Navigation – Plan du site
Valeur, ethos et argumentation

L’argument littéraire dans Sémantique structurale

Usages rhétoriques de la sémiotique émergente
François Provenzano
p. 73-89

Résumés

Cet article envisage le texte de Sémantique structurale (1966), d’Algirdas Julien Greimas, comme une pratique rhétorique située dans le contexte d’émergence de la sémiotique comme projet disciplinaire identifiable. La présentation de quelques paramètres caractéristiques de ce contexte permet de comprendre la position particulière de Greimas dans cette conjoncture et le type d’argumentation qu’il déploie. Celle-ci est envisagée essentiellement selon deux biais : l’ethos du sémioticien et les représentations de la littérature mobilisées pour constituer cet ethos. Argument théorique, intertexte doxique, la littérature apparaît surtout, dans Sémantique structurale, comme un objet requalifiable, qui permet au sémioticien de rendre sensible toute la singularité de son intervention énonciative. Celle-ci peut être schématisée comme une oscillation entre plusieurs grands pôles (naïveté, érudition ; banalité, requalification), selon l’hypothèse suivante : ce sont les variations d’ethos du sémioticien dans sa rhétorique métalittéraire qui fondent l’éthique disciplinaire de la sémiologie dans le champ théorique des années 1960 et en délimitent du même coup la zone de pertinence épistémologique

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte a été présenté lors du colloque « Valeur et variation. Autour des travaux de Jean-Marie Klinkenberg », qui a inspiré la problématique du présent dossier de revue.

Texte intégral

 […] tout exposé scientifique, oral ou écrit, aussi épuré soit-il, comporte toujours tantôt une certaine quantité de bruit, nécessaire pour faire passer l’information, tantôt au contraire, des éléments elliptiques, des sous-entendus dont l’ampleur n’est jamais précisée ni uniforme. A.J. Greimas, Sémantique structurale (1966).

1. Introduction

  • 1  Au seuil de cet article, nous avons plaisir à remercier chaleureusement Thomas Broden, qui a eu l’ (...)

1Les historiens des idées et la communauté des sémioticiens s’accordent à reconnaître dans Sémantique structurale l’un des principaux jalons fondateurs de la sémiotique comme discipline émergente dans la seconde moitié du xxe siècle1. L’un des objectifs de cet article est de prendre la mesure rhétorique de cet acte inaugural, en l’interrogeant pour sa matérialité discursive plutôt que pour son architecture conceptuelle. L’enjeu d’une telle démarche est d’éclairer autrement les fondements de l’épistémologie sémiotique, en rapportant cette épistémologie à une éthique disciplinaire, entendue au sens d’une manière d’investir un domaine du savoir.

2La justification de cette hypothèse de travail pourrait bien être fournie par une citation de Greimas lui-même, placée en exergue de cet article et extraite de l’ouvrage qui va nous retenir ici. Le discours du sémioticien, comme tout exposé scientifique, est parasité par des bruits et troué d’ellipses, qui nous rappellent qu’il relève avant tout d’une pratique de connaissance.

  • 2  Nos remerciements vont ici à Sémir Badir, Maria Giulia Dondero, Björn-Olav Dozo et Stéphane Polis, (...)

3C’est précisément la position que défend Jacques Fontanille dans son ouvrage Pratiques sémiotiques (Fontanille 2008)2 : à la suite de Paul Ricœur (1980), dont la discussion sur la « grammaire narrative de Greimas » ouvre la voie à une méta-sémiotique, Fontanille attire notre attention sur la constitution d’un ethos sémiotique, articulé selon lui en un volet général qu’il appelle « déontologie » et des inflexions particulières qui se laissent décrire selon une « caractérologie ». Cela posé, Fontanille ne se préoccupe guère de l’inscription de ces codages rhétoriques dans une configuration contextuelle particulière, située socio-historiquement et institutionnel-lement. L’auteur semble en effet considérer que les variations d’ethos sont globalement aléatoires ou répondent à une nécessité interne d’ajustement entre la « fiction scientifique » et la réalité décrite. Le projet de cet article consiste plutôt à articuler la matérialité du discours scientifique à la matérialité des situations (disciplinaires, institutionnelles) où il se déploie, en somme de faire œuvre d’archéologie de la sémiotique.

4Il convient de préciser d’emblée que cette investigation sera menée d’un point de vue tâchant d’éviter, autant qu’il est possible, l’illusion rétrospective. Nous parlerons moins en sémioticien partageant lui-même les codes et les logiques de fonctionnement de ce champ disciplinaire qu’en observateur extérieur et inexpérimenté. Cette précision doit être entendue comme une captatio benevolentiæ adressée à la communauté sémiotique, qui pourra s’émouvoir – à juste titre – qu’on isole ainsi des autres travaux de Greimas et surtout des travaux d’autres sémioticiens (du passé et du présent) un seul ouvrage pour en faire le symptôme d’une configuration disciplinaire. Notre ambition n’est certes pas de lire dans Sémantique structurale toute la sémiotique des décennies qui suivront, mais plutôt de proposer l’analyse ponctuelle d’un moment jugé significatif du positionnement inséparablement épistémologique et éthique de la sémiotique parmi les disciplines de lettres et sciences humaines.

5Le choix d’un seul titre se justifie également à nos yeux par la focale d’analyse utilisée : il nous aurait été impossible de mener une lecture de détail sur un corpus dépassant les dimensions d’un ouvrage et ne présentant nécessairement pas la cohérence et le bouclage qui nous serviront ici à dégager les grands principes structurants du discours de Greimas. Cela dit, le titre retenu présente également l’intérêt de renoncer précisément à l’exposé paradigmatique d’un savoir constitué, pour proposer plutôt le déroulement syntagmatique d’une pensée exploratoire, qui thématise son propre déroulement, avec à la fois un sens de la rigueur théorique et de l’abstraction proprement hjelmslevien, et un art consommé de l’écart rhétorique. Ces dosages particuliers configurent un « style Greimas » tout à fait reconnaissable. À cet égard, on peut sans doute déjà avancer que l’ethos défini par Greimas, notamment dans cet ouvrage séminal, connaîtra une postérité dans la mesure où c’est le principe même de la distinction rhétorique par l’ethos que Greimas institue au fondement du champ socio-discursif de la sémiotique.

