Navigation – Plan du site

La réécriture du texte littéraire Mythe et Réécriture

Maurice Domino

Résumé

Un essai de réflexion sur la réécriture comme pratique de l'écrivain et comme topos pratico-théorique.
Mise en rapport avec la fonction mythique, la réécriture permet peut-être une tentative pour placer une « littérarité restreinte » dans la perspective d'une anthropologie culturelle qui se dessinerait à l'intersection des avancées des sciences humaines. Choisir de regarder le texte dans sa réécriture est une option épistémologique qui, située à la confluence des théories critiques contemporaines, mettrait l'accent sur l'articulation du texte littéraire avec son « autre ». S'il y a une - ou des - fonctions littéraires, c'est peut-être dans la réécriture qu'on peut les voir entrer en action et qu'on peut tenter de les décrire. Six « annexes » proposent des exemples de réécriture, de Socrate à Samuel Beckett.

Haut de page

Texte intégral

« ...je me dis qu'un poète devait,
pour être vraiment poète, prendre pour matière des mythes... »
Socrate, in Phédon

« ...les mythes, ces honnêtes ressorts
du théâtre intellectuel que porte en lui tout rêveur ».
Louis Aragon

« ...il faut tenir écrire pour un problème ».
Paul Valéry

1Qu'est-ce à dire que parler de la réécriture1 du texte littéraire. A tous risques, cet exposé liminaire pose cette question préliminaire et se place peu ou prou sous le signe d'un étonnement épistémologique. Ici et maintenant, il s'agit d'abord de l'intitulé programmatique des travaux d'un groupe de recherches en linguistique et sémiotique qui a pour objet le phénomène littéraire : une pratique critique se propose et met à son principe, ou prend pour emblème la réécriture. Esquisse d'une méthode.

2«  Méthode, méthode, que me veux-tu ? Tu sais bien que j'ai mangé du fruit de l'inconscience!  » s'exclame le Hamlet parodique - réécrit - de Laforgue. Dans l'Elseneur de la critique, on est en droit de partager sa question anxieuse après vingt ou trente ans d'un foisonnement théorique qu'on ne saurait renoncer, mais qui parfois, dans l'enthousiasme de son élan, a paru faire prévaloir le respect des règles proposées sur celui des inépuisables faits. Et qui nous a enseigné que méthode et objet s'imbriquaient, ou, dans un jeu de miroirs, se façonnaient mutuellement.

3Cédons d'abord à la tentation d'une excursion lexicologique. « Réécrire, disent les dictionnaires2, c'est écrire - ou rédiger de nouveau ce qui est déjà écrit, en modifiant à la différence de copier. » Et encore « écrire une nouvelle lettre  » ou « répondre à une lettre ».

4Rédiger est bien écrire, comme aussi copier : mais ce sont, d'écrire, des variétés humbles ou modestes, à ranger du côté de l'écrivant, plutôt que du côté de l'écrivain selon la terminologie barthésienne. Copier est affaire de scribe, la graphie, fût-elle calligraphie, est vouée à la pure répétition aussi exacte que possible. Rédiger implique davantage le rédacteur : mise au net encore, son acte n'est plus seulement celui de la main ou de la « bonne main » de la dactylographie impeccable, il est celui d'un savoir du texte (on a appris à rédiger, on passe des concours de rédacteur3. Mais rédiger a des limites tôt aperçues : il s'agit toujours d'écrire selon des formes « prescrites » – préécrites - et la prescription commande et asservit. Il en va encore ainsi avec le « rewriting » - et la traduction par réécriture souhaitée des puristes fait problème ; Pourquoi ne pas leur abandonner « récriture » ? - Du rewriter, l'éditeur, le journal ou le profane qui l'emploie attend une réécriture au degré zéro qui rende conforme le texte d'un scripteur premier soit à une norme linguistique transgressée par la seule infirmité langagière soit à l'attente d'un lecteur défini commercialement comme client. Rédaction, rewriting, corrigent et standardisent un premier état textuel, une première écriture : réécriture prescrite encore, préécrite. Du copiste, du rewriter on attend la fidélité, au texte premier ou au modèle préexistant, compétence d'écrivant qui relève de la répétition aussi fidèle qu'il est possible : ils figurent ce qui, en réécrire, tend vers l'identité.

5Reste la réécriture qui modifie, c'est-à-dire, partant aussi d'un texte premier, accepte l'altération et tend vers l'altérité : sans doute peut-elle être correctrice de l'écrit antérieur mais la modification qu'elle propose n'a pas pour effet et pour vertu la fidélité à un déjà-là textuel, mais plutôt son amélioration, sa visée est un texte second « meilleur ». Elle relève de la fonction poétique de Jakobson en ce sens qu'elle est attention portée au message lui-même : sa règle n'est pas conformité au texte premier ou au modèle prescrit par des modèles fixés, mais satisfaction d'une exigence virtuelle, réalisation d'un projet en train de s'élaborer4.

6Ecrire une nouvelle lettre ne nous retiendra guère ici - encore que, mis à part les aléas postaux ou la négligence à répondre du destinataire de la première, la seconde lettre a de bonnes chances d'être voulue plus convaincante par exemple, donc de proposer un texte meilleur.

7Réécrire au sens de répondre à une lettre nous retiendra davantage : même s'il s'agit encore d'écriture épistolaire cette acception de réécrire suggère un rapport entre le texte premier et le texte second qui instaure un dialogue entre les deux textes : réécrire n'est pas seulement changer un texte en un autre, c'est les échanger, comme il se dit de la correspondance. Echange de textes, échange entre deux sujets d'écriture, réécrire suggère le schéma dialogique d'une socialité5. L'autre du texte, c'est aussi le texte de l'autre.

8Notre exploration lexicale, plus rêveuse qu'érudite a surtout pour effet de souligner ce qui était au demeurant prévisible : à des degrés ou dans des proportions variables, la réécriture implique à la fois identité et différence. Roland Barthes rappelle dans la « prière d'insérer » de S/Z les quatre rôles qui distribuaient la « gestion du texte antérieur » : « au moyen âge le scriplor copiait sans rien ajouter. Ce que le compilator ajoutait ne venait jamais de lui. Si le commentator mettait du sien dans le texte tuteur, c'était à la seule fin de le rendre intelligible. L'auctor enfin, risquait bien ses propres idées, mais en leur donnant toujours l'appui de ce qui s'était pensé hors de lui. » Réécrire c'est gérer un texte antérieur entre les deux pôles du même et de l'autre, de la copie d'ancien et du nouveau, mais le « propre » de l'auctor, de nouveau renvoie à l'autre du même. "L'autre du même" est le titre d'un court article dans lequel Gérard Genette6, sur un mode amusé montre brillamment qu’ »  on ne peut varier sans répéter, ni répéter sans varier ». Entre le même et l'autre, entre la variation et la répétition, réécrire institue un jeu subtil7.

9Lorsqu'il entreprend un « tableau de quarante cinq ans de la philosophie française », Vincent Descombes choisit de lui donner ce titre, Le Même et l'Autre8. Entre ces deux pôles que suggère réécrire, s'inscrivent aux yeux de Descombes, les débats philosophiques pendant le dernier demi-siècle ou presque. « Le même et l'autre, c'est à dire la dialectique » dit-il encore, dialectique à entendre au sens de Théodor W. Adorno, dialectique négative, non résolue en une synthèse positive, mais ouverte - où les opposés restent en jeu. Et si, de la réécriture l'enjeu était justement cette ouverture, et l'incessante relance observable du va et vient de la différence et de la répétition.

10Mais le mythe, en cette affaire ?

