Navigation – Plan du site

Ecrivains du quotidien : Journalistes et journalisme en France au XIXème siècle

Pierre Van den Dungen

Résumés

Au début du XIXème siècle, les journalistes - rédacteurs de quotidiens et au quotidien – se définissent comme des littérateurs. Dès les années 1830, beaucoup sont toutefois accusés de participer à l’élaboration d’une littérature industrielle alors qu’à partir des années 1880 (au plus tard) les tenants d’un « nouveau journalisme » valorisent les aspects techniques d’un métier en voie de professionnalisation. Quelles sont les causes matérielles et intellectuelles qui expliquent ce glissement de l’art d’écrire des commentaires au métier d’informer ? Quels sont les enjeux de pouvoir au sein de la profession, notamment entre la Province et Paris ? Enfin, quels sont les effets concrets sur les pratiques de l’écriture au quotidien de cette autonomisation du champ journalistique par rapport au domaine littéraire (avec lequel il poursuit toutefois des échanges féconds). Cette écriture a dû s’adapter (soit plaire) à un lectorat lui-même massifié

Haut de page

Texte intégral

1. Artistes et mercantis

1Le présent article s’appuie sur deux études récentes dont l’une est à paraître.1 Il propose toutefois, de façon spécifique, une approche évolutive du « métier » de journaliste dans la presse quotidienne. La réflexion s’appuie sur les discours des contemporains qu’elle confronte aux « pratiques » des milieux journalistiques. Les profondes mutations, notamment techniques, qui marquent le monde de la presse au cours de la période évoquée jouent en effet un rôle majeur dans la définition du métier « d’écrire au quotidien », en voie de professionnalisation, et dans la construction identitaire de ceux qui l’exercent.

2Avec la tribune des Chambres et celle du barreau, les salles de rédactions constituent l’un des trois « lieux de parole » du régime parlementaire. « Rédacteurs » ou « gens de lettres », selon la terminologie qui désigne le plus souvent les « journalistes » avant 1830, ont la mission de rendre publics les débats de la Cité. Ils doivent s’acquitter de leur tâche avec éloquence et brio, de préférence en polémistes. Du point de vue stylistique, les métaphores guerrières abondent : il s’agit de manier la plume comme jadis les chevaliers l’épée.2 La tradition du duel s’est d’ailleurs longtemps maintenue dans les milieux de presse.3

3Mais, dès avant 1830, des auteurs opposent « l’art », ce domaine réservé à quelques happy few en quête de distinction s’adressant à un public d’élite, et la « littérature mercantile » journalistique dédiée aux « masses », travaillées par un « besoin de lecture et d’instruction».4 En 1840, Honoré de Balzac se désole que le nom de « Publiciste… jadis attribué aux grands écrivains comme Grotius… Montesquieu…» désigne désormais « les écrivassiers qui font de la politique. Et parmi eux, « le Journaliste ».5

4Pour les plus conservateurs, les journalistes - qui se vantent de « vulgariser » et promeuvent « la démocratie » - tuent « les écrivains », au risque de rabaisser « le principe de l’intelligence ». Le « despotisme de la presse », lit-on encore dans les années 1860, a anéanti toute autre forme de publicité. 6

5Émile de Girardin, lorsqu’il fonde La Presse en 1836, est l’un des premiers à inverser l’argumentaire. Et de saluer, au contraire, le rôle du journaliste qui commente le présent, réfléchit à l’avenir et, à ce titre, veut se rendre intelligible dans l’intérêt général. Même si la lecture de La Presse révèle en vérité un style toujours complexe, des phrases longues, une sorte de « code herméneutique », son directeur-fondateur n’en reste pas moins l’un des premiers à s’opposer à la fois au style artiste et au « journalisme d’idées ».7 Le Siècle d’Armand Dutacq, organe concurrent fondé la même année et sur les mêmes bases, met davantage ce type de principes en pratique. De centre-gauche, son quotidien va chercher à plaire à un public petit-bourgeois, anticlérical et exclu du suffrage censitaire.8 Au final, autant Girardin que Dutacq exigent de leurs rédacteurs qu’ils adaptent leur message au lectorat afin, ajoutent les critiques acerbes, … de vendre toujours plus et de plaire à leurs actionnaires !

6C’est à partir de cette date – en partie symbolique - que les contemporains parlent de « littérature industrielle » à propos de la presse quotidienne, selon le mot de Sainte-Beuve (dans La Revue des deux Mondes, 1er septembre 1839).9

7Dans les faits, le distinguo n’est pourtant pas clair entre l’un et l’autre genre. Balzac et Sainte-Beuve (parmi d’autres contempteurs…), ont tous pratiqué le journalisme en professionnels, qui rédacteur, qui entrepreneur de presse. Au cours des premières décennies du siècle, ce sont souvent les mêmes « gendelettres » qui publient des œuvres (voire des œuvrettes) et remplissent les colonnes des quotidiens. La fiction se mêle alors au compte rendu de « l’actualité », d’ailleurs bien relative (il faut quatre jours à un « quotidien » pour parvenir de Paris à Marseille avant 1850). Inversement, des « informations » véridiques sont insérées dans la trame des récits de type romans-feuilletons10.Moïse (dit Polydore) Millaud, avec Le Petit Journal qu’il crée en 1863, porte à son apogée le fait divers dont les descriptions empruntent à des formes d’écriture typiquement littéraires.

