Navigation – Plan du site

Prose, prosaïque, prosaïsme

Gérard Dessons

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir G. Dessons, « Le négatif de la prose », dans Crise de prose, J.-N. Illouz, J. Neefs éd., PUV, (...)

1On sait que la notion de prose est définie traditionnellement d’une manière négative1. Une définition comme celle du Dictionnaire françois de Pierre Richelet (1679) 

  • 2  Richelet ajoute : « Le mot de prose en ce sens n’a point de pluriel ». Le singulier identifie la pr (...)

Ce mot se dit du langage & veut dire tout ce qui n’est pas vers2

2se répète jusqu’à aujourd’hui.

  • 3  Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1863.

3Cette définition de la prose, censée relever du pur constat, sans engendrer de jugement a priori, se charge d’une valeur esthétique négative dans l’adjectif prosaïque. Littré, qui définit prosaïser comme le simple procès d’« écrire en prose », définit l’adjectif prosaïque comme ce « qui tient trop de la prose ». Pierre Larousse donne d’abord une définition objective de prosaïque : « Qui tient de la prose, qui appartient à la prose », puis précise : « Ne se dit guère que par dénigrement », et donne les exemples suivants : « Tour prosaïque, Vers prosaïques, Style prosaïque3«.

  • 4  Littré relève « stille prosal » chez Christine de Pisan.

4Ces exemples témoignent de la généralisation d’emploi, au XIXe siècle, d’un adjectif que les siècles classiques avaient cantonné au domaine des vers, restreignant par là même l’usage antérieur. Ainsi, Littré cite sans distinction « le style prosaïque » de Ronsard et « la [manière] prosaïque » de Montaigne4, alors que L’Encyclopédie, après avoir défini prosaïque comme ce « qui tient de la prose », précisait qu’il « ne se dit guère que des mauvais vers » ; ce que confirme l’article « Prose » du même ouvrage : « Tout vers prosaïque déplaît dans la poésie ».

1. le vers prosaïque

5Un mauvais vers, pour un versificateur classique, est un vers où les frontières métriques (césure, fin de vers) sont affaiblies, notamment par la non-coïncidence de la structure métrique et de la structure syntaxique.

  • 5  Victor Hugo, lettre à Wilhelm Ténint, 16 mai 1843. Cité dans Michel Grimaud, Pour une métrique hugo (...)

6La question du vers ternaire, et plus spécifiquement du « trimètre romantique » (4-4-4), a été trop rapidement mise en relation avec une tentation de prosaïser le vers, même par Victor Hugo qui jugeait le vers brisé comme étant « admirablement fait pour recevoir la dose de prose que la poésie dramatique doit admettre ».5

7La relation de la syntaxe et de la métrique, de nature syllabo-accentuelle dans la versification française (un groupe de syllabes et un accent final, qu’il s’agisse de vers simples ou de demi-vers), ne se pose pas de la même façon que dans les versifications reposant sur des métriques quantitatives avec un système de pieds.

8Dans le système français, en effet, la métrique transcende la syntaxe, mais, en même temps, la métrique a besoin de la syntaxe pour être perceptible en tant que principe transcendant. D’où la prescription de Boileau sur la coïncidence entre césure et frontière syntaxique. C’est la récurrence de cette coïncidence qui donne la mesure d’un poème en vers métriques complexes. Mais une fois le principe repéré et installé, il devient prégnant pour l’ensemble des autres vers, et même – surtout – pour ceux qui présentent une non-coïncidence entre les deux plans structuraux, métrique et syntaxique, où il provoque les diverses formes d’enjambement, de rejet et de contre-rejet. C’est ce qui fonde l’intérêt des vers « ternaires » insérés dans un contexte binaire.

9Sans rappeler un débat qui se poursuit depuis le début du XIXe siècle, je voudrais examiner trois points de vue sur le ternaire :

  • 6  Wilhelm Ténint, Prosodie, Didier, 1844. Dans Michel Grimaud, op. cit., n. p.