6C’est entre autres cette question de l’ethos de Greimas qui sera ici abordée, selon un biais particulier, puisque nous envisagerons la représentation de la littérature mobilisée dans le discours du sémioticien, en postulant que cette représentation joue un rôle décisif dans la configuration du projet scientifique de la sémiotique.

7Le traitement d’un tel objet, et de la question qui le traverse, appelle encore deux mises au point préliminaires : l’une relative à sa contextualisation socio-historique, l’autre relative à sa dimension rhétorique.

2. Le contexte de Sémantique structurale

  • 3  Voir les références citées en note 1. Les premiers paragraphes de cette section proposent une synt (...)

8Il est évidemment impossible et inutile de redessiner ici toute la configuration du champ des sciences humaines en 1966 et dans les quelques années qui précèdent3. Quelques traits macrosociologiques suffisent ici à rappeler que le contexte est marqué par un important renouvellement démographique, qui perturbe les hiérarchies instaurées entre les disciplines. En cette décennie, la nouvelle génération du baby-boom accède massivement aux études supérieures. Ses espoirs d’élévation sociale par le contact avec la culture légitime seront souvent déçus par l’état de déliquescence des études littéraires et linguistiques à l’université ; les attentes se portent alors sur le champ de la sophistication théorique, qui représente la nouvelle forme de distinction culturelle. En témoigne la prolifération des revues, organisées en camps et s’adressant à une masse d’étudiants en sciences humaines toujours plus nombreux et avides de participer au règne de la Théorie.

9La parution de Sémantique structurale en 1966, « année lumière » du structuralisme selon Dosse (1992), est à comprendre en fonction de ces données contextuelles, qui ont pu orienter la réception de ce texte pour en faire l’œuvre matricielle d’une identité disciplinaire et épistémologique particulière – celle des « sémioticiens » – parmi les différentes tendances en présence. Le projet scientifique de Greimas peut en effet être situé sur un plan inséparablement institutionnel et théorique, et compris comme un positionnement en cours, sensible dans les années qui précèdent immédiatement 1966 et dont Sémantique structurale garde la trace.

10Sur le plan institutionnel, ce positionnement se heurte d’abord à la situation calamiteuse de la linguistique dans l’université française de l’après-guerre, qui relègue Greimas dans une position d’extériorité. Face à cette situation, des stratégies de contournement sont possibles. La lexicologie en est une et Greimas participe avec Georges Matoré et Bernard Quémada aux activités du centre de Besançon dans les années 1950. Besançon, comme Strasbourg (avec Georges Straka) ou Nancy (avec Bernard Pottier), participe d’ailleurs à cette montée des périphéries par rapport à la résistance du centre universitaire parisien aux nouvelles théories linguistiques. C’est dans cette conjoncture que Greimas obtient en 1962 un poste de linguistique française à l’Université de Poitiers. À Paris, la linguistique est représentée par André Martinet – de retour des États-Unis, il obtient en 1955 une chaire à la Sorbonne, puis publie en 1960 ses Éléments de linguistique générale – et par Jean Dubois, en poste à la nouvelle université de Nanterre en 1964. Ce dernier en particulier, représente le pôle le plus avancé de la linguistique structurale émergente, puisqu’il est également directeur de collection chez Larousse (qui publie Sémantique structurale).

11L’extériorité institutionnelle se manifeste également, dans ces années-là, par la proximité avec les sciences dites « dures » : avec Antoine Culioli, Bernard Pottier ou Jean Dubois, Greimas participe aux enseignements de l’Institut Poincaré, à la faculté des sciences de Paris ; c’est de ce séminaire que naîtra Sémantique structurale, dont l’ambition est notamment d’atteindre un degré de scientificité équivalent à celui des logiciens ou des mathématiciens.

12Enfin, sur le front extra-universitaire, la position de Greimas se définit cette fois essentiellement par rapport à celle de Barthes et, dans une moindre mesure, de Lévi-Strauss. Barthes est à bien des égards un disciple de Greimas, qui lui a fait découvrir Hjelmslev et Saussure. Dans l’institution universitaire, c’est Greimas qui guidera Barthes auprès de Martinet pour la direction de sa thèse sur le système de la mode, en vain. Cependant, on sait bien que le rayonnement du structuralisme en France s’est produit essentiellement hors de l’université, en particulier à la VIe section de l’Ecole Pratique des Hautes Études, où le séminaire de Barthes drainait un large public de fans. C’est donc en partie grâce à l’entremise de Barthes que Greimas devient en 1965 directeur d’études à l’EPHE. Quant à l’équipe de recherche qu’il met en place et qui donne à la sémiotique sa première véritable assise institutionnelle en France (le groupe de sémio-linguistique), elle est abritée par le laboratoire d’anthropologie sociale de Claude Lévi-Strauss.

13Ces quelques éléments nous permettent de situer très schématiquement Greimas dans une position qui accuse un certain retard institutionnel par rapport aux Martinet et Dubois, qui ont pu prendre place de manière forte dans l’université parisienne, sous le signe de la linguistique. En outre, symétriquement, la position de Greimas accuse un certain déficit symbolique par rapport aux Barthes et Lévi-Strauss, qui jouissent d’un grand prestige hors de l’université et qui ont attaché leur nom au courant structuraliste dans son ensemble.

14Ce double décalage et la difficulté de positionnement qui en résulte laissent des traces dans le profilage théorique affiché par Greimas. Ce profilage s’opère notamment par la référence appuyée au formalisme de la logique et des mathématiques ; il s’exprime également par la défense d’une acception extensive de la méthodologie linguistique : contre l’approche restrictive de Martinet, Greimas voit, comme le Barthes des « Éléments de sémiologie » (1964), l’immense potentiel de généralisation de la démarche structurale.

