Navigation – Plan du site

Métrique et variations dans Hier régnant désert d'Yves Bonnefoy

Jean-Michel Gouvard

Résumés

Métrique et variations dans Hier régnant désert d'Yves Bonnefoy : Les vers composés de Hier régnant désert commencent huit fois sur dix par un hémistiche de six syllabes et, six fois sur dix, ils constituent un alexandrin classique, avec une coupe médiane. Mais le 6-6 alterne aléatoirement avec des vers qui comptent entre dix et douze syllabes, et qui instancient des scansions 4-6, 6-4, 6-5 et 4-4-4, auxquels se mêlent ponctuellement des vers présentant des hémistiches de 5, 7 ou 8 syllabes. Cette diversité est suffisante pour faire en sorte que la forme actualisée dans un vers ne soit pas toujours identifiable, mais elle ne l'est pas assez pour ôter l'impression qu'un principe structurant est à l'oeuvre. Le vers de Hier régnant désert se définit donc comme une suite de variations, à partir de quelques unités métriques librement combinées d'un vers à l'autre, à mi-chemin entre la poésie versifiée et le vers dit « libre ».

Haut de page

Texte intégral

1. Description générale du recueil

1Hier régnant désert regroupe 56 poèmes qui totalisent 565 vers. On dénombre 78 vers simples, soit 13,8 % du corpus d'étude. Les plus représentés sont les heptasyllabes, avec 31 occurrences (soit près de 40 % des vers simples), suivis par les hexasyllabes, avec 22 occurrences (soit près de 30 %), puis les quadrisyllabes, avec 15 occurrences (un peu moins de 20 %). On ne compte que 9 octosyllabes (soit environ 10 % des vers simples) et un seul pentasyllabe. La préférence pour les longueurs de 7, 6 et 4 syllabes, au détriment du traditionnel octosyllabe, peut s'interpréter comme un indice du caractère contemporain du recueil.

2Les vers composés sont au nombre de 487, soit 86,2 % du corpus d'étude. Leur métrique sera détaillée ci-après.

3Les vers simples et composés apparaissent le plus souvent en combinaison libre dans une même pièce, sans systématique. Ils comportent rarement des rimes ou un quelconque réseau phonétique autorisant l'appariement des vers. Toutefois, un nombre significatif de poèmes sont composés de strophes typographiques, c'est-à-dire de groupes de n vers démarqués les uns des autres par un blanc, sans que des rimes assurent la cohésion de chaque ensemble (sur la notion de « strophe typographique », voir Gouvard 1999 et 2002). Les tercets et les quatrains sont les regroupements les plus fréquents, et plusieurs poèmes combinent ces deux formes pour imiter l'aspect d'un sonnet. Dans la suite de cette étude, toute mention d'une strophe sous-entendra qu'elle est « typographique » et non pas « métrique ».

4Le poème bonnefoysien typique est donc composé d'une dizaine de vers aux mètres changeants et imprévisibles, regroupés en ensembles qui, le plus souvent, n'ont pas d'autre existence que typographique.

5Malgré cette caractéristique, le recueil n'en présente pas moins des vers césurés, parfaitement perceptibles comme tels, et non pas des vers libres. C'est à préciser les formes et le fonctionnement de cette métrique que la suite de cette étude va s'attacher.

2. Métrique de l'alexandrin

2.1. Mètre 6-6

6Sur 56 poèmes, Hier régnant désert ne compte que sept pièces monométriques, c'est-à-dire composées entièrement dans sur un seul mètre. Sur ces sept textes marginaux, six sont composés en alexandrins « traditionnels », c'est-à-dire pour lesquels la possibilité d'une césure médiane est préservée. Il s'agit de « Menaces du témoin V » (121), « Le bel été » (127), « Une voix » (141), « Toute la nuit » (147), « Que l'oiseau se déchire en sable, disais-tu » (151), et de « Veneranda III » (144), donnée ici in extenso, à titre d'illustration (N.B. : les coupes métriques sont notées par un slash) :

Il vient, et c'est vieillir. / Parce qu'il te regarde,

6-6

Il regarde sa mort / qui se déclare en toi.

6-6

Il aime que ce bien / que tu es le menace,

6-6

Regarde-le dormir / sous tes grands arbres froids.

6-6

Il a confiance, il dort. / Arbre de peu d'alarme

6-6

Soit ton désir anxieux / de ne l'éveiller pas.

6-6

- Arbre où pourtant d'un bond / se fait déjà la flamme,

6-6

Table où le don saisit, / comble, consumera.

6-6

7Cette préférence pour le mètre 6-6 ne transparaît pas seulement dans les quelques pièces monométriques. Sur les 487 vers composés du recueil, 280, soit plus de 58 %, sont des alexandrins susceptibles de recevoir au moins une coupe médiane, et 260 d'entre eux n'admettent aucune autre scansion que celle-ci.

8Sur les 280 occurrences, quasiment toutes présentent une césure traditionnelle, de type « synthétique » ou « masculine » (voir Cornulier 1982, Dominicy 2000), telle qu'illustrée ci-dessus avec « Veneranda III », c'est-à-dire que les deux hémistiches sont clairement dissociés l'un de l'autre, les frontières métrique et syntactico-sémantique étant concordantes.

9Par deux fois, soit une fois sur 140, on rencontre cependant une césure dite « enjambante » (voir Gouvard 1999 et Dominicy 2000 ; les chiffres entre parenthèses renvoient au numéro de page, suivi du numéro de vers) :

Un rectangle de lour/de mort sous le ciel noir.

(133, 3)

Un long chagrin de ri/ve morte, un pont de fer

(133, 9)

10Dans cette configuration, non attestée dans la poésie classique, la post-tonique du mot qui termine le premier hémistiche n'est pas élidée, comme elle l'est par exemple dans « Ici la pierre est seule / et d'âme vaste et grise » (132, 9), et elle coïncide avec la première syllabe numéraire du second hémistiche. Il y a donc discordance entre la frontière métrique, qui suit l'accent de mot, et qui prend place entre les sixième et septième syllabes, et la frontière syntactico-sémantique, qui s'achève avec le mot enjambant, et qui se place donc après la septième syllabe.

11Ces deux alexandrins à césure enjambante apparaissent dans le même poème, « Le Pont de fer », ce qui n'est probablement pas un hasard : le texte évoque un mouvement de translation d'une rive à l'autre, mimétique de celui qu'effectue la poésie vers une obscurité qui est « sa seule mémoire et son seul vrai amour ». Cet élan n'est pas seulement traduit par le texte, mais aussi par le choix de cette césure qui, tout en marquant la coupe qu'elle est censée signifier, réunit les deux hémistiches ou, pour reprendre en la détournant une image du poème, les deux rives de l'alexandrin.

2.2. Mètre 4-4-4

12A côté des 280 alexandrins susceptibles de recevoir (au moins) une scansion 6-6, Hier régnant désert compte 45 dodécasyllabes pour lesquels cette scansion est peu probable (pour plus de détails, consulter Gouvard 2003a). Il s'agit des vers composés qui présentent en sixième position un proclitique, comme :

Un autre espoir / que ce départ / que l'on assure,

(122, 5)

13une préposition, comme :

Elle s'angois/se pour du fer / et de la nuit.

(133, 7)

14une syllabe prétonique de polysyllabe, comme :

Je pense alors / aux processions / de la lumière

(128, 6)

15un adverbe monosyllabique antéposé à sa base, comme :

Et c'est le bleu / le plus éteint / qui soit au monde,

(140, 3)

16un « e » atone, comme :

Il a franchi / toute douleur, / toute mémoire,

(175, 3)

17Sur ces 45 dodécasyllabes, 39 supportent une scansion ternaire de type 4-4-4. Ce mètre, qui a été l'un des tout premiers à se substituer au 6-6, dans les années 1870-1880 (voir Cornulier 1982, Gouvard 2000), devrait constituer pour Yves Bonnefoy un mètre « usuel » de l'alexandrin. Toutefois, son traitement n'est pas identique au 6-6.

18Tout d'abord, d'un point de vue quantitatif, on dénombre un alexandrin ternaire pour 6 à 7 occurrences de binaires.

19Ensuite, comme il a déjà été dit, les quelques pièces monométriques recourent 6 fois sur 7 au 6-6, mais jamais au 4-4-4 (voir, cependant, notre analyse de « L'Oiseau des ruines » au § 2.3).