8Les propos méprisants à l’encontre de « l’écrivain au quotidien » restent cependant la norme avant 1880. Dans leur célébration de l’homme de lettres, créateur solitaire, beaucoup dénigrent le journaliste « fonctionnaire », attaché à une rédaction. Marc Martin a montré combien ce discrédit, « étonnant quand on voit l’importance de l’industrie (de la presse) », doit à « l’écart entre la position des journalistes dans la société et les aspirations de la France bourgeoise du milieu du XIXème siècle ». Grande est alors la valorisation des arts et des lettres, particulièrement dans la presse où l’actualité culturelle occupe une place de premier plan. Les lois sur la propriété littéraire et artistique (lois du 13-19-01 1793 et 19-24-07 1893) confèrent un statut « respectable » aux hommes de lettres qui, dès 1838 – soit plus de quarante ans avant les journalistes – se sont regroupés en une Société des Gens de lettres (devenue Chambre professionnelle en 1865). Une Union internationale pour la protection des œuvres littéraires et artistiques voit par ailleurs le jour à Berne en 1886.

9Le développement des quotidiens conduit à une structuration bien plus forte encore du métier, mais dans le sens d’une « militarisation des relations de travail » au sein des rédactions.11 Un rédacteur en chef (poste apparu sous la Restauration) dirige, parfois d’une main de fer, une équipe de journalistes aux fonctions de plus en plus spécialisées. Quant à la haute direction des quotidiens, elle prend la forme à Paris et dans les grandes villes (au plus tard à partir des années 1850), de sociétés de type capitaliste. En province, par contre, les journaux restent essentiellement des entreprises familiales jusque dans les années 1880.

10En substance, un « milieu journalistique » existe dès la Monarchie de Juillet, même s’il faut attendre le début des années 1860 pour que les dictionnaires acceptent que le terme « journalisme », selon un « néologisme récent », définisse « l’état du journaliste ». On reconnaît de la sorte l’existence d’un groupe social. Mais pas encore celle d’une profession à proprement parler : ainsi, la deuxième édition du Dictionnaire des professions d’Édouard Charton (1851) au terme « journaliste » renvoie à l’entrée « homme de lettres ».12

11La condition des rédacteurs souffre aussi d’être aux ordres du pouvoir dans un pays qui ignore la liberté de la presse jusqu’en 1881. Les pressions du politique sur le journalisme d’opinion atteignent des sommets sous le Second Empire, soit au moment où la presse quotidienne devient une puissance industrielle. Ainsi les décrets de 1852 ressuscitent « l’autorisation préalable » du gouvernement sans laquelle il est interdit de fonder un journal traitant de questions politiques ou d’économie sociale. Dans la foulée, ils établissent « l’avertissement » qui, sur simple décision ministérielle, autorise la suspension de parution (pendant deux mois). Ces lois défendent également de rendre compte des procès de presse, des débats du Corps législatif et du Sénat autrement que par la publication des procès-verbaux des séances

12En somme, le métier d’écrire au quotidien est alors plus que jamais sous conditions et l’autocensure devient une de ses contraintes majeures.13

13Mais appartenir à une rédaction garantit des appointements fixes qui, sans être mirobolants et malgré la précarité de l’emploi, acquièrent un pouvoir d’attraction de plus en plus fort. Rappelons, de surcroît, que le « métier » n’exige aucun diplôme. Au début des années 1860, un journaliste parisien peut gagner 3000 francs par an, soit l’équivalent du traitement moyen d’un instituteur dans une grande ville (1200 francs en plus du logement). Dès les années 1830, toutefois, des auteurs de romans-feuilletons négocient leur prose jusqu’à 100 000 francs (Ponson du Terrail, Eugène Sue…). C’est cependant à partir des années 1880 que l’attractivité des traitements devient la plus nette. Les salaires varient toujours en fonction de la notoriété du journaliste, de la fonction occupée, de la taille, de la périodicité du journal et selon qu’il paraisse à Paris ou en province. Mais ils augmentent de façon générale. A côté de rares « vedettes » (Emile Zola touche 1000 francs par mois au Figaro pendant l’Affaire Dreyfus), un rédacteur parlementaire empoche désormais entre 2 et 600 francs par mois, contre 300 à 1000 pour un secrétaire de rédaction. Lorsqu’un chroniqueur parisien gagne 7 à 800 francs par mois, il a alors des revenus équivalents à ceux de l’élite des agrégés de l’enseignement secondaire. Quant aux directeurs et aux administrateurs de quotidiens, ils perçoivent des intérêts en plus de leur salaire. 14

14En contrepartie, le métier nécessite de plus en plus de savoir-faire et devient toujours plus chronophage. Car aux développements de la « librairie industrielle » succède, à partir des années 1870 au plus tard, l’ère du « journalisme d’information » caractérisée par la rapidité. Rapidité du transport de l’information d’abord que permettent désormais 40 000 km de lignes télégraphiques reliant Paris à la province et la France au monde ainsi que plus de 10 000 kilomètres de voies ferrées. Les régions françaises sont désormais désenclavées alors que Paris est porté au rang de centre « névralgique » de réception et de (re)diffusion des nouvelles. Rapidité du traitement de l’information, ensuite, dans une logique de plus en plus concurrentielle. A la fin de la période envisagée, au niveau international, la presse périodique française occupe la deuxième place « derrière la presse américaine ». De façon générale, le journalisme constitue « l'un des secteurs les plus dynamiques dans tous les grands pays industriels ».15 