11Si la réécriture est toujours écriture seconde qui suit une écriture première, écriture sur écriture ou écriture portée à sa puissance seconde et s'il est vrai que le mythe trouve sa terre d'élection dans les sociétés sans écriture, la dyade Mythe et Réécriture est pour le moins incongrue  voire monstrueuse : le geste qui en accouple les termes relèverait du paradoxe et friserait le scandale logique. A se laisser détourner par l'obstacle de cette contradiction on ne tarde pas à en rencontrer une autre : le lien qui unit mythe et littérature devient inintelligible. Pourtant bien avant qu'un certain structuralisme, sur ce lien eût attiré l'attention, il semblait aller de soi. Depuis Homère, cet instituteur de la tradition occidentale, et le Socrate du Phédon reçoit comme une évidence que le poète emprunte au mythe. « Parce que le mythe est au principe de la littérature et qu'il est aussi à son terme » dit J.L. Borges9. Du mythe, un André Jolies10 fait une des « formes simples » de la littérature et un Northrop Frye11 voit dans l'étude des mythes « une des branches essentielles de la critique littéraires ». On a pu aller jusqu'à proposer une identification entre mythe et littérature. Michel Tournier - qui fut l'élève de Claude Lévi-Strauss - révèle que l'ambition de ses réécritures de mythes se confond avec l'ambition et la fonction de la littérature.

« Dès lors la fonction sociale - on pourrait même dire biologique - des écrivains et de tous les artistes créateurs est facile à définir. Leur ambition vise à enrichir ou du moins à modifier ce “bruissement mythologique”, ce bain d'images dans lequel vivent leurs contemporains et qui est l'oxygène de l'âme » 12 .

12Quant à Gilbert Durand il va jusqu'à affirmer : « La littérature, et spécialement le récit romanesque sont un département du mythe ».13

13On croit voir se refermer un piège épistémologique : à rendre mythe et texte littéraire comme catégories séparées, on retrouve au bout du compte ce qu'on a présupposé implicitement et on aboutit à ce dilemme : ou bien ils sont irréductiblement différents et il est impossible de rendre compte de leurs ressemblances, ou bien ils se confondent et il est impossible de rendre compte de leur différence. Entre l'un et l'autre, l'écriture tracerait une démarcation - pour qui, en particulier se rappellerait le mot de Lacan « ... littéraire signifie simplement feuilles de papier couvertes avec l'écriture » (Séminaire 3). Cette démarcation est pourtant moins nette qu'il ne paraît d'abord : les confins de l'oralité et de l'écriture sont bien loin d'être délimités clairement. Du mythe à l'épopée, ou du mythe au roman - pour retenir les titres de Georges Dumézil - les cheminements sont tortueux, autour de la naissance de la tragédie (Nietzsche), entre mythe et tragédie en Grèce ancienne (Jean Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet), bien des ombres règnent encore. La collection foisonnante de récits épiques ou romanesques, des contes et des fabliaux de l'époque médiévale nous est livrée dans une masse de versions et de variantes imbriquées, réécrites, et où se mêlent des traditions écrites et orales. L'écriture ne peut être considérée comme la cause première de l'apparition de la littérature.

14Une littérature orale a préexisté, qui par la force des choses, nous reste inaccessible comme telle : une couche orale peut être pressentie dans les poésies anciennes, mais qu'aucune voix de jongleur ne peut nous transmettre ni nulle tradition orale. Il y a bien eu gestion d'un texte antérieur qui a eu pour effet le passage de l'oral à l'écrit, on a copié le texte oral : l'a-t-on écrit, ou réécrit ? Du texte, l'écriture n'est pas source, origine, sauf à se faire elle-même mythe, mythe de l'origine, « fiction théorique »14, dit Jacques Derrida : le texte écrit ne suffit pas brusquement, sur un fond indifférencié ou vide, création « ex nihilo », derrière lui des « formations discursives » (Michel Foucault) ont déjà constitué tout un réseau où s'entremêlent de multiples codes linguistiques, rituels, familiaux. L'écriture répète ces formations discursives qui lui donnent un ou des pré-textes ou un contexte, des textes antérieurs à gérer : « tout texte est un texte double, deux mains, deux regards, deux écoutes, ensemble à la fois et séparément » (Jacques Derrida)15 ? »  Sait-on ce que c'est qu'écrire ? Une ancienne et très vague mais jalouse pratique, dont gît le sens au mystère du coeur. » (Mallarmé) « …il faut tenir écrire pour un problème... » (Valéry). A cette question, à ce problème, Derrida n'apporte pas une réponse univoque; « ce qu'il faut bien continuer à appeler écriture », et qui est ce pharmakon, remède à la fois bon et mauvais, nécessite à tout le moins « une machine à deux mains », « une multiplicité de sources et d'instances »; « il faut être plusieurs pour écrire et déjà pour percevoir. »16.

15Soit à exprimer la chose brutalement, l'écriture est toujours déjà réécriture. Le texte écrit reprend un texte premier, écrit ou non. Ce qu'exprime le rôle de traducteur que Proust attribue au grand écrivain:

« ... je m'apercevais que le livre essentiel, le seul livre vrai, un grand écrivain n'a pas à l'inventer, puisqu'il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d'un écrivain sont d'un traducteur. »

16On ne peut écrire sans qu'un texte virtuel, métaphorisé ici par le livre, préexiste à l'écriture : non pas livre sacré, essentiel au sens philosophique du terme et qu'il n'y aurait qu'à révéler au besoin en le copiant, mais qu'il faut traduire, au prix d'un travail tout matériel, assimilé par ailleurs à celui des bâtisseurs de cathédrales ou à celui de la cuisinière qui prépare un boeuf aux carottes. Il s'agit bien d'une tâche : dans l'activité de l'écrivain l'activité de l'artiste rien ne s'apparente à la fulgurance d'une révélation, la vérité du « seul livre vrai » n'est pas l'objet de l'aléthéia d'une entité substantielle. Elle n'apparaît qu'au terme d'une besogne d'écriture proprement inachevable : « ... Long à écrire ... il me faudrait beaucoup de nuits, peut-être cent, peut-être mille. Et je vivrais dans l'anxiété de ne pas savoir si le Maître de ma destinée, moins indulgent que le sultan Sheriar, le matin quand j'interrompais mon récit, voudrait bien surseoir à mon arrêt de mort et permettrait de reprendre la suite le lendemain soir. »17.

17Le mythe intervient ici avec une légitimité nouvelle. Si on admet en effet que réécriture peut se dire lors même qu'un premier texte écrit n'est pas assignable, la dyade mythe et réécriture, moins monstrueuse qu'il ne paraissait d'abord se fait proposition épistémologique, pour tenter en particulier, de tourner autour de la question qui plus haut faisait office d'incipit : « qu'est-ce à dire que parler de la réécriture du texte littéraire ? » Citons encore Roland Barthes18 sans promettre que ce sera la dernière fois pour tenter de préciser cette proposition :

« Je crois pourtant que, même si la nouvelle sémiologie préoccupée surtout, récemment, du texte littéraire, ne s'est plus appliquée aux mythes de notre temps depuis le texte des Mythologies où j'esquissais une première approche sémiotique de la parole sociale, elle est du moins consciente de sa tâche : non plus seulement renverser (ou redresser) le message mythique, le remettre à l'endroit... mais changer l'objet lui-même, engendrer un nouvel objet, départ d'une nouvelle science... »

18Nous n'aurons pas ici une ambition aussi vaste ; mais un groupe d'études qui a partie liée avec l'entreprise sémiologique peut au moins retenir cette suggestion de Barthes. Il se pourrait bien qu'inscrire au protocole de sa présente enquête la réécriture, témoigne du désir de se préoccuper en même temps du texte et des mythes. Les mythes de notre temps, dit Barthes. Cela induit ici une réflexion sur le recours au mot – ou à la notion de mythe.

