Navigation – Plan du site

Parcours d'un champ sémantique : Les chemins de la mort dans la poésie de Jules Supervielle

Jean-Michel Monnier

Résumé

Comment étudier dans une œuvre quelconque les champs sémantiques posés comme traits de structure importants de l'œuvre considérée ? C'est la question que se pose J.-M. Monnier à propos du champ sémantique de « mort » dans l'œuvre poétique de Supervielle. Le savoir sémiotique et la compétence informatique sont requis pour élaborer une méthodologie adaptée. Pour éviter l'impasse d'un champ sémantique envisagé comme accumulation d'emplois contextuels, J.-M. Monnier introduit le concept de champ de variance, qui constitue un principe organisateur.

Haut de page

Texte intégral

1La mort est omniprésente dans l'œuvre de Jules Supervielle. À ce point même que tout dans cette poésie en dépend, et participe de loin ou non, à cette présence. Tout chemin de lecture ne semble pouvoir mener qu'à ce qui peut en paraître le cœur, et en constituer les ressorts dialectiques : une parole poétique face à la mort, multiforme. C'est parce que l'écriture de la mort est l'élément qui structure le plus fortement ce monde poétique que nous proposerons un parcours possible du champ sémantique de « mort ». Cette délimitation, qui pourra sembler restrictive (la présence de la mort ne se limitant évidemment pas aux seuls lieux d'apparition du lexème « mort »…) répond à un souci purement méthodologique et premier. Ainsi l'analyse de ce champ sémantique ne devra constituer que le point d'ancrage d'une étude plus complète de la mort dans cette œuvre.

2Nous examinerons tout d'abord les choix théoriques et méthodologiques décidés pour ce travail, et notamment la place et le rôle de l'outil informatique que nous avons choisi d'utiliser, pour finalement esquisser une parcours possible d'une des zones du champ sémantique de « mort » dans la poésie de Supervielle. Notre réflexion posera le problème de la pertinence du recours à l'informatique dans ce type de recherche, ainsi que celui des modalités interprétatives de données issues d'un traitement automatique du texte.

Problématique des champs

3Il est tout d'abord nécessaire de préciser ce que nous entendons ici par champ sémantique, ainsi que de présenter brièvement le concept de champ de variance, clé de voûte de la démarche adoptée par la suite. Les différents chercheurs qui mobilisent le concept de champ sémantique n'en ont en effet pas toujours facilité l'approche définitionnelle. Ainsi pour certains l'expression champ sémantique désigne des champs qui « constituent, au plan du signifié, des ensembles organisés dont les éléments ont un dénominateur commun » [Galisson/Coste, 1976, 82]. Or on reconnaîtra dans cette définition celle d'un autre type de champs, le champ lexical : « ensemble des mots que la langue regroupe ou invente pour désigner les différents aspects […] d'une technique, d'un objet, d'une notion » [Peytard/Genouvrier, 1970, 206]. On neutralisera cette ambiguïté définitionnelle, qui résulte d'un chiasme terminologique entre champ lexical et champ sémantique, en définissant ce dernier comme « l'ensemble des emplois d'un mot (ou syntagme ou lexie) dans et par lesquels ce mot acquiert une charge sémantique spécifique »[ ibid.]

4Pour pertinente qu'elle puisse paraître, cette définition demande cependant à être affinée, car elle ne permet pas d'envisager clairement ce que peut être la structure d'un champ sémantique. Nous montrerons que des champs de ce type ne peuvent se concevoir uniquement comme une accumulation d'emplois, mais qu'ils sont à considérer comme des configurations de réseaux organisés. Le chercheur ayant pour objectif de rendre compte de la structure du champ sémantique d'un lexème dans une œuvre donnée, effectuera dans un premier temps le relevé exhaustif des occurrences de cette unité. Il construit ainsi un corpus constitué des différents cotextes, lieux d'apparition du lexème. Cette délimitation effectuée, il va s'agir d'analyser le fonctionnement sémantique du lexème en ces différents lieux. Le sémantisme de cette unité, plus exactement sa signification, résulte de la mise en discours et de ses contraintes. Ainsi on constatera que « le signifié du mot poétique tire sa valeur toujours unique de l'endroit précis où il figure dans la suite du poème» [Chiss / Filliolet / Mainguenau, 1977, 151]. Si nous considérons cette plasticité du signifié poétique comme le résultat de la mise en discours, on en déduit au moins que « le contexte doit comporter les variables sémiques qui seules peuvent rendre compte des changements d'effet de sens que l'on peut enregistrer. » [Greimas, 1966, 45]. En d'autres termes, le discours « ne peut produire que des sémèmes particuliers » [Ibid. 51] en ses différents lieux. Ces sémèmes manifestés sont le fait de phénomènes de focalisation et/ou de virtualisation sémique :

Par focalisation, tel sème d'un lexème sera mis en valeur et les autres rejetés au second plan, tandis que par la virtualisation un lexème se verra affecter de sèmes imprévisibles dus aux contraintes spécifiques du poème [ Chiss / Filliolet / Maingueneau, 1978, 153]

5Il semble que cette extrême 'variance' du signifié (sémèmes particuliers, valeur toujours unique) puisse dans une certaine mesure être relativisée. En effet, si la configuration du sémantisme d'un lexème dans des cotextes différents est variante, on peut mettre en évidence qu'il y a souvent réitération d'une même orientation sémantique de l'unité appréhendée. Par exemple, si l'on observe le fonctionnement du lexème « pierre » dans l'œuvre poétique de Jules Supervielle, on constatera que très souvent la productivité textuelle tend à orienter sa signification poétique dans le sens d'une relation très forte avec une « thématique » de la mort (à tel point que ce lexème peut être souvent lu comme unité constitutive d'une isotopie de la mort). C'est le cas par exemple dans « L'escalier » des Amis inconnus, escalier que l'on monte pour « mourir sur la dernière marche ». C'est ainsi qu'une fillette heureuse

  • 1 . Pour des raisons pratiques nous codifions les titres des œuvres de Supervielle. Se reporter en f (...)

