Navigation – Plan du site

La macro-proposition : unité compositionnelle variable

André Avias

Résumés

Dans cet article nous présentons une réflexion sur la composition et la segmentation textuelle au delà du niveau de la phrase. Après un examen de plusieurs approches, nous concentrons notre étude sur la place et les fonctions de la macro-proposition, unité centrale et intermédiaire entre proposition et séquence. En reprenant en grande partie les propositions de J.M. Adam, nous proposons de généraliser l'emploi de ces unités à tout texte de tout genre.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Cet article va se concentrer sur une réflexion suivie de quelques propositions sur la place et les fonctions de la macro-proposition textuelle, dénomination donnée par JM. Adam à cette unité textuelle dans de nombreux ouvrages depuis 1992 (1999, 2005). La macro-proposition n’est pas une unité linguistique au sens strict du terme car elle peut dépasser la limite de la phrase et même de la double phrase à laquelle de nombreux linguistes ont étendu leur domaine d’étude.

2Comme on le verra, elle a un rôle multiple : elle participe à l'organisation, à la répartition et au regroupement hiérarchique et sémantique d’entités thématiques. C'est grâce à elle, et autour d'elle, que tout un réseau se crée et s'établit pour l'organisation linéaire d'une chronologie thématique et fonctionnelle, libre et arbitraire. Elle est un des rouages principaux de la structuration textuelle et support de sens. Par là-même on comprend bien toute l'importance de cette unité textuelle qui est pourtant relativement peu étudiée.

2. Positionnement de la macro-proposition

3Tout texte d'une certaine longueur est composé en surface d’un ensemble de parties interdépendantes les unes aux autres qui peuvent être regroupées et reconnues comme étant la structuration d’un prototype textuel prédéfini et/ou comme parties d’un certain plan de texte (Adam, 2005). La plus petite unité est celle de la proposition minimale appelée à la suite d’Adam la proposition-énoncé. Entre ces deux niveaux extrêmes, le plus petit et le plus grand, existe bien évidemment un niveau intermédiaire appelé donc macro-proposition.

  • 1 La théorie séquentielle a été en grande partie revue et développée depuis et surtout dans son livre (...)

4Dans le modèle séquentiel d’Adam, la macro-proposition occupe une place centrale et elle a déjà été formalisée dans plusieurs de ses travaux1. Il nous semble cependant qu’il y a encore des zones d’ombre à éclairer et besoin de donner à la macro-proposition toute la place qu’elle mérite. Elle peut aussi être comparée avec ce que l’on appelle communément le paragraphe, voire même le passage polyphonique (nous y reviendrons infra). Il sera intéressant aussi de faire une comparaison entre textes de forme écrite et orale. Les besoins ou les objectifs de segmentation doivent être a priori comparables dans un premier temps.

5Nous allons donc premièrement présenter rapidement quelques-uns de ces autres cas de segmentations avant de discuter et développer le modèle d'Adam. Ce sont les similitudes ou les points de contact qui nous intéresseront car ils sont source d'inspiration. Nous terminerons par une analyse d'exemples et de présentation de définitions et propriétés de la macro-proposition.

3. Autres cas de segmentations

3.1 À l'oral : segmentation par l'intonation

6À l’oral, sans point ni virgule visibles, c’est par la respiration, le rythme et l’intonation que le texte est segmenté. Morel et Danon-Boileau expriment la fonction de l’intonation ainsi :

L’intonation se voit communément accorder deux fonctions, l’une iconique et l’autre conventionnelle. La fonction conventionnelle est, dit-on, démarcative : elle découpe le continuum de la parole en constituants homogènes. La fonction d’expressivité est, quant à elle, iconique : elle manifeste les émotions du sujet (1998 : 9).

7Cela confirme l’idée qu’à l’oral on peut envisager une double fonction que possède l’intonation dans son rôle de formation de segments. À l’oral, bien sûr, il y a un aspect spécifique à considérer, qui est celui des tours de parole, ce qui sans doute complique l’analyse et la comparaison avec l'écrit. Le paragraphe est utilisé comme unité supérieure :

Ainsi l’unité supérieure d’analyse du discours oral, le ‘paragraphe’, ne peut être définie qu’à l’aide des indices suprasegmentaux (en tenant compte de leur valeur conventionnelle) (Ibid., 10).