19Le mot mythe a été jusqu'ici employé dans des acceptions variées et parfois équivoques. Ce qui ne laisse pas d'inquiéter. J. Pierre Vernant rappelle qu'à raison même des progrès de l'enquête mythologique, les limites de la notion de mythe deviennent de moins en moins nettes et que certains sont tentés de dire « au sens strict, le mot mythe ne désigne rien »19. Marcel Détienne emploie cette jolie expression : « Poisson soluble dans l'eau de la mythologie, le mythe est une forme introuvable »20. Ces orfèvres en la matière ne nous rassurent point. Ils nous permettent seulement de nous placer, sur le plan d'une « mythologie sans illusions » (M. Détienne21).

20Dans l'emploi que nous en faisons ici, le mot mythe d'abord désigne moins le phénomène qu'il réfère que la somme des efforts qu'il fédère autour de lui, il renvoie moins à des savoirs acquis qu'à un ensemble de procédures d'acquisition du savoir22. Il étiquette ce chantier de recherches inter ou transdisciplinaires que représente la « mythologie » (le terme est amphibologique). Dans le domaine qui nous intéresse plus particulièrement, celui de l'approche du phénomène littéraire on peut proposer pour exemple l'irruption d'abord scandaleuse, puis féconde au point de constituer un paradigme, qu'a faite cette transdisciplinarité : l'étude des Chats de Baudelaire (1962) par Jakobson et Lévi-Strauss. L'anthropologue qui s'attache au mythe en la personne de Lévi-Strauss, aussi bien, est amené à travailler avec Propp, ou à se préoccuper de la psychanalyse. Le mot mythe est donc ici retenu en raison de la place stratégique qu'il occupe dans le champ épistémologique des sciences dites humaines - et tout particulièrement autour de la linguistique et de la sémiologie. Dans le domaine de la critique littéraire il ouvre une perspective anthropologique qui n'est pas très souvent perçue.

21Parmi les effets de cette recherche, il faut souligner l'effet retour du « regard éloigné » de l'anthropologue. Le mythe a cessé d'être rejeté du côté des origines, du côté de l'exotisme dans le temps et l'espace : nous savons maintenant que les formes de la pensée mythologique, le mythisme, ne concerne pas seulement les autres, mais qu'en bien des façons elle nous concerne nous-même. Paul Valéry le présentait déjà

« En vérité, il y a tant de mythes en nous et si familiers qu'il est presque impossible de séparer de notre esprit quelque chose qui n'en soit point »23.

22Lévi-Strauss nous rappelle que rien ne ressemble tant au mythe que les idéologies politiques, et que la discipline historique remplit un certain nombre des fonctions du mythe.

23Le texte littéraire, s'il est en rapport avec le mythe, si massivement il est réécriture des mythes anciens, est aussi en rapport avec les mythes de notre temps, avec la parole sociale. D'où cette suggestion ; le texte littéraire pourrait bien être réécriture du texte oral des mythes nos contemporains. Sur le livre intérieur de Proust sont inscrits non seulement tel mythe, telle légende, non seulement d'autres textes littéraires, mais des textes d'ailleurs venus, paroles sociales, formations discursives, les mythes de son temps ; ceux qui s'inscrivent dans le sociolecte de la famille, Dans les mentalités (snobisme, mondanité...) dans les pratiques culturelles ou technologiques. La besogne de traduction-écriture réécrit aussi ces textes non-écrits, ils entrent dans l'élaboration du »  boeuf aux carottes ».

24Les acquis de la recherche mythologique permettent encore de proposer entre mythe et réécriture un autre type de rapport. Un mythe, pour Lévi-Strauss n'est jamais un mythe : il se constitue d'un ensemble de variantes, d'un faisceau de versions. Il fait gloire à Georges Dumézil d'avoir levé l'hypothèque « que fit si longtemps peser la mythologie comparée l'exigence d'une version primitive, seule authentique » :

« Vous montrez que cette exigence est vaine, non seulement parce que “dès les plus anciens temps, il a certainement coexisté des variantes aussi légitimes les unes que les autres”, mais aussi du fait que la création collective ne s'arrête pas : “Marius et Olive” dites vous plaisamment, des nombreuses aventures que l'on continue d'imaginer sur eux sortent enrichis mais non modifiés, autant et plus « eux-mêmes » qu'auparavant. »24.

25Le mythe originaire n'existe pas, mais le mythe toujours se donne lui aussi sous les espèces de l'identité et de la différence : il répète et il varie (Lévi-Strauss montre encore que la logique du mythe est celle qui revivra en musique dans la fugue). Le mythe se définit donc moins pour Lévi-Strauss par ses contenus, que par ses structures : c'est un lieu de circulation du sens.

26Ainsi, semble-t-il les liens qui unissent le phénomène mythique et le phénomène littéraire peuvent s'éclairer là où on l'attendait le moins : au niveau de la réécriture. Il n'est pas à dire que mythe et réécriture soient assimilables l'un à l'autre : pas plus que le mythe n'englobe la littérature, comme sa forme originaire et matricielle, pas plus la littérature n'englobe le mythe comme sa forme moderne.

27Dans la Potière Jalouse, Lévi-Strauss pose « la question de savoir si, loin que la pensée mythique représente un mode dépassé de l'activité intellectuelle, elle n'est pas toujours à l'oeuvre chaque fois que l'esprit s'interroge sur ce qu'est la signification. »25

28Le phénomène mythique et le phénomène littéraire existent ensemble : à l'intersection des ensembles qu'ils forment, le jeu de la répétition et de la variation, du même et de l'autre. C'est à dire, probablement, un des mécanismes essentiels du fonctionnement de l'esprit.

29Proposer la réécriture du texte littéraire au protocole d'une recherche invite à explorer un domaine où ce jeu est plus particulièrement observable. Moins coûteusement qu'au niveau des mythes, où d'immenses collectes de données sont indispensables.

La Réécriture en effet

30L'étude de la réécriture du texte littéraire correspond à un choix heuristique qui s'appuie sur la pratique des écrivains et semble désigner comme un point de convergence les grands courants de la critique.

31La poiëtique valéryenne, qui doit beaucoup à Mallarmé, peut fournir un repère pour caractériser une pratique qu'on peut nommer post-moderne si par post-modernité on entend comme le propose François Lyotard, « l'état de la culture après les transformations qui ont affecté les règles des jeux de la science, de la littérature et des arts à partir de la fin du XIXe siècle. »

« Un poème à variantes, c'est un scandale pour l'opinion ordinaire et vulgaire. Pour moi c'est un mérite. » (Valéry)

32Cette pratique et cette conception de la littérature mettent l'accent sur le « faire comme principal », au détriment de la chose faite devenue accessoire. Il ne faut pas voir là une esthétique de l'ébauche, de l'inabouti : Valéry, au contraire, et paradoxalement en apparence, est très soucieux de « composition » - ses textes poétiques sont très concertés, très « faits » : mais de refuser de considérer comme une fin les oeuvres achevées et proposées dans leur monumentale identité. « L'oeuvre est pour moi l'objet possible d'un travail indéfini. » C'est ce travail qui est essentiel : conception active, dynamique de la littérature, qui a la hantise de sa réification comme marchandise, « produit fini » (T.W. Adorno) L'important est le mouvement même de la production des oeuvres : « Work in progress » (Joyce), « oeuvre ouverte » (Umberto Eco). « La publication, dire encore Valéry, est pour moi l'art d'accommoder des restes. » Il s'agit moins de produire des valeurs fiduciaires, des biens symboliques consommables tels quels dans la conversation mondaine par exemple, ou comme supports de la complicité culturelle que d'associer le lecteur au mouvement même de la production, de proposer la lecture comme « une incitation » (Proust) S'il est concerté, composé, se veut troué, comme déficitaire par avance des lectures qui en seront faites ; il ne vise pas à satisfaire la demande comme le font les produits de l'économie de marché, de la production de masse ou de la manipulation de l'industrie culturelle (Walter Benjamin, T.W.  Adorno), mais de susciter chez le lecteur des exigences nouvelles, de l'obliger à l'activité, en mettant en jeu dans le texte, à la limite de leurs lacunes, les modélisations contemporaines. En jouant avec les limites de la lisibilité.

