Navigation – Plan du site

Les émotions : des modes de sémiotisation aux fonctions argumentatives

Raphaël Micheli, Ida Hekmat et Alain Rabatel

Texte intégral

  • 1 Ces contributions – tout comme celles qui seront publiées par les mêmes éditeurs dans le n°4.2 de l (...)
  • 2 Priorité a ici été donnée à des corpus discursifs qui ne relèvent pas de la sphère médiatique – les (...)

1Le présent numéro se place dans la continuité d’une réflexion qui a déjà fait l’objet de plusieurs livraisons de la revue Semen, et qui concerne le renouveau des études sur l’argumentation dans le champ des sciences du langage, plus particulièrement en analyse du discours (Argumentation et prise de position : pratiques discursives dans Semen n° 17 ; Polémiques médiatiques et journalistiques dans Semen n° 31). Ce renouveau est ici abordé à partir du prisme des émotions. L’objectif global du numéro est de contribuer à l’analyse des multiples rapports qui, en discours, sont susceptibles de se nouer entre la sémiotisation des émotions et la conduite de l’argumentation. Les contributions réunies ici1 (infra, 3.) se réclament, on le verra, d’approches méthodologiques variées (de la sémiotique à la linguistique énonciative en passant par l’analyse des interactions) et explorent des corpus2 très divers (de la conversation familière à l’entretien thérapeutique en passant par le débat en classe). Elles n’en trouvent pas moins leur cohérence dans le fait qu’elles investissent toutes – par la modélisation théorique et par la description empirique – ce qui constitue les deux axes forts du présent numéro : la question des modes de sémiotisation des émotions, d’une part, et celle de leurs fonctions argumentatives, d’autre part. Mais comme l’indique le titre de cette introduction, il ne s’agit pas tant d’aborder successivement ces deux axes que de tenter de penser leur articulation.

2Si ces axes, qui font plus loin l’objet d’une présentation détaillée (infra, 1. et 2.), nous semblent conférer au numéro une orientation originale, c’est qu’ils témoignent d’un choix méthodologique fort : celui d’inscrire l’analyse des émotions simultanément dans le champ des sciences du langage et dans celui des études sur l’argumentation. (i) Mettre l’accent sur les « modes de sémiotisation », c’est prendre acte du fait que les émotions intéressent actuellement tous les secteurs des sciences du langage, et qu’elles sont par conséquent corrélées avec des observables aussi nombreux qu’hétérogènes sur le plan langagier. C’est là un constat d’évidence qu’il est nécessaire de rappeler : les chercheurs saisissent les émotions à travers des faits de langage étonnamment divers – que ce soit en fonction du matériau sémiotique concerné (verbal ou non), du type d’unités engagées et des niveaux d’observation privilégiés. Il semble ainsi essentiel, méthodologiquement parlant, de ne jamais perdre de vue cette question de l’observabilité des émotions et de mener – quels que soient par ailleurs le corpus et la méthode – un travail de réflexion sur les marques langagières à travers lesquelles celles-ci sont potentiellement repérables. (ii) Mettre l’accent sur les « fonctions argumentatives », c’est reprendre à son compte l’intérêt grandissant dont les émotions font l’objet de la part des spécialistes de l’argumentation depuis une vingtaine d’années. Comme on le verra, les appels à l’émotion ne sont plus guère relégués au rang de « moyens de persuasion non argumentatifs » (selon l’expression de Van Eemeren et Grootendorst 1992 : 149). On cherche, dans une optique normative, à préciser les critères selon lesquels ces « emotional appeals » peuvent être jugés raisonnables ou, au contraire, fallacieux, cela en fonction du type de dialogue au sein duquel ils apparaissent. Dans une optique davantage descriptive, on s’attache à explorer les diverses facettes d’un phénomène que l’on peut saisir sous l’appellation générale de « construction argumentative des émotions en discours » – soit que le locuteur argumente au moyen des émotions, soit qu’il argumente à leur propos.

1. Les émotions à travers leurs modes de sémiotisation

  • 3 Dans l’impossibilité de procéder à un état de l’art détaillé, on se bornera ici à rappeler quelques (...)

