Navigation – Plan du site

Le texte et ses composantes

Théorie d'ensemble des plans d'organisation
Jean-Michel Adam

Texte intégral

L'énoncé, dans sa singularité, en dépit de son individualité et de sa créativité, ne saurait être considéré comme une combinaison absolument libre des formes de langue. (Bakhtine 1984 : 287)

1Le présent essai est une mise au point destinée à clarifier et ordonner certaines propositions de mes trois derniers ouvrages de linguistique pragmatique et textuelle. La théorie générale exposée dans Eléments de linguistique textuelle (Mardaga 1990) fixe un cadre sur lequel je ne reviendrai pas. Je me propose surtout de développer le chapitre consacré aux plans d'organisation en exposant une théorie plus générale des divers modules qui règlent la mise en texte. Certains des plans considérés ne sont que brièvement présentés dans la mesure où des chapitres de Langue et littérature (Hachette 1991) et de Les textes : types et prototypes (Nathan 1992) leurs sont consacrés (période, progression et cohésion, segmentation dans le premier, unité d'analyse, hétérogénéité et prototypes séquentiels dans le second). Le texte qu'on va lire n'est donc à prendre que comme une introduction destinée à expliciter le cadre d'une théorie générale et à mettre de l'ordre dans des savoirs linguistiques souvent très techniques et difficiles à articuler.

2Je crois utile de partir du fait que la compétence linguistique des sujets semble réglée, de façon fort complexe, par un faisceau de contraintes : locales et globales, textuelles et discursives.

  • a. Contraintes discursives (celles des genres) — localisées dans la partie supérieure du schéma 1 — liées à des pratiques discursives toujours historiquement et socialement réglées.

  • b. Contraintes textuelles — localisées dans la partie inférieure du schéma 1 — liées à l'hétérogénéité de la composition dont rendent compte les plans d'organisation (notés A1, A2, A3, B1 et B2).

  • c. Contraintes locales d'une langue donnée, sur les plans phonique et (ortho)graphique, lexical, grammatical, sémantico-logique.

  • 1  Je complète ici le chapitre 2 de la première partie de mes Éléments de linguistique textuelle qui n (...)

3Le schéma suivant détaille les modules ou plans complémentaires qu'il me paraît utile de distinguer1 :

Schéma 1

4La distinction de ces plans d'organisation de la textualité rend compte du caractère profondément hétérogène d'un objet irréductible à un seul type d'organisation, d'un objet complexe et en même temps cohérent. Dans la perspective pragmatique et textuelle qui est la mienne, un TEXTE peut être considéré comme une configuration réglée par divers modules ou sous-systèmes en constante interaction. Les trois premiers correspondent à l'organisation qu'on peut dire pragmatique du discours [A], les deux derniers permettent de rendre compte du fait qu'un texte est une suite non aléatoire de propositions [B].

5Trois plans — ou modules de gestion — de l'organisation pragmatique peuvent être distingués : la visée illocutoire [Al], les repérages (ancrages et plans) énonciatifs [A2] et la représentation construite ou « monde » du texte (organisation sémantique-référentielle) [A3]. Deux plans d'organisation assurent l'articulation des propositions : la grammaire de phrase et la grammaire de texte sont responsables de ce qu'on peut appeler la connexité textuelle (ou organisation générale) [B1], mais il faut ajouter à ce module de gestion de toutes les formes de mise en texte un autre module, celui de l'organisation séquentielle (prototypes de séquences) [B2]. Ces cinq plans d'organisation complémentaires, qui correspondent à des sous-systèmes ou modules de gestion de toute conduite langagière, peuvent être détaillés en tenant compte chaque fois des dimensions locale et globale des faits de langue. Ces cinq plans d'organisation, liés à divers systèmes de connaissances des sujets, coopèrent et s'enchaînent très étroitement lors des processus de production et d'interprétation. Si l'on veut se faire une idée adéquate de ces processus, il faut, comme le note D. Viehweger (1990 : 49), avoir recours à un modèle complexe.

1. Plan de la visée illocutoire et de la cohérence [Al]

6Au niveau de ce premier module, et comme le montre Léo Apostel (1980), un texte est une séquence d'actes illocutoires qui peut être considérée elle-même comme un acte de discours unifié. Le principe de cette hiérarchie est bien décrit par D. Viehweger

7« Les analyses concrètes montrent que les actes illocutoires qui constituent un texte forment des hiérarchies illocutoires avec un acte illocutif dominant étayé par des actes illocutoires subsidiaires rattachés à l'acte dominant par des relations dont le caractère correspond aux fonctions que ceux-là remplissent vis-à-vis de celui-ci » (1990 : 49). A la suite de F. Nef, j'ai souvent pris l'exemple d'un discours politique giscardien (le discours dit « du bon choix pour la France » de janvier 1978). Il est facile de résumer ce discours de Giscard en disant qu'il a demandé au pays (à tous les Français) de voter pour la droite. Mais cette opération implique que l'auditeur/lecteur identifie, d'une part, la suite des actes illocutoires : promettre, interroger, prédire, etc., mais aussi, d'autre part, qu'il dérive de cette suite hiérarchisée d'actes un acte global et indirect de type directif : en effet, nulle part le Président n'ordonne explicitement de voter pour la majorité de l'époque. Un acte dominant doit donc être dégagé, acte qui correspond à l'idée que l'interprétant se fait de l'intention du locuteur. Passer ainsi d'un complexe d'actes illocutoires qui l'étayent à un acte dominant explicite ou implicite, c'est conférer à un texte une certaine cohérence.

8Retenons que la dérivation d'un macro-acte peut s'effectuer soit de manière progressive (dans le mouvement induit par la successivité des actes illocutoires), soit de manière rétrospective, à partir du dernier acte. C'est ce dernier cas de figure qu'illustre l'exemple giscardien puisque le discours se termine par un micro-acte prédictif explicite (« ... comme vous l'avez toujours fait, vous ferez le bon choix pour la France »). Ce prédictif est chargé de masquer le macro-acte directif qui est, bien sûr, la clé de l'intervention présidentielle. Pour identifier l'acte illocutoire dominant sur la hase duquel une cohérence peut être établie, l'interprétant se fonde sur des informations textuelles (grammaticales) et sur la situation socio-discursive de production/interprétation du genre discursif choisi. A propos de l'exemple choisi, j'ai montré ailleurs (1985 : 186-201) la complexité du processus de légitimation institutionnel du locuteur. En effet, pour accomplir un acte directif du type de l'acte ici dominant, il fallait que le locuteur qui le proférait se dégage d'une contrainte institutionnelle forte : la constitution de la Vème république interdit au Président de la République de prendre parti directement dans le débat législatif. L'interprétation de l'acte directif passe donc aussi par une interprétation de la situation : ici par la reconnaissance de la légitimité de celui qui profère l'acte directif. A la fin du Texte narratif, j'ai montré qu'un petit récit autobiographique a pour fonction de créer cette légitimité :

(1) Quand j'avais treize ans, j'ai assisté en Auvergne à la débâcle de l'armée française. Pour les garçons de mon âge, avant la guerre, l'armée française était une chose impressionnante et puissante. Et nous l'avons vue arriver en miettes. Sur la petite route, près du village où j'irai voter en mars comme simple citoyen, nous interrogions les soldats pour essayer de comprendre : « Que s'est-il passé ? »
La réponse nous venait, toujours la même: « Nous avons été trompés, on nous a trompés. »
J'entends encore à quarante ans d'intervalle cette réponse et je me suis dit que, si j'exerçais un jour des responsabilités, je ne permettrais jamais que les Français puissent dire : « On nous a trompés. »
C'est pourquoi je vous parle clairement.

