Navigation – Plan du site

C’est-à-dire (que) : embrayeur d’énonciation

Hélène Vassiliadou

Résumés

Notre article porte sur un emploi pragmatique de c’est-à-dire (que) dans lequel le marqueur introduit une réponse à une interrogation totale jouant ainsi un rôle d’embrayeur pour une réponse, une sorte d’appui qui suit immédiatement une question, mais qui n’y répond pas directement. Après avoir présenté quelques données apportées par des études antérieures, notre analyse vise à amener des éléments de réponse supplémentaires quant au type de relation établie entre les segments X (implicite) et Y reliés par c’est-à-dire. Chemin faisant, le rapprochement que nous opérons entre ce connecteur et en fait, c’est que ou well de l’anglais nous conduit à le ranger dans la catégorie des marqueurs qui remplissent le triple rôle de justification, de réfutation et d’initialisation de réponse.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Il est connu que les marqueurs du discours participent à la construction de la scène énonciative de différentes façons et à différents niveaux. Cela dépend, d’une part, de leur sens descriptif et, d’autre part, de leur sens instructionnel (Vassiliadou, 2008a). En ce qui concerne c’est-à-dire, ce qui apparaît pour lui comme sens global est une série de traits permettant de construire la situation d’énonciation. Ainsi, c’est-à-dire prendra des valeurs qui varient selon le type de contexte dans lequel il apparaît et le type de constituants qu’il relie.

2Premièrement, il établit des relations d’équivalence du type définition (normée et/ou naturelle), traduction, transcodage, passage d’un registre de langue à un autre. On peut gloser ces relations par X signifie Y, X est Y, X est un Y, X est ce qu’on appelle Y, X est aussi appelé Y, X doit être compris comme Y, X au sens de Y. Ce type d’emplois n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait penser, dominant, il apparaît surtout dans des discours spécialisés :

1.On a récemment découvert dans plusieurs maisons lyonnaises une invasion d’insectes lignicoles, c'est-à-dire d’insectes qui vivent dans le bois. (Le progrès de Lyon, 05/05/2004)

2.Musulman de muslim, celui qui a accepté l’islâm, c'est-à-dire la « soumission à Dieu » (Le Nouvel Observateur, octobre 2002)

3Deuxièmement, c’est-à-dire opère des équivalences qui vont du plus paraphrastique (jugements des locuteurs, énumération, élaboration) aux moins paraphrastiques (relations de dénomination et/ou de désignation, fixation du lien référentiel entre X et Y du type métonymique, spatial, numéral, temporel, etc.) : c’est-à-dire quand ? / comment ? / quoi ? / qui ? / où ? / combien ? Dans la plupart des cas, c’est-à-dire n’apporte pas une information sur le mot, mais sur le référent :

3.Il s’agit de mettre en relation les entreprises et les étudiants, c'est-à-dire la demande et l’offre (Le Progrès de Lyon, 09/01/2004)

4.Sûrs qu’elle montait chambre 348, c’est-à-dire chez eux, ils se sont repliés dans une autre salle (V. Therame, Bastienne, 1985)

5.Les manœuvres de Spirit doivent commencer cinq jours après son atterrissage, c'est-à-dire le 9 janvier. (Le Monde, 06/01/2004)

4Troisièmement, c’est-à-dire peut établir des relations non paraphrastiques en explicitant une inférence, en introduisant une conclusion ou une justification : J’en conclus que / c’est (juste) que / il y a que. Il peut alors enchaîner sur les croyances du locuteur (cf. l’emploi abductif en 9) ou sur l’énonciation même. Dans ces emplois, il peut être considéré comme un indicateur de source signalant ainsi que l’information dénotée par la proposition est obtenue par une inférence du locuteur ou par un fait constaté : cela implique l’impossibilité de le supprimer sans conséquence sur la signification de l’énoncé. Les orientations argumentatives marquées par c’est-à-dire indiquent en général que le segment Y est un argument plus fort pour la conclusion visée et que X et Y sont co-orientés (Y ne constitue pas un contre-argument pour X, cf. Vassiliadou 2008b) :

6. D’une part, vous avez beaucoup de diplômes, d’autre part votre travail est très intéressant. C’est-à-dire que/donc vous avez toutes vos chances d’être engagé. (càd oral)

7. Tu dis que Paul s’est marié ? C’est-à-dire que ça m’étonne quand même qu’il ne nous ait pas invités. (càd oral)

8. A : Vous trouvez que les Grosses Têtes sont meilleures maintenant ?

B : Elles sont égales à ce qu’elles étaient avant.

A : C’est-à-dire « franchement, un peu vieillottes quoi ».

