Navigation – Plan du site

A propos de la notion de “paradoxe de l'observateur” en sciences humaines

Jean Mouchon

Texte intégral

1Les réflexions qui suivent sont celles d'un chercheur pour qui le travail de terrain et le maniement d'appareils audio-visuels relèvent d'une nécessité ordinaire. Sensible à toutes les études sur le décodage et la lecture des signes graphiques, il se propose de déplacer la perspective sur le champ des études de terrain en sciences humaines où le recueil des éléments auditifs et visuels détermine pour une large part la pertinence des recherches.

2Elles visent ainsi à porter l'attention du lecteur sur les problèmes de saisie des données en relativisant et en circonscrivant les capacités perceptives de l'oeil et de l'ouïe humaines dès lors qu'ils sont requis dans des opérations de mise en mémoire.

3Les points abordés ne sont pas seulement à identifier par leur « côté technique », ils concernent des questions débattues en d'autres lieux comme le degré d'authenticité du matériau recueilli ou la qualité immanente des données eu égard aux finalités de la recherche.

4Il nous semble urgent de poser ce genre de questions dans la mesure où nous travaillons dans un pays où la relation des chercheurs aux technologies nouvelles est complexe et ambiguë. Pour être bref éclairons cette affirmation en rappelant que la majorité des chercheurs en sciences humaines est de formation quasi exclusivement littéraire donc dégagée de toute information technique et que, malgré tout, en l'absence de structures de maintenance et de soutien, ils se doivent de faire comme si. D'autre part, le passage à l'interprétation suppose la prise en compte des recherches expérimentales sur la perception qui, certes, ne donnent pas immédiatement le sens, mais par lesquelles il nous semble nécessaire de passer si l'on ne veut pas créer des données « idéelles » coupées du « monde sensible ».

5Le regard porté sur les interactions humaines est, par définition, prisonnier de sa démarche. Labov a justement insisté sur le paradoxe de l'observateur qui vise à restituer des éléments au plus près de la réalité vécue alors que cette réalité doit être soumise à l'artificiel de l'observation systématique. Il semble que cette notion de paradoxe de l'observateur a souvent été entendue au sens d'une prégnance relationnelle, porteuse en germe des déformations dues au blocage du regard systématique. En quelque sorte, le chercheur et l'informateur seraient en relative difficulté pour se rencontrer car la densité des interactions leur donne un sens plurivoque qui ne peut pas être élucidé à l'instant de leur réalisation. Il est donc nécessaire de passer par la transition d'un autre regard qui pose à son tour le problème du rapport entre observation et réalité. Aussi juste soit-elle, il nous semble que comprise en ce sens exclusif la notion perd de sa valeur heuristique et fait négliger une autre donnée aussi importante qui est le recours à une médiatisation nécessaire pour la suite de l'utilisation du matériau. L'opération d'engrangement des données mérite donc réflexion si l'on ne veut pas — de fait — céder à l'illusion du calque du corpus recueilli sur le fragment de vie observé. Plusieurs points doivent être examinés sous l'angle de la possible déperdition d'informations entre le modèle et son double. Ce dernier aspect est bien connu des techniciens qui opèrent des copies de bandes son ou de bandes vidéo et qui savent que la copie est toujours mutilée par rapport à la quantité d'informations à restituer. A fortiori, le risque s'aggrave lorsqu'il s'agit de mettre en mémoire une réalité fortement irréductible à la perception. Dans ces conditions, il convient de partir du fait que toute réalité humaine est perçue d'abord par des éléments sensoriels : par exemple les réalisations de parole sont saisies par l'ouïe et par la vue. Peut-on dire que le passage au magnétophone ou au magnétoscope ne modifie pas la perception elle-même ?

6Cette question nous paraît être au centre de toute l'approche en sciences sociales depuis que les progrès technologiques ouvrent l'horizon d'une possible mémorisation de données considérées antérieurement comme difficiles à fixer à cause de la rapidité de leur flux et de leur hétérogénéité constitutive. L'outil utilisé pour la mise en mémoire a donc un rôle essentiel à jouer si l'on tient compte de ses caractéristiques techniques. A cet égard, si l'on considère le recours au magnétoscope on peut recenser plusieurs effets probables. D'abord, l'appareil permet d'agir en extension ou en réduction sur le temps et sur l'espace. En effet, au moment de la prise de vues l'usage du zoom ou la pratique des travellings constituent des actes constitutifs de sens en eux-mêmes. Il est possible de procéder à des effets de focalisation sur des parties d'un ensemble plus fort qu'en perception naturelle car cette focalisation entraîne, par voie de conséquence, l'isolement des éléments par rapport à leur environnement. On se rend compte que le pouvoir descriptif de l'appareil dépasse largement les possibilités sensorielles de l'oeil humain. Il convient ainsi de considérer que le rôle du média semble tout à fait déterminant par l'effet démultiplicateur du système optique et, par ce que l'on pourrait appeler, un effet dynamisant dans la perception.

