Navigation – Plan du site
Du sémiotique au rhétorique (aller)

Trois ordres de la valeur selon la qualité, la quantité et la relation

Jean-François Bordron
p. 35-52

Résumés

Nous cherchons à définir le plus précisément possible la notion de valeur, en la considérant selon trois points de vue, définis par les catégories de qualité, quantité, relation. Nous examinons ainsi la valeur prégnance et son rapport à sa négation, la valeur mesure dans l’ordre de la quantité et finalement la valeur linguistique conçue selon le paradigme saussurien. Nous aboutissons à une définition de la valeur exprimable selon un diagramme de dépendances

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte a été présenté lors du colloque « Valeur et variation. Autour des travaux de Jean-Marie Klinkenberg », qui a inspiré la problématique du présent dossier de revue.

Texte intégral

1L’importance de la notion de valeur, qu’il s’agisse de linguistique, d’économie, de morale ou d’esthétique, tient surtout à la réflexion qu’elle nous oblige à faire sur son statut à la fois paradoxal et incertain. Nous pensons parfois que nos actions peuvent être justifiées sur la base de valeurs auxquelles nous attribuons une certaine positivité, voire une réalité. En même temps, il est difficile de ne pas convenir avec Saussure que la valeur n’a guère d’autre définition que négative. C’est là une première difficulté. Il faut dire aussi que la valeur semble être une qualité que l’on peut attribuer aussi bien aux actes, aux objets, aux relations. Mais il est difficile d’admettre que le terme veuille dire la même chose dans ces trois occurrences. De plus, la qualité exprimée par la valeur tend, par des biais variables, à se transformer en quantité et à entrer par là dans les opérations de mesure, notion plus incertaine qu’il peut d’abord sembler, même lorsqu’il s’agit du temps et de l’espace. Si l’emploi de ce terme n’a pas de limite précise, il n’y a là qu’un problème d’usage sans grande conséquence. Mais il nous semble qu’une question générale de définition, de consistance, et, pour tout dire, de clarté, se cache derrière cette polysémie, ce qui peut être plus grave pour les discours qui font usage de cette notion. C’est sur ce point que va porter notre investigation.

1. La valeur comme dialectique

2Dire qu’un certain type de valeur justifie un désir ou une action, est-ce concevoir la valeur comme quelque chose de positif ? On peut penser qu’une valeur est une prégnance qui nous attire. La beauté par exemple, prise comme valeur, peut faire accomplir une action d’une façon irrésistible. On peut dire en ce sens que l’on nommerait « valeur » une force attractive, contraignante, qui exerce une forme particulière de causalité pouvant être nommée causalité sémantique pour la distinguer de la causalité physique. R. Thom a suggéré que des valeurs ainsi conçues possèdent une certaine puissance d’association par un procédé qu’il a appelé « diffusion de prégnance ». Ainsi, dans l’expérience de Pavlov, le chien en vient à saliver en entendant une sonnette parce que celle-ci a été associée à la viande qu’il désire. La valeur de la viande a diffusé sur le bruit de la sonnette. On peut imaginer que cette diffusion élargit ses effets à d’autres objets, de telle sorte que cela constitue un champ de prégnance ou de valeur. Dans cette conception, la valeur est à la fois positive et associative : elle unit dans un champ des termes qui sans cela n’auraient aucun rapport entre eux. On peut la comparer à une lumière qui ouvre un espace de visibilité sans souci particulier pour les entités ainsi révélées. Ce procédé de diffusion de prégnance se rencontre aussi dans le fétichisme qui accorde à certains objets des valeurs dont on ne voit pas comment ils pourraient les posséder par eux seuls.

3Si l’on suit ce raisonnement, on peut définir la valeur comme une force de liaison constitutive d’un champ, ce qui la différencie nettement d’autres formes de liaisons comme les catégories ou les termes généraux. On comprend par là que la notion d’objet valeur, utilisée en grammaire narrative, soit moins paradoxale qu’elle pourrait le sembler. Il s’agit simplement d’un objet pris dans un champ, quelle que soit l’origine de celui-ci. On suppose alors qu’il existe une source d’où procède la valeur et un trait formel sur lequel elle s’investit ou « s’accroche », pour parler comme R. Thom. Le terme d’objet valeur désigne de ce fait une dialectique entre une force (la valeur) et une forme (l’objet), les deux pouvant aussi bien s’accorder, c’est-à-dire se rencontrer, ou bien se disjoindre. Il y a des objets sans valeur comme des valeurs errantes qui ne rencontrent aucun objet.

4Ces faits bien connus permettent de mettre l’accent sur une première ambiguïté de la notion de valeur qui tient précisément à la nature dialectique de celle-ci.

  • 1  Nous préférons parler de forme plutôt que d’objet car l’objet, du point de vue de la valeur, n’exi (...)

5Cette dialectique a deux aspects. Le premier réside dans la jonction des notions de force et de forme, jonction qui exprime une transformation complexe. On peut dire que la forme arrête la force en ce sens qu’elle lui permet de se manifester à la façon dont un objet arrête la lumière. Mais on peut remarquer tout aussi bien que la force manifeste la forme de telle sorte que nous n’avons jamais affaire qu’à un passage de l’une dans l’autre. Il paraît juste de dire que la valeur est ce qui manque à la forme1 et la forme ce qui manque à la valeur.