B : Vous avez tout compris mon cher Marco. (càd oral)

9. Il boit trop, c'est-à-dire qu’il est malheureux

10. [Lors d’un colloque de linguistique]

A : Et je passe rapidement aux conclusions

[Le président de séance lui montre le carton où il est marqué qu’il ne lui reste pas de temps]

A : C’est-à-dire très rapidement [rires dans la salle] (càd oral)

11. A : Ça te va Christine la semaine prochaine ?

B : C'est-à-dire que la semaine prochaine je me fais opérer à l’épaule. (càd oral)

5Enfin, la dernière valeur que peut prendre c’est-à-dire concerne ses emplois correctifs, emplois qui s’éloignent des trois autres. Tout d’abord l’instruction de correction n’est pas a priori prévue par le sémantisme de ce marqueur (l’instruction que c’est-à-dire véhicule est « ce est à dire » et non « ce n’est pas à dire »), ce qui rend ces emplois assez marginaux. Ensuite, l’instruction corrective nous oblige à assigner au segment introduit par c’est-à-dire une valeur de vérité différente, ou du moins, sensiblement affectée. En d’autres termes, la valeur de vérité du segment que l’on rectifie ne se trouve pas totalement invalidée (cf. aussi Charolles, 1987 : 120). Toutefois, nous avons affaire à un changement de contenu propositionnel et cela malgré l’acception générale selon laquelle un connecteur textuel est non vériconditionnel. Enfin, certains de ces emplois partagent des points communs avec l’emploi de c’est-à-dire en guise de réponse en début de phrase (ex. 11) :

12. A : Vous êtes marié ?

B : Oui, c’est-à-dire non.

A : Vous êtes marié, oui ou non ?

B : C’est-à-dire que ma femme est partie avec un con.

(càd oral)

13. A : Ça se porte comme ça ce chapeau ?

B : Oui, oui, c’est-à-dire, il faut le rehausser légèrement. (càd oral)

14.Beaucoup de délinquants viennent des milieux défavorisés, c’est-à-dire beaucoup peut-être pas, mais quelques-uns quand même. (càd oral)

6Notre article portera sur l’emploi illustré par l’exemple (11) dans lequel c'est-à-dire introduit une réponse à une interrogation totale. Dans cette perspective, nous présenterons d’abord les données apportées par les études antérieures et nous verrons que les analyses fournies n’expliquent que partiellement le rôle de c’est-à-dire. Nous chercherons alors à y apporter quelques éléments de réponse supplémentaires et à qualifier le type de relation entre X implicite et Y établie par c'est-à-dire.

2. Quelques données antérieures

7Soit les exemples suivants :

15. A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?

B : C'est-à-dire que je ne suis pas libre. (Larousse, 1971 : 653)

16. A : Est-ce qu’il me déteste ?

B : C'est-à-dire qu’il en aime une autre. (Charolles, 1987)

  • 1 Authier-Revuz (1987 : 70) et Charolles (1987 : 111) utilisent les guillemets pour signaler qu’ils n (...)

8On observe que dans (15)-(16), c'est-à-dire introduit une réponse à une interrogation totale. Les études antérieures décrivent c'est-à-dire comme une formule de « dénégation ou de refus » et le caractérisent de « dilatoire » (cf. Murat et Cartier Bresson 1987, Gülich et Kotschi 1987, Hölker 1988, Steuckard 2005). Il « reformule »1 en atténuant un non ou un oui et non implicites. Et si on se situe dans le cadre théorique de la politesse, le locuteur recourt à cette formule pour atténuer le refus afin que son interlocuteur n’interprète pas mal sa réponse. Différentes études menées dans des perspectives ethnométhodologique et contrastive ont souligné cet emploi particulier de c'est-à-dire et sont arrivées à la conclusion que les locuteurs français sont moins « agressifs » (que les locuteurs italiens, par exemple) lors des échanges conversationnels (Rossi 2001). Autrement dit, c'est-à-dire placé au début d’une réponse est la trace que le locuteur moyen français manifeste le plus souvent une tendance à une visée coopérative de l’interaction verbale et qu’il tient à ce qu’il n’y ait pas de confrontation directe avec son interlocuteur (Beeching 2002).

9Il est cependant difficile de concevoir que toutes les occurrences de c'est-à-dire au début d’une réponse soient toujours la trace d’une visée coopérative de la part des locuteurs. Ainsi, même si on est d’accord sur les remarques avancées par les études antérieures, cela ne paraît pas suffisant pour qualifier le type de relation entre X implicite et Y établie par c'est-à-dire. Peut-on enfin vraiment postuler qu’Y est une reformulation de ce X implicite ? Afin d’apporter quelques éléments de réponse, nous fonderons notre analyse sur l’hypothèse suivante :

Dans ce type d’énoncés, c'est-à-dire ne reformule pas, et surtout ne paraphrase pas un X implicite, mais présente Y comme une justification d’un X implicite, ou encore comme un argument d’appui pour la réponse à suivre.

3. C’est-à-dire que : marqueur de justification

10Tout d’abord, il apparaît que la reprise fonctionne comme dans d’autres cas : c'est-à-dire s’appuie sur un X non donné préalablement. Dans (15)-(16) ci-dessus, c'est-à-dire introduit une nouvelle information et crée un effet de rupture par rapport à la question posée. Il ne reformule pas la question, mais il s’y greffe, il y prend appui afin d’enchaîner avec la réponse qu’il introduit. En outre, l’entourage situationnel du marqueur ainsi qu’un calcul pragmatique assez simple nous permettent d’identifier facilement le X implicite, à savoir la prophrase non ou une formule de refus, telle que je ne peux pas ou je ne veux pas. Ce type de réponses correspond toujours à un non implicite et cela est clairement ressenti par le locuteur qui a posé la question, comme le montre l’exemple suivant :

17. A : Tu viens alors ?

B : Eh, bien c’est-à-dire

A : Non, n’est-ce pas ? (J.-L. Benoziglio, Cabinet Portrait, 1980)

  • 2 Voir Bruxelles et Traverso (2001) qui signalent que ben est souvent accompagné par c’est-à-dire en (...)

