Navigation – Plan du site

Quand l’affrontement porte sur les mots en tant que mots : polémique et réflexivité langagière

Polemical discourse and linguistic reflexivity: when confrontation is about words as such
Raphaël Micheli
p. 97-112

Résumés

Cette contribution a pour objectif d’investiguer les liens qui unissent le discours polémique et la réflexivité langagière. L’idée est de décrire un type particulier de polémique qui se cristallise autour du désaccord quant au sens d’un mot et quant à l’usage qu’il convient d’en faire. On s’intéresse ainsi aux enjeux polémiques de phénomènes métalinguistiques comme l’autonymie, les gloses de spécification du sens et les définitions. L’analyse prend pour exemple l’affrontement qui, en mai 2008, a opposé Bertrand Delanoë et Ségolène Royal – alors concurrents pour la présidence du Parti socialiste – à propos des mots « libéral » et « libéralisme »

Haut de page

Notes de l’auteur

Conventions de transcription

– mot interrompu brutalement par un locuteur, troncation de mots

MERCI les majuscules indiquent l’insistance ou l’emphase

/ intonation montante

\ intonation descendante

[ interruption et chevauchement ; le crochet précède chacun des segments de discours superposés

] marque la fin du chevauchement, lorsque celui-ci est clairement définissable

 = enchaînement immédiat entre deux tours de parole

Texte intégral

1. Polémique et réflexivité langagière : quelques repères

1Si le discours polémique ne se laisse pas aisément définir, les chercheurs intéressés à la question tendent toutefois à s’accorder sur les deux postulats suivants : (i) tout discours polémique abonde en représentations d’un discours autreet (ii) ces représentations sont marquées par des jugements de valeur. On dira ainsi, de façon synthétique, que le discours polémique semble immanquablement s’accompagner de représentations axiologiquement orientées d’un discours autre. La « visée pragmatique dominante » du discours polémique consiste, selon Catherine Kerbrat-Orecchioni, à « discréditer l’adversaire, et le discours qu’il est censé tenir » : « tous les énoncés polémiques […] se focalisent sur le discours adverse, et sa dénégation » (1980 : 11-12). Dans un article intitulé « Comment fonctionne la polémique ? », Artur Greive évoque une « technique de la citation adverse » (1985 : 26) qui serait inhérente à tout discours polémique. Quant à l’étude classique de Marc Angenot, elle montre à l’envi que les genres apparentés au pamphlet impliquent de façon cruciale la « subversion d’un contre-discours » et l’usage de « citations et [de] gloses » (1982 : 290). Il ressort ainsi des études sur la polémique une idée relativement consensuelle : le discours polémique prend toujours pour objet un discours autre et porte des jugements de valeur sur celui-ci (il peut, par exemple, dénoncer les manquements de ce discours aux règles de la logique – discours « irrationnel », « absurde » – et/ou à celles de la morale – discours « scandaleux », « odieux »…). En cela, on peut dire que les locuteurs engagés dans une polémique font usage du pouvoir de réflexivité des langues naturelles : ils tiennent des discours à propos d’autres discours.

2Mon objectif, dans cette contribution, est d’interroger plus avant les liens qui sont susceptibles d’unir la polémique, d’une part, et la réflexivité langagière, d’autre part. L’idée est d’étudier un type particulier de polémique lors duquel un mot particulier émerge en tant que mot et devient l’objet même de l’affrontement entre deux locuteurs. Le propos concerne ainsi une polémique qui tient fondamentalement au désaccord des locuteurs quant au sens qu’il convient d’accorder à un mot et quant à l’usage qu’il convient d’en faire dans un contexte donné. Je m’intéresse plus spécifiquement à quatre dimensions qui apparaissent constitutives de ce type de polémique à forte réflexivité langagière : (i) l’autonymie, qui permet aux locuteurs de faire émerger le mot en tant que mot (Rey-Debove 1978 ; Authier-Revuz 2003) ; (ii) les énoncés définitoires (Riegel 1987 ; 1990), par lesquels les locuteurs tentent, selon des modalités diverses, d’imposer le « vrai » sens du mot en question (Julia 2001) ; (iii) l’inscription des définitions dans une dynamique argumentative (de type argument – loi de passage – conclusion) ; (iv) enfin, la gestion du dialogisme propre au mot, qui porte en lui la trace d’emplois antérieurs parfois embarrassants pour les locuteurs. On peut constater que la présente contribution entend investiguer des processus déjà bien étudiés par les sciences du langage contemporaines, mais – et c’est essentiel – pas dans leurs usages proprement argumentatifs et polémiques. Le propos aimerait ainsi s’inscrire dans un cadre de réflexion qui, s’il ne constitue pas un terrain vierge, reste encore relativement peu développé à l’heure actuelle : il s’agit de l’étude de l’activité métalinguistique des locuteurs en tant qu’elle est mise en œuvre dans la conduite de l’argumentation et dans la gestion des affrontements polémiques.

