Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« La langue de Baudelaire », une culturologie

Chloé Laplantine
p. 71-90

Résumés

Ce texte tente d’aborder les notes de Benveniste sur le langage poétique du point de vue d’une « culturologie » (science qu’il envisageait), en montrant la continuité de cette recherche restée manuscrite avec ses travaux sur les langues. La « langue de Baudelaire » est en effet pour Benveniste d’abord à décrire comme un « cosmos nouveau et spécifique ». En linguiste, il se demande précisément comment décrire cette langue, indiquant l’incapacité de la linguistique d’alors à approcher le langage poétique, à en déterminer l’originalité. Pour Benveniste, cette découverte de Baudelaire implique une critique de la linguistique du signe, et une « conversion du point de vue ». Ce texte tente de montrer toute la portée critique de ces notes de Benveniste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Baudelaire, 21, f°2/ f°210.

1Benveniste aimait la littérature, il s’y intéressait. Nous découvrons qu’il avait commencé à écrire à propos de Baudelaire et du langage poétique. Que penser de cette archive ? Comment prend-elle place dans l’œuvre du linguiste ? Y prend-elle simplement une place ? On pourrait en effet penser que Benveniste, avec ambition certainement, a cherché à écrire une poétique – « La théorie de la langue poétique est encore à venir <n’existe pas encore> Le présent essai a pour but d’en hâter un peu l’avènement »1 –, mais que cette tentative n’a pas de lien profond avec la linguistique générale qu’il élabore. Dans ce cas, on devrait réduire l’intérêt de ces papiers à une sorte d’exotisme, de curiosité ; ils n’auraient plus alors qu’un intérêt strictement documentaire. D’autre part ce travail n’a pas « abouti », du moins à une publication, peut-être parce que Benveniste lui-même sentait que cette recherche était insatisfaisante, aussi l’aurait-il abandonnée. Ce n’est bien sûr pas la position que je vais défendre ici, ayant davantage la certitude que ce projet de poétique non seulement ne peut pas être séparé du projet global, mené toute sa vie par Benveniste, mais d’autre part en constitue une avancée très importante.

2Qu’est-ce en effet qu’un travail inabouti ? Il faudra se demander justement si ces notes sur Baudelaire n’aboutissent pas de manière silencieuse dans l’écriture des quelques textes que Benveniste produira ensuite, notamment l’un des derniers, « Sémiologie de la langue », où l’art devient le point de vue critique pour repenser la théorie du langage.

1. La linguistique est d’abord la théorie des langues

  • 2  Journée d’étude de l’association CONSCILA, « Regards croisés sur l'énonciation. Actualité d'Emile (...)
  • 3  Voici la liste des articles publiés par Benveniste en 1967 : « La forme et le sens dans le langage (...)
  • 4  « C’est là que nous voyons un principe dont les conséquences sont à dérouler dans toutes les direc (...)

3La connaissance qu’on a de Benveniste en tant que théoricien du langage se fait souvent dans l’oubli de ses recherches sur les langues. Gilbert Lazard faisait une remarque qui allait dans ce sens lors d’une rencontre récente sur les différents courants théoriques ayant pris ce linguiste pour source ou acteur important2. Il me semble en effet qu’on ne peut pas lire les manuscrits sur Baudelaire en oubliant cette dimension du travail du linguiste. Qu’on se reporte à la bibliographie des travaux de Benveniste établie par Mohammad Djafar Moïnfar, pour voir la liste de ses publications en 1967, on aura un spectre bien plus étendu et complexe que celui de questions de linguistique générale strictement3. Bien sûr la linguistique générale apparaît comme une sorte d’aboutissement de la réflexion sur les langues, et elle est porteuse pour la pensée, elle se déroule « dans toutes les directions »4, néanmoins elle n’est pas tout. Le travail sur « les langues réelles », que Benveniste qualifie d’« organismes empiriques, historiques », est en effet, pour lui, « le seul accès possible » à l’écriture d’une linguistique générale :

  • 5  Passage tiré de l’« Avant-propos » des Problèmes de linguistique générale.

Il faudra se pénétrer de cette vérité que la réflexion sur le langage n’est fructueuse que si elle porte d’abord sur les langues réelles. L’étude de ces organismes empiriques, historiques, que sont les langues demeure le seul accès possible à la compréhension des mécanismes généraux et du fonctionnement du langage.5

  • 6 Baudelaire, 21, f°2 bis / f°210 bis.
  • 7 Baudelaire, 22, f°30 / f°282.
  • 8 Baudelaire, 22, f°1 / f°253.

4Benveniste adoptera une même démarche dans sa recherche à propos du poème : il écrit sa théorie du langage poétique avec Baudelaire, dans la découverte de sa langue poétique, et non dans la projection d’un modèle abstrait et déjà prépensé. Ainsi, « La poésie a ici le visage de / Baudelaire ; je parle d’elle /ou de lui, sans pouvoir / toujours les distinguer. La / poésie, c’est la poésie /plus un certain poète. / puisque chaque poète a /sa langue poétique »6. Le particulier c’est le général, le général c’est le particulier : cette fusion, dans le regard de Benveniste, de Baudelaire et du langage poétique, constitue un point de difficulté dans la lecture des manuscrits. On se demandera par instants s’il est en train de parler de la langue de Baudelaire ou du langage poétique en général, par exemple lorsqu’il écrit : « Le langage poétique cherche <à réaliser> l’adéquation de la langue à cette unité profonde de l’être et du monde »7, où l’on sent bien que « le langage poétique » c’est ce langage poétique, celui de Baudelaire, son geste particulier, mais en même temps Benveniste présente le problème sous l’aspect d’une généralité. C’est peut-être précisément parce qu’il pense par problèmes, au sens de ses Problèmes de linguistique générale, qu’il fait une généralité de l’exemplaire. Il explique encore ainsi cette relation : « Je crois voir maintenant la clef du problème que pose le /langage poétique (c’est-à-dire pour moi celui de Baudelaire) et /en tant que problème linguistique »8.

5C’est toujours les yeux dans le microscope des faits de langue que Benveniste pose des problèmes de linguistique générale. Ce n’est jamais l’inverse, le modèle ne prend pas la place de l’infinité des expériences, ce que le structuralisme aura pu opérer en faisant de la structure l’interprétant et le substitut de tout.

  • 9  E. Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG, p. 19.
  • 10  Lettre tapuscrite conservée à la Bibliothèque nationale de France. On la trouvera parmi les papier (...)

6Il me semble par exemple que la théorisation que Benveniste inaugure à propos de l’énonciation, si elle mène à des conclusions d’ordre général sur la subjectivité dans le langage, et établit des principes nouveaux pour la réflexion, est d’abord fondée sur l’exemple de langues réelles, et met en lumière l’originalité du fonctionnement de celles-ci : « C’est des langues que s’occupe le linguiste, et la linguistique est d’abord la théorie des langues »9. La généralité du langage n’efface pas les particularités des langues, elle n’en prend pas la place, la théorie du langage de Benveniste n’a pas pour but ou pendant une uniformisation. Ainsi lorsqu’il se rendra en Alaska au début des années 1950, ce sera toujours avec le projet d’étudier l’originalité des langues dans leur manière de signifier : « Il s'agit toujours de savoir comment s'organise dans la langue l'expérience de l'univers, c'est-à dire comment la langue “signifie” et comment elle “symbolise”»10.