11On voit que c’est-à-dire accompagné souvent de ben, bien et de marques d’hésitation comme euh introduit un enchaînement non préféré, qu’il s’agisse de l’expression d’un désaccord ou d’un refus2.

12Si on procède à l’analyse prosodique de la séquence Vous restez dîner ce soir ? Eh, ben càd euh… extraite du film Le Gazon maudit, on constate que c’est-à-dire, entouré de pauses rythmiques, indique que le locuteur recherche sa formulation. De plus, l’intonation descendante et son maintien en « plage basse » est le signe que le locuteur « opère un repli sur soi » et qu’il manifeste son désir de continuation (Morel, 2002 : 121) :

« A : Vous restez dîner ce soir ? B : « ben, c’est-à-dire, euh… » (Gazon maudit) 

« A : Vous restez dîner ce soir ? B : « ben, c’est-à-dire, euh… » (Gazon maudit) 

13Par ailleurs, selon Anscombre et Ducrot (1983 : 99), l’obligation de répondre « est une obligation de s’engager sur la vérité de P (contenu véhiculé par la question) ou sur celle de non-P », les réponses avec c’est-à-dire se situant souvent entre les deux :

18. A : Il fait beau à Strasbourg ?

B : C’est-à-dire qu’il y a quelques nuages (càd oral)

14Ainsi que le note Cornulier (1982 : 80), une question de ce type « oblige à faire savoir » s’il fait beau, qu’il fait beau ; « mais elle n’oblige pas directement à faire savoir » s’il ne fait pas beau, qu’il ne fait pas beau ; « elle n’y oblige qu’indirectement ». La réponse avec c’est-à-dire se situe entre une réponse négative et une réponse positive : « Il ne fait pas vraiment beau, mais il ne fait pas moche non plus ». Le marqueur contribue à nuancer la réponse et le locuteur ne s’engage ni sur la vérité de P ni sur celle de non-P (¬ P).

  • 3 On dit le refus, car il paraît peu probable de donner la cause d’une acceptation. On peut toutefois (...)

15En outre, il ressort assez clairement que c’est-à-dire Y donne la cause et à partir de là permet d’inférer le refus3. Selon ces observations, on peut paraphraser les exemples (15), (11) et (16) ci-dessus comme suit :

19. A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?

B : Non, je ne viendrai pas, car je ne suis pas libre.

20. A : Ça te va Christine la semaine prochaine ?

B : Non, ça ne va pas / Non, je ne peux pas, car la semaine prochaine je me fais opérer à l’épaule.

21. A : Est-ce qu’il me déteste ?

B : Non, il ne te déteste pas. C’est (juste) qu’il en aime une autre.

  • 4 À savoir ne marche dans aucun des exemples cités dans cette section. D’une part, il n’a pas la prop (...)

16Selon Steuckardt (2005), ces énoncés sont une formulation elliptique du type : « je ne suis pas libre, c’est-à-dire que je ne viendrai pas ». Elle postule ainsi que c’est-à-dire ne prononce que la glose de ce refus et que ces énoncés ne se distinguent pas des emplois typiques du marqueur. Or, si cela était vrai, on devrait inverser l’ordre des constituants X et Y, puisque c’est-à-dire est censé gloser le refus : Je ne viendrai pas, c’est-à-dire que je ne suis pas libre, ce qui n’est manifestement pas le cas. Par ailleurs, autrement dit et en d’autres termes4 devraient pouvoir se substituer à c’est-à-dire, car, dans ce cas, il y aurait reformulation. Or, en (22) et (23), on a l’introduction du motif qui sert de justification à un acte précédent et ceci bloque l’apparition de cela veut dire, autrement dit et en d’autres termes :

22. A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?

B : C’est-à-dire que /*Autrement dit /*En d’autres termes /*Cela veut dire que, je ne suis pas libre.

vs.

23. A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?

B : Non, je ne viendrai pas. C’est-à-dire que / ?? Autrement dit / ?? En d’autres termes / ? Cela veut dire que, je ne suis pas libre.

vs.

24. Je ne suis pas libre. C’est-à-dire que / Autrement dit /

En d’autres termes / Cela veut dire que, je ne viendrai pas.

17L’énoncé (24) montre que les marqueurs peuvent indiquer une reformulation qui est justifiée par une inférence implicite. En revanche, on voit assez clairement que je ne suis pas libre, même si c’est une déduction possible de je ne viendrai pas, n’en est en aucun cas une reformulation. Les énoncés avec c'est-à-dire, signalent que Y est une explication, un motif du refus (voir la paraphrase avec car dans les exemples (19)-(20)). De même, s’il y avait « glose d’un refus », on aurait en (25) Vous avez marché sur une crotte, c’est-à-dire que je ne l’ai pas nettoyée, ce qui n’est ni naturel ni représentatif de l’instruction véhiculée par c’est-à-dire :

25. Contexte : Bernadette Chirac et Philippe Séguin habillé en cuir et menotté :

B.C. : Nettoie mes chaussures avec ta langue !