15Dans le même temps, une massification du lectorat se produit, principalement en raison des progrès de l’instruction. Dans la capitale, entre 1870 et 1910, les tirages passent de 1 à plus de 5, 5 millions d’exemplaires par jour. Quatre « grands » titres (de diffusion nationale) se distinguent, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Matin, Le Journal, qui contrôlent à eux seuls les trois quarts du marché avec plus d’un million d’exemplaires chacun. Les tirages de la province croissent à leur tour de 700 000 à 4000 000 d’exemplaires quotidiens au cours de la période évoquée. En l’occurrence, le lien entre progrès techniques et développements de la presse - qui n’échappe pas aux contemporains16 - joue à nouveau un rôle clé : seule l’acquisition de linotypes et de rotatives permet de composer et d’imprimer autant d’exemplaires dans les délais impartis.

2. Nouveau métier, nouveaux journalistes

16Avec les années 1880, le « journal » devient un « objet de consommation courante », vendu à l’unité (et non plus par abonnement) et à prix modique. A cette date, la plupart des quotidiens coûtent en effet un sou.17 C’en est fini du « journalisme doctrinaire » remarque un contemporain ajoutant que l'homme de lettres qui conserverait le « prurit d’écrire…serait même une « plaie pour sa rédaction ».18 Il faut adapter sa prose au grand public, plaire aux masses. Pour ce faire, de nouvelles rubriques apparaissent : articles sportifs ou destinés aux femmes et aux enfants alors que s’impose le traitement « sensationnaliste » du fait divers.

17Or, pour échapper au cautionnement et aux avertissements (soit pour contourner les interdits politiques du Second Empire), un journalisme qui accordait la primeur aux actualités littéraires et artistiques s’était développé. Venu de la « petite presse » parisienne – mais copié en province-, adorateur du « beau style », il avait généré un milieu de bohèmes des boulevards haussmanniens, de chroniqueurs à l’origine de pages « bavarde(s), fureteu(ses)… légères jusqu’à la puérilité ».19 A l’image de leurs confrères commentateurs politiques, ceux-ci vont estimer qu’un journaliste « de bonne roche » doit pouvoir « écrire, au courant de la plume, l'article quel qu'il fût qui lui était commandé». En somme, à leurs yeux, la qualité du contenu de « l’information » importe moins que celle du style de son auteur. Et cette mise en forme littéraire, comme dans le cas des articles de polémistes, doit tenir davantage du savoir livresque que de l’enquête de terrain.20

18Les « nouveaux journalistes » des années 1880 mettent à mal cette conception du métier. Ni commentateurs à leurs pupitres de travail ni chroniqueurs de salons, ils posent en reporters. Il est désormais question d’arpenter l’espace public, d’entrer – y compris par effraction – dans les alcôves privées. Il s’agit de dénicher le scoop avant les confrères ; le détail inédit et ignoré des agences de presse devenues incontournables. Ainsi les « enquêtes » commencent à conduire au-delà des 20 arrondissements de la capitale voire en dehors de la France. Il faut « investiguer » sur les lieux de l’événement.21 Jusqu’alors, spécialement pour les bohèmes, c’était à Paris, « capitale du monde civilisé », « Babylone moderne » de tous les exotismes, qu’il fallait être, notamment dans ses cafés en compagnie des peintres et des écrivains.22

19Avant 1914, la salle de rédaction avec sa table commune reste toutefois le lot de la plupart des rédacteurs. Mais « l’attrait des reportages » commence à susciter des vocations.23 A partir de la Belle Époque, le statut de « reporter » acquiert en effet une forte valeur symbolique. Il est également célébré par des romanciers tels Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Pierre Souvestre et Marcel Allain, eux-mêmes issus du reportage et venus à la littérature grâce à lui.24 Le « nouveau métier » peut aussi conduire à la notoriété sans devoir quitter le journalisme, entre autres, grâce à la pratique de l’interview qui favorise la médiatisation… du médiateur dorénavant mis en scène dans le compte rendu de l’information.

20Mais lorsqu’en 1892, moqueur, Eugène Dubief décrit « l’interviewer… comme un coup de vent », « habillé à la dernière mode », il insiste également sur son caractère « d’importation étrangère » - soit anglo-saxonne -, à l’image de son confrère le reporter.25 Cette critique figure parmi les reproches essentiels faits au « journalisme moderne ». Dans les années 1860, Edmond Texier observait déjà que The Times se distinguait des quotidiens français par la primauté accordée à « l’information », au récit recoupé. Pour Texier, loin de dénigrer, il y avait là matière à s’inspirer.26 Mais, avec la fin du siècle teintée d’anti-américanisme, les détracteurs vont assimiler le reportage et l’interview au « vulgaire » journalisme états-uniens, digne de Barnum. De fait, l’enquête de presse menée de façon agressive et concurrentielle, en parallèle aux instances policières, existe aux États-Unis dès les années 1840. Derrière cette critique de « l’américanisation » de la presse « nationale » se cache souvent un dénigrement élitaire du journal « pour tous », lisse et sans style à force de vouloir plaire. Voire, chez certains, la peur de la dictature des foules (désormais citoyennes pour leur part masculine) amplifiée par des quotidiens de masse et sans entrave politique.27 