6Le second aspect de cette dialectique se déduit du précédent. L’aspect négatif de la valeur, si nous la comprenons comme ce qui manque à la forme, devient essentiel lorsqu’il s’agit de comprendre le procès par lequel valeur et forme se manifestent mutuellement. On peut ici suivre la description que Sartre (1943 : 508 sq.) donne de l’action guidée par une valeur, c’est-à-dire par un but. Sartre prend l’exemple de l’empereur Constantin s’établissant à Byzance dans l’intention de créer un contrepoids à l’influence de Rome. Cette action peut avoir des motifs divers dont on ne peut réellement inventorier le nombre. Mais, nous dit Sartre, pour qu’une certaine forme d’action ait été entreprise, il faut que l’état du monde soit apparu comme « souffrant d’un néant secret ». On ne doit pas comprendre ici qu’un manque soit la cause d’un recours à une action valorisée mais, au contraire, que la considération de la valeur ait suscité le sentiment du manque. Si nous supposons simplement que Constantin ait voulu créer Byzance parce que la corruption des mœurs romaines freinait le développement du christianisme, nous ne faisons que décrire son action selon l’ordre d’une narration. Il faut plutôt comprendre, selon Sartre, que c’est la considération d’une autre valeur possible qui a créé l’état de manque :

Dire que la corruption des mœurs y [à Rome] entrave la diffusion du christianisme, ce n’est pas considérer cette diffusion pour ce qu’elle est, c’est-à-dire pour une propagation à un rythme que les rapports des ecclésiastiques peuvent nous mettre à même de déterminer : c’est la poser en elle-même comme insuffisante c’est à dire comme souffrant d’un néant secret. Mais elle n’apparaît telle, justement, que si on la dépasse vers une situation limite posée a priori comme valeur (…). Et cette situation limite ne peut être conçue à partir de la simple considération de l’état réel des choses, car la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a et, de même, la situation la plus misérable ne peut d’elle-même, que se désigner comme elle est, sans aucune référence à un néant idéal (Sartre 1943 : 509).

7La valeur est donc pour Sartre la position d’un néant dans l’être qui, pris en lui-même, ne pourrait signifier aucun manque. Cette position est le fait de la conscience, donc de la réflexion, et non de l’être lui-même. Par là se comprend l’exigence de la liberté :

En effet, dès lors qu’on attribue à la conscience ce pouvoir négatif vis-à-vis du monde et d’elle-même, dès lors que la néantisation fait partie intégrante de la position d’une fin, il faut reconnaître que la condition indispensable et fondamentale de toute action c’est la liberté de l’être agissant (Ibid. : 511).

8L’analyse de Sartre nous paraît essentielle en ce qu’elle révèle par quelle voie l’acte de position de la valeur est inséparable d’une négation. Mais cela ne prend tout son sens que dans le contexte d’un acte réflexif mis à l’origine aussi bien de la position de valeur que de la négation dans l’être, ce que Sartre appelle « la puissance néantisante du pour-soi ». Nous dirons pour notre part que c’est dans l’ordre de la manifestation, donc de la phénoménalité, qui est toujours en elle-même réflexive, que la position et la négation échangent leur sens, de même que nous avons vu plus haut que la force et la forme se révélaient l’une l’autre. Ce double échange est complexe dans ses effets. En nous en tenant à sa seule forme, il nous semble pouvoir en conclure que la notion de valeur désigne un opérateur dialectique, semblable dans sa logique à ce que les anthropologues appellent un tricskter, personnage équivoque et double qui fait passer d’un univers à un autre, jamais tout à fait l’un ni tout à fait l’autre. Il n’y a de valeur positive que sous la condition d’une négation qui en est à la fois l’envers et la condition de possibilité. De même, il n’y a pas de prégnance sans qu’un objet ne la révèle parce qu’il porte en elle une négation. En ce sens, parler d’objet valeur, positivement ou négativement (objet et ab-jet) c’est unir dans une expression des termes à la fois contradictoires, parce que de nature opposée, et nécessairement dépendants parce que chacun ne se révèle que par la négation que l’autre porte en lui.

2. Valeur et dualité

9Nous allons maintenant considérer un autre registre de la valeur, également dépendant d’une certaine forme de négation, mais selon une logique différente. Ferdinand de Saussure est connu pour avoir le premier conçu la théorie de la signification dans la dépendance de la notion de valeur, et cela aussi bien dans le Cours de linguistique générale que dans les Écrits de linguistique générale publiés plus récemment. Nous commencerons par examiner le cheminement de la pensée saussurienne telle que le Cours la présente, même si les Écrits en offrent une version sans doute plus authentique et certainement plus radicale.

10Le troisième chapitre du Cours de Linguistique Générale intitulé La linguistique statique et la linguistique évolutive s’ouvre par la mise en place de ce que Saussure appelle la « dualité interne de toutes les sciences opérant sur les valeurs » (Saussure 1971 : 114). Regardons en détail ce qui semble être impliqué par la réflexion saussurienne.