P.S. : J’ai fini avec la gauche

B.C. : Et la droite ?

P.S. : C’est-à-dire... vous avez marché dans une crotte.

(càd oral, Les Guignols)

18L’indication de c’est-à-dire est plutôt : Je n’ai pas nettoyé votre chaussure droite parce que vous avez marché dans une crotte.

4. C’est-à-dire que / en fait : embrayeurs de justification et d’intervention5

  • 5 Signalons toutefois que c'est-à-dire ne partage pas tous les emplois de en fait : quand Y ne peut ê (...)

19Il y a des marquages avec c’est-à-dire en début de séquence (et donc pas seulement en réaction à une question) qui ne peuvent pas être expliqués uniquement en termes de justification ou de refus poli. Réexaminons quelques cas supplémentaires :

26. (Qui veut gagner des millions ?, 4/02/03 : La question est « Dans la Bible, quel jour de la Création Adam fut-il crée par Dieu ? », Arielle Dombasle dit que la réponse est « le sixième jour ». Sa coéquipière, Michèle, ne dit rien) :

Foucault : Alors Michèle, tu sais toujours pas quelle est la réponse ?

Michèle : C’est-à-dire que mon père ne nous faisait pas lire ce genre d’ouvrages.

(Après beaucoup d’hésitation de la part de Michèle qui insiste pour demander un joker contre l’avis d’Arielle, qui elle, est sûre de la réponse, Foucault demande à Michèle) :

Foucault : Alors, Michèle, vous êtes d’accord avec cette réponse ?

Michèle : C’est-à-dire que moi, j’ai pas lu ce livre. Je lis généralement les petits auteurs inconnus.

20Les deux c’est-à-dire peuvent correspondre à une réponse implicite du type  je ne connais pas la réponse, car mon père… et je ne peux toujours pas vous dire si je suis d’accord avec la réponse de ma coéquipière, car je n’ai pas lu ce livre. Toutefois, on ne peut pas dire que la motivation du locuteur est inscrite dans un cadre de politesse et qu’il veut atténuer son désaccord, car il n’y a pas de désaccord à être nuancé. C’est-à-dire peut commuter dans ce cas avec en fait, à vrai dire, disons ou c’est (juste) que.

21Par ailleurs, si on considère que c'est-à-dire reformule un non ou un oui implicite, comment expliquer alors des exemples où c'est-à-dire introduit explicitement la réponse négative et/ou la confirmation à la question ? L’hypothèse d’une reformulation ainsi que d’un évitement de confrontation directe ne tient plus :

27. A : Tu as vu Paul ?

B : C'est-à-dire que je ne l’ai pas vu ce matin. (Charolles, 1987 : 110)

28. [En parlant de la nouvelle imprimante]

A : Ça marche ?

B : C'est-à-dire que ça ne marche pas, mais essayez encore une fois (càd oral)

29. A : Les hommes ne sont que des rats !

B : Quoi ? Les hommes sont tous des rats ?

A : C’est-à-dire que j’ai constaté que oui, en effet (càd oral)

  • 6 Grieve (1996), dans son dictionnaire des marqueurs du français, range c’est-à-dire parmi les « conf (...)
  • 7 Dans le même contexte, c'est-à-dire peut commuter avec c’est que ou il y a que qui marquent une esp (...)
  • 8 Cf. entre autres Danjou-Flaux (1980), Charolles (1984), Rossari (1992), Iordanskaja et Mel’èuk (199 (...)

22Le locuteur B pourrait dire directement je ne l’ai pas vu, ça ne marche pas, j’ai constaté que oui, en effet sans passer par c'est-à-dire que. En (29), par exemple, le locuteur commence son énoncé par c’est-à-dire et on s’attend normalement à une justification du fait d’avoir dit que tous les hommes sont des rats. Or, c’est-à-dire, prononcé sans pause et sans aucune marque d’hésitation, ne donne aucun signe de visée explicative de la part du locuteur. Le locuteur répond directement à la question posée et introduit une confirmation accompagnée et renforcée par oui, en effet. Quel est le rôle de c'est-à-dire (que) dans ce cas ? Une solution6 serait d’envisager, à l’instar de Beeching (2002 : 120), que c'est-à-dire fonctionne comme un hedge : il nuance la réponse et évite un marquage fort de l’assertion et/ou de l’infirmation. Dans ce cas, c'est-à-dire semble pouvoir commuter7 avec en fait qui est lui-même décrit en termes d’« embrayeur d’intervention » (Rossari, 1992 : 141), terme assez proche de celui de hedge. Si on se fonde sur les analyses qui concernent en fait8, plusieurs points convergent en faveur d’un rapprochement des deux marqueurs pour cet emploi précis.

  • 9 Pas de la même manière que mais s’oppose à un énoncé.