101 - C’est un « ternaire syntaxique », qui conserve la valeur métrique du mètre binaire. Étant ponctuel dans un contexte d’alexandrins (binaires), ce vers ne développe pas de mesure ternaire spécifique. En dépit de sa structure syntaxique ternaire, il reste un binaire métrique. Ce qui fait que, même si la césure médiane de l’alexandrin canonique a tendance à s’affaiblir sous l’effet de cette structuration syntaxique, « il en reste toujours quelque chose », comme le dit Wilhem Ténint6. C’est-à-dire que la césure médiane reste prégnante.

  • 7  Voir Jean-Michel Gouvard, La Versification, PUF, 1999, p. 140.
  • 8  Jacques Robichez, Sur Saint-John Perse, SEDES, 1977, p. 43.

112 - C’est un « ternaire syntaxique » mais sans prégnance métrique. Ce vers, du fait même du statut ponctuel déjà évoqué, ne développe pas de principe de mesure transcendant. C’est donc un vers sans mètre7, qui évolue vers le rythme du vers-libre en passant, comme chez Rimbaud, par un stade de brouillage. C’est ce vers qui, pour les tenants de la prosaïsation, tendrait vers la prose. Un commentateur de l’œuvre de Saint-John Perse, appréciant l’absence d’une véritable carrure métrique dans les alexandrins des premiers poèmes, estime qu’ils y « descendent parfois jusqu’à la prose8 », ajoutant : « comme celui-ci, digne de François Coppée : “Ma bonne était métisse et sentait le ricin” ». Coppée, le maître du cliché sentimental, du lyrisme gnangnan. Ce jugement, aidé par la présentation en lignes suivies des poèmes de Saint-John Perse, renforce l’opposition entre vers et prose, et l’assimilation entre mètre et vers.

  • 9  Wilhem Ténint, op. cit.

12Par contraste, Ténint, tout en conservant l’opposition entre le vers et la prose, défendait le statut spécifiquement versal de l’alexandrin brisé à la Hugo : « C’est par ignorance ou mauvaise foi qu’on a prétendu y voir de la prose rimée, chacun de ses fragments formant un vers complet plus ou moins grand9. »

  • 10  Jean-Michel Gouvard, op. cit., p. 137.

133 - C’est un mètre à deux césures (un « trimètre »). Cette position, diamétralement opposée à la précédente, considère qu’il s’agit d’un mètre à part entière. « Mètre de substitution », « le 4-4-4 présente l’avantage de reproduire trois fois de suite un même hémistiche de quatre syllabes10 ». Par parenthèse, la conception d’un vers formé de trois hémistiches apparaît assez étrange, surtout si l’on maintient la valeur étymologique du mot : « “demi-vers” ou “moitié de vers” » (p. 111). La position de l’auteur est d’ailleurs assez ambiguë, puisqu’avec le ternaire dit « romantique », il est à la fois question d’un « mètre 4-4-4 », et de « formes métriques » n’ayant pas « le statut de “mètre” à part entière » dans la mesure où « il n’existe à cette période aucun texte composé tout entier en ternaires ou en semi-ternaires » (p. 138).

14Les deux derniers point de vue, bien qu’antithétiques, ont cependant un même effet : effacer la mise en tension du vers, qui repose sur un contraste effectif entre une mesure transcendante, celle (métrique) du contexte, et une mesure qui reste contingente, celle (syntaxique) du vers. Même si le 4-4-4 est notoire, repéré, culturel, il reste métriquement non canonique. Historiquement, et jusqu’à preuve du contraire, il ne s’agit pas, comme le dit Gouvard, d’un substitut du 6-6, mais plutôt d’un vers d’accompagnement, au sens où Cornulier parle à son propos de « mètre d’accompagnement », expression qui, bien qu’elle maintienne l’idée de mètre (mesure transcendante), n’occulte pas le dispositif tenseur.