11La première indication de Saussure porte sur les difficultés générées par le « facteur temps » dont l’influence se résume précisément dans l’introduction d’une dualité. Saussure note d’abord que certaines sciences, bien que s’occupant du temps, ne souffrent pas de cette dualité. Ainsi la géologie, qui raisonne constamment sur des successivités, ne s’adonne pas à des études radicalement distinctes lorsqu’elle a affaire à des états fixes. L’économie politique et l’histoire économique au contraire constituent pour Saussure deux disciplines nettement séparées au sein de la même science. Il y a donc dualité lorsque, au sein d’une science, il devient impossible de traiter de la même façon l’ordre des successions historiques et l’ordre systématique ou synchronique. Plus exactement, car l’histoire peut, elle aussi, suivre des règles, la dualité apparaît lorsque la même entité ne semble pas suivre les mêmes types de règles dans l’ordre de l’évolution temporelle et dans celui d’une de ses organisations synchroniques, quelle qu’elle soit. Les exemples donnés par Saussure appartiennent à diverses disciplines mais nous nous en tiendrons d’abord à un exemple linguistique. Le latin crispus (ondulé, crêpé) a donné au Français le radical crép comme pour les verbes crépir et décrépir. On a par ailleurs, à un certain moment, emprunté au latin le mot decrepitus (usé par l’âge) et dont on a fait décrépit. Bien que ces deux mots n’aient rien à faire historiquement l’un avec l’autre, on parle souvent de la façade décrépite d’une maison. Pour Saussure, l’importance d’exemples de ce type est de montrer qu’entre l’usage synchronique et l’évolution historique, il n’y a strictement aucun rapport du point de vue des règles. On ne peut pas déduire l’usage du mot décrépite en synchronie des règles qui ont présidé à l’évolution du radical latin crisp vers le radical français crep : « Donc un fait diachronique est un événement qui a sa raison d’être en lui-même ; les conséquences synchroniques particulières qui peuvent en découler lui sont complètement étrangères » (ibid. : 121). Plus radicalement encore : « L’opposition entre les deux points de vue –synchronique et diachronique – est absolue et ne souffre pas de compromis » Cette division est, rappelons le, liée à la notion de valeur sans que soit d’abord absolument clair ce en quoi consiste cette liaison. Saussure donne comme exemple, hors du champ linguistique, le rapport du travail au salaire en ce qu’il suppose « un rapport d’équivalence entre des choses d’ordres différents » (ibid. : 115). L’idée est ici la même puisqu’il est encore possible de comprendre que la logique de l’échange, en quoi semble résider le sens du salaire, est totalement différente de celle qui décrirait le procès du travail. Pour autant, on ne voit pas encore clairement pourquoi la notion de valeur est absolument nécessaire en de telles circonstances. Pour ce faire, il nous faut entrer un peu plus précisément dans l’articulation interne de la valeur et surtout l’opposer à ce qu’elle n’est pas.

12Notons, même si ce n’est pas là le thème principal de ces pages, que l’articulation du temps, telle que Saussure semble la comprendre dans le Cours, induit une logique de l’histoire dans laquelle les actions seraient absolument aveugles à ce qu’elles produisent selon le principe, déjà cité, qui nous dit : « […] un fait diachronique est un événement qui a sa raison d’être en lui-même ; les conséquences synchroniques particulières qui peuvent en découler lui sont complètement étrangères. » La dualité des domaines de valeurs ne débouche pas sur une dialectique transformatrice, toujours plus ou moins téléologique, mais sur des faits d’émergence, de réorganisation, de rupture, dont la caractéristique première est d’être imprévisibles.

13La difficulté principale de cette conception réside dans la notion de valeur elle-même pour autant que l’on veuille lui donner un usage conceptuel réglé. Saussure déclare que toute valeur, quel que soit le domaine dans lequel elle a cours, valeur linguistique ou valeur économique, est toujours constituée par deux choses dont le lien peut d’abord paraître paradoxal :

1- Par une chose dissemblable susceptible d’être échangée contre celle dont la valeur est à déterminer.

2- Par des choses similaires qu’on peut comparer avec celle dont la valeur est en cause. (Ibid. : 159)

Ainsi, dit-il, pour déterminer ce que vaut une pièce de cinq francs, il faut savoir :

1- Qu’on peut l’échanger contre une quantité déterminée d’une chose différente, par exemple du pain.

2- Qu’on peut la comparer avec une valeur similaire du même système, par exemple une pièce de un franc, ou avec une monnaie d’un autre système (un dollar, etc.).

De même un mot peut être échangé contre quelque chose de dissemblable : une idée ; en outre il peut être comparé avec quelque chose de même nature : un autre mot. (Ibid. : 160)

14La valeur réside dans ce double mouvement d’échange et de comparaison.

15Notons, ne serait-ce que pour souligner une difficulté, qu’ici apparaît dans le texte du Cours une différence entre la notion de valeur et la notion de signification, différence qui semble, comme nous le verrons, disparaître dans les Ecrits :

Le français mouton peut avoir la même signification que l’anglais sheep, mais non la même valeur, et cela pour plusieurs raisons, en particulier parce que parlant d’une pièce de viande apprêtée et servie sur la table, l’anglais dit mutton et non sheep. (Ibid.)