15On pourrait évidemment raffiner à l’envi ces grands cadres généraux dans lesquels nous avons situé grossièrement Greimas. Cependant, notre objectif ici n’est pas tant de discuter des propositions théoriques de celui qui est considéré comme le fondateur de la sémiotique, mais bien d’observer comment les difficultés de positionnement, liées précisément à ce rôle de fondateur d’un champ disciplinaire, se traduisent dans la rhétorique théorique elle-même, et en particulier dans la manière dont cette rhétorique construit la référence à la littérature.

16Nous partirons de l’hypothèse que cette référence joue un rôle argumentatif dans le discours du théoricien. Celui-ci peut en effet être conçu comme un discours présentant une « dimension argumentative » (Amossy 2006), qui se déploie sur trois plans distincts : théorique, disciplinaire, énonciatif.

  • 4  En analyse du discours théorique, ces questions ont été abordées notamment par Dominique Mainguene (...)

17Le discours du sémioticien argumente d’abord sur un plan strictement théorique, qui est celui du déroulement logique de ses concepts, éventuellement agrémentés d’exemples. À cette argumentation théorique se superpose un plan disciplinaire, qui touche quant à lui à la configuration institutionnelle, de caractère polémique, dans laquelle s’inscrit le discours. Indépendamment de sa validité théorique, celui-ci doit défendre une certaine division du travail scientifique, qui lui donne sa raison d’être sociale. Enfin, un troisième plan, énonciatif, concerne l’ethos du théoricien, à savoir non seulement sa légitimité à traiter des questions dont il traite, mais aussi sa capacité à en traiter d’une manière singulière, reconnaissable, en somme scénarisée en fonction d’un auditoire et d’une doxa qui rendront pertinents les marqueurs qu’il donne à son discours théorique4.

18La référence littéraire traverse cette triple argumentativité ; c’est à elle que nous allons nous attacher à présent.

3. La littérature comme argument théorique

  • 5  Pour plus de commodité, nous renvoyons à Sémantique structurale (éd. utilisée : PUF, 1986) en indi (...)

19Nous passerons rapidement sur le premier des plans, à savoir l’usage de la littérature comme argument dans la démonstration strictement théorique du modèle. Pour le dire vite, on peut voir que Greimas utilise l’exemple littéraire comme argument a difficilior de sa théorie, dans la mesure où la littérature constituerait une sorte d’anormalité normalisable, de monstruosité assimilable par le modèle, prouvant par là la validité dudit modèle pour tous les autres usages du langage. Par exemple, lorsqu’il évoque la possibilité que les lexèmes se vident de certains de leurs sèmes, il prend l’exemple du « discours poétique », qui présente des cas d’« appauvrissement sémique, provisoire mais considérable » (38)5.

20Greimas thématise lui-même ce type d’usage de l’argument littéraire, lorsqu’il explique, à propos de la notion d’isotopie complexe : « l’existence de constructions voulues de plans isotopes superposés [comme dans les exemples littéraires qu’il vient d’évoquer] peut nous aider, du fait du grossissement artificiel des procédés employés, à mieux comprendre le phénomène linguistique comme tel » (98). Autrement dit, le littéraire est bien ici un argument a difficilior pour la théorie sémiotique, puisque son artificialité, sa monstruosité sémantique, rendent sensible la justesse des concepts élaborés à propos du langage considéré dans sa généralité.

21Notons au passage que ce type d’intégration du littéraire est fréquemment lié à l’usage du connecteur « ainsi », qui constitue chez Greimas un lien argumentatif fort. Nous nous situons ici sur le plan du déroulé exploratoire de la pensée théorique de l’auteur.

4. La littérature comme intertexte doxique

22Plus intéressant pour notre propos est le plan de l’argumentation disciplinaire. Ce plan laisse en effet apparaître, sous la limpidité de surface du déroulé théorique, un brouillage permanent des intertextes convoqués dans le discours de l’auteur.

  • 6  Par exemple : « Poser à ce niveau le principe d’existence de modèles d’organisation de la signific (...)

23Sémantique structurale se distingue d’abord par le caractère assez indécidable de son statut générique. L’ouvrage présente immanquablement plusieurs marques qui l’apparentent à la tradition du « traité de grammaire » : de nombreux intertitres, des rubriques de « remarques » en plus petits caractères, des séquences d’« exercices élémentaires » (52), une prolifération terminologique, une progression des structures les plus simples aux structures les plus complexes. Mais ces marques ne sont pas suffisamment systématiques pour définir une inscription générique, qui pourrait tout aussi bien relever de l’essai philosophique (pour le caractère argumenté et abstrait) ou plus simplement de ce genre flou qui correspond bien à l’état de redéfinition du champ intellectuel des années 1960, à savoir le genre de « la théorie » : on peut le caractériser grossièrement par le fait qu’il embraye l’argumentativité philosophique sur la doxa lettrée d’une époque donnée et qu’il explicite le caractère expérimental d’une pensée mettant en scène sa propre progression6.

  • 7  Sur cette opération de branchement doxique, nous nous permettons de renvoyer à Provenzano 2010, qu (...)

24Ce brouillage du genre se traduit également dans l’extrême diversité des références utilisées par Greimas, qui recourt très rarement à la note de bas de page et ne propose pas de bibliographie en fin d’ouvrage, mais émaille son texte de divers branchements doxiques : « On sait que Viggo Brøndal », « en l’état actuel des recherches sémantiques », « la notion d’assomption, utilisée par le Dr. Lacan en psychanalyse et dont l’importance ne peut échapper à personne » (100s.) sont des formules qui renvoient à une communauté partageant un même intertexte, identifiant des terrains de pensée et les degrés de pertinence que présente telle ou telle problématique dans chacun de ces terrains7.

25Ce sont ces divers branchements qui assurent le positionnement de la sémiologie comme une sorte de tiers-espace disciplinaire, triplement défini.