Devint en une nuit, sculpture d'elle-même
Sans autre mouvement que celui de la pierre
Et qu'on la retrouva, rêve et sourire obscurs
Tous deux pétrifiés mais simulant toujours… (Ai. 157)1

6« Pierre » est ici convoqué – doublement si l'on se souvient de l'étymologie de pétrifiés – pour écrire la mort, tout comme dans le poème intitulé « Hommage au poète Julio Herrera y Reissig, pour l'anniversaire de sa mort » (Om. 227). La parenté de ces deux évocations est d'ailleurs frappante :

Ton regard on te l'a coupé, tes yeux on leur mit des scellés
Et l'on te mit en mouvement pour ton pèlerinage de pierre…

7Au royaume des ombres le geste est pierreux :

Quand nous tiendrons notre tête entre nos mains
Dans un geste pierreux, gauchement immortel (Ai. 162)

8Nous pourrions multiplier les exemples ; l'important est bien de voir qu'il n'y a pas construction d'autant de sémèmes de « pierre » qu'il y a d'occurrences de ce lexème. On peut mettre ainsi en évidence dans un champ sémantique certaines lignes fortes, constituées de ce que Greimas a pu appeler des classes contextuelles – si l'on se souvient qu'il définit ses classes comme l'ensemble de « contextes provoquant toujours le même effet de sens » [ Greimas, 1966, 45]. Ce sont ces lignes fortes que nous proposons de nommer champs de variance, et qui nous autorisent à concevoir le champ sémantique comme structuré en différents réseaux.

9Les éléments constitutifs d'un champ de variance sont autant de cotextes intégrant un élément invariant – dans sa manifestation – un lexème par exemple, ainsi qu'un ensemble variant : l'entour du lexème occurrent. Le champ de variance de A se compose donc d'un ensemble d'unités textuelles, constitutives du champ sémantique de A, dont le travail cotextuel – toujours variant puisque dans ces unités la seule constante suffisante est l'unité A – aboutit à l'actualisation d'une même orientation sémantique de A. Un champ de variance se présente donc comme un ensemble de variations d'écriture d'un objet poétique unique que l'on définira par le terme d'hypogramme. On le voit, le champ sémantique de A et les champs de variances de A ne se confondent pas. Les seconds sont tous une composante du premier, puisqu'ils n'intègrent pas tous les emplois de A. Les champs de variance de A forment l'organisation interne du champ sémantique de A. On rendra compte de ce qui vient d'être dit par l'équation suivante :

  • 2 . « Somme » non pas arithmétique mais sémiotique en ce sens qu'il ne s'agit pas d'une simple addit (...)

10le champ sémantique d'un élément A (CsA) est égal à la somme2 des champs de variance (CvA1…x) que la productivité textuelle tend à instaurer, et chaque champ de variance manifeste plusieurs fois le même hypogramme.

11Évoquons, pour illustrer ce cadre théorique et conceptuel, le statut du lexème « pierre » dans l'œuvre poétique de Jules Supervielle. On peut montrer que le champ sémantique de cette unité est structuré en deux grands champs de variance. Le champ de variance « pierre≈mort », intégrant tous les lieux textuels où la signifiance de « pierre » est à concevoir comme participant de l'écriture de la mort, un champ de variance actualisant donc un hypogramme du type « mourir c'est devenir de pierre » ou « être mort c'est être de pierre ». Hypogramme tendant même à se radicaliser sous la forme extrême d'une relation d'identité totale entre « mort » et « pierre ». Le second champ mis en évidence est totalement opposé sur le même axe sémantique : il s'agit du champ de variance « pierre≈vie ». Il actualise l'hypogramme de la pierre synonyme de la vie ou de sa conscience par un phénomène de focalisation sémique sur le trait /pesant/. En effet, la poésie de Supervielle traduit souvent la vie par le champ lexical du « pesant », de la pesanteur :

Les morts, comme fardeau,
N'ont que deux doigts de terre,
Les vivants, eux, la sphère. (Tr. 43)

12Si la mort chez Supervielle relève du domaine aérien, du ciel et de l'espace, livrant les morts à une dérive qui résulte de l'abolition des contraintes de la pesanteur, la vie au contraire « s'accroche » à la terre :

De la profonde montagne
Où se tient la vie cachée (Om. 72)

13Ces deux hypogrammes sémantiquement opposés, indices des champs de variance « pierre≈mort » et « pierre≈vie », contribuent donc à faire de « pierre » un lexème totalement diasémique. Ceci est très finement présent dans les vers suivants :

Et plus sensible qu'une rose
Qui va s'appuyant sur la pierre
Pour être de moins en moins close
Et s'ouvrir jusqu'à se défaire (Om.161)

14Les quatre éléments que sont la mort, la vie, la pierre et la pesanteur sont ici articulés : de moins en moins close la rose est donc de plus en plus vivante, l'appui sur la pierre est condition même de cette naissance, mais le jeu de rimes proposé ne peut qu'évoquer parallèlement une rose « de moins en moins rose ». Tout en s'éveillant à la vie elle s'approche de la mort, se fane, se défait. Le rôle de pierre est ambivalent et s'inverse, inversion renforcée là encore par la rime pierre/défaire.

15Si l'on accepte les éléments théoriques proposés ci-dessus – le principe d'organisation structurale du champ sémantique en différents champs de variances qui manifestent autant d'hypogrammes – se pose alors la question essentielle, et pratique cette fois, du faire sémiotique : comment détecter le plus rigoureusement possible les champs de variance d'un champ sémantique, et pour ce qui nous concerne ici, du champ sémantique de « mort » ? Un bref examen des conditions de production des champs de variance nous permettra de proposer une méthode en partie fondée sur des procédures automatisées de traitements des données textuelles. Méthode pensée et élaborée dans le souci de sa possible réitération par tout chercheur.

Champs de variance et traitements informatiques : une application nexonienne

16Il est de fait que les conditions d'existence d'un champ de variance résident dans une constante inscrite au cœur même d'objets sans cesse variants. Si le champ sémantique de "pierre" manifeste une champ de variance « pierre≈mort », c'est qu'un certain nombre d'éléments constants, relatifs à une « thanato-thématique » (susceptibles d'être indexés sur une isotopie de la mort) sont présents et réitérés dans les cotextes du champ sémantique du lexème. Cette constante ou réitération, condition de genèse et de production de champ de variance, prend très souvent la forme de systèmes co-occurrentiels réitérés (ainsi on rencontrera dans différents cotextes du champ sémantique de « pierre », les co-occurrences suivantes : « pierre/mourir », « pierre/silence », « pierre/tuer », « pierre/paupière/fermée »). Il apparaît donc pertinent, à ce niveau, de formuler l'hypothèse que la recherche systématique et exhaustive de toutes les relations inter-lexémiques réitérées, est à même d'aider le chercheur dans sa collecte d'éléments signifiants pour la construction/reconnaissance de champs de variance. Étant entendu que si le lexème « pierre » apparaît très souvent lié avec « mort », « tuer/mourir », « silence »… alors nous sommes en présence de l'hypogramme « pierre≈mort », donc du champ de variance « pierre≈mort », et finalement d'un trait de structure du champ sémantique de « pierre ».