16Ce texte, souvent cité, renferme pourtant une énigme car on ne voit pas quelle peut bien être la signification commune au mouton français et au sheep anglais, s’ils n’ont pas la même valeur. La seule réponse qui paraisse conforme au double mouvement d’échange et de comparaison signalé plus haut est que la signification commune est précisément l’idée contre laquelle les mots semblent pouvoir être échangés, comme la monnaie peut être échangée contre du pain. Les deux systèmes de valeur, anglais et français, seraient donc comparables, ni plus ni moins, à deux systèmes monétaires qui sont en un sens incommensurables entre eux, du point de vue de la valeur, mais cependant comparables car ils peuvent se rapporter à … la même signification, semble-t-il. Mais ici commence la véritable difficulté pour laquelle nous ne voyons pas de solution nettement exprimée dans le texte du Cours ni d’ailleurs dans les Ecrits. On ne peut pas dire que les systèmes de valeurs se rapportent à des choses et encore moins qu’ils y réfèrent car ces termes paraissent étrangers au corpus saussurien. On ne peut pas non plus penser, dans le style de la Logique de Port Royal, qu’il s’agisse d’idée de chose, même si le Cours parle bien d’idée. La signification reste ici une notion obscure qui semble nécessaire pour définir la notion de valeur, puisqu’il faut qu’il y ait échange avec une chose dissemblable, mais qui demeure elle-même indéfinie. Avec quoi finalement échange-t-on les mots dans un contexte saussurien ? Tel est le problème auquel il est nécessaire de répondre.

17Essayons de comprendre plus précisément ce problème dans sa forme, sans nous en tenir strictement aux valeurs linguistiques. Prenons comme exemple les valeurs économiques, comme Saussure nous y invite.

18On distingue en général, dans l’économie classique, trois ordres de valeur : la valeur travail, la valeur d’échange et la valeur d’usage. Il n’y a manifestement aucune relation d’équivalence entre ces trois ordres. On peut au contraire reconnaître entre elles des systèmes de dualité au sens saussurien du terme. Ainsi les différents moments d’un procès de travail et les différentes parties d’une marchandise ainsi produite ne sont pas ajustables terme à terme, pas plus que ne le sont les mots français et les mots anglais dans l’exemple du Cours. Si nous entendons par valeur travail celle exprimée tout entière dans l’effort qu’il demande et dans le rythme de son effectuation, et non sa valeur monétaire, il existe une évidente dualité entre la valeur des moments relatifs du procès et celles des parties du produit concret et du salaire y correspondant. Pour autant, l’une et l’autre sont exprimables dans le langage monétaire qui les égalise en termes de salaire et de prix. Le problème est alors de comprendre comment peuvent s’échanger entre elles des choses par ailleurs incommensurables. On peut encore formuler le problème autrement : comment des entités, ici un procès de travail et un produit de ce même travail, dont les logiques internes ne peuvent être exprimées que par des formes ou des règles de nature différente, trouvent-elles une commune mesure dans une valeur d’échange ? On retrouve là un problème équivalent à cet autre : comment des mots appartenant à des langues différentes, donc à des systèmes de valeurs différents, peuvent-ils s’échanger dans ce que le Cours appelle une même signification ?En réalité ces deux problèmes ont, chacun pour eux-mêmes, des ramifications innombrables car, pas plus que la valeur d’échange, la signification ainsi comprise ne peut trouver de point d’ancrage dernier. C’est sans doute l’une des raisons qui feront écrire à Saussure que dans la langue tout est négatif. Pour qu’il en soit autrement, il faudrait qu’il existe un référentiel ultime sur lequel se trouveraient miraculeusement indexées toutes les valeurs.

19Ce serait l’objet d’une immense investigation que de faire l’inventaire de tout ce qui a pu être inventé pour s’assurer de la validité des valeurs autrement que par le renvoi d’un ordre, toujours relatif, à un autre qui l’est tout autant. Insistons cependant sur la valeur économique parce qu’elle permet plus aisément de rendre perceptible le rapport entre la question des valeurs et celle, plus générale mais tout aussi paradoxale, de la mesure.

20Selon les époques, les économistes ont déplacé le centre de gravité de la valeur en le rapportant à une source censée fournir un principe d’évaluation. L’économie classique a vu dans le travail l’origine des valeurs économiques. Mais comment évaluer le travail, comment trouver une unité de mesure qui lui soit propre ? La solution apportée par Marx était de considérer que la valeur se réfère à un temps de travail socialement nécessaire pour la production d’un bien. Le temps lui apparaît comme une donnée mesurable ouvrant par là la possibilité d’un calcul de la plus-value et donc de l’exploitation. Mais à quoi tient la demande d’une mesure ? Sans doute est-ce l’exigence de scientificité qui, à l’époque positiviste, ne pouvait se satisfaire de la valeur qualitative dont nous avons parlé plus haut, et demandait une évaluation quantitative, en économie comme dans les autres domaines. La mesure est en elle-même une source de valeur de telle sorte que l’on pourrait dire que l’on ne mesure pas la valeur mais plutôt que la mesure garantit qu’il y a bien valeur, un peu comme la monnaie, en tant que marchandise particulière, assure non pas tant l’inter-échangeabilité des autres marchandises, que le fait qu’en général quelque chose vaille. La technologie financière ne calcule pas parce qu’il y a valeur mais assure qu’il y a de la valeur puisqu’elle calcule. Elle assume l’idée, sinon le fait, d’un ordre global de la valeur.

21Nous venons d’envisager le problème de la valeur selon trois étapes dépendant chacune d’une catégorie. Il y a la valeur qualitative conçue comme prégnance, la valeur relation conçue comme différence dans la pensée du Cours, la valeur quantitative comme mesure.