15La question des ternaires syntaxiques n’est qu’un cas particulier – et exemplaire – d’un problème plus général de théorie du vers : celui du conflit entre métrique et syntaxe. C’est-à-dire, en fait, de la fonction du contexte dans le devenir-métrique du poème. Les contextes brouillés, loin de minorer le problème, ne font qu’en souligner l’importance historique et empirique. Il s’agit en fait de la question de l’enjambement interne.

16Je voudrais en montrer l’importance à partir de ce quatrain de Laforgue, extrait du poème « Un mot au soleil pour commencer » (L’Imitation de Notre-Dame la Lune), que j’analyse comme une suite de 6-6, avec un contre-rejet interne au quatrième vers :

Sache que les Pierrots, // phalènes des dolmens

Et des nymphéas blancs // des lacs où dort Gomorrhe,

Et tous les bienheureux // qui pâturent l’Éden

Toujours printanier des // renoncements, – t’abhorrent.

  • 11  Cet exemple, extrait de L’Imitation de Notre-Dame la Lune (Jules Laforgue, Poésies complètes, Le Li (...)

17Analyser comme un 5-7 le quatrième vers de cette série de 6-6 m’apparaît comme une double erreur : historique et théorique11.

  • 12  « Je lui faisais des vers d’une facture très audacieuse pour mon âge : Marguerite ! Si tu / savais (...)

18Historique, d’abord, surtout s’agissant de Laforgue, qui recherchait précisément la tension dans le rapport syntaxe-métrique. En 1881 (L’Imitation date de 1885), il scandait clairement en 6-6 un ternaire syntaxique, parlant à ce propos d’un vers « d’une facture très audacieuse » : « Marguerite ! Si tu / savais combien je t’aime !12 ». Scander ce vers comme un trimètre : « Marguerite ! / Si tu savais / combien je t’aime ! » ferait disparaître l’accentuation de « tu », où c’est le rythme, comme rapport du métrique et du syntaxique, qui fait cette rhétorique amoureuse :

Marguerite ! Si tu [toi] / savais combien je t’aime !

  • 13  Michel Grimaud, « Bibliographie historique et critique pour l’étude du vers de Hugo », Victor Hugo (...)

19En outre, et il s’agit alors d’un problème d’époque, dès 1830 le vers brisé de Hugo était senti comme porteur d’une tension entre mètre et syntaxe. Ainsi dans N.i. Ni, parodie de Hernani, on trouve des vers « romantiques » présentant le même schéma structurel que les vers « audacieux » de Laforgue (accent à la césure sur « des » et sur « tu »). Michel Grimaud, qui cite ces vers (6-6), précise que les césures sont marquées comme telles par les auteurs : « Je fus aussi cocher d’un char numéroté / De plus j’ai vendu des – chaînes de sûreté » ; « Lorsque dans mes mains tu – remis cet instrument, / Tu me dis que son son serait ton testament. »13 

  • 14  Jean Mazaleyrat, Éléments de métrique française, Armand Colin, 1974, p. 169.

20Théorique, ensuite, car cela revient à donner le pas à l’organisation syntactico-sémantique des vers particuliers sur le principe métrique qui les transcende en tant qu’unités d’un système. Ce qui revient en somme à les « démétrifier » au nom d’une pseudo-métrique interne, qui n’est qu’une mesure occasionnelle – même s’il en existe d’autres occurrences. La versification traditionnelle distinguait plus pertinemment la césure et la coupe. Même si cette dernière appelait des appréciations très diverses (« la coupe est affaire métrique, mais purement abstraite14 » elle conservait cette caractéristique, qui la distinguait de la césure, d’être mobile : « la coupe est toujours à place libre » (p. 166). Façon de ne pas confondre l’idéalité de la césure et le caractère empirique de la coupe.