26Greimas s’emploie d’abord à souligner la conformité épistémologique de son discours au courant intellectuel de l’époque, à la gamme des présupposés que les meilleurs savants des années 1960 se doivent de partager. Barthes, Lévi-Strauss (ces deux-là en tête), mais aussi Lacan, Bachelard ou Merleau-Ponty sont très fréquemment évoqués par Greimas, qui affirme par exemple que son choix de se situer « du point de vue de la perception » apparaît comme une attitude « rentable », « à l’époque historique qui est la nôtre », Merleau-Ponty à l’appui (9). Il renvoie également au travail de Barthes dans les Mythologies pour illustrer ses hypothèses sur le caractère plurilinéaire de la manifestation sémantique. Bref, autant de manières de signaler que l’analyse sémiologique s’inscrit pleinement dans le paradigme de la pensée critique contemporaine.

27Cela dit, Greimas est tout aussi attentif à distinguer sa démarche de ce qu’il désigne fréquemment et péjorativement comme les « recherches [ou disciplines] humanistes », dont le manque de rigueur et le caractère impressionniste sont à ses yeux hautement condamnables. À propos de l’ouvrage de Gilbert Durand sur les Structures anthropologiques de l’imaginaire, il dira par exemple qu’il relève d’un « état d’esprit qui n’est pas compatible avec l’approche linguistique » (55). Il est significatif que c’est dans ce passage – qui thématise la parenté de la démarche avec celle des sciences dures – que s’opère le glissement entre la « sémantique » et la « sémiologie », dans le discours de Greimas :

Le « morceau de cire » de Descartes n’est pas moins mystérieux que le symbole de la Lune. N’empêche que la chimie a réussi à rendre compte de sa composition élémentaire. C’est à une analyse du même genre que doit procéder la sémantique structurale. Les effets de sens subsistent bien, il est vrai, dans les deux cas, mais le nouveau plan analytique de la réalité – qu’il s’agisse de la chimie ou de la sémiologie – n’en est pas moins légitime. (58)

28La sémiologie comme plan analytique de la réalité, donc, fondé sur « cette vérité de bon sens que tout ce qui est du domaine du langage est linguistique » (58). Cette vérité de bon sens se distingue autant des « spéculations » quant au « mystère » du langage que des « intuitions souvent géniales, mais ne possédant pas de procédures de vérifications, des autres recherches humanistes », par rapport auxquelles la « linguistique structurale » présente ainsi une « supériorité méthodologique » (60).

29Bon sens et rigueur, donc, qui doivent selon Greimas se substituer à terme, dans le domaine des sciences de l’homme, aux « tâtonnements actuels des thérapeutiques psychologiques et sociologiques » (140).

  • 8  Une telle position ne pouvait manquer d’être difficile à lire et à saisir : dans son compte rendu (...)

30Enfin, une fois les « recherches humanistes » disqualifiées, le positionnement sémiologique doit s’opérer immanquablement par rapport à la linguistique proprement dite. Greimas cite évidemment les travaux de nombreux linguistes : les grandes figures étrangères que sont Togeby ou Brøndal, les grandes figures françaises (et amis de Greimas) que sont Jean Dubois, Bernard Pottier ou Georges Matoré, puis une série de minores comme Pierre Guiraud ; mais ces références se font généralement sur le mode de la pure instrumentalisation ou de la fixation doxique. Les linguistes sont soit ces bons artisans de la science qui, tel Pierre Guiraud « promoteur des méthodes statistiques » (61), fournissent des matériaux utiles à la recherche sémiologique, soit une communauté un peu grégaire marquée par une série de croyances, par un « état d’esprit », duquel se distingue le sémiologue en le pointant comme tel : l’ouvrage évoque par exemple « la conviction intime » (66) des milieux linguistiques, ou encore le fait que telle notion « paraît bénéficier, à l’heure actuelle, du préjugé favorable dans certains milieux linguistiques » (105), ou encore se distingue de telle conception « que soutiennent encore bon nombre de linguistes » (112), ou enfin prédit que « les tendances actuelles de la linguistique ne tarderont pas à remettre en faveur » telle voie de la recherche (166). Bref, le discours de Greimas fixe la linguistique dans un cadre doxique bien identifié, auquel il puise éventuellement, mais auquel il n’assimile pas sa propre démarche8.

31Ce triple positionnement contribue au final à situer le discours de Greimas comme un discours de survol du paradigme structural dans son ensemble et à identifier la sémiologie à ce tiers-espace disciplinaire, conçu comme le dépassement dialectique des « recherches humanistes » et de la linguistique, comme ce lieu à partir duquel peut être repéré et embrassé tout le panthéon structuraliste dans sa pertinence historique. On lit en effet sous la plume de Greimas des jugements aussi tranchés que « la méthode psychocritique est en retard d’une guerre » (191), ou encore des convergences ou oppositions tracées entre Barthes, Richard, Bachelard, Dumézil, Riffaterre, Lévi-Strauss ou Lacan, accordant à chacun la juste proportion de « préoccupations proprement linguistiques » qui caractérisent sa pensée (137).

32Dans ce jeu de positionnement, la référence à la littérature est minimale, mais hautement significative à nos yeux. On relève en effet deux occurrences qui usent du littéraire comme d’un intertexte doxique. Celui-ci naturalise le positionnement du sémiologue dans ce tiers-espace disciplinaire, fait de bons sens théorique (contre les spéculations et les naïvetés) et pourtant également situé en surplomb des discours théoriques ambiants.

33Queneau et Robbe-Grillet sont en effet les deux écrivains mentionnés (mais pas analysés) par Greimas, sous une forme assez allusive, mais suffisamment nette pour qu’elle opère la naturalisation du positionnement que nous venons d’évoquer.