9Je reviendrai plus loin sur cette séquence narrative déterminante fonctionnellement ainsi que sur la séquence argumentative qui, à mon sens, livre la clé de l'opération discursive en cours.

10La visée illocutoire globale définit tout texte comme ayant un but (explicite ou non) : agir sur les représentations, les croyances et/ou les comportements d'un destinataire (individuel ou collectif). Le discours littéraire, en dépit de ce qu'on en dit parfois, n'est pas moins soumis à ce type de détermination que les autres genres discursifs. Les différentes préfaces des Fables de La Fontaine, par exemple, présentent un intéressant réajustement de la visée initiale : instruire et/ou plaire. Une double visée peut être également postulée : instruire sans pour autant renoncer à distraire. Ce grand débat de l'âge classique sur la narration correspond exemplairement au module Al.

11A cette conduite dialogiquement orientée vers autrui à la production répond symétriquement le fait que comprendre un texte consiste toujours à saisir l'intention qui s'y exprime sous la forme d'un macro-acte de langage explicite ou à dériver de l'ensemble du texte. C'est ce mouvement interprétatif qui permet de déclarer « cohérent » un texte lu. La cohérence n'est pas une propriété linguistique des énoncés, mais le produit d'une activité interprétative. L'interprétant prête a priori sens et signification aux énoncés et ne formule généralement un jugement d'incohérence qu'en tout dernier ressort. Le jugement de cohérence est rendu possible par la découverte d'(au moins) une visée illocutoire du texte ou de la séquence, visée qui permet d'établir des liens entre des énoncés manquant éventuellement de connexité et/ou de cohésion et/ou de progression. Ainsi dans ce petit texte de Robert Desnos :

(2) LA COLOMBE DE L'ARCHE
Maudit
soit le père de l'épouse
du forgeron qui forgea le fer de la cognée
avec laquelle le bûcheron abattit le chêne
dans lequel on sculpta le lit
où fut engendré l'arrière-grand-père
de l'homme qui conduisit la voiture
dans laquelle ta mère
rencontra ton père !
(Corps et biens, « Langage cuit »)

12La connexité syntaxique de ce poème est correcte, mais la progression est trop forte pour la cohésion sémantique et la cohérence n'est pragmatiquement garantie que si l’on se réfère à une poéticité inséparable du mécanisme illocutoire de l'insulte rituelle (« Maudit soit... ») longuement analysée par W. Labov (voir Adam 1991a : 108-111).

13Localement, l'orientation argumentative peut être indiquée, comme le montre l'analyse illocutoire classique, par des micro-actes de langage (promettre, questionner, ordonner, demander, assener, etc.), mais également par des connecteurs argumentatifs (car, parce que, mais, donc, etc.) ou/et même par un lexique axiologiquement marqué (« masure » ou « nid » pour « maison », « bambin » ou « morveux » pour « enfant », « maigre » ou « mince » pour un personnage, choix d'un lexique globalement euphorique ou dysphorique dans une description, etc.).

  • 2  D. Viehweger définit les modèles dynamiques comme des modèles « intégrant dans l'analyse linguistiq (...)

14On voit que ce plan Al est le plan d'organisation où se rejoignent le plus nettement l'analyse textuelle et une analyse discursive attentive aux conditions de production/interprétation. On peut probablement dire que « les actes illocutoires comptent parmi les catégories fondamentales des modèles dynamiques2 du texte » (Viehweger 1990 : 47).

2. Plan des repérages énonciatifs [A2]

15Un ancrage énonciatif global confère à un texte sa tonalité énonciative d'ensemble tandis qu'alternent d'incessants changements de plans énonciatifs. On peut brièvement distinguer plusieurs grands types de repérages énonciatifs :

161. Une énonciation (de « discours » ou actuelle) orale dans laquelle le contexte est immédiatement donné dans la situation. Le repère est alors : JE-TU-ICI-MAINTENANT.

172. Une énonciation (de « discours » ou actuelle) écrite dans laquelle le contexte doit être verbalisé en vue d'une interaction à distance.

183. Une énonciation non-actuelle (appelée « histoire » depuis les travaux de Benveniste et qui recouvre aussi bien le récit historique que le conte merveilleux, la légende ou le récit de science-fiction) ; dans ce type d'énonciation, le sujet parlant ne s'implique pas, il se met à distance (on pourrait parler d'une énonciation distanciée, dite non-actuelle pour cette raison).

194. Une énonciation proverbiale, celle aussi de la maxime et du dicton, caractérisée par un ON universel et le présent proprement a-temporel.

205. Une énonciation du discours logique, théorique-scientifique dans laquelle la référence cesse d'être situationnelle pour porter sur le texte lui-même et l'interdiscours (textes et auteurs cités en référence). Le NOUS est alors soit une amplification du JE de l'auteur du texte et de la communauté scientifique, soit une façon d'englober l'auteur (du présent ouvrage par exemple) et son lecteur. Les références spatiales (plus haut, ci-dessous, plus loin, etc.) et temporelle (avant, après, etc.) ne renvoient qu'au texte qu'on est en train de lire.

216. Et enfin la très particulière énonciation du discours poétique qui, dans l'exemple de Desnos cité plus haut, rapproche le poème du mécanisme illocutoire très particulier de l'insulte rituelle. En effet, dans cet extraordinaire rituel langagier, l'insulte ne doit surtout pas être prise pour une insulte personnelle, mais devenir un pur jeu verbal, une joute oratoire décrochée par rapport à l'ici-maintenant des co-énonciateurs. Le statut particulier de l'énonciation poétique se traduit bien dans le phénomène de la diction généralement totalement neutre des poèmes par leurs propres auteurs :

Alors qu'il n'est pas inconcevable, dans la lecture des romans par exemple, de jouer quelque peu — soit, de mettre en situation, de dorer d'une intonation, etc. — la parole de tel ou tel personnage, le poème lyrique supporte mal les dictions expressives tendant à mimer l'effectuation énonciative du discours (et ce qui est demandé parfois aux enfants à cet égard, certes touchant dans sa naïveté, a sur le fond quelque chose de grotesque qui ne résiste pas à l'examen). C'est précisément qu'aucune interprétation situationnelle ne peut être ici imposée à la parole sans du même coup la dénaturer. En somme il n'y a rien, dans cette parole, qu'il faille actualiser. On n'a pas à lire le discours du poème: on en récite le texte. (Gollut 1991 : 67)

22Au plan local, les propositions énoncées peuvent être ou non prises en charge par le locuteur. Cette prise en charge des propositions doit être envisagée en rapport avec la construction de « mondes » (espaces sémantiques, « univers de croyance » ou « espaces mentaux »), cadre, économique pour l'étude de la polyphonie. Ainsi dans le même discours « du bon choix pour la France » que je citais plus haut, lorsque le Président de la république de l'époque déclare :

(3) Je n'ai pas à vous dicter votre réponse.