21On peut mesurer le prix de la mise en conflit du mètre et de la syntaxe du vers, à la difficulté de son acceptation, au XIXe siècle, même pour quelqu’un comme Ténint, qui tenait pourtant à marquer la césure dans les vers brisés : « On tient encore compte de la césure primitive, on l’indique imperceptiblement, et c’est là une règle qu’il n’est pas loisible de violer. » En effet, il ne peut accepter d’« arrêter », comme il le dit, sur une inaccentuée. Ainsi, dans ces vers de La Fontaine : « Bonhomme, c’est ce coup // qu’il faut, vous m’entendez, / […] / Disant ces mots, il fait // connaissance avec elle », il déclare « complètement impossible » d’« arrêter sur c’est ce coup ou sur il fait ». De même, dans ce vers de Corneille : « Ciel ! À qui voulez-vous // désormais que je fie ? », il juge qu’ «on ne peut s’arrêter sur à qui voulez-vous, qui ne fait pas un sens », et en conclut que « la césure est donc véritablement à ciel. » Mais Ténint, prosodiste, perçoit intuitivement que le rapport entre la règle de la césure fixe et l’acceptation du conflit qu’elle produit est de nature historique. Citant ce vers des Plaideurs : « Mais, comme si c’en eût // été trop bon marché », il demande : « La césure peut-elle se mettre entre eût et été ? » La réponse, et cela importe, n’est pas donnée. Elle fait porter toute la question, en fait, sur l’historicité du pouvoir de l’écriture et de la lecture du poème.

  • 15  Auguste Rochette, L’Alexandrin chez Victor Hugo, Hachette, 1911. Dans Michel Grimaud, op. cit., p.  (...)
  • 16  Iouri Tynianov, Le Vers lui-même, UGE, « 10/18 », 1977, p. 95.

22Auguste Rochette, en 1911, demandera une lecture binaire des alexandrins de Hugo, afin de mettre en valeur le contraste entre le mètre (6-6) et la syntaxe (4-4-4)15. Iouri Tynianov, en 1924, fera de la césure le principe même du vers, liant sa disparition à celle du vers lui-même : « Les conditions de la coupe [= la césure] sont un fait contraignant du vers, et son inobservation entraîne la destruction du vers16 ». Il considérait « la non-coïncidence de ces frontières (de série et de période) avec celles de l’unité syntaxique, c’est-à-dire lorsqu’on a des enjambements et des rejets intérieurs » (p. 96) comme une valeur du vers, un élément de sa poétique : « Chaque soulignement de ces frontières est un puissant moyen sémantique pour mettre les mots en relief. » (p. 96). Ce respect de la césure n’est pas chez lui un fétichisme formaliste, mais bien une composante de la discursivité du poème.

23Ténint, en 1844, avait bien perçu la dimension discursive du conflit entre mètre et syntaxe : « Pourquoi se sert-on de l’alexandrin brisé ? pour arriver à la concision qu’exige l’action ; pour ne dire jamais un mot de trop. » L’alexandrin brisé n’est pas un monde qu’on détruit, c’est un mode de dire, une éthique. Spécifiquement, une éthique de la brièveté.

  • 17  Victor Hugo, op. cit.
  • 18  Wilhem Ténint, op. cit.

24On voit le malentendu qui a pu favoriser l’effacement de la carrure métrique dans la diction du vers de théâtre pour rendre le texte plus proche du vivant du public, du langage parlé. En effaçant les effets de tension entre mètre et syntaxe, dans une entreprise de prosaïsation du vers dramatique, on prenait, tout en poursuivant les mêmes objectifs, le contre-pied des prosodistes qu’étaient Victor Hugo et Wilhem Ténint. C’est au nom du naturel que Hugo défendait le vers brisé : « Du moment où le naturel s’est fait jour dans le langage théâtral, il lui a fallu un vers qui pût se parler17. » « De là, ajoute-t-il, l’introduction de l’enjambement » (ibid.). Même insistance chez Ténint sur l’enjambement « et sa nécessité dans le vers parlé » : « Le jour où Racine s’avisa de parler, au théâtre, il fut obligé de l’employer18 ». « Quand les poètes dramatiques de l’école moderne ont employé le vers brisé, ils comprenaient d’abord que c’était une nécessité du langage parlé » (ibid.). C’est ce travail sur le parler qui fonde chez ce dernier la distinction entre vers chanté, « intact », où le conflit entre métrique et syntaxe est évité, et vers parlé, « brisé », où ce conflit est recherché.