3Les émotions posent, on l’a dit, un problème d’observabilité aux sciences du langage, et cela d’une façon particulièrement lancinante. Avec quels types d’observables peut-on au juste les corréler, et selon quels critères faut-il procéder à une classification de ceux-ci ? De telles questions, aussi incontournables qu’ardues, sont au centre de la réflexion menée par les auteurs réunis dans ce numéro de Semen. Les difficultés que présentent les émotions en termes d’observabilité ont souvent été relevées, au point que cela constitue un topos de la littérature scientifique sur le sujet. On insiste ainsi très souvent sur l’extrême abondance des observables potentiels, tout en soulignant leur forte hétérogénéité : l’anthropologue Niko Besnier résumait déjà ce point de vue il y a plus de vingt ans en affirmant que l’« affect, en tant que phénomène multicanal, inonde la forme linguistique à différents niveaux de structure et de multiples façons » (1990 : 421, nous traduisons de l’anglais). Pour les linguistes, une telle omniprésence d’observables, aussi stimulante soit-elle, ne laisse pas de décourager quelque peu les tentatives de classification : si, selon un paradoxe formulé par Catherine Kerbrat-Orecchioni (2000 : 47), les émotions sont « partout [dans le langage] », on peut du même coup avoir le sentiment qu’elles ne sont finalement…« nulle part » – au sens où il est difficile de leur assigner un (ou plusieurs) lieu(x) stable(s) dans le système linguistique. L’hétérogénéité des « moyens » investis par le « langage émotionnel » est bien connue : les phénomènes pertinents se rattachent à différents types de matériau sémiotique – verbal, mais aussi voco-prosodique et mimo-posturo-gestuel –, et mobilisent des unités se situant à différents niveaux de complexité. Le sentiment que « quasiment tout aspect du système linguistique est un candidat pour exprimer l'affect » (Ochs et Schiefflin 1989 : 22, nous traduisons de l’anglais) donne actuellement lieu à de très nombreux travaux en sciences du langage, dont il faut tout à la fois souligner la richesse et l’éclatement3 : selon leurs orientations méthodologiques et leurs corpus d’élection, ces travaux tendent en effet le plus souvent à se focaliser sur un type de phénomène en particulier – ce qui les conduit, du même coup, à ne pas intégrer à leur perspective méthodologique d’autres phénomènes mobilisant des unités et des niveaux d’analyse différents.

4S’il ne saurait prétendre offrir un modèle d’analyse unifié du « langage émotionnel » et de ses « moyens » aussi nombreux qu’hétérogènes, le présent numéro entend aborder frontalement la question de l’observabilité langagière des émotions. Il se veut donc une entreprise de réflexion transversale sur les catégories d’analyse qui peuvent outiller la saisie de la dimension émotionnelle des discours, à la croisée de plusieurs secteurs des sciences du langage. Les auteurs ont ainsi été invités, au-delà des particularités de leur cadre théorique et de leurs données, à s’interroger sur les modes de sémiotisation des émotions, c’est-à-dire sur les différentes manières selon lesquelles celles-ci sont rendues manifestes au moyen de signes. C’est là un questionnement méthodologique que la contribution de Raphaël Micheli aborde sur un plan théorique général. L’auteur esquisse une typologie possible des modes de sémiotisation de l’émotion, fondée sur une tripartition entre l’émotion dite, l’émotion montrée et l’émotion étayée. Alain Rabatel propose quant à lui de dépasser le seul cadre des émotions dites et auto-attribuées pour faire émerger un ensemble de phénomènes encore peu observés : ceux-ci concernent la manière dont un locuteur peut représenter les émotions d’autrui sans pour autant qu’elles ne soient désignées au moyen du lexique et attribuées de façon explicite. Cette volonté de ne pas traiter uniquement les émotions signifiées lexicalement se retrouve dans la contribution de Domitille Caillat, ainsi que dans celle d’Annie Kuyumcuyan, Daniel Coulon et Michel Musiol. La première s’intéresse au matériau co-verbal dans le cadre de l’étude du discours rapporté direct à l’oral : l’auteure y décrit comment l’usage de supports prosodiques et mimo-posturo-gestuels permet au locuteur de sémiotiser une émotion qui peut être concordante ou discordante par rapport à la teneur des paroles qu’il rapporte. La seconde montre, sur la base de l’étude d’un entretien thérapeutique, que l’émotion dite par le patient (« c’est choquant, ça fait un choc ») ne constitue que la dernière étape d’un travail interactionnel de co-construction de l’affect : la désignation lexicale de l’émotion est en effet précédée d’une série de dénotations indirectes, voire métaphoriques (« j’ai le cœur qui s’est mis en route ») de la part du patient, qui donnent lieu à des questions, des relances et des gloses métadiscursives de la part du médecin. Enfin, la contribution de Nicole Biagioli dépasse les frontières du code linguistique proprement dit : en s’intéressant au « langage des fleurs », elle décrit le fonctionnement sémiotique d’un code non linguistique dont la richesse est grande pour exprimer des émotions, et qui tisse des relations complexes avec le matériau verbal qui l’accompagne souvent.

