante mimo-posturo-gestuelle ne fait sens, à proprement parler, que lorsqu’elle accompagne l’émission de voix : aussi est-elle absente ici. Encore que. En effet, lorsque (11) précise qu’« Elle tressaillit horriblement et ne répondit point. […] Elle se cacha la tête sous ses couvertures comme si un voleur eût pénétré chez elle », on peut tout à fait imaginer les signes mimo-posturo-gestuels qui accompagnent l’impossibilité de parler. Les émotions de peur se traduisent par le comportement et les actions, notamment le fait d’être tétanisé puis de se cacher sous les draps. Le rapport à la conscience évoqué par Plantin (2011 : 12) est très fort, les émotions ayant d’abord une origine externe, puis étant intensifiées par la dynamique interne, qu’il s’agisse de la panique suscitée par la force des émotions physiologiques, ou encore de celle qui est alimentée par le mécanisme des pensées et des associations d’idées (« comme si un voleur voulait lui dérober quelque chose »). Bref, ces deux extraits regorgent d’émotions représentées.

23Si la paraphrase de « Pierre a peur » en « moi Pierre, j’ai peur » pouvait sembler forcée, celles qui reformulent les extraits précédents en première personne – (11b) et (12b) – passent mieux, confirmant cette remarque souvent faite que les fragments en focalisation interne dans les récits hétéro-diégétiques peuvent être réécrits en première personne. Cette réécriture ne pose pas problème en (12b), guère plus en (11b) à la condition d’opérer des transpositions temporelles pour les procès mentaux évoqués en intériorité (ce qui explique que j’opte pour le présent, en (11b), plutôt qu’un imparfait, plus attendu, afin de faire ressentir par un discours direct libre la force du procès mental) :

(11b) Je tressaillis horriblement. Je ne dois pas répondre.

(12b) Bientôt mes dents claquèrent, mes mains tremblèrent.

24Ainsi, en contexte empathique, plus les émotions sont décrites de l’intérieur, plus les signes extérieurs de l’émotion construisent l’intériorité émotionnée du sujet (énonciateur second). Et plus cette intériorité est marquée par ces signes, plus le destinataire du message comme son producteur (L1/E1) sont « fondés » à les partager, ou, sinon « fondés », sont amenés insensiblement à les partager.

25Cette difficulté peut être mise en lumière notamment à partir de l’opacité de l’incidence de modalisateurs exprimant une émotion, quelle que soit leur place. Dans un énoncé tel que

(13) Heureusement, Pierre a manifesté son mécontentement,

26l’interprétation courante veut que L1/E1 exprime dans le modus sa réaction émotive face au fait posé dans le dictum. Plus précisément, il faut distinguer l’instance de prise en charge de la totalité de l’énoncé, et notamment du « heureusement » (L1/E1) et une instance de validation (Gosselin 2010) ou de quasi-prise en charge (Rabatel 2009, 2012), concernant le fait que le « mécontentement » est bien celui de Pierre. Cette interprétation vaudrait également si « heureusement » était en fin d’énoncé, séparé par une virgule, ou en incise, la ponctuation confirmant le caractère extra-prédicatif de l’adverbe.

27Néanmoins, est-il si inenvisageable que cela que l’adverbe soit l’expression d’un jugement modal de e2, lorsqu’il est intra-prédicatif, comme en (14) ?

(14) Pierre a heureusement manifesté son mécontentement.

28Pour que cela soit possible, il faut que l’énoncé indique expressément qu’« heureusement » est un jugement de e2, soit par un verbe de parole – « mais surtout il a dit être », en (15) – ou par un « selon », accompagné ou non de guillemets de mention, en (16) :

(15) Pierre a heureusement manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il a dit être très content de l’avoir montré.

(16) Pierre a « heureusement », selon ses propres termes, manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il était très content de l’avoir montré.

29Évidemment, il n’y a pas de comparaison possible entre les énoncés (15) et (16) et l’original. Mais ce n’est pas ce qui importe. Ce qui est notable, c’est que le commentaire final, qui a pour locuteur L1, envisage l’action précédente du PDV de e2, et fait de ce dernier la source énonciative qui quasi-prend en charge le ressenti du mécontentement et de la satisfaction de l’avoir manifesté. Il est d’ailleurs tout à fait possible d’imaginer une suite dans laquelle E1 exprime son accord ou son désaccord avec cette satisfaction, comme en (17) et (18) :

(17) Pierre a heureusement manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il était très content de l’avoir montré. Et je trouve personnellement qu’il a eu raison/qu’il a eu tort.