  • 11  « Le tableau d’une conjugaison d’un verbe français, où les paradigmes s’alignent, complets et unif (...)

7Pour donner une dernière illustration, très banale, de l’importance première pour Benveniste du fait particulier : la distinction bien connue qu’il opère entre l’« énonciation de discours » et l’« énonciation historique » dans son article « Les relations de temps dans le verbe français » (1959), qui aura eu un impact important pour l’approche des textes littéraires dans l’enseignement secondaire comme à l’université, si elle critique l’alignement des paradigmes que produisent innocemment les grammairiens ( montrant que cette logique est une abstraction qui efface la vraie logique de la langue, à savoir son fonctionnement, le système d’oppositions et de relations qu’elle élabore11), est en même temps la mise en lumière du cas particulier du français, et les remarques de Benveniste sur ces deux énonciations que la langue distingue, où le locuteur s’inclut ou non dans les évènements qu’il raconte, a peut-être aussi un intérêt « ethnographique ».

  • 12  Franz Boas dès 1901 posait le projet d’une approche analytique des langues amérindiennes. Ainsi il (...)
  • 13  Emile Benveniste, « Tendances récentes en linguistique générale » [1954], PLG, p. 6.
  • 14  Ce texte, « Catégories de pensée et catégories de langue » (1958), a provoqué de vives réactions d (...)

8Il y a selon moi chez Benveniste, un peu comme chez Franz Boas12 et Edward Sapir, la volonté de rendre visible, par l’analyse, l’inconscient d’une langue, le fait que « nous pensons un univers que notre langue a d’abord modelé »13, ce qui était explicitement son projet lorsqu’il faisait apparaître que les Catégories posées par Aristote sont celles que sa langue distingue14, ce qui était une visée implicite dans sa réflexion sur le système des temps et des personnes, et on pourra finalement dire dans chacun de ses textes, dont son travail sur Baudelaire. Cette approche de l’inconscient d’une langue, d’un inconscient socialisé, est nécessairement celle d’un vivre, d’une « expérience humaine » originale. Car pour Benveniste si les langues sont des « organismes empiriques, historiques », c’est parce qu’il les conçoit comme l’expression et la réalisation de la vie des sujets :

  • 15  Note manuscrite d’Emile Benveniste conservée à la Bibliothèque nationale de France (PAP. OR. 30, e (...)

Vivre le langage / Tout est là : dans le langage assumé et vécu comme expérience humaine, rien n'a plus le même sens que dans la langue prise comme système formel et décrite du dehors15

  • 16  Les « Statuts de la Société de linguistique de Paris » du 8 mars 1866, sont surtout connus pour l’ (...)

9Il y a ainsi toujours dans le travail de Benveniste sur les langues une intention « presque ethnographique » pour reprendre l‘expression de Saussure, une intention « culturolgique » pour cette fois reprendre le terme qu’il a lui-même essayé et qui avait pour enjeu de donner à la langue la place d’interprétant et d’instituant de la réalité humaine. Cette approche de la langue vivante, vécue, d’un vivre-langage, est sans doute à rattacher à une tradition de pensée et de recherche à laquelle Benveniste appartient, qui est notamment celle que cherche à constituer la Société de linguistique de Paris, société dont le premier article des statuts était alors : « La Société de Linguistique a pour but l’étude des langues, celle des légendes, traditions, coutumes, documents, pouvant éclairer la science ethnographique. Tout autre objet d’études est rigoureusement interdit »16.

  • 17  « C’est en dernière analyse, seulement le côté pittoresque d’une langue, celui qui fait qu’elle di (...)

10Emile Benveniste fait partie d’une génération et d’une tradition de linguistes pour qui le questionnement sur le langage n’a de sens que s’il se construit avec le témoignage qu’en donnent les langues, et pour qui les langues sont des organismes très concrets, non séparables des gens qui les parlent, de la culture qu’elles instruisent. C’est en ce sens selon moi qu’il faut comprendre l’« intérêt presque ethnographique » de Saussure, intérêt pour « le côté pittoresque d’une langue, celui qui fait qu’elle diffère de toutes autres comme appartenant à certain peuple ayant certaines origines »17, ou encore le fait que Bréal par exemple intitule un recueil de ses articles « Mélanges de philologie et de mythologie ». Il importe je crois de rappeler cet héritage (non le seul) que Benveniste reçoit, pour éclairer peut-être de manière un peu inattendue son travail sur Baudelaire.

  • 18 Baudelaire, 6, f°4 / f°4.

11Il y a déjà dans l’intitulé que Benveniste envisageait pour son article, « la langue de Baudelaire », l’indice d’un problème posé entre la spécificité d’une langue et son rapport à une société, la critique qu’elle en fait. Lorsqu’il écrit à propos de Baudelaire18 :

  • 19  E. Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG, p. 25.
  • 20 Baudelaire, 22, f°2/ f°254.

posant ce lien entre le langage et le vivre qu’il institue, on a le souvenir de telle autre phrase rencontrée dans les Problèmes de linguistique générale, et le sentiment que le travail sur Baudelaire poursuit les idées fortes de sa linguistique générale : « le langage re-produit la réalité. Ceci est à entendre de la manière la plus littérale, la réalité est produite à nouveau par le truchement du langage »19. Néanmoins, on a le sentiment, d’une part, que Benveniste cherche, avec la mémoire sans doute de son texte antérieur, à écrire de manière distinctive une théorie du « langage poétique », où l’« émotion » prend la place de la « réalité », et, d’autre part, que ce qu’il est en train d’écrire ne relève plus seulement de la généralité du langage mais avant tout de l’originalité de la « langue de Baudelaire ». Est-ce que l’originalité de cette langue, ce qu’elle réalise, n’est pas précisément de « re-présenter le vécu », de « re-produire l’émotion » ? Ailleurs on pourra lire : « Le poète manie l’univers, recrée l’humanité, s’adresse à tous et à personne »20, et il semble alors que Benveniste cherche à définir l’activité critique de cette « langue » particulière ; « le poète » alors n’étant plus le poète en général, mais Baudelaire, le rapport au langage qu’il construit : « manier l’univers », « recréer l’humanité » deviennent les gestes particuliers de sa poétique.

2. Le langage poétique dans l’œuvre d’Emile Benveniste

  • 21  « Mais il faudra changer nos instruments : notre critique n’a guère étudié que des œuvres denses o (...)
  • 22  « Dans une représentation animée et dynamique des éléments, il se constitue toujours des oppositio (...)
  • 23 La Révolution surréaliste 5, 1925. On pourra notamment lire dans ce manifeste ce déplacement du reg (...)