22La première tient sa relative indétermination de sa coexistence, dialectiquement nécessaire, avec sa négation. Nous devons maintenant nous demander ce qu’il en est des deux autres. Nous commencerons par la valeur mesure puis nous reviendrons à la conception saussurienne de la valeur telle qu’elle s’exprime dans les Ecrits de linguistique générale.

3. La valeur mesure et ses paradoxes

23On demande en général à un instrument de mesure de posséder trois propriétés qui nous paraissent essentielles :

24– Une certaine constance. Un mètre ne peut être élastique, les mots ne peuvent changer de sens à tout instant.

25– Il doit y avoir une certaine affinité entre la mesure et ce qui est mesuré. On mesure l’espace par de l’espace, la marchandise par de la marchandise (la monnaie), etc. Le sens, pour autant qu’il soit mesurable, relève de l’ordre des mots (et non les choses, ce qui bien sûr fait difficulté). Mais comment la valeur des mots peut-elle être mesurée ? Comment rend-on quelque chose mesurable ?

26– Si quelque chose est rendu mesurable, cela revient à dire qu’idéalement plusieurs mesures de cette chose doivent donner le même résultat. De même que le sens des mots ne doit varier au cours de l’échange, de même différentes lectures d’un texte ne devraient donner des valeurs différentes, ou la longueur d’une route changer au cours d’un voyage. L’idée de mesure est intolérante du point de vue herméneutique.

27Il existe pourtant différents paradoxes de la mesure. Nous en examinerons deux, l’un dû à Benoît Mandelbrot (1975), le théoricien des fractales, l’autre à Joseph Bertrand (1889).

28Benoît Mandelbrot a exposé un premier paradoxe de la mesure dans son livre sur les objets fractals. Le titre du chapitre 2 demande : « Quelle est donc la longueur de la côte de Bretagne ? ». Une méthode pour mesurer cette côte est de prendre un compas d’ouverture x que l’on promène sur la côte, chaque pas commençant là où l’autre finit. La longueur de la partie mesurée est donc x multiplié par le nombre de pas effectués. On constate cependant que plus x est petit, plus la longueur de la côte augmente. En d’autres termes, plus la mesure est fine, plus la longueur augmente, de telle sorte que la longueur mesurée, au lieu de tendre vers une valeur déterminée, comme le suppose le sens commun, tend vers l’infini.

29La raison de ce paradoxe apparent réside dans la nature fractale de la côte. On peut la comprendre intuitivement en pensant à une photographie satellite montrant par exemple une baie. Sur une photographie aérienne, donc plus proche, cette baie est faite d’une multitude d’autres baies plus petites. On peut, en cherchant une image encore plus proche, décomposer les petites baies en d’autres encore plus petites. On perçoit aisément que ce processus continu, d’image en image, n’a pas de limite assignable, si ce n’est la taille des atomes dont est composé le granit breton. Mais cette limite elle-même est simplement de nature physique et non géométrique. De ce dernier point de vue, il n’y a pas de limite, de telle sorte que la longueur de la côte tend vers l’infini.

30Le dessin suivant, d’après Mandelbrot, représente l’augmentation progressive du contour d’une île, dite Ile de Von Koch, si l’on augmente la précision de la mesure :

31 Ces exemples simples illustrent les faits suivants :

32– La taille d’un objet n’est pas une valeur indépendante de la mesure et même n’a aucun sens en dehors d’elle. L’existence d’une taille réelle des objets, qui serait indépendante de la technique de mesure, est un présupposé de tout acte de mesure, mais l’exemple des structures fractales montre qu’il n’en va pas toujours ainsi. Il s’agit simplement d’un présupposé qu’il peut être intéressant de modifier.

33– L’image (carte, photographie) suppose, du point de vue de la mesure, la donnée d’une échelle. Mais, ceci étant admis, on ne peut pour autant en déduire une longueur absolue de ce qui est cartographié. Au contraire, la longueur dépendant de la finesse de la mesure, comme nous l’avons vu, c’est la carte ou la photographie qui détermine la longueur de l’objet et non l’objet qui détermine la longueur de la carte à une échelle donnée. Comme le dit Mandelbrot, la longueur est toujours un fait anthropocentrique dans la mesure où la précision dépend fondamentalement d’un choix pratique :

  • 2  X désigne le pas du compas dont nous avons parlé plus haut.

La situation n’était pas très différente autrefois, puisque le meilleur x pour mesurer la côte n’était pas la taille de la souris ou de la mouche, mais celle d’un homme adulte. Donc, l’anthropocentrisme intervenait déjà, quoique de façon différente : d’une façon ou d’une autre, le concept, en apparence inoffensif, de longueur géographique n’est pas entièrement « objectif », et il ne l’a jamais été. Dans sa définition, l’observateur intervient de façon inévitable (Mandelbrot 1975 : 22)2.

  • 3  La limitation est une détermination répondant à la formule de Spinoza : « Toute détermination est (...)