23Il faut entendre aussitôt deux propositions : l'une explicite, la proposition négative qui est prise en charge par le locuteur lui-même, l'autre implicite, présupposée par la négation, laisse entendre : « je dois vous dicter votre réponse ». Cette dernière proposition ne peut pas être prise en charge par le locuteur-Président qui a prêté serment sur la constitution de la Ve République. On verra plus loin comment l'enchaînement argumentatif dans lequel (3) est inséré permet au locuteur de formuler « le bon choix pour la France » en toute impunité.

3. Plan de la cohésion sémantique [A3]

24La dimension sémantique globale est représentée par ce qu'on appelle la macro-structure sémantique ou, plus simplement, le thème global d'un énoncé. Le caractère fictionnel ou non du texte est, à ce niveau aussi, tout à fait essentiel. Le monde représenté est soit merveilleux, c'est-à-dire soumis à une logique particulière, soit un monde soumis à l'alternative du VRAI et du FAUX dans la logique de notre univers de référence. En commençant une narration par « Il était une fois... », le narrateur opère une mise à distance à la fois énonciative [A2] et fictionnelle [A3], il donne au lecteur/auditeur une instruction sur l'ancrage énonciatif non-actuel de ce qui suit et sur le monde singulier, non conforme aux lois qui régissent notre univers de référence, dans lequel il conviendra d'évaluer les faits relatés. Un prédicat comme : « J'ai rêvé que... » ou un SI hypothétique employé avec l'imparfait et le conditionnel viennent également suspendre les conditions de vérité qui régissent notre univers de référence. Le slogan publicitaire « Les chats achèteraient Whiskas » est, sur ce point, extrêmement intéressant : la seule proposition au conditionnel incite l'interprétant à reconstruire un monde fictionnel dans lequel cette proposition deviendrait possible.

25Notons au passage que le récit autobiographique (1) est, lui, proféré sous une législation vériconditionnelle (VRAI vs FAUX) dont je laisse au lecteur le soin d'évaluer la pertinence...

26L'exemple du titre du poème de Desnos (« La colombe de l'arche ») est intéressant pour l'incompatibilité qu'il manifeste avec la suite du texte. On ne peut guère cerner ici un thème global conférant un sens à la pièce qui soit en accord avec le titre. Seule la cohérence de l'esthétique surréaliste de la surprise peut, en dernière analyse, venir éviter un jugement d'absurdité.

27A un niveau intermédiaire entre le global et le local, la dimension sémantico-référentielle est analysable en termes d'isotopie(s) et de cohésion du monde représenté. Un énoncé sur-réaliste comme :

(4) Dans le salon de Madame des Ricochets Le thé de lune est servi dans des oeufs d'engoulevent.
(André Breton, « Monde », Signe ascendant)

28ne présente pas les redondances sémantiques nécessaires à la formulation d'un jugement de cohésion (et, partant, de cohérence). Il diffère très nettement d'un énoncé isotope comme :

(5) Dans le salon de Madame des Ricochets, le thé de Chine est servi dans des tasses de porcelaine.

29Les lexèmes « lune » et « oeufs d'engoulevent » apparaissent comme hétérogènes au contexte isotope du salon et du thé qui peut être de Chine ou de Ceylan, mais assurément pas d'une autre planète et qui peut être servi dans des tasses, mais pas dans des œufs d'engoulevent.

30Bien sûr, cette rupture peut être atténuée par une interprétation attentive au fait que la lune est un lieu comme la Chine ou Ceylan, que l'engoulevent est un oiseau passereau nocturne qui entre, de ce fait, en relation d'isotopie avec la lune, que l'oeuf, en raison de sa forme et de sa fragilité, pourrait être comparé à une tasse de porcelaine. Sans pousser au-delà l'interprétation, on voit que le concept d'isotopie « se réfère toujours à la constance d'un parcours de sens qu'un texte exhibe quand on le soumet à des règles de cohérence interprétative » (U. Eco 1985). Ce concept permet de décrire les phénomènes de poly-isotopie si fréquents dans les énoncés du type de (4) et, par exemple, dans les paraboles (lisibles sur deux isotopies au moins).

31La notion sémantique de cohésion a pour but de répondre à des questions naïves : comment expliquer le fait que, quand on lit et comprend un énoncé, on éprouve ou non un sentiment d'unité ? Comment rendre compte sémantiquement du fait qu'une phrase ne soit pas un tas de mots et un texte une simple juxtaposition de phrases ? Distinguée de la connexité interne aux formants linguistiques d'une expression (des lettres/sons aux composants morpho-syntaxiques) et opérant aussi de phrase en phrase (module B1), distinguée également de la cohérence (module A1 ) et de la pertinence contextuelle, la cohésion sémantique est un fait de co-textualité que la notion d'isotopie permet de théoriser.

4. Plan de la connexité [B1]

32Du point de vue de la connexité textuelle, que décrit partiellement ce qu'on appelle parfois la « grammaire de texte », différents plans doivent de nouveau être considérés qui correspondent à la texture micro-linguistique, objet traditionnel de la stylistique.

33A un tout premier niveau, chaque unité (proposition-phrase) est morpho-syntaxiquement structurée. Ce niveau est celui que décrit classiquement la linguistique, aussi je souligne seulement que l'autonomie de la syntaxe est quand même relative. En effet, d'un point de vue syntaxique et sémantique, un énoncé comme (6) n'est pas inacceptable :

(6) Le chou mange l'engoulevent.

34Dans un monde de science fiction où le chou serait recatégorisé comme une plante carnivore particulièrement vorace, les contraintes sémantiques habituelles ne s'exerceraient plus de la même façon sur l'agent du verbe. Une sémantique des mondes [A3] doit donc accompagner la syntaxe.

  • 3  Pour une analyse de ces notions voir mes Eléments de linguistique textuelle (1990 pages 52-60).

35La connexité des chaînes de propositions (phénomènes locaux de liage) doit être envisagées dans le cadre de la tension textuelle : assurer la reprise-répétition (la continuité textuelle) tout en garantissant la progression. Les travaux linguistiques désormais classiques décrivent bien la pronominalisation (LE chat... IL...), la définitivisation (UN chat... LE chat...), la référentialisation déictique cotextuelle (UN chat... CE chat...), la nominalisation (Un chat entra... L'entrée du chat...), la substitution lexicale (Un chat... L'animal...) et la reformulation (Ce chat est un félin), les recouvrements présuppositionnels et autres reprises d'inférences (Lucky Luke a arrêté de fumer : il fumait donc auparavant)3.