3Si l’on se tourne un instant vers les analyses du discours polémique et, plus largement, vers les théories de l’argumentation, on peut dire qu’elles ne méconnaissent certes pas l’importance de la réflexivité langagière, mais lui consacrent encore rarement des études spécifiques. Un rapide examen du traitement réservé à cette question permet de dégager deux grands ordres de réflexion. (i) A un niveau que l’on pourrait dire micro, certains travaux se concentrent sur la définition, l’appréhendent comme un type d’argument et tentent d’en dégager la structure. Si elle figure depuis longtemps dans les typologies d’arguments et a donné lieu à des développements ponctuels (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 [1958] : 282-288 ; Plantin 1996 : 52-55, Breton 1996 :   61- 63 ; Walton, Reed et Maccagno 2008 : 319-320), la définition suscite aussi depuis quelques années un regain d’intérêt notable de la part des spécialistes de l’argumentation (Schiappa 2003 ; Zarefsky 2006 ; Walton et Maccagno 2009). (ii) A un niveau davantage macro, on identifie également des types d’interactions argumentatives dans lesquels la réflexivité langagière devient patente et lors desquels l’affrontement porte explicitement sur un mot. Christian Plantin remarque à juste titre que parfois les mots ne sont plus les « instruments impassibles » de l’échange argumentatif, mais en deviennent les « enjeux » mêmes (1990 : 225). Douglas Walton utilise fort à propos l’étiquette de « dispute verbale » (verbal dispute) pour nommer ce genre de cas : « [le dialogue] se transforme en une dispute verbale à propos des mots et de leurs définitions » ([Dialogue] shifts to a verbal dispute about words and definitions of words, 2006 : 218) – idée que l’on retrouve chez Angenot qui affirme que « beaucoup de débats achoppent sur les mots des autres ; ils achoppent non moins sur les définitions avancées » (2008 : 158).

  • 1 . On sait que le poste reviendra finalement à Martine Aubry, à l’issue d’une élection controversée (...)
  • 2 . Paris, Robert Laffont, 2008.

4Le corpus qui sera étudié dans cette contribution a été choisi précisément parce qu’il constitue un cas exemplaire de « dispute verbale » et de débat « achopp[ant] sur les mots des autres » et sur les « définitions avancées ». Il s’agit de la polémique qui, au mois de mai 2008, a opposé Bertrand Delanoë et Ségolène Royal autour des mots « libéral » et « libéralisme ». Delanoë et Royal sont, à l’époque, en concurrence pour le poste de Premier secrétaire du Parti socialiste français1. La polémique est déclenchée par la divulgation dans la presse des bonnes feuilles (21 mai 2008) de l’ouvrage De l’audace2, recueil d’entretiens entre Bertrand Delanoë et le journaliste Laurent Joffrin (directeur de la rédaction de Libération). L’attention se porte immédiatement sur des déclarations comme « Je ne réfute pas mécaniquement ce vocable, “ libéral ” » (p. 43) et, plus encore, « Je suis libéral ET socialiste » (p. 45). Ségolène Royal réagit, notamment lors d’un entretien télévisé avec la journaliste Laurence Ferrari dans l’émission Dimanche + le 25 mai. La polémique s’étend avec des prises de position de personnalités et de militants du PS. Au vu des exigences de précision de l’analyse linguistique, on se limitera ici aux extraits du livre de Bertrand Delanoë et à l’intervention télévisuelle de Ségolène Royal, sans aller jusqu’à élargir le corpus aux déclarations d’autres personnalités politiques ou aux commentaires de journalistes.

2. L’exemple d’un affrontement sur les mots en tant que mots : « libéral » et « libéralisme » dans la campagne pour la présidence du PS français

2.1. « Se réapproprier, avec fierté, et le mot et la chose » : le discours de Bertrand Delanoë

5L’extrait analysé suit un développement de Bertrand Delanoë sur la nécessité de « créer des richesses » pour pouvoir les « redistribuer ». À ce moment, Laurent Joffrin affirme : « C’est un discours social-libéral ». Le journaliste produit ici un énoncé métadiscursif, en l’occurrence un énoncé par lequel il prend pour objet le discours de son interlocuteur et en propose une qualification. Delanoë a alors cette longue réponse :

Bertrand Delanoë – Non, je ne suis pas social-libéral : je n’adhère pas à ce que représente ce courant de pensée. Mais je vous le dis tout net : je ne réfute pas

3

mécaniquement ce vocable, « libéral ». Et quand il s’applique à une doctrine politique, au sens global, je crois qu’un militant socialiste devrait le revendiquer. En revanche, ce qui est inacceptable pour un progressiste, c’est de hisser le « libéralisme » au rang de

6

fondement économique et même sociétal, avec ses corollaires : désengagement de l’État et laisser-faire économique et commercial. Il est donc temps que nous cessions de nous acharner sur un mot, et que nous tournions le dos à cette triste époque de

9

notre histoire collective, qui a vu une grande partie de la gauche française rejeter la constitution européenne au motif qu’elle aurait été « libérale ». C’est d’autant plus absurde – et croyez bien que je ne suis pas inspiré par le goût du paradoxe, mais par

12

celui de la vérité – que la gauche est par essence libérale. Quant au sarkozysme, ce bonapartisme modéré par la désinvolture – mais nous y reviendrons – il est profondément antilibéral. Je le dis et je tente de le prouver. Qu’est-ce que le

15

libéralisme ? C’est une doctrine d’affranchissement de l’homme, née dans l’Europe des lumières. C’est, comme son nom l’indique, une idéologie de la liberté, qui a permis l’accomplissement de grandes conquêtes politiques et sociales. Le principe en est

18

simple : il n’y a pas d’oppression juste, il n’y pas de chaîne qui ne doive être brisée, il n’y a pas de légitimité, ni donc de fatalité, à la servitude. Et le libéralisme, c’est dans le même temps l’idée que la liberté est une responsabilité, qu’être libre ce n’est pas faire