(18) Pierre a « heureusement », selon ses propres termes, manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il était très content de l’avoir montré. Et je trouve personnellement qu’il a eu raison/tort.

  • 18 Comme je l’ai dit, on pourrait s’appuyer sur des exemples attestés, ce qui sera fait dans une publi (...)

30En (14), la valeur intra-prédicative d’« heureusement » fait que son lieu psychologique est opaque, il est possible que l’adverbe soit directement pris en charge par L1/E1. Mais possible aussi qu’il soit validé par e2 – (15) et (16) –, et que L1/E1 se positionne ensuite en accord ou en désaccord – (17) et (18) – par rapport à ce PDV de Pierre18. On pourrait même envisager que E1 manifeste son accord avec une des émotions seulement, comme en (19) et (20) – et on pourrait montrer les mêmes déliaisons à propos de (18) – :

(19) Pierre a heureusement manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il était très content de l’avoir montré. Et je trouve personnellement qu’il a eu raison de manifester son mécontentement si tel était son sentiment, mais qu’au fond il n’y avait pas grand motif d’être mécontent.

(20) Pierre a heureusement manifesté son mécontentement ; certes, il était en colère, mais surtout, il était très content de l’avoir montré. Et je trouve personnellement qu’il n’y avait pas de motif réel à être mécontent, mais qu’à partir du moment où il l’a ressenti, il a eu raison de le montrer.

31Bref, l’opacité est particulièrement forte lorsque l’empathie est manifestée au plan des perceptions, sans être exprimée par des paroles ou des pensées. Alors, il y a doute sur le lieu psychologique de l’émotion, et a fortiori doute sur l’instance de prise en charge, et cela, d’autant plus fortement que L1/E1 est à la fois dedans et dehors : il prête sa voix, mais est-il pour autant extérieur aux émotions qu’il évoque en intériorité, en se mettant à la place d’un autre ?

3. Pour conclure : l'empathie et l'argumentation par la dramatisation des preuves sensibles

32Les émotions précédentes ne sont pas des émotions argumentées, au sens où elles sont mises en débat (Micheli 2010). Si l’on s’appuie sur une conception de l’argumentation en appui sur la dynamique inférentielle, distincte de l’argumentation déductive (Grize 2002 : 15-18, 21-23), et sur une conception de l’argumentation qui fait place à la dimension argumentative indirecte, complémentaire de l’argumentation logico-déductive explicite (Amossy 2006), il en va autrement. Plus L1/E1 donne des signes de l’émotion, les fait converger, plus il accrédite leur réalité, plus il explique leur trajet : les signes montrés sont des symptômes de l’émotion, de nature indiciaire ou iconique (l’intensité des signes indiquant l’intensité de l’émotion) ou encore symbolique, dans la mesure où tel signe connote conventionnellement telle autre valeur. L’inscription des émotions (dites et surtout inférées) dans une trame événementielle revient à les présenter comme une réaction rationalisée à une situation. Surtout, dans les situations empathiques qui passent par des perceptions – voir (1), (11), (12) – ou des actions (voir Rabatel 2013b), la communication dite émotionnelle est représentée par L1/E1, brouillant les frontières entre la communication émotionnelle et émotive. Car les émotions ne sont pas seulement communiquées, elles sont représentées et dès lors, elles deviennent rationalisées, inscrites dans une vision stratégique qui est celle de e2 et/ou de E1, dans la mesure où E1 peut exploiter pour son compte des émotions de e2 : c’est ce que l’on verra dans une publication complémentaire : l’avocat général fait ressortir les émotions de e2 pour son acquittement, mais il vise aussi un but plus large, faire partager un combat (personnel) pour que la société (à travers un verdict de l’institution judiciaire qui fasse jurisprudence), reconnaisse davantage les violences conjugales (Rabatel 2013b). Bref, cette position de surplomb dialogique invite à voir de plus près les questions de fusion/confusion émotionnelle, en raison d’une connivence qui semble la règle, par défaut.

  • 19 Mais il est bien sûr possible d’imaginer que ces réactions soient d’autant plus normales que la per (...)