36A titre d'illustration, on peut dire que dans le poème de Desnos cité plus haut, la connexité morpho-syntaxique est correcte, mais la progression sémantique trop forte et la cohésion-cohérence à peine garantie pragmatiquement par l'insulte rituelle (« Maudit soit... »). De plus, on vient de le voir, le rapport sémantique entre le titre et le poème tient plus de l'énigme que de la fixation d'un thème du discours : aucun rapport isotopique ne peut être instauré à la première lecture. Du point de vue du liage, les propositions successives ne cessent d'introduire des informations nouvelles. Informations certes reliées syntaxiquement entre elles, mais sur le mode d'une très ancienne et populaire chaîne de relatives enchâssées à l'infini de L'homme qui a semé le grain qui a nourri le coq qui a réveillé le bon monsieur qui a arrêté le méchant brigand qui a battu la servante qui a trait la vache qui... etc. La grammaticalité des enchaînements syntaxiques ne suffit pas à conférer à une suite du type de (2) une cohésion suffisante. En une seule phrase typographique et un seul acte d'énonciation, on atteint dix niveaux de décrochage syntaxique (expansions prépositionnelles internes au syntagme nominal — complément de nom classique et enchâssements relatifs d'une autre proposition). Si, dans le poème de Desnos, le manque de cohésion-répétition est flagrant, c'est que l'appui de chaque nouvelle proposition sur la précédente est trop faible, les conditions de reprise nettement insuffisantes. Les transitions font se succéder six verbes au passé simple — soient six événements constituant des noyaux événementiels — sans la moindre adjonction d'un imparfait, c'est-à-dire d'un état. Le résultat est, en fait, la production d'une suite entièrement orientée vers sa fin : « (Maudit soit) la voiture dans laquelle ta mère rencontra ton père ». Le surgissement des possessifs de deuxième personne (après les définis spécifiques des syntagmes nominaux précédents) donne accès au genre discursif très particulier de l'insulte rituelle. Toute cette séquence tient entre ses premiers et derniers mots et le sentiment de cohésion-cohérence de l'ensemble s'explique : cohésion sémantique de l'isotopie [A3] de l'engendrement qui s'achève avant l'engendrement du destinataire (succession événementielle) et cohérence énonciative [A2] et pragmatique [Al] de l'insulte rituelle.

37Par ailleurs, il faut tenir compte de la dimension rythmique des énoncés, des phénomènes de périodes et parenthésages marqués argumentativement ou non. Avec les parenthésages, il s'agit d'étudier des ensembles de propositions reliées et hiérarchisées par des connecteurs (Si... alors... mais... donc...) ou des organisateurs textuels (D'abord..., puis..., ensuite..., enfin... ; D'une part..., d'autre part... ; etc.). J'étudie dans le détail ailleurs (1990 : 82-83) ce court passage du « discours du bon choix pour la France » qui suit le récit (1) et fournit le contexte de (3) :

(7) Chacune de ces questions comporte une réponse claire. Je n'ai pas à vous la dicter CAR nous somme un pays de liberté, MAIS je ne veux pas non plus que personne, je dis bien personne, ne puisse dire un jour qu'il aura été trompé.

38La conclusion induite par le jeu des parenthésages introduit la proposition déniée dont je parlais plus haut. L'argument qui suit la conjonction CAR (« Nous sommes un pays de liberté ») se voit dominé, en quelque sorte par l'argument introduit par MAIS (« Je ne veux pas... »). La conclusion déductible de ce dernier argument est tout simplement la négation de la conclusion qui précède CAR (« Je n'ai pas à vous la dicter ») : « Je dois DONC vous dicter votre réponse ». Ces parenthésages prennent sens dans le cadre plus général et clair de la structure de la séquence argumentative que je vais détailler plus loin (page 28).

  • 4  Sur ce point voir Adam 1990 pages 68-72.

39Les phénomènes de démarcations graphiques locales et de marquage global du plan de texte (segmentation) sont des aspects de la spatialisation écrite de la chaîne verbale, un premier lieu d'instruction pour l'empaquetage et le traitement, des unités linguistiques. Je range dans ce plan particulier d'organisation textuelle non seulement les indications de changement de chapitre et de paragraphe, mais les titres et sous-titres, la mise en vers et strophes en poésie, la mise en page en général, le choix des caractères typographiques, la ponctuation. Organisateurs textuels et connecteurs peuvent également venir souligner un plan de texte4.

5. Plan de la séquentialité : types ou prototypes ? [B2]

40L'organisation séquentielle de la textualité est le plan qui me paraît constituer la hase la plus intéressante de typologie linguistique. En compréhension comme en production, il semble que des schémas séquentiels prototypiques soient progressivement élaborés par les sujets, au cours de leur développement cognitif. Un récit singulier ou une description donnée diffèrent l'un de l'autre et également des autres récits et des autres descriptions. Tous les énoncés sont, à leur manière, « originaux », mais chaque séquence reconnue comme descriptive, par exemple, partage avec les autres un certain nombre de caractéristiques linguistiques d'ensemble, un air de famille qui incite le lecteur interprétant à les identifier comme des séquences descriptives plus ou moins typiques, plus ou moins canoniques. Il en va exactement de même pour une séquence narrative, explicative ou argumentative.

41Définir le texte comme une structure séquentielle permet d'aborder l'hétérogénéité compositionnelle en termes hiérarchiques assez généraux. La séquence, unité constituante du texte, est constituée de paquets de propositions (les macro-propositions), elles-mêmes constituées de n propositions. Cette définition est en accord avec un principe structural de hase : « En même temps qu'elles s'enchaînent, les unités élémentaires s'emboîtent dans des unités plus vastes » (Ricœur 1986 : 150).

42Ainsi en va-t-il aussi bien pour l'exemple (1) — narratif — que pour l'exemple (7), manifestation textuelle bien proche du prototype de la séquence argumentative. Je décompose ce dernier en propositions pour en faciliter la description :

(8) Chacune de ces questions comporte une réponse claire. [a] Je n'ai pas à vous la dicter [b] car nous somme un pays de liberté, [c] mais je ne veux pas non plus que personne, je dis bien personne, ne puisse dire un jour qu'il aura été trompé.

  • 5  Pour un exposé de ce modèle de la séquence argumentative prototypique, voir Les textes : types et p (...)

43Il faut d'abord tenir compte du fait que l'argumentation adopte ici un mouvement régressif : la conclusion [a] (Conclusion non-C) vient avant la donnée-argument [b] introduite par CAR. Soit le schéma suivant de cette séquence argumentative prototypique5 (je désigne par [P. arg] les macro-propositions constitutives de la séquence argumentative prototypique) :

44Le rôle du connecteur argumentatif MAIS est d'introduire ici une donnée-argument en position de restriction (P. arg 4). Cette nouvelle donnée vient bloquer le mouvement inférentiel qui mène de la première donnée (P. arg 1) à la conclusion prévisible (P. arg 3) et qui amène à conclure non pas dans le sens de non-C, mais bien de la Conclusion C implicite : « J'ai à (je dois) vous dicter votre réponse ». La dénégation initiale (non-C) — décrite plus haut en termes de polyphonie énonciative — prend ici tout son sens.