21

ce que l’on veut, mais vouloir ce que l’on fait. Au nom de cet héritage intellectuel, celui de Montesquieu, de John Locke, au nom de ceux qui ont su se dresser contre le confort mortel de l’habitude pour dire non, je suis libéral. Je suis libéral, parce que

24

j’aime la liberté. Pour moi-même : j’ai toujours voulu être un homme libre de toutes les puissances et de toutes les dominations. Et pour les autres : j’aime les peuples libres qui défient la rigueur de l’histoire, j’aime que, collectivement, s’exprime le désir

27

d’avancer fièrement dans la voie que l’on s’est souverainement tracée. Et ce que je dis des peuples vaut pour les personnes. Chaque individu a le droit au bonheur, et il a le droit de le rechercher par les moyens qu’il souhaite. Avec une seule limite, celle de

30

l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme, qui définit l’idée que je me fais du libéralisme : « (…) l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes

33

droits. » Le libéralisme est donc d’abord une philosophie politique et j’y adhère. Ce sont les conservateurs qui l’ont dévoyé au service d’une idéologie du laisser-faire économique et de la perpétuation des rentes et des privilèges dont ils bénéficient déjà.

36

Au nom d’un principe de liberté, leur dessein est en réalité celui de l’immobilisme, qui prolonge leurs avantages et reproduit toujours les mêmes inégalités. C’est une supercherie à la fois intellectuelle et idéologique, dont la gauche ne doit pas, ne doit

39

plus, s’accommoder. Je suis donc libéral ET socialiste. (p. 43-45)

6Cette réponse s’organise autour de trois processus discursifs majeurs. (i) Il s’agit, dans une veine explicitement métalinguistique, de critiquer certains usages qui sont faits des mots « libéral » et « libéralisme », ainsi que de prescrire l’usage qui devrait être fait de ces mots. (ii) Il s’agit aussi, hors de tout métalangage, d’utiliser les mots (et non plus seulement de commenter leurs usages). (iii) Enfin, ces deux premiers processus demandent, pour être crédibles, à être étayés : c’est la fonction des nombreux énoncés de nature définitoire qui cherchent à fixer le « vrai » sens des mots. Reprenons ces trois points dans l’ordre.

2.1.1. Prescrire le « bon » usage du mot

  • 3 . Selon l’expression de Rey-Debove 1978 : 63.
  • 4 . S’il est ici explicitement prescriptif (dire comment le mot doit être utilisé par un groupe de lo (...)

7Delanoë formule ce qui apparaît comme la thèse de son discours, et qui concerne l’attitude à l’égard d’un mot et son usage par un certain type de locuteur : « Mais je vous le dis tout net : je ne réfute pas mécaniquement ce vocable, “ libéral ”. Et quand il s’applique à une doctrine politique, au sens global, je crois qu’un militant socialiste devrait le revendiquer » (l. 2-4). Il s’agit ici de placer le mot sur le devant de la scène par un processus d’autonymisation : selon la définition d’Authier-Revuz, le signe « dans sa matérialité singulière de signifiant et de signifié, [devient] l’objet même du dire » (2003 : 72). Les marques de l’autonymie sont de deux ordres : Delanoë fait ici à la fois usage des guillemets et d’un « présentateur métalinguistique »3 (« ce vocable, “ libéral ” »). Delanoë prend d’abord son propre exemple (« je ne réfute pas mécaniquement ce vocable, “ libéral ” »), puis, au moyen du syntagme en emploi générique « un militant socialiste », cible un certain type de locuteur pour dire, sur un mode prescriptif4, l’attitude que celui-ci devrait entretenir à l’égard du mot (« je crois qu’un militant socialiste devrait le revendiquer »). Il faut noter que Delanoë ne se contente pas d’enjoindre ses camarades à utiliser le mot : il s’attache également à préciser les conditions qui doivent présider à cet usage. C’est l’objet de la circonstancielle (« quand [ce vocable] s’applique à une doctrine politique, au sens global… »), qui précise quelle doit être l’extension référentielle du mot. Prescrire le « bon » usage d’un mot implique qu’il en existe par ailleurs de « mauvais » usages : c’est ce que Delanoë va s’attacher à dénoncer. Dans l’extrait, le candidat à la présidence du Parti socialiste semble viser deux types d’usages. Premièrement, un usage qui est certainement imputable à la droite, quand bien même celle-ci n’est pas explicitement nommée : « [C]e qui est inacceptable pour un progressiste, c’est de hisser le “ libéralisme ” au rang de fondement économique et même sociétal, avec ses corollaires : désengagement de l’État et laisser-faire économique et commercial » (l. 4-7). Secondement, un usage qui, cette fois, est explicitement rapporté à « une grande partie de la gauche française » et qui a ceci de particulier qu’il confère au mot « libéral » une orientation argumentative négative : « Il est […] temps que nous cessions de nous acharner sur un mot, et que nous tournions le dos à cette triste époque de notre histoire collective, qui a vu une grande partie de la gauche française rejeter la constitution européenne au motif qu’elle aurait été “ libérale ” » (l. 7-10). On voit que la qualification d’un objet (en l’occurrence la « Constitution européenne ») au moyen du mot « libéral » constitue, ici, un argument pour « rejeter » ledit objet. Delanoë se distancie de cette logique, ce qu’indiquent les guillemets – qui sous-entendent que le mot est employé dans un sens jugé impropre par le locuteur – et le conditionnel (« …elle aurait été “ libérale ” »).