33Cette pratique nouvelle des écrivains a pour effet de mettre en évidence une fonction qu'ont toujours eue les oeuvres littéraires d'importance : la « révolution du langage poétique » est moins un changement radical du phénomène littéraire que prise de conscience des modalités de la « production du sens » (Julia Kristeva, Roland Barthes), du dialogisme (Bakhtine, Tzvetan Todorov). Pratique de réécriture qui précisément est travail, inlassablement repris - et qui invite à une lecture qui réécrive le texte dans ses blancs, une lecture active telle que la souhaite Proust.

34La perspective de la réécriture s'ouvre dès lors : pratique d'écrivain, propédeutique de la lecture, la réécriture s'offre comme champ d'action de la critique. Lorsqu'il réécrit, l'écrivain inaugure déjà une attitude réflexive qui a déjà une fonction critique qui se veut connaissance du phénomène littéraire.

35Dans cette perspective, le regard critique prend toujours en compte le texte, mais non comme un objet simple et clos, mais comme objet multiple : unité « discrète » sans doute, mais non entité substantielle. Un texte, c'est toujours ce texte-là (identité) et son autre (altérité). Lire un texte, c'est aussi en lire plusieurs qui affleurent implicitement ou explicitement à sa surface.

36Notre intitulé, la réécriture du texte littéraire, porte la marque d'un moment de l'approche critique.

37Le mot « texte » y est présent : mais non plus donné comme l'objet même de l'étude critique, comme l'unité fondamentale du phénomène littéraire - ce qui a été le cas pendant quelques années dans la décade 1960-1970, où le mot d'ordre était « le texte et le texte tout seul », donnant lieu à des formulations comme celle de Sollers en 1968 (L'Ecriture et l'Expérience des Limites) qui entend tracer « une théorie de l'écriture appelée autrefois “littéraire” mais qu'il vaut mieux nommer aujourd'hui textuelle ».

38La réécriture du texte littéraire invite à lire dans le texte ces autres textes que le « graphe complexe d'une pratique, la pratique d'écrire » (Barthes. Leçon 1978) - ou de réécrire - met en oeuvre :

39- les avant-textes (Jean Bellemin-Noêl). Francis Ponge illustre comme symboliquement la réintégration des avant-textes lorsqu'il publie en 1977 Comment une Figue de Paroles et Pourquoi, exhibant tout son travail de réécriture dont se constitue un « livre ».

« ... j'ai résolu d'exposer une bonne fois, à longueur de pages, et cette fois, sans la moindre retenue, tout le grand nombre de feuillets qu'il m'a fallu gâter pour mener à son achèvement (je veux dire à son efficacité), Quoi donc ? Quel espèce d'ouvrage. Eh bien, un texte... »

40On pourrait parler ici d'une auto-réécriture portant sur le texte d'un même scripteur.

41- ses intertextes, ou ses transtextes - les autres textes, les textes des autres, que la réécriture met en jeu selon toute une gamme de modalités.

42- son, ou ses contextes - au sens où, dans l'Esthétique de la réception on parle de répertoire du texte (Wolfgang Iser) : des pré-textes qui ne sont pas nécessairement écrits et dont le mythe est proposé comme figure représentative. Autre type de sortie de l'immanence textuelle - où la socialité du texte se donne à voir (Jacques Dubois, Claude Duchet, Pierre Zima). La réécriture, a pour effet ici de faire entrer dans le texte - de textualiser - les formes discursives spontanément produites dans la vie sociale ? Effet de « dialogisme ».

43- les « post-textes », ce post-scriptum, dont Wolfganglser propose la présence dans la structure textuelle elle-même (notion de lecteur virtuel) parce qu'il commande à l'élaboration même du texte. Valéry écrivait déjà (L'Amateur de poèmes)

« “Un poème est une durée, pendant laquelle, lecteur, je respire une loi qui fut préparée”, ou (Commentaire de Charmes, introduction à l'édition du recueil complété du commentaire d'Alain écrit dans les marges d'une édition sur grand papier) : “Cette écriture dans les marges produit en quelque sorte aux regards le complément secret du texte, leur montre la fonction du lecteur” ».

44Si l'on admet donc cette idée que les lectures-réécritures du texte sont de celui-ci le « complément » imprévisible, libre bien que concerté, prendre ici en compte, du texte, les gloses qui lui sont postérieures, lire non seulement le texte mais ses marges. Mais Montaigne ne constatait-il pas déjà « Nous ne faisons que nous entregloser ». Le texte qui réintégrait les avant-textes réintègre aussi ses gloses : naissance du « mythe littéraire » qui du texte est prolongement actif, comme le sont les formations discursives du mythe. On comprend mieux ainsi la phrase borgésienne : « Le mythe est au commencement de la littérature, il est aussi à son terme ».

45La réécriture du texte littéraire, de pratique de l'écrivain, devient proposition d'une notion critique dans la pratique critique : il serait plus juste de dire qu'elle désigne un « topos critique », un champ pratico-théorique, dessiné aussi par la convergence des principales propositions théorétiques contemporaines. Il serait vain et impossible de les recenser ici de façon exhaustive et raisonnée : bornons-nous à en évoquer quelques unes sur le mode de l'énumération aléatoire, comme balises facilement repérables. La Poétique de Gérard Genette occupe ici de droit une place de choix :

« L'objet de la poétique est la transtextualité, ou transcendance textuelle du texte, que je définissais déjà, grossièrement, par tout ce qui le met en relation, manifeste ou secrète avec d'autres textes. »26.

46Palimpsestes inventorie le jeu de ces relations et propose des grilles précieuses pour l'étude de la réécriture. Mais la critique génétique, l'esthétique de la Réception, les approches psychanalytiques du texte, les tentatives de mises en rapport de l'histoire et de la société avec le texte, le pragmatisme linguistique et philosophique, la Théorie esthétique d'Adorno, invitent selon leurs perspectives propres à prendre en compte la réécriture.

47Dans la visée de ces diverses approches si le texte reste central, ce n'est pas en qualité d'hypostase sacralisée, mais comme un objet dialectique dans lequel le même et l'autre sont indissolublement liés. « Un texte peut toujours en cacher un autre » dit Gérard Genette : quitte à donner une allure pesante à sa formule figurée et humoristique, nous irons jusqu'à la transformer en cette autre : un texte en cache toujours un ou plusieurs autres, littéraires ou non. C'est ce que les enquêtes contemporaines sur le phénomène littéraire semblent mettre en évidence.

48« Le texte n'existe pas ». Nous sommes beaucoup ici à avoir entendu Jacques Petit prononcer cette formule dont il masquait la provocation derrière un sourire, parce qu'elle traduisait son expérience d'éditeur scrupuleux et de pionnier de la critique génétique27. Dans le même sens, Iouri Lotman écrivait :

« Le texte n'existe pas du tout en soi, car il se trouve inévitablement inclus dans un contexte historique réel ou fictif. Le texte existe en tant que pendant des structures extratextuelles qui lui sont reliées comme le sont les deux ternies d'une opposition » 28.