23C'est-à-dire et en fait s’opposent9 à quelque chose qui n’est pas forcément repérable par le contexte : le contexte immédiat ne suffit pas pour la reconstitution de l’implicite. Ils introduisent ainsi un énoncé rattaché à un point de vue antécédent afin qu’il soit perçu comme relié à la situation d’énonciation dans laquelle les deux connecteurs interviennent et entraînent une rupture du mouvement discursif précédent. On peut maintenant envisager de remplacer c'est-à-dire par en fait dans les exemples cités ci-dessus et qu’on réutilisera sous (30)-(32) :

30. A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?

B : En fait, je ne suis pas libre.

31. A : Ça te va Christine la semaine prochaine ?

B : En fait, la semaine prochaine je me fais opérer à l’épaule.

32. A : Est-ce qu’il me déteste ?

B : En fait, il en aime une autre.

24En fait, comme c'est-à-dire, donne la raison pour laquelle le locuteur B refuse la proposition de A pour (30) et (31) et la raison pour laquelle la personne dont il est question en (33) n’aime pas A. On a ainsi une relation du type Y est une justification de X implicite. On notera également que si on tient compte des propriétés combinatoires de c'est-à-dire sur l’axe syntagmatique, on remarque une majorité de co-occurrences de c'est-à-dire (qu’) en fait :

33. [Le présentateur appelle son journaliste, changement d’angle de la caméra qui montre maintenant la loge de l’invité. Mais le journaliste n’y est pas] :

A : Antoine là vous êtes dans la loge de Jean-Pierre Galland ?

B : C’est-à-dire qu’en fait je suis installé dans le couloir, euh, derrière la plante. (càd oral)

34. [En parlant d’une femme qui demande toujours à être remboursée, même si elle est satisfaite du produit « Satisfait ou remboursé »] :

A : Est-ce que vous trouvez son comportement obsessionnel ? Vous pensez qu’il s’agit d’une maladie ?

B : C’est-à-dire qu’en fait c’est un jeu. Elle s’amuse en faisant ça et je ne pense pas qu’elle souffre d’un comportement obsessionnel. (càd oral)

25C'est-à-dire amorce la réponse qui laisse entendre que, dans (33), le locuteur B n’est pas dans la loge de l’invité et en fait donne l’instruction « en apparence non X ; en réalité Y » (Rossari, 1992 : 150). En (34), on a le même schéma : « on pourrait penser que c’est une maladie, mais en fait c’est un jeu ».

5. C’est-à-dire que / C’est que / Il y a que

26Il existe aussi des cas où le locuteur n’utilise pas c’est-à-dire pour introduire un refus (il n’y a pas de question sous forme d’invitation ou de demande). Ainsi, en (35), c’est-à-dire introduit directement ce qui est à dire et peut être paraphrasé par c’est que / il y a que :

35. A : Mais c’est pas possible ! Lui, il a écrit 2 livres, l’un après l’autre en un an et moi, je n’arrive même pas à finir un maudit article !

B : Ben, c’est-à-dire que lui, il n’est pas bête, euh...

A : Qu’est-ce que tu veux dire ? Que moi, je suis bête ?

B : Mais, non ! Ça y est. Tu recommences. Arrête d’interpréter tout ce que je dis, enfin ! Moi, j’en ai marre de ta linguistique ou je ne sais pas quoi ! (càd oral)

27Le locuteur marque son hésitation par ben et introduit avec c’est-à-dire la raison pour laquelle selon lui l’auteur en question a pu écrire deux livres en un an. En même temps, c’est-à-dire se greffe à un deuxième mouvement qui a trait à l’incapacité du locuteur A d’écrire un « maudit article » : « l’auteur en question a pu écrire deux livres en un an, car il n’est pas bête ; quant à toi (A), tu n’arrives peut-être pas à finir ton article, parce que tu es bête, ou du moins, tu n’es pas aussi intelligent que cet auteur ». Si l’intention du locuteur était de nuancer sa réponse pour protéger sa « face » et celle de son interlocuteur, il n’a pas réussi. Par ailleurs, la focalisation lui, il s’oppose clairement à un toi qui n’est pas exprimé explicitement. L’interlocuteur (averti) perçoit la réponse de B comme une attaque personnelle d’où sa réaction. Le locuteur B a le droit de ne pas prendre en charge l’inférence tirée par A de son discours et de réagir à son tour, comme il le fait.

28On a vu ci-dessus que c’est-à-dire peut commuter dans certains exemples avec en fait, dans d’autres avec disons ou à vrai dire. Les formules pourtant qui conviennent le mieux dans tous les exemples analysés sont c’est que ou il y a que, deux instances des marqueurs du discours non prototypiques, appelés par Pusch (2003) « marqueurs de complémentation ». Cela devient encore plus clair avec l’échange (36) :

36. (Pyramide, jeu présenté par Patrice Laffont, 04/05/01 : Le candidat est en train de répéter le mot qu’il devait faire deviner au maître-mot, à voix haute) :

Néfertiti (voix off): Ah, ah...

Laffont: Qu’est-ce qu’il y a?

Néfertiti : C’est-à-dire qu’il se parle à lui-même mais il oublie qu’il a un micro.

Laffont : Alors, arrêtez de vous parler.