21Les tenants du « nouveau journalisme » se défendent d’avoir abandonné le style au profit du fait brut. Ils insistent au contraire sur l’apport français en la matière, à l’origine d’un reportage littérarisé. Des études récentes ont montré les liens réels entre journalisme de reportage et émergence d’un genre littéraire nourri de cette pratique.28 Une enquête (on notera au passage la terminologie adoptée) publiée en 1902 dans la Revue bleue sur « l’opinion européenne au sujet de la Presse française » illustre l’assertion. Des collègues étrangers interviewés (idem…) déplorent en effet, « l’information incomplète et défectueuse », surtout sur les questions internationales, des journaux français, Anciens comme Modernes. Avant, unanimes, de saluer la « littérature, l’art…» déployés dans leurs colonnes, en particulier par rapport aux Américains, ces « maîtres en reportage… qui laissent mourir le style d’inanition ».29

22Autre contestation majeure, qui s’ajoute au reproche déjà ancien de commercialisation des contenus des journaux30, celle des modes de gestion capitalistes des quotidiens constitués en entreprises au service de leurs actionnaires plutôt que de l’intérêt général.31 Les scandales financiers de la fin du siècle, et notamment celui de Panama, font pleuvoir les accusations d’affairisme. La presse « d’avant », peut-on lire, était certes plus chère et moins répandue, mais elle émanait d’hommes de plumes et non d’industriels vénaux.32 Sans nier les collusions établies entre journalistes (patrons de presse comme rédacteurs, personnellement enrichis) et hommes d’affaires, Patrick Eveno a démontré combien il fallait relativiser ces accusations. La florissante presse de masse, les grands quotidiens de province et même les journaux de prestige ont eu, au final, le moins besoin de la publicité des annonces pour vivre. La vénalité a touché davantage les journaux déficitaires, comme le démontrent  les études sur  les entreprises de presse de l’entre-deux-guerres. A titre d’exemple, les « subventions » de la société de Lesseps représentent 0, 5% du chiffre d'affaires (ou encore 1,7% de la marge commerciale) du Petit Journal, quotidien le plus arrosé dans cette Affaire et cependant… hostile au canal ! 33 En substance, le journalisme d’après 1870 s’apparente de plus en plus à une activité capitaliste qui attire les financiers ; à un métier attrayant pour des jeunes en quête de réussite sociale. Mais, pour autant, il ne faudrait pas systématiquement confondre les affaires juteuses qui s’y réalisent avec des pratiques malhonnêtes !

23En vérité, l’écriture massifiée a surtout favorisé le « suivisme » en matière d’opinion. Plaire au lecteur-consommateur, au public roi, c’est ne jamais prendre à rebrousse-poil. Dans sa définition complète, la massification signifie d’ailleurs « l’adaptation de quelque chose au grand nombre par suppression des caractères différenciés ». Parfois même, les reporters ont favorisé le sensationnalisme et le sentiment d’insécurité afin de mieux vendre leur prose. Comme l’écrit Dominique Kalifa à propos des faits-divers, publiés sur de pleines pages désormais illustrées en « ce tournant de siècle », « crime et délinquance ne sont… pas, loin s’en faut, des préoccupations nouvelles … Mais, sous la convergence inédite d’une presse de masse et d’une démocratie parlementaire » ils ont dès lors été « désignés comme l’un des risques majeurs de la Cité » alimentant « des discours obsessionnels, dont le paroxysme est atteint dans les années d’immédiat avant-guerre ».34

24La massification de la presse génère logiquement celle des milieux journalistiques. Sans compter les collaborateurs non attachés à la rédaction, une dizaine de journalistes suffisent pour confectionner un quotidien sous le Second Empire. Il en faut, le plus souvent, une vingtaine dans les années 1880-1890. Quant aux 4 « grands », vers 1900, ils emploient de 50 à 150 rédacteurs sur un total de 750 à 800 employés et ouvriers (dans le cas du Matin et du Petit Journal). En province, après 1885, de grands journaux régionaux s’imposent à leur tour sur ce modèle « industriel », employant pour leur part entre 15 et 40 journalistes.

3. Un esprit corporatiste avant tout

25A l’échelle du pays, on compte entre 1950 et 2000 « écrivains de presse » en 1885. Dix ans plus tard, on dénombre 5 400 « journalistes » (dont 2800 à Paris et 2600 en Province). Les chiffres se stabilisent par la suite autour de 6000 personnes (56 % à Paris et 44 % en province). Ainsi, en moins de trente ans, le nombre de journalistes en activité est-il multiplié par trois. Comme dans le même temps –surtout après 1890 – le nombre de quotidiens reste quasiment stationnaire à Paris alors que celui des hebdomadaires politiques diminue en province, il apparaît que la hausse observée concerne avant tout les effectifs des bureaux de rédactions. Par ailleurs, « le nouveau journalisme » se montre plus accessible aux rédacteurs issus de milieux modestes. Des témoignages attestent en effet, grâce à lui, de possibilités d’ascension sociale jusqu’alors inédites. Le métier reste en revanche essentiellement masculin avec, à peine, 3 % de rédactrices avant 1914.35