33Au demeurant, les topoi argumentatifs ne sont jamais loin. Ainsi, dans les exemples (11) et (12), les perceptions et les émotions qui leur sont associées ont bien une dimension argumentative. Le lien entre les perceptions et les émotions s’appuie d’ailleurs sur des topoï : si on entend du bruit, alors qu’on n’attend personne, il est possible que ce soit un voleur. Les réactions de l’héroïne sont par conséquent des réactions du type DONC : il y a du bruit, DONC il y a un voleur. Evidemment, on pourrait envisager une autre situation : il y a du bruit, POURTANT je n’ai pas peur. Cette autre réaction s’appuie sur un topos différent comme on vient de le voir. Dans les deux cas, l’expression de la peur s’appuie sur une analyse des perceptions et de leur signification, de leurs conséquences, et en ce sens l’émotion est rationalisée. Elle l’est d’autant plus s’il ne s’agit pas d’une réaction renvoyant à une disposition permanente du sujet (X n’est pas d’un naturel craintif), mais au contraire d’une réaction actuelle, en situation, et, en ce sens, profondément ressentie, éprouvée, intériorisée19.

34L’empathie émotionnelle est donc une stratégie complémentaire de dramatisation des émotions (Lausberg 1960 : § 247, 431-443, 808-851, Plantin 2011 : 166-171). Les stratégies d’empathisation représentées mettent le lecteur en phase avec les émotions ressenties en situation, sans écran intermédiaire du locuteur primaire. Ces inférences permettent d’authentifier la véracité des émotions, et, ce faisant, elles justifient leur existence, voire leur bien-fondé. Leur dramatisation (au sens où elles sont inscrite dans un drama, une histoire, et où leur mode d’évocation les met en scène de façon spectaculaire) n’est pas sans poser à nouveau frais la question de l’argumentation des émotions. Nous venons de voir que des émotions représentées, en situation, font fortement impression sur les destinataires directs ou indirects du spectacle des émotions. Il est en effet non seulement possible, mais facile de passer d’une émotion éprouvée à une émotion partagée et à une émotion légitimée, pour e2 comme pour L1/E1, voire pour tout individu qui serait exposé à cette situation. Et c’est ainsi que, de glissement en glissement, on passe à une fusion qui, si elle dure, risque de verser dans la confusion… ou la manipulation, pour qui veut instrumentaliser ces mécanismes.

  • 20 Michèle Monte me fait remarquer que l’expression de mise en spectacle colle bien mal aux types d’ex (...)

35L’effet contagieux de la dramatisation provient du sujet émotionné qui se donne en spectacle20, mais, compte tenu que la mise en spectacle est produite, au plan linguistique, par L1/E1, en l’occurrence le narrateur, il s’avère que les impressions doivent d’abord être pensées énonciativement par rapport à lui. Mais la logique énonciative ne va pas nécessairement de pair avec la logique empathique qui porte le lecteur à s’identifier plus ou moins au personnage, comme d’ailleurs L1/E1 l’a fait. Toutefois il serait imprudent d’écarter l’idée d’une contagion qui concerne la relation entre le lecteur (ou le destinataire direct ou indirect) et L1/E1, ainsi que le rappelle Jouve 1992, car les mécanismes d’identification ne se bornent pas à la dimension des acteurs de l’énoncé, ils concernent aussi le responsable de la mise en scène énonciative, ainsi qu’on le verra dans Rabatel 2013b.

36Je voudrais donc conclure en insistant sur l’intérêt de ce double niveau de contagion par rapport à la problématique des émotions, qu’elles soient argumentées explicitement ou non. Si se mettre à la place de quelqu’un ne va pas forcément jusqu’à justifier, voire partager le bien fondé des ressentis, il n’en reste pas moins que la logique empathique, au plan langagier, semble devoir remettre en cause la netteté de la distinction posée par les psychologues entre empathie et sympathie… C’est peut-être pourquoi la consonance semble peser plus fortement que la dissonance : car la consonance peut s’accommoder de l’implicite ou de nos habitudes interprétatives : il semble d’ailleurs que l’hypothèse évoquée notamment dans Rabatel (2009 : 85) d’une consonance par défaut dans le cadre d’une convention régissant les récits réalistes puisse être étendue, car, au plan anthropologique, la confiance, la présomption de vérité sont toujours moins coûteuses que la méfiance ou le mensonge. C’est aussi ce qui explique que la dissonance requière un marquage plus explicite. En somme, tout ce qui précède plaide en faveur de la thèse, communément admise, sans être interrogée, selon laquelle L1/E1 est potentiellement en mesure d’argumenter à partir des émotions des autres : cela n’est pas étonnant, puisqu’il les fait souvent siennes, et que, même si ce n’est pas le cas, c’est néanmoins lui qui le dit, les représente, et argumente à leur propos en fonction de ses intérêts !

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R., [2000] 2006, L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

BERTHOZ A., et JORLAND, G., (dir), 2004, L’empathie, Paris, Odile Jacob.