8Ces indices sont spécifiques à la communication orale et correspondent à l’utilisation de la voix en intensité ou de pauses silencieuses. Et ils permettent un découpage en paragraphe qui à l’écrit s’effectue sur la base d’indices typographiques :

Le choix du ‘paragraphe’ comme unité d’analyse de l’oral se justifie par l’analogie avec la définition qu’on en donne à l’écrit. De même qu’à l’écrit le paragraphe ne peut être défini que par des indices typographiques – alinéa au début et blanc à la fin (donc extérieurs au plan segmental) – de même à l’oral seuls les indices suprasegmentaux permettent le découpage en paragraphes (Ibid., 21).

9Le paragraphe ainsi défini, il devient possible d’en analyser son contenu. Sans surprise, on va constater la présence d’une dynamique thématique :

« Un paragraphe contient au moins un rhème. Ce rhème est régulièrement, en français, précédé d’un ou plusieurs préambules, qui sont des segments à valeur thématique et modale » (Idem).

10Le schéma proposé est le suivant :

[Paragraphe oral type = préambule + rhème + (postrhème)]

11Ce point est comparable à la situation à l’écrit. Le préambule « garantit l’accordage des esprits avant l’énonciation du rhème » (Ibid. 162). Il est configuré par et dans l’énonciation et contient aussi la zone référentielle du thème. De plus, et fait aussi à noter, les auteurs ajoutent :

Si les segments successifs d’un paragraphe se laissent aisément identifier par l’analyse morphosyntaxique, il n’en est pas de même du paragraphe lui-même. Sa cohésion et ses limites ne sont indiquées que par des indices suprasegmentaux. Il existe en fait deux types d’indices suprasegmentaux : des indices de coupe et des indices de cohésion (Ibid. 23).

12Cette question importante des indices de coupes et de cohésion, et surtout voir ce qui se passe à l’écrit, ne pourra être traitée ici. L'analogie faite avec le paragraphe écrit et l'utilisation de la dynamique thématique montre bien un phénomène essentiel indicateur du découpage textuel en unités supérieures à la proposition-énoncé.

3.2 Le paragraphe écrit

13Nous sommes en terrain assez connu, toutefois un certain nombre de descriptions existantes nous apporteront quelque éclairage intéressant et utile. Le paragraphe est une instruction claire faite au lecteur. Comme Le Ny le rappelle :

L'instruction peut se paraphraser ainsi « mettez fin à quelque chose » et « si vous continuez à traiter le présent discours, c'est-à-dire à comprendre ce que vous lisez, commencez quelque chose d'autre » (Le Ny, 1982). 

14C'est bien ce principe de démarcation, de pause et passage à autre chose qui définit très précisément la fonction du paragraphe. Cette idée est productive dans notre comparaison avec la macro-proposition.

15Si on considère le fonctionnement du paragraphe, on va très vite constater que nous retrouvons deux composantes (comme pour l’oral) qui nous intéressent beaucoup : l'unité thématique et les traits spécifiques de démarcation. La progression thématique joue un rôle essentiel, aussi d'un point de vue structurant. Le saut de ligne après un paragraphe par exemple est très souvent le résultat d'un changement d’orientation thématique locale. Mais le rôle que peut jouer dans l'analyse textuelle l'unité paragraphe est limité du fait d'une existence toute relative.

3.3 Le passage polyphonique

  • 2 Sigle de la Théorie scandinave de la polyphonie linguistique.

16Dans une autre perspective et une autre base théorique qui est celle de la polyphonie, comme par exemple celle de la ScaPoLine2, nous retrouvons occasionnellement ce même besoin de délimitation de l'objet d'étude. En effet dès que le corpus analysé a une certaine envergure se pose la question de pouvoir décider avec précision du passage réduit choisi pour une analyse détaillée en profondeur. Fløttum, dans son développement de la polyphonie étendue, le nomme le passage polyphonique (PP):

Le PP constitue une sorte d'univers clos formé par son propre réseau de relations polyphoniques: le PP est polyphoniquement autonome (Fløttum, Nølke 2004 : 101).

17Elle ajoute d’ailleurs en note, mais avec une certaine hésitation, qu’il est comparable à la période d’Adam et que comme elle, il est non typé (Ibid.). Il est de plus forcément intégré dans une unité textuelle et discursive supérieure: « (…) pour parler d'un PP il faut connaître le co(n)texte d'où il est tiré » (ibid. 102).