12L’intérêt de Benveniste pour la littérature apparaît ponctuellement. Deux textes écrits avant-guerre l’indiquent clairement : son compte-rendu de la traduction des Cahiers de Malte Laurids Brigge de Rilke par Maurice Betz, où pour lui la langue de Rilke implique une conversion de l’analyse – « mais il faudra changer nos instruments »21, et son texte intitulé L’eau Viril, où il travaille à mettre au jour une « mythologie latente dans les figurations de l’eau », que les « poètes réinventent chaque fois »22, à travers les exemples qu’en donnent Hugo, Bachelard, Lawrence, Claudel, J.-M. Levet, Melville, Shakespeare, Balzac, Lautréamont. On pourra aussi rappeler qu’il signe en 1925 auprès des surréalistes le manifeste « La révolution d’abord et toujours ! »23.

  • 24 PLG, p. 16.
  • 25  Emile Benveniste, « La notion de “rythme” dans son expression linguistique » [1951], PLG, p. 327-3 (...)
  • 26  Emile Benveniste, « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne » [1956], P (...)
  • 27  Emile Benveniste, « Structure des relations de personne dans le verbe » [1946], PLG, p. 230.
  • 28  Emile Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG,    p. 25.
  • 29  Emile Benveniste, « L’appareil formel de l’énonciation » [1970], PLG, p. 88.
  • 30  Emile Benveniste, « Ce langage qui fait l’histoire » [1968], PLG, 2, p. 37.

13Dans les articles publiés dans les Problèmes de linguistique générale, on notera par exemple ses remarques, dans « Tendances récentes en linguistique générale » (1954), sur le problème du « style », et la mention qu’il fait des « études sur l’ordre des mots, sur la qualité des sons, sur les rythmes et la prosodie »24. En 1951 il écrivait déjà son important article consacré à la notion de « rythme »25, qui deviendra pour Henri Meschonnic un texte essentiel pour l’établissement d’une « théorie du rythme ». En 1956 son texte « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne » se termine sur la critique de la projection inconsciente de Freud d’une stylistique, des figures du vieux dictionnaire des tropes, sur le psychisme, et Benveniste achève son texte en ouvrant les perspectives d’une poétique : « Ce qu’il y a d’intentionnel dans la motivation gouverne obscurément la manière dont l’inventeur d’un style façonne la matière commune, et, à sa manière, s’y délivre »26. On trouve également dans « Structure des relations de personne dans le verbe » en 1946, la brève mention du « je est un autre « de Rimbaud comme « expression typique de ce qui est proprement l’ “aliénation” mentale, où le moi est dépossédé de son identité constitutive »27, ou encore dans « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » en 1963 cette phrase : « L’homme a toujours senti – et les poètes ont toujours chanté – le pouvoir fondateur du langage, qui instaure une réalité imaginaire, anime les choses inertes, fait voir ce qui n’est pas encore, ramène ici ce qui a disparu »28. Dans « L’appareil formel de l’énonciation », il termine sur la question de l’ « oralité » : « Il faudrait aussi distinguer l’énonciation parlée de l’énonciation écrite. Celle-ci se meut sur deux plans : l’écrivain s’énonce en écrivant et, à l’intérieur de son écriture, il fait des individus s’énoncer »29. Notons enfin qu’en 1968 dans son entretien avec Guy Dumur il s’exprime longuement et de façon assez précise à propos du langage poétique. Et à la question « est-ce que le langage poétique est intéressant pour la linguistique, il répond « Immensément »30.

14Ce relevé n’est pas exhaustif et ne pourrait pas l’être de toute évidence tant les références sont nombreuses, pour autant qu’on inclue aussi tous les textes avec lesquels Benveniste travaille sans cesse. Qu’on ouvre l’index des références à la fin du second volume du Vocabulaire des institutions indo-européennes, et on verra quelle place prend la littérature pour lui, c’est une place constante et nécessaire. Les textes des poètes sont beaucoup plus présents que ceux des historiens, des philosophes et des juristes. Dans le corpus grec, on note ainsi 2 références à Aristote, 1 référence à Platon, 32 références à Hérodote, mais 336 références à Homère !

  • 31 "As utterances our performatives are also heir to certain other kinds of ill which infect all utter (...)

15La place que prend la littérature dans l’œuvre de Benveniste dépasse les mentions qu’il en fait, dans la mesure où sa théorie du langage donne simplement une place à la littérature. En témoigne sa présence dans les études littéraires universitaires, et peut-être encore davantage de manière implicite dans les études secondaires où la notion d’énonciation est devenue un levier essentiel pour l’analyse des textes. Mais au-delà de cet « outillage » pour l’approche des textes littéraires ou non littéraires, qui constitue souvent une réduction des découvertes de Benveniste, on peut dire simplement que sa linguistique inclut une réflexion sur la littérature, ce que d’autres linguistiques, comme celle d’Austin31, ne font pas.

16Roland Barthes écrivait dans son article « Pourquoi j’aime Benveniste » :

  • 32  Roland Barthes, « Pourquoi j’aime Benveniste » [La Quinzaine littéraire, 1966], Le bruissement de (...)

D’une manière générale, en plaçant le sujet (au sens philosophique du terme) au centre des grandes catégories du langage, en montrant, à l’occasion de faits très divers, que ce sujet ne peut jamais se distinguer d’une « instance du discours », différente de l’instance de la réalité, Benveniste fonde linguistiquement, c’est-à-dire scientifiquement, l’identité du sujet et du langage, position qui est au cœur de bien des recherches actuelles et qui intéresse aussi bien la philosophie que la littérature »32.

  • 33 Baudelaire, 12, f°2 / 54.

17En effet, cette « identité du sujet et du langage », que Benveniste appelle la « subjectivité », devient un point de vue pour parler du langage, point de vue qui permet de penser l’expérience humaine comme une expérience toujours linguistique, de penser ensemble l’invention de soi de l’invention de langue, et de ne plus séparer le langage ordinaire du langage poétique. Dans les manuscrits, nous lisons : « La poésie est une langue intérieure à la langue. Elle / est dans le langage ordinaire »33. Cette « intériorité » ne désigne pas un emboîtement, mais définit davantage l’activité du langage poétique au sein du langage : le langage poétique crée l’ordinaire.

  • 34  Emile Benveniste, « Structuralisme et linguistique » [1968], Problèmes de Linguistique Générale, 2(...)
  • 35 Baudelaire, 20, f°10 / f°204.

18La théorie du langage de Benveniste est déjà une théorie du langage poétique. Qu’il s’agisse de la plus ordinaire des phrases quotidiennes ou de poème, il cherche toujours à observer une invention dans l’expérience. Si « dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un c’est chaque fois une réinvention »34, dans la langue poétique « Il faut donc inventer / une expression adéquate à une émotion (provoquée / par une donnée extérieure ou intérieure, peu importe) /et par suite créer un langage pour une émotion unique / d’un sujet unique. Tout est à l’inverse du projet de / la communication »35. Il s’agit en effet pour Benveniste, à l’époque, de critiquer fortement la conception d’un langage communicationnel et pragmatique fondée sur la notion de signe, et de proposer une autre direction pour l’analyse.

  • 36 Baudelaire, 22, f°29 / f°281.