20Enfin, l'emploi de la césure enjambante est beaucoup plus fréquent pour le ternaire que pour le binaire, où l'on a vu qu'elle n'apparaissait que deux fois, et dans le même poème (voir § 2.1). Ainsi, seulement 20 vers, soit environ un ternaire sur deux, offrent deux coupes quatrième et huitième sans enjambement, comparables à la césure d'un alexandrin binaire « classique » :

Un autre espoir / que ce départ / que l'on assure,

(122, 5)

L'horrible fin / sous la poussée / de ce vent froid.

(125, 2)

Je pense alors / aux processions / de la lumière

(128, 6)

Nulle beauté, / nulle couleur / ne la retiennent,

(133, 6)

La mort venait / avec ses fleurs / haute flétries,

(134, 3)

Je rêvais que / je lui prenais / ce bouquet noir.

(134, 4)

Il y avait / un escalier, / et je rêvais

(134, 9)

Et cri, et nuit, / de toute joie / dépossédée

(136, 4)

Ô piétinée / sur toute route / et traversée,

(136, 6)

Il y avait / que le salut / n'est qu'à ce prix.

(139, 2)

Et c'est le bleu / le plus éteint / qui soit au monde,

(140, 3)

Ortie, ô proue / de ce rivage / où il se brise,

(145, 1)

Auront tourné / sur le jardin / sombre de mers.

(146, 8)

Tout commençait / avec ce chant / d'aube cruelle,

(154, 7)

Il est la terre, / elle l'obscure, / où tu dois vivre,

(156, 1)

Il brûlera. / Mais tu le sais, / en pure perte,

(157, 5)

Toute douceur / toute ironie / se rassemblaient

(159, 1)

Là-bas, parmi / ces roseaux gris / dans la lumière,

(159, 15)

Comme le feu / que tu feras, / comme l'eau pure

(174, 2)

Il a franchi / toute douleur, / toute mémoire,

(175, 3)

215 autres, soit 12,8 %, présentent une coupe quatrième enjambante :

Elle s'angois/se pour du fer / et de la nuit.

(133, 7)

Dans cet espa/ce de nul chien, / et je voyais

(134, 11)

Il le protè/ge de l'angoisse / et de la mort.

(142, 8)

Fais-moi le si/gne de présence, / ô ma servante

(145, 3)

L'oiseau dans l'ar/bre de silence / avait saisi

(153, 3)

2212 autres, soit environ un tiers des ternaires, offrent une coupe huitième enjambante :

Rougeâtre et nue, / où se décla/re le vent mort.

(117, 4)

Un autre chant / que cette eau gri/se dans ton coeur,

(122, 4)

Un corps tomber / parmi des bran/ches. Longue et lente

(128, 3)

Il y a que / la transparen/ce de la flamme

(131, 11)

Il y avait / une étagè/re dans ma chambre.

(134, 5)

Déshonorée, / dite coupa/ble, faite sang

(136, 3)

- Ô déchirée / sur toutes gril/les d'avant l'aube.

(136, 5)

De t'humilier / parmi tes lar/mes de te dire

(136, 9)

La même odeur / terreuse et fa/de de novembre.

(137, 7)

Il est géant, / il partici/pe de la pierre,

(142, 3)

La voix était / d'ironie pu/re dans les arbres,

(154, 1)

Se déchirait / comme une ro/be dans les arbres,

(155, 7)

23Enfin, deux occurrences ont leurs deux césures qui enjambent d'un hémistiche à l'autre :

Le jour se pen/che sur le fleu/ve du passé

(131, 1)

L'oiseau des rui/nes se déga/ge de la mort,

(175, 1)

24On vérifie ainsi que le mètre ternaire, aussi familier qu'il soit devenu au fil des décennies, continue d'être pensé comme un mètre différent du binaire : alors que ce dernier, non seulement dans ce recueil et chez Bonnefoy, mais aussi chez la majorité des poètes contemporains (voir Gouvard 2003b, 2005 et 2006), préserve en général une structure dite « synthétique » dans la typologie de Cornulier 1982, le 4-4-4 continue pour sa part d'être pensé comme une structure dite « analytique » dans le cadre de la même typologie, c'est-à-dire que ses trois membres quadrisyllabiques n'ont pas une autonomie aussi forte que les deux hémistiches du traditionnel 6-6. Bonnefoy associe donc dans sa poésie un dodécasyllabe binaire qui demeure « classique », d'un point de vue formel et culturel, avec un alexandrin ternaire « moderne », plus souple quant aux configurations linguistiques admises pour ses coupes.

25Par ailleurs, il semble significatif que la coupe huitième reçoive une césure enjambante deux fois et demi plus souvent que la coupe quatrième. Ainsi que je l'ai déjà avancé, pour avoir repéré le même phénomène pour la période 1860-1880 (voir Gouvard 2000), le choix d'une coupe non enjambante pour la quatrième position facilite l'aperception de cette coupe qui, contrairement à la huitième, a le handicap de précéder la sixième syllabe. S'il est facile d'aller chercher la coupe huitième, après avoir constaté qu'il était impossible ou peu probable que le poète ait souhaité ménager une coupe sixième, il est plus difficile d'être assuré d'une coupe quatrième – et, donc, d'anticiper le fait que l'on affaire à un ternaire -. Il est par conséquent naturel que les coupes enjambantes soient plus fréquentes après la huitième syllabe qu'après la quatrième, et nous aurons l'occasion de le vérifier encore une fois au paragraphe suivant.

2.3. Les alexandrins ambivalents 6-6/4-4-4

26Si les mètres 6-6 et 4-4-4 renvoient à deux techniques de composition différenciées, 20 dodécasyllabes sont néanmoins susceptibles de recevoir l'une ou l'autre scansion. Qu'ils soient lus comme des 6-6 ou des 4-4-4, 11 d'entre eux ne présentent que des coupes non enjambantes :

a

Tu as marché, tu peux / marcher, plus rien ne change,

(120, 3)

  

Tu as marché /, tu peux marcher /, plus rien ne change,

  

b

Et ce sera parler / au nom d'une lumière

(124, 13)

  

Et ce sera / parler au nom / d'une lumière

  

c

Notre désir pourtant / étant ce corps infirme,

(136, 11)

  

Notre désir / pourtant étant / ce corps infirme,

  

d

Notre pitié ce coeur / menant à toute boue.

(136, 12)

  

Notre pitié / ce coeur menant / à toute boue.

  

e

Et j'ai rompu ce pain / où l'eau lointaine coule.

(138, 13)

  

Et j'ai rompu / ce pain où l'eau / lointaine coule.

  

f

Mais la nier sitôt / connue, l'oublier morte,

(139, 6)

Mais la nier / sitôt connue, / l'oublier morte,

g

Tant il est vrai que rien / ne peut vaincre l'amour.

(156, 8)

  

Tant il est vrai / que rien ne peut / vaincre l'amour.

  

h

Les coups profonds du fer / faisaient presque silence,

(159, 3)

  

Les coups profonds / du fer faisaient / presque silence,

  

i

Le feu se tait, et va / dormir plus bas que feu.

(162, 8)

  

Le feu se tait, / et va dormir / plus bas que feu.

  

j

Très loin, très bas gisait / l'éclair d'un fleuve nul.

(170, 6)

  

Très loin, très bas / gisait l'éclair / d'un fleuve nul.

  

k

Il ne sait plus ce qu'est / demain dans l'éternel.

(175, 4)

  

Il ne sait plus / ce qu'est demain / dans l'éternel.

  

27Au 19e siècle, dans le cadre d'une poésie classique, romantique ou même parnassienne, ces vers ne pourraient être que des 6-6, puisque l'alexandrin binaire était le seul référent culturel. Il n'en va plus de même dans les années 1950, où le 4-4-4 est reconnu comme tel, et où un poète peut donc composer des ternaires sans éprouver le besoin de verrouiller la position sixième pour interdire une scansion binaire.

28De plus, ainsi qu'il a été rappelé au début de cet exposé, tous les poèmes recueillis dans Hier régnant désert où apparaissent des ternaires sont polymétriques. Ils font se succéder des vers de mètres différents sans régularité systémique, et chaque vers composé est en attente d'une scansion relativement « libre ». Même si le mètre 6-6 est le plus employé, rien ne permet d'exclure a priori le 4-4-4.