  • 19  Corneille, Andromède, Examen, (1660), Œuvres complètes, Seuil, « L’Intégrale », 1963, p. 468. (...)

25L’important, c’était le sentiment d’un mode de dire spécifique, qui reste lié au vers : « Les vers ainsi faits n’étaient donc pas de la prose rimée » (ibid.). Comme l’emploi de vers hétérométriques par Corneille, pour s’approcher du « discours ordinaire19 ». Tout en reconnaissant que « les vers qu’on récite sur le théâtre sont présumés être prose » (p. 467) par vraisemblance, et que, par conséquent, « nous ne parlons pas d’ordinaire en vers » (ibid.), son travail d’auteur dramatique conduit Corneille à aborder le langage ordinaire par le point de vue du vers : « Parmi notre langage commun il se coule plus de ces vers inégaux, les uns courts, les autres longs, avec des rimes croisées et éloignées les unes des autres, que de ceux dont la mesure est toujours égale et les rimes toujours mariées » (ibid.). C’est ce regard croisé entre discours ordinaire et discours de théâtre qui conduit Corneille à poser la question du vers dramatique en termes d’hétérométrie, mais non d’amétrie.

  • 20  Voir G. Dessons, op. cit., p. 125-127.

26Pour en revenir au vers brisé, la problématique qu’il induit distingue radicalement l’idée de prose, et celle de « langage naturel » ou « langage parlé ». Pour lors, la recherche n’est pas sur la prose. Cette question viendra plus tard dans le siècle. La recherche est sur le parler. Elle se fait dans le mouvement programmatique de la question de Monsieur Jourdain : « Et comme l’on parle, qu’est-ce que c’est donc que cela ? » La question montre qu’en dépit de la réponse du maître de philosophie – « De la prose » – ni la prose ni le vers ne sont une réponse légitime20.

  • 21  Le Comédien, 1747, cité dans Théâtre aujourd’hui n°2, CNDP, 1993, p. 88.

27L’affaiblissement de la carrure métrique du vers de théâtre est une question que se posera un XVIIIe siècle en quête de naturel. Marmontel, dans L’Encyclopédie, se félicitera du peu de poids métrique de la rime dans le vers dramatique français, ce qui donne « à la Tragédie un vers aussi approchant qu’il étoit possible de la prosodie libre & variée du langage familier. » Tout en visant la métronomie des acteurs, Rémond de Saint-Albine est bien sur ces positions, quand il conseille aux comédiens qui « sont plus attentifs au nombre des syllabes qu’à la marche et à la langue naturelle de la tragédie » « d’éluder, autant qu’il est possible, le repos de la césure21. »

  • 22  Antoine Vitez, « L’alexandrin et l’invariante beauté », 1982, ibid., p. 91.
  • 23  Antoine Vitez, « Britannicus, de Jean Racine », 1981, Théâtre des idées, Gallimard, 1991, p. 523. (...)
  • 24  Antoine Vitez, « Dire », 1976, dans Théâtre aujourd’hui n°2, p. 91.
  • 25  Antoine Vitez, « À propos d’Andromaque », Théâtre des idées, p. 475.