26Ainsi, au plus tard au début de la 3e République, un « groupe social » s’est constitué, désormais conscientisé et soucieux de la défense de ses intérêts. Les premières Associations professionnelles de journalistes, créées à l’époque, apparaissent comme la concrétisation de ce phénomène.36 Des formes de confraternité existent cependant depuis longtemps. Dès les années 1830, sténographes et rédacteurs parlementaires, entassés dans la tribune de la Chambre, montrent des formes de solidarité voire de complicité dans le travail malgré, rappellent des observateurs amusés, les oppositions radicales entre les quotidiens qui les emploient.37

27C’est cependant un véritable mouvement de dimension internationale qui voit le jour avec les années 1880. Il engendre de nombreux Congrès annuels entre 1894 et 1914, accueillant dans les principales villes d’Europe les représentants d’une septantaine d’Associations (fortes au total d’environ 10 000 membres) venus d’une vingtaine de pays.38

28Le discours sur les dangers d’une « fonctionnarisation » du métier persiste. Il exprime le refus de l’assimilation aux employés, perçue comme une perte de prestige, un retrait du champ « intellectuel ». Mais cette crainte émane surtout des ténors du métier. Pour les armées de rédacteurs anonymes et de « tâcherons » l’idée d’un « syndicat professionnel » est, au contraire, la garantie d’une assistance en cas de maladie, de pensions de vieillesse, pour les veuves et les orphelins… Le succès est d’ailleurs tel que plusieurs Associations vont bientôt créer un numerus clausus parmi leurs membres titulaires afin de conserver les moyens de donner suite aux demandes d’aide.

29Ces premiers groupes de journalistes, qui assemblent directeurs, rédacteurs en chefs et rédacteurs attitrés, font preuve d’un esprit de corporation. L’Association de la presse républicaine départementale APRD (par la suite Association et syndicat de la presse républicaine départementale (ASPRD)), implantée dans toutes les régions, est le premier d’entre eux, né en 1879, suivi de près (en 1881) par l’Association syndicale professionnelle des journalistes républicains (ASPJRF). L’ASPJRF, nettement plus à gauche que l’APRD, compte des anciens Communards parmi ses adhérents. D’autres regroupements apparaissent ensuite (Association de la presse monarchique et catholique des Départements (APMCD), Association de la Presse départementale plébiscitaire (APDP)) qui, toutes, se fondent sur des critères d’appartenance idéologiques (politiques ou spirituels). Les groupes républicains dominent, comme c’est d’ailleurs le plus souvent le cas en France jusqu’à la fin des années 1880 en matière de syndicats et d’Associations. Mais nombre d’adhérents aimeraient, dès cette époque, que la solidarité professionnelle l’emporte sur les divergences idéologiques. Cette volonté de « neutralité » se marque nettement à partir des années 1890 : sur les 82 Associations répertoriées en 1910, 44 se présentent comme « spécialisées » selon les différents « métiers » du journalisme. La logique qui prévaut demeure corporatiste : il s’agit de défendre son « territoire professionnel ». Ainsi de l’Association générale des Nouvellistes parisiens, composée de « reporters » de la capitale qui, en plus de proposer divers secours immédiats à ses membres (en cas de chômage ou de maladie notamment), cherche à leur obtenir des avantages professionnels. Elle offre à ses adhérents, entre autres, un insigne reconnu par le préfet de police qui facilite l’accès sur les lieux d’un événement.

30La mise sur pied du Comité général des Association de la presse française (CGAPF) va également dans le sens de l’idée dominante d’une constitution de fédération professionnelle « neutre » à l’échelle nationale. Institué momentanément en 1889 à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, le CGAPF dispose d’une existence statutaire en 1899.39 Il regroupe six des principales Associations de journalistes de l’époque : quatre groupements républicains, un monarchique et un bonapartiste. Dans l’esprit des fondateurs, il s’agit de se positionner de façon visible comme les représentants d’une profession, la « presse française », auprès du pouvoir politique républicain. Celui-ci tient d’ailleurs à ménager ces délégués d’un quatrième pouvoir désormais inévitable. Et les plus éminents représentants de la Nation– souvent eux-mêmes anciens journalistes…- de se presser à l’occasion des banquets annuels des Associations les plus importantes (surtout celles favorables au régime).40

31Autour de 1900, les enjeux de pouvoir internes aux Associations se déplacent de l’idéologique au « géographique » selon une ligne de démarcation départageant Paris et la Province. La création des grands quotidiens régionaux, rendue possible à nouveau par les progrès techniques, explique largement ce repositionnement stratégique. Ces journaux, qui donnent plus de « poids » à la presse départementale, développent des pratiques journalistiques (notamment le reportage local au sein d’éditions « départementales ») distinctes de celles de leurs confrères parisiens. A leur tour publications de masse, ils disposent du capital nécessaire pour ouvrir et entretenir des « bureaux parisiens ». Des Associations régionales se multiplient de façon concomitante, également sur le modèle des sociétés de secours: elles sont 8 en 1890 contre 26 en 1910 dont 19 sans critère politique. 41