2. Des modes de sémiotisation aux fonctions argumentatives des émotions

5L’appel à contributions invitait également les auteurs à s’efforcer d’expliciter, voire de théoriser la place du sensible dans l’argumentable et – réciproquement – la place de l’argumentable dans le sensible. Le deuxième axe fort du numéro concerne ainsi les rapports entre, d’une part, les processus de sémiotisation des émotions et, d’autre part, le fonctionnement des discours argumentés – au sens large : on s’intéresse ici tant aux discours qui se proposent explicitement de justifier un point de vue controversé en l’appuyant sur des raisons qu’à ceux qui tentent « simplement d’orienter [les] façons de voir [de l’allocutaire] » (Amossy 2010 : 36). Les émotions, on le sait, ont longtemps fait figure de « parent pauvre » des théories de l’argumentation – cela en contraste flagrant avec la richesse de la réflexion rhétorique sur le pathos – : les raisons historiques et épistémologiques d’un tel désintérêt ont été analysées en détail dans les travaux de Plantin (voir 2011 : 45-99). La situation a toutefois beaucoup changé lors de ces deux dernières décennies, ce que l’on illustrera rapidement par deux exemples. Du côté des approches normatives anglophones, on a assisté à une réintégration progressive des émotions dans des cadres théoriques qui leur étaient a priori hostiles : la logique informelle et l’étude des fallacies (Walton 1992, 1997 et 2000) ou même la pragma-dialectique (Gilbert 2005, Manolescu 2006). Du côté des approches langagières qui se développent dans la recherche francophone, les travaux de Plantin (voir 2011 pour une synthèse récente) ont apporté une contribution majeure à l’étude du « discours émotionné », en ce qu’ils ont ouvert la voie à une meilleure compréhension des rapports complexes qui unissent l’argumentation et les émotions. Ils ont tout particulièrement mis en évidence le fait que les émotions ne sont pas uniquement des ressources pour l’argumentation (au sens où l’on peut y faire appel peut accroître l’efficacité d’un raisonnement), mais aussi des objets d’argumentation (au sens où l’on peut les justifier ou les critiquer en formulant des raisons en leur (dé)faveur). Cette dernière perspective commence à être reprise et approfondie, notamment dans les travaux de Micheli (2010a et b) autour de la « construction argumentative de l’émotion » (ou de l’« émotion argumentée »).

6Les auteurs réunis dans ce numéro prennent acte de la diversité des rapports entre l’argumentation et les émotions, et notamment du fait qu’on aussi bien argumenter par les émotions qu’argumenter les émotions elles-mêmes. Se pose alors toute une série de questions encore peu explorées : l’argumentation des émotions contribue-t-elle à leur intensification ou vient-elle parfois au contraire en saper la véracité ? Inversement, le partage des émotions est-il accru ou au contraire atténué par leur « argumentabilité » ? Sans offrir de réponses définitives, les auteurs tentent, chacun à leur manière, d’éclairer de façon originale l’interpénétration, en discours, du sensible et de l’argumentable. Polo, Plantin, Lund et Niccolai montrent, à partir de l’étude d’un café-débat opposant des collégiens sur le thème de l’accès à l’eau potable, que la position émotionnelle construite par les participants est inséparable de la position argumentative qu’ils élaborent. Dans le cadre de son analyse énonciative de l’empathie, Rabatel insiste sur le caractère incertain de la frontière séparant le processus de représentation, par le locuteur-énonciateur, des émotions d’autrui et celui de justification, voire de partage, de ces émotions allo-attribuées. L’article de Caillat suggère quant à lui que le traitement multimodal du discours rapporté comporte une dimension tout à la fois émotionnelle et argumentative : il permet au locuteur de manifester une émotion – concordante ou discordante – par rapport au discours qu’il rapporte et, par là même, d’orienter la réception de ce discours en fonction des objectifs qu’il poursuit sur le plan de l’argumentation. L’analyse de l’interaction entre un psychologue et un patient schizophrène est l’occasion, pour Kuyumcuyan, Coulon et Musiol, de dévoiler les stratégies complexes d’atténuation et de libération de l’affect mises en œuvre par les interactants. Quant au « langage des fleurs » étudié par Biagioli, il investit également la sémiotisation des émotions d’une dimension argumentative, dans la mesure où la corrélation entre une fleur et une émotion donnée (par exemple : oxalis = joie) se trouve parfois justifiée par des arguments.