49Qu'il y ait des textes, ni Jacques Petit ni Iouri Lotman n'en doutent. Leur scepticisme à l'un et à l'autre, tout méthodique, remet en cause « cet étrange concept du texte sur lequel la critique littéraire s'interroge, peut-être depuis Quintilien » (François Rigolot)29. Toute théorie a tendance à doter son objet d'une identité substantielle et à l'identifier avec la réalité ; la théorie du texte n'y a pas échappé : en privilégiant le texte, le « texte tout seul », elle avait tendance à l'hypostasier. Le constat « le texte n'existe pas en soi » n'a pas une portée ontologique, il a une portée épistémologique : il y a des textes, il y a une fécondité, que nul ne songe à contester, de l'étude formelle des textes, mais le texte n'est pas le terminus ad quem de l'approche du phénomène littéraire. Il en va du texte comme de l'atome en physique : l'atome existe, mais il n'est pas « le réel » et sa définition première qui l'enfermait dans l'insécabilité d'une monade, on le sait de reste, a éclaté.

50Le texte existe, et l'aborder dans sa clôture reste une exigence. Notre intitulé programmatique inclut le mot texte, et la plupart des communications de cette journée prendront appui sur des textes. Mais on ne peut plus le confondre avec le phénomène littéraire lui-même. C'est du côté de l'écriture que la notion de texte a éclaté, avec Barthes, par exemple ;

« J'entends par littérature non pas un corps ou une suite d'oeuvres, ni même un secteur du commerce ou de l'enseignement mais le graphe complexe d'une pratique : la pratique d'écrire. Je vise donc essentiellement le texte, c'est à dire le tissu de signifiants qui constitue l'oeuvre, parce que le texte est l'affleurement même de la langue, et que c'est à l'intérieur de la langue que la langue doit être combattue, dévoyée ; non par le message dont elle est l'instrument mais par le jeu des mots dont elle est le théâtre. Je puis donc dire indifféremment, littérature, écriture ou texte. » 30

D'une littérarité restreinte

51Le champ, ou le chantier de la réécriture, s'ouvre dans les confins indécis où se recoupent littérature écriture et texte ; l'intitulé la réécriture du texte littéraire met en jeu les trois mots littérature texte et écriture et propose une nouvelle donne. Réécriture occupe une place privilégiée : la réécriture est donnée comme l'objet même du regard critique.

52Cet objet n'est pas nouveau, pas plus que n'est nouvelle la pratique de la réécriture que les écrivains ont étalée plus visiblement à notre vue : la critique la plus traditionnelle ne la méconnaissait pas en traquant les sources, et la littérature comparée ou la critique thématique, sous divers aspects lui ont donné une place accrue. La nouveauté réside surtout dans le privilège épistémologiquement accordé à la réécriture, le choix de ce « topos ».

53Ce choix n'est pas suggéré par une théorie a priori, nous l'avons vu, il est plutôt déterminé par la prise en compte de la pratique, tant celle des écrivains que celle de la critique : il propose donc un topos pratico-théorique apte à mettre en jeu les apports théoriques venus d'horizons divers des sciences humaines même si parfois ces rapports pa­raissaient divergents. Un tel propos se place dans la perspective de la « littérarité restreinte » définie par Thomas Aron31, au sens où l'on parle de « relativité restreinte » ;

« Nous interrogeons des textes littéraires “centraux”, ceux que le consensus socio-culturel n'éprouve guère d'hésitation à considérer comme littéraires. Nous interrogeons notre regard sur les textes, substituant alors à la question : qu'est-ce qu'un texte littéraire ? celle-ci : comment lisons-nous un texte quand nous le lisons comme littéraire. »

54Cette proposition correspond à un véritable retournement épistémologique par rapport aux exigences traditionnelles auxquelles se heurtent la critique. Comme objet de connaissance, la littérature, le texte littéraire n'ont pas à répondre d'abord à la question maintes fois formulée après (comme elle l'était déjà avant) la fracassante interrogation sartrienne « qu'est-ce que la littérature », ou à l'insistance question « qu'est-ce qu'un texte littéraire ». Comme si « littérature » ou « texte littéraire » devaient être définis d'abord, a priori, comme s'ils devaient être des essences. Restes d'une pensée théologique ou de son avatar plus récent, le positivisme étroit que la science depuis longtemps a dépassé. L'objet scientifique, nous dit Michel Serres, n'a plus la netteté de contours d'un cristal qu'on lui a longtemps prêtée : il est un « objet à bords nuageux » un « ensemble flou ». Il n'est pas « le réel », il est, du réel ce que l'on peut dire, et moyen d'agir sur ce réel. Constituer un objet de savoir littéraire répond aux mêmes exigences : il s'agit de choisir des objets qui appartiennent à la partie dense de cet ensemble flou, le phénomène littéraire, autrement nommé littérature. Quel physicien ou quel chimiste oserait-on sommer de dire d'abord ce que c'est que la matière, ou le réel ? On ne voit pas pourtant que la physique ou la chimie y perdent leur crédit ni leur efficace. Les progrès même de la science ont réfuté deux grandes prétentions scientistes : celle qui voulait que toute question pût être résolue, c'est-à-dire détruite et celle qui voulait que sa scientificité se définît essentiellement par la possession de connaissances regardées comme définitives. Au rebours il paraît plutôt que l'avance du savoir permet de poser autrement et mieux les questions, et que les connaissances scientifiques sont des propositions réfutables, telles que la science même, en exposant ses outils et ses procédures donne le moyen de les dépasser.

55Le réel, pour le physicien, le phénomène littéraire pour le critique ne sont pas en amont de sa recherche : ils sont en aval.

56Opter pour la « littérarité restreinte » a pour effet de conjurer ces restes de naïveté épistémologiques que traîne après soi la critique qui se veut savoir un peu exigeant : le souci de scientificité ne suppose nullement que l'objet du savoir soit parfaitement délimité à l'avance, mais qu'on s'interroge en même temps sur cet objet et sur la méthode qu'on élabore pour constituer cet objet.

57Le privilège accordé à la réécriture suppose ce choix d'une littérarité restreinte : par hypothèse les textes retenus sont littéraires, appartiennent à la littérature. A charge pour l'étude de la réécriture de nous apprendre quelque chose du phénomène littéraire. Non pas ce qu'il est, dont nous nous délivrons par avance, mais comment il est, et comment nous le regardons. Si la réécriture opère ici comme une notion - c'est-à-dire qu'elle nous sert pour parler du phénomène littéraire, moins qu'une autre elle risque d'être prise pour une « réalité » - la notion de texte entretenait avec les textes concrets une relation équivoque qui risquait d'entraîner la confusion plus haut signalée. Réécriture ne désigne pas une chose du monde, mais une pratique qui renvoie à plusieurs choses du monde - le texte et « ses autres » utilisée comme notion, la réécriture se donne pour ce qu'elle est, abstraction construite, tirée du réel, pour au réel retourner et pour donner prise sur lui.

58Elle relève de la sémiotique dans cette fonction que voit en elle Anne Hénault32 : « La sémiotique suspend l'évidence du réel qui n'est pas pour elle un “donné” mais bien le résultat d'une construction qui pour être implicite, n'en est pas moins présente ».

59La réécriture suspend, du texte littéraire, l'évidence du réel, sa matérialité empirique immédiate, pour y montrer un objet « bien plus complexe que nos modèles anciens, bien plus aléatoire que nos modèles actuels ». Et du phénomène littéraire une image elle aussi plus complexe, plus aléatoire peut-être, plus brillante, on se risque à l'espérer.

Réécriture et mythe : une littérarité revisitée.