7Une illustration majeure de cette affirmation est proposée dans les réalisations des professionnels de la télévision. Le débat Giscard-Mitterrand, lors de la dernière campagne pour les élections à la présidence de la République a été filmé de façon différente par les réalisateurs de chacun des candidats. Gérard Herzog, en choisissant l'utilisation en continu du plan moyen, a jugé que la valeur du plan n'était pas pertinente pour la présentation de son candidat. A l'inverse, Serge Moati, réalisateur de François Mitterrand, a opté pour l'alternance et la différenciation des plans. Le passage du plan moyen au gros plan s'effectue à des moments charnière dans l'interaction et dans l'argumentation du candidat. Nous avons montré (cf. le débat Giscard-Mitterrand : ou la stratégie du geste et de l'image1) que la manifestation gestuelle ne prend pas sens en elle-même mais qu'une valeur sémantique se surajoute lors de la prise de vues. A cet égard, un certain nombre de traits permettent de donner « valeur » à l'image qui se fait et qui se défait dans la dynamique de l'action filmique. Parmi ceux-ci on peut retenir la durée contrastive de la tenue des plans. Un plan est signifiant par lui-même et par référence à ce qui lui est différent. D'autre part, le plan est à raccorder à sa localisation dans la chaîne de la parole et du comportement interactif. Trop souvent, la grammaire de l'image est considérée, au travers de vagues affirmations postulant son existence, en dehors de toute élucidation précise. C'est la raison pour laquelle nous pensons qu'il devient tout à fait nécessaire d'instaurer le dialogue entre les réalisateurs, les différents techniciens (éclairagiste, décorateur, ingénieur du son, cadreur...) et le chercheur en sciences sociales. Ce dialogue, pour être constructif, suppose que le chercheur ne considère pas comme superfétatoires les choix techniques et qu'il les retienne pleinement dans son analyse. L'efficacité au sens de la réussite de la mise en images et du donner à voir maintenant reconnue à la réalisation de Serge Moati tient sans doute au fait de son engagement politique partisan en faveur du candidat Mitterrand et de l'enjeu du débat. Ils ont permis au réalisateur de se situer à plusieurs niveaux et d'en faire en quelque sorte la synthèse en actes. Cette situation particulièrement privilégiée nous conduit à penser que les recherches en sciences sociales fondées sur l'enquête de terrain ne peuvent plus seulement postuler que la trace du sujet sur l'objet à étudier est, pour partie, irréductible. Il faut ajouter que l'opération de mise en mémoire contient en elle-même un potentiel déformant. Nous disons déformant car la série de choix possibles : type de plan, durée, localisation en rapport avec les autres données observées montre à l'évidence que le média propose non seulement des effets de calque et de miroir du réel mais qu'il aide à l'organiser. Nous irons jusqu'à affirmer que le média, par ses propriétés homologiques aux propriétés sensorielles, est source de constitution de sens car il joue à la fois sur la saisie des éléments et sur leur mise en relation. Or, une des marques du paradoxe de l'observateur, tient au fait que ce dernier doit nécessairement faire appel à des appareils pour fixer en mémoire ce qu'il voit et ce qu'il entend, Il se trouve en position de témoin bien particulier puisqu'il l'est sans avoir la maîtrise de retenir tout ce qu'il observe. A cette dernière caractéristique s'ajoute la double nécessité de devoir enregistrer du présent pour le garder comme tel tout en faisant en sorte de pouvoir y greffer une analyse ultérieure. Double prégnance dans le temps : au moment du recueil des données mais aussi au moment de leur traitement. Il s'en suit qu'il serait bien imprudent de voir dans le chercheur un être naïf tout à la fraîcheur de ce qu'il perçoit. Au contraire, sa perception présente est très largement déterminée par la finalité de son regard et par ses hypothèses de travail. Par expérience personnelle, nous pensons que son regard est orienté aussi par la masse des données antérieures qu'il a eu à traiter ou à propos desquelles il possède des informations. Un problème spécifique à la recherche en sciences sociales et, particulièrement pour ce qui est des données mémorisées par appareil, surgit dès lors qu'il y a comme un double mouvement contradictoire de l'observateur-observant. D'une part, il se doit d'aller au spontané mais un spontané qu'il appréhende avec des effets de valorisation-dévalorisation des éléments, d'autre part, sa perspective l'empêche de garder le spontané dans ce qu'il a de vivant et qui sans doute lui donne sens en grande partie. Le regard, source des choix de retenue ou de mise à l'écart de certaines données, est donc en grande partie tributaire d'une structuration indépendante du présent de l'observation. Impossible mouvement qui pour saisir le présent s'en remet largement au passé et à l'avenir. Comme dans tout travail analytique le présent n'est au fond que très partiellement retenu pour son immanence propre.

Haut de page

Notes

1 Cahiers du CRELEF numéro 16, déc. 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mouchon, « A propos de la notion de “paradoxe de l'observateur” en sciences humaines », Semen [En ligne], 2 | 1985, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://semen.revues.org/3614

Haut de page

Auteur

Jean Mouchon

BELC (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page