3. Présentation détaillée des contributions

7En ouverture du numéro, la contribution de Raphaël Micheli fait retour sur la question théorique et méthodologique de l’observabilité des émotions en discours. Il s’agit de réfléchir aux catégories qui – de manière plus ou moins explicite – semblent structurer l’analyse du « langage émotionnel » et le classement de ses divers « moyens », lorsqu’ils sont entrepris à partir d’un cadre discursif. Le propos de l’auteur est d’identifier un nombre limité de modes de sémiotisation de l’émotion et de les distinguer entre eux. L’article consiste en la présentation d’un modèle d’analyse qui, à partir de la catégorie englobante d’émotion « sémiotisée », suggère d’envisager trois grands modes de sémiotisation : dire, montrer et étayer l’émotion. Lorsque l’émotion est dite, elle apparaît typiquement dans un énoncé où elle est désignée au moyen du lexique et mise en rapport, sur le plan syntaxique, avec une entité humaine supposée l’éprouver. Lorsque l’émotion est montrée, elle est inférée à partir d’un ensemble de caractéristiques de l’énoncé, qui sont interprétées comme des indices du fait que l’énonciation de cet énoncé est co-occurrente avec le ressenti d’une émotion par le locuteur. Enfin, lorsque l’émotion est étayée, elle est – ici encore – inférée, mais cette fois à partir de la schématisation, dans le discours, d’une situation qui lui est conventionnellement associée sur le plan socio-culturel et qui est supposée en garantir la légitimité (c’est typiquement là où, selon Micheli, la sémiotisation de l’émotion comporte une dimension argumentative). De toute évidence, ces trois modes de sémiotisation se combinent dans le fonctionnement effectif des discours – question que l’auteur laisse ouverte dans le cadre de cet article.

8La contribution de Claire Polo, Christian Plantin, Kristine Lund et Gérald Niccolai se concentre sur la question des rapports entre les émotions et l’argumentation, à partir de l’étude d’une controverse socio-scientifique – l’accès à l’eau potable pour les générations futures – abordée dans le cadre scolaire d’un débat entre collégiens mexicains. Le propos est de faire ressortir, dans la lignée des travaux de Plantin, la relation d’inséparabilité entre, d’une part, la construction d’une position argumentative relativement à une question controversée et, d’autre part, la construction d’une position émotionnelle vis-à-vis de l’objet du débat. Comme le montrent en détail les auteurs, les collégiens élaborent dans leur discours des « schématisations » – au sens de Grize – de la situation, notamment selon des paramètres comme la distance (« Le problème de l’accès à l’eau potable nous concerne-t-il directement ? »), la causalité/agentivité (« A quel type d’agent peut-on assigner la responsabilité d’œuvrer à une résolution de ce problème ? »), le contrôle (« A quel degré peut-on espérer exercer un contrôle sur le problème en question ? ») ou encore les normes (« Quelles normes – morales ou procédurales – faut-il prendre en compte pour traiter le problème ? »). Selon les auteurs, ces schématisations concurrentes sont non seulement chargées émotionnellement (en ce qu’elles orientent vers un certain type d’émotion plutôt qu’un autre), mais aussi argumentativement (en ce qu’elles orientent vers une certaine conclusion plutôt qu’une autre). L’originalité du propos est de soutenir que loin de n’être qu’un adjuvant externe à l’argumentation, la construction d’une position émotionnelle est intrinsèquement liée au choix d’une conclusion argumentative.

9Dans sa contribution, Alain Rabatel s’attaque à la question de l’empathie d’un point de vue énonciatif, par le truchement de la distinction entre locuteur et énonciateur (qui est au centre de ses travaux depuis plusieurs années). L’enjeu est de voir selon quelles modalités le locuteur-énonciateur premier (noté L1/E1) peut imputer une émotion à autre que lui, en l’occurrence à un énonciateur second (e2), source du point de vue manifesté dans l’énoncé. Or le traitement empathique de telles « hétéro-émotions » est loin de passer uniquement par des énoncés attribuant explicitement une émotion à un tiers (« e2 a peur ») : le locuteur peut également, selon les termes de Rabatel, « envisager les choses du point de vue de e2, de manière à faire comprendre que la situation, vue par e2, est de nature à lui faire éprouver de la peur ». Une telle perspective amène l’auteur à décrire divers phénomènes de consonance ou, au contraire, de dissonance émotionnelle entre le locuteur-énonciateur premier et les énonciateurs seconds. Cette réflexion énonciative sur l’empathie n’est pas sans interroger les rapports qui se tissent, en discours, entre les émotions et l’argumentation. En effet, note Rabatel, la frontière peut parfois devenir très floue entre la représentation empathique, par le locuteur, de l’émotion d’un autre énonciateur et le partage, voire la justification du bien-fondé de cette émotion. Il se dessine ici une problématique complexe, et encore peu explorée, de la fusion, voire de la confusion émotionnelle entre les diverses instances de l’énonciation.