  • 3 . Cf. leur article : « D'informatique et d'Apollinaire » in Mélanges offert à Jean Peytard, tome 1 (...)

17Ces éléments que nous supposons traces d'hypogrammes et indices de champs de variance, ces co-occurrences réitérées, ont fait l'objet de travaux de deux chercheurs du GRELIS, Claude Condé et Lionel Follet3. Les auteurs proposent le terme de nexon pour désigner toute unité s'associant au moins dans deux textes distincts au même compagnon. Ils ont en outre développé plusieurs modules informatiques permettant la détection et le traitement de ces nexons. Nous situerons brièvement ces travaux en insistant sur le fait qu'ils sont nés d'une critique de la pertinence des décomptes fréquentiels dans/pour l'analyse du texte littéraire. Ils se situent donc dans la continuité de certaines conceptions de Michel Pêcheux qui notait en 1969 que les décomptes fréquentiels « ne rendent pas compte de l'organisation du texte, des réseaux de relations entres ses éléments » [Pêcheux, 1969, 4], et qui ajoutait très justement : « on peut remarquer toutefois que la méthode d'analyse des co-occurrences permet de repérer un type particulier de relation entre les éléments [Ibid.] ». Dans cette perspective on conçoit un programme informatique qui recense « toutes les récurrences d'un lien de proximité entre deux lexèmes […] attestées dans le corpus étudié, que le chercheur les ait ou non repérées [et qui permet donc]de tracer comme une topologie exhaustive des réseaux signifiants » [Condé/Follet, 1993, 293]. Ce qui est fondamental dans cette démarche c'est qu'on ne recherche pas

des « mots » […] mais des couples associés : non la récurrence d'un lexème, mais la réitération d'un lien. Notre objet d'étude est la forme non seulement répétée, mais munie de deux propriétés : – elle se lie au moins deux fois, dans l'espace du recueil, au même « compagnon » ; - et ce, en deux emplacements séparés par une frontière de poème. [Ibid., 304]

18Insistons sur le fait que les couples associés recherchés ne sont pas forcément constitués d'unités se suivant immédiatement dans la linéarité du texte. On détectera ainsi : une pierretombait dans un texte A, et une pierre énorme et noire qui tombaitdans un texte B. Les limites de cet article ne nous permettent pas de présenter dans le détail le fonctionnement des diverses procédures informatiques de recherche de nexons (préparation des données textuelles, lemmatisation, mise en forme des résultats…) qui sont très clairement exposées dans l'article déjà cité de C. Condé et L. Follet. Retenons qu'en fin de traitement les différents modules de recherche présentent sous forme de tableaux les couples de nexons, leur nombre de réitérations, leur lieu de manifestation dans le texte de départ.

19Nous montrerons ici comment, à partir d'un traitement nexonien, nous envisageons la recherche de champs de variance d'un champ sémantique donné. L'organigramme de la page suivante, que nous allons commenter, visualise les différentes étapes de notre démarche.

Niveau textuel 1

20Ce niveau est celui où le chercheur conditionne l'élaboration de son corpus par un certain nombre de choix. S'il décide d'opérer une recherche de tous les réseaux signifiants d'une œuvre il constituera un corpus global (tout un recueil, un ensemble de recueils…). Si en revanche son vœu est de focaliser sur un objet précis, le champ sémantique de telle ou telle unité, son corpus sera composé de tous les cotextes constitutifs de ce champ. Les modalités de délimitation des cotextes peuvent être multiples (ils sont fonction de la nature du texte et d'hypothèses formulées par le chercheur sur la pertinence de telle ou telle "quantité" de texte).

Niveau nexonien

21Le niveau nexonien correspond à la phase de traitement informatique du corpus défini précédemment. C'est à ce niveau que la recherche automatisée des liens nexoniens est effectuée. La variable essentielle intervenant dans cette phase de traitement est celle de l'empan cotextuel. Cet empan, décidé par le chercheur, peut être déterminé en nombre de « mots-machine » (suite de caractères entre deux blancs) ; il est une portion de texte dans laquelle un lien peut être réalisé entre deux lexèmes. Par exemple, un lexème A est associé à un lexème B dans les limites de 4, 6, 8 mots à sa gauche ou à sa droite. On aboutit ensuite, après dépouillement des résultats, à la constitution de différents tableaux qui présentent les listes des couples nexoniens accompagnés des indices de fréquence de réitération et des données permettant leur localisation et le retour au texte.

Niveau textuel 2

22L'examen des résultats permet au chercheur d'orienter son regard en fonction de sa problématique et d'opérer un retour au texte. C'est à ce niveau que la nature des relations nexoniennes sera définie, et qu'il importe de définir, puisque nous posons qu'un lien nexonien peut être trace d'hypogramme : il peut s'agir, par exemple, d'une relation d'implication réciproque ou de contradiction. Sont convoquées des compétences d'interprétation logique, sémantique, syntaxique, pour typifier les relations lexicales observées.

Niveau interprétatif nexonien

23À ce niveau, les différentes relations nexoniennes typifiées d'un point de vue logico-sémantique permettent la construction/reconnaissance d'hypogrammes de deux catégories :

24– les hypogrammes d'implication réciproque, les plus fréquents, (comme par exemple, pour le couple « sang/mort », « le sang quittant le corps engendre la mort ») et les hypogrammes d'identité (de type métaphorique : le cœur est bougie pour « cœur/bougie », la présence de la pierre est synonyme de mort …).

25– les hypogrammes de contradiction : une relation nexonienne manifeste une proximité sémantique entre un des deux nexons du lien et une unité étrangère au couple. Cet hypogramme est dès lors interprété comme d'implication seconde (sang/mort manifeste aussi une relation d'implication seconde entre 'sang' et 'vie' par exemple) ou d'identité seconde où la relation entre l'un des termes du couple et un terme étranger à lui est de même type que dans le cas d'un hypogramme d'identité.