19La critique de telles conceptions est peut-être plus marquante lorsque le linguiste donne à penser chaque « bonjour » selon un point de vue « poétique » qui fait de chaque énonciation un acte unique et spécifique, mais lorsque avec Baudelaire il invalide l’approche des poèmes par ce qu’il appelle la « théorie du langage ordinaire »36, il fait entendre autre chose : qu’est-ce en effet, dans la voix de Benveniste que « créer un langage pour une émotion unique d’un sujet unique » ? « Créer un langage », c’est selon moi, créer dans la langue une signifiance nouvelle, c’est réinventer un rapport au langage. Dans son entretien avec Guy Dumur en 1968 « Ce langage qui fait l’histoire », Benveniste s’interrogeait en effet dans ce sens :

  • 37  Emile Benveniste, « Ce langage qui fait l’histoire », PLG, 2, p. 37

Il s’agit de savoir si le langage est voué à toujours décrire un monde identique par des moyens identiques, en variant seulement le choix des épithètes ou des verbes. Ou bien si on peut envisager d’autres moyens d’expressions non descriptifs et s’il y a une autre qualité de signification qui naîtrait de cette rupture37.

  • 38  Emile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue » [1958], PLG, p. 73.

20Benveniste fait se correspondre une représentation réaliste du monde, un vivre réaliste, dont l’expérience serait celle de la description, et un modèle de fonctionnement de certaines langues, celui de la prédication. On repense en lisant cette remarque à l’article « Catégories de pensée et catégories de langue », où Benveniste posait l’originalité de la forme de la prédication et du mode de pensée qui lui est associé : « Tout ce qu’on veut montrer ici est que la structure linguistique du grec prédisposait la notion d’“être” à une vocation philosophique »38. Dans les manuscrits, de même, cherchant à penser la langue de Baudelaire comme une langue de l’évocation, il écrira :

  • 39 Baudelaire, 23, f°14 / f°337.

 Mais évoquer les choses est
une chose, les décrire en est une
autre. La description est un
discours sur .39

21Et dans son analyse il cherchera également à échapper à une démarche descriptive :

  • 40 Baudelaire, 23, f°31 / f°354.

Ce qu’on a fait jusqu’ici
c’est l’analyse descriptive
du poème
.
Ce que je tente de
découvrir est le mode
de fonctionnement de la
langue poétique
.40

22On pourra ajouter pour terminer que cette démarche descriptive pour lui, c’est celle que met en œuvre à l’époque le structuralisme.

  • 41 mise en > appliquée
  • 42 Baudelaire, 14, f°2 / f°81.

                                                 de la pièce de
Une approche consiste à partir de la composition
poéti vers comme d’une donnée, de la décrire,
de la démonter comme un objet. C’est
l’analyse telle qu’on la trouve appliquée41aux Chats
dans le bel article de Lévi-Strauss et Jakobson.42

  • 43  “When one has the riddle of the universe on his hands, such pursuits seem trivial enough, yet when (...)

23Par parenthèse, on pourra également faire le lien entre cette critique de la vision du monde et du mode de pensée impliqués par la langue, et celle que formulait Edward Sapir envers le philosophe orgueilleux et ignorant des langues, pensant se faire le découvreur de l’énigme de l’univers, et ne se rendant pas même compte qu’il est simplement en train d’écrire dans sa propre langue43. Ces critiques ont selon moi en commun d’ouvrir à l’analyse de l’inconscient linguistique.

  • 44 Baudelaire, 22, f°51/ f°303

24Ainsi les manuscrits sur le langage poétique participent de cette critique d’un rapport pauvre à la réalité, que serait le rapport d’objectivation et de description, et dans la lecture de Baudelaire Benveniste découvre un « autre mode de signification »44 :

  • 45 Baudelaire, 22, f°53/f°305.

45

25Le terme de « sémiologie » nous renvoie immédiatement à l’article « Sémiologie de la langue », rédigé à la suite du travail sur Baudelaire, et qui en constitue peut-être un aboutissement. L’apparition de ce terme rend visible la trame d’un questionnement mené par Benveniste, selon des chemins différents, dans les années 1967-1968. Il y a en effet entre les notes sur Baudelaire et « Sémiologie de la langue » non seulement au cœur de la réflexion la question du signe et de la sémiologie, mais au-delà, l’idée majeure que l’art devient un point de vue critique pour parler du langage. Dans « Sémiologie de la langue », Benveniste écrit :

  • 46  Emile Benveniste, « Sémiologie de la langue » [1969], PLG, 2,. p. 59-60.

La signifiance de l’art ne renvoie donc jamais à une convention identiquement reçue entre partenaires. Il faut en découvrir chaque fois les termes, qui sont illimités en nombre, imprévisible en nature, donc à réinventer pour chaque œuvre, bref inaptes à se fixer en une institution. La signifiance de la langue, au contraire, est la signifiance même, fondant la possibilité de tout échange et de toute communication, par-là de toute culture.46

  • 47 Baudelaire, 22, f°53/f°305.
  • 48 Baudelaire, 22, f°48 / f°300.
  • 49 Baudelaire, 22, f°9 / f°261.
  • 50 Baudelaire, 22, f°10 / f°262 ; 22, f°11 / f°263 ; 22, f°12 / f°264.
  • 51 Baudelaire, 22, f°9 / f°261.
  • 52 Baudelaire, 22, f°11 / f°263.
  • 53 Baudelaire, 22, f°13 / f°265.
  • 54 Baudelaire, 22, f°14 / f°266.

26Il est bien question ici de cette « sémiologie nouvelle » qui « échappe à la convention essentielle du discours », et à laquelle le public doit s’ajuster. La question du poème est apparemment absente de « Sémiologie de la langue » – Benveniste parle des arts de la figuration, de la musique –, et en même temps elle fait le cœur du problème précisément à ce moment du texte. La question de la langue poétique est implicitement posée dans cette opposition et ce hiatus de l’art et de la langue. En effet si la langue est convention et institution, le langage poétique « échappe à la convention essentielle du discours »47, « c’est une langue que le poète est seul à parler, /une langue qui n’est plus une convention collective, mais expression / d’une expérience toute personnelle et unique. /Cette langue n’est donc pas connue a priori : celui qui / l’entend ou la lit (le rôle de la lecture est /immense, peut-être plus important que celui de l’audition) /doit s’y former, l’apprendre, et accéder par cet / apprentissage à l’intenté du poète »48. Elle est comme le dit Benveniste une « sémiologie nouvelle », un « univers second »49, une « réalité seconde »50, une « suprême réalité »51 ; on pourrait même forcer en disant une convention ou institution nouvelle, puisque ce langage agit sur son lecteur : « Le “sens” est en poésie l’adéquation à la “réalité”/ que le poète institue, sa réalité à lui. Quelle / est donc la nature de cette réalité seconde et comment / l’atteindre ? »52 ; et plus loin : « Chez Baudelaire, ai-je dit, l’émotion se /convertit en images sensibles, se donne un /support sensoriel, trouve son équivalence /dans les objets qui la suscitent (ciel nocturne) /ou dans les mouvements qui la prolongent (nage, /planer, balancements) et finit par53/ instituer un véritable contre-monde <ou ultra-monde>, qui se /prête à l’inventaire et à la description »54.

  • 55  Emile Benveniste, « Sémiologie de la langue » (1968), in Problèmes de linguistique générale, 2, p. (...)