34Robbe-Grillet, d’abord, est convoqué au moment où le sémiologue pose « le premier choix épistémologique » de sa démarche, à savoir le caractère omniprésent et multiforme de la signification :

Combien naïves – au sens […] non scientifique de ce mot – paraissent les prétentions de certains mouvements littéraires désirant fonder une esthétique de non-signification : si la présence, dans une pièce, de deux chaises, placées l’une à côté de l’autre, semble dangereuse à Alain Robbe-Grillet, parce que mythifiante du fait de son pouvoir d’évocation, on oublie que la présence d’une seule chaise fonctionne comme un paradigme linguistique et, présupposant l’absence, peut être tout aussi signifiante. (8)

35L’avant-garde littéraire du moment, portée aux nues par la critique structuraliste, est ici refoulée hors du cadre de réflexion sémiologique pour une naïveté prétendant fonder une démarche esthétique expérimentale. Cette naïveté « non scientifique » s’oppose à l’étonnement naïf du sémiologue qui « se met à réfléchir sur la situation de l’homme » (8) et qui, en posant ce regard frais de tout préjugé, salubre au bon sens théorique, dresse le constat de l’omniprésence de la signification dans l’activité humaine.

36Raymond Queneau est quant à lui pris précisément comme caution de cette naïveté scientifique – appelons-la désormais « banalité » pour la distinguer de l’autre –, lorsqu’il donne à voir au détour clair d’une diction littéraire ce que Greimas considère comme l’une des dérives de l’acte de communication : « la parole totalement socialisée, itérative, le “tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire” de Queneau » (36). L’auteur enchaîne en affirmant : « Ces considérations, banales en somme, nous permettront de mieux situer le problème de la manifestation des significations dans le discours » (37). Autrement dit, le constat figé dans la formule de l’écrivain participe de ces banalités sur lesquelles prend appui la démarche du théoricien.

37En convoquant ces deux figures littéraires, bien identifiables dans le champ intellectuel de l’époque, Greimas confirme le positionnement disciplinaire de sa démarche et lui donne une consistance culturelle : refusant l’expérimentation naïvement subversive, elle entend privilégier le bon sens méthodique qui révèle les présupposés théoriques des usages culturels les plus répandus, voire les apories des plus institutionnalisés de ces usages : « La nécessité [d’éliminer des éléments appartenant à d’autres isotopies] paraît si évidente qu’elle ne mériterait qu’une simple mention si la pédagogie de l’enseignement littéraire n’avait pas érigé l’“explication de texte” en une institution nationale. » (145).

  • 9  Nous avons parlé du réglage énonciatif du discours du sémioticien et du positionnement disciplinai (...)

38Ces deux occurrences locales nous portent ainsi à observer de plus près le fonctionnement de la référence littéraire dans le discours de Greimas, qui n’est donc pas limitée à la fonction d’exemple ou d’objet d’analyse, mais participe elle-même, pour une part, à l’orientation du projet scientifique de l’ouvrage. Cette orientation est notamment conditionnée par le troisième et dernier plan de l’argumentativité ici analysée : celui du réglage énonciatif du discours du sémioticien9. Pour qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit nullement d’éclairer ici les inclinations de l’auteur pour telle ou telle portion plus ou moins légitime du spectre des productions littéraires, mais bien d’envisager l’objet littéraire comme un instrument du projet rhétorique à l’œuvre dans Sémantique structurale.

5. La littérature comme objet requalifiable

39La vertu essentielle de la littérature, cette fois en tant qu’objet de l’énonciation théorique du sémioticien, est qu’elle est un objet facilement requalifiable. L’ethos du sémioticien se profile comme un ethos de requalification, à la faveur de la manipulation d’objets littéraires. Ceux-ci présentent en effet différentes caractéristiques qui permettent au sémioticien de rendre sensible toute la singularité de son intervention énonciative.

40L’objet littéraire est pris dans une doxa malléable : il jouit d’une identification qui est censée être immédiate chez les lettrés (voir la fréquence des tours tels que « bien connu », « et l’on pense immédiatement à », « connue sous les noms de », pour introduire une référence à la littérature), mais qui n’implique pas pour autant un cadre épistémologique précis. L’objet littéraire manipulé par Greimas relève autant de la série historique des auteurs individuels que de la série anhistorique des productions culturelles collectives (contes populaires ou mots d’esprit). Sa manipulation permet l’affirmation d’un ethos qui s’autorise à extraire l’objet hors du cadre doxique qui assurait jusqu’alors son identification culturelle et à le requalifier selon un autre métalangage. Par exemple, voici comment Greimas introduit sa section consacrée à la variation des isotopies :

Assez curieusement, c’est au domaine des mots d’esprit, à ce genre littéraire qui affiche volontairement les procédés linguistiques qu’il utilise, que nous avons cru bon d’emprunter des exemples de variations et de permanences isotopiques. […]

Prenons une « histoire » des plus ordinaires [sic] : [Suit la citation de l’histoire, avec mention de la référence : Point de vue, 23 févr. 1962].

L’histoire, comme des milliers d’autres du même genre, possède un certains nombre de traits formels constants : […]. (70)

41Ce bref exemple appelle trois remarques. On voit d’abord que Greimas modalise explicitement son intervention sur la série doxique (« assez curieusement […] nous avons cru bon ») ; une intervention qui n’était en quelque sorte pas prévue par le protocole d’analyse et dont la responsabilité revient au seul sémioticien. Ensuite, il faut remarquer son souci de qualifier ces histoires drôles de « genre littéraire » ; un peu plus loin il parle encore du « “bon mot”, considéré comme genre littéraire » ou encore de « comédies miniaturisées » (71) : cette qualification, ainsi que la mention explicite de la référence au numéro du magazine et à la date, inscrit l’occurrence dans une série culturelle familière, immédiatement disponible, visualisable à la fois dans sa proximité et dans sa généralité. C’est à rebours de cette identification première, soulignée par le sémioticien, que s’opère enfin la requalification, qui consiste ici en la mise en évidence des « traits formels constants ».

42On trouve beaucoup d’autres séquences du même type dans l’ouvrage, comme lorsque Greimas affirme que « la communication poétique n’est en réalité que la manifestation discursive d’une taxinomie » (135-136), ou encore dans ce passage à propos des isotopies complexes :

Cette conjonction syncrétique de termes normalement disjoints, érigée en procédé rhétorique, caractérise parfois certains genres littéraires. Ainsi, Baudelaire […] ne fait que conjoindre […] les deux termes de la catégorie classématique. […] Il en sera de même dans le cas de récits plus longs, en vers ou en prose. Qu’il s’agisse du Moïse de Vigny […], ou de la Peste de Camus […]. (97-98)

  • 10  Ailleurs, Greimas affirme que « l’interprétation actantielle [peut] s’appliquer à un type de récit (...)