45Pour prendre l'exemple d'un autre type de séquence du même discours, le petit récit (1) cité plus haut peut être décomposé en un certain nombre [17] de propositions élémentaires elles-mêmes regroupées en paquets de macro-propositions constitutives de la séquence narrative prototypique :

[a] Quand j'avais treize ans,
[b] j'ai assisté en Auvergne à la débâcle de l'armée française.
[c] Pour les garçons de mon âge, avant la guerre, l'année française était une chose impressionnante et puissante.
[d] Et nous l'avons vue arriver en miettes.
[e] Sur la petite route, près du village [...] nous interrogions les soldats pour essayer de comprendre
[f] où j'irai voter en mars comme simple citoyen,
[g] : « Que s'est-il passé ? »
[h] La réponse nous venait, toujours la même :
[i] « Nous avons été trompés,
[j] on nous a trompés. »
[k] J'entends encore à quarante ans d'intervalle cette réponse
[l] et je me suis dit que,
[m] si j'exerçais un jour des responsabilités,
[n] je ne permettrais jamais que
[o] les Français puissent dire :
[p] « On nous a trompés »
[q] C'est pourquoi je vous parle clairement.

46Les propositions [a] et [b] constituent une première macro-proposition narrative : le Résumé-PnO chargé d'introduire la séquence narrative. La Situation initiale-Pn1 est décrite par la proposition Ici tandis que [d] introduit la Complication-Pn2 responsable du démarrage du récit. Les propositions [e], [f] et [g] forment, elles, la macro-proposition Ré-action-Pn3 ; les propositions [h], [i] et [j] la macro-proposition Résolution-Pn4 qui permet au récit de s'achever d'une certaine façon. On peut considérer la proposition [k] comme une proposition évaluative chargée de préparer la « morale » de l'histoire et les propositions [l] à [p] comme formant la situation finale-Pn5 d'un récit qu'une Chute vient clore [q].

47On le voit, une macro-proposition peut être actualisée, en surface, par une seule ou par plusieurs propositions. Ce principe hiérarchique est à la hase des cinq prototypes de regroupements séquentiels que j'envisage ailleurs (Adam 1992). La connaissance des schémas prolotypiques, plus ou moins renforcée par la présence de marques linguistiques de surface, vient faciliter les opérations de regroupement de l'information en cycles de traitement. Soif une structure hiérarchique élémentaire qui vaut pour tous les textes (je note ici par /#/ la délimitation des frontières du (para)texte, marques de début et de fin d'une communication) :

[#Texte#[Séquence(s) [macroproposition(s) [proposition(s)]]]]

48En d'autres termes, les propositions sont les composantes d'une unité .supérieure, la macro-proposition, elle-même unité constituante de la séquence, elle-même unité constituante du texte. Cette définition de chaque unité comme constituante d'une unité de rang hiérarchique supérieur et constituée d'unités de rang inférieur est la condition première d'une approche unifiée de la séquentialité textuelle.

49Mon hypothèse est la suivante : les types relativement stables d'énoncés et les régularités compositionnelles observables ne sont que des régularités séquentielles. Les séquences élémentaires semblent se réduire à quelques types élémentaires d'articulation des propositions. Dans l'état actuel de la réflexion, il me paraît nécessaire de n'ajouter aux séquences prototypiques narrative et argumentative citées plus haut que les séquences descriptive, explicative et dialogale.

50Je suis tenté de parler de séquences prototypiques dans la mesure où les énoncés que l'on range dans la catégorie du récit ou de la description, par exemple, ne s'avèrent généralement pas tous représentatifs au même titre de la catégorie en question. C'est par référence à un prototype narratif, descriptif ou autre, qu'une séquence peut être désignée comme plus ou moins narrative, descriptive, etc. Les textes réalisés se situent sur un gradient de typicalité allant d'exemples qui vérifient l'ensemble de la catégorie définie à des exemples périphériques, qui ne sont que partiellement conformes. Tous les membres d'une catégorie n'ont donc pas le même statut et les membres les plus représentatifs, appelés prototypes, jouent un rôle privilégié dans la structure de la catégorie. De la même façon que le prototype de l'oiseau — généralement plutôt proche du moineau ou du canari — permet de distinguer une mésange, une chouette, une cigogne et même une autruche et un pingouin d'autres animaux, il semble exister un schéma prototypique de la séquence narrative qui permet de distinguer cette dernière d'une séquence descriptive, argumentative ou autre. Il restera toujours des baleines, des chauves-souris et des ornithorynques pour nous embrouiller un peu les idées, des sirènes et des centaures aussi... C'est le schéma ou image mentale du prototype-objet abstrait, construit à partir de propriétés typiques de la catégorie, qui permet la reconnaissance ultérieure de tel ou tel exemple comme plus ou moins prototypique.

51Si les énoncés réalisés diffèrent tant les uns des autres, si donc la créativité et l'hétérogénéité apparaissent avant les régularités, c'est parce qu'au niveau textuel la combinaison des séquences est généralement complexe. L'homogénéité est, tout comme le texte élémentaire d'une seule séquence, un cas relativement exceptionnel. Deux cas de figure doivent toutefois être envisagés :

  • Le texte ne comporte qu'une séquence. On ne peut parler alors que de quasi homogénéité dans la mesure où, dans un récit minimal, par exemple, des propositions descriptives et évaluatives viennent souvent s'ajouter aux propositions narratives (on le verra au chapitre 2); si une description peut sembler plus souvent pure, il n'est pas rare de trouver des propositions évaluatives, voire un plan de texte argumentatif chargé d'organiser les différents moments de la séquence.

  • Ou bien le texte comporte un certain nombre (n) de séquences de même type (toutes narratives, par exemple). Deux nouvelles possibilités se présentent alors : ces séquences peuvent se suivre linéairement et être coordonnées entre elles (c'est le cas du conte merveilleux); ces séquences peuvent aussi être insérées les unes dans les autres en un point quelconque de la séquence principale. Les typologies textuelles globales me paraissent trop ambitieuses : elles ne peuvent atteindre que ces cas simples de structures séquentielles (quasi)homogènes.

52Confrontée à des corpus plus naturellement complexes, l'approche séquentielle permet d'envisager les cas de structures séquentielles hétérogènes. Deux nouveaux cas de figure se présentent alors : l'insertion de séquences hétérogènes et la dominante séquentielle.