27À la fin de « Sémiologie de la langue », une référence à Baudelaire apparaît et donne de nouveau à penser que la recherche sur le langage poétique était bien présente dans l’esprit de Benveniste au moment où il écrivait son article. Il parle alors de l’homologie entre systèmes sémiotiques : « La nature de l’homologie peut varier, intuitive ou raisonnée, substantielle ou structurale, conceptuelle ou poétique. “Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.” Ces “correspondances” ne sont qu’à Baudelaire, elles organisent son univers poétique et l’imagerie qui le reflète»55. En lisant cela, on retrouve le travail qu’il mène dans les manuscrits pour définir la manière dont s’organise la signification dans le poème, notamment par les liens qu’il organise selon une paradigmatique et une syntagmatique qui lui est propre.

L’iconisé se détermine par les
syntagmes : tantôt bon, doux, comme la nuit
                                                      la douce nuit.
ou affreuses nuits (il faudrait citer tout le répertoire).
En poésie le syntagme s’étend plus loin que
     limites
ses dimensions grammaticales ; il embrasse
la comparaison, l’entourage très large,
parfois la rime. On proposerait pour
                                        sympathème ?
le renommer symphorie ou symphronie

  • 56 Baudelaire, 12, f°6 / f°58.

Le paradigme est mémoriel
et émotionnel . L’iconie met en
branle les associations qui ne sont plus
seulement sémantiques ou idéelles, mais
pathématiques.56

28En disant qu’en poésie « le syntagme s’étend plus loin que ses limites grammaticales », et d’autre part que le « paradigme est mémoriel et émotionnel », Benveniste voit dans le poème des dimensions de temps et d’espace plus étendues que dans le langage ordinaire, plus étendues et surtout personnelles. Il introduit ainsi la dimension de l’écoute, de la lecture. Tout ce travail de dépassement des notions de la linguistique traditionnelle, Benveniste le formulait à la fin de « Sémiologie de la langue ». Il s’agit dans un cas comme dans l’autre de passer d’une linguistique du signe à une linguistique du discours.

29À mon sens, il est évident que le travail sur la langue de Baudelaire est l’un des laboratoires qui prépare l’écriture de « Sémiologie de la langue », qui est une somme critique qui jette les bases d’une transformation de la linguistique.

3. Pourquoi Baudelaire ?

30Benveniste avait-il l’ambition d’écrire, comme Jean-Paul Sartre et Walter Benjamin, son Baudelaire ? Pourquoi Baudelaire ? Est-ce simplement un penchant personnel pour sa poésie, ou autre chose ? Est-ce le caractère populaire de ce poète, son institutionnalisation qui l’a amené à définir le langage poétique avec lui ? C’est un choix qu’il s’agit sans doute de comprendre, pour rendre plus visible l’enjeu de son travail.

  • 57 Baudelaire, 22, f°7/ f°259.

31Selon moi ce choix ne tient pas seulement à un goût particulier de Benveniste pour Baudelaire, mais d’abord à une situation : Baudelaire est devenu un classique, et il y a dans la connaissance qu’il a sur le bout des doigts des poèmes de Baudelaire l’indice de cette situation. On ne fait pas que lire Baudelaire, on se le répète : « On / lit le poème pour répéter les syllabes enchantées, / pour retrouver l’émotion que les mots qu’il / rassemble nous communiquent »57. D’autre part, d’après l’image que Benveniste en donne, Baudelaire a d’une certaine manière toujours été un classique. Classique cette fois dans le sens où sa modernité échappe au regard.

32Si Benveniste donne comme une évidence la « puissante originalité » de Baudelaire, en même temps c’est précisément celle-ci qui pose problème, parce qu’on ne sait pas la voir :

Considérons maintenant le discours chez Baudelaire. Qui le lit
avec la préoccupation de voir comment se caractérise ce discours chez
Baudelaire doit vite renoncer. Nombreux sont les aveux des critiques :

  • 58 Baudelaire, 22, f°71/ f°323.

on ne sait que dire de ce discours, que rien ne distingue de tout autre.
On ne voit pas comment c’est fait. Il semble que Baudelaire à ce point de
vue ne se distingue pas de Hugo. Rien que de traditionnel chez lui. Même
Bonnefoy fait cette constatation décevante et découragée.58

  • 59 Idem.

33Et le feuillet se poursuit par la conviction qu’il y a quelque chose à voir dans ce discours de Baudelaire : « J’ai longtemps partagé ce sentiment. Ce qui néanmoins m’a retenu de désespérer et d’abandonner a été la conviction qu’il devait y avoir quelque chose de particulier, et même d’unique dans ce discours »59. La langue de Baudelaire n’est classique qu’en apparence, et Benveniste cherche à dépasser cette apparence qui est un point de vue sur le poème. L’originalité de la langue de Baudelaire est invisible, invisible pour les yeux qui essaieraient d’analyser ses poèmes avec le sens uniquement du langage ordinaire, qui y chercheraient par exemple un écart par rapport à un usage normal de la langue. Ainsi, du point de vue d’une linguistique normative, pour Benveniste, la langue de Baudelaire est classique :

  • 60 Baudelaire, 22, f°67 / f°319.
  • 61 Baudelaire, 22, f°68 / f°320.

En apparence, le discours de Baudelaire est si
uni, si régulier, si intelligible, si bien tenu qu’il
semble dans la pure tradition classique. Ce qui
déconcerte même les poètes qui le lisent aujourd’hui
avec –cependant– la double conscience de la
puissante originalité de Baudelaire (mais
réside-t-elle alors ?) et de toutes les novations60
qui sont issues de lui et qu’il a au moins rendues
possibles.
Ce que Baudelaire a réalisé n’est qu’en apparence
une syntaxe de discours usuel.61

  • 62  « Nous tentons cette conversion du point de vue et cette / exploration dans ma tentative de créati (...)

34Ce « où réside-t-elle ? » correspond à un « comment voir ?», et est finalement à relier à la tentative de conversion du point vue62 dont Benveniste parle dans ces manuscrits. L’apparence, c’est alors une convention du regard, ce qu’un regard sait voir. C’est le regard sur Baudelaire qui est classique, ce n’est pas Baudelaire.

  • 63  « Je pense, au bout du compte, que l’analyse de / la langue poétique exige dans toute l’étendue du (...)

35Au moment le plus fort peut-être de sa théorisation, Benveniste parle de l’inconnu finalement qu’est Baudelaire pour nous. Juste quelques lignes plus haut, projetant toute la nouveauté qu’implique pour les disciplines de la linguistique la découverte du langage poétique63, il met en marge de son texte cette réflexion : « Je pourrais mettre en exergue de mon article / cette phrase du Projet de préface aux / Fleurs du mal / : “Questions d’art – terrae / incognitae” », où ce ne sont pas les réponses qui sont des terres inconnues, mais les questions : l’art implique l’invention de problèmes jusqu’alors inconnus.

  • 64 Baudelaire, 12, f°4 / f°56.