43Cet extrait montre également que le matériau littéraire offre un large spectre de statuts différents, se présente d’entrée de jeu sous le masque de l’infinie diversité, mais une diversité bien discriminée : textes brefs, récits longs, en vers ou en prose10. Le sémioticien peut donc se saisir de cette donnée première, qui ne fait pas l’objet d’une démonstration, pour démontrer ensuite la puissance d’une intervention conceptuelle qui traverse tout ce large spectre et qui réduit la diversité des textualités culturalisées.

44En somme, ces opérations de requalification auxquelles se prête l’objet littéraire – hautement repérable et discriminé – rendent sensible le tiers-espace disciplinaire propre à la sémiologie, en y faisant résonner la parole singulière du sémioticien.

  • 11  Voir notamment Greimas 1972, 1976a et 1976b.

45Or, on observe dans le discours un mouvement qui vient contrarier cette tendance énonciative première. La référence à la littérature est en effet également ce qui menace, de l’intérieur, l’homogénéité théorique de l’appareil de description sémiologique et sa nette identification disciplinaire. Sémantique structurale présente en effet plusieurs passages où l’argument littéraire conduit le sémioticien sur les rives de la stylistique d’une part, et vers ce que nous pourrions appeler aujourd’hui l’histoire sociale et culturelle d’autre part. Inutile de multiplier les exemples à ce propos, puisque cela concerne des ouvertures bien connues du projet sémiologique, explorées d’ailleurs par Greimas lui-même11. L’essentiel est ici de remarquer que ces ouvertures sont formulées à partir d’objets littéraires, comme dans ce passage : « […] ce jeu de substitutions syntaxiques sert de point de départ à un perspectivisme stylistique […], qui constitue une des dimensions stylistiques fréquemment exploitées par les mouvements littéraires des dernières décennies. » (130). On trouve le même type d’enchaînement un peu plus loin, lorsque est évoquée la possibilité d’une description structurale intégrant la diachronie : Greimas s’appuie là sur « un exemple banal, et sans aucune garantie de “vérité” », puisé « dans l’histoire de la littérature française », à savoir le découpage en trois « périodes », « baroque », « classique », « romantique » (150-151).

46Ces ouvertures imposent de faire clairement le départ entre le noyau dur du projet scientifique d’un côté et ses avatars moins contrôlables (la variation stylistique, la variation diachronique) de l’autre. Ce partage s’opère par le biais de variations d’ethos, qu’on peut visualiser grossièrement par le schéma suivant :

Fig. 1 : Schéma des variations d’ethos dans Sémantique structurale.

Fig. 1 : Schéma des variations d’ethos dans Sémantique structurale.

47L’axe supérieur réunit à ses deux extrémités les deux anti-ethos exclus par Greimas, qui correspondent au mode de fonctionnement cognitif contre lequel se définit le projet scientifique de la sémiologie.

48Nous avons déjà évoqué la naïveté que Greimas condamnait chez Robbe-Grillet ; de manière plus générale, ce pôle est celui de l’individu aux prises avec un jugement esthétique. Quant à « l’image du parfait érudit », Greimas l’associe aux « recherches humanistes » – dont nous avons aussi montré qu’il condamnait le manque de rigueur théorique – notamment dans ce passage particulièrement clair :

Le principe d’exhaustivité a été considéré, tout le long du xixe siècle – et il l’est encore souvent aujourd’hui –, comme la condition sine qua non de toute recherche humaniste. L’image du parfait érudit y est d’ailleurs associée, et l’on ne connaît que trop bien les ravages que ce principe a produits, rien que par l’institution de ce monstre qu’est la « thèse d’une vie », pour qu’on ne se croie pas obligé de l’admettre sans critique préalable. (143)

49Ce parfait érudit est celui qui prétend atteindre une connaissance historique et culturelle à l’échelle de la collectivité et qui, ce faisant, risque de s’enfermer dans l’objet même qu’il veut décrire. Les érudits sont ainsi également des « amateurs de beau langage [qui] continueront à dénigrer ces néologismes souvent baroques et absurdes : ils ne sont pas conscients du fait que les lexèmes dénominatifs ne font pas partie de la langue naturelle, mais du langage descriptif second ». (157)

50À ces deux anti-ethos s’oppose l’axe inférieur, qui correspond au programme cognitif promu par le sémioticien et élargi au corps disciplinaire de la sémiologie. Les ethos qui réalisent ce programme se répartissent là aussi en deux pôles, dont nous avons déjà souligné les principaux traits : d’une part le constat banal quant au fait empirique, d’autre part la requalification propre à l’activité théorique déployée à son endroit.

51Le rapport entre ces deux axes est cependant dynamisé par des opérations d’allusion, qui permettent à l’auteur de faire osciller son discours vers d’autres modalités énonciatives que celles prévues sur l’axe inférieur. Cet ethos allusif se manifeste précisément dans les passages, dont certains ont été cités, où la littérature sert d’ouverture au champ problématique de la variation diachronique et stylistique. Deux marques rhétoriques distinguent ces passages : l’usage abondant des guillemets, qui témoignent d’un savoir importé mais non assumé par le sémioticien, et le recours à des tournures approximatives, qui tranchent radicalement avec le souci de rigueur terminologique et de précision dénotative affiché par ailleurs. « Il est possible que […] », « soit essentiellement », « d’une certaine manière », « ce qu’on appelle la “poésie moderne” », « dans certaines de ses réalisations », « parfois certains genres littéraires », « fréquemment exploitées », « les mouvements littéraires des dernières décennies », « certaines formes de poésie », « une structure actantielle romanesque propre à la littérature du xxe siècle », etc.