60Refuser d'avoir à donner de la littérature une définition essentielle n'est pas à dire que la littérature n'existe pas, ni que son statut soit précaire, même si depuis toujours le phénomène littéraire est l'objet de soupçons. C'est accepter que le statut de la littérature soit problématique. Se placer dans la perspective de la littérarité restreinte ne restreint pas le phénomène littéraire et ne méconnaît pas que le discours littéraire se distingue d'autres types de discours : mythique, théologique, philosophique, scientifique, juridique, etc... Il y a un propre du littéraire ; et le choix de la littérarité restreinte le postule, et elle l'explore de l'intérieur.

61Reste que d'un point d'un ensemble comme dirait un mathématicien, on ne peut voir l'ensemble et qu'à se maintenir dans un système on aboutit nécessairement à un phénomène d'auto-référence qui détermine une structure analogue à celle des miroirs qui se réfléchissent à l'infini. (Douglas Hofstadter a consacré un récent ouvrage à ce problème Gadel, Escher, Bach). Ainsi, à la limite « la réécriture du texte littéraire » forme tautologie : si tout texte littéraire est un texte réécrit, et si toute réécriture donne lieu à un texte déjà littéraire nous risquons d'avoir affaire à un serpent qui se mord la queue, ou à un ruban de Moëbius.

62La littérarité restreinte ne doit donc pas nous enfermer dans un dilemme : c'est dire qu'il la faut articuler nécessairement à son « autre », aux autres formes discursives, aux autres activités humaines. Un texte de Jacques Derrida présente cette problématique :

« Ce fut, je crois, un progrès décisif de ce demi-siècle que de formuler explicitement la question de la littérarité, notamment à partir des formalistes russes (non seulement à partir d'eux : en raison d'un certain ensemble de nécessités historiques, la plus déterminante était une certaine transformation de la pratique littéraire elle-même). L'émergence de cette question de la littérarité a permis d'éviter un certain nombre de réductions et de méconnaissances qui auront toujours tendance à ressurgir (thématisme, sociologie, historicisme, psychologisme sous des formes plus déguisées). D'où la nécessité du travail formel et syntaxique. Néanmoins, une réaction ou une telle réduction symétriques pourraient maintenant se dessiner : elles consisteraient à isoler, pour la mettre à l'abri, une spécificité formelle du littéraire qui aurait une essence et une vérité propres, qu'on n'aurait même plus à articuler à d'autres champs théoriques ou pratiques »33.

63La méthode qui s'esquisse autour de la réécriture est assez bien placée pour échapper à des « réductions et des méconnaissances » qui ont scindé le champ de la critique et en ont fait un champ compartimenté selon des délimitations suggérées par d'autres sciences humaines - linguistique, psychanalyse, sociologie - ou par les divergences apparentes des avancées de la recherche (lecteurs formalistes, historiques, narratologiques...)

64Elle prend appui sur une poétique comme celle de Gérard Genette, elle aussi placée dans la perspective d'une littérarité restreinte et qui permet de décrire les rapports entre les textes - les relations transtextuelles - qui vont de l'imitation d'un texte par un autre, à la transformation du second par le premier. Le texte réécrit est bien un palimpseste. Prendre en compte la réécriture, c'est porter le regard sur la zone où ces relations transtextuelles s'établissent dans la pratique même des écrivains.

65Gérard Genette, à la fin de Palimpsestes fait cette remarque :

« J'entends bien - il faudrait être sourd - l'objection que ne manque pas de soulever cette apologie, même partielle, de la littérature au second degré : cette littérature “livresque” qui prend appui sur d'autres livres, serait l'instrument ou le lieu, d'une perte de contact avec la “vraie réalité, qui n'est pas dans les livres” ».

66Prendre en compte la réécriture, en la mettant en rapport avec le mythe - cet autre de la littérature, plus proche d'elle peut être que tout ce reste qui... n'est pas littérature - désigne un champ de recherche où le contact avec la « vraie » réalité peut être aperçu. Ou, pour dire les choses autrement, comment la littérarité restreinte « s'articule avec d'autres champs théoriques ou pratiques ». A littérarité restreinte, sémiologie ouverte.

67Non pas que le mythe soit plus proche de la « vraie » réalité : mais parce qu'il opère sur elle et que, comme le remarque Wolfgang Iser des textes de fiction, par eux « il se dit quelque chose que les systèmes dominants mettent entre parenthèses et ne peuvent donc intégrer au monde tel qu'ils le socialisent. La fiction constitue la cohérence globale de la réalité : elle ne s'oppose pas à elle, elle la communique » 34. Il y a bien dans cette direction une analogie structurelle entre le mythe et la littérature : une analogie qui joue sur ces rapports de variation et de répétition d'altérité et d'identité, présents dans les formations de la pensée mythique, et en oeuvre dans la réécriture. De tels rapports sont à l'arrière fond de toute pensée. « L'esprit, dit Valéry, est une puissance de transformation toujours en acte »35.

68Le mythe, par sa situation épistémologique, ouvre la perspective anthropologique : c'est dans cette perspective qu'on peut tenter d'apercevoir la « littérarité restreinte » dans ses articulations avec des activités humaines. C'est peut-être de cette manière que la formulation de la question de la littérarité constitue un « progrès décisif ». Une littérarité revisitée par ses entours.

69Regard anthropologique qui, s'il prend des distances avec son objet ne prend pas seulement une distance temporelle : le mythe est parmi nous, il opère ici et maintenant, insidieusement, comme cet immense parasite interne que voit en lui Roland Barthes.

70Mais, ici et maintenant, opèrent les textes littéraires - autrement que le mythe : dans le régime ludique qui est le sien, en face du mythe et en face du monde ou de ses représentations, la littérature dessine un espace de liberté et d'invention où la croyance n'enchaîne pas. Opérant à la façon du mythe, la littérature opère aussi contre lui : moment, dirait T.W. Adorno, de la dialectique de la raison - ainsi dès Homère la littérature montre l'homme en train de se délivrer du mythe, comme l'Ulysse de l'Odyssée. Elle continue d'exercer cette fonction, toujours en avance sur ce qu'on peut dire d'elle, précédant toute herméneutique, parce que, ludique et libre, elle réécrit son texte incessamment.

71Peut-être, dans le « discours impur » du « philosophe-artiste » (J. N. Vuarnet) est-elle au premier rang pour nous rappeler qu'il n'est de « mythe pur que le savoir pur de tout mythe », selon le mot de Michel Serres, et nous aider à raison garder, ou nous inciter à raison trouver. Lorsqu'elle crée des mythes, du moins le fait-elle, sinon « en toute clarté » du moins en invitant à prendre avec eux la liberté de les réécrire.

72La perspective critique de la réécriture refuse tout dogmatisme, et par avance réfute celui qui naîtrait d'elle, puisqu'aussi bien elle montre que le texte littéraire, depuis l'identique invente l'autre, depuis la répétition, la variation, et dans les deux sens.

73Esquisse d'une méthode qui ne veut pas avoir le dernier mot puisqu'il faudra le réécrire, et pour qui, selon le mot de Jean Paulhan, « la littérature est une fête pour tout le monde, à laquelle tout le monde est convié ».

Haut de page

Bibliographie

Cette bibliographie ne se veut nullement exhaustive et pour  cause, il lui faudrait prendre des dimensions gigantesques. Elle ne peut prétendre à être une bibliographie raisonnée : d'orientation résolument transdisciplinaire son classement pour être rigoureux demanderait un appareil méthodologique beaucoup trop lourd qui d'ailleurs dénaturerait le champ des lectures qu'elle reflète.

On s'est donc contenté d'une arbitraire dichotomie destinée à faciliter sa consultation et qui signale la double orientation de la recherche. Il y a « le côté du mythe » et le « côté du texte » : à l'intérieur des deux sections, les ouvrages sont classés alphabétiquement par noms d'auteur, les revues et recueils collectifs faisant l'objet d'une liste séparée, dans l'ordre alphabétique des titres.