36L’originalité de Baudelaire réside dans un inconnu du savoir sur les langues et sur le poème. Et pourtant cet invisible pour l’analyse n’est pas tout, parce que Baudelaire agit sur nous : « le poète transmet l’expérience, il ne la décrit pas./il donne l’émotion, non l’idée de l’émotion »64. Et de manière absolument liée, il écrit ailleurs :

  • 65 Baudelaire, 8, f°3 / f°13.

Notons d’abord ceci : la sensibilité ou l’émotion doivent être
présentes , mais non non nommées : se dire ému n’est pas
le moyen d’émouvoir ; de fait Baudelaire ne connaît pas
ému, émouvoir, émotion, ni sentir sentiment, ni sensation
cela doit être souligné , mais seulement il sent ; le
verbe sentir seulement65

37Benveniste établit une différence entre le poème et l’analyse, et ceci toujours dans un lien à sa critique de l’objectivisme de la description et du langage ordinaire généralement (« la description est un discours sur »). Peut-être est-il en train de dire que l’analyse ne se substitue pas au poème, un peu comme lorsqu’Edward Sapir écrit que nous nous sentons pris par le poème, ce que ne fait pas l’analyse :

  • 66  Edward Sapir, « The Unconscious Patterning of Behavior in Society », in The Unconscious: A Symposi (...)

In great works of the imagination form is significant only in so far as we feel ourselves to be in its grip. It is unimpressive when divulged in the explicit terms of this or that simple or complex arrangement of known elements66. [Je traduis :] Dans les grandes œuvres de l’imagination, la forme est signifiante seulement dans la mesure où nous nous sentons nous-mêmes être pris par elle. Elle est non-impressive lorsque divulguée dans les termes explicites de tel ou tel simple ou complexe arrangement d’éléments connus.

38Chez Sapir le connu de l’analyse (known elements), du langage de l’analyse, s’oppose à l’inconnu, et presque au mystère du poème et de l’expérience (we can never hope to understand in explicit terms). Ce qui est d’ailleurs sa conclusion et sa recommandation à la toute fin de son article :

We must never allow ourselves to substitute the starveling calories of knowledge for the meat and bread of historical experience. This historic experience may be theoretically knowable, but it dare never be fully known in the conduct of daily life. [Je traduis :] Nous ne devons jamais nous permettre à nous-mêmes de substituer les maigres calories de la connaissance pour la viande et le pain de l’expérience historique. L’expérience historique peut être théoriquement connaissable, mais gare à ce qu'elle ne soit jamais pleinement connue dans la conduite de la vie de chaque jour.

  • 67 Baudelaire, 18, f°11 / f°184.
  • 68 Baudelaire, 20, f°14 / f°208.
  • 69 Baudelaire, 19, f°2 / f°188.

39Chez Benveniste comme chez Sapir, il y a peut-être la volonté de marquer une distinction entre deux types de discours, qui sont aussi des institutions que notre culture sépare, le poème et l’analyse, ou simplement le discours et le métadiscours. « La poésie la langue poétique et plus précisément la poétique / ne consiste pas à dire, mais à faire »67, écrit Benveniste, redonnant au poème sa valeur étymologique – il parle quelques lignes plus bas du « faiseur, poiètès » – , et séparant deux rapports différents du sujet au langage. Ces différences de nature et d’attitude sont celles qu’il établit entre le « langage ordinaire », signe, concept et communication, et le « langage poétique », image et émotion provoquée : « En poésie l’intenté n’est pas conceptuel, mais “affectif”»68, ou encore « La langue poétique n’assemble pas des / mots-concepts, mais des mots-images. / L’ “image” au sens propre, est / le ressort profond de la poésie. Il / s’agit d’imposer la vision directe / des choses, la vérité des choses »69. On pourrait se demander si Benveniste ne fait pas que reprendre les vieilles oppositions traditionnelles du langage-concept et du poème-affect, s’il n’est pas seulement lui-même pris dans le lieu commun ? À mon sens il fait tout autre chose, car ce qu’il dit, il le dit avec la distance d’une analyse linguistique de la culture, d’une culturologie. De ce point de vue, il étudie le « langage poétique » et le « langage ordinaire » comme des institutions, comme il travaille sur les institutions indo-européennes.

  • 70  Emile Benveniste, « La notion de “rythme” dans son expression linguistique » [1951], in PLG, p. 33 (...)
  • 71  Emile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage » [1958], PLG, p. 259.

40En même temps, il y a une dimension critique à ne pas perdre de vue. Comme dans l’article sur le rythme, où il attribue davantage de beauté et de portée de vue à la conception d’un rythme comme « la forme dans l’instant qu’elle est assumée par ce qui est mouvant, mobile, fluide »70 plutôt qu’à la conception métricienne héritée de Platon, ici Benveniste veut un langage poétique. Et, le langage qu’il définit comme le propre de l’homme tout au long de ses écrits est poétique : « c’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet »71.

Haut de page

Bibliographie

Austin J. L., 1973, How to Do Things with Words, The William James Lectures delivered at Harvard University in 1955, ed. J .O. Urmson, Oxford, Oxford University Press.

Barthes R., 1984, « Pourquoi j’aime Benveniste » [La Quinzaine littéraire, 1966], Le bruissement de la langue, Seuil, p. 205-207.

Benveniste E., 2011, Baudelaire, présentation et transcription de Chloé Laplantine, Limoges, Lambert-Lucas.

— 1964, « Lettres de Ferdinand de Saussure à Antoine Meillet » (publiées et par E. Benveniste), in Cahiers Ferdinand de Saussure, 21, Genève, Droz, p. 88-135.

— 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

— 1974, Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard.

Laplantine C., 2011a, Emile Benveniste, l’inconscient et le poème, Limoges, Lambert-Lucas.

— 2011 b, « “La langue de Baudelaire” : une approche de Baudelaire et du langage poétique avec Benveniste », Le Français aujourd’hui, n° 175, Littérature et linguistique : dialogue ou coexistence ?, décembre 2011, p. 47-54.

— 2011c, « La poétique d’Emile Benveniste, Benveniste et les “correspondances” », Relire Benveniste, sous la direction d’Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, Louvain-la-Neuve, éditions Academia-Bruylant, collection « Sciences du langage : carrefours et points de vue ».

— 2011d, « “La langue de Baudelaire” avec Benveniste », revue Modernité, n° 32, Sens du langage. Sens de la langue, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux.

— 2010a, « Emile Benveniste : l’inconscient dans le langage », De la grammaire à l'inconscient : dans les traces de Damourette et Pichon, sous la direction de Michel Arrivé, Valelia Muni-Toke, Claudine Normand, Lambert-Lucas, Limoges.

— 2010b, Andrew Eastman et ChloéLaplantine, « Emile Benveniste : Poetic Language. Selections from Notes on the Language of Baudelaire », Graduate Faculty Philosophy Journal, 31 /1, The New School for Social Research, Department of Philosophy, New-York, sept 2010.

— 2009a, « La poétique d’Emile Benveniste », Emile Benveniste. Pour vivre langage, sous la direction de Serge Martin, Mont-de-Laval, éditions L’Atelier du Grand Tétras, Collection « Résonance générale : Essais pour la poétique ».