10L’article de Domitille Caillat touche également à la question de l’empathie, à travers une étude qui tente de saisir la dimension aussi bien émotionnelle qu’argumentative du discours rapporté direct en contexte oral. Le propos de l’auteure est de montrer qu’un locuteur qui rapporte le discours d’autrui peut – via des supports co-verbaux (prosodiques et mimo-posturo-gestuels) – investir ce discours d’une certaine valeur (positive ou négative) en fonction de la thèse qu’il cherche à justifier et à faire accepter à son interlocuteur. Or, selon Caillat, ce processus de valorisation (ou de dévalorisation) du discours rapporté à des fins argumentatives passe par la manifestation d’émotions, qui sont de deux types. Dans un premier cas, le locuteur peut manifester une émotion qui apparaît concordante avec la teneur du discours rapporté : il y là un procédé d’amplification émotionnelle du discours rapporté, qui accroît la valeur de celui-ci sur le plan de l’argumentation développée par ailleurs par le locuteur. Dans un second cas, l’émotion manifestée par le locuteur peut-être discordante, soit qu’elle apparaisse complètement exagérée par rapport à la teneur des propos rapportés, soit qu’elle soit contraire au type d’émotion que celle-ci laisserait attendre. Cette dévalorisation du discours rapporté via la sémiotisation d’une émotion permet au locuteur d’écarter un argument anti-orienté par rapport à la conclusion qu’il cherche à imposer.

11C’est à partir de l’étude du genre de l’entretien thérapeutique qu’Annie Kuyumcuyan, Daniel Coulon et Michel Musiol s’attachent à décrire le processus de sémiotisation des émotions dans sa dimension argumentative. Exploitant un corpus d’entretiens entre un psychologue clinicien et un patient schizophrène, les auteurs recourent conjointement à une analyse hiérarchique inspirée du modèle genevois d’analyse du discours et à une tentative de formalisation inspirée de la méthode de la « déduction naturelle ». L’enjeu est de décrire divers mécanismes de co-construction de l’affect auxquels le patient et son thérapeute ont recours. On voit ainsi émerger, lors d’une séquence où le patient affirme « avoir le cœur qui s’est mis en route », un jeu complexe qui engage tout à la fois un processus de libération et d’atténuation de l’affect. Les auteurs montrent comment le thérapeute invite le patient à gloser la première formulation de son affect et à la reformuler, puis – sur la base de cette reformulation – comment il cherche à investir l’affect d’une certaine signification. On voit aussi de quelle manière le patient est finalement conduit à (re)nommer son affect, à le revendiquer, voire à lui conférer une rationalité propre. L’un des points d’intérêts majeurs de la démarche mise en œuvre par les auteurs réside dans la finesse de l’analyse : le travail interactionnel de co-construction de l’affect est décrit pas à pas, tour de parole par tour de parole.

12En clôture du numéro, Nicole Biagioli propose une étude du « code symbolique floral » (ce que l’on appelle plus couramment le « langage des fleurs »), et en analyse les ressources particulières en termes de sémiotisation des émotions. Biagioli s’attache à mieux comprendre le fonctionnement sémiotique de ce code encore très peu étudié : le rapport signifiant/signifié est discuté, ainsi que les problèmes d’homonymie et de synonymie – le tout sur le fond d’une comparaison entre le « code symbolique floral » et le code linguistique. Si elle se situe aux frontières du langagier proprement dit, la réflexion engagée par l’auteure prend soin de montrer en quoi le recours au langage des fleurs lors de « transactions » implique toujours, pour une part, le recours au langage naturel : l’analyse de la construction discursive des émotions y est donc particulièrement complexe, à cheval entre deux codes dont les interactions sont décrites en détail. Au delà du seul cas du « langage des fleurs », l’intérêt méthodologique du propos de Biagioli est de rappeler qu’une analyse globale de la sémiotisation des émotions gagne à ne pas se limiter au code linguistique stricto sensu, et à s’ouvrir à l’étude d’autres codes plus inattendus.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R., 2010, L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

BALIBAR-MRABTI, A., (éd.), 1995, Grammaire des sentiments, Langue française, n°105.