18Nous retrouvons là des éléments d'une problématique proche de celle qui nous préoccupe. Cette approche théorique n'est pas la nôtre ici, cependant elle souligne bien un besoin et une communauté de réflexion sur la question de délimitation des groupes d'énoncés d'une certaine longueur. Il nous semble que cette approche polyphonique soit plus productive (à l'heure actuelle) à un niveau interphrastique plutôt qu’au niveau textuel et surtout qu'au niveau compositionnel textuel qui est celui où nous nous situons. Fløttum le dit elle-même :

S'il est difficile de réaliser une analyse de la structure compositionnelle d'un roman (…), il nous semble absurde de tenter d'en faire une analyse polyphonique (de trois étapes) comme nous venons de le faire (Ibid. 108).

  • 3 Nous sommes globalement en harmonie avec le Cadre théorique générale de la ScaPoLine (Cf. Ibid. cha (...)

19La mécanique de l'analyse polyphonique restreinte ou étendue est trop fine, car recherchant tous les pdv (point de vue) de chaque phrase-énoncé (ibid.: 23)3, et demande donc un travail énorme pour des textes longs. L'étude des pdv liés à la prise en charge énonciative, peut être très utile et très productive dans une recherche des voix multiples présentes dans un texte et du dialogue qui s’en suit. Cependant ce n'est pas l'objectif du travail présent.

4. Les propositions théoriques d’Adam

20Dans cette partie nous allons présenter quelques éléments de la théorie d'Adam qui se rapporte à la macro-proposition comme unité compositionnelle. Nous commencerons aussi une discussion sur l'opposition entre période et macro-proposition que nous continuerons dans la partie suivante.

4.1 Séquences et macro-propositions

21Dans sa théorie de 1992 Adam propose cinq modèles de séquences prototypiques qui ont pour fonction de regrouper en unités supérieures les chaînes de propositions-énoncés. Une faiblesse de ce modèle a été son inaptitude à pouvoir prendre en compte des textes hors prototypes. Ainsi qu’Adam le remarque lui-même, il existe des cas textuels hors du cadre des séquences prototypiques : il a donc introduit depuis (1999), pour résoudre ce problème, la notion de période qu'il qualifie « d'unités faiblement typées » (2005 : 136) en liant cette notion à la fois à des textes courts et au prototype descriptif où n’existe pas a priori d’ordre hiérarchique entre macro-propositions.

22Il est exact que si les séquences narrative, argumentative et explicative ont une structuration prototypique fixe avec des macro-propositions qui possèdent chacune un rôle spécifique et une position hiérarchique claire dans la linéarité textuelle, cela n’est pas le cas pour les séquences descriptive ou dialogale. De plus un grand nombre de textes ne s'accommodent pas de ces modèles-là. Adam analyse donc de tels textes problématiques en utilisant sa notion de période. Ce terme de période nous embarrasse assez et nous pensons qu'il est judicieux d'éviter une inflation de termes théoriques : nous proposerons donc de conserver dans tous les cas envisageables la notion de macro-proposition (et de séquence). Cela nous semble possible et c’est un des objectifs de ce travail.

23Adam lui-même apporte d’ailleurs indirectement la solution. Il écrit :

Les séquences sont des unités textuelles complexes, composées d’un nombre limité de paquets de propositions-énoncés : les macro-propositions sont des sortes de périodes dont la propriété principale est d’être des unités liées à d’autres macro-propositions, occupant des positions précises au sein du tout ordonné de la séquence (2005 : 136).

24Adam énonce encore :

Les propositions-énoncés sont directement soumises à deux grands types de regroupements qui les font tenir ensemble. On distinguera des unités textuelles faiblement typées : les périodes, et des unités plus complexes et typées : les séquences (2005 :136).

25Au sujet de l'utilisation du terme période, notons que ce terme a été employé précédemment par d'autres théoriciens, tels par exemple Berrendonner (2002) ou Charolles qui la définit ainsi en rappelant cet emprunt à la rhétorique classique :

La période est une unité d'énonciation dont les membres ou composants (phrastiques) entretiennent des rapports de dépendance (1988 : 6).

26Assertion qui peut certainement satisfaire une définition partielle de la macro-proposition.

27Adam écrit encore : « À la différence des simples périodes, les macro-propositions qui entrent dans la composition d’une séquence relèvent d’agencements préformatés de propositions » (2005 : 137). Adam lui-même le dit bien que la différence entre périodes et macro-propositions est limitée ; l’une est préformatée, l’autre non. Adam donc oppose période, unité faiblement typée, à macro-proposition, unité préformatée.