BRUNEL, M-L, et COSNIER, J., 2012, L’empathie. Un sixième sens. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

FOREST R., 1999, Empathie et linguistique. Paris, Presses universitaires de France.

GOSSELIN L., 2010, Les modalités en français, Amsterdam, New York, Rodopi.

GRIZE J-B., 2002, «Les deux faces de l’argumentation : l’inférence et la déduction », in M. de FORNEL et J-C PASSERON (dir.) L’argumentation. Preuve et persuasion, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

JORLAND G., 2004, « L’empathie, histoire d’un concept », in BERTHOZ A. et JORLAND, G., (dir), L’empathie, Paris, Odile Jacob, pp. 19-49.

JOUVE V., 1992, L'Effet-Personnage dans le roman. Paris, Presses universitaires de France.

LAUSBERG H., 1973, [1970], Handbuch des literarischen Rhetorik. München, Max Hueber Auflage.

MICHELI R., 2010, L’émotion argumentée, Paris, Éditions du Cerf.

PLANTIN Ch., 2011, Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang.

RABATEL A., 1998, La construction textuelle du point de vue, Lausanne, Paris, Delachaux et Niestlé.

RABATEL A., 2004, « Stratégies d’effacement énonciatif et surénonciation dans Le dictionnaire philosophique de Comte-Sponville », Langages 156, 18-33.

RABATEL A., 2008, Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Tome 1. Les points de vue et la logique de la narration. Tome 2. Dialogisme et polyphonie dans le récit. Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

RABATEL A., 2009, « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée », La notion de prise en charge en linguistique, Langue française, 162, 71-87.

RABATEL A., 2010, « Retour sur les relations entre locuteurs et énonciateurs. Des voix et des points de vue », in Colas-Blaise Marion, Kara Mohamed, Perrin Laurent, & Petitjean André (dir), La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage. Metz, Celted/Université de Metz, 357-373.

RABATEL A., 2012a, « Sujets modaux, instances de prise en charge et de validation », Le Discours et la langue, 3-2, 13-36.

RABATEL A., 2012b, « Les relations dire/montrer au prisme du point de vue représenté », in Dire, montrer dans les sciences du langage, H. de Chanay, M. Colas-Blaise, O. Leguern (éds), Editions de l’Université de Savoie.

RABATEL A., 2013a, « Empathie, points de vue, méta-représentation et dimension cognitive du dialogisme », Etudes de linguistique appliquée (en lecture).

RABATEL A., 2013b, « "C’est cela être juge, c’est être capable de se mettre à la place des autres". Empathie et émotions argumentées », Le discours et la langue, 8, 4-2 (en lecture).

VYGOSTKI L. S., 2011, [1953], Leçons de psychologie, Trad. O. Anokhina, Paris, La Dispute.

Haut de page

Notes

1 D’autres mécanismes sont à l’œuvre à l’oral, voir infra note 6.

2 La formulation est rapide et discutable pour l’« empathie archaïque » (6 premiers mois de la vie), mais recevable pour le processus empathique à partir de la première année (Brunel et Cosnier 2012 : 89-90).

3 Je distingue le locuteur (à l’origine matérielle d’un acte de diction ou de scription) et l’énonciateur (à l’origine des jugements explicites ou implicites, des positions énonciatives que véhicule le discours, et donc de leur prise en charge, effective (pour E1), ou fictive, pour e2 (Rabatel 2010)). Par convention, je note les locuteurs et énonciateurs premiers L1 et E1 et marque le syncrétisme par un slash (L1/E1). J’utilise les minuscules et le chiffre 2 pour les locuteurs énonciateurs seconds, l2/e2 ou e2 en cas de PDV sans parole.

4 C’est pourquoi je parle en ce cas de « quasi prise en charge ». Voir Rabatel 2009 et 2012.

5 C’est la raison pour laquelle je mettrai l’accent sur l’empathie consonante (Rabatel 2013b), qui interroge la frontière entre empathie et sympathie, en ne se bornant pas à la seule dimension cognitive de l’empathie. Concernant l’empathie dissonante, voir Rabatel 1998 : 172-188.

6 Cosnier traite de l’empathie linguistique dans les interactions, notamment à travers le concept de corps analyseur avec la prise en compte de la multimodalité, de la dynamogénie énonciative (mise en corps de la pensée), le rôle du corps dans la gestion des tours de parole et dans les phénomènes d’échoïsation (échopraxie, échomimie, écholalie, échophonie) : voir Brunel et Cosnier 2012 : 42, 62-63 et 101-103. J’analyse pour ma part d’autres phénomènes empathiques, autour de la construction énonciative de la référenciation, en contexte écrit.

