Navigation – Plan du site
Rubrique Comptes-rendus de lecture

Josiane Boutet, Le pouvoir des mots

Jacques Guilhaumou
p. 193-196
Référence(s) :

Josiane Boutet, Le pouvoir des mots, Paris, La Dispute, 2010, 193 pages.

Texte intégral

1La question posée dans cet ouvrage, « existe-t-il un pouvoir ou une puissance propre du langage et, si oui, comment se manifeste-t-elle ? » est de toutes les époques. Sociolinguiste, Josiane Boutet y répond ici en s’appuyant sur une grande diversité de situations sociales où se manifeste un tel pouvoir des mots. Saisir les mots dans leur pouvoir d’action consiste alors à interroger des « pratiques langagières » - néologisme produit par des linguistes dont l’auteure elle-même -, à s’immerger dans l’usage des mots, donc à considérer avant tout l’activité de langage comme une pratique sociale. À l’encontre d’une conception techniciste et technocratique du langage et de la communication, il s’agit de mettre l’accent sur la puissance d’action du langage, sa performativité tant dans le monde réel que dans le monde des croyances : les onze chapitres de l’ouvrage s’organisent autour de cette double modalité performative, en allant des frontières du réel à l’interrogation ontologique.

2C’est en effet d’abord à la frontière du réel et du symbolique que nous entraîne la description du linguiste, avec le lapsus, trace de l’inconscient – par exemple désigner Vichy, et non pas Evian comme lieu de rencontre annuelle des adhérents du Front National –, et bien au-delà sur une frontière où l’objet même du linguiste fait problème lorsque Jacques Lacan affirme que « le mot n’est pas signe, mais nœud de signification », ouvrant ainsi un débat frontal avec Ferdinand de Saussure. Sur une même frontière, l’ouvrage de Jeanne Favret-Saada sur Les morts, la mort, le sort. La sorcellerie dans le bocage (1977) a mis en évidence l’ampleur des pratiques langagières liées à la sorcellerie. Il s’agit de faire agir des mots sur des personnes prises de malheur dans des rites complexes où la reconnaissance réciproque des protagonistes est essentielle. Explorer l’efficace d’un rite de magie permet de caractériser des pratiques langagières désignées avec précision telles que l’oracle, la divination, l’exorcisme, le sort etc. Nous sommes là toujours aux frontières du monde réel.

3 Il en est de même de l’acte de jurer, de prêter serment à l’exemple récent du serment d’investiture du Président américain Barack Obama, le 20 janvier 2009 où ce dernier marque un temps d’hésitation dans la répétition de la formule consacrée, quelque peu malmenée – un changement de place d’un adverbe – par le premier à la prononcer, le très conservateur Président de la Cour Suprême. La dimension performative du serment a été souvent commentée, mais Josiane Boutet met plutôt l’accent sur le cas Obama, marqué par un second serment, en petit comité, par mesure de précaution, qui démontre en quoi le simple changement de la place d’un adverbe dans une formule ritualisée peut jouer un rôle important dans le processus de légitimation de l’agir de la plus grande puissance du monde.

4L’expression « Feu ! » nous introduit, pour sa part, dans l’acte de langage de l’ordre au sein des pratiques langagières de commandement. La puissance légitime est ici l’armée, au même titre que la justice qui ordonne tout autant avec la formule « ordonnons ». Nous entrons ici dans le domaine de la fonction conative du langage, par laquelle la communication s’oriente vers le destinataire sur le mode impératif et vocatif. C’est aussi un domaine où les conditions d’énonciation et de réception varient avec les nouvelles technologies, à l’exemple des « appels de commandement » dans un bus ou un métro qui remplacent la voix d’une personne physiquement présente dans un tel espace public.

5L’injure occupe une place de choix dans les manifestations du pouvoir des mots, elle inaugure l’entrée dans un monde social où sont présents autant les dominants que les dominés. Commençons par la plus haute personnalité, le Président de la République qui s’est permis une injure particulièrement virulente en s’adressant le 23 février 2008 à un homme qui refusait de le saluer dans les termes suivants : « Casse toi, alors, pauv’ con ». Une telle injure a des effets sociaux remarquables d’autant plus qu’elle suscite, si l’on peut dire, un renvoi à l’expéditeur. On retrouve en effet cette injure sur des pancartes dans des manifestations contre le gouvernement dominant de droite. Mais la question de l’injure est tout aussi sensible sur le lieu de travail, et fait ainsi l’objet d’intervention de la justice, le cas échéant. Elle est aussi un bon baromètre de l’augmentation des violences sociales, des incivilités, des agressions.

6L’injure peut enfin procéder de joutes verbales attestées dans l’histoire par la littérature, ou présentes dans les duels à coup d’insultes entre jeunes dans les sociétés contemporaines, ce qui fait lien entre le langage et la violence physique dans un véritable art de la parole en acte.