égie de description c’est-à-dire de l’instauration d’un observateur qui impose une certaine échelle à la mesure. Cela ne veut naturellement pas dire que cette mesure soit subjective, au sens où elle dépendrait d’un jugement personnel ou même qu’elle pourrait être autre. Mais cela signifie qu’elle ne peut exister indépendamment d’un dispositif préalable qui en fixe la possibilité. Le problème n’est pas essentiellement différent de celui que nous avons rencontré avec la valeur qualitative (la prégnance) qui dépend à la fois d’une négation préalable et de la rencontre d’une forme (une saillance). Ces deux ordres de valeurs, qualitative et quantitative, répondent à la même logique, malgré la différence de catégorie. Sartre montre clairement pourquoi il est nécessaire d’instituer un néant dans l’être pour qu’une valeur soit suscitée. La négation précède en ce sens la position. Mais cette position elle-même, pour se réaliser, va demander un troisième terme, que l’on peut assimiler à une finalité. Quelque chose doit être accompli et en ce sens il faut que la valeur rencontre quelques éléments saillants du réel. Dans le cas de la valeur mesure, le néant posé dans l’être prend la forme du point de vue. Le point de vue est une limitation3 imposée à l’infinité virtuelle de la côte de Bretagne. Il résulte de cette limitation une possibilité de mesure, donc une valeur quantitative. Mais cette mesure dépend de la position d’une échelle qui la réalise parce qu’elle lui donne l’équivalent d’une finalité. Comme le montre Mandelbrot, la longueur de la côte ne peut être la même pour le promeneur qui suit un chemin, pour le marin qui fait le tour de la Bretagne ou pour le géographe étudiant des images satellites. L’échelle est l’expression d’une finalité. Concluons provisoirement que les valeurs qualitatives et quantitatives correspondent à des catégorisations différentes de la même structure que l’on peut exprimer par l’équivalence entre les deux systèmes de dépendances suivants :

34Avant de revenir à Saussure, examinons maintenant un paradoxe lié à la valeur d’une probabilité. Nous l’emprunterons à C. Van Fraassen (1994), dans son ouvrage Lois et symétrie.

  • 4  Sur ce point nous renvoyons également à Hatchuel 2005.

35Le problème qui intéresse Van Fraassen, dans le passage que nous allons citer, est illustré par les paradoxes de Bertrand, mathématicien de la fin du xixe siècle, auteur d’une somme impressionnante de paradoxes liés au calcul des probabilités (Bertrand 1889). Il s’agit de montrer qu’une mesure de probabilité n’aboutit pas nécessairement à une valeur unique, qui serait la probabilité réelle, mais dépend essentiellement des présupposés qui président à l’acte de mesure4. Le problème, quant à sa forme générale, est donc assez semblable à celui de la mesure géographique.

36Parmi les paradoxes de Bertrand, le plus simple à exposer est sans doute celui-ci :

Une fabrique d’instruments de précision produits des cubes de fer dont les côtés ont une longueur inférieure ou égale à 2 cms. Quelle est la probabilité pour qu’un cube ait des côtés inférieurs ou égaux à 1 cm, s’il est produit par cette fabrique ? (Bertrand 1889 : 434)

37Le problème paraît simple. Si l’on fait l’hypothèse d’une distribution uniforme sur une longueur de 2 cms, la probabilité est égale à 1/2.

38Pourtant le problème peut, tout en conservant sa structure, être formulé autrement. Il est en effet possible de définir le cube non par la longueur d’une arête mais par la surface d’une face. On demande alors quelle est la probabilité pour qu’un cube dont la face possède une surface égale ou inférieur à 4 cm2 ait une aire inférieure ou égale à 1 cm2. La probabilité est alors de 1/4.

39Si nous posons maintenant comme point de départ le volume du cube, nous obtenons, toujours selon le même raisonnement, une probabilité de 1/8.

  • 5  Van Fraassen discute ce problème p. 442 du même ouvrage.

40On en conclura que le même problème, concernant des cubes identiques, obtient trois solutions différentes selon que l’on se donne comme point de départ trois images différentes du cube : un cube vu quant à la longueur de ses côtés, quant à la surface de ses faces et quant à son volume. Ainsi, quelle que soit la solution que l’on puisse éventuellement apporter à ce paradoxe5, et à beaucoup d’autre semblables, il n’en résulte pas moins que le présupposé préalable au calcul est strictement défini par le choix d’une image particulière du cube de telle sorte que celle-ci nous dirige vers une certaine valeur de la solution. Nous retrouvons, en d’autres termes mais selon la même structure, la dépendance essentielle entre une valeur, un point de vue (ici la façon d’appréhender le cube) et l’échelle en résultant (la droite ou le plan ou le volume). Mais, pas plus que dans le cas de la mesure de la côte de Bretagne, ce résultat n’a un sens qui devrait nous inciter au scepticisme. Il veut simplement dire que la valeur ne peut être indépendante des présupposés qui servent à construire les conditions de la mesure.