28Porter atteinte au statut métrique du vers revient, dans cette perspective, à le « prosaïser ». C’est dans ce sens qu’Antoine Vitez enseignait à « dire l’alexandrin en y croyant, sans en avoir honte, sans le prosaïser22 », considérant comme une stupidité l’idée de « dépoussiérer les classiques » par « le refus du vers, l’oubli des règles23 » : « L’alexandrin faisait honte, on lui retirait des syllabes », alors que, chez Racine, « paradoxalement, c’est l’alexandrin qui permet le naturel » (ibid.). Il fustigeait le goût bourgeois de certains théâtres responsables à ses yeux de brader l’alexandrin « en se jetant les yeux fermés dans la prose, l’enjambement [externe], l’abolition des diérèses24 ». Avec Vitez, au contraire, « les vers, loin d’être amoindris, prosaïsés, sont prononcés dans leur entièreté25 ».

2. prosaïsme

29Le prosaïsme devient ce défaut qui consiste à « écrire en vers comme on écrit en prose » (Littré). Curieusement, Bescherelle, dans son Nouveau dictionnaire national ou dictionnaire universel de la langue française (2e édition), tout en allant plus loin dans la condamnation morale, définira le prosaïsme sans le rattacher à la notion de prose, alors qu’il définit prosaïser – et sa forme littéraire proser – comme l’activité d’ «Écrire en prose », même s’il précise que le verbe est peu usité.

  • 26  Abbé Brémond, La Poésie pure, Grasset, 1926, p. 105.

30Il désigne par prosaïsme ce « défaut de poésie dans les vers » où se reconnaît « le caractère distinctif de ceux qui, ne faisant de la poésie et de la versification qu’une même chose, passent leur vie à rimer, et ont la faiblesse de se croire du génie. Pour éviter le prosaïsme, il ne suffit pas d’avoir exactement à ses ordres la rime et la mesure, il faut encore qu’une pensée belle et juste soit enchâssée dans les vers sans qu’on y aperçoive ni vide ni gêne. » L’opposition n’est plus entre la métricité du vers et son absence dans la prose, mais entre l’idéalisme poétique et le formalisme technique de la métrique. Bescherelle pense à l’intérieur du couple poésie vs prose, comme l’abbé Brémond dans sa théorie de la poésie pure : « J’oppose non pas les vers à la prose – opposition qui me paraît techniquement fausse – mais uniquement la poésie au prosaïsme. »26 

31Le prosaïsme est donc défini comme une imperfection d’écriture qui concerne le vers, et qui se manifeste soit par un défaut de carrure métrique, soit par un excès de celle-ci. À ce titre, il est un ethos discursif, une attitude de langage. Le prosaïsme est une manière de dire.

32Lorsque Pierre Larousse donne en exemple de l’adjectif prosaïque les expressions « Tour prosaïque, Vers prosaïques, Style prosaïque », c’est un nouveau pas qui est franchi dans la spécification du prosaïque. En étendant la qualité de prosaïque au « tour », et au « style », on sort du strict domaine de la facture du vers, pour toucher les plans syntaxique et rhétorique, indépendamment de la question du vers. Ce faisant, on quitte le rapport négatif à la métrique, et on postule qu’existent, comme le dit le GLLF, des « expressions appartenant spécifiquement à la prose. » Le prosaïsme, étant clairement identifié comme une « tournure ou locution dont l’usage, propre à la prose courante, constitue une faute de ton dans un style soigné », il reste à les décrire dans leur matérialité langagière. Le problème, c’est que le dictionnaire ne dit rien de ces prétendues « expressions, tournures, locutions » qui seraient spécifiquement prosaïques.

33Quoi qu’il en soit, la notion de prosaïsme se trouve légitimée comme désignant une unité discursive discrète. Le prosaïsme était un mode de dire : un prosaïsme est une entité concrète participant de ce mode de dire.

  • 27  Wilhem Ténint, op. cit. Tynianov cite A. Rosenstein, qui fait un inventaire semblable (op. cit., p. (...)