Du côté du texte

ADORNO (Theodor W.) THÉORIE ESTHÉTIQUE Paris. Klincksieck Coll. Esthétique 1974 (Francfort 1970 pour l'édition allemande)

ADORNO (Theodor W.) AUTOUR DE LA THÉORIE ESTHÉTIQUE « Paralipomena ». Introduction première. Paris. Klincksieck Coll. Esthétique 1976 (Francfort 1970 pour l'édition allemande)

ADORNO et M. HORKHEIMER La DIALECTIQUE DE LA RAISON « Fragments philosophiques ». Paris. Gallimard. Bibliothèque des Idées 1974. (New York 1944 pour la première édition).

ANZIEU Didier LE CORPS DE L'OEUVRE « Essai psychanalytique sur le travail créateur ». Paris. Gallimard Coll. Connaissance de l'inconscient. 1981.

ARON Thomas L'OBJET DU TEXTE ET LE TEXTE OBJET. Paris. Les éditeurs français réunis. Coll. Entailles. 1980.

FRYE Northrop. ANATOMIE DE LA CRITIQUE. Paris Gallimard (Bibliothèque des Sciences Humaines) 1969 (1957 pour éd. en langue anglaise).

« LITTERATURE ET MYTHE » « MISE AU POINT » Article paru in Poétique n°8 Paris Seuil 1971.

GENETTE Gérard PALIMPSESTES LA LITTÉRATURE AU SECOND DEGRÉ Paris. Editions Seuil. ColI. Poétique 1982.

GREEN André UN OEIL EN TROP « Le complexe d'Oedipe dans la tragédie » Paris. Editions de Minuit. ColI. Critique 1969.

HORKHEIMER M. cf. ADORNO T.W.

ISER Wolfgang L'ACTE DE LECTURE (Théorie de l'Effet Esthétique) Bruxelles, Pierre Madraga éditeur 1985 (1976 par l'édition allemande).

JAUSS Han Robert POUR UNE ESTHÉTIQUE DE LA RÉCEPTION Paris. Gallimard. Bibliothèque des Idées 1978 (1972 à 1975 pour l'édition allemande)

JOLLES André FORMES SIMPLES Paris. Editions Seuil Coll. Poétique 1972 (1930 pour l'édition allemande)

LARUELLE Fançois MACHINES TEXTUELLE CONSTRUCTION ET LIBIDO D'ÉCRITURE Paris. Seuil « L'ordre Philosophique » 1976.

LOTMANN Youri LA STRUCTURE DU TEXTE ARTISTIQUE Paris. Gallimard. Bibliothèque des Sciences Humaines 1973. (1970 pour l'édition russe)

LYOTARD Jean-François LA CONDITION POST-MODERNE Paris. Minuit Coll. Critique 1979.

LE DIFFEREND Paris. Editions de Minuit Coll. Critique 1983.

MALLARMÉ Stéphane « LA MUSIQUE ET SES LETTRES », « QUANT AUX LETTRES », « LES DIEUX ANTIQUES » Paris. Gallimard. Oeuvres complètes. Coll. Pléiade 1945.

MARIN LOUIS UTOPIQUES JEUX D'ESPACE Paris. Editions de Minuit. Coll. Critique 1973.

MESCHONNIC Henri POUR LA POÉTIQUE « Essai » Paris. Gallimard. Coll. Le Chemin. 1970.

REICHLER Claude LA DIABOLIE « La séduction, la renardie, l'écriture » Paris. Editions de Minuit. Coll. Critique 1979.

SCHNEIDER Michel VOLEURS DE MOTS Paris. Gallimard. Connaissance de L'Inconscient. 1985.

SOLLERS Philippe L'ÉCRITURE ET L'EXPÉRIENCE DES LIMITES Paris Seuil « Points » 1 978.

STAROBINSKI Jean « Diderot et la parole des autres » in Diderot. Oeuvres Complètes. Paris. Club Français du Livre (Tome XII pages I à XXI)

TODOROV Tzvetan CRITIQUE DE LA CRITIQUE (Un roman d'apprentissage) Paris. Seuil. Collection Poétique 1984.

VALERY Paul Cahiers Tome I et II Paris. Gallimard. Coll. Pléiade 1973.

VUARNET Jean-Noël LE DISCOURS IMPUR Paris. Editions « A la lettre » 1973.

LE PHILOSOPHE-ARTISTE Paris. Union générale d'édition 1977.

ZIMA Pierre V. POUR UNE SOCIOLOGIE DU TEXTE LITTÉRAIRE Paris. Union générale d'éditions 10/18 1976.

LE DÉSIR DU MYTHE - UNE LECTURE SOCIOLOGIQUE de Proust Paris - Nizet éditeur - 1973.

Revues et collectifs

CORPS ÉCRIT n°15 « Répétitions et variations » Paris. Presses universitaires de France 1985.

LE DÉBAT n°29 « Comment parler de la Littérature » Paris. Gallimard 1954. n°31 articles « Littérature et Critique » Paris. Gallimard. 1954.

POÉTIQUE n°8 « Littérature et Mythe » (mise au point) Paris. Seuil 1971.

n°39 THÉORIE DE LA RÉCEPTION EN ALLEMAGNE Paris. Seuil Sep. 1979.

n°50 « Généalogies de l'écriture » Paris. Seuil. Avril 1982.

REVUE D'ESTHÉTIQUE n° ADORNO Paris. Nouvelle série n°8 1985.

ÉCRITURE ET GÉNÉTIQUE TEXTUELLE. Valéry l'œuvre (Textes réunis par Jean LEVAILLANT Lille. Presses universitaires de Lille. 1982. Paris José Corti 1976.

Du côté du mythe

ALBOUY Pierre MYTHOGRAPHIES. Paris José Corti 1976.

BARTHES Roland MYTHOLOGIES. Paris. Seuil 1957. Réed. « Point » 1970.

CAILLOIS Roger LE MYTHE ET L'HOMME Paris. Gallimard 1938. Réed. « Idées » 1972.

CASSIRER E. LA PHILOSOPHIE DES FORMES SYMBOLIQUES Tome Il La pensée mythique. Paris. Editions de Minuit 1972.

DESTIENNE Marcel L'INVENTION DE LA MYTHOLOGIE Paris N.R.F. Lettres – Sciences Humaines 1981.

EIGELDINGER Marc. LUMIÈRES DU MYTHE Paris. Presses Universitaires de France 1983.

ELIADE Mircea ASPECT DU MYTHE Paris. Gallimard 1963. Mythes, rêves et mystères. Paris Gallimard. Col. Idées

LEVI-STRAUSS Claude
ANTHROPOLOGIE STRUCTURALE I Paris. Librairie Plon. 1958.
LE REGARD ÉLOIGNÉ Paris. Librairie Plon. 1983.
LA POTIÈRE JALOUSE Paris. Librairie Plon. 1985.

VALERY Paul « Petite lettre sur les mythes » Paris. Gallimard Pléiade Oeuvres T. I

VERNANT Jean-Pierre et VIDAL NAQUET Pierre MYTHE ET TRAGÉDIE EN GRÈCE ANTIQUE Paris. Maspéro « Textes à l'appui ». 1972.

VERNANT Jean-Pierre MYTHE ET PENSÉE CHEZ LES GRECS Paris. Maspéro 1974

VEYNE Paul LES GRECS ONT-ILS CRU À LEURS MYTHES? Paris. Seuil. Coll. Des Travaux. 1983.

VUARNET J. Noël Le Philosophe-Artiste Paris. U.G.E. 1977.

Revues et collectifs

CAHIERS DE FONTENAY (Les) n°9-10 DES MYTHES E.N.S. Fontenay aux Roses

COLLECTION ENTRECROISEMENTS MYTHES ET ARTS Marseille. Sgraffite. Ministère de la Culture 1983.