29Un autre argument technique vient plaider en faveur de cette polyvalence. Sur les 20 occurrences visées, 8 autres présentent, dans leur version 4-4-4, une coupe enjambante, qui est toujours placée sur la huitième syllabe, et jamais sur la quatrième :

l

Tu n'aimes pas le fleuve / aux simples eaux terrestres

(122, 7)

Tu n'aimes pas / le fleuve aux sim/ples eaux terrestres

  

m

Il vieillira. Pays / aux formes nues et dures

(124, 5)

Il vieillira. / Pays aux for/mes nues et dures

  

n

Ainsi noircit au vent / des sables de l'usure

(124, 7)

Ainsi noircit / au vent des sa/bles de l'usure

  

o

...Ainsi le sol était / de marbre dans la salle

(126, 1)

...Ainsi le sol / était de mar/bre dans la salle

  

p

Portaient au loin les voix / des cierges et du soir.

(126, 4)

Portaient au loin / les voix des cier/ges et du soir.

q

La même odeur terreuse / et fade de novembre

(137, 7)

La même odeur / terreuse et fa/de de novembre

  

r

L'enfance est seule, et ceux / qui viennent sont obscurs,

(140, 5)

L'enfance est seule, / et ceux qui vien/nent sont obscurs,

  

s

Et de céder au goût / d'écume de la nuit.

(153, 14)

Et de céder / au goût d'écu/me de la nuit.

  

30Cette distribution rappelle, en plus accentuée, celle observée pour les 4-4-4 non-6-6 (voir le § 2.2), où la coupe huitième admettait une césure enjambante deux fois et demi plus souvent que la quatrième. Cette similitude est un indice de plus pour considérer qu'un certain nombre de ces alexandrins ont bien été pensés comme de possibles ternaires.

31On pourrait également tirer argument de ce que le dernier alexandrin ambivalent qui n'a pas encore été cité :

t

 Un long chagrin de ri/ve morte, un pont de fer

(133, 9)

 Un long chagrin / de rive morte, / un pont de fer

  

32offre une coupe sixième enjambante pour lui préférer la scansion ternaire, vu que l'enjambement à la césure est rarissime pour le 6-6. Toutefois, la proximité de cet alexandrin, dans le même poème, avec le seul autre alexandrin 6-6 à coupe enjambante, invite à plus de prudence, et plaide même en faveur de la coupe médiane, ainsi que nous l'avons déjà suggéré (voir le § 2.1).

33Sur le plan syntaxique, on peut considérer que « sitôt » dans « Mais la nier sitôt connue, l'oublier morte, » (f), « va » en emploi de semi-auxiliaire dans « Le feu se tait, et va dormir plus bas que feu », (i), ou encore « est » en fonction de copule dans « Il ne sait plus ce qu'est demain dans l'éternel », (k), introduisent un heurt de nature prosodique, voire syntaxique, qui ne coïncide pas avec le phrasé plutôt « classique », c'est-à-dire « concordant », que l'on observe dans les alexandrins indiscutablement 6-6 du poète. En revanche, ces vers présentent une meilleure concordance entre leurs frontières métriques et syntaxiques si on les lit comme des ternaires : « Mais la nier / sitôtconnue, / l'oublier morte », etc. La syntaxe et le postulat d'une esthétique de la concordance inviteraient donc à leur préférer une lecture ternaire au détriment du binaire.

34La prise en compte de la pression contextuelle permet aussi de dégager des indices en faveur de l'une ou l'autre scansion. Par exemple, le vers (k), pour lequel on a suggéré qu'une lecture ternaire serait préférable car plus concordante, est aussi le dernier vers de « L'oiseau des ruines », qui vient clore le recueil. Or, ce texte, constitué d'un seul quatrain, est construit presque entièrement sur des segments quadrisyllabiques (pour le vers 2, se reporter aux § 2.4 et 5.1) :

L'oiseau des rui/nes se déga/ge de la mort

4-4-4

Il nidifie / dans la pierre grise au soleil

4- ?

Il a franchi / toute douleur, / toute mémoire,

4-4-4

Il ne sait plus / ce qu'est demain / dans l'éternel.

4-4-4

35Les deux 4-4-4 qui précèdent (k) sont indiscutables, puisqu'ils ne peuvent admettre de coupe après la sixième syllabe, le premier à cause du proclitique sixième « se », le second à cause du « e » post-tonique non élidé de « toute » - et aussi de la nature syntaxique du quantificateur « toute », identique, ici, à celle d'un proclitique. Le contexte d'emploi plaide donc en faveur d'une lecture ternaire, « Il ne sait plus / ce qu'est demain / dans l'éternel », au détriment du 6-6.

36Il en va tout autrement pour le vers (b), « Et ce sera parler au nom d'une lumière », qui apparaît dans le deuxième tercet d'un sonnet, « Rive d'une autre mort II » (124). Si les deux quatrains offrent une métrique relativement mêlée – où domine néanmoins le 6-6 –, les deux tercets sont entièrement composés de 6-6 :

Il se taira. La mort / est moins grave. Il fera

6-6

Dans l'inutilité /d'être les quelques pas

6-6

De l'ombre dont le fer / a déchiré les ailes.

6-6

  

  

Il saura bien mourir / dans la grave lumière

6-6

Et ce sera parler / au nom d'une lumière

6-6

Plus heureuse, établie / dans l'autre monde obscur.

6-6

37La pression contextuelle favorise cette fois une lecture en terme de 6-6 plutôt que de 4-4-4.

38Le plus souvent, toutefois, l'ambivalence demeure, pleine et entière, comme par exemple avec (m) et (n), extraits de « Rive d'une autre mort II », où la polymétrie qui caractérise les vers voisins nous interdit de préférer le 6-6 au 4-4-4 :

Il sera par orgueil / et native tendance

6-6

A n'être que néant, / le chant des morts.

6-4

  

  

Il vieillira. Pays aux formes nues et dures

6-6 ou 4-4-4

Sera l'autre versant / de cette voix.

6-4

Ainsi noircit au vent des sables de l'usure

6-6 ou 4-4-4

La barque retirée / où le flot ne va pas.

6-6

39Dans un cas comme celui-ci, le plus probable est que le poète ait souhaité garder la possiblité des deux scansions, afin de préserver le caractère particulièrement fluctuant du texte, à l'image ici des métamorphoses qu'il prophétise.

40En conclusion, les vers ambivalents constituent un ensemble de vers qui, s'ils ont été regroupés sur un critère de sélection formel (possibilités de coupes quatrième, sixième et huitième), procèdent de différentes stratégies de composition : actualisation d'une scansion 6-6, actualisation d'une scansion 4-4-4, ou recherche d'une réelle ambivalence métrique.

2.4. Reliquat

41Au final, sur les 325 vers de douze syllabes du corpus, 260 peuvent recevoir une coupe sixième, mais pas de coupes quatrième et huitième, 39 deux coupes quatrième et huitième, mais pas de coupe sixième, et 20 sont susceptibles d'admettre aussi bien une coupe sixième que deux coupes quatrième et huitième. Il ne reste donc que 6 alexandrins (soit 1,8 % de l'ensemble des dodécasyllabes) qui ne sont ni 6-6, ni 4-4-4. Deux d'entre eux n'offrent qu'une possibilité de coupe quatrième :

Il y avait / un couloir au fond du jardin,

(134, 1)

Il nidifie / dans la pierre grise au soleil,

(175, 2)

42et les quatre autres seulement huitième :

La menteuse, la pourvoyeu/se du ciel noir,

(136, 10)

La soufferte puis l'oubliée / quand vint la nuit.

(155, 5)

Sur la garde, au point d'espérance / et de lumière.

(158, 5)

Tu es seule dans sa blancheur / vêtue de noir.