28Dès lors la question se pose de savoir s'il est réellement nécessaire d'utiliser deux dénominations, et il nous paraît possible de différencier à partir du terme de préformatée ou non, ordonnée ou non, tel que l'indique Adam, et de conserver les dénominations de séquence et de macro-proposition dans tous les cas de figure, en considérant différentes catégories de séquences et de macro-propositions pour différents genres discursifs (voir infra).

4.2 Plan de texte

  • 4 Avec de nouvelles éditions en 2008 et 2011 en partie retravaillées.

29En 1999 puis en 20054 Adam revenant sur sa théorie donne une place prépondérante à ce qu’il dénomme les plans de textes : « Les plans de textes jouent un rôle capital dans la composition macro-textuelle du sens » (2005 : 176). Ils peuvent être conventionnel « c'est-à-dire fixé par l'état historique d'un genre » (Ibid.) ou occasionnel, suivant qu’ils suivent un genre ou en sont décalés. Il explique :

Mais le plan de texte d'un éditorial, d'une chanson ou d'un poème, du rédactionnel d'une publicité, d'un discours politique, d'une nouvelle ou d'un roman est, le plus souvent, occasionnel, inattendu, décalé par rapport à un genre ou à un sous-genre de discours (Ibid.).

30Il écrit encore :

Dans la mesure où les empaquetages de propositions n’aboutissent pas toujours à des séquences complètes, on peut dire que la structuration séquentielle est facultative tandis que le facteur unifiant de la structure compositionnelle est le plan de texte (Ibid. 177).

31Donc, dans une analyse compositionnelle nous allons rechercher un plan de texte et suivant le texte considéré, nous allons utiliser la théorie séquentielle dans certains cas, et typiquement ce sera par exemple pour des textes narratifs. Pour d’autres textes, les plans textuels se construiraient sur la base de regroupements de l’unité appelée période.

  • 5 Il reste à trouver une appellation adéquate.

32Dans un ordre hiérarchique, pour tout texte, le plan de texte devra être considéré comme le niveau supérieur de la structure compositionnelle, qu'il contienne ou non des séquences prototypiques. Ce qui correspond bien à la citation ci-dessus. Nous ne trouvons pas l'opposition plan de texte conventionnel ou occasionnel productive non plus : nous pensons plutôt que l’on peut parler de plans de textes prototypiques ou non-prototypiques5 qui suivent plus ou moins un modèle, à partir d’une famille de textes – modèle qu’il faudrait retrouver pour chaque « nuage générique », et dont les auteurs s’écartent plus ou moins, sont plus ou moins respectueux à son égard. Adam revient d’ailleurs sur cette question dans un autre ouvrage :

Tout effet de texte, dans quelque langue que ce soit, dans ses manifestations écrites ou orales, ordinaires ou artistiques, s'accompagne d’un effet de généricité dépendant de plusieurs régimes de généricité (Adam et Heidmann, 2009 : 12).

33Il nous semble possible de parler de textes qui suivent le modèle d’un genre (ou plusieurs), qui sont plus ou moins libres dans leur composition, et qui contiennent ou non les prototypes séquentiels. Une affiche par exemple peut être créée sans aucun modèle et avoir un aspect variable à l’infini. C’est donc un genre très libre, cependant que tout le monde le reconnaît facilement, mais même dans ce cas-là il y a des limites qui déterminent sa généricité : une affiche consiste en une seule feuille – de format très variable. Le critère minimum est que tout doit être placé sur une page, une feuille ; il y a donc une limite générique physique.

5. Séquentialité et macro-proposition

34Nous allons maintenant préciser quelques propriétés de la macro-proposition en commençant par situer ce niveau intermédiaire, puis évaluer cette notion de préformatage et enfin la comparer au paragraphe. Ensuite nous présenterons l'analyse de deux exemples: un texte littéraire et un texte professionnel.

5.1 Quelques premières propriétés de la macro-proposition

35

36Critère de longueur

37Commençons par construire un premier exemple :

(1) Un homme encagoulé sort d’une maison un ordinateur sous le bras. Passe à ce moment-là un gendarme qui le voit et l’arrête. 