34Curieusement, il n’y a pas de poétisme, qui serait le symétrique du prosaïsme. On peut en effet difficilement reporter sur les mystérieuses expressions de prose incriminées le mode de caractérisation de ce que toute une tradition a désigné comme « mots de poésie ». À l’époque du vers brisé, c’est un lieu commun, et les poètes ont cessé d’y croire. Et même lorsque Hugo décrète mettre un bonnet rouge au vieux dictionnaire, il ne fait que tirer sur une ambulance. Ténint (1844) commence le chapitre IX de sa Prosodie de cette façon : « Sous ce titre [“Du choix des mots”] se trouve dans toutes les vieilles prosodies un chapitre fort ridicule. On y enseigne aux néophytes qu’il est des termes vulgaires et bas dont il est absolument défendu de se servir en poésie, et auxquels on doit substituer des périphrases d’un goût délicat. » Il cite le Tartare, glaive, coursier, Le Tout-puissant, hymen, sein, appelés à remplacer l’enfer, épée, cheval, Dieu, mariage, ventre, et conclut en demandant s’il est besoin « de s’arrêter plus longtemps sur ces niaiseries27 ».

35On pourrait, à la limite, dire que tout le vocabulaire marqué (étiqueté comme « littéraire », « vieux », « rare »… dans les dictionnaires) a vocation à être « poétique ». Mais, en face, le prosaïsme n’a aucune spécificité positive. Il est un simple contraste. Tout peut faire prosaïsme, si, chaque fois, c’est l’ordinaire non métrique qui est en question. L’ordinaire, mais aussi le commun, le vulgaire, avec la valeur éthique qui leur est attachée.

  • 28  « Les draperies de Rubens ou du Véronèse ne vous enseigneront pas à faire de la moire antique, du s (...)

36Le prosaïsme n’a l’air de rien. Il est indétectable positivement. Il ne l’est que par inscription d’un différentiel à la fois poétique et politique, mais selon un processus qui maintient le binaire comme pensée du langage. Ce pourrait être Baudelaire, dans « Le Beau Navire » : « Ta gorge triomphante est une belle armoire ». L’introduction dans des poèmes de mots communs, techniques, « modernes », était effective au moins depuis le début du XIXe siècle. Hugo, on le sait, décidera de nommer « le cochon par son nom ». Vers 1820, Alphonse Rabbe, dans son poème en prose « La pipe », comparait cet objet familier à un « dynamomètre », mot alors attesté par les dictionnaires depuis seulement une quinzaine d’années. Dans le vers de Baudelaire, le conflit est clairement provoqué, dans la mesure ou il associe deux incompatibles : gorge, mot poétique substitut de sein, et armoire, qui appartient au lexique domestique. De la sorte, le prosaïsme se trouve à la fois dénoncé et organisé, redoublé par la mise en système des séquences « belle armoire » et « la moire », qui riment ensemble selon le mode de la paronomase [lamwar]-[larmwar]. En effet, en 1857, et chez Baudelaire spécifiquement, la moire est antique,28 l’armoire est seulement vieille ; la moire est mythique, l’armoire n’est que bourgeoise.

3. idéologie du prosaïsme

  • 29  Hegel, Cours d'esthétique, traduit de l'allemand par Jean-Pierre Lefebvre et Veronika Schenk, t. II (...)
  • 30  Op. cit., p. 270. « Die Kunstvolle Ausbildung dieses sinnlichen Elementes kündigt uns […] ein ander (...)

37C’est qu’il y a une valeur idéologique, à la fois éthique et anthropologique, du prosaïsme, appuyée sur le système philosophique de Hegel. Dans le Cours d'esthétique, la représentation prosaïque est liée à l’engagement de l’homme dans le monde pratique, ordinaire. Partant, elle se révèle incapable de prendre en charge une quelconque élévation spirituelle, tâche réservée à la poésie : « La poésie se définit ainsi, du côté de la langue aussi, comme un domaine propre, et pour se séparer du parler ordinaire la conformation de l'expression acquiert une valeur supérieure à celle de la simple énonciation29 ». Elle offre « un autre sol que nous pouvons seulement fouler une fois que nous avons abandonné la prose pratique et théorique de la vie et de la conscience ordinaires et contraint le poète à se mouvoir en dehors des bornes de la parole commune30 ». La « conscience prosaïque » (« das prosaische Bewusstsein ») est un autre nom pour la « conscience ordinaire » (das Gewöhnliche Bewusstsein »). Elle est la dimension de l’extériorité et de la finitude humaines.