(167, 4)

43Il semble cependant difficile d'en faire des instanciations de 4-8 et de 8-4 (voir Cornulier 1981), même si ces mètres ont été employés depuis la fin du 19e siècle (voir Gouvard 2000). Leur nombre est en effet dérisoire, et il est peu probable qu'un lecteur les identifie dans le contexte d'emploi polymétrique de Hier régnant désert. D'un point de vue cognitif, il est aisé de percevoir une identité entre deux hémistiches de six syllabes (cas de l'alexandrin binaire) ou trois hémistiches de quatre syllabes (cas de l'alexandrin ternaire). Hormis la pression culturelle qui joue en faveur de ces mètres, lesquels restent les deux scansions les plus usuelles pour le vers de 12 syllabes durant la période post-classique, l'égalité de leurs constituants en assure en quelque sorte une micro-perception ou perception « locale », par équivalence contextuelle : 6 = 6, ou 4 = 4 = 4. En revanche, une scansion 4-8 ou 8-4 est plus difficile à rendre sensible – et, entre autres, on ne perçoit nullement un écart du simple au double entre des segments de respectivement 4 et 8 syllabes : on perçoit simplement qu'ils ne sont pas égaux.

44Pour des raisons similaires, on ne voit pas ce qui permettrait d'analyser en terme de 7-5 « Il y avait un couloir / au fond du jardin » et « Il nidifie dans la pier/re grise au soleil », ni ce qui autoriserait d'y voir des 4-3-5 (ex. : « Il y avait / un couloir / au fond du jardin »), ou encore de faire des trois candidats au 8-4 cités ci-dessus des 3-5-4 (« La menteu/se, la pourvoyeu/se du ciel noir », etc.).

45Plutôt que de créer des scansions ad hoc, il paraît plus judicieux de voir dans ces alexandrins des vers sans mètre, et de reconsidérer leur analyse en les associant aux quelques autres vers composés amorphes que nous serons conduits à repérer (voir le § 5).

3. Métrique du décasyllabe

3.1. Mètre 5-5

46Le seul poème monométrique qui ne soit pas en alexandrins 6-6, « Tu te coucheras sur la terre simple » (148), est entièrement composé en décasyllabes 5-5 :

Tu te coucheras / sur la terre simple,

De qui tenais-tu / qu'elle t'appartînt ?

  

Du ciel inchangé / l'errante lumière

Recommencera / l'éternel matin.

  

Tu croiras renaître / aux heures profondes

Du feu renoncé, / du feu mal éteint.

  

Mais l'ange viendra / de ses mains de cendre

Etouffer l'ardeur / qui n'a pas de fin.

47Le recours à cette scansion est remarquable, non seulement parce qu'elle est la seule à concurrencer le 6-6 dans les textes monométriques, mais aussi parce qu'elle n'est employée nulle part ailleurs dans le recueil. Culturellement elle est apparentée à la chanson, et elle a été utilisée pour dénoter ce registre par des poètes de la seconde moitié du 19e siècle. Toutefois, rien ne permet de soutenir ici que le choix du 5-5 véhicule une telle intention.

48En revanche, on notera que ce poème est le seul a être composé en distiques, et à présenter une rime en [ɛ̃] récurrente, sur le second vers de chaque regroupement strophique. De même, il est écrit au futur simple, alors que le présent de l'indicatif prédomine dans les pièces qui le précèdent.

49On peut donc supposer que le choix du mètre 5-5 vient s'ajouter à ces indicateurs, et qu'il vise, tout comme eux, à singulariser ce texte au sein du recueil ou, pour le moins, en regard des autres poèmes de la deuxième partie, « Le Visage mortel », dont « Tu te coucheras sur la terre simple » constitue l'avant-dernière pièce. (En anticipant sur la suite, on signalera que le poème qui suit, « La Mémoire », et qui vient clore ce second volet, présente également des propriétés formelles remarquables ; voir le § 5.1.)

3.2. Mètres 4-6 et 6-4

50Si le mètre 5-5 n'est actualisé que dans un seul texte, les poèmes polymétriques n'en comptent pas moins de 117 décasyllabes, dont aucun ne reçoit cette scansion.

51En effet, tous les vers de dix syllabes employés en contexte polymétrique se subdivisent en deux hémistiches de, respectivement, 4 et 6 syllabes. Vingt d'entre eux (soit 17 %) sont exclusivement 4-6, comme par exemple dans cet extrait de « Les Guetteurs II » (135) :

Peut-être enfin / une porte s'ouvrait

(Ainsi parfois / dans la salle durait

Dans le plein jour / une lampe allumée

52Soixante cinq occurrences (soit plus de 55 %) sont exclusivement 6-4, comme illustré par cet autre extrait du même poème :

Et qu'en elle pourtant / j'établirais

Le lieu triste d'un chant / que je portais

Comme l'ombre et la boue / dont je faisais

53Aucun vers 4-6 ne présente de césure enjambante, alors que 11 décasyllabes 6-4, soit près de 17 % des occurrences concernées, offrent une telle configuration :

Des images d'absen/ce quand venait

(135, 14)

Notre coeur que tu souf/fres notre voix

(136, 8)

D'un grand coeur l'âme enclo/se dans la pierre.

(138, 2)

Le fer rouge de l'ê/tre ne troua plus

(138, 6)

De descellement d'au/bes loin de nous

(154, 3)

Ses jambes de feuilla/ge sous les lampes

(155, 8)

C'est ici en pierrail/les qu'est le port

(161, 11)

Aube, fille des lar/mes, rétablis

(165, 1)

Et le coeur dans son or/dre tant de nuit

(165, 3)

Pure dans les étoi/les affaiblies !

(167, 2)

Heureuse sous les ro/ches du silence,

(171, 6)

54On retrouve donc une tendance non pas similaire mais comparable à celle observée pour les alexandrins ternaires. De même que la coupe huitième du 4-4-4 admet assez souvent un enjambement tandis que cette construction est évitée pour la coupe quatrième du même 4-4-4, la coupe sixième du 6-4 admet facilement un enjambement alors que la coupe quatrième du 4-6, en revanche, semble l'exclure.

55On émettra une première hypothèse pour expliquer le phénomène : les décasyllabes visés apparaissant en contexte polysyllabique, l'aperception de leur forme métrique est moins assurée qu'en contexte monosyllabique (voir Cornulier 2000). En effet, si l'identification d'une scansion 4-6 ne fait aucun problème dans un poème composé en 4-6, elle est plus problématique dans un contexte polymorphe où, comme il a déjà été dit, un vers sur deux est un alexandrin 6-6. Le poète peut donc s'autoriser pour le 6-4 des enjambements peu « conventionnels », en regard des critères classiques, car ce vers « coupe » après la sixième syllabe, comme l'alexandrin. Par contre, il ménage pour le 4-6 une coupe à la fois plus traditionnelle et plus « nette », c'est-à-dire sans enjambement de « e » post-tonique, afin d'en assurer plus sûrement l'aperception.

56On rappellera toutefois que le poète, malgré la fréquence des césures « sixièmes » (avec le 6-6 et le 6-4), ne pratique pas la coupe enjambante pour l'alexandrin binaire. Ceci s'explique en partie par le poids de la tradition, ainsi qu'il a été suggéré plus haut (voir le § 2.2), mais le phénomène tient aussi à l'économie générale des décasyllabes, telle que nous allons la développer ci-après.

3.3. Les décasyllabes ambivalents 4-6/6-4

57Sur les 117 décasyllabes employés en contexte polymétrique, trente-deux occurrences (soit plus de 27 %) sont ambivalentes, et 18 d'entre elles (soit plus de 56 %) offrent des coupes quatrième et sixième sans enjambement :

a

Que voulais-tu / dresser sur cette table,

(117,1)

  

Que voulais-tu dresser / sur cette table,

  

b

Il tombera / dans l'herbe, ayant trouvé

(123, 11)

  

Il tombera dans l'herbe, / ayant trouvé

  

c

Où est le bout, / dis-tu, de tant d'étoiles,

(125, 3)

Où est le bout, dis-tu, / de tant d'étoiles,

d

Qu'elle penchait / vers toi sa face grise,

(132, 2)

  

Qu'elle penchait vers toi / sa face grise,

  

e

Comme un oiseau / blessé chargé de mort.

(132, 4)

  

Comme un oiseau blessé / chargé de mort.

  

f

A séparé / ses eaux des autres eaux,

(133, 5)

  

A séparé ses eaux / des autres eaux,

  

g

Je n'ai jamais / aimé que cette rive).