53Lorsqu'alternent des séquences de types différents, une relation entre séquence insérante et séquence insérée apparaît. Ainsi, ce qu'on appelle l'exemplum narratif correspond-il à la structure : [séq. argumentative [séq. narrative] séq. argumentative] ; la présence d'une description dans un roman peut être ainsi décrite également : [séq. narrative [séq. descriptive] séq. Narrative]. L'insertion d'un dialogue dans un récit peut correspondre à la structure : [séq. narrative [séq. dialogale] séq. narrative], et celle d'un récit dans un dialogue au schéma inverse : [séq. dialogale [séq. narrative] séq. dialogale]. L'hétérogénéité est un phénomène tellement évident pour les scripteurs que lorsque l'insertion d'une séquence hétérogène a lieu, elle suit souvent des procédures de démarcation très strictes. Le marquage des zones frontières, des lieux initial et final d'insertion, est codifié aussi bien dans le récit oral (Entrée-préface et Résumé. à l'ouverture, Chute ou Morale-évaluation en fermeture) que dans la dramaturgie de l'époque classique. La présence de morceaux narratifs dans une pièce de théâtre par essence dialogale a fait l'objet de nombreuses réflexions à l'époque classique : il s'agissait explicitement de se demander comment gérer une telle hétérogénéité (Adam & Le Clerc 1988). Pour ce qui est de l'insertion de séquences descriptives dans les narrations romanesques, des syntagmes introducteurs types et des clausules tout aussi stéréotypées sont souvent utilisés (Adam & Petitjean 1989).

54Ainsi lorsque V. Giscard d'Estaing fait précéder le petit récit dont il vient d'être question de ces mots : "[a] Mes chères Françaises et mes chers Français, je vous ai parlé du bon choix pour la France. [b] Je l'ai fait, vous l'avez vu, avec une certaine gravité. [c] Il faut que je vous dise pourquoi, [d] et je vous raconterai, pour cela, un souvenir d'enfance [...]", il ouvre une séquence explicative-justificative et choisit d'insérer, en lieu et place de la réponse au "Pourquoi [b] ?", une séquence narrative complète. On peut donc dire ici qu'une séquence explicative joue le rôle de séquence insérante et le récit de séquence insérée.

55L'autre type de structure séquentielle hétérogène ne correspond pas à l'insertion (plus ou moins marquée) d'une séquence (plus ou moins) complète, mais au mélange, cette fois, de séquences de types différents. La relation peut alors être dite de dominante, selon une formule [séq. Dominante > séq. dominée] qui donnera lieu, par exemple, au soulignement des macro-propositions d'une séquence narrative par des connecteurs argumentatifs (parenthésages marqués) : [séq. Narrative > séq. Argumentative]. Ainsi dans cette séquence du début de La Princesse sur un pois d'Andersen où le récit domine manifestement, et où l'argumentation souligne simplement le plan de texte (je note les propositions par des lettres comme pour l'exemple précédent):

(8) [a] Il y avait une fois un prince [b] qui voulait épouser une princesse, [cl mais une princesse véritable. [d] Il fit donc le tour du monde pour en trouver une, [e] et, à la vérité, les princesses ne manquaient pas; [f] mais il ne pouvait jamais s'assurer si c'étaient de véritables princesses; [g] toujours quelque chose en elles lui paraissait suspect. [h] En conséquence, il revint bien affligé de n'avoir pas trouvé ce qu'il désirait.

56Les connecteurs argumentatifs soulignent la suite des cinq macro-propositions narratives en induisant les regroupements propositionnels suivants : [a+b] MAIS [c] DONC [d+e] MAIS [f + g] EN CONSEQUENCE [h].

57L'extrême hétérogénéité des « genres de discours », déjà relevée par Bakhtine comme une caractéristique du langage humain, est un constat empirique préalable à toute approche typologique des différences. L'hétérogénéité est une donnée que le linguiste ne peut pas ignorer et il me paraît impossible de développer une théorie un peu conséquente du texte sans rendre compte de façon aussi économique et générale que possible de ce qui est, après tout, l'expérience commune des sujets parlants. Je propose donc de travailler sur la base de la définition suivante :

Le texte est une structure hiérarchique complexe comprenant n séquences — elliptiques ou complètes — de même type ou de types différents.

58On aura certainement noté que j'abandonne ici le terme même  de « superstructures » textuelles. Diffusé largement par T. A. Van Dijk et utilisé assez systématiquement dans mes premiers travaux, cette notion a fini par recouvrir des unités textuelles trop vagues. T. A. Van Dijk parle en effet de « superstructure » aussi bien à propos du récit et de l'argumentation (1984 et 1981a) que du sonnet (1984). Je suis partiellement sa première définition des superstructures, car elle permet d'affiner l'hypothèse de Bakhtine sur les relations entre unités et « le tout de l'énoncé fini » :

Ce sont des structures globales qui ressemblent à un schéma. A la différence des macrostructures, elles ne déterminent pas un « contenu » global, mais plutôt la « forme » globale d'un discours [...]. Les macro-propositions, au moins celles d'un niveau assez élevé, seront organisées par les catégories schématiques de la superstructure, par exemple le schéma narrant. (1981a : 26-27).

59Je suis également sa plus récente conception des super-structures comme structures textuelles « superposées » aux structures grammaticales (Van Dijk 1984 : 2285). Toutefois, la confusion entre simple plan de texte (responsable de la segmentation vi-lisible du texte écrit) et superstructure introduit des confusions comparables à celles d'Halliday et Hasan. T. A. Van Dijk considère, en effet, un sonnet comme une « superstructure prosodique » et un récit comme une « superstructure sémantique ». En proposant de séparer segmentation (c'est-à-dire établissement d'un plan de texte) d'un genre poétique et séquentialisation, je suis amené à me débarrasser d'une notion devenue trop vague. Ainsi, pour moi, le sonnet élisabéthain comporte un plan de texte de trois quatrains (aux systèmes de rimes généralement différentes dans chaque quatrain) et un distique final, tandis que le plan de texte du sonnet italien classique est constitué de deux quatrains (au même système de rimes a + h) et de deux tercets (rimes c + d + e). Un sonnet n'est donc qu'une segmentation canonique d'un texte dont la structure séquentielle de hase argumentative souvent aux XVI° et XVII° siècles, descriptive clans la poésie descriptive du XVIII° siècle ou encore narrative reste à examiner de près si l'on veut justement rendre compte du passage d'une forme « primaire » à un genre littéraire « second » par définition.