Niveau interprétatif étendu

26L'analyse ne doit cependant pas se limiter au seul niveau nexonien. Celui-ci est à considérer moins comme une finalité que comme une productivité. En effet, l'ensemble des hypogrammes construits à ce niveau ne saurait épuiser la richesse des réseaux signifiants et des champs de variance d'une unité quelconque. Il faut donc, après examen des cotextes retenus, étendre l'investigation à d'autres lieux, car la recherche informatique travaille sur le formellement inscrit. Pour exemple, il va de soi que la mort n'est pas uniquement présente où l'on rencontre une unité 'mort*', et l'analyse est chargée de montrer ces lieux par le jeu des relations nexoniennes en chaîne. C'est bien en fait de productivité dont il faut parler au sujet de l'approche nexonienne.

Niveau de structuration 1

27Une fois effectuée l'identification des différents hypogrammes actualisés par les couples nexoniens, on distinguera plusieurs familles de cotextes en fonction de l'hypogramme qu'ils actualisent (« par différenciation hypogrammatique »). Si deux cotextes c1 et c2 actualisent le même hypogramme 'sang <=> mort*', alors ils appartiennent à une même famille. Ainsi, lors de cette phase d'analyse se dessinent différents champs de variance dont on se souvient qu'ils sont constitués de tous les cotextes d'un champ sémantique qui actualisent le même hypogramme.

Niveau de structuration 2

28Les différents champs de variance une fois mis en évidence, on observera comment ils contribuent à structurer le champ sémantique de l'unité choisie en début d'analyse dans le cas du traitement d'un ensemble de cotextes. La structuration ainsi construite devrait aider à la conscience de l'objet appréhendé et à l'interprétation des aspects de sa signifiance. C'est à ce niveau que peut être forgée le plus clairement une lecture de l'œuvre.

  • 4 . On trouvera un exposé plus complet de cette lecture dans J.-M. Monnier, Sémio-linguistique infor (...)

29Notre cadre conceptuel et théorique étant posé, l'outillage méthodologique présenté, nous proposons ci-dessous quelques éléments de cette lecture – cheminement, parcours possible du champ sémantique de 'mort' chez Supervielle. Il est impossible, dans les limites de cet article, de présenter cette lecture-cheminement dans sa totalité, aussi ne présenterons-nous que quelque unes des bornes les plus saillantes de nos sentiers interprétatifs4.

Le verbe et la mort : du Passage à l'(auto)enfantement

  • 5 . On trouvera l'ensemble de ces résultats (une centaine de pages de différents tableaux) dans le d (...)

30Les résultats des différentes sessions de recherche automatisée de liens nexoniens (trois sessions, à empan de 4, 6 et 8 mots)5 semblent indiquer que le champ sémantique de 'mort' se structure notamment à partir de trois « complexes », dont nous aurons à voir s'ils manifestent des hypogrammes et constituent des champs de variance. On entend par complexes des ensembles de liens nexoniens – très fréquents et saturant fortement les relations internes du texte – qui sont sémantiquement apparentés. Pour exemple citons les couples 'mort-demander', 'mort-répondre', 'mort-parler', 'mort-poète'… dont on conçoit aisément, a priori, qu'ils peuvent être regroupés dans un même ensemble. Les trois complexes susceptibles d'être mis en évidence à partir de la masse considérable de résultats sont les suivants :

Complexe A : la mort et le corps

31Cœur, sang, tête, mains… sont des lexèmes très fortement associés à 'mort', tout comme le champ lexical de la vision qui lui aussi fournit bon nombre de nexons de 'mort' dans notre corpus. Il existe tout un champ nexonien du corps associé à la mort chez Supervielle, constat invitant à l'analyse de ces relations. Ainsi s'esquisse une direction de recherche possible et première.

Complexe B : la mort, l'espace et le mouvement

32Les résultats nexoniens mettent aussi en relief un dernier ensemble qui semble important, témoignant des relations très fortes entre mort, espace et mouvement. Ainsi les liens 'mort-traverser', 'mort-chemin', 'mort-passer'… forment autant de relations à analyser et dessinent un second axe possible de recherche.

Complexe C : la mort et le langage

33Une autre orientation possible de recherche est enfin suggérée par la très forte présence de relations entre la mort et le champ lexical du langage. On peut ainsi, à ce niveau, formuler l'hypothèse que quelque chose de fondamental se joue dans cette poésie entre la thématique de la mort et le langage, enjeu dont on peut pressentir qu'il révèle aussi la présence de champs de variance. Font partie de ce second complexe les couples nexoniens du type : 'mort-demander', 'mort-répondre', 'mort-parler', 'mort-poète'…

34Nous résumerons très brièvement de la façon suivante ce que l'analyse des complexes A et B peut permettre de déployer comme discours interprétatif, avant d'illustrer notre démarche/méthode à partir du complexe C :

35La recherche des nexons, met en évidence plusieurs phénomènes qui participent tous de la structuration du champ sémantique de la mort :

36• le corps est un lieu ambivalent. Lieu de vie il n'en est pas moins celui de l'ultime passage qu'est la mort. La conscience et les signes de la mort se développent dans des mouvements et des passages hors de ses limites. Le corps est un lieu fermé/ouvert.

37• Les frontières du corps, portes charnelles, autorisent des allées et venues et les deux mondes que sont le corps et l'univers se confondent dans un double mouvement poétique. Les multiples déstructurations de ces deux espaces marquent aussi l'omniprésence de la mort dans l'univers superviellien.

38• La présence des morts dans l'univers, morts-âmes et morts-voix, est le fait, une fois encore, d'une poétique du passage et d'une altérité du « je », ce que montre l'éclatement du cœur par exemple. Tout se passe donc comme si le travail poétique tendait ici à accompagner les mouvements de passage et à en susciter de nouveaux, dans un mouvement d'extériorisation de l'être. Les différents éléments que sont :

39– l'isomorphisme des deux mondes (champ de variance du corps-univers et de l'univers-humain)

40– l'accompagnement et l'extériorisation de la mort qui mènent à l'éclatement identitaire

41contribuent à susciter de nouvelles distances et de nouveaux espaces au sein du moi. S'ils sont vécus comme le lieu de présence de la mort, ils n'en constituent pas moins l'espace dans lequel le verbe va pouvoir se déployer.

  • 6 . Ensemble dans lequel nous regroupions les nexons suivants : 'demander*', 'dire*', 'parler*', 'ré (...)

