Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Michel Adam, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours

Jean-Marie Viprey
p. 182-185
Référence(s) :

Jean-Michel Adam, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, A. Colin, coll. « Cursus », 2011

Texte intégral

1Jean-Michel Adam semble décidé à constituer de ses propres travaux un dossier complexe de génétique textuelle dont un point de départ serait Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, publié en 1999 chez Nathan. En 2005, changeant d’éditeur (Colin), il en publiait une nouvelle mouture, complètement remaniée, sous le titre augmenté de l’article, La linguistique textuelle, et un nouveau sous-titre : Introduction à l’analyse textuelle des discours, afin principalement d’introduire cette dénomination (ATD), issue des travaux collectifs menés autour de lui à son initiative. L’ATD avait pour vocation minimale, aux yeux d’Adam, de « proposer une alternative à l’explication de texte […] et à l’analyse stylistique. Mais son ambition majeure était de reformuler en actes la relation du/des discours au(x) texte(s), et surtout de l’analyse du discours aux sciences du texte, en faisant de la première : la perspective discursive, l’horizon de la textualité. Six ans plus tard, après une 2ème édition (3ème version donc) moins différente de la précédente, celui qui s’est imposé comme un chef de file de ce champ des sciences du langage publie chez Colin une « 3ème édition » (4ème version) de l’ouvrage, à nouveau considérablement augmentée et partiellement remaniée.

2Dès l’avant-propos, la remise en perspective textes/discours, qui a motivé la réédition de 2005 est renforcée (p.14), ce qui amène l’auteur à élargir le champ de disciplines « anciennes et modernes » parmi lesquelles il trace son sillon depuis plus de trois décennies et entre lesquelles il se différencie dans un dialogue fécond.

3Si d’autres passages entiers ont été ajoutés (2.2.1 sur les places de l’adjectif épithète en rapport avec une mise en relief de la focalisation ; 2.3.1 qui réinterroge la notion de phrase dans un remaniement de plan qui relativise le contenu du chapitre 3 tout entier de 2005 ; et tout le nouveau chapitre 7 qui valorise le chantier que Jean-Michel Adam entretient depuis plusieurs lustres sur l’événement discursif des 17 et 18 Juin 1940 (discours de Pétain et Appel du 18 Juin : tissage intertextuel sur fond d’enjeux historiques, regard sur la variation textuelle notamment autour de l’Appel de Londres). Dans la perspective comparative, cultivée si activement depuis la rencontre avec Ute Heidmann), nous retiendrons pour notre part l’introduction d’éléments liés à l’ouverture vers les micro-structures récurrentes qui constituent l’aspect jusqu’ici le moins bien aperçu de la « texture » d’une part, de la circulation interdiscursive de l’autre

  • 1  Volochinov N.A. (2010) Marxisme et philosophie du langage, nouvelle traduction et édition par Patr (...)

4Si la référence directe à Bakhtine est prudemment estompée sans doute en raison des turbulences actuelles autour de l’identité et de l’unité de cette figure1, c’est en effet l’intertextualité (p.122 ssqq), rapportée clairement à l’interdiscours (p.126) qui éclaire l’introduction des collocations, absentes jusque-là de l’ouvrage et ici abondamment théorisées et illustrées à partir de l’exemple de Perrault (dialectique langue/discours). Pour Adam comme pour les précurseurs auxquels il renvoie, les collocations ne sont donc pas des faits cantonnés à la langue telle que peut la figer un dictionnaire statique, ni moins encore des accidents locaux de la mise en texte, mais des nœuds de la cohésion sémantique interne et externe d’un texte singulier.

  • 2  Notons qu’en accord avec J. Peytard, Adam avait déjà fait une large place à la dimension tabulaire (...)