60L'hypothèse de l'existence d'un petit nombre de types séquentiels de hase — types monogérés narratif, descriptif, argumentatif et explicatif et type polygéré dialogal — a pour but de théoriser de façon unifiée l'hétérogénéité compositionnelle des discours. Cette hypothèse a aussi pour finalité de tenir compte d'une catégorisation relativement intuitive et proche des jugements spontanés des sujets à partir de laquelle, sous certaines conditions, il deviendra possible de développer un certain nombre de propositions théoriques. Que les linguistes le veuillent ou non, la catégorisation des textes fait partie des activités cognitives spontanées des sujets : « Toute activité intellectuelle conduit celui qui la pratique à créer des distinctions et à construire des types à l'intérieur de l'objet d'analyse » (Dispaux 1984 : 99). Dans un ouvrage récent et dans une perspective pourtant toute différente, G. Kleiber le rappelle : « Catégorisation et catégories sont les éléments fondamentaux, la plupart du temps inconscients, de notre organisation de l'expérience » (1990 : 13). Sans l'existence de telles catégories, notre appréhension des énoncés produits serait probablement impossible : nous serions submergés par la diversité absolue, par une impression chaotique que les régularités syntaxiques ne compenseraient certainement pas. La thèse linguistique de l'échelle ascendante de liberté, qui laisse entendre qu'au-delà de la syntaxe il n'existe plus la moindre organisation réglée, a trop longtemps compromis les recherches linguistiques. L'influence des sciences cognitives, les travaux sur les « grammaires floues » (Kleiber & Riegel 1978) et sur le caractère modulaire de la langue ont heureusement modifié le paysage linguistique contemporain.

61Les recherches sur les catégorisations humaines menées en psychologie cognitive, et utilisées aujourd'hui dans le domaine de la sémantique lexicale (Kleiber 1990) et des actes de langage (De Fornel 1989 & 1990), ont eu une influence déterminante sur l'esprit général de ma réflexion, Pour parler de typologie en linguistique du texte, il fallait en effet pouvoir dégager la réflexion de l'idéal scientiste des catégories gouvernées par des conditions nécessaires et suffisantes. C. Vandeloise, dans la présentation du numéro 53 de la revue Communications, résume bien l'esprit de ce changement de perspective :

Plutôt que d'adapter sa méthodologie à la nature de son objet d'étude, il semble que la linguistique contemporaine ait postulé un objet conforme à ses méthodes, un postulat que l'étude empirique de la catégorisation humaine ne vient pas conforter. En admettant que le langage est explicable par des tendances plutôt que par des règles absolues, la sémantique cognitive renonce aux exigences des sciences exactes, mais des aspects primordiaux du langage ne peuvent être révélés sans ce type d'analyse. (1991 : 4).

62Pour ce qui est du traitement cognitif des textes, de nombreuses recherches modélisent les processus de compréhension et de production en se référant à des schémas textuels prototypiques définis comme des « représentations, progressivement élaborées par les sujets au cours de leur développement, des propriétés superstructurelles des textes canoniques que leur culture reconnaît et que, souvent, leur langue nomme » (Brassart 1990 : 300). La maîtrise de ces représentations schématiques prototypiques semble avoir des conséquences sur le stockage des informations traitées en cours de compréhension et sur la recherche des blocs d'informations par stratégies d'anticipation. Les difficultés de compréhension de textes oraux comme écrits que connaissent les sujets novices ou non-experts semblent s'expliquer, en partie du moins, par la non-maîtrise de schémas textuels prototypiques. S. Ehrlich (1985), par exemple, explique les écarts entre lecteurs lents et rapides non seulement par des capacités inégales de déchiffrage et/ou une maîtrise inégale du thème abordé dans le texte lu, mais également par des différences sensibles de construction, sous le contrôle de schémas textuels prototypiques, d'une représentation organisée et hiérarchisée du contenu sémantique du texte. Nombre de travaux sur la production écrite confirment le rôle de tels schémas disponibles en mémoire à long terme sur les activités de planification et de révision. C. Berciter & M. Scardamalia (1982 & 1987) montrent que novices et non-experts « ne disposent pas (encore) de ces schémas et n'ont pas automatisé un certain nombre de savoirs l'aire de “bas niveau” (graphiques, orthographiques, syntaxiques...). Ils doivent donc consacrer une part importante de leur attention à régler ces micro-problèmes linguistiques au fur et à mesure qu'ils se présentent dans la mise en mots, au détriment de la composition d'ensemble puisque la capacité de traitement clé tout sujet est limitée et qu'aucune compensation ne peut être assurée par les schémas textuels prototypiques non ou peu disponibles chez eux. De là l'aspect texte-collage ou texte-tas de leurs productions » (Brassart 1990 : 301).

63Bien sûr, toute entreprise de classification pose des problèmes. A plus forte raison quand on prétend passer les produits symboliques des pratiques discursives humaines au filtre d'un petit nombre de catégories élémentaires. De cette évidence ne peut que découler une saine méfiance ou, pour le moins, une prudence qui ne doit toutefois pas nous empêcher de formuler des hypothèses de travail. Comme l'écrit G. Dispaux : « Une définition qui n'aurait jamais posé aucun problème serait inutile. Il en va de même pour une typologie » (1984 : 102).

  • 6  Pour se faire une idée des débats, je renvoie à la façon dont mes hypothèses sont discutées par E.  (...)

64En m'intéressant à cinq types élémentaires, je choisis de partir de catégories culturellement préexistantes, c'est-à-dire « apprises de manière incidente et opératoires en tant que connaissances d'un groupe donné, en particulier à travers le langage » (Dubois 1991 :11). Le rendement de cette hypothèse m'a paru assez intéressant pour donner ici une nouvelle version des thèses que je défends depuis quelques années déjà. Entre mes premières propositions, encore très proches de celles d'Egon Werlich (1975), et la mise au point présentée ici l'évolution est sensible et la révision de certaines hypothèses traduit la dynamique d'une recherche qui est loin d'être achevée6.

65D'un point de vue cognitif, il semble aujourd'hui admis que les schémas prototypiques ne rendent, bien sûr, pas compte à eux seuls de tous les aspects de la compréhension et de la production des textes. Toutes sortes de connaissances entrent en jeu dans ces deux opérations (connaissances pragmatiques, connaissances des mondes représentés, etc.). La diversité des savoirs impliqués ne doit pas décourager la recherche, mais au contraire stimuler une conception systémique des processus et, dès lors, un travail sur les différents systèmes ou modules à considérer. Dans les tâches que représentent aussi bien la compréhension que la production, la connaissance de schémas prototypiques dote interprétants et producteurs d'un ensemble de stratégies de résolution de problèmes spécifiques. Comme le note W. Kintsch à propos de la lecture, les schémas prototypiques guident et contrôlent les stratégies de compréhension : « Il est certes possible de se passer de ces stratégies, mais être capable d'employer des stratégies organisationnelles spécifiques peut être une aide puissante au lecteur » (1982 : 96).

66Le passage d'une théorie des superstructures à une hypothèse sur la structure séquentielle des textes et sur les prototypes de schémas séquentiels de base n'est qu'une tentative d'explication d'un certain nombre de faits de textualité. La complexité textuelle est observable et abordable d'un point de vue typologique à la seule condition d'adopter par ailleurs un point de vue modulaire. Les typologies énonciatives souvent retenues par les linguistes (Benveniste 1966, Weinrich 1973, Simonin-Grumbach 1975) ne sont pertinentes qu'au niveau très précis du module A2 et je ne considère la typologie séquentielle (module B2) que comme un point de vue partiel sur un objet profondément hétérogène. Les modules énonciatif et séquentiel sont complémentaires et aucun ne constitue, à lui seul, une base de typologie susceptible de rendre compte intégralement de tous les aspects linguistiques de la textualité. Cette modularité est probablement responsable du fait que l'on ne puisse assigner à chaque type de séquence une distribution très stricte de marques morpho-syntaxiques.