42Notre recherche automatisée montre, qu'après 'vivre' et 'jour', les éléments le plus souvent associés à 'mort*' sont ceux du champ lexical du langage6. Nous avons là un trait de structure d'autant plus remarquable que ces derniers, lorsqu'ils sont le fait d'associations répétées, ne s'unissent qu'avec 'mort*'. Ceci n'est matériellement perceptible que grâce à la machine qui seule est capable de gérer et montrer exhaustivement toutes les relations internes du texte. Que le traitement informatique fasse émerger du texte des lieux de mise en scène du verbe ne surprendra pas qui connaît un peu la poésie de Supervielle, mais qu'il permette la mise en évidence de la force du trait est en soi un plus de la méthode.

Le dialogue suscité

43Si le langage est si fortement associé à la mort dans cette œuvre, c'est déjà sous la forme du dialogue entre morts et vivants. Notre recherche nous invite à considérer un poème qui à lui seul présente trois fois le couple 'parler*/mort*' pour quatre occurrences de 'mort*'. Il s'agit du poème liminaire – position stratégique – de Gravitations : « Le portrait » (Gr. 89-91). C'est d'ailleurs le texte qui produit le plus de relations nexoniennes de notre corpus (60 réitérations réalisées à partir de lui seul). Il s'ouvre par une interpellation de la mère perdue : « Mère, je sais très mal comme l'on cherche les morts ». Ce vers était déjà le lieu de réalisations nexoniennes (avec l'ensemble des nexons 'mère', 'mort*' et 'chercher*'). Voici le lieu du doublet qui nous intéresse :

Je te parle durement, ma mère ;

Je parle durement aux morts parce qu'il faut leur parler dur

  • 7 . Ainsi dans le conte « Les boiteux du ciel » les morts se lamentent : « Mais quelle misère ! Rien (...)

44Ce poème développe notamment tout le tragique de la séparation des morts et des vivants. Il montre aussi l'une des finalités – sinon réelle en tout cas désirée – du dialogue avec les morts : leur donner vie. En effet, pourquoi « leur parler dur » ? Comment comprendre ce syntagme, sinon en le mettant en relation avec ce que nous avons vu de la "traduction" de la conscience de la vie par le pesant, le consistant ? Les morts égarés dans la nuit de l'espace non seulement n'ont plus la consistance de leur corps de naguère mais ne rencontrent rien de consistant7. C'est aussi ce phénomène qui est présent dans « Pour un poète mort» (Ai. 197) où l'on voit qu'il faut donner au défunt une « fourmi », « un bout d'herbe » car « il n' a plus qu'un grand vide à lui ». La tentative de dialogue est aussi présente dans le poème hommage « À Ricardo Guïraldes » (Ai. 149) – où le mort est celui qui s'est étoilé –

Maintenant, Ricardo, nous sommes là quelques amis assemblés de l'autre côté du fleuve, Comme un groupe d'astronomes qui complotent dans l'obscurité de converser avec une étoile très lointaine

45Il serait possible de multiplier ici les citations pouvant illustrer cette tentative de dialogue entre morts et vivants. Il y aurait cependant un danger à prendre ce dialogue au pied de la lettre : on pourrait en effet montrer que par l'intermédiaire de la figure fréquente chez Supervielle d'un cœur-étoile, qui se multiplie et « tend à devenir une âme », que les nombreuses présences, âmes-morts, peuplant sa poésie, peuvent n'être que des formes multiples et diffuses du « je ». Les différents lieux du texte manifestant le champ de variance de la déstructuration de l'être montrent une multiplication et un diffusion de l'identité du moi dans le monde :

Tous ces mois cherchant à vivre

Et qu'un jour enfin délivre (Fi. 77)

46Et si le « je » tente le dialogue avec les morts, ce n'est en fait qu'un dialogue avec les multiples figures de sa propre mort, avec le « mort que je serai » et « qui bouge en moi sans façon ».

47Dans son étude sur la « réorganisation de l'espace chez Supervielle entre Débarcadères et Gravitations », Michel Collot examine en détail le poème que nous citions il y a peu, « Le portrait», et montre comment le motif du double « repose indiscutablement chez Supervielle sur une relation narcissique à la mère » [Collot, 1988, 80].

J'ai été toi si fortement, moi qui le suis si faiblement,
Et si rivés tous les deux que nous eussions dû mourir ensemble
[…]
Parce que tu as été moi
Je puis regarder un jardin sans penser à autre chose,
Choisir parmi mes regards,
M'en aller à ma rencontre.
Peut-être reste-t-il encore
Un ongle de tes mains parmi les ongles de mes mains,
Un de tes cils mêlé aux miens ;
Un de tes battements s'égare-t-il parmi les battements de mon coeur,
Je le reconnais entre tous
Et je sais le retenir (Gr. 90-91)

48De fait, cette tentative du "je" recherchant l'autre, mère morte, par le verbe, s'inscrivant dans ce motif du double, mène aussi au dialogue tenté avec le mort qui est en lui. Ce motif du double, qui constitue un champ de variance du moi (champ de variance 'moi/l'autre'), est essentiel à l'établissement du pan verbal d'une poétique du passage. Ce double suscité par le verbe est d'ailleurs menaçant, en tant qu'il incarne la mort du moi, n'est-ce pas aussi cet « Étranger à l'affût et parfois loin de moi » (Ai. 195) ? Le double est d'ailleurs souvent abordé par Supervielle dans des poèmes-dialogues (par exemple « Alter ego » - Ai. 198).

49Ne peut-on voir ailleurs une démultiplication du double sous la forme des « espions de l'au-delà » ? :

Espions de l'au-delà
Vous êtes parmi nous
À surveiller nos gestes
Et la joie de nos cœurs
Vous nous voulez toujours
Sombres, humiliés,
Ne vous suffit-il pas
D'un regard, fixement,
Pour nous rendre semblables
À vos souhaits cruels ? (Ai. 203)

50Il y a bien en tout cas démultiplication dans « Réveil» :

Moi de Montevideo
[…]
Moi de Pologne et d'Autriche
[…]
Tous ces moi cherchant à vivre
Et qu'un jour enfin délivre ?

51Nous avons vu que le dialogue avec la mort s'inscrivait dans le poème hommage au poète Ricardo Guïraldes. L'image du poète est en effet souvent associée à de tels dialogues. Le poète suscite des présences au monde par le verbe ; le travail poétique est évoqué en ces termes dans Les Amis inconnus (dans le poème intitulé « Le poète») :

Je ne vais pas toujours seul au fond de moi-même
Et j'entraîne avec moi plus d'un être vivant.