38Nous ne pensons pas que la longueur d'un texte soit un critère déterminant pour l'analyse compositionnelle. Ce sont plutôt les liens discursifs à une certaine généricité qui décide du type séquentiel. On a ici une séquence narrative qui correspond à l’ensemble de ce texte court, car il s'agit d'un récit. Elle se décompose en deux macro-propositions explicites : celle de l’action (ou partie de l’action), et de résolution. Il manque les macro-propositions initiale, de complication et finale. Cependant, il est certain que le lecteur peut les imaginer lui-même. On pourrait donc ainsi ajouter que certains récits représentants des schémas d’une action canonique, peuvent être raccourcis à un minimum, et le sont le plus souvent pour ne pas ennuyer le lecteur qui peut faire appel à ses connaissances encyclopédiques pour reconstruire mentalement l’image de ce qui manque. Cette propriété de la macro-proposition d'être facultative ou elliptique est une constante pragmatique de tout discours. Nous y reviendrons infra. Cet exemple construit pourrait très facilement être tiré d'une brève d'un journal.

39Si dans la hiérarchie compositionnelle nous considérons la séquence comme une unité supérieure fermée et finie pouvant être partie d'un texte ou même correspondre à un texte entier, la macro-proposition va être une sous-unité intermédiaire, multiple, complexe, englobée et englobante de structuration. Toute macro-proposition n’est toutefois pas obligatoire, car certaines sont facultatives (mais souvent elliptiques et sous-entendues – voir en (1)).

40Préformatage

41Les macro-propositions dites préformatées – qui font toujours partie d’une séquence – peuvent elles-mêmes contenir une séquence, voire plusieurs. Il est important de le noter, car on a trop souvent tendance à parler de séquences enchâssées et enchâssantes alors qu’en fait ce sont les macro-propositions qui enchâssent. Ici aussi le prototype narratif est le meilleur exemple ; dans un roman la macro-proposition centrale de l’action, de loin la plus longue, peut contenir de nouveaux petits récits imbriqués dans la trame narrative principale. Ces récits enchâssés seront le plus souvent placés dans la macro-proposition de l’action. Ces récits secondaires sont très courants et peuvent prendre même beaucoup de place comme dans les romans feuilletons – pensons par exemple aux Trois Mousquetaires de Dumas (2) où chaque épisode d’une longue série reporte à plus tard la résolution du conflit.

  • 6 Mais en existe-t-il d’autres ?
  • 7 Il faudra pouvoir étudier plus tard un grand nombre de textes pour être catégorique, et nous ne pou (...)
  • 8 Ce qui nous fait penser à la réflexion d'Adam sur la séquence descriptive : « Entre période et séqu (...)

42Le terme de préformaté pose aussi problème, car nous constatons assez vite que sans doute dans tous les genres discursifs connus6, il y a des macro-propositions « formatées » bien qu’elles ne correspondent pas aux modèles prototypiques7. Tout texte faisant partie d’une famille générique de textes, ce modèle textuel a priori est structuré en un certain plan de texte récurrent, et avec certaines variantes possibles. Chaque macro-proposition (et non pas période) d’un tel texte peut être considérée comme partie d’une suite de macro-propositions d’une séquence-texte et chacune étant formatée pour atteindre certains objectifs communicatifs. Et ceci par exemple dans des textes courts et certains genres de la vie courante tels des énumérations (recettes de cuisines, listes, etc.), ou bien des textes professionnels, comme dans le Rapport annuel (Avias, 2005, et infra). Elle fait partie alors d’une certaine structure générique simple et limitée où chaque macro-proposition joue un rôle bien déterminé, variable de genre à genre, et ceci le plus souvent dans des textes plutôt descriptifs8. Ceci nous porte à penser qu'il est possible d'éviter de parler de période en élargissant la définition de la macro-proposition, et avec elle, celle de la séquence, en ne les limitant plus aux seuls prototypes séquentiels.

43Paragraphe ou non

44La macro-proposition, concrètement ou visuellement, peut être égale à un paragraphe classique d’un texte, mais souvent elle en fera seulement partie ou s'étendra sur plusieurs paragraphes ; cela, bien sûr, va dépendre surtout du genre discursif en présence et des choix stylistiques de l'auteur. Pour certains genres, les paragraphes en effet peuvent être courts et très nombreux comme dans des documents administratifs, pour d’autres par contre très longs; et dans de nombreux écrits, surtout littéraires, il peut être totalement absent et donc inutilisable comme unité de structuration. C’est pourquoi nous ne considérons pas cette unité visuelle opérationnelle pour une étude compositionnelle de textes.