29C’est-à-dire reprend directement la structure de qu’est-ce qu’il y a et correspond à une prédication du type il y a que ou qu’il se parle à lui-même en oubliant qu’il a un micro est à dire/signaler. C’est-à-dire porte sur l’énonciation et signale les raisons pour lesquelles le locuteur a été amené à faire « ah, ah ». On observe à nouveau qu’il est difficile de faire appel à la théorie de la politesse pour décrire ce genre d’exemples. C’est-à-dire fonctionne dans ces cas comme un marqueur « signalétique » (Van Dijk, 1981) par le biais duquel le locuteur signale ce qu’il est en train de dire ou de faire avec son discours.

6. Un bilan-explication pour conclure

  • 10 Voir par exemple l’énoncé suivant où c’est-à-dire est difficile à analyser (de plus, il ne suit pas (...)
  • 11 Notons que malgré l’élément déictique dans sa composition, je veux dire ne peut dans aucun des cas (...)

30Nous pouvons considérer que nous sommes en présence d’un emploi de c’est-à-dire qui s’affirme de plus en plus et qui est celui d’embrayeur dans le dialogue. Une fois que la formule est enregistrée, elle peut être utilisée et réutilisée par les locuteurs jusqu’à ce qu’elle devienne fixe et qu’elle soit stockée dans la mémoire collective. A partir de là, les locuteurs peuvent puiser dans cette mémoire et employer l’expression qui, conventionnalisée, remplit ce rôle d’introducteur de réponses10. Selon Waltereit (2002), « le sémantisme de certaines formes offre un attrait pour la structure du discours ou pour l’interaction, ce qui amène les locuteurs à les utiliser non pas pour leur sens codé, mais pour des effets collatéraux de leur sémantisme ». C’est-à-dire combine sa faculté à justifier et à annoncer quelque chose et sert ainsi à remplir un rôle de plus en plus discursif et pragmatique. Il corrige une inférence fausse que l’on aurait pu déduire de X et engage l’interlocuteur à tirer une conclusion. Il devient ainsi, dans plusieurs cas, le signe que le locuteur prend des égards vis-à-vis de l’interlocuteur. De ce fait, il peut être interprété comme un marqueur de discours « atténuateur ». Selon Caffi (1999 : 895), les expressions qui remplissent de la meilleure façon un rôle de « mitigation », sont les expressions déictiques ou qui ont un constituant d’origine déictique (du type ce ou je)11. Ce sont donc ces éléments qui fonctionnent le plus souvent comme des « hedges » ou des « shields » (« boucliers ») dans la communication. On peut supposer que l’élément ce de c’est-à-dire, tantôt anaphorique, tantôt déictique, est à l’origine de la fonction de « shield » du marqueur.

  • 12 Il y aurait d’autres pistes à explorer comme celle de l’évolution diachronique et de la pragmatical (...)

31En outre, on peut rapprocher ces emplois de c’est-à-dire de ceux de la particule anglaise well. Il semblerait, en effet, que well puisse très bien être traduit par c’est-à-dire et vice versa. Si on se fonde sur les analyses de Schiffrin (1987 : 107-126) et de Bäclund (1989 : 32-33), well est un « shifter » (embrayeur) pour une réponse, une sorte d’appui qui suit immédiatement une question, mais qui n’y répond pas directement. En outre, il marque l’hésitation et il introduit le plus souvent une justification. Le fait qu’il y ait une ressemblance entre c’est-à-dire et well peut être corroboré par les traductions de c’est-à-dire en langue allemande : Bertrand (2006) donne comme correspondant possible de c’est-à-dire la particule so proche de well en anglais ou encore l’expression na ja. La haute fréquence de c’est-à-dire dans le discours oral dans la fonction d’initialisateur de réponse (cf. le terme de pre-starter de Sacks et al. 1974) témoigne de l’usage spontané que les locuteurs font du marqueur qui devient presque une marque phatique et qui évolue en marquer de réfutation. Il est par ailleurs significatif que les correspondants de c’est-à-dire dans les langues romanes ainsi qu’en anglais et en allemand ne partagent pas cet emploi de c’est-à-dire, d’où les traductions par so, well, diciamo, es que, etc. (cf. Beeching 2011)12.

  • 13 Cela ne semble pas être un facteur déterminant pour la polyvalence de c’est-à-dire, car à savoir pe (...)
  • 14 Voir pour une hypothèse parallèle Dostie (2004 : 158). L’auteur signale que disons, admettons, mett (...)

32On pourrait aussi supposer que la présence de que aux côtés de c’est-à-dire participe à sa polyfonctionnalité. Il est vrai qu’avec que on a un marquage plus fort quand c’est-à-dire se greffe sur un implicite ou sur des inférences ou encore quand c’est-à-dire porte sur l’énonciation ou sur les croyances du locuteur. De plus, différents auteurs considèrent que le passage d’un niveau à un autre s’effectue plus en « douceur » avec des connecteurs grammaticaux tels que que. Par ailleurs, le locuteur semble ponctuer son dire plus fortement quand il utilise c’est-à-dire que suivi d’une forte pause que quand c’est-à-dire est employé seul. Que facilite dans plusieurs cas le changement de perspective énonciative13. Toutefois, comme on l’a déjà montré ailleurs, que n’apparaît pas toujours là où il est attendu (par exemple avant une proposition) et c’est-à-dire / c’est-à-dire que ont une distribution complémentaire selon la fonction qu’ils remplissent dans l’énoncé. Enfin, que que puisse être omis apparaît comme une preuve supplémentaire du glissement de c’est-à-dire vers un rôle qui se situe alors au plan énonciatif14.