52Cet ethos allusif renvoie bien à un autre régime épistémique : « sans aucune garantie de vérité » précise l’auteur au moment d’introduire son exemple de tripartition historique en périodes baroque, classique et romantique. « Un exemple banal », mais « sans aucune garantie de vérité », voilà ce que fournit la littérature au sémioticien : la « banalité » – c’est-à-dire la disponibilité doxique – autorise toutes les opérations de requalification ; la suspension du contrôle épistémologique autorise toutes les ouvertures exploratoires, en même temps qu’elle oblige le sémioticien à signaler là où s’arrête son projet scientifique. Les développements sur l’historicité des communautés culturelles sont aussitôt commentés comme une « extrapolation » ou « un long détour » (153).

53Par l’adoption de cet ethos allusif, sorte d’énonciation seconde qui, en alternance avec l’ethos de requalification, importe des fragments doxiques et suspend la garantie épistémologique, Greimas tout à la fois ouvre et bloque l’approfondissement de la perspective d’histoire culturelle, comme l’approfondissement d’une stylistique des formes littéraires : il les ouvre en convoquant des matériaux qui relèvent de ces deux champs disciplinaires, mais il les bloque aussitôt par la manière même de convoquer ces matériaux, puisque l’ethos allusifempêche l’activation des ethos de naïveté et d’érudition, condamnés par ailleurs. Nulle appréciation critique des innovations formelles des avant-gardes de l’époque, nulle accumulation aveugle de données culturelles dans le programme de la sémiologie tel que tracé ici par Greimas.

  • 12  Voir, dans le détail de l’analyse sur Bernanos, les nombreuses formules telles que « Bernanos conç (...)

54Reflet de ce compromis, de ce double rejet des extrêmes : le corpus littéraire dont il choisit ultimement de développer l’analyse, à savoir « l’univers bernanosien », est l’image parfaite d’une littérature moyenne, située à mi-chemin entre le conte populaire et l’avant-gardisme esthétique, à mi-chemin entre une littérature de la collectivité culturelle et une littérature de la singularité formelle. Cette littérature moyenne présente ainsi les trois avantages qui la rendent conforme au programme énonciatif assumé par le sémioticien : 1) elle ne risque pas de faire l’objet d’une appréciation « naïve » quant à son projet esthétique, 2) elle ne s’assimile pas pour autant à un ensemble brut de données historico-culturelles, puisque 3) elle offre un corpus global – garanti dans sa clôture par la référence à un locuteur individuel identifiable12 – pour décrire un univers de signification qui rejoue l’historicité à l’échelle de la textualité et autorise ainsi à la fois les constats empiriques et toutes les requalifications théoriques.

55Nous ne développerons pas ici de commentaire sur cette analyse de l’univers bernanosien, qui occupe toute la section finale de l’ouvrage, puisque notre propos consistait plutôt à éclairer la genèse énonciative qui y mène, à révéler les couches sous-jacentes à ce qui est finalement présenté par Greimas sans grande justification, à savoir le choix d’analyser tel corpus littéraire dans la section finale d’un ouvrage intitulé Sémantique structurale.

6. Conclusion

56Pour le redire en une formule qui voudrait raccrocher cet article à la problématique du dossier qui l’accueille : ce sont les variations d’ethos du sémioticien dans sa rhétorique métalittéraire qui fondent l’éthique disciplinaire de la sémiologie dans le champ théorique des années 1960 et en délimitent du même coup la zone de pertinence épistémologique. La position particulière de Greimas le rendait à même d’assumer ces variations d’ethos, lui dont l’existence institutionnelle dépendait de sa capacité à renoncer à être Martinet autant qu’à être Barthes, sans trahir ni ses convictions intellectuelles hjelmsleviennes, ni son souhait de participer au renouveau des sciences humaines dans les années 1960.

57Le parcours énonciatif qu’il construit dans Sémantique structurale le conduit, à la fin de l’ouvrage, à affirmer avec une certaine assurance l’altérité et la supériorité du savoir sémiologique par rapport aux « spécialistes » de littérature : le travail sur lequel il se fonde pour son étude sur Bernanos, la thèse de Tashin Yücel, est jugé « satisfaisant du point de vue de la critique littéraire », mais « ne constitue qu’un état de préanalyse sémantique » (222). Il impose de manière tout aussi autoritaire un contrat de lecture assez explicite quant au statut du matériau littéraire dans le discours du sémioticien. Dans une remarque, il déclare en effet : « Le lecteur est prié d’attacher plus d’importance à la démarche méthodologique qu’à l’exactitude du détail » (229). Ce sont là les quelques rares affleurements explicites qui viennent compléter notre analyse sur la dimension argumentative du discours de Greimas.

58Par cette analyse, nous espérons avoir pu montrer en quoi une rhétorique (conçue comme la variation des codages du discours) pouvait s’appliquer au discours théorique (de la sémiologie, par exemple) pour en pointer certains des impensés et servir à l’histoire des idées, comme un outil complémentaire à l’analyse institutionnelle. En outre, le niveau rhétorique apparaît bien ici comme le lieu où les principes épistémologiques – qui peuvent être déclarés ailleurs explicitement, mais sous une autre forme – s’incarnent dans une pratique de discours. En l’occurrence, nous avons voulu montrer que la définition du projet de connaissance propre à la sémiologie moderne, tel que pratiqué dans cet ouvrage par Greimas, procédait notamment d’opérations énonciatives de requalification et d’allusion qui à la fois font signe à la valeur culturelle du littéraire et en fonde la valeur heuristique.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R. (2006), L’Argumentation dans le discours. Paris : Armand Colin.

Angermüller, J. (2009), « Citer les autorités du discours intellectuel. Tel Quel et la création de la Théorie ». Regards sociologiques, 37/38, 175-183.

Badir, S. (2010), « Éléments pour une biographie du Groupe µ ». Protée, 38/1, printemps 2010, 9-18.

Broden, Th. F. (1995), « A.J. Greimas (1917-1992) : Commemorative Essay ». Semiotica, 105.3-4, 207-242.

Broden, Th. F. (2009), « Language and the Human Sciences in Postwar France : A.J. Greimas and the Development of Paris Semiotics, livre en préparation ». Communication orale au Groupe µ, Liège, 23 novembre 2009.