(135, 5)

Je n'ai jamais aimé / que cette rive).

h

A un port vaste / et vide, et je savais

(135, 7)

A un port vaste et vide, / et je savais

i

Et l'avenir / toujours se détruiraient

(135, 9)

  

Et l'avenir toujours / se détruiraient

  

j

Quand je foulais / le noir jardin des morts.

(137, 8)

  

Quand je foulais le noir / jardin des morts.

  

k

Il y a que / les doigts s'étaient crispés,

(149, 1)

  

Il y a que les doigts / s'étaient crispés,

  

l

L'ange de vivre / ici, le tard venu,

(155, 6)

  

L'ange de vivre ici, / le tard venu,

  

m

Enfin ce cri / d'oiseau, comme une épée

(158, 2)

  

Enfin ce cri d'oiseau, / comme une épée

  

n

La garde était / rouillée, l'antique fer

(161, 3)

  

La garde était rouillée, / l'antique fer

  

o

Phénix parlant / au feu, qui est destin

(162, 1)

  

Phénix parlant au feu, / qui est destin

  

p

En se posant / sur lui comme le sable,

(162, 11)

  

En se posant sur lui / comme le sable,

  

q

Que toute voix / d'ici dans nos ramures,

(163, 3)

  

Que toute voix d'ici / dans nos ramures,

  

r

Ici, toujours / ici. Pierres sur pierres

(172, 9)

  

Ici, toujours ici. / Pierres sur pierres

  

58Plusieurs observations s'imposent.

59D'un point de vue quantitatif, il est difficile de comparer le phénomène de l'ambivalence pour l'alexandrin et le décasyllabe. On dénombre en effet six fois plus d'alexandrins 6-6 que de 4-4-4, alors qu'il n' y a que trois fois plus de 6-4 par rapport au 4-6. De plus, dans le cas de l'alexandrin, c'est le mètre « traditionnel » qui prédomine, alors que, pour le décasyllabe, le mètre « traditionnel », le 4-6, est dominé par le 6-4.

60Intrinsèquement, la recherche optimale de la concordance vers/phrase peut conduire à préférer l'une ou l'autre scansion. Par exemple, pour (j), le mètre 4-6, « Quand je foulais / le noir jardin des morts », en séparant le verbe de son complément, apparaît comme beaucoup moins discordant que le mètre 6-4, « Quand je foulais le noir / jardin des morts », lequel induit une scission entre l'épithète et sa base. A l'inverse, pour (b), c'est le 6-4, « Il tombera dans l'herbe, / ayant trouvé », dont la coupe coïncide avec la frontière gauche d'une participiale en apposition, qui offre une scansion moins discordante que le 4-6, « Il tombera / dans l'herbe, ayant trouvé ». Il n'en demeure pas moins que ce critère de concordance syntaxique ne permet pas de décider dans de nombreux cas, comme par exemple pour (a), (d), (e), etc., sauf en faisant appel à son intime conviction de lecteur. De plus, certaines configurations préservent à l'évidence l'équivoque entre 4-6 et 6-4. C'est le cas de (c), « Où est le bout, dis-tu, de tant d'étoiles », avec son incise « dis-tu », placée exactement entre les deux coupes potentielles du décasyllabe, et qui est, à ce titre, proprement indécidable, ou encore des jeux répétés autour du déictique « ici », dans trois poèmes distincts, en (l), (q) et (r), déictique dont la valeur locative se trouve d'autant mieux soulignée que le terme paraît investir le milieu même du vers, les cinquième et sixième positions.

61Si, par ailleurs, on tient compte du contexte d'emploi, il devient très difficile de trouver une suite de vers où l'une des deux lectures s'impose de manière certaine. Peut-être est-ce le cas de (p), qui apparaît dans le dernier quatrain de « L'Éternité du feu », dont tous les autres vers sont indiscutablement 4-6 :

Il le nourrit / de silence. Il espère

4-6

Que chaque pli / d'un silence éternel,

4-6

En se posant / sur lui comme le sable,

4-6

Aggravera / son immortalité.

4-6

62ou encore de (g), qui vient clore la première strophe de « Les Guetteurs II », et qui suit trois 4-6 :

J'attendais, j'avais peur, / je la guettais,

6-4

Peut-être enfin / une porte s'ouvrait

4-6

(Ainsi parfois / dans la salle durait

4-6

Dans le plein jour / une lampe allumée,

4-6

Je n'ai jamais / aimé que cette rive).

4-6

63On notera toutefois que la strophe commençait par un 6-4, et que la valeur conclusive de (g) pourrait bien s'accommoder d'un changement de mètre. Le procédé est usuel chez Bonnefoy en fin de poème, où le dernier vers d'un texte se démarque souvent des précédents par sa métrique, même s'il conserve la même longueur syllabique (voir le § 5.2). Pour l'illustrer, il suffit de se reporter à la dernière strophe du poème dont la stance liminaire vient d'être citée :

Et qu'en elle pourtant / j'établirais

6-4

Le lieu triste d'un chant / que je portais

6-4

Comme l'ombre et la boue / dont je faisais

6-4

Des images d'absen/ce quand venait

6-4

L'eau effacer / l'amertume des rives.

4-6

64En conséquence, (g) peut tout aussi bien être scandé 6-4, « Je n'ai jamais aimé / que cette rive) », d'autant plus que cette version est plus concordante avec la syntaxe. On voit donc avec quelle précaution il convient de faire appel à la pression contextuelle s'agissant du décasyllabe.

65Il reste à examiner la nature des coupes de ces décasyllabes ambivalents. Sur les 32 occurrences concernées, 10 présentent une possibilité de coupe sixième avec un enjambement :

a

Demeure seul / dans l'arbre pour mourir.

(123, 2)

  

Demeure seul dans l'ar/bre pour mourir.

  

b

Et cette chute / aveugle ; que nul cri

(128, 4)

Et cette chute aveu/gle ; que nul cri

c

Dans le pays / sans naître ni mourir.

(128, 7)

  

Dans le pays sans naî/tre ni mourir.

  

d

Il y a que / la lampe brûlait bas,

(132, 1)

  

Il y a que la lam/pe brûlait bas,

  

e

Et je voyais / deux femmes racornies

(134, 7)

  

Et je voyais deux fem/mes racornies

  

f

Que dans ses yeux / avides le passé

(135, 8)

  

Que dans ses yeux avi/des le passé

  

g

J'étais celui / qui marche par souci

(137, 1)

  

J'étais celui qui mar/che par souci

  

h

J'ai accepté / de vivre dans la salle

(152, 2)

  

J'ai accepté de vi/vre dans la salle

  

i

Et tu sauras / qu'un signe fut gravé

(158, 4)

  

Et tu sauras qu'un si/gne fut gravé

  

j

Ici dans l'herbe / ancienne tu verras

(158, 9)

  

Ici dans l'herbe ancien/ne tu verras

  

66un seul offre cette configuration sur la coupe quatrième :

k

D'une eau derniè/re trouble. Il faisait beau

(137, 2)

  

D'une eau dernière trouble. / Il faisait beau

  

67et 3 vers reçoivent une coupe enjambante sur les deux césures potentielles :

l

Celle qui rui/ne l'être, la beauté,

(136, 1)

  

Celle qui ruine l'ê/tre, la beauté,

  

m

Etait de glai/se noire. Nul vaisseau

(154, 5)

  

Etait de glaise noi/re. Nul vaisseau

  

n

Terre des bou/ches froides, ô criant

(160, 3)

  

Terre des bouches froi/des, ô criant

  

68On notera que pour les quatre décasyllabes ambivalents dont la coupe quatrième, si elle était réalisée, serait enjambante, soit (k), (l), (m) et (n), la recherche de la concordance syntaxique optimale conduirait à préférer à chaque fois le mètre 6-4 : « D'une eau dernière trouble. / Il faisait beau » serait préféré à « D'une eau derniè/re trouble. Il faisait beau », etc. On peut donc sans doute considérer que ces quatre décasyllabes sont plutôt 6-4 que 4-6, malgré leur possibilité de coupe quatrième. Cette interprétation est renforcée par le fait qu'aucun vers 4-6 monovalent ne présente de coupe enjambante, ainsi qu'il a été dit au § 3.2.