5Il en va de même pour les deux aspects de la structuration non séquentielle des textes (5.2). Tout au long de sa carrière et de ses publications, Adam s’est fait connaître comme l’un des éminents spécialistes de la structure (devenue structuration) séquentielle constitutive, pour toute la LT, de la textualité. En 2005, cela aboutit aux chapitres 3 (consacré à la proposition-énoncé comme unité textuelle élémentaire), 4 (Types de liages des unités textuelles de base), 5 (Périodes et séquences : unités compositionnelles de base) que « couronnait » le ch.6 (Le textes comme unité compositionnelle et configurationnelle), Dans cette édition, la matière de ce chapitre 6 (devenu le 5) est entièrement réaménagée pour faire place à la dialectique des structurations séquentielle (successivité, linéarité, aspects jusqu’ici développés dans la ligne de Halliday & Hasan) et non-séquentielles, non-linéaires2 (réseaux constitutifs, configuration globale, voir plus loin). Au stade présent de sa réflexion et/ou de sa pratique empirique, il apparaît réserver encore ce deuxième ensemble de perspectives aux poèmes, au théâtre, à des « textes faiblement organisés par l’ordre du récit ou celui de l’argumentation », mais rien ne semble devoir interdire d’explorer cette dimension dans le roman ou l’essai long. Si cette première réserve paraît pouvoir être assouplie, celle qui amène l’auteur à scinder en deux la structuration non séquentielle des textes constitue un rappel à l’ordre salutaire. Ce qui en saute aux yeux, en linguistique de corpus à forte consistance statistique (textométrique), c’est en effet la structuration réticulaire, c’est-à-dire notamment le réseau formé par la cooccurrence au sens strict (c’est-à-dire l’occurrence de 2 ou N éléments dans une même unité textuelle, plus ou moins étendue – court empan, phrase, paragraphe, document entier), par différence avec la collocation qui est définitionnellement contrainte par les limites de syntagmes). Ces réseaux, faisant appel aux relations de proximité (attirance, répulsion), mais aussi aux relations d’anticipation et de rétrospection, structurent l’espace du texte et sont constitutifs de son mode propre de production de sens. Ils sont d’une immense complexité et justifient la référence, introduite dans l’édition présente, aux méthodes statistiques « lexicométriques ».

6Cependant, Adam rappelle aussi judicieusement aux spécialistes de lexicométrie qu’à l’autre extrémité de l’échelle de taille, est tout aussi non-séquentielle la structuration configurationnelle, où l’on retrouve des concepts antérieurement travaillés, la dialectique thème-topic et les macro-actes de discours (explicite et implicite). Ces concepts sont ainsi recontextualisés et de fait enrichis, polarisés par ce qui se repère à l’autre pôle (micro-structures récurrentes et réticulées).

7Il n’est pas seulement amusant de voir Jean-Michel Adam jouer spéculairement avec ses « plans de texte » et offrir ainsi un dossier aux généticiens. C’est également très significatif. L’ouvrage remanié trois fois est plus cohérent que jamais, ce qui était rien moins qu’évident au pied du mur, on doit le supposer.

8C’est ce qui lui permet de ne pas limiter, comme en 2005, sa conclusion à deux pages programmatiques manifestant encore une hésitation (Vers l’analyse (trans)textuelle des discours), et d’en faire une véritable mise au point. Après une recension très précieuse des textes fondateurs et des manuels qui fondent en droit la linguistique textuelle comme discipline, Adam fixe avec autorité la place d’une linguistique transphrastique, issue d’une interprétation réductrice des propositions de Benveniste, comme un ensemble d’acquis et de résultats à intégrer à une approche configurationnelle résolument tournée vers le global du texte. Puis il expose vigoureusement sa défense à l’égard des critiques de Rastier et de Bronckart (dont on trouvera les références dans l’ouvrage), avant d’en venir à l’essentiel de son propos : « ne pas diluer le texte dans le discours », (re-)connaître du texte qu’il est une forme de « cognition sociale » et à ce titre par sa puissance face à l’histoire et au temps « mérite notre attention ». L’ouvrage est la préparation et la justification d’une phrase comme : « l’ancrage de la LT dans l’AD redistribue les rapports entre sciences du langage, sciences ou disciplines des textes littéraires, sciences de l’information et de la communication […]. » On reconnaît là la haute conscience que Jean-Michel Adam a cultivée et transmise de l’importance d’une attention soutenue au devenir des champs d’intervention des savants, à la socialité des disciplines et à l’ouverture épistémologique. Cette 3e édition constitue un référentiel inépuisable (grâce notamment à l’omniprésence remarquable des « cas » de textes profondément analysés) pour la linguistique textuelle, qu’il consacre comme discipline désormais constituée, tant dans les formations que dans la recherche académique et dans la discussion théorique d’ensemble.

Haut de page

Notes

1  Volochinov N.A. (2010) Marxisme et philosophie du langage, nouvelle traduction et édition par Patrick Sériot et Ina Ageeva – Lambert-Lucas ; voir aussi Bronckart J.-P. & Bota C. (2011) Bakhtine démasqué – Droz.

2  Notons qu’en accord avec J. Peytard, Adam avait déjà fait une large place à la dimension tabulaire (aire scripturale notamment).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Viprey, « Jean-Michel Adam, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://semen.revues.org/9411

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Viprey

Centre Jacques Petit-ATST, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page