2.1.2. Utiliser le mot en passe d’être redéfini

8Delanoë indique ainsi de façon prescriptive comment le mot « libéral » devrait être utilisé et, dans le même temps, dénonce des usages du mot qui ont effectivement cours dans le champ politique (à droite comme à gauche). La complexité du passage tient au fait que Delanoë n’en reste pas à ce niveau réflexif et ne se contente pas, dans une veine métalinguistique, de parler du mot. On observe qu’il emploie également le mot et ses composés. Lorsqu’il dénonce le rejet, dans le discours de la gauche française, du mot « libéral », il affirme : « [C]’est d’autant plus absurde […] que la gauche est par essence libérale » (l. 10-12). À quoi il ajoute que le « sarkozysme [...] est profondément antilibéral » (l. 12-14). On a ici deux énoncés dont la structure est quasi identique : un sujet syntaxique désignant une tendance de l’échiquier politique français (« la gauche », « le sarkozysme »), le verbe copule « être » et, enfin, l’adjectif « libéral » (ou son composé « antilibéral ») à fonction d’attribut. Il convient d’ajouter que le lien entre le sujet et l’attribut est dans les deux cas renforcé par un modificateur adverbial (« par essence », d’une part, et « profondément », d’autre part). Ces deux énoncés tentent d’imposer une schématisation de la vie politique française qui va à contre-courant de la doxa, dans la mesure où ils procèdent à ce que l’on pourrait appeler une inversion des prédications attributives attendues. C’est là, sans doute, que l’on peut déceler le potentiel polémique du propos de Delanoë : sa (re)schématisation de la vie politique tourne tout entière autour d’un emploi particulier de l’adjectif « libéral » et d’une modification du sens que celui-ci reçoit usuellement.

2.1.3. (Re)définir le mot

  • 5 . Ces énoncés définitoires copulatifs se distinguent donc d’autres énoncés définitoires ouvertement (...)
  • 6 . Dans les dictionnaires du français contemporain, par exemple le Petit Robert 2009, le sens « atti (...)

9L’analyse a jusqu’à présent fait ressortir du propos de Delanoë une double visée. Il s’agit, de manière réflexive, d’évaluer et de hiérarchiser les différents usages du mot « libéral ». Il s’agit aussi, dans le même temps et hors de toute réflexivité, d’employer le mot pour qualifier les principales tendances de la vie politique française.Ces deux processus vont devoir être étayés : c’est le troisième temps fort du propos, qui voit Delanoë engager un processus de nature définitoire. Dans le texte, ce processus est structuré de façon dialogale, dans la mesure où il mime un enchaînement de type question / réponse. À la question « Qu’est-ce que le libéralisme ? » (l. 14-15) répondent quatre énoncés que l’on peut, suivant les travaux de Riegel (1987 ; 1990), qualifier d’énoncés « définitoires copulatifs ». Ces énoncés manifestent une structure de type Art–N0–(ce)–être–Art-N1-X (« Un ophtalmologiste (c’)est un médecin spécialiste des yeux »), et présentent les caractéristiques suivantes. Les « composantes métalinguistiques » y demeurent « implicites » (1987 : 37), dans la mesure où il ne comportent pas de signe autonyme ni de verbes marquant explicitement une relation de désignation ou de signification5. Ils assertent une équivalence référentielle entre une unité lexicale N0 (le definiendum) et une séquence N1-X (le definiens). Ces énoncés relèvent de la définition par inclusion (Lehmann et Martin-Berthet 2000 : 17), qui « consiste à désigner d’abord le genre (la classe générale) dont relève le référent du nom à définir » (c’est l’incluant), puis à « spécifier les différences qui le séparent des autres espèces appartenant au même genre » (ce sont les traits différentiateurs). Reprenons les quatre énoncés définitoires : le libéralisme, (i) « c’est une doctrine d’affranchissement de l’homme, née dans l’Europe des lumières » (l. 15-16), (ii) « c’est [...] une idéologie de la liberté, qui a permis l’accomplissement de grandes conquêtes politiques et sociales » (l. 16-17), (iii) « c’est [...] l’idée que la liberté est une responsabilité, qu’être libre ce n’est pas faire ce que l’on veut, mais vouloir ce que l’on fait » (l. 19-21), (iv) et c’est « d’abord une philosophie politique » (l. 33). Delanoë stipule un sens du mot « libéralisme » dont il reconnaît qu’il n’est pas le sens majoritairement perçu par les locuteurs français actuels. Il lui faut donc réduire la part d’arbitraire inhérente à la redéfinition. La stratégie est ici très claire : Delanoë légitime sa stipulation de sens en présentant le sens stipulé comme le sens originel du mot. Pour ce faire, il adopte une perspective diachronique6, comme en témoignent les références à l’« Europe des Lumières » (l. 15-16), à « Montesquieu » et à « John Locke » (l. 22), ainsi qu’à la Déclaration des droits de l’homme de 1789 (l. 30).