7 Il est habituel de penser l’altérité sous les formes hétéro-dialogiques des autres que soi (interlocuteur singulier ou collectif, identifié ou anonyme, etc.). Mais il peut s’agir aussi d’autres de soi (auto-dialogiques). Les deux formes sont complémentaires, mais l’analyse porte ici sur les autres que soi.

8 C’est une instance de validation au sens où les perceptions, les jugements de valeurs, les présomptions de vérité renvoient à e2 et non à l’énonciateur premier. Il faut donc distinguer ce sujet modal second de l’instance de prise en charge qui correspond au locuteur/énonciateur premier (voir également Gosselin 2010, Rabatel 2009 et 2012).

9 I. Hekmat évoque un autre topos, tout aussi émotionné, mais neutralisant l’interprétation genrée : un bébé (garçon ou fille) gros est considéré comme mignon (jusqu’à un certain âge, où garçons ET filles ne doivent plus être de gros enfants). R. Micheli observe que, l’émotion n’étant pas nommée, sa nature restant partiellement indéterminée, on pourrait construire une autre interprétation, dans laquelle la suspension du baiser prévu et l’observation du « gros » bébé n’oriente pas vers une émotion de type /fierté/, mais plutôt /étonnement/, voire /malaise/. Il conclut que l’interprétation, moins plausible, n’est pas à exclure, sans le cotexte. Dont acte. Mon explication ne prétend pas être la seule possible. Et surtout, ce qui importe, c’est que dans les trois interprétations, on recourt à cette motivation du PDV de e2.

10 C’est pourquoi certains exemples de Plantin feront l’objet de reformulations en appui sur des suites textuelles potentiellement très différentes. Le poids du déploiement des émotions en discours gagnerait à être davantage appuyé sur des exemples plus longs, à l’instar de (1) ou (11) et (12). Ce sera l’objet d’une analyse frontalement consacrée à cette dynamique discursive, dans Rabatel 2013b.

11 Ce qui signifie que le « je » réfère à Paul. Ce genre de DDL, assez fréquent dans une littérature de recherche, se rencontre aussi à l’oral.

12 Il est possible que l’impassibilité soit rattachée stéréotypiquement au mépris. L’explication, non concessive, est peut être moins évidente. Quoi qu’il en soit, cela ne change pas grand-chose par rapport à la question.

13 On retrouve le même problème à propos de l’interprétation de (11) et (12), infra.

14 Dans Rabatel 2012b, je fais un lien entre ce qui est représenté, que je nomme « montré 2 », et que je distingue de ce qui est couramment appelé « montrer » à la suite de Wittgenstein, (que je renomme « montrer 1 ») : le montrer 1 renvoie à E1, le montré 2 à e2 : « le sens montré, c’est le sens dénoté vu de l’intérieur, pour un sujet de conscience. » Mais je ne développe pas ici.

15 M. Monte, que je remercie de sa relecture, me fait remarquer que si elle partage l’analyse, elle trouve que (8) se prête mal à la démonstration : de fait, des exemples attestés tels que (11) et (12) sont plus convaincants. Mais l’intérêt de (8), variation à partir de Plantin 2011 : 146-147, est précisément de montrer que même un exemple décontextualisé peut se prêter à une lecture empathique des émotions, plus complexe que la lecture traditionnelle, non empathique.

16 Comme le signale Vygostki 2011 : 55, « la perception du tout est antérieure à la perception des parties ». NB : l’ouvrage est la traduction du sténogramme d’un cours de 1932, publié en russe pour la première fois en 1953.

17 « Tressaillir » est certes d’abord un verbe physique, mais il indique une réaction physique émotionnée.

18 Comme je l’ai dit, on pourrait s’appuyer sur des exemples attestés, ce qui sera fait dans une publication complémentaire. Mais je souhaite ici m’en tenir à un niveau très général, sur des exemples courts, afin de ne pas multiplier les observables.

19 Mais il est bien sûr possible d’imaginer que ces réactions soient d’autant plus normales que la personne qui les éprouve est d’un naturel craintif. Cela renforcerait le topos initial.

20 Michèle Monte me fait remarquer que l’expression de mise en spectacle colle bien mal aux types d’exemples sans témoins. De fait, mais j’incline à maintenir le terme car il y a mise en spectacle du point de vue du sujet empathisé – ne serait-ce qu’au plan cognitif – et aussi du point de vue de l’énonciateur premier : on trouve là un écho de la dimension argumentative de la mise en scène des émotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rabatel, « Ecrire les émotions en mode emphatique », Semen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://semen.revues.org/9811

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page