Ceux qui seront entrés dans mes froides cavernes
Sont-ils sûrs d'en sortir même pour un moment ?
J'entasse dans ma nuit, comme un vaisseau qui sombre,
Pêle-mêle, les passagers et les marins,
Et j'éteins la lumière aux yeux, dans les cabines,
Je me fais des amis des grandes profondeurs. (Ai. 173)

52Le poète suscite des êtres vivants en lui. La poétique du passage se fait ici clairement celle de l'introjection dans le moi, par le verbe, d'identités multiples. La création poétique consiste bien à faire venir « Le monde en nous». Ceci nous amène à reconsidérer la poétique du passage si caractéristique de la poésie de Supervielle : la mort est le « passage hors du corps », et le faire poétique vise à intérioriser le monde. Il s'agit de faire venir et de générer en soi des êtres vivants. De fait les champs de variance du corps-clos et du corps-frontière qui actualisaient la présence de la mort comme fuite, sont compensés par le travail poétique « enfanteur ». Le poème cité plus haut montre que ce travail consiste à intérioriser ou créer en soi un monde vivant, afin de le retenir (« Sont-ils sûrs d'en sortir même pour un moment ? »). Il semble que toute la poésie de Supervielle vise à l'abolition des frontières parce que la vie est alentour, et qu'il faut continuer de vivre malgré tout.

53On pourrait aussi monter que les champs de variance du corps-univers et de l'univers-humain induisent un motif de confusion de mondes. Cela permet l'abolition des frontières séparant l'être du monde. Ainsi, la conséquence la plus immédiate de cette abolition n'était autre que la mort, c'est la poétique du passage actualisant l'hypogramme d'implication 'passage<=>mort'. Face à cela, le dire semble investi d'une mission relevant aussi d'une poétique du passage, mais actualisant cette fois un mouvement inverse, afin d'intérioriser la vie. En effet, le poète se doit d'éclairer la nuit du corps et de l'être, nuit intérieure de la mort :

Puisque je ne sais rien de notre vie
Que par ce peu d'herbage à la fenêtre
Ou par des oiseaux, toujours inconnus,
Que ce soit l'hirondelle, l'alouette,
Retournons-en au milieu de ma nuit,
Ma plume y met de lointaines lumières (Ai. 177)

54Entre la nuit et la mort la relation est d'implication réciproque ou d'identité chez Supervielle, comme l'examen des cotextes qui présentent le couple 'mort*/nuit' le montre bien, par exemple dans « La Terre chante» :

Ressuscitant les morts que fit de nous la nuit,
Tu tires un à un du linceul de leurs lits
Les corps qui vont passant du noir à la lumière (Om. 189)

55 Cette identité 'mort/nuit', Supervielle en parlait à Étiemble en ces termes :

Callois me demande un ou deux poèmes « nocturnes » […]Je lui enverrai quelque chose sur la mort plutôt que sur la nuit : il est vrai que ces dames voisinent souvent dans ma poésie (Corr. p. 93)

  • 8 . « Il est place en ces vers pour un jour étoilé » (Tr. 145)

56Lutter contre la nuit absolue c'est lutter contre la mort, en faire la tentative tout au moins. La fonction du verbe et de la poésie pour Supervielle, est bien d'être « une défense contre la Nuit absolue où [il] refuse de sombrer » (Corr. p. 94). De fait, les champs de variances du champ sémantique de la mort montrent que l'écriture de la mort chez Supervielle est une tentation/tentative de lutte contre la mort. Les motifs de déstructuration des mondes et surtout du « je » ont aussi pour finalité la création d'espaces dans lesquels un dialogue entre vie et mort tente de se déployer8. Ces mouvements de déstructuration du corps et de l'identité du moi, qui pouvaient être pris dans un premier temps comme la marque d'une mort certaine, tendent à s'inverser aussi. Notre repérage nexonien nous invite à considérer le poème « Un homme à la mer ». Ce texte est tout à fait édifiant par rapport à la déstructuration du moi et au travail poétique. Il associe la survivance du moi (il présente un noyé – le « je » – qui ne meurt pas) à un comportement tout à fait particulier puisqu'il s'agit d'un auto-enfantement :

Du haut du navire en marche
Je me suis jeté
Et voilà que je me mets à courir autour de lui.
Heureusement nul ne m'a vu :
Chacun craindrait pour sa raison.
Je suis debout sur les flots aussi facilement que la lumière,
Et songe à l'intervalle miraculeux entre les vagues et mes semelles.
Je m'allonge sur le dos, moi qui ne sais même pas nager ni faire la planche
Et ne parviens pas à me mouiller.
Voici des êtres qui viennent à moi
Appuyés sur des béquilles aquatiques et levant les paumes ;
Mais ils meurent crachant l'écume par leur bouche devenue immense.
Je reste seul et, dans ma joie,
Je m'enfante plusieurs fois de suite solennellement,
vre d'avoir goûté autant de fois à la mort (Gr. 201-202)

  • 9 . « Interroger les passagers. Combien y en a-t-il qui, au moins une fois, n'ont pas eu peur d'avoi (...)
  • 10 . Le « je » est donc
    « Celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource
    De chercher l'océan du côté (...)

57On voit tout d'abord que le remède à la mort n'est autre que la mort elle-même. Les deux derniers vers cités posent le principe que la mort est son propre antidote, le fait d'y goûter « autant de fois » fonde une désensibilisation à la mort et donne vie. Il faut tenir compte ici du lieu de cet « auto-enfantement » : la mer. Ce que Michel Collot remarque à propos du poème « Le portrait » est, dans une certaine mesure, valable ici : le mythe du noyé actualise chez Supervielle « le fantasme d'un retour à la vie intra utérine » [Collot, 1988, 80]. Se jeter à la mer c'est tenter une régénération de l'être. On est en présence ici d'une relation 'mort/mer' manifestant un hypogramme de contradiction, puisque la mer est celle qui offre la possibilité d'une régénération multiple. Cependant, l'attitude de Supervielle face à la mer est ambivalente, comme en témoignent quelques passages de Boire à la source. Le poète y écrit qu'il « ne s'agit pas de se laisser faire par cette grande masse grise et aveugle » (BS. 162). Le danger de la mer, c'est qu'elle « finisse par nous persuader que, d'un côté de la lisse comme de l'autre, c'est tout comme (BS. 163)9 », « Et cet arrêt brusque de la vie humaine, marqué par la lisse, ces deux royaumes presque aussi différents que ceux de la vie et de la mort(BS. 165) ». Ainsi la régénération souhaitée des eaux marque le paradoxe d'une vie recherchée au sein même de la mort10.