5.2 Deux exemples d'analyses

45Importance de la ponctuation et de la thématisation

46Voici l'analyse compositionnelle d'une fable de La Fontaine:

(3) Le Corbeau et le Renard

P1 [Maître corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.]
P2 [Maître renard par l'odeur alléché],
P3 [Lui tint à peu près ce langage :
p1 [«Et bonjour Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois»]
p2 [A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie.]
P4 [Le renard s'en saisit] PΩ[ et dit: "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute:
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute."]
P5 [Le corbeau honteux et confus
Jura mais un peu tard , qu'on ne l'y prendrait plus.]

47Nous allons appliquer sur ce grand classique très connu le modèle de la séquence narrative. Voici notre modèle :

48À cela on peut ajouter une macro-proposition morale, comme nous le voyons souvent avec les fables.

49Faisons maintenant l'analyse de la fable. Nous remarquerons assez rapidement que pour retrouver la structure compositionnelle nous devons rechercher l’évolution informative représentée par les thèmes (thème-rhème) combinée avec une ponctuation très précise et fonctionnelle des énoncés. La difficulté la plus difficile à résoudre reste celle des limites : où commence et où finit chaque macro-proposition ? La Fontaine, auteur de génie et maître de son art, nous aide beaucoup, surtout avec une ponctuation très précise. Elle se présente ici comme un outil d’analyse puissant.

50La première phrase représente la situation initiale que nous pouvons paraphraser ainsi:

a) Situation initiale : 'il y a un corbeau sur une branche, un fromage dans son bec'

51En une seule phrase, sans artifice, sans luxe de mots, sur deux lignes ponctuées d’une virgule et d’un point, La Fontaine met en place la scène du drame et nous présente un acteur et un objet de valeur.

52La résolution du problème qui consiste à retrouver la composition de la séquence narrative réside principalement dans le fait de retrouver la macro-proposition de complication. Ici, la complication, et donc la raison de l'existence même de la fable, se matérialise avec l'arrivée du renard. Mais ici, nous avons un problème car cette nouvelle phrase introduit le dialogue à venir entre les deux protagonistes. Nous passons en fait d'une partie de texte descriptif (présentatif) au commencement à une partie dialogale. Dès lors, sommes-nous vraiment dans une séquence narrative et non descriptive ou même dialogale ? À cela on peut répondre que cette séquence est narrative car il y a récit et transformation de la situation initiale ; il y a une action, même si l’action est surtout basée sur un dialogue ou plutôt ici un monologue. Et dans cette phrase le thème essentiel est l'arrivée du renard; La Fontaine rajoute ensuite l'indication qu'il va parler pour préparer le lecteur et effectuer une transition agréable et souple.

b) Complication : 'le renard arrive attiré par l'odeur'

53Notons au passage toute la dynamique que ces quelques mots créent. Le lecteur aidé par ses connaissances encyclopédiques peut déjà entrevoir un certain contexte et tout le conflit que la bonne odeur de ce fromage peut entraîner. Avec la parole du renard, l'action commence.

54Cette macro-proposition peut se partager en deux parties : l'une, le long monologue du renard et l'autre, la réaction du corbeau et qui est l'acte de vouloir chanter avec toutes ses conséquences.

c) Action :

1) 'le renard parle et flatte le corbeau'

55Le renard flatte le corbeau et cette partie montre toute l'intelligence du renard et la stratégie mise en place pour abuser le corbeau.

2) 'le corbeau veut chanter et ouvre son bec (et laisse donc tomber le fromage)'

56C'est la réaction du corbeau aux paroles du renard. Et de par sa position perchée sur une branche – d'où l'importance de cette mise en scène – et l'attraction terrestre aidant, le fromage va tomber dans les mains du renard.

d) Résolution : ‘le renard prend le fromage’

57Le vers considéré est très intéressant, car comme celui avant le commencement de l'action, il est constitué de deux parties bien différentes. La première qui ne fait que signaler que le renard peut prendre le fromage et donc que la complication, c'est-à-dire la dispute autour du fromage, est résolue à l'avantage du renard. La deuxième partie est l'introduction d'un second monologue du renard qui va être la morale de la fable (ou une des morales et celle explicite). La Fontaine a donc sciemment choisi pour ces vers de transitions de les couper en deux.

e) Épilogue : ‘la morale’

58Cette macro-proposition est spécifique au genre de la fable et peut être placée en plusieurs positions: soit au début soit à la fin de la fable, avec quelques variantes. Ici le discours du renard se situe avant deux vers où un commentaire du corbeau est rapporté indirectement.

f) Situation finale : ‘le corbeau a reçu une leçon’

59Ce sont les dernières paroles rapportées du corbeau. La situation ne change pas mais celui-ci apporte un constat sur le fait qu'il a compris la leçon donnée par le renard.