LE TEMPS DE LA RÉFLEXION 1980 « La pensée du Mythe » Paris. Gallimard 1980.

LE TEMPS DE LA RÉFLEXION 1984 « La Puissance du Faux » Paris. Gallimard 1984.

POÉTIQUE n°1 « Les structures narratives du mythe » Harald Weinrich.

ORACL n°3-4 (Revue trimestrielle de création littéraire ORAC. Poitiers 1983) Construction et déconstruction du mythe dans la littérature contemporaine

Haut de page

Annexe

Haut de page

Notes

1 Qu'il soit permis, une fois pour toutes, de préférer ici le néologisme récriture. Récriture ne figure pas davantage dans les dictionnaires, même si réécrire est attesté. Néologisme pour néologisme, réécriture (plus euphonique ? mais des goûts...) est d'aussi bonne langue que réédition, réélection etc... : il a l'avantage non négligeable de mettre en valeur le préfixe réitératif et peut être de répondre à un besoin nouveau et à un nouvel usage (pour prendre date : en 1971 Barthes : "réécrire (qu'on ne peut aujourd'hui écrire "comme ça")…
2 On été consultés et librement cités Littré, Robert et Petit Robert, Le dictionnaire des mots nouveaux de Pierre Gilbert (Hachette-Tchou 1971).
3 On lira, à ce sujet, en annexe "Rédacteurs ou écrivains".
4 Nous devons à une remarque de J.P. Vallecalle cette observation : les "remanieurs" médiévaux justifiaient leurs modifications d'un texte tuteur par une fidélité plus grande à un texte original plus ancien et perdu que leur version restituerait avec plus d'exactitude. Réécriture qui se voudrait oeuvre de copiste.
5 Rescrit, doublet de réécrit, s'est spécialisé pour désigner une forme autoritaire de socialité : réponse de l'empereur à Rome, bulle pontificale ou ordonnance. Réécriture du pouvoir.
6 Gérard Genette "L'autre du même" in Corps Ecrit, 15, Répétition et variation. Paris 1985. Revue P.U.F.
7 On lira dans l'annexe n°1 la suggestion d'un autre itinéraire.
8 Vincent Descombes Le Merne et l'Autre - Paris 1979. Editions de Minuit. Collection Critique.
9 J.L. Borgès Parabole de Cernantes,in L'Auteur et autres textes. Paris. éédition "L'Imaginaire" Gallimard, p. 27.
10 André Jolies Formes Simples. Paris. 1972. Edition du Seuil Collection Poétique. (pour l'édition allemande 1930).
11 Northrop Frye Article "Mythe et littérature" 1930) in Poétique n°8. Editions du Seuil. 1972.
12 Michel Tournier Le vent Paraclet Paris. Gallimard 1979. page 187.
13 Gilbert Durand Le décor mythique de la chartreuse de Parme. Paris Corti 1961, page 12.
14 Jacques Derrida "Freud et la Scène de l'écriture" in l'Ecriture et la Difference. Paris. Editions du Seuil Collection Tel Quel. 1967.
15 Jacques Derrida Marges de Za Philosophie. Paris. Editions de Minuit. Collection Critique 1972.
16 Jacques Derrida "Freud et la scène de l'Ecriture in l'Ecriture" et la Différence. op. cit.
17 On pourra ici lire l'annexe "Proust et la plume de l'écriture".
18 Roland Barthes article "La Mythologie aujourd'hui" parue dans la Revue Esprit (1971). Repris in Le Bruissement de la langue (posthume) Paris. Editions du Seuil 1984. page 79 et sq.
19 Jean-Pierre Vernant article "Le mythe au Réfléchi" in Le temps de la Réflexion 1980. Paris. Gallimard.
20 Marcel Détienne L'Invention de la Mythologie Paris. Gallimard. Coll. Sciences Humaines. 1981.
21 Marcel Détienne article "Une Mythologie sans illusion" in Le Temps de la Réflexion (op. cit.).
22 Citons ici pour fixer les idées, la présentation des articles réunis sous l'entrée "mythe" dans l'Encyclopaedia Universalis "Ethnologues et sociologues, culturalistes ou folkloristes, historiens des religions ou des idées, juristes ou économistes, archéologues ou philologues, linguistes ou logiciens, psychologues ou psychanalystes, théologiens ou philosophes ; tout le monde aujourd'hui, ou peu s'en faut, s'intéresse au mythe".
23 Paul Valéry "Petite Lettre sur les Mythes" in Oeuvres. Paris, Gallimard, Coll. Pléiade T. 1 page 965.
24 Claude Lévi-Strauss Discours prononcé pour la réception de Georges Dumézil à l'Académie Française (sept. 1979).
25 Claude Lévi-Strauss La Potiére Jalouse. Paris. Pion. 1985.
26 Gérard Genette Palimpsestes La littérature au second degré Paris. Editions du Seuil. Collection Poétique. 1982.
27 La formule de Jacques Petit sert de titre à un article de Louis Hay (in Poétique n°62 Avril 1985). Louis Hay rappelle que Jacques Petit avait conclu sur ce constat le colloque "Les manuscrits : transcription, édition, signification" C.N.R.S. - E.N.S. Paris 1975 et il voit dans ce colloque la naissance officielle de la critique génétique. Dans la conclusion de son article, Louis Hay écrit
"Le texte ne s'abolit pas dans cette profondeur de champ - il apparaît seulement comme un objet bien plus complexe que nos modèles anciens, bien plus aléatoire que nos modèles actuels".
28 louri. Lotman La structure du texte artistique Paris. Gallimard. Bibliothèque des Sciences Humaines. 1973 pour la traduction française. Moscou 1970 pour l'édition russe.
29 François Rigolot "La Renaissance du Texte" in Poétique N°50 AV 82.
30 Roland Barthes Leçon. Paris. Editions du Seuil 1978.
31 Thomas Aron Littérature et Littérarité "Un essai de mise au point". Paris. Annales de l'Université de Besançon. Belles Lettres. 1984
32 Anne Hénault Narratologie, sémiotique générale  "Les enjeux de la Sémiotique 2" Paris. Presses Universitaires de France. 1983.
33 Jacques Derrida Positions, Paris. Editions de Minuit. 1972 Page 94.
34 "Au sujet du Cimetière Marin". Pléiade. Oeuvre T 1 page 14.
35 Idem.
36 Voir l'annexe consacrée à Samuel Beckett.
37 On lira sur les NARCISSE que fit paraître Valéry le remarquable ouvrage collectif intitulé ECR1TURES ET GENETIQUE TEXTUELLE. VALLERY A L'OEUVRE. Etudes de Ned Bastet, Nicole Celeryette, Janine Jallat, Huguette Laurenti, Florence de Lussy, Régine Pietra, Judith Robinson, Céline Sabbagh, réunies et préfacées par Jean Levaillant – occasion d'une belle mise au point sur la critique génétique. Lille. Presses Universitaires de Lille. 1982.
38 Conférence faite à Marseille le 19 septembre 1941, à Marseille. Extraits publiés in Oeuvres Tome 1. Pléiade p. 1560.
39 NOTE A JULIEN P. MONOD (mai 1926), destiné à paraître en tête des ETUDES SUR NARCISSE (in OEUVRES, tome 1, Pléiade. Gallimard, page 1673).
40 Roland Barthes MYTHOLOGIES Paris, Seuil, 1957. Réédition, "Points" Seuil 1970, p. 222.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Domino, « La réécriture du texte littéraire Mythe et Réécriture », Semen [En ligne], 3 | 1987, mis en ligne le 05 septembre 2007, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/5383

Haut de page

Auteur

Maurice Domino

Université de Franche-Comté (Besançon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page