58Ce qui est fondamental, c'est de voir que Supervielle établit dans la suite du poème une relation d'identité entre la mer et la poésie : «Contentons-nous de marcher sur la mer comme autour d'une poésie ». De fait, c'est au moyen du verbe, dans le verbe, que l'antidote à la mort est recherché. Entreprise démesurée, mais n'est-ce pas là l'horizon de toute poésie véritable ? Il est clair que pour ce texte malgré le ton dégagé, c'est un grave échec qui est ici avoué : l'homme, ne parvenant pas à « prendre » la mer(e), est condamné à rester en marge du poème, puisque la réussite poétique suppose la récupération de l'objet maternel [Collot, 1988, 85].

59Ne peut-on pas comprendre ce « ton dégagé » comme justement une façon de nuancer le tragique de l'échec ? L'humour si particulier de Supervielle est en tout cas présent dans ce texte. Ailleurs, le ton peut être infiniment plus sombre :

Je cours derrière un enfant qui se retourne en riant,
Est-ce celui que je fus,
[…]
Nous avançons vers la mer qui ne peut plus aujourd'hui
Mettre fin à notre fuite.
Notre coeur se fait salin dessous la fable des eaux
Et l'enfant qui nous précède s'échappe encor en riant,
Pose les pieds sur les roses maritimes des coraux.
Nous touchons le fond obscur près d'un boqueteau marin
Où les poissons de couleur jouent aux oiseaux du matin,
D'autres ondulent aveugles remorquant les féeries
De quelque poète noyé
Qui croit encore à la vie (Gr. 182-183)

60On remarquera à quel point ce texte est proche de celui que nous venons d'aborder : motif du double, la mer ne pouvant pas empêcher « notre fuite», la « fable des eaux » et ce « poète noyé / Qui croit encore à la vie »…

61On perçoit donc que Supervielle, refusant de sombrer dans «la Nuit absolue », nuit de la mort, confie au travail poétique le soin de lui fournir les éléments d'une réconciliation avec la mort. Si la fonction du verbe est de créer et d'enfanter, c'est pour s'enfanter que le poète le convoque et le martèle au feu de son angoisse de la mort.

Se réconcilier avec la mort ?

62Pour Étiemble, Supervielle finit par se réconcilier avec la mort. Ceci est très discutable car si la réconciliation passe par le dialogue avec la mort, suscité sans cesse et de multiples façons, force est de constater qu'il y a souvent échec. On vient de voir que l'apparente euphorie du poème « Un homme à la mer » ne masquait en réalité que l'échec qui s'exprime ailleurs plus radicalement, « Je suis une âme qui parle… » montre aussi l'impossibilité d'un dialogue :

Ah quel est donc ce pays
Où jamais l'on ne répond
Où l'on ne sait écouter
Une voix persuasive ? (Ai. 138)

63Dans « L'âme proche » le dialogue tenté se solde aussi par l'échec, poème qui montre bien la réciprocité de la non communication, puisque c'est au vivant cette fois que nulle réponse n'est faite :

Mon âme suit mon corps,
- la nuit comme le jour
[…]
« Âme, que voulez-vous ?
Vous êtes là, tout près,
Féminine, exigeante
Et filtrant mes pensées
De votre jalousie.
Vous me bandez les yeux
D'un mouchoir funéraire (Ai. 145)

64Quand même le dialogue est effectif, il n'en est pas pour autant positivement réalisé. L'une de ses « voix qui perdirent visage » répond au vivant « N'allez pas comparer notre sort et le vôtre » (Ai. 137).

  • 11 . Le seul octosyllabe du poème « Les amis inconnus » est le vers : « Et les mots inconsidérés » (A (...)

65L'appel de la vie par le verbe poétique est d'autant plus rarement réalisé que dès qu'il cesse, le dire tue ce qu'il disait. C'est ce que montre le poème « L'oiseau » des Amis inconnus, oiseau né de l'acte d'écriture, il meurt dès que ce dernier cesse (L'étoile subit le même sort chez Supervielle : « Mais l'étoile se dit : Je tremble au bout d'un fil / Si nul ne pense à moi je cesse d'exister »). Le dialogue et la création poétique ne peuvent vaincre l'angoisse fondamentale de la mort. Dans le dialogue, les « mots » restent « inconsidérés »11, c'est à dire irréfléchis. On peut lire dans le dernier recueil de Supervielle, Le Corps tragique, la perte totale du verbe et de son pouvoir fantasmé. Ainsi dans les vers suivants, nous sommes « Au milieu de la nuit » (Ct. 14) :

Je vois ma plume au milieu de la nuit
Qui met un peu de lumière autour d'elle.
Mais la vapeur de la locomotive
Entre ces murs de plus en plus rétive
Qui me le dira d' où vient-elle ?
J'ai beau penser fer, chaudière, charbon,
Je ne vois pas à quoi je leur suis bon,
Je ne sais plus d' où me viennent ces mots
Ni l' alphabet dont les lettres cessèrent
Si brusquement de m' être familières.

66Ce que l'on pourrait prendre pour une réconciliation n'est en fait qu'une triste résignation, comme très souvent le fait de « se contenter  » en témoigne chez Supervielle :

Contentons-nous d'être un vivant un jour de plus,
D'entendre en nous ce cœur qui ne s'est pas couché
Et peine nuit et jour dans d'égales ténèbres (Ai. matin 67)

  • 12 . Célébrité particulière : presque toujours citée, on mentionne rarement que la paternité que lui (...)
  • 13 . Lettre de Rilke à Supervielle, du 28 novembre 1925, citée par Claude Roy [1949], p. 29.