10Il convient, pour conclure cette analyse, d’envisager l’inscription de ces énoncés définitoires dans une dynamique argumentative. Perelman et Olbrechts-Tyteca avaient déjà bien noté que les définitions peuvent s’inscrire de deux manières dans le mouvement général d’une argumentation : elles peuvent être « justifiées, valorisées à l’aide d’arguments » ou elles « sont elles-mêmes des arguments » (2000 : 286). Le cas qui nous intéresse correspond à la deuxième possibilité envisagée. Les quatre énoncés définitoires fonctionnent en effet comme des arguments à l’appui de deux types de conclusions. (i) Ils justifient des énoncés métalinguistiques portant sur les mots « libéral » et « libéralisme » et formulant des prescriptions relatives à leur « bon » usage : « Je crois qu’un militant socialiste devrait revendiquer [ce vocable, “libéral ”] » (l. 4), « il est donc temps que nous cessions de nous acharner sur un mot… » (l. 7-8). (ii) Ils justifient également l’emploi du mot « libéral » dans des énoncés qui qualifient de façon provocatrice les différentes tendances (« la gauche est par essence libérale », l. 12 ; « [le sarkozysme] est profondément antilibéral », l. 14) et les différents acteurs de la vie politique française, au premier rang desquels le locuteur lui-même : « je suis donc libéral ET socialiste » (l. 39), conclut Delanoë.

2.2. « Ce n’est pas possible d’aller réhabiliter [ce mot] » : le discours de Ségolène Royal

11Examinons maintenant la réaction de Ségolène Royal avec l’extrait suivant, retranscrit à partir de l’émission Dimanche + du 25 mai 2008 :

LF

est-ce qu’il y a des choses qui vous séparent vraiment tous les deux qu’est-ce qui vous sépare/

3

SR

ah ben je crois que sur les déclarations récentes je je ne pourrai(s) jamais dire comme a dit Bertrand Delanoë je suis libéral a-t-il dit il faut réhabiliter ce mot et ce concept je ne crois pas euh

6

LF

pourquoi est-ce qu’il ne s’est pas déclaré selon vous/ (.) candidat

SR

ah ça je ne sais pas il faut lui demander ce que je pense simplement c’est que comme je le disais à l’instant il y a déjà tellement à faire pour redonner euh

9

de la modernité un nouveau souffle au socialisme le mot libéralisme est le mot de nos adversaires politiques et et je crois que le socialisme a déjà INtégré tout l’héritage des droits et des libertés individuelles les socialistes et la gauche

12

sont issus euh de la déclaration de 1789 de la convention européenne des droits de l’homme du combat euh de Jaurès pour Dreyfus du combat de François Mitterrand et de Badinter contre la peine de mort donc les droits

15

et les libertés individuelles font partie de notre patrimoine commun

[faut-il aller donc

LF

[est-ce que

18

SR

[faut-il c’est très important faut-il [aller donc jusqu’à réhabiliter ce mot de

LF

                  [hm bien sûr

SR

libéralisme/ non parce que [en France

21

LF

            [donc vous ne pourriez pas faire motion commune avec Bertrand Delanoë =

SR

 =ben ça dépend il peut peut-être évoluer euh il peut peut-être se rendre

24

compte aussi parce que je ne veux pas non plus caricaturer sa position mais le mot libéralisme a des connotations positives dans certains autres pays par rapport aux États-Unis en France non il est tellement chargé et tellement

27

SYnonyme aujourd’hui euh de capitalisme débridé de dégâts d’éc– d’écrasement des des bas salaires d’insécurité de creusement des inégalités et donc de et donc de violence il fournit de la violence que ce n’est pas utile et

30

que ça n’est pas possible [d’aller le le réhabiliter

LF

            [d’accord

2.2.1. Se séparer des mots de l’adversaire

12La question posée par la journaliste en début d’extrait (l. 1-2) donne à Ségolène Royal l’occasion de rebondir sur les propos de Delanoë, et c’est là, véritablement, que s’enclenche la polémique au sens minimal d’un « ensemble de deux textes au moins qui se confrontent et s’affrontent » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 9). Plus précisément, la question donne à Royal l’occasion de donner sa version du différend qui l’oppose à son adversaire (et l’on sait à quel point une telle opération peut avoir un caractère polémique, les adversaires ayant souvent des versions différentes de leur différend) : « sur les déclarations récentes je ne pourrai(s) jamais dire comme a dit Bertrand Delanoë je suis libéral a-t-il dit il faut réhabiliter ce mot et ce concept je ne crois pas » (l. 3-5). Que se passe-t-il ici ? Pour mesurer ce qui la « sépare » de son rival, Ségolène Royal prend pour objet le discours de celui-ci (« sur les déclarations récentes »). Elle offre une représentation particulière de ces « déclarations récentes », en faisant usage d’un discours rapporté direct dont les modalités d’introduction sont complexes et méritent que l’on s’y arrête un instant. On observe, dans ces syntagmes introducteurs, un double mouvement. Pour Royal, il s’agit, d’une part, de nier pour elle-même la possibilité d’accomplir un acte d’énonciation particulier (« je ne pourrai(s) jamais dire », l. 3). Il s’agit, d’autre part, d’attribuer à un autre énonciateur (en l’occurrence Delanoë) l’accomplissement effectif de ce même acte d’énonciation (notamment dans l’incise « a-t-il dit », l. 4). L’acte d’énonciation dont Royal nie pour elle-même la possibilité est identifié par comparaison (au moyen de la subordonnée « comme a dit Bertrand Delanoë », l. 4) avec l’acte d’énonciation effectivement attribué à son rival. Le choix du discours direct n’est certainement pas anodin dans ce contexte polémique. On rappellera, suivant en cela les analyses d’Authier-Revuz, le caractère autonyme de la séquence citée dans le discours direct : « Le message cité en discours direct est, en tant qu’autonyme, soustrait à la possibilité de synonymie : cela signifie que le message “ montré ” au discours direct est donné dans sa matérialité signifiante » (1992 : 40-41). Il est à notre sens possible de lier cette caractéristique linguistique du discours direct à une visée discursive de mise à distance, bien vue par Dominique Maingueneau : « L’énonciateur citant n’adhère pas aux propos cités et ne veut pas les mélanger avec ceux qu’il prend lui-même en charge » (2000 : 120). Il est par ailleurs intéressant de noter que le fragment de discours cité (« je suis libéral », « il faut réhabiliter ce mot et ce concept ») reprend ce que nous avons vu être deux des opérations majeures du propos de Delanoë : l’emploi effectif d’un mot pour s’auto-attribuer une qualité, d’une part, et, d’autre part, un discours métalinguistique prescriptif à propos de ce mot.