4. Saussure et le problème de la valeur relation

41Nous avons vu que le Cours instituait une distinction entre valeur et signification, distinction dont la fonction est complexe mais dont la présence est incontestable. Il est d’autant plus frappant de constater que les Écrits semblent refuser catégoriquement cette distinction :

Nous n’établissons aucune différence sérieuse entre les termes valeur, sens, signification, fonction ou emploi d’une forme, ni même avec l’idée comme contenu d’une forme ; ces termes sont synonymes. Il faut reconnaître toutefois que valeur exprime mieux que tout autre mot l’essence du fait, qui est aussi l’essence de la langue, à savoir qu’une forme ne signifie pas mais vaut : là est le point cardinal. Elle vaut, par conséquent elle implique l’existence d’autres valeurs. (Saussure 2002 : 28)

42Il est vrai également que la tradition saussurienne procède de façon semblable. Greimas et Courtés les identifient pratiquement :

C’est à F. de Saussure que revient le mérite d’avoir introduit le concept de valeur linguistique : en constatant que le sens ne réside que dans les différences saisies entre les mots, il pose le problème de la signification en termes de valeurs, relatives, se déterminant les unes les autres. (Greimas & Courtès 1979)

43Cet énoncé est en tout point conforme à ce qui est dit aussi bien dans le Cours que dans les Écrits. Le Cours affirme :

Dans l’intérieur d’une même langue, tous les mots qui expriment des idées voisines se limitent réciproquement : des synonymes comme redouter, craindre, avoir peur, n’ont de valeur propre que par leur opposition ; si redouter n’existait pas tout son contenu irait à ses concurrents. (Saussure 1971 : 160)

44Il faut bien reconnaître que les Écrits paraissent, si possible, encore plus radicaux : « La “synonymie” d’un mot est en elle-même infinie, quoiqu’elle soit définie par rapport à un autre mot » (Saussure 2002 : 77). Ou encore :

Quant à épuiser ce qui est contenu dans esprit, par opposition à âme, ou à pensée, ou ce qui est contenu dans aller par opposition à marcher, passer, cheminer, se porter, venir, ou se rendre, une vie humaine pourrait sans exagération s’y passer (Ibid.).

45La valeur se trouve donc déterminée négativement, selon un principe constamment réaffirmé, comme dans l’exemple suivant :

Il n’y a dans la langue ni signes, ni significations, mais des DIFFÉRENCES de signification ; lesquelles 1° n’existent les unes absolument que par les autres (dans les deux sens) et sont donc inséparables et solidaires ; mais 2° n’arrivent jamais à se correspondre exactement.

D’où l’on peut immédiatement conclure : que tout, et dans les deux domaines (inséparables d’ailleurs) est NÉGATIF dans la langue – repose sur une opposition compliquée, mais uniquement sur une opposition, sans intervention nécessaire d’aucune donnée positive (Ibid. : 70).

46Dans ce contexte il pourrait sembler n’y avoir aucune difficulté pour comprendre ce qu’est finalement la valeur. Il s’agit d’une valeur différentielle dont plusieurs définitions paraissent possibles selon les textes, assez changeants, auxquels on se réfère mais qui revient toujours à dire que le sens d’un élément n’est rien d’autre que de ne pas être les autres. C’est là une forme d’organisation à laquelle le structuralisme nous a habitués mais qui reste cependant obscure à bien des égards.

47Le point sensible nous semble être le suivant : que peut bien signifier finalement cette mise en relation d’un élément avec tous les autres de telle sorte que sa réalité s’épuise dans la négation qu’il leur porte ? Pourquoi le mot esprit, comme nous venons de le voir, doit-il avoir un sens presque inépuisable, demandant en tout cas au moins une vie d’homme pour le parcourir ? Sans doute parce que l’on ne peut déterminer sa valeur qu’en la situant par rapport à tous les termes de la langue. De ce point de vue, le mot est une illusion puisque nous n’avons finalement que des relations ou, plus précisément, parce que le mot est la conséquence de ces relations. Il n’y a rien qui soit mis en relation mais les relations créent quelque chose ou du moins l’illusion de quelque chose (ici le mot). Tout ceci a été dit à maintes reprises dans l’histoire du structuralisme et dans les philosophies de la différence sans que pour autant la logique de ces opérations apparaisse avec toute la clarté désirable. Il n’est pas difficile de comprendre le primat de la relation sur les termes. On peut aisément interpréter cela en termes de morphologie ou de toute autre opération différenciatrice, méréologique par exemple. Mais le sentiment demeure que cela ne suffit pas pour comprendre véritablement ce qui se passe dans ce jeu de relations. Il manque un élément essentiel pour rendre le jeu intelligible.

48Prenons l’exemple simple du jeu dont Saussure s’est servi dans le Cours. On peut certainement dire que la valeur d’une pièce se définit négativement par rapport aux autres pièces. Mais on ne peut pas se contenter de cette définition. Il est nécessaire d’ajouter que le jeu doit faire gagner ou perdre, ce qui est une règle d’une tout autre nature. Celle-ci offre une signification au jeu, sans cela absurde, des pièces. Nous retrouvons par là l’idée saussurienne, difficile à bien saisir, selon laquelle la valeur doit se définir par une double relation de comparaison et d’échange. La valeur d’une pièce peut se comparer à celle d’une autre pièce du même système, mais toute situation sur l’échiquier doit s’échanger contre quelque chose d’une tout autre nature, à savoir un gain.

49Malgré le passage que nous avons cité plus haut qui nie la différence entre valeur et signification, on trouve réaffirmée dans les Écrits la double relation nécessaire à la définition de la valeur :

Valeur. Ce qui est inséparable de toute valeur, ou ce qui fait la valeur, ce n’est ni

a) d’être inséparable d’une série de grandeurs opposables formant un système, ni

b) d’avoir [ ] ;

mais les deux à la fois et inséparablement liées entre elles.