69Au final, si nous cumulons les résultats dégagés sur les 6-4 mono- et ambivalents, 97 décasyllabes sont susceptibles d'être scandés 6-4, et 24 d'entre eux, soit environ 25 %, présenteraient une coupe enjambante. D'un autre côté, 52 décasyllabes admettraient la coupe 4-6, mais seulement 4, soit 7,6 %, s'accomoderaient d'une coupe enjambante – et l'on vient de voir que l'instanciation de cette coupe était peu probable.

70Hormis la question de l'aperception de la coupe métrique, telle que suggérée au § 3.2, on peut peut-être voir dans ces données l'expression d'une préférence, de la part du poète, pour des scansion en 6-X, que ce soit 6-6 ou 6-4. L'examen de la métrique de l'hendécasyllabe va confirmer cette interprétation.

4. Métrique de l'hendécasyllabe

71Les 37 vers composés de Hier régnant désert qui ne sont ni des alexandrins, ni des décasyllabes, sont, pour 27 d'entre eux, des hendécasyllabes. On compte donc environ un vers de 11 syllabes pour dix alexandrins ou cinq décasyllabes. Tous ces hendécasyllabes sont de mètre 6-5 ; 21 d'entre eux présentent une césure sans enjambement :

Il ne t'est plus donné / même ce répit

(118, 2)

Les herbes signifient / ton visage mort.

(119, 3)

Tu es seul maintenant / malgré ces étoiles

(120, 1)

Le bruit des voix s'est tu, / qui te désignait.

(122, 1)

Tu es seul dans l'enclos / des barques obscures.

(122, 2)

L'huile brisant au port / de la mer cendreuse

(132, 5)

Où je marchais enfant / une mare d'huile,

(133, 2)

Etait-elle la mort, / elle ressemblait

(135, 6)

Notre haut désespoir / sera que tu vives,

(135, 7)

S'il est vrai que tu aies / la couleur du sang,

(145, 6)

Dis-tu qu'il te guettait / à la fin du jour ?

(153, 2)

Toutes voix dans la nuit / où les voix se perdent

(153, 6)

Un espoir qui délivre, / une pauvreté.

(154, 8)

Et invente la mort / sous un ciel qui change.

(154, 12)

Dans la flamme des fruits / à peine aperçue,

(155, 2)

Le feu a pris, c'est là / le destin des branches,

(157, 1)

Briller le glaive nu / qu'il te faut saisir.

(158, 10)

Il y a qu'une épée / était engagée

(161, 1)

Avait rougi le flanc / de la pierre grise.

(161, 4)

Tu sauras qu'un oiseau / a parlé plus haut

(163, 1)

Et tu t'efforceras / de quitter le port

(163, 4)

72et les 6 autres offrent une coupe enjambante :

Marteler toute for/me toute beauté.

(139, 4)

Il vient, il est le ges/te d'une statue,

(142, 1)

La lumière du glai/ve s'était voilée.

(159, 4)

Il semble que tu pui/ses de l'éternel.

(159, 16)

Ecoute-moi revi/vre dans ces forêts

(166, 1)

Ecoute-moi revi/vre, je te conduis

(166, 6)

73On retrouve une proportion de coupes enjambantes (22,2 %) comparable à celle observée pour les 6-4 monovalents (17 %, voir le § 3.2), ce qui peut s'expliquer par le fait que ces deux mètres, 6-4 et 6-5, ont un point métrique en commun : un premier hémistiche de six syllabes. S'agissant de ce critère, ils restent néanmoins clairement différenciés de l'alexandrin binaire, lequel, on l'a vu, ne présente quasiment pas de coupe enjambante (voir le § 2.1).

74Le choix du mètre 6-5 ne trouve guère d'explication d'un point de vue culturel. En effet, historiquement, le mètre le plus souvent associé à l'hendécasyllabe est le 5-6, que l'on rencontre dans la poésie lyrique et, jusqu'au 16e siècle, dans certaines imitations des odes sapphiques. Il fut remis au goût du jour au 19e siècle, par Marceline Desbordes-Valmore, Banville, ou encore Moréas, qui l’utilisent en général comme un vers référant à la chanson. De son côté, le 6-5 n'a connu que des emplois spécialisés et marginaux. Il connaît quelques occurrences dans les livrets de comédies-ballets du 17e siècle, et il vient ponctuellement concurrencer le 5-6, chez Verlaine ou Moréas (voir Gouvard 1999). Si Bonnefoy a pu trouver ce rythme chez ces poètes, lui seul lui octroie l'hégémonie métrique qui est sienne dans Hier régnant désert.

75Le recours systématique au 6-5 est d'autant plus remarquable que, en regard, si le 6-4 se voit préféré au plus « traditionnel » 4-6, le 4-6 n'en est pas moins utilisé une fois sur deux ou trois dans le recueil pour scander un décasyllabe, tandis que le 5-6, que l'on peut considérer comme le mètre « traditionnel » de l'hendécasyllabe – si tant est que sa faible fréquence d'emploi à travers les siècles puisse fonder une quelconque tradition – n'est pas instancié une seule fois.

76Si le 6-5 constitue un choix métrique original par rapport à la tradition, son emploi est bien moins surprenant si l'on rapproche ce fait de la prééminence du 6-6 pour l'alexandrin et du 6-4 pour le décasyllabe : les mètres les plus utilisés du recueil, pour les trois longueurs de vers les plus souvent actualisées, offrent tous trois un premier hémistiche hexasyllabique.

5. Des vers sans mètre

77Avant de conclure, il reste à présenter les 16 vers « composés » ou, pour le moins, les 16 vers « longs », de plus de huit syllabes, qui ne répondent à aucune des scansions repérées ci-dessus.

78Aux 6 alexandrins sans mètre cités au § 2.4, que nous rappelons ici pour mémoire :

a

Il y avait un couloir au fond du jardin,

(134, 1)

b

La menteuse, la pourvoyeuse du ciel noir,

(136, 10)

c

La soufferte puis l'oubliée quand vint la nuit.

(155, 5)

d

Sur la garde, au point d'espérance et de lumière.

(158, 5)

e

Tu es seule dans sa blancheur vêtue de noir.

(167, 4)

f

Il nidifie dans la pierre grise au soleil,

(175, 2)

79il convient d'adjoindre les 10 occurrences suivantes :

g

Il y a sans doute toujours au bout d'une longue rue

(133, 1)

h

Le chrysanthème de l'écume et c'était toujours

(137, 6)

i

Je ne sais pas si je suis vainqueur. Mais j'ai saisi

(138, 1)

j

Il y avait qu'il fallait détruire et détruire et détruire,

(139, 1)

k

L'orante est seule dans la salle basse très peu claire,

(140, 1)

l

Froides, larges, ouvertes aux violences du feu.

(143, 8)

m

Il a fallu desceller les tristes forces gardiennes

(149, 3)

n

Il était l'ange de quitter la terre d'âtres et de lampes

(153, 13)

o

Il semble que tu connaisses les deux rives,

(159, 13)

p

Sourire calciné d'anciennes plantes sur la terre,

(166, 4)

80Comme il a déjà été suggéré, il n'est pas certain que ces vers soient dénués de scansion, mais il convient de les décrire en les inscrivant dans la dynamique générale du recueil.

5.1. Du mètre à la métricité

81Certaines occurrences semblent pouvoir recevoir une scansion ad hoc, par pression contextuelle.

82C'est le cas, par exemple, de (m), qui apparaît dans le très court poème conclusif de la seconde partie, « La mémoire ». Ce dernier n'est composé que d'un quatrain, où, si le premier vers est un ambivalent 4-6/6-4, notre occurrence est placée en troisième position, entre deux vers simples de sept syllabes :

Il y a que / les doigts / s'étaient crispés,

4-6 ou 6-4

Ils tenaient lieu de mémoire,

7

Il a fallu desceller / les tristes forces gardiennes

7-7 ?

Pour jeter l'arbre et la mer.

7

83Bien qu'aucun autre vers n'admette un mètre 7-7, l'attribution de cette scansion semble légitime compte tenu du contexte d'apparition heptasyllabique qui est le sien. Techniquement, on peut même y voir, plutôt qu'un 7-7 singulier, un vers qui procèderait en fait de l'écriture, sur une même ligne, de deux heptasyllabes successifs, et qui serait donc métriquement identique à celui qui précède et celui qui suit (N.B. : ce procédé se trouve déjà chez Apollinaire, voir Gouvard 1996). Qui plus est, sur le plan poétique, la décomposition du vers long en deux segments de 7 syllabes, permet de retrouver cinq vers – comme les cinq doigts de la main évoquée par le texte –, et la réunion de deux heptasyllabes sur une même ligne peut être mimétique de la crispation dénoncée par le texte.