2.2.2. Prescrire un usage du mot inverse à celui prescrit par l’adversaire

13Il s’agit ainsi, pour Royal, de s’opposer explicitement à la thèse défendue par Delanoë et de prescrire un usage du mot « libéralisme » qui est exactement inverse à celui préconisé par son rival : là où Delanoë invite les « militant[s] socialiste[s] » à « revendiquer » le mot litigieux, Royal va rétorquer que ce n’est « pas possible » (l. 30). Nous allons maintenant tenter de saisir la prescription d’usage de Royal dans sa dimension proprement argumentative. Comment la candidate justifie-t-elle l’impossibilité, pour les socialistes français, d’utiliser positivement le mot « libéralisme » ? Quelles raisons allègue-t-elle à l’appui d’une telle attitude ? Ce questionnement va permettre de dégager aussi bien des similitudes que des différences entre les stratégies mises en oeuvre par les deux candidats. On peut dire, à ce titre, que Delanoë et Royal se rejoignent sur deux points : (i) ils argumentent relativement à une conclusion de nature prescriptive, qui dit ce qu’il faut faire d’un mot (le « revendiquer », dans un cas, le rejeter, dans l’autre) ; (ii) ils procèdent tous deux à un « arrêt sur mot » : ils prennent explicitement pour objet de leur discours les signes « libéral » et « libéralisme » dans leur matérialité singulière de signifiant et de signifié. Cela étant dit, il existe, comme on va tenter de le montrer, une différence majeure : là où Delanoë entend opérer une rupture par rapport à l’usage courant des mots « libéral » et « libéralisme », Royal prétend baser son argumentation uniquement sur la façon dont ces mots sont effectivement utilisés par la majorité des locuteurs. Il faut donc maintenant démêler les rapports complexes qui, dans l’argumentation de Royal, unissent la description et la prescription d’un usage linguistique.

2.2.3. Tirer parti d’une définition descriptive du mot

14Royal s’attache à décrire les usages effectifs du mot « libéralisme » dans une communauté linguistique, puis, sur la base de cette description, en tire une conclusion prescriptive – la logique de l’argumentation pouvant se formuler ainsi : « Si les locuteurs utilisent effectivement un mot d’une certaine manière, alors il faut l’utiliser de cette manière (et ne pas chercher à en imposer une autre) ». On observe, dans l’extrait, deux occurrences de ce mouvement argumentatif.

15(i) Dans sa volonté de décrire les usages effectifs du mot au sein d’une communauté linguistique, Royal affirme : « le mot libéralisme est le mot de nos adversaires politiques » (l. 9-10). Il s’agit, pour la candidate, de faire ressortir le dialogisme du mot « libéralisme ». On fait ici référence à l’idée générale qui traverse l’œuvre de Bakhtine selon laquelle les mots du langage pointent toujours vers leurs contextes antérieurs d’emploi : « Tous les mots évoquent une profession, un genre, une tendance, un parti, une œuvre précise, un homme précis, une génération, un âge, un jour, une heure. Chaque mot renvoie à un contexte ou à plusieurs dans lesquels il a vécu son existence socialement sous-tendue » (Bakhtine 1978 : 114, c’est moi qui souligne). Royal cherche à associer l’usage du mot à un (et un seul) groupe de locuteurs. Ce groupe est placé dans une position d’antagonisme avec un autre groupe, vers lequel pointe le déictique « nos », et dans lequel s’inscrit la locutrice elle-même. On a l’impression que Royal utilise ce « nos » pour parler au nom des socialistes français et que, précisément, elle cherche à ressouder cet ensemble d’individus contre ceux qui utilisent le mot décrié. De facto, mais implicitement, Bertrand Delanoë se trouve lui aussi inclus dans ces « adversaires politiques »… Le fait d’associer l’usage du mot à un groupe antagoniste fournit à Royal un premier argument à l’appui d’une conclusion marquée par le connecteur « donc » et qui formule une prescription d’usage du mot inverse à celle de Delanoë : « faut-il […] aller donc jusqu’à réhabiliter ce mot de libéralisme/ non » (l. 18-20).