BESNIER, Niko, 1990, « Language and Affect », Annual Review of Anthropology, vol. 19, pp. 419-451.

COLLETTA, J- M., TCHERKASSOF, A., (éds.), 1997, Perspectives actuelles sur les émotions. Cognition, langage et développement, Hayen, Mardaga.

GILBERT, M., 2005 « Let’s Talk : Emotion and the Pragma-Dialectic Model », in Argumentation in Practice, Frans Van Eemeren and Peter Houtlosser (eds.), London, John Benjamins, pp. 43-52.

GROSSMANN F., TUTIN A., (éds.), 2005, Sémantique des noms et adjectifs d'émotion, Lidil. Revue de linguistique et de didactique des langues, n°32.

MANOLESCU, B., 2006, « A Normative Pragmatic Perspective on Appealing to Emotions in Argumentation », Argumentation. An International Journal on Reasoning, Vol. 20, pp. 327-343.

MICHELI, R., 2010a, L'émotion argumentée. L'abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris, Editions du Cerf, collection « humanités ».

MICHELI, R., 2010b, « Emotions as Objects of Argumentative Constructions », Argumentation. An International Journal on Reasoning, Vol. 24, n°1, pp. 1-17.

NOVAKOVA, I., et TUTIN, A., 2009, Le lexique des émotions, Grenoble, ELLUG.

OCHS, E., et SCHIEFFELIN, B., 1989, « Language Has a Heart », Text. An Interdisciplinary Journal for the Study of Discourse, vol. 9-1, pp. 7-25.

PLANTIN, Ch., 2011, Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthodes pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang.

PLANTIN, Ch., DOURY M., et TRAVERSO, V., (éds.), 2000, Les émotions dans les interactions, Lyon, PUL.

RINN, M., (éd.), 2008, Emotions et discours. L'usage des passions dans la langue, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences ».

VAN EEMEREN, F., GROOTENDORST, R., 1996, La Nouvelle dialectique, trad. de l’anglais coordonnée par Ch. PLANTIN, Paris, Kimé.

WALTON, D., 1992, The Place of Emotion in Argument, University Park, The Pennsylvania State University Press.

WALTON, D., 1997, Appeal to Pity. Argumentum ad misericordiam, Albany, State University of New-York Press.

WALTON, D. 2000, Scare Tactics, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Haut de page

Notes

1 Ces contributions – tout comme celles qui seront publiées par les mêmes éditeurs dans le n°4.2 de la revue Le discours et la langue – ont d’abord été présentées en septembre 2012 dans le cadre de deux journées d’études organisées à l’Université Lyon 1. Les éditeurs remercient chaleureusement l’IUFM et le laboratoire ICAR (Université Lyon 2) pour avoir permis ces échanges.

2 Priorité a ici été donnée à des corpus discursifs qui ne relèvent pas de la sphère médiatique – les éditeurs consacrant à ce terrain le numéro du Discours et la langue. Les genres médiatiques font légitimement l’objet d’une attention soutenue de la part des analystes du discours. On espère, avec ce numéro de Semen, ouvrir de nouvelles perspectives empiriques et, grâce à l’étude de genres plus inattendus, élargir le champ des données traditionnellement prises en compte.

3 Dans l’impossibilité de procéder à un état de l’art détaillé, on se bornera ici à rappeler quelques travaux collectifs (ouvrages et numéros de revue) qui ont marqué la recherche linguistique francophone sur les émotions ces deux dernières décennies, notamment Grammaire des sentiments (Balibar-Mrabti (éd.) 1995) ; Perspectives actuelles sur les émotions. Cognition, langage et développement (Colletta et Tcherkassof (éds.) 1997) ; Les émotions dans les interactions (Plantin, Doury et Traverso (éds.) 2000) ; Sémantique des noms et adjectifs d'émotion (Grossmann et Tutin (éds.) 2005) ; Emotions et discours. L'usage des passions dans la langue (Rinn (éd.) 2008) ; Le lexique des émotions (Novakova et Tutin (éds.) 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Micheli, Ida Hekmat et Alain Rabatel, « Les émotions : des modes de sémiotisation aux fonctions argumentatives », Semen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://semen.revues.org/9790

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page