Chevalier, J-Cl. & Encrevé, p. (2006), Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva. Essai de dramaturgie épistémologique. Paris : ENS.

Coquet, J.-Cl. (1985), « Éléments de bio-bibliographie ». In H. Parret & H-G. Ruprecht (éds), Exigences et perspectives de la sémiotique. Recueil d’hommage pour A.J. Greimas, t. I : Le Paradigme théorique. Amsterdam : John Benjamins, liii-lxxxv.

Dosse, Fr. (1992), Histoire du structuralisme. 2 vol. , Paris : La Découverte.

Ducrot, O. (1966), [Compte rendu] « A.J. Greimas, Sémantique structurale ». L’Homme, 6, 4, 121-123.

Fontanille, J. (2008), Pratiques sémiotiques. Paris : PUF, coll. « Formes sémiotiques ».

Greimas, A.J. (1966), Sémantique structurale : recherche de méthode. Paris : Larousse, coll. « Langue et langage » [rééd. utilisée : Paris : PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1986].

Greimas, A.J. (1972), « Pour une théorie du discours poétique ». In A.J. Greimas et alii (éds), Essais de sémiotique poétique. Paris : Larousse, 5-24.

Greimas, A.J. (1976a), Maupassant. La sémiotique du texte : exercices pratiques. Paris : Seuil.

Greimas, A.J. (1976b), Sémiotique et sciences sociales. Paris : Seuil.

Kauppi, N. (1993), « Elements for an Analysis of Semiology in France ». In E. Tarasti (éd.), On the Borderlines of Semiotics. Proceedings of the 1991 and 1992 International Semiotics Institute in Imatra, Acta Semiotica Fennica, 4, 183-199.

Kauppi, N. (1996), « Approach or Discipline ? The field of semiology/semiotics in France in the 1960’s and 1970’s ». The European Legacy, 1, 4, juillet 1996, 1484-1489.

Maingueneau, D. (2005), « Code langagier et scène d’énonciation philosophique ». Rue Descartes 4/50, « L’écriture des philosophes », 22-33.

Milner, J-Cl. (2008), Le Périple structural. Figures et paradigme. Lagrasse : Verdier poche.

Pottier, B. (dir.) (1980), Les Sciences du langage en France au XXe siècle. 2 vol. , Paris : SELAF.

Provenzano, F. (2010), « Effacement énonciatif et doxa dans le discours théorique : l’exemple de Julia Kristeva ». Argumentation et Analyse du Discours, 5, 2010, [En ligne], mis en ligne le 20 octobre 2010. URL : http://aad.revues.org/index973.html.

Ricœur, p. (1980), « La grammaire narrative de Greimas ». Actes sémiotiques. Documents, II, 15, Paris : CNRS ; repris dans Lectures II, Paris : Seuil, 1992, 387-419.

Haut de page

Notes

1  Au seuil de cet article, nous avons plaisir à remercier chaleureusement Thomas Broden, qui a eu l’extrême gentillesse et la générosité de nous fournir plusieurs pistes utiles à ce travail. Nous renvoyons notamment à Broden 1995 et Broden 2009. Parmi les autres travaux d’histoire des idées relatives à ce moment d’émergence sémiotique, nous renvoyons à Coquet 1985, Dosse 1992, Kauppi 1993, Kauppi 1996, Chevalier & Encrevé 2006, Milner 2008, Badir 2010.

2  Nos remerciements vont ici à Sémir Badir, Maria Giulia Dondero, Björn-Olav Dozo et Stéphane Polis, pour les discussions nourries autour de ce livre.

3  Voir les références citées en note 1. Les premiers paragraphes de cette section proposent une synthèse des informations fournies dans Coquet 1985, Dosse 1992, Broden 1995 et Kauppi 1996.

4  En analyse du discours théorique, ces questions ont été abordées notamment par Dominique Maingueneau (2005), à propos du discours de Louis Althusser.

5  Pour plus de commodité, nous renvoyons à Sémantique structurale (éd. utilisée : PUF, 1986) en indiquant entre parenthèses le(s) numéro(s) de la/des page(s) concernée(s).

6  Par exemple : « Poser à ce niveau le principe d’existence de modèles d’organisation de la signification nous mène plus loin que ce que nous ne l’avions cru au commencement » (133).

7  Sur cette opération de branchement doxique, nous nous permettons de renvoyer à Provenzano 2010, qui analyse sous cette perspective le discours de Julia Kristeva. On lira également avec intérêt l’article de Johannes Angermüller (2009) sur le discours du groupe Tel Quel.

8  Une telle position ne pouvait manquer d’être difficile à lire et à saisir : dans son compte rendu enthousiaste de l’ouvrage de Greimas, Oswald Ducrot (1966) s’obstine à reformuler les propositions de l’auteur dans le cadre strict de la « recherche sémantique en linguistique » – pas une fois il n’emploie les termes « sémiologie » ou « sémiotique ».

9  Nous avons parlé du réglage énonciatif du discours du sémioticien et du positionnement disciplinaire du sémiologue : cette variation terminologique n’était pas accidentelle, mais vise à suggérer un mode de distinction socio-rhétorique entre « sémiologie » et « sémiotique » : la première renverrait au positionnement disciplinaire collectif et impersonnel, la seconde renverrait à une qualification énonciative personnalisée. Cette proposition est formulée ici au titre de pure hypothèse ad hoc.

10  Ailleurs, Greimas affirme que « l’interprétation actantielle [peut] s’appliquer à un type de récits – les œuvres théâtrales – bien différent du conte populaire » (175).

11  Voir notamment Greimas 1972, 1976a et 1976b.

12  Voir, dans le détail de l’analyse sur Bernanos, les nombreuses formules telles que « Bernanos conçoit », « conçus par Bernanos », etc., qui signalent bien que c’est la conscience créatrice de l’individu écrivain qui est garante de l’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Schéma des variations d’ethos dans Sémantique structurale.
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/9360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Provenzano, « L’argument littéraire dans Sémantique structurale », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/9360

Haut de page

Auteur

François Provenzano

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page