32Dès lors, à la demande de regroupements de ce type qui s’estiment défavorisés ou sous-représentés, le GCAPF va-t-il régulièrement intervenir auprès des pouvoirs publics. Notons que la composition du CGAPF illustre elle-même (outre la domination écrasante de l’élément républicain) la prépondérance des hommes de presse de la capitale.42 En 1906, à titre d’exemple, il s’agit d’offrir plus que la « place modeste » consentie aux « correspondants des journaux des départements » à la Tribune de la presse des Chambres. Car, précise-t-on dans la requête émanant de l’ASPRD, « les journaux de province ont pris… une importance considérable. Le télégraphe et le téléphone, en supprimant les distances, les ont mis dans l’obligation d’avoir, en grand nombre, des rédacteurs spéciaux au Palais Bourbon et au Luxembourg ». Par la même occasion, l’association – dont le siège est d’ailleurs parisien – sollicite l’ouverture de « la Tribune des rédacteurs en chef » à ses adhérents. Cette dernière était jusqu’alors réservée aux représentants des quotidiens de la capitale voire, le plus souvent, à ceux du puissant Syndicat (patronal) de la Presse parisienne (SPP).43En 1907, c’est à nouveau l’ASPRD qui demande l’arbitrage du CGAPF pour régler un différend avec un quotidien de la capitale qu’elle accuse de concurrence déloyale. Celui-ci a en effet obtenu un train de nuit dédoublé – dit « train de pénétration » -, pour desservir plusieurs Départements au plus tôt. La plaignante obtient gain de cause, non sans avoir contacté jusqu’au président du Conseil. D’autres affaires de ce type vont toutefois se présenter par la suite.44

33En revanche, l’esprit corporatiste (la « grande famille de la presse »), qui assemble patrons et employés au sein des associations, éloigne le plus souvent les discussions sur les questions qui fâchent. Notamment en matière de salaires... Le nombre de places réservées aux délégués du SPP au sein du CGAPF (10/28), malgré son faible nombre de membres (64 en 1912), est révélateur d’une forme d’emprise patronale sur les groupes de journalistes. De même que la présidence ex officio qui lui est accordée. C’est que la plupart de ses adhérents, à la fois directeurs de grands journaux et hommes politiques, peuvent user de leur influence auprès du Gouvernement afin d’obtenir des mesures favorables aux journalistes. En cas de conflits sociaux, les Associations jouent également la carte de la conciliation à l’aide de Tribunaux d’arbitrage constitués sur base du consentement préalable des parties.

34Au final, la dimension «revendicative » à proprement parler des regroupements professionnels de journalistes, malgré de premières avancées, prend véritablement corps en 1918 avec la naissance du Syndicat des journalistes, futur Syndicat national des Journalistes. Nombre des exigences exprimées avant 1914 n’aboutissent, par ailleurs, que dans l’entre-deux-guerres : le repos hebdomadaire (1925), la retraite (1927) et la convention collective (1937).

35Au terme de la période évoquée une question reste toutefois en suspens : celle du statut des professionnels qui composent ce métier en gésine. Les règlements fondateurs des Associations ne proposent en effet qu’une définition en creux, excluant les « amateurs » et « les littérateurs » de la presse « périodique ». De la sorte, ils n’acceptent en leurs rangs que des journalistes de la presse quotidienne et, précisent-ils, rémunérés de façon principale depuis 3 à 5 années consécutives. Par la loi de 1935 sur le statut professionnel du journaliste, le législateur ne sera guère plus précis.

36En somme, les prémices d’une professionnalisation des milieux de journalistes, en voie de massification, sont indéniables au cours du 19e siècle. Elles sont la conséquence de l’autonomisation du champ journalistique, né du domaine littéraire et avec lequel les échanges féconds se poursuivent. Cette évolution, où facteurs économiques et progrès techniques occupent une place majeure, a aussi des effets concrets sur les pratiques stylistiques de l’écriture au quotidien qui ont dû s’adapter à un lectorat lui-même massifié.

Haut de page

Bibliographie

Biographie des journalistes de Paris et de la province, 1841, Paris, Jules Laisné, Véro-Dodat.

Boucharenc M., Deluche J., 2001, Littérature et reportage, Colloque international de Limoges, PULIM.

Boucharenc M., Giffard P., 2004, « Le Sieur de Va-Partout, un premier manifeste de la littérature de reportage » , Thérenty M.E., Vaillant A.(dir.), Presse et plumes, journalisme et littérature au 19e siècle, Paris, Nouveau Monde, pp. 511-521.

Castille H., 1858, Les journaux et les journalistes sous le règne de Louis-Philippe, Paris, Ferdinand Sartorius.

Chanel A., 1995, Anvers 1894, Premier Congrès international de la presse. Naissance d’une profession, Strasbourg, Alphacom-CUEJ.

Claris E., 1958, Souvenirs de soixante ans de journalisme, 1895-1955, Paris, J. Millas-Martin.

Balzac H. de, 1965, Monographie de la presse parisienne, (précédée de l’Histoire véridique du canard par Gérard de Nerval), Paris, JJ. Pauvert.

Chambure A. de, 1914, A Travers la presse, Paris, Th. Fert, Albouy.

Delporte C., 1998, « Presse et culture de masse en France (1880-1914) », Revue historique, t. CCXCVIII/1, pp. 93-121.