84(n) semble tout aussi conditionné contextuellement. L'occurrence est l'avant-dernier vers de « Le Feuillage éclairé I ». Elle est précédée d'un 4-6, et suivie par un alexandrin ambivalent pour lequel la syntaxe plaide en faveur d'un mètre ternaire. Ce contexte fortement quadrisyllabique laisse penser qu'une scansion en terme de 4-4-4-4 est très probable :

Toute ironie / loin de notre rivage,

4-6

Il était l'an/ge de quitter / la terre d'â/tres et de lampes

4-4-4-4 ?

Et de céder / au goût d'écu/me de la mer.

4-4-4

85Le rythme « quaternaire », si l'on peut oser la formule, est d'autant plus acceptable qu'il apparaît comme une forme étirée du 4-4-4, fort de sa soixantaine d'actualisations potentielles.

86De même, (k) actualise une scansion qui n’est pas, elle non plus, sans rapport avec les formes dominantes.

87Il pourrait apparaître comme un « ternaire » dont l’un des membres compterait six et non quatre syllabes, que ce soit le second, « L’orante est seu/le dans la salle bas/se très peu claire, » scansion 4-6-4, ou le dernier, « L’Orante est seu/le dans la sal/le basse très peu claire, » scansion 4-4-6. Ce vers est suivi non pas de décasyllabes, mais d’alexandrins 6-6 ou ternaire :

L'orante est seule dans la salle basse très peu claire,

4-6-4 ou 4-4-6

Sa robe a la couleur / de l'attente des morts,

6-6

Et c'est le bleu / le plus éteint / qui soit au monde,

4-4-4

Ecaillé, découvrant / l'ocre des pierres nues.

6-6

88L'analyse qui consisterait à faire de (k) un décasyllabe « prolongé », comme (n) semblait être un ternaire amplifié d'un segment quadrisyllabique, n'a rien de certain. Vu les contextes d'emplois de ces vers, il semble plus juste d'y voir des variations locales qui, tout en effaçant la métrique « usuelle », préservent le sentiment d'une « métricité » du vers, par référence aux mètres effectivement employés dans le recueil, 4-6, 6-4, 6-6 et 4-4-4 – et ce, même si le lecteur n'identifie pas avec certitude les segmentations en tant que telles (pour une approche comparable de certains poèmes de Rimbaud, voir Bobillot 2004).

89Dans cette perspective, (h) peut s'analyser comme un segment « partiellement métrique ». Ce vers de 13 syllabes apparaît dans le second quatrain de « L'Ordalie I », dans un contexte où les hémistiches de quatre vers sont nombreux, et il pourrait s'analyser comme un 4-4-5 :

Dans la glaise des mers

6

Le chrysanthè/me de l'écume / et c'était toujours

4-4-5 ?

La même odeur / terreuse et fa/de de novembre

4-4-4

Quand je foulais / le noir jardin des morts.

4-6

90Stricto sensu, le troisième vers est un ambivalent 6-6/4-4-4 et le quatrième un ambivalent 4-6/6-4, mais la préférence a ici été donnée à la concordance syntaxique et à la pression contextuelle. Là aussi, l'hypothèse d'une scansion 4-4-5 n'est pas à comprendre comme la reconnaissance d'un « mètre » qui aurait cette forme. Il n'y a guère de sens à supposer qu'une structure qui n'est actualisée qu'une seule fois, dans un seul vers, puisse recevoir, de ce fait, le statut de mètre. Mais le rythme 4-4-5 donne l'impression d'être une espèce de ternaire approximatif, avec ses deux premiers segments identiques aux deux premières mesures d'un « vrai » ternaire, et son troisième qui, ne comptant qu'une seule syllabe de plus que les deux précédents, n'offre pas un écart suffisant pour assurer à coup sûr une distinction entre les deux longueurs syllabiques retenues (voir Cornulier 1995). Au mieux, un bon lecteur percevra une attaque de ternaire, suivie d'un objet sans identité métrique, non pas un pentasyllabe, mais un « pas-quatre syllabes », ce qui pourrait nous inciter à noter la scansion de (h) non pas 4-4-5, mais 4-4-X, pour signifier que le dernier terme ne renvoie pas à la palette métrique utilisée dans Hier régnant désert. (On notera que le pentasyllabe est d'autant moins repérable que, dans le recueil, il ne connaît qu'une seule actualisation, au troisième vers de « Une Voix », p. 166 : « Où je passe verte ». Une autre approche pourrait consister à prendre en compte aussi les 6-5, malgré leur petit nombre – un hendécasyllabe tous les deux poèmes – et à voir dans la scansion 4-4-5 un mixte d'alexandrin ternaire et de 6-5.)

91Sur le même principe, on pourrait analyser (i) comme un 4-5-4 ou un 4-X-4 : « Je ne sais pas / si je suis vainqueur. / Mais j'ai saisi », même si cette proposition n'est guère soutenue contextuellement, et (j) pourrait se décomposer en trois segments, 4-5-6 ou 4-x-6 :

Il y avait / qu’il fallait détruire / et détruire et détruire,

4-5-6 ou 4-x-6

Il y avait / que le salut / n’est qu’à ce prix.

4-4-4

92De même, on peut peut-être décrire (l) comme un 6-7 ou un 6-X, « Froides, larges, ouver/tes aux violences du feu », ce vers venant clore un poème en deux quatrains, dont les sept premiers vers sont tous des dodécasyllabes 6-6. L'écart par rapport à l'alexandrin est d'autant plus marqué que la césure après la sixième syllabe, fort probable vu la pression contextuelle, serait enjambante. Il est aussi possible de voir dans ce vers un dodécasyllabe avec une césure épique, le « e » post-tonique de « ouvertes » étant surnuméraire et non plus enjambant : « Froides, larges, ouver(tes) / aux violences du feu ». Cette lecture nous paraît fantaisiste, car ce serait un cas isolé dans le recueil mais, quand bien même elle serait effective, elle n'ôterait pas beaucoup à la bizarrerie de l'occurrence qui, si elle se verrait reversée dans le troupeau – rassurant – des alexandrins 6-6, n'en offrirait pas moins une coupe tout à fait singulière.

93Enfin, (p) ferait un possible 6-8 ou 6-X, « Sourire calciné / d'anciennes plantes sur la terre, », et les alexandrins « semi-ternaires », c'est-à-dire ne présentant qu'une seule possiblité de coupe quatrième ou huitième, rappelés ci-dessus sous les références de (a) à (f), s'intègrent également au système : ternaires à moitié aboutis, inachevés, ils procurent eux aussi une impression de métricité, sans être nécessairement perçus comme des 4-8 ou des 8-4, et en faire des 4-X ou des X-4 est sans doute plus pertinent pour cerner leur fonctionnalité au sein d'un recueil contemporain comme Hier régnant désert.

94Seuls demeurent (g) et (o), auxquels il semble difficile de prêter la moindre portée métrique, même par « évocation ».

5.2. Métrique et rhétorique

95Une autre série d'observations vient compléter l'approche de ces vers que, paradoxalement, nous pourrions qualifer de « vers métriques sans mètre ». Cinq d'entre eux, soit près d'un tiers, constituent l'incipit d'un poème, (a), (g), (i), (j) et (k), et deux autres, (e) et (l), correspondent au vers final. C'est remarquable, dans la mesure où, compte tenu des éléments de cadrage exposés au § 1, nous n'aurions dû avoir que 10 % des occurrences, soit un ou deux vers, en tête ou en fin de poème.

96Cette remarque est à rapprocher du fait que d'autres textes offrent la particularité de commencer par une strophe dont le premier vers se démarque de ceux qui suivent. C'est le cas, par exemple, avec le premier quatrain de « L'Infirmité du feu » (157) :

Le feu a pris, c'est là / le destin des branches,

6-5

Il va toucher leur coeur / de pierraille et de froid,

6-6

Lui qui venait au port / de toute chose née,

6-6

Aux rives de matière / il se reposera.