16(ii) Cette conclusion est soutenue, dans la fin de l’extrait, par un seconde série d’arguments, à commencer par : « le mot libéralisme a des connotations positives dans certains autres pays par rapport aux États-Unis en France non » (l. 25-26). Si Royal a commencé par attribuer l’usage du mot litigieux à un groupe de locuteurs, elle procède cette fois à une « glose de spécification du sens » : il s’agit d’une « opération énonciative qui consiste à sélectionner et à spécifier un sens, ou plusieurs sens, au sein de la polysémie virtuelle d’un mot » (Julia 2001 : 12). Dans le but de rejeter le mot, Royal tente d’en « sélectionner » et d’en « spécifier » un sens en fonction des valeurs différenciées qu’il est susceptible de prendre en contexte. Les contextes pertinents pour saisir la variation de sens sont des espaces – à la fois nationaux, linguistiques et culturels – au sein desquels le mot est utilisé. On notera, à ce sujet, les compléments circonstanciels de lieu qui délimitent et opposent ces espaces : « dans certains autres pays » vs. « en France ». Il convient, pour clore cette analyse, de s’intéresser à l’ultime glose de spécification du sens que propose Royal, et qui exploite la relation de « synonymie » : selon elle, le mot est « tellement synonyme aujourd’hui [...] de capitalisme débridé de dégâts [...] d’écrasement des [...] bas salaires d’insécurité de creusement des inégalités et donc de violence il fournit de la violence que ce n’est pas utile et que ça n’est pas possible d’aller le [...] réhabiliter » (l. 26-30). Il semble que Royal ne s’appuie pas ici sur la notion traditionnelle de synonymie, définie comme l’équivalence sémantique entre deux signes possédant des signifiants différents (soulier et chaussure, par exemple). La relation de synonymie qu’exploite Royal est moins une synonymie codée en langue qu’une synonymie d’ordre sociolectal, qui concerne la pratique langagière d’un groupe particulier de locuteurs (en l’occurrence, les locuteurs français actuels et plus particulièrement les militants socialistes). La prise en compte de cette synonymie sociolectale fonctionne comme un argument à l’appui d’une conclusion : « ce n’est pas utile et ce n’est pas possible d’aller [...] réhabiliter [ce mot] » (l. 29-30). Cette conclusion fait directement écho à la précédente (« faut-il […] aller donc jusqu’à réhabiliter ce mot de libéralisme/ non », l. 18-20) et formule de manière prescriptive une attitude vis-à-vis du mot en question. Elle permet ainsi le bouclage du mouvement argumentatif.

3. Conclusion : rôles et stratégies dans les polémiques à forte réflexivité langagière

17Dans cette contribution, j’ai voulu investiguer la nature des liens qui peuvent unir le discours polémique et la mise en œuvre de la réflexivité langagière. Il s’agissait de mieux comprendre le fonctionnement de ce que Walton (2006 : 218) appelle une verbal dispute (« dispute verbale »). L’idée était de s’intéresser à un type particulier de polémique qui émerge à partir d’un désaccord relatif au sens d’un mot et à l’usage qu’il convient d’en faire. On peut ainsi dire qu’une telle polémique se cristallise autour des deux questions suivantes : (i) que signifie au juste le mot ? (ii) Quel attitude faut-il entretenir à son égard ? L’analyse de la polémique entre Bertrand Delanoë et Ségolène Royal à propos des mots « libéral » et « libéralisme » permet de dégager un ensemble de rôles et de stratégies qu’il faudrait, à des fins de généralisation, tester sur d’autres polémiques du même type.

18Delanoë tente – pour citer Angenot (1982 : 41) – de « reconquérir » un mot qu’il considère comme étant « pris en otage ». La conclusion vers laquelle tend son argumentation prescrit à un groupe de locuteurs (les « militants socialistes ») une attitude spécifique à l’égard des mots « libéral » et « libéralisme ». Pour fonder cette conclusion, il a recours à plusieurs énoncés définitoires qui relèvent clairement de ce que l’on appelle une définition normative (ou stipulatoire) : il s’agit d’assigner à un mot existant un sens qui rompt avec l’usage courant, mais aussi de « s’engager soi-même à suivre l’usage ainsi instauré et inviter le lecteur-interprète à en faire autant » (Riegel 1987 : 33). Il convient de rappeler ici que Delanoë s’efforce de justifier sa prise de distance avec l’usage courant : il fait, pour cela, référence à un sens historiquement plus ancien du mot, qu’il présente comme étant plus légitime – un sens originel, en somme. On peut envisager un instant la portée de cette stratégie définitionnelle en termes d’ethos et se demander comment elle sert la tentative de Delanoë de se positionner en tant que leader légitime des socialistes français au détriment de ses adversaires (ce qui constitue ultimement l’enjeu personnel de cette polémique sur les mots). Il semble que Delanoë adopte une posture d’autorité : il s’inscrit en faux contre le sens couramment accordé à un mot et prétend instaurer un nouvel usage en dépit de ce que l’on pourrait appeler, dans une veine bakhtinienne, sa charge dialogique.

  • 7 . Je remercie Jean-Michel Adam, Jacqueline Authier-Revuz et Galia Yanoshevski pour leurs commentair (...)