33On notera pour terminer que le point commun entre les différents emplois du marqueur est que c’est-à-dire véhicule deux instructions majeures : d’une part, il signale qu’il va mettre en rapport deux segments en prédiquant une équivalence (plus ou moins forte) ou une identité entre les deux. D’autre part, on perçoit qu’il y a presque toujours une visée explicative sous-jacente à ces emplois. On a ainsi deux paraphrases générales du type : X et Y sont en rapport d’équivalence sémantique et Y sert à justifier, expliciter X.

Haut de page

Bibliographie

ANSCOMBRE, J.-C., DUCROT, O., 1983, L’argumentation dans la langue, Liège : Mardaga.

AUTHIER-REVUZ, J., 1987, « L’auto-représentation opacifiante de dire dans certaines formes de couplage », DRLAV 36-37, 55-103.

BÄCKLUND, I., 1989, « Cues to the audience. On some structural markers in English monologue », in B. Odenstedt & G. Persson (éds), Instead of flowers, Papers in honour of Mats Rydén, Acta Universitatis Umensis, Stockholm : Almqvist & Wiksell International, 29-40.

BEECHING, K., 2002, Gender, Politeness and pragmatic particles in French,
London: Pragmatics & Beyond New Series, 104.

BEECHING, K., 2011, « The translation equivalence of bon, enfin, well and I mean », Revue française de linguistique appliquée XVI-2, 91-105.

BERTRAND, Y., 2006, « C’est-à-dire », Nouveaux Cahiers d’allemand 24, 165-174.

BRUXELLES, S., et TRAVERSO, V., 2001, « Ben : apport de la description d’un ‘petit mot’ du discours à l’étude des polylogues », Marges Linguistiques 2, 38-55.

CAFFI, C., 1999, « On mitigation », Journal of Pragmatics 31, 881-909.

CHAROLLES, M., 1984, « En réalité et en fin de compte et la résolution des oppositions » Travaux du centre de recherches sémiologiques 47, 81-111.

CHAROLLES, M., 1987, « Spécification des marqueurs et spécificité des opérations de reformulation, de dénomination et de rectification », in P. Bange (éd.), L’analyse des interactions verbales. La Dame de Caluire : une consultation. Berne : Peter Lang, 99-122.

DANJOU-FLAUX, N., 1980, « À propos de de fait, en fait, en effet et effectivement », Français moderne 48, 110-139.

DE CORNULIER, B., 1982, « Sur le sens des questions totales et alternatives », Langages 67, 55-109.

DETGES, U., & WALTEREIT, R., 2011, « Turn-taking as a trigger for language change », in S. Dessì Schmid et al., Rahmen des Sprechens. Beiträge zu Valenztheorie, Varietätenlinguistik, Kognitiven und Historischen Semantik, Peter Koch zum 60. Geburtstag, Narr Verlag 175-190.

DOSTIE, G., 2004, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique, Bruxelles : Duculot.

FORSGREN, M., 2009, « Les connecteurs de fait, en fait, en effet, effectivement : observations empiriques effectuées dans des contextes discursifs variés », in J.-C. Pellat et H. Vassiliadou, Rhénania : dimensions syntaxiques et sémantiques, Syntaxe et Sémantique 10, 51-64.

GRIEVE, J., 1996, Dictionary of Contemporary French Connectors, London : Routledge.

GÜLICH, E., & KOTSCHI, T., 1987, « Les actes de reformulation dans la conversation ‘ La Dame de Caluire’ », in P. Bange (éd.), L’analyse des interactions verbales. La Dame de Caluire : une consultation, Berne : Peter Lang, 15-81.

HÖLKER, K., 1988, Zur Analyse von Markern. Korrektur- und Schlussmarker des Französischen, Wiesbaden GmbH / Stuttgart : Franz Steiner Verlag.

IORDANSKAJA, L., & MEL’ÈUK, I., 1999, « Traitement lexicographique de deux connecteurs textuels du français contemporain : en fait VS en réalité », Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques IV, Paris : Presses De l’Université de Montréal, 29-41.

MOREL, M.-A., 2002, « Intonation et gestion du sens dans le dialogue oral du français », in H.L. Andersen et H. Nølke (éds), Macro-syntaxe et macro-sémantique, Actes du colloque international d’Århus, Berne : Peter Lang, 119- 139.

MURAT, M., et CARTIER-BRESSON, B., 1987, « C’est-à-dire ou la reprise interprétative », Langue française 73, 5-15.

PUSCH, C., 2003. « Die es que/c’est que-Konstruktion und ihre kommunikativen Dimensionen », in G. Held (ed.), Partikeln und Höflichkeit, Frankfurt : Peter Lang, 295-317.

ROSSARI, C., 1992, « De fait, en fait, en réalité : trois marqueurs aux emplois inclusifs », Verbum 3, 139-161.

ROSSI, M., 2001, « Pour une analyse pragmatique du processus de reformulation dans les interactions conversationnelles », Actes du Colloque International de l’Université de Trieste, Oralité dans la parole et l’écriture : analyses linguistiques, valeurs symboliques, enjeux professionnels, Torino, Edizioni Libreria Cortina, 57-73.