6. Pour conclure

67Le découpage des plans d'organisation de la textualité et l'importance que je viens d'accorder aux prototypes séquentiels ne doivent pas masquer le fait que l'analyse de discours est la finalité profonde de ma réflexion linguistique. C'est par la pragmatique textuelle que je me propose de retrouver l'analyse de discours. Les notions théoriques que je dégage doivent permettre de mieux classer les faits linguistiques à observer lors d'une analyse textuelle un peu systématique. La mise en évidence de l'hétérogénéité compositionnelle des textes ne prend tout son sens que lorsqu'elle entre dans la dynamique d'une analyse d'un discours particulier.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ADAM J.-M.. 1985 : Le Texte narratif, Paris, Nathan-Université.
- 1990 : Eléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga.
- 1991 : Langue et littérature, Paris, Hachette.
- 1992 : Les textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

ADAM J.-M. & LE CLERC B. 1988 : « Un genre du récit : le monologue narratif au théâtre », Pratiques n°59, Metz.

ADAM J.-M. & PETITJEAN A. 1989 : Le Texte descriptif; Nathan-Université, Paris.

APOSTEL L. 1980 : « Communication et action », in Langage et contexte, H. Parret & L. Apostel éds., Benjamins, Amsterdam.

BAKHTINE M. 1978 : Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.
- 1984 : Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

BENVENISTE E. 1966 : Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard.
- 1974 : Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard

BEREITER C. & SCARDAMALIA M. 1982 : « From Conservation to Composition : The Role of Instruction in a Developmental Process » in Advances in Unstructional Psychology Vol. 2, R. Glaser éd., Lawrence Erlbaun Ass., Hillsdale.
- 1987 : The Psychology of Written Composition, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Ass.

BRASSART D. G. 1990 : « Explicatif, argumentatif, descriptif, narratif et quelques autres. Notes de travail », Recherches n°13, Lille.

Van DIJK T. A. 1972 : Some Aspects of Text Grammars, The Hague, Mouton.
- 1978 : Tekstwetenschap, Utrecht, Spectrum.
- 1980 : Macrostructures. An Interdisciplinary Study of Global Structures in Discourse, Interaction and Cognition, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Ass.
- 1981 : « Le Texte : structures et fonctions. Introduction élémentaire à la science du texte » in Théorie de la littérature, A. Kibedi Varga éd., Picard, Paris.
- 1984 « Texte » in Dictionnaire des littératures de langue française, de Beaumarchais et al. éds., Bordas, Paris.

DISPAUX G. 1984 : La logique et le quotidien, Paris, Minuit.

DUBOIS D. 1991 : Sémantique et cognition, (sous la direction de) Ed. du CNRS, Paris.

EHRLICH S. : 1985 : « Thématisation, compréhension et vitesse de lecture par des enfants », L'Orientation scolaire et professionnelle n°4, XIV, Paris.

FAUCONNIER G. 1984 : Espaces mentaux, Minuit, Paris.

FAYOL M. 1987 : « Vers une psycholinguistique textuelle génétique : l'acquisition du récit », in Connaître et le dire, G. Pieraut-Le Bonniec éd., Mardaga, Bruxelles.

FORNEL M. de 1989 : « Actes de langage et théorie du prototype : l'exemple du compliment », Cahiers de praxématique n°12, Université Paul Valéry, Montpellier.
1990 : « Sémantique du prototype et analyse de conversation », Cahiers de linguistique française n°11, Université de Genève.

GOLLUT J.-D. 1991 : « La parole vive. Remarque sur l'énonciation du poème lyrique », Etudes de Lettres n°3-1991, Université de Lausanne.

HALLIDAY M.A.K. & HASAN R. 1976 : Cohesion in English, Longman.

KINTSCH W. 1981-1982 : « Aspects de la compréhension de texte ». Bulletin cle psychologie, Tome XXXV, n°356, Paris.
1982 : « Text representation » in Reading expository material, W. Otto & S. White éds., New York, Academic Press.

KINTSCH W. & VAN DIJK T.A. 1984 : « Vers un modèle de la compréhension et de la production de textes », (Psychological Review 1978, 85, 5) traduction française in G. DENHIERE 1984.

KLEIBER G. 1990 : La Sémantique du prototype, Paris, PUF.

KLEIBER G. et RIEGEL M. « Les grammaires floues », in La Notion de recevabilité en linguistique, R. Martin éd., Paris, Klincksieck.

MILNER J.-C. 1978 : L'Amour de la langue, Paris, Le Seuil.

NEF F. 1980 : « Notes pour une pragmatique textuelle. Macro-actes indirects et dérivation rétroactive ». Communications, n°32, Le Seuil. Paris.

RICŒUR P. 1986 : « Du texte à l'action », Paris, Esprit/Le Seuil.

SIMONIN-GRUMBACH J. 1975 : « Pour une typologie du discours », in Kristeva et al. : Langue, discours, société, Paris, Le Seuil.

VIEHWEGER D. 1990 : « Savoir illocutoire et interprétation des textes », in Le Discours. Représentations et interprétations, M. Charolles, S. Fischer et J. Jayer. éds., P.U. Nancy.

WEINRICH H. 1973 : Le Temps, Paris, Le Seuil.

WERLICH E. 1975 : Typologie der Texte. Heidelberg, Quelle & Meyer.

Haut de page

Notes

1 Je complète ici le chapitre 2 de la première partie de mes Éléments de linguistique textuelle qui ne décrivait que quelques plans d'organisation et ne fournissait pas encore de théorie d'ensemble.
2 D. Viehweger définit les modèles dynamiques comme des modèles « intégrant dans l'analyse linguistique le producteur et le récepteur du texte (avec l'ensemble de leurs connaissances, attitudes et motivations) ainsi que les processus de production/compréhension et les conditions où ceux-ci interviennent » (1990 : 41).
3 Pour une analyse de ces notions voir mes Eléments de linguistique textuelle (1990 pages 52-60).
4 Sur ce point voir Adam 1990 pages 68-72.
5 Pour un exposé de ce modèle de la séquence argumentative prototypique, voir Les textes : types et prototypes, Nathan 1992.
6 Pour se faire une idée des débats, je renvoie à la façon dont mes hypothèses sont discutées par E. Roulet et par R. Bouchard dans le numéro 83 des Etudes de linguistique appliquée (1991), par T. Virtanen & B. Warvik (1987) ou J.-J. Richer (1991) ainsi que, plus largement, aux synthèses de J.-L. Chiss (1987), A. Petitjean (1989), B. Schneuwly (1987) et H. Isenbeg (1987).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/4341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/4341/img-2.png
Fichier image/png, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Le texte et ses composantes », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 15 avril 2014. URL : http://semen.revues.org/4341

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page