19Comment Royal contre-t-elle cette stratégie ? Au contraire de Delanoë, elle s’appuie très explicitement sur une définition descriptive des mots en question. Il ne s’agit pas pour elle d’instaurer un nouvel usage du mot ou de renouer avec un usage ancien qui se serait perdu, mais bien, selon l’expression de Riegel, de « communiquer un usage linguistique » qu’elle présente comme « réel, familier et préexistant à la définition » (Riegel 1990 : 100). La stratégie définitionnelle de la candidate consiste en somme à « indiquer quel est le sens accordé à un mot dans un certain lieu et à un certain moment » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 : 283), c’est-à-dire à rapporter comment un mot est effectivement utilisé et compris par un groupe de locuteurs (on a vu comment Royal cible ce groupe : « en France », « aujourd’hui »). La contre-argumentation de Royal revient à utiliser l’usage effectif d’un mot et sa charge dialogique comme argument contre toute possibilité de définition stipulatoire. Selon elle, les mots « libéral » et « libéralisme » ont une histoire qui font qu’ils sont au-delà de toute tentative de reconquête. En termes d’ethos et de lutte pour la légitimité, cela permet à Royal de présenter son adversaire comme un homme qui méprise l’usage réel des mots et la façon dont les militants socialistes les comprennent. En retour, elle peut se présenter elle-même comme en phase avec la sensibilité linguistique supposée de la base de son parti.7

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

angenot, Marc (1982), La parole pamphlétaire, Paris, Payot.
DOI : 10.7202/500462ar

angenot, Marc (2008), Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et Une Nuits.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

authier-revuz, Jacqueline (1992), « Repères dans le champ du discours rapporté », L’information grammaticale, n° 55, 38-43.
DOI : 10.3406/igram.1992.3186

authier-revuz, Jacqueline (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 2 vol. 

authier-revuz, Jacqueline (2003), « Le fait autonymique : langage, langue et discours. Quelques repères », dans Jacqueline authier-revuz et al., Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 67-96.

bakhtine, Mikhaïl (1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

breton, Philippe (1996), L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

declercq, Gilles et al. (éds.) (2003),La parole polémique, Paris, Honoré Champion.

greive, Artur (1985), « Comment fonctionne la polémique ? », dans Georges roellenbleck (dir.), Le discours polémique, Paris / Tübingen, Jean-Michel Place / Gunter Narr Verlag.

julia, Catherine (2001), Fixer le sens. La sémantique spontanée des gloses de spécification du sens, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

kebrat-orecchioni, Catherine (1980), « La polémique et ses définitions », dans Le discours polémique, Lyon, PUL, 3-40.

lehmann Alise et Françoise martin-berthet (1998), Introduction à la lexicologie, Paris, Nathan.

maingueneau, Dominique (2000), Analyser les textes de communication, Paris, Nathan.

perelman, Chaïm (1977), L’empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977.

perelman, Chaïm et Lucie olbrechts-tyteca (2000), Traité de l’argumentation, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

plantin, Christian (1990), Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé.

plantin, Christian (1996), L’argumentation, Paris, Seuil, coll. « Mémo ».

rey-debove, Josette (1978), Le métalangage, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

riegel, Martin (1987), « Définition directe et indirecte dans le langage ordinaire : les énoncés définitoires copulatifs », Langue Française, nº73, 9-53.
DOI : 10.3406/lfr.1987.6427

riegel, Martin (1990), « La définition, acte du langage ordinaire. De la forme aux interprétations », dans La définition, Centre d’études du lexique, Paris, Larousse, 97-110.

schiappa, Edward (2003), Defining Reality. Definitions and the Politics of Meaning, Carbondale, Southern Illinois University Press.

walton, Douglas (2006), Fundamentals of Critical Argumentation, Cambridge, CUP.

walton Douglas et macagno Fabrizio (2009), « Reasoning from Classifications and Definitions », Argumentation, vol. 23, n° 1, 81-107.

walton Douglas, reed Chris & macagno Fabrizio (2008), Argumentation Schemes, Cambridge, CUP.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

zarefsky, David (2006), « Strategic Manoeuvering through Persuasive Definitions : Implications for Dialectic and Rhetoric », Argumentation, vol. 20, 399-416.
DOI : 10.1007/s10503-007-9030-6

Haut de page

Notes

1 . On sait que le poste reviendra finalement à Martine Aubry, à l’issue d’une élection controversée lors du Congrès de Reims, finalement validée par le conseil national du PS le 25 novembre 2008.

2 . Paris, Robert Laffont, 2008.

3 . Selon l’expression de Rey-Debove 1978 : 63.

4 . S’il est ici explicitement prescriptif (dire comment le mot doit être utilisé par un groupe de locuteurs), le discours métalinguistique sur un mot peut aussi se présenter comme descriptif (dire comment le mot est effectivement compris par un groupe de locuteurs): on en verra plus loin un exemple avec l’analyse de la réponse de Ségolène Royal (2.2.).

5 . Ces énoncés définitoires copulatifs se distinguent donc d’autres énoncés définitoires ouvertement métalinguistiques : les énoncés définitoires désignatifs (« Le mot ophtalmologiste désigne/est le nom d’un médecin spécialiste des yeux ») et interprétatifs (« Le mot ophtalmologiste signifie/a le sens de/ veut dire “ médecin spécialiste des yeux ” »).

6 . Dans les dictionnaires du français contemporain, par exemple le Petit Robert 2009, le sens « attitude, doctrine des libéraux, partisans de la liberté politique, de la liberté de conscience » porte la mention vieilli.

7 . Je remercie Jean-Michel Adam, Jacqueline Authier-Revuz et Galia Yanoshevski pour leurs commentaires sur les versions de travail de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Micheli, « Quand l’affrontement porte sur les mots en tant que mots : polémique et réflexivité langagière », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://semen.revues.org/9164

Haut de page

Auteur

Raphaël Micheli

CLSL (Centre de linguistique et des sciences du langage), Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page