SACKS, H., SCHEGLOFF, E. & JEFFERSON, G., 1974, « A simplest systematics for the organization of turn-taking in conversation », Language 50, 696-735.

SCHIFFRIN, D., 1987, Discourse markers, Cambridge: Cambridge University Press.

STEUCKARDT, A. 2005, « Les marqueurs formés sur dire », in A. Steuckardt, et A. Niklas-Salminen, (éds), Les marqueurs de la glose, Publications de l’Université de Provence, 51-65.

VAN DIJK, T., 1981, Studies in the Pragmatics of Discourse, The Hague: Mouton.

VASSILIADOU, H., 2008a, « Quand les voies de la reformulation se croisent pour mieux se séparer : à savoir, autrement dit, c’est-à-dire, en d’autres termes ». In M.-C. Le Bot, M. Schuwer & E. Richard (éds), La reformulation : marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 35-50.

VASSILIADOU, H., 2008b, « Sens lexical et processus argumentatifs : le cas du connecteur français c’est-à-dire (que) », L’Analisi Linguistica e Letteraria, fascicolo 2008 / 2, 317-328.

WALTEREIT, R., 2002, « Imperatives, interruption in conversation, and the rise of discourse markers: A study of Italian guarda », Linguistics, 40, 987–1010.

Haut de page

Notes

1 Authier-Revuz (1987 : 70) et Charolles (1987 : 111) utilisent les guillemets pour signaler qu’ils ne sont pas totalement convaincus du fait de parler de reformulation, mais ils ne tranchent pas non plus en faveur d’une non reformulation.

2 Voir Bruxelles et Traverso (2001) qui signalent que ben est souvent accompagné par c’est-à-dire en début de réponse.

3 On dit le refus, car il paraît peu probable de donner la cause d’une acceptation. On peut toutefois avoir un peut-être ou un oui et non, mais pas un oui.

4 À savoir ne marche dans aucun des exemples cités dans cette section. D’une part, il n’a pas la propriété d’enchaîner sur un implicite et d’autre part, il ne peut pas introduire une justification de X : « A : Vous venez dîner ce soir ? B : * À savoir que je ne suis pas libre ». Voir aussi : « *Je ne suis pas libre, à savoir que je ne viendrai pas ».

5 Signalons toutefois que c'est-à-dire ne partage pas tous les emplois de en fait : quand Y ne peut être interprété ni comme une rectification, ni comme une réfutation, ni comme une précision de l’énoncé précédent, c'est-à-dire ne peut apparaître à la place de en fait comme le montre l’exemple suivant : « Elle a l’air de trouver ça drôle ; en fait c’est tout à fait sérieux ».

6 Grieve (1996), dans son dictionnaire des marqueurs du français, range c’est-à-dire parmi les « confirmers » et les « precisers » avec en effet et effectivement.

7 Dans le même contexte, c'est-à-dire peut commuter avec c’est que ou il y a que qui marquent une espèce d’hésitation et introduisent la justification, l’explication du refus induit : « Non, il ne te déteste pas ; C’est qu’il en aime une autre », « Il y a que ce soir je ne suis pas libre », etc. Voir l’analyse infra.

8 Cf. entre autres Danjou-Flaux (1980), Charolles (1984), Rossari (1992), Iordanskaja et Mel’èuk (1999) et Forsgren (2009).

9 Pas de la même manière que mais s’oppose à un énoncé.

10 Voir par exemple l’énoncé suivant où c’est-à-dire est difficile à analyser (de plus, il ne suit pas une question directe) : - A : Il y a quand même des trucs bizarres dans votre livre. Page 45 vous avez une scène de nécrophilie. - B : C'est-à-dire non (sans pause). Elle meurt pendant l’acte sexuel (càd oral, Tout le monde en parle).

11 Notons que malgré l’élément déictique dans sa composition, je veux dire ne peut dans aucun des cas mentionnés ci-dessus commuter avec c’est-à-dire : A : Vous venez manger avec nous ce soir ? B : *Je veux dire que ce soir j’ai des choses à faire. Je veux dire présuppose un je veux dire par là. Or, si ce « là » n’est pas exprimé, il ne peut pas être introduit dans le discours.

12 Il y aurait d’autres pistes à explorer comme celle de l’évolution diachronique et de la pragmaticalisation de c’est-à-dire liée à celle de « turn-taking » développée par Detges et Waltereit (2011).

13 Cela ne semble pas être un facteur déterminant pour la polyvalence de c’est-à-dire, car à savoir peut également être suivi de que sans pour autant posséder la gamme des fonctions de c’est-à-dire.

14 Voir pour une hypothèse parallèle Dostie (2004 : 158). L’auteur signale que disons, admettons, mettons sont sujets à une suppression du que qui, comme dans notre cas, est omis alors qu’en principe il était attendu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « A : Vous restez dîner ce soir ? B : « ben, c’est-à-dire, euh… » (Gazon maudit) 
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9684/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Vassiliadou, « C’est-à-dire (que) : embrayeur d’énonciation », Semen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/9684

Haut de page

Auteur

Hélène Vassiliadou

UR 1339 LiLPa / Scolia, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page