Delporte C., 1999, Les Journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil

Delporte C., Palmer M., Ruellan D. (dir.), 2001, Presse à scandale, scandale de presse, Paris, L’Harmattan.

Dubief E., 1892, Le Journalisme, Paris, Hachette.

Eveno P., 2003, L'argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, CTHS.

Ferenczi T., L'invention du journalisme en France, 1996, Paris, Payot.

Feyel G., 1999, La presse en France des origines à 1944, histoire politique et matérielle, Paris, Ellipse.

Frémy A., 1866, La Révolution du journalisme, Paris, Librairie centrale.

Helsey E., 1955, Envoyé spécial, Paris, Fayard. 

Jamati V., 1906, Pour devenir journaliste. Comment se rédige un journal ? Paris, J. Victorion.

Jeanneney J.-N., 2004, Le duel, une passion française (1789-1914), Paris, Seuil.

Kalifa D., 1995, L'encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Epoque, Paris, Fayard.

Lajeune-Vilar A., 1895, Les Coulisses de la presse, Mœurs et chantages du journalisme, Paris, A. Charles.

Lauzanne S., 1925, Sa Majesté la Presse, Paris, Fayard.

Martin M., 1981, « Journalistes parisiens et notoriété vers 1830-1870. Pour une histoire sociale du journalisme », Revue historique, n°589, t. CCLXVI, pp. 31-74

Martin M., 2002, La presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard.

Meyer A., 1911, Ce que mes yeux ont vu, Paris, Plon.

La Presse selon le 19e siècle, 1997, R. Bautier, E. Cazenave, M. Palmer (éd.), Paris, U Paris III-XIII.

Raisson H., 1829, Code du littérateur et du journaliste, par un entrepreneur littéraire, Paris, L’Huillier.

Rossignol L., 1865, Nos petits journalistes, Paris, Gosselin.

Saminadayar-Perrin C., 2007, Les discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836–1885), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne. 

Texier E., 1868, Physionomies parisiennes. Le Journal et le Journaliste, Paris, Le Chevalier.

Thérenty M.E., 2003, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman (1829-1936), Paris, Champion.

Vaillant A., Thérenty M.E., 2001, 1836, l’An 1 de l’ère médiatique, étude littéraire et historique du journal La Presse d’Emile de Girardin, Paris, Nouveau Monde.

Van den Dungen P., 2005, Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828-1914), Bruxelles, Palais des Académies.