60Cette fable et son analyse compositionnelle nous permettent de constater que le modèle d'Adam fonctionne et que nous effectuons le découpage assez facilement en utilisant surtout ici deux outils que sont la ponctuation et la recherche des nouveaux topiques propositionnels. Nous avons vu aussi que le dévoilement de types de textes présents (une première phrase descriptive, l’apparition d’un dialogue, etc.) et une interprétation sémantique peuvent nous aider dans la confirmation de nos choix.

61Thématisation, séquences prototypiques et non-prototypiques

62Nous allons maintenant voir un autre cas très différent et souligner toute l’importance de l’analyse thématique : il s’agit du Mot du Président dans le Rapport annuel de l’Oréal de 2001, texte que nous avons étudié en détail par ailleurs (Avias: 2005). Nous n’indiquons ici que le titre et le premier paragraphe du texte :

De la croissance qui dure à la croissance durable

P1[ p1[Les nombreux succès des produits] p2[ et la forte dynamique de la croissance internationale] P2[p1[ ont compensé les perturbations dues à la dégradation de la conjoncture mondiale] p2[ et aux événements tragiques du 11 septembre.]] p3[ La forte croissance interne,] p4[ la rapide intégration des acquisitions] p5[ et une nouvelle amélioration des marges ont permis de réaliser une très belle année 2001.]]

  • 9 Rappelons que ce terme vient de Swales (1990).

63Dans cet exemple nous avons les résultats (belle année) en P1 et le contexte (conjoncture) proclamés en P2. Dans ce type de texte nous allons retrouver un plan de texte qui peut varier, mais qui va pouvoir contenir les parties suivantes que nous désignons du terme de macro-propositions : le contexte économique, les objectifs visés, les résultats de l’exercice, les perspectives d'avenir, la stratégie et le contact avec une adresse au début et à la fin. Nous avons pu constater dans notre étude sur dix textes de ce genre (à paraître) qu’aucune des parties n’est obligatoire – même s’il y a des tendances fortes - et que l’ordre n’était pas obligatoire. Notre étude montre que les deux parties du contexte et des résultats sont le plus souvent présentes, mais pas toujours, et au minimum l’une d’elles. Nos résultats sont comparables à ceux présentés d’ailleurs dans l’étude de Nickerson / De Groot (2005). Le plan de texte proposé jusqu’ici, norme du genre, est composé de cinq macro-propositions (appelées moves9 chez Nickerson), voire six.

64Le texte de l’Oréal, ainsi que d’autres dans ces exemples de langue française, ont une première séquence introductive des thèmes développés par la suite. Ici sont indiqués le contexte et les résultats. C’est pourquoi l’analyse thématique du premier 'paragraphe' dans ce cas-ci est productive car elle nous permet de retrouver ensuite la structure compositionnelle. Dans notre exemple nous retrouvons un cas de progression thématique combinée complexe où des thèmes introduits dans la première séquence seront repris et développés par la suite.

65Notons, et c’est peut-être une spécificité culturelle française ou liée à la branche industrielle en question ou à un choix personnel, que cette séquence introductive ne se retrouve pas dans les analyses de Nickerson / De Groot. Bien qu’une telle séquence ne soit pas fréquente, il faudra cependant l'ajouter au modèle.

  • 10 Nous choisissons de dénommer ce type de séquences générique car elles sont étroitement liées à un g (...)

66Plan de texte du Mot de président, composé des séquences génériques10 et non-prototypiques suivantes :

67– Séquence introductive

68– Séquence principale :

  • Macro-proposition du contexte économique

  • Macro-proposition des résultats de l’exercice

  • Macro-proposition de stratégie

  • Macro-proposition des objectifs visés

  • Macro-proposition sur l’avenir

69– Séquence de prise de contact (elle peut se dédoubler car on peut en trouver une au début et une à la fin du texte, les Mots du président ayant souvent une forme de discours oral.)