67Les résultats produits par la recherche automatisée faisaient surgir très fortement certaines relations. Parmi les plus fréquentes on trouvait : mort/vivre, mort/langage, on peut reconstituer à partir de cette matrice relationnelle l'épigraphe célèbre12 de Gravitations : « Lorsque nous serons morts nous parlerons de vie ». Le même matériau permet de construire un autre alexandrin, comme un reflet inversé : « Quand nous sommes vivants nous parlons de la mort ». Face à la mort il y a nécessité de se tenir dans le langage. Tant que le verbe peut être interposé entre vie et mort, l'espoir existe chez Supervielle de maîtriser cette angoisse essentielle de la mort. Dès lors le poète est un passeur, c'est Orphée devenu Caron, et la position du poète est entre deux mondes. La poésie chez Supervielle « crée une continuité par-dessus des abîmes»13 comme l'a si bien écrit Rilke au sujet de Gravitations. Périlleuse position car finalement il faudra accepter… Le poète est comme «l'arbre » et peut dire :

Haut de page

Bibliographie

Il faut savoir être tout entier dans une feuille
Et la voir qui s'envole. (Ai. 207)

CHISS (J.-L), FILLIOLET (J.), MAINGUENEAU (D.),1978. Linguistique française : initiation à la problématique structurale, tome 2, Hachette.

COLLOT (M.), 1988. « Du vertige de l'horizon aux horizons verticaux », (note sur la réorganisation de l'espace che Supervielle entre Débarcadères et Gravitations), L'horizon fabuleux, II, XXe siècle, Lib. José Corti.

CONDÉ (C.), FOLLET (L.), 1994. « D'informatique et d'Apollinaire », Mélanges offerts à Jean Peytard. Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles Lettres.

DELAS (D.), 1980. « Lire la poésie /lire Supervielle », Lectures de « Les Amis inconnus » de Supervielle, Librairie Belin, collection DIA.

GREIMAS (A.-J.), 1966. Sémantique structurale, Larousse.

PÊCHEUX (M.), 1969. Analyse automatique du discours, Dunod.

PEYTARD (J.), GENOUVRIER (É), 1970. Linguistique et enseignement du français, Larousse.

ROY (C.), 1949. Jules Supervielle, Seghers, collection "Poètes d'aujourd'hui".

Dictionnaire de didactique des langues, 1976, Dir. GALISSON (R.) ET COSTE (D.), Hachette.

Œuvres de Jules Supervielle citées.

(Pour une bibliographie superviellienne exhaustive on se reportera à l'édition Pléiade des œuvres poétiques complètes de Supervielle, sous la direction de Michel Collot, Paris, Gallimard, 1996.)

Deb. pour Débarcadères, réf. des pages de la collection poésie Gallimard.

Gr. pour Gravitations, réf. des pages de la collection poésie Gallimard.

Fi pour Le Forçat innocent, réf. des pages de la collection poésie Gallimard.

Ai. pour Les Amis inconnus, réf. des pages de la coll. poésie Gallimard.

Fm. pour La Fable du monde, réf. des pages de la coll. poésie Gallimard.

Om. pour Oublieuse mémoire, réf. des pages de la coll. poésie Gallimard.

Tr. pour 1939-1945, Poèmes, réf. des pages de la coll. blanche Gallimard.

Esc. pour L'Escalier, réf. des pages de la collection blanche Gallimard.

Aln. pour A la nuit, réf. des pages de la collection blanche Gallimard.

Pht. pour Les Poèmes de l'humour triste, réf. des pages de la collection blanche Gallimard.

N. pour Naissances, réf. des pages de la collection blanche Gallimard.

Ct. pour Le Corps tragique, réf. des pages de la collection blanche Gallimard.

Bs. pour Boire à la source, réf. des pages de la collection poésie Gallimard.

EHM. pour L'Enfant de la haute mer, réf. des pages de la collection Folio Gallimard.

Corr. pour Jules Supervielle - Étiemble, Correspondances 1936-1959,  Édition critique par Jeannine Étiemble, Paris, S E D E S, 1969.

Haut de page

Notes

1 . Pour des raisons pratiques nous codifions les titres des œuvres de Supervielle. Se reporter en fin d'article pour les modalités de cette codification.

2 . « Somme » non pas arithmétique mais sémiotique en ce sens qu'il ne s'agit pas d'une simple addition mais d'un système global d'unités qui bien souvent interagissent plus qu'elles n'existent les unes à côté des autres.

3 . Cf. leur article : « D'informatique et d'Apollinaire » in Mélanges offert à Jean Peytard, tome 1, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles Lettres, Paris, 1993, p. 291-314.

4 . On trouvera un exposé plus complet de cette lecture dans J.-M. Monnier, Sémio-linguistique informatisée du texte littéraire, l'œuvre poétique de Jules Supervielle, Vol. 1, Thèse de Doctorat, Besançon, 1994.

5 . On trouvera l'ensemble de ces résultats (une centaine de pages de différents tableaux) dans le deuxième volume de l'ouvrage cité ci-dessus.

6 . Ensemble dans lequel nous regroupions les nexons suivants : 'demander*', 'dire*', 'parler*', 'répondre**', 'chanter**', 'phrases' et 'poète'.

7 . Ainsi dans le conte « Les boiteux du ciel » les morts se lamentent : « Mais quelle misère ! Rien de dur autour de nous, rien que des spectres et du vide. » in EHM, p. 87.

8 . « Il est place en ces vers pour un jour étoilé » (Tr. 145)

9 . « Interroger les passagers. Combien y en a-t-il qui, au moins une fois, n'ont pas eu peur d'avoir envie de se jeter à la mer ? » (BS. 163)

10 . Le « je » est donc
« Celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource
De chercher l'océan du côté de la source
Puisqu'est derrière lui le meilleur de l'espoir (Om. 141) »

11 . Le seul octosyllabe du poème « Les amis inconnus » est le vers : « Et les mots inconsidérés » (Ai. 122). Daniel Delas fonde son interprétation du titre du recueil sur cet octosyllabe, marquant une équivalence bien réelle entre « amis inconnus » et « mots inconsidérés », Delas (D.), [1980], pp. 17-33.

12 . Célébrité particulière : presque toujours citée, on mentionne rarement que la paternité que lui attribue Supervielle est problématique : nulle part cet alexandrin n'a été trouvé chez Tristan L'Hermite.

13 . Lettre de Rilke à Supervielle, du 28 novembre 1925, citée par Claude Roy [1949], p. 29.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2900/img-1.png
Fichier image/png, 508 octets
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2900/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Monnier, « Parcours d'un champ sémantique : Les chemins de la mort dans la poésie de Jules Supervielle », Semen [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 03 mai 2007, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/2900

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Monnier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page