Haut de page

Notes

1 P. Van den Dungen, Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828-1914), Bruxelles, Palais des Académies, 2005 et P. Van den Dungen, « Organisation des rédactions, évolutions et professionnalisation du métier de journaliste », La Civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914), Ouvrage collectif publié sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, à paraître en 2009.
2 C. Saminadayar-Perrin, Les discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836–1885), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.
3 J-N. Jeanneney, Le duel, une passion française (1789-1914), Paris, Seuil, 2004.
4 (H. Raisson), Code du littérateur et du journaliste, par un entrepreneur littéraire, Paris, L’Huillier, 1829, p. IV et pp. 16-18.
5 H. de Balzac, Monographie de la presse parisienne, (précédée de l’histoire véridique du canard par Gérard de Nerval), Paris, JJ. Pauvert, 1965, p. 35.
6 A. Frémy, La Révolution du journalisme, Paris, Librairie centrale, 1866, pp. 91-118.
7 A. Vaillant, M.E Thérenty, 1836, l’An 1 de l’ère médiatique, étude littéraire et historique du journal La Presse d’Emile de Girardin, Paris, Nouveau Monde, 2001, p. 42 et 87.
8 G. Feyel, La presse en France des origines à 1944, histoire politique et matérielle, Paris, Ellipse, 1999, p. 103 et suivantes
9 H. Castille, Les journaux et les journalistes sous le règne de Louis-Philippe, Paris, Ferdinand Sartorius, 1858.
10 Outre le projet Civilisation du Journal déjà mentionné, voir : M.E. Thérenty, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman (1829-1936), Paris, Champion, 2003.
11 M. Martin, « Journalistes parisiens et notoriété vers 1830-1870. Pour une histoire sociale du journalisme », Revue historique, n°589, t. CCLXVI, 1981, pp. 31-74, p. 56-60.
12 Th. Ferenczi, L'invention du journalisme en France, Paris, Payot, 1996, p. 53 et suivantes et G. Feyel, La presse en France, op. cit. p. 127-13.
13 Nous détaillons largement ce point dans P. Van den Dungen, « Organisation des rédactions… », op. cit., à paraître en 2009
14 Chr. Delporte, Les Journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999, p. 99 et 117-118 notamment.
15 F. Barbier, C. Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à internet, Paris, A. Colin, 2003, p. 82.
16 H. Avenel, La Presse française au 20e siècle, Opinions sur l’avenir de la presse, Paris, E. Flammarion, 1901, p. 15 et suivantes.
17 P Van den Dungen, « Organisation des rédactions… », op. cit., à paraître en 2009 et Chr. Delporte, « Presse et culture de masse en France (1880-1914) », Revue historique, t. CCXCVIII/1, 1998, pp. 93-121.
18 A de Chambure, A Travers la presse, Paris, Th. Fert, Abouy, 1914, p. 101 et 412.
19 E. Texier, Physionomies parisiennes. Le Journal et le Journaliste, Paris, Le Chevalier, 1868, pp. 84-89.
20 A. Meyer, Ce que mes yeux ont vu, Paris, Plon, 1911, p. 173, pp. 205-206. A propos du journaliste Jules Maurel (dans la Biographie des journalistes de Paris et de la province, Paris, Jules Laisné, Véro-Dodat, 1841) : voilà un « vrai journaliste », davantage dans ses livres que sur le terrain et capable de « tartiner » sur tous les sujets.
21 S. Lauzanne, Sa Majesté la Presse, Paris, Fayard, 1925 décrit les « anciens journalistes » - ceux d’avant 1914-1918 -, à l’exception de quelques grands reporters et des correspondants de guerre, comme de sédentaires, n’ayant pour la plupart jamais quitté la France.
22 L. Rossignol, Nos petits journalistes, Paris, Gosselin, 1865, p. 41 et 82.
23 Ed. Claris, Souvenirs de soixante ans de journalisme, 1895-1955, Paris, J. Millas-Martin, 1958.
24 M. Boucharenc, « Pierre Giffard, Le Sieur de Va-Partout, un premier manifeste de la littérature de reportage », M.E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), Presse et plumes, journalisme et littérature au XIXème siècle, Paris, Nouveau Monde, 2004, pp. 511-521.
25 E. Dubief, Le Journalisme, Paris, Hachette, 1892, p. 95.
26 E. Texier, Physionomies parisiennes, op. cit., p. 113.
27 S. Guillerm, « Regards français sur le journalisme en Amérique (1880-1900), La Presse selon le XIXème siècle, R. Bautier, E. Cazenave, M. Palmer (éd.), Paris, U Paris III-XIII, 1997, pp. 62-71.
28 Voir notamment M. Boucharenc, J. Deluche, Littérature et reportage, Colloque international de Limoges, PULIM, 2001.
29 V. Jamati, Pour devenir journaliste. Comment se rédige un journal ? Paris, J. Victorion, 1906, pp. 22-23.
30 Nous entendons par « commercialisation » du contenu des journaux, le développement considérable des rubriques payantes (annonces, faits divers…) et des publireportages en plus des traditionnelles pages réservées aux réclames (P. Van den Dungen, Milieux de presse… pp. 63-108).
31 Voir Chr. Delporte, M. Palmer, D. Ruellan (dir.), Presse à scandale, scandale de presse, Paris, L’Harmattan, 2001 et notamment I. Viller-Hamon, « Presse et finance : des affaires fructueuses », pp. 113-122.
32 A. Lajeune-Vilar, Les Coulisses de la presse, Mœurs et chantages du journalisme, Paris, A. Charles, 1895, pp. 20-21.
33 P. Eveno, L'argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, CTHS, 2003, p. 34-36.
34 D. Kalifa, L'encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Epoque, Paris, Fayard, 1995, p. 235.
35 P. Van den Dungen, « Organisation des rédactions », op. cit. et E. Helsey, Envoyé spécial, Paris, Fayard, 1955 : Originaire d’une famille modeste ayant tôt connu les huissiers, mais proche des milieux de presse (son père est prote et metteur en page dans des imprimeries de journaux), Helsey se dit sans « aptitude spécialisée, sans éducation technique ». Il essaie 36 métiers avant de découvrir, à 18 ans, sa « vocation » : le journalisme.
36 Cette dernière partie repose largement sur l’analyse du Fonds Syndicats et Associations de Journalistes (FSAJ) entreposé à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine).
37 H. Raisson, Code du littérateur et du journaliste, op.cit., p. 151.
38 Nous avons largement abordé ce mouvement international qui doit d’ailleurs beaucoup à des initiatives belges dans P. Van den Dungen, Milieux de presse, op. cit., pp. 395-433. Voir aussi : A. Chanel, Anvers 1894, Premier Congrès international de la presse. Naissance d’une profession, Strasbourg, Alphacom-CUEJ, 1995 et G. Feyel, « Aux origines de l’identité professionnelle des journalistes : Les congrès internationaux des Associations de la presse (1894-1914), La Presse selon le XIXème siècle, op. cit., pp. 139-162.
39 IMEC, FSAJ, S05C01B01D04, Paris, 12-01 1900, Rapport du Secrétaire général, Exercice 1899.
40 Au banquet de l’ASPJRF en 1913 assistent le Président du Sénat, des ministres, le Gouverneur de la Banque de France, de nombreux préfets… (IMEC, FSAJ, S01 c12B10 1910-1913, Annuaire 1913, 33e année, Paris : p. 67.).
41 M. Martin, La presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, pp. 153 et suivantes, p. 199.
42 IMEC, FSAJ, S05C12B04, Annuaire du CGAPF et S05 C01 B01 D 04.
43 IMEC, FSAJ, S01 C03 B01 D02, P.V. Réunions du comité, 1904-1914
44 IMEC, FSAJ, S05C12B04, Annuaire du CGAPF, S01C03B01D02, PV des Réunions du Comité, ASPRDF.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Van den Dungen, « Ecrivains du quotidien : Journalistes et journalisme en France au XIXème siècle », Semen [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 février 2009, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://semen.revues.org/8108

Haut de page

Auteur

Pierre Van den Dungen

Université Libre de Bruxelles (ULB)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page