— 2008, Emile Benveniste : poétique de la théorie. Publication et transcriptions des manuscrits inédits d’une poétique de Baudelaire, thèse de doctorat en Langue et littérature françaises, sous la direction de Gérard Dessons, Université Paris 8, Saint-Denis.

Moïnfar M. D., 1975, « Bibliographie des travaux d’Emile Benveniste », Mélanges linguistiques offerts à Emile Benveniste, Louvain, Peeters, p. VII-LII.

Sapir E., 1963, Selected Writings of Edward Sapir in Language, Culture, and Personality, edited by David G. Mandelbaum, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

Stocking G. W., Jr., 1974, A Franz Boas Reader, The shaping of American Anthropology, (1883-1911), Chicago and London, The University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1  Baudelaire, 21, f°2/ f°210.

2  Journée d’étude de l’association CONSCILA, « Regards croisés sur l'énonciation. Actualité d'Emile Benveniste dans les sciences du langage », organisée par Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, ayant eu lieu à Paris le 6 juin 2008.

3  Voici la liste des articles publiés par Benveniste en 1967 : « La forme et le sens dans le langage », « Fondements syntaxiques de la composition nominale », « Un fait de supplétisme lexical en indo-européen », « Note sur une inscription araméenne d’Asoka », « Hommes et Dieux dans l’Avesta », « Le verbe iranien nam- en sogdien », « Les relations lexicales slavo-iraniennes », « Le développement des mots composés en arménien classique », « Notice sur la vie et les travaux de M. Louis Renou ». Pour la bibliographie complète des travaux d’Émile Benveniste (livres, articles, comptes-rendus, communication à la Société de linguistique de Paris…) voir la bibliographie établie par Mohammad Djafar Moïnfar : « Bibliographie des travaux d’Emile Benveniste », Mélanges linguistiques offerts à Emile Benveniste, Louvain, Peeters, 1975, pp. VII-LII.

4  « C’est là que nous voyons un principe dont les conséquences sont à dérouler dans toutes les directions. » (« De la subjectivité dans le langage », PLG, p. 260.)

5  Passage tiré de l’« Avant-propos » des Problèmes de linguistique générale.

6 Baudelaire, 21, f°2 bis / f°210 bis.

7 Baudelaire, 22, f°30 / f°282.

8 Baudelaire, 22, f°1 / f°253.

9  E. Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG, p. 19.

10  Lettre tapuscrite conservée à la Bibliothèque nationale de France. On la trouvera parmi les papiers parvenus à la Bibliothèque en 2006. PAP. OR. Don 06.15. Pochette 7.

11  « Le tableau d’une conjugaison d’un verbe français, où les paradigmes s’alignent, complets et uniformes, ne laisse même pas soupçonner que le système formel du verbe a une structure double (conjugaison de présent et conjugaison de parfait), comme est double cette organisation temporelle, fondée sur des relations et des oppositions qui sont la réalité de la langue », « Les relations de temps dans le verbe français, 1959, PLG, p. 250.

12  Franz Boas dès 1901 posait le projet d’une approche analytique des langues amérindiennes. Ainsi il expliquait son projet : « to describe the language in an analytical way, giving the fundaments of phonetics, grammatical processes, and grammatical categories »[lettre à W.J. Mc Gee du 04-04-1901] – décrire la langue de manière analytique, en donnant les fondements de la phonétique, des procès grammaticaux, et des catégories grammaticales. Cette approche analytique ayant pour objectif d’échapper à la projection de la grammaire indo-européennes sur les langues amérindiennes : “it is my endeavor to have all these sketches of grammar purely analytical, that is to say, to keep out the point of view of Indo-European languages as thoroughly as possible” [lettre à W. Thalbitzer du 15-02-1905] – ma tentative est que tous ces essais de grammaire soient purement analytiques, c’est-à-dire, de s’écarter aussi pleinement que possible du point de vue des langues Indo-Européennes.

13  Emile Benveniste, « Tendances récentes en linguistique générale » [1954], PLG, p. 6.

14  Ce texte, « Catégories de pensée et catégories de langue » (1958), a provoqué de vives réactions de la part de philosophes (essentialistes ?) désireux de garder la philosophie hors de portée d’un questionnement linguistique.

15  Note manuscrite d’Emile Benveniste conservée à la Bibliothèque nationale de France (PAP. OR. 30, enveloppe 2, f°241).

16  Les « Statuts de la Société de linguistique de Paris » du 8 mars 1866, sont surtout connus pour l’« article 2 » (qui est lié au premier) : « La Société n’admet aucune communication concernant, soit l’origine du langage, soit la création d’une langue universelle ».

17  « C’est en dernière analyse, seulement le côté pittoresque d’une langue, celui qui fait qu’elle diffère de toutes autres comme appartenant à certain peuple ayant certaines origines, c’est ce côté presque ethnographique, qui conserve pour moi un intérêt : et précisément je n’ai plus le plaisir de pouvoir me livrer à cette étude sans arrière-pensée, et de jouir du fait particulier tenant à un milieu particulier », lettre de Ferdinand de Saussure à Antoine Meillet [4 janvier 1894], « Lettres de Ferdinand de Saussure à Antoine Meillet » (publiées par E. Benveniste), in Cahiers Ferdinand de Saussure, 21, (1964), p. 95 / pour cette lettre uniquement et son commentaire par E. Benveniste, cf. Problèmes de linguistique générale, pp. 37-38.

18 Baudelaire, 6, f°4 / f°4.

19  E. Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG, p. 25.

20 Baudelaire, 22, f°2/ f°254.

21  « Mais il faudra changer nos instruments : notre critique n’a guère étudié que des œuvres denses ou diffuses, mais toujours fixées, ou qu’elle fixait. Il faudra inventer la critique dynamique, celle qui s’ajustera à des notations aussi ténues que celles de Rilke, celle qui pourra suivre, dans son jeu double et contrarié, l’action des forces qui dissocient cette curieuse personnalité : une sensibilité diverse et soumise, capable de se fondre au sein des choses, et un don de reprise totale, aiguë, par une intelligence qui toujours veille », Emile Benveniste, « Les Cahiers de Malte Laurids Brigge par Rainer Maria Rilke, trad. M. Betz (Stock) », in Philosophies, 1, Paris, 15 mars 1924, p. 94-95. On retrouve également dans ce numéro notamment des textes de Max Jacob, Jules Supervielle, Pierre Morhange (il est le fondateur de la revue), Jean Cocteau, Robert Honnert, Philippe Soupault, Pierre Drieu La Rochelle, René Crevel.

22  « Dans une représentation animée et dynamique des éléments, il se constitue toujours des oppositions, non pas seulement d’un élément à l’autre, mais d’un aspect à l’autre du même élément. L’imagination, docile à une suggestion qui émane de la matière, tend à dissocier en figures contrastées et de sexe opposé des notions que la raison tient pour simples et permanentes. Les langues, les légendes témoignent de cette dualité, que les poètes réinventent chaque fois et d’autant plus sûrement que leur expression est plus authentique. Notons quelques traits de cette mythologie latente dans les figurations de l’eau », Emile Benveniste, L’Eau virile, in Pierre à Feu, Provence Noire, Aimé Maeght Editeur, Cannes-Paris, 1945,   p. 74.