Valeur est éminemment synonyme à chaque instant de terme situé dans un système de termes similaires, de même qu’il est éminemment synonyme à chaque instant de chose échangeable. (Saussure 2002 : 335)

50Remarquons le blanc entre crochets, blanc sans doute fréquent dans les manuscrits de Saussure, mais qu’on ne peut s’empêcher de lire comme une hésitation sur la nature exacte de ce qui va devoir être échangé. La suite du texte semble justifier ce soupçon :

Prenant la chose échangeable d’une part, de l’autre les termes co-systématiques, cela n’offre aucune parenté. C’est le propre de la valeur de mettre en rapport ces deux choses. Elle le met en rapport d’une manière qui va jusqu’à désespérer l’esprit par l’impossibilité de scruter si ces deux faces de la valeur différent pour elle ou en quoi (Ibid.).

51La question de Saussure, celle qui paraît bien désespérer son esprit, nous semble pouvoir être formulée ainsi : contre quoi le jeu du langage, constitué de déterminations négatives, peut-il bien s’échanger ? Il n’y a à l’évidence pas de réponse simple. Mais ce qui nous paraît non moins évident est que l’on ne peut comprendre le fonctionnement du langage en s’en tenant à la seule détermination négative, c’est-à-dire structurale, de la valeur.

52Supposons un instant que la dimension de comparaison (dimension structurale) suffise et que l’on fasse l’impasse sur la dimension d’échange. Nous avons vu plus haut qu’un jeu ainsi conçu, sans la dimension du gain, serait absurde. L’économie offre un autre exemple. Le jeu des valeurs se réduirait alors à celui de la Bourse, sans qu’aucune économie « réelle » ne vienne les rendre en quelque façon solvables. Quant au langage, Valery a exprimé fortement cette même appréhension :

Le rôle du langage est étrange. Comme celui de la fiducia qui permet d’acheter sans avoir de quoi ou de vendre, le langage permet des combinaisons qui se passent de vraies valeurs et sont inconvertibles en celles-ci. Quantité de mots sont insolvables et ceux qui les refusent sont dits sceptiques (Valéry 1957 ; cité d’après Goux 2000).

53Il nous semble donc que la valeur, structuralement comprise, c’est-à-dire dans le contexte d’une théorie relationnelle, nécessite d’être échangée contre une instance sémantique qui la réalise. Saussure parle de signification, mais ce terme risque d’être équivoque. En réalité, l’essentiel n’est pas de déterminer cette instance, variable selon les ordres de discours, et aussi selon leurs intentions, mais de comprendre la logique dans laquelle elle s’inscrit. Nous avons vu plus haut qu’il n’y aurait guère de sens à parler de valeur prégnance s’il n’y avait pas de saillances contre lesquelles elle s’accroche. Il serait illusoire de rechercher un inventaire des saillances possibles. La logique est ici la même, ce pourquoi il nous paraît possible de nommer l’instance sémantique recherchée une saillance sémantique.

5. Conclusion

valeur selon les trois catégories que sont la qualité, la quantité et la relation. Dans chaque cas, nous avons constaté que la valeur, qu’il s’agisse de la prégnance pour la qualité, de la mesure pour la quantité, et de la valeur linguistique, prise comme exemple paradigmatique de la valeur relationnelle, se situait à l’intersection de deux opérations, conformément à l’intuition saussurienne. Nous comprenons cette double opération comme instituant un schéma de dépendance entre trois pôles, conformément au schéma précédent, que nous pouvons maintenant compléter ainsi :
Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Goux, J. J. (2000), Frivolité de la valeur. Paris : Blusson. Valéry, P. (1957), Œuvre I. Paris : Gallimard.

Greimas, A.J. & Courtés, J. (1979), Dictionnaire raisonné de la théorie du langage I. Paris : Hachette.

Hatchuel, A. (2005), « Pour une épistémologie de l’action ». In p. Lorino & R. Teulier (éds), Entre connaissance et organisation : l’activité collective. Paris : La Découverte.

Saussure, F. de (2002), Écrits de linguistique générale. Paris : Gallimard.

Van Frassen, C. (1994), Lois et symétrie.Trad. française de Cath. Chevalley, Paris : Vrin.

Bertrand, J. (1889), Le calcul des probabilités. Paris : Gauthier-Villars.

Mandelbrot, B. (1995 [1975]), Les objets fractals. Paris : Champs Flammarion.

Saussure, F. de (1971), Cours de linguistique générale. Lausanne : Payot.

Sartre, J.-P. (1961 [1943]), L’être et le néant.Paris : Gallimard.
DOI : 10.2307/2929152

Haut de page

Notes

1  Nous préférons parler de forme plutôt que d’objet car l’objet, du point de vue de la valeur, n’existe que comme forme plus ou moins saillante. De plus, la forme concerne aussi l’action comme nous allons le voir.

2  X désigne le pas du compas dont nous avons parlé plus haut.

3  La limitation est une détermination répondant à la formule de Spinoza : « Toute détermination est une négation ».

4  Sur ce point nous renvoyons également à Hatchuel 2005.

5  Van Fraassen discute ce problème p. 442 du même ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bordron, « Trois ordres de la valeur selon la qualité, la quantité et la relation », Semen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/9344

Haut de page

Auteur

Jean-François Bordron

CeReS, Université de Limoge

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page