7Dans ce florilège de formules performatives recensées dans le présent ouvrage, la plus célèbre est sans doute celle prononcée par le Général de Gaulle à Montréal le 24 juillet 1967 : « Vive le Québec libre ! ». Formule qui rend bien compte de la puissance performative du discours politique à travers les actes de langage les plus propres à modifier l’histoire : influencer, persuader, convaincre. Nous touchons ici au problème souvent abordé de la propagande et des ses techniques de plus en plus élaborées. Retenons plutôt que le slogan politique ou publicitaire est souvent « retourné » au sein des manifestations, à l’exemple de celles de 2009 dans les milieux universitaires, avec l’inscription sur une banderole, « travailler plus pour gagner moins »… C’est là aussi, dans les manifestations, que la forme sonore des mots s’avère un puissant moyen de contre-propagande, à l’exemple de la structure rythmique ternaire dans « De l’argent pour l’éducation, pas pour les patrons »… La puissance symbolique des mots atteint sans doute ici son apogée.

8Cependant, lorsqu’il s’agit de nommer, catégoriser le monde, donc d’introduire une modalité ontologique du langage, le pouvoir des mots est tout aussi attesté. Sans remonter à ce que l’homme dit dans la Genèse, nommer, renommer des objets, des personnes – par exemple dans le monde du travail que Josiane Boutet connaît bien (La vie verbale au travail. Des manufactures aux centres d’appel, Toulouse, Octarès Editions, 2008) – sont des pratiques langagières qui concernent toute la société. Ainsi la parole ouvrière se partage entre celle de ses porte-parole, chefs d’ateliers ou républicains prononcés, d’accès plus aisée, et celle effectuée sur le lieu même de travail, plus rarement évoquée. Mais, dans les deux cas, le souci performatif de conquérir une parole, de la faire reconnaître, sur la base de revendications précises, est explicite. On y trouve aussi des pratiques de dérision, à l’exemple du patron décrit comme un singe selon le rituel carnavalesque d’inversion des valeurs dominantes. L’absence de nomination est tout aussi importante, à l’exemple de la guerre d’Algérie tardivement désignée comme telle par les autorités qui ne parlent d’abord que de maintien de l’ordre dans un département français. La profusion de noms peut être aussi le signe d’une impuissance à nommer, à catégoriser certaines catégories de la population à l’exemple des migrants, nouveaux arrivés, étrangers, immigrés, primo-arrivants, etc.

9En demeurant dans le monde de la parole ouvrière, et c’est là un apport central de cet ouvrage, Josiane Boutet en vient à l’épisode historique des canuts, sur lesquels nous sommes plusieurs à travailler autour de la publication sur le Web du journal des canuts, L’Écho de la fabrique, à l’initiative de Ludovic Frobert (Les Canuts ou la démocratie turbulente : Lyon 1831-1834, Taillandier, 2009). L’activité de se nommer est le fait même d’un concours, ouvert par ce journal, qui a pour but « l’adoption d’un terme générique, à l’effet de désigner la classe des ouvriers en soie, d’une manière complète, simple et euphonique ». Le concours dura deux ans et proposa quarante et un néologismes ! C’est dire que la lutte pour le sens des mots, au titre du pouvoir qu’ils confèrent à des locuteurs, est au cœur des luttes sociales, au plus près des questions que chaque citoyen se pose sur la légitimité même des fondements de la République.

10Reste que la parole ouvrière est autant que toute autre « parole de classe » saisie, dans certains moments historiques, par une parole dominante particulièrement violente, à l’exemple de la nazification de la société allemande pendant plus d’une décennie. Ainsi un ouvrier pouvait dire, en pleine guerre : « Ils ne pourront jamais nous faire plier, nous sommes supérieurement organisés », marque d’une imprégnation dans la croyance en une race supérieure. Il convient là bien sûr de citer, avec l’auteur, un classique en matière d’analyse des pratiques langagières, l’ouvrage de Jean-Pierre Faye, Les langages totalitaires, Hermann, 1972.

11Trouver les mots justes participe donc bien du pouvoir des mots. Ainsi la parole des sans – par exemple des sans-papiers – est tout aussi soucieuse d’une telle quête des mots justes comme il est indiqué sur une affiche d’Education sans frontières, « Ils ont leurs mots. Nous avons les nôtres ». L’intérêt pour les mots et leur pouvoir concerne tous les membres d’une société. Les mots de la langue commune nous accompagnent au quotidien, sans que nous délibérions en permanence sur leur sens, mais ils font aussi clivage dans des actions qui en interrogent le sens même. Entre les mots conventionnels et les situations sociales, tout un espace reste ouvert à l’interrogation sur les mots dans l’action, et plus particulièrement dans les luttes sociales. Josiane Boutet accorde ainsi une fois de plus au langage en acte des militants qui se veulent les porte-parole des « classes subalternes » (Gramsci) une place centrale dans sa réflexion de sociolinguiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Josiane Boutet, Le pouvoir des mots », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/9157

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page