6-6

97ou le premier quatrain de « Ici, toujours ici » :

Ici, dans le lieu clair. / Ce n'est plus l'aube,

6-4

C'est déjà la journée / aux dicibles désirs.

6-6

Des mirages d'un chant / dans ton rêve il ne reste

6-6

Que ce scintillement / de pierres à venir.

6-6

98(Voir également l'attaque de « Les Guetteurs II », déjà citée au § 3.3 ; celle de « La Mémoire », citée au début de 5.1. ; ou encore celle de « Le pays découvert »).

99Corollairement, certains poèmes se terminent par une série de vers de mêmes mètres, sauf pour le vers final, qui est souligné par une autre scansion. C'est le cas, par exemple dans le dernier quatrain de « Menaces du témoin » :

Puis j'ai vieilli. Dehors, / vérité de parole

6-6

Et vérité de vent / ont cessé leur combat.

6-6

Le feu s'est retiré, / qui était mon église,

6-6

Je n'ai même plus peur, / je ne dors pas.

6-4

100ou encore dans le dernier quintil de « Les Guetteurs II », déjà cité au § 3.3, composé tout en 6-4, sauf pour le dernier vers, qui est 4-6. « Le feuillage éclairé » (156), quant à lui, illustre le phénomène à la fois en initiale et en finale : les alexandrins qui le composent sont tous 6-6, sauf le premier vers, qui est 4-4-4, et le dernier, qui est un ambivalent 6-6/4-4-4.

101On peut donc postuler que le choix d'une séquence sans mètre – ou qui ne fait que procurer une « impression » de métricité – est une variante d'un procédé rhétorique idiosyncrasique plus global, dont le changement de mètre constitue un autre versant. Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit de faire sentir une modification de « régime » dans la structure du vers, qui vient accompagner la prise de parole poétique, ou son achèvement.

6. Synthèse

102Nous avons commencé cet exposé (voir le § 1) en indiquant que les strophes employées par le poète ressemblaient à des quatrains, des tercets, des distiques ou encore des quintils, mais qu'elles n'étaient pas structurées par des réseaux réguliers de rimes, ou par l'un de leurs substituts (assonances, rimes graphiques, etc.). S'il importe au poète de donner l'impression d'une « strophique », il ne cherche pas à en assurer la réalisation par les techniques usuelles de composition.

103Au terme de cette étude, il semble qu'un principe similaire domine la « métrique » des vers composés. En effet, seules deux tendances formelles un peu marquées dominent Hier régnant désert :

1041) huit fois sur dix, un vers composé commence par un hémistiche de six syllabes ;

1052) six fois sur dix, il s'agit d'un alexandrin binaire.

106Ainsi qu'on l'a vu, les concurrences entre mètres pour une même longueur de vers, qu'il s'agisse du 6-6 et du 4-4-4, ou du 4-6 et du 6-4, tout comme les approximations dans l'aperception qu'engendre nécessairement la juxtaposition, dans un même texte, de vers 6-6, 6-4 et 6-5, ainsi que 4-4-4 et 4-6, et, enfin, les vers « incertains », où des segments de 4 ou 6 syllabes se succèdent sans actualiser cependant les formes métriques attendues ou, mieux, en s'amalgamant avec des segments « parasites » de 5, 7 ou 8 syllabes, tout ceci contribue à donner l'impression qu'un principe structurant est à l'oeuvre dans les vers, mais sans que la forme même actualisée dans un vers soit toujours identifiable.

107Ces propriétés ne sont pas sans rappeler celles que j'avais dégagées dans une étude récente, consacrée aux Planches courbes (voir Gouvard 2006). J'y avais suggéré, entre autres, que les vers composés, qui se réduisent presque tous à des 6-6, des 4-4-4, des 4-6, des 6-4 et des 6-5, étaient construits sur un principe de combinaisons, variées mais limitées, entre des segments ou « unités métriques » de 4, 5 et 6 syllabes (sur la notion d'unité métrique, voir Gouvard 1996).

108Toutefois, une différence majeure existe entre ces deux recueils, que séparent une quarantaine d'années. Dans Les Planches courbes, composé pour l'essentiel à la fin des années 90, se mêlent aux poèmes versifiés des textes en prose et d'autres en vers libres (c'est-à-dire réellement dépourvus de mètre ou de cette impression de « métricité » que j'ai été conduit à proposer dans la présente étude). Les techniques employées pour véhiculer la parole poétique y sont donc plus diversifées que dans Hier régnant désert. Ce recueil n'offre en effet aucun texte en vers libre (au sens de « privé de toute métrique »), ni en prose. De ce point de vue, il se distingue aussi de l'oeuvre qui le précède, Du mouvement et de l'immobilité de Douve (1953) et de la plaquette qui le suivra, Dévotion (1959). On comprend que cette focalisation sur une poésie tout entière habitée par – au moins – un sentiment de métricité ait conduit les exégètes d'Yves Bonnefoy à y voir son oeuvre la plus « classique » du point de vue de la forme. Sans doute y a-t-il là, entre autres, un point de convergence avec la tonalité lyrique sous-jacente.

109Cela ne signifie pourtant nullement que la métrique y assume une fonction rhétorique, comme c'est encore le cas au vingtième siècle chez des auteurs comme Péguy ou, malgré la portée parodique, dans une part significative de l'oeuvre de Queneau. La liberté relative avec laquelle les formes métriques s'inventent et s'enchaînent au fil des vers, et d'une pièce à l'autre, sans récurrence systémique autre que quelques procédés suffisamment lâches pour ne pas sembler s'imposer, s'accorde on ne peut mieux avec le projet bonnefoysien d'une parole poétique qui n'existe que dans l'instant même de son énonciation – et dont la fluctuation constante du mètre qui l'accompagne donne à voir ou entendre à la fois la force et la fragilité.

Haut de page

Bibliographie

Texte d'étude : Hier régnant désert, dans Poèmes, d'Yves Bonnefoy, Gallimard, collection Poésie.

Bobillot, J.-P., 2004, Rimbaud. Le Meurtre d'Orphée. Crise de Verbe & chimie des vers ou la Commune dans le Poëme, Champion.

Cornulier, B. de, 1981, « Métrique de l’alexandrin d’Yves Bonnefoy : essai d’analyse méthodique », Langue française, 49e année, pp. 30-48.

Cornulier, B. de, 1982, Théorie du vers, Le Seuil.

Cornulier, B. de, 1995, Art poétique, Presses Universitaires de Lyon.

Cornulier, B. de, 2000, « L'invention du décasyllabe chez Verlaine décadent. Le 4-6, le 5-5, le mixte et le n'importe quoi », dans Verlaine à la loupe, édité par J.-M. Gouvard et S. Murphy, Champion, pp. 243-289.

Dominicy, M., 2000, « La césure lyrique chez Verhaeren », dans Le Vers français, édité par M. Murat, Champion.

Gouvard, J.-M., 1996, « Le Vers d’Alcools », Littératures contemporaines, n° 2, Klincksieck, pp. 183-213.

Gouvard, J.-M., 1999, La Versification, Presses Universitaires de France.

Gouvard, J.-M., 2000, Critique du vers, Champion.

Gouvard, J.-M., 2002, « Eléments pour une grammaire de la poésie moderne », Poétique, n° 129, Le Seuil, pp. 3-31.

Gouvard, J.-M., 2003a, « L’Alexandrin de Hugo. Questions de méthode », dans Le sens de la mesure. Hommages au Professeur Benoît de Cornulier, édité par J.-L. Aroui, Champion, pp. 365-383.

Gouvard, J.-M., 2003b, « La métrique de Philippe Jaccottet », Champs du signe, n° 17, 2003, pp. 25-46.

Gouvard, J.-M., 2005, « Métrique de La Tour du Pin », dans Patrice de La Tour du Pin : « La Quête de joie » au coeur d' « Une somme de poésie », édité par I. Renaud-Chamska, Droz, 2005, pp. 73-103.

Gouvard, J.-M., 2006, « La mesure des Planches courbes », dans Lire « Les Planches courbes » d'Yves Bonnefoy, édité par P. Brunel et C. Andriot-Saillant, Vuiber

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Gouvard, « Métrique et variations dans Hier régnant désert d'Yves Bonnefoy », Semen [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 09 juin 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/5993

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Gouvard

Université de Bordeaux 3 – UMR 5610

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page