70Aucune séquence ou macro-proposition n’est obligatoire, sauf par défaut la principale. Un texte ne pouvant être vide, il va suivant les cas en contenir au moins une ou deux macro-propositions placées dans la séquence principale. Notons au passage que ces textes sont assez courts, rarement dépassant deux pages et ont souvent une forme rappelant celle de la lettre.

71Ceci confirme pour nous surtout l’idée que la macro-proposition est toujours « formatée » ou typée, car elle joue un rôle essentiel dans la composition textuelle, sinon elle n’aurait pas de raison d’être. Mais pour chaque catégorie générique elle a une série de contenus, de fonctions et de places différents, ce qui souligne bien toute sa complexité, sa souplesse et toute la liberté dont disposent les locuteurs dans son emploi.

6. Pour conclure

72L'objectif de cet article a été d'argumenter pour étendre les domaines d'application de la macro-proposition et de ne plus la limiter aux seuls prototypes séquentiels. Cette opération permet non seulement de réduire la quantité d'unités utilisées en analyse compositionnelle, mais aussi de pouvoir considérer tout texte, sans limitation générique. Ce travail, ici bien trop court et rapide dans ses conclusions, aura besoin d'être développé dans l'avenir, et ceci dans le cadre d’une typologie des séquences. D’autres questions nécessiteront notre attention comme celles de la délimitation de la macro-proposition dans la linéarité textuelle.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, J.-M., Les textes : types et prototypes – récit, description, argumentation, explication et dialogue. Paris, Armand Colin, 2008 (1ère éd. 1992).

ADAM, J.-M., La linguistique textuelle – introduction à l'analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, 2005.

ADAM, J.-M., et HEIDMANN U., Le texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire. Academia Bruylant, Louvain-La-Neuve, 2009.

AVIAS, A., “Analyse compositionnelle : découpage propositionnel, analyse polyphonique, étude d’un cas : L’Oréal - analyse du message du P-d.g“. XVIè Congrès des Romanistes Scandinaves, 2005.

BERRENDONNER, A., “Les deux syntaxes”, Verbum XXIV, Nancy, 2002.

CHAROLLES, M., “Les plans d'organisation textuelle; périodes, chaînes, portées et séquences“, in Pratiques no 57, Mars 1988, pp. 3-13.

LE NY, J. F., “Texte, structure mentale, paragraphe, Table Ronde sur «la notion de paragraphe»”, Bibliothèque Nationale. Février 1982.

MOREL, M.-A., DANON-BOILEAU, L., Grammaire de l'intonation, Ophrys, 1998.

NICKERSON, C. / DE GROOT, E., “The Business Letter Genre in the Annual General Report”, in Genre Variation in Business Letters, Peter Lang, Bern 2005.

NØLKE, FLØTTUM & NOREN, ScaPoLine: la théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris : Editions Kimé. 2004.

SWALES, J.,, Genre analysis : English in academic and research settings, Cambridge : Cambridge University Press, 1990.

Haut de page

Notes

1 La théorie séquentielle a été en grande partie revue et développée depuis et surtout dans son livre de 2005 qui sera notre référence principale ici.

2 Sigle de la Théorie scandinave de la polyphonie linguistique.

3 Nous sommes globalement en harmonie avec le Cadre théorique générale de la ScaPoLine (Cf. Ibid. chapitre 2).

4 Avec de nouvelles éditions en 2008 et 2011 en partie retravaillées.

5 Il reste à trouver une appellation adéquate.

6 Mais en existe-t-il d’autres ?

7 Il faudra pouvoir étudier plus tard un grand nombre de textes pour être catégorique, et nous ne pouvons donc ici que faire des propositions en suivant l'intuition de notre réflexion.

8 Ce qui nous fait penser à la réflexion d'Adam sur la séquence descriptive : « Entre période et séquence : la description » (Adam, 2005 : 146).

9 Rappelons que ce terme vient de Swales (1990).

10 Nous choisissons de dénommer ce type de séquences générique car elles sont étroitement liées à un genre discursif alors que les séquences prototypiques le sont moins.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Avias, « La macro-proposition : unité compositionnelle variable », Semen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/9691

Haut de page

Auteur

André Avias

Centre d'études supérieures de ØstfoldHalden, Norvège

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page