23 La Révolution surréaliste 5, 1925. On pourra notamment lire dans ce manifeste ce déplacement du regard : « C’est notre rejet de toute loi consentie, notre espoir en des forces jeunes, souterraines et capables de bousculer l’Histoire, de rompre l’enchaînement dérisoire des faits, qui nous fait tourner les yeux vers l’Asie (…). C’est au tour des Mongols de camper sur nos places ».

24 PLG, p. 16.

25  Emile Benveniste, « La notion de “rythme” dans son expression linguistique » [1951], PLG, p. 327-333

26  Emile Benveniste, « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne » [1956], PLG, p. 87.

27  Emile Benveniste, « Structure des relations de personne dans le verbe » [1946], PLG, p. 230.

28  Emile Benveniste, « Coup d’œil sur le développement de la linguistique » [1963], PLG,    p. 25.

29  Emile Benveniste, « L’appareil formel de l’énonciation » [1970], PLG, p. 88.

30  Emile Benveniste, « Ce langage qui fait l’histoire » [1968], PLG, 2, p. 37.

31 "As utterances our performatives are also heir to certain other kinds of ill which infect all utterances. And these likewise, though again they might be brought into a more general account, we are deliberately at present excluding. I mean, for example, the following: a performative utterance will, for example, be in a peculiar way hollow and void if said by an actor on the stage, or if introduced in a poem, or spoken in soliloquy. […]Language in such circumstances is in special ways — intelligibly — used not seriously, but in ways parasitic upon its normal use — ways which fall under the doctrine of the etiolations of language. All this we are excluding from consideration. Our performative utterances, felicitous or not, are to be understood as issued in ordinary circumstances”.[Je traduis :] Comme énoncés nos performatifs sont aussi héritiers de certaines autres sortes de maladies qui infectent tout énoncé. Et ceux-ci semblablement, bien qu’encore une fois il soit légitime de les prendre en compte plus en général, à présent délibérément nous les excluons. Je veux dire, par exemple, la chose suivante : un énoncé performatif, par exemple, sera dans un mode particulier creux et vide s’il est dit par un acteur sur la scène, ou introduit dans un poème, ou prononcé dans un soliloque. […] Le langage dans de telles circonstances est en ces modes spéciaux – intelligiblement – utilisé non sérieusement, mais en des modes parasitaires de son usage normal – modes qui tombent sous la doctrine des étiolements du langage. Tout cela nous excluons de le considérer.

J. L. Austin, How to Do Things with Words, The William James Lectures delivered at Harvard University in 1955, ed. J .O. Urmson, Oxford University Press, Oxford, 1973, p. 21-22.

32  Roland Barthes, « Pourquoi j’aime Benveniste » [La Quinzaine littéraire, 1966], Le bruissement de la langue, Seuil, 1984, p. 207.

33 Baudelaire, 12, f°2 / 54.

34  Emile Benveniste, « Structuralisme et linguistique » [1968], Problèmes de Linguistique Générale, 2, 1974, p. 19.

35 Baudelaire, 20, f°10 / f°204.

36 Baudelaire, 22, f°29 / f°281.

37  Emile Benveniste, « Ce langage qui fait l’histoire », PLG, 2, p. 37

38  Emile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue » [1958], PLG, p. 73.

39 Baudelaire, 23, f°14 / f°337.

40 Baudelaire, 23, f°31 / f°354.

41 mise en > appliquée

42 Baudelaire, 14, f°2 / f°81.

43  “When one has the riddle of the universe on his hands, such pursuits seem trivial enough, yet when it begins to be suspected that at least some solutions of the great riddle are elaborately roundabout applications of rules of Latin or German or English grammar, the triviality of linguistic analysis becomes less certain”. [Je traduis] : Lorsqu’on a la grande énigme de l’univers entre ses mains, de telles recherches semblent bien triviales, mais déjà lorsqu’il commence à être suspecté qu’au moins quelques solutions de la grand énigme sont de manière laborieuse des applications circonvolues de règles de la grammaire latine ou allemande, ou anglaise, la trivialité de l’analyse linguistique devient moins certaine. Edward Sapir, « The Grammarian and His Language », in American Mercury, I, 1924. Repris dans le volume Selected Writings of Edward Sapir in Language, Culture, and Personality, edited by David G. Mandelbaum, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1963, p. 157.

44 Baudelaire, 22, f°51/ f°303

45 Baudelaire, 22, f°53/f°305.

46  Emile Benveniste, « Sémiologie de la langue » [1969], PLG, 2,. p. 59-60.

47 Baudelaire, 22, f°53/f°305.

48 Baudelaire, 22, f°48 / f°300.

49 Baudelaire, 22, f°9 / f°261.

50 Baudelaire, 22, f°10 / f°262 ; 22, f°11 / f°263 ; 22, f°12 / f°264.

51 Baudelaire, 22, f°9 / f°261.

52 Baudelaire, 22, f°11 / f°263.

53 Baudelaire, 22, f°13 / f°265.

54 Baudelaire, 22, f°14 / f°266.

55  Emile Benveniste, « Sémiologie de la langue » (1968), in Problèmes de linguistique générale, 2, p. 61.

56 Baudelaire, 12, f°6 / f°58.

57 Baudelaire, 22, f°7/ f°259.

58 Baudelaire, 22, f°71/ f°323.

59 Idem.

60 Baudelaire, 22, f°67 / f°319.

61 Baudelaire, 22, f°68 / f°320.

62  « Nous tentons cette conversion du point de vue et cette / exploration dans ma tentative de création d’un nouveau / modèle, convaincu à la fois de sa nécessité et de son / insuffisance présente : notre tentative semblera radicale. Nous sommes / sûr qu’un jour on lui reprochera de ne pas l’avoir été assez ». Baudelaire, 14, f°1 / f°80.

63  « Je pense, au bout du compte, que l’analyse de / la langue poétique exige dans toute l’étendue du domaine / linguistique des catégories distinctes. On ne saurait / être assez radical. Il faudra donc poser : une phonétique / poétique, une syntaxe poétique, une grammaire / poétique, une lexicologie poétique ».

64 Baudelaire, 12, f°4 / f°56.

65 Baudelaire, 8, f°3 / f°13.

66  Edward Sapir, « The Unconscious Patterning of Behavior in Society », in The Unconscious: A Symposium, E.S. Dummer, (ed.), Knopf, New-York, 1927, repris dans Selected Writings of Edward Sapir in Language, Culture, and Personality, edited by David G. Mandelbaum, University of California Press, Berkeley and Los Angeles, 1963, p. 559.

67 Baudelaire, 18, f°11 / f°184.

68 Baudelaire, 20, f°14 / f°208.

69 Baudelaire, 19, f°2 / f°188.

70  Emile Benveniste, « La notion de “rythme” dans son expression linguistique » [1951], in PLG, p. 333.

71  Emile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage » [1958], PLG, p. 259.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9492/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Laplantine, « « La langue de Baudelaire », une culturologie », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/9492

Haut de page

Auteur

Chloé Laplantine

CNRS-UMR 7597, Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques
POLART – Poétique et politique de l’art

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page