  • 31  Op. cit., p. 264. « Das in ihrer Ausdrucksweise zu vermeiden, was uns in das bloß Alltägliche und T (...)

38Mais, en dépit de cette rationalisation du prosaïque et du poétique, quand Hegel conseille au poète d’« éviter dans son expression ce qui nous rabaisserait dans la pure trivialité et quotidienneté de la prose31 », il est dans le lieu commun. Au début du XIXe siècle, le prosaïque comme vision négative de la vie est déjà un cliché, que reproduiront ensuite les dictionnaires sous la catégorie du « figuré », à l’image de Littré : « vulgaire, sans éclat, […] commun ». Cette valeur péjorative s’étend au prosaïsme, que Littré glose de cette façon : « Monotonie, vulgarité ». Bescherelle répétera la définition, prenant pour unique exemple « le prosaïsme de la vie. » Ces valeurs se retrouvent comme naturellement dans la définition du verbe prosaïser : « Rendre vulgaire, commun ».

  • 32  Chez Anne Ubersfeld, Le Drame romantique, Belin, 1993, p. 144. Les autres expressions sont extraite (...)

39Le sens commun a donc placé le prosaïsme du côté du commun,32 de la crudité, de la vulgarité, de la bassesse, de la bêtise, de l’intimisme, du dépouillement, du réalisme, du naturalisme, de la réflexion opposée à l’exaltation. On « s’enlise » dans le prosaïsme, on le « frôle » comme un danger. Souvent, le prosaïsme « menace » l’écrivain.

  • 33  Roland Barthes, « Le plastique », dans Mythologies, Seuil / « Points », 1957, p. 172.

40Politiquement, le prosaïsme est petit-bourgeois. Il est ménager, à l’image du plastique, dans les Mythologies de Barthes : « C’est une substance ménagère. C’est la première matière magique qui consente au prosaïsme ; mais c’est précisément parce que ce prosaïsme lui est une raison triomphante d’exister : pour la première fois, l’artifice vise au commun, non au rare33 ».

  • 34  Jacques Robichez, Sur Saint-John Perse, SEDES, 1977, p. 43.
  • 35  Citation extraite d’un ouvrage de critique littéraire.

41Ce système idéologique est associé à un modèle littéraire dominant, issu du platonisme : celui de la poésie, noble, d’inspiration divine, opposée à la prose, triviale, historique. Nerval, évoquant la transformation de la Reine de Sabat – primitivement un livret d’opéra – en « simple conte oriental » conclura : « C’est ainsi que la poésie tomba dans la prose ». La poésie est haute ; la prose est basse. J’ai cité supra ce mot d’un commentateur de l’œuvre de Saint-John Perse estimant que les alexandrins y « descendent parfois jusqu’à la prose34 ». L’idée s’est imposée comme une nature des choses : il y a un danger moral de descendre jusqu’à la prose, c’est de »sombrer dans le prosaïsme ».35

  • 36  Jules Huret, « Conversation avec Maurice Maeterlinck », Le Figaro, 17 mai 1893. Dans Maeterlinck, I (...)

42Dans une conversation avec Jules Huret, Maurice Mæterlinck prévenait : « Même dans un drame en prose, il ne faudrait pas admettre une seule phrase qui serait un prosaïsme dans un drame en vers36«. Le prosaïsme est inacceptable, même dans un drame en prose. En donnant cette précision, Mæterlinck, tout en conservant l’opposition entre prose et vers, dissociait radicalement la notion de prosaïsme et celle de prose.

43Son propos avait une double dimension critique : d’une part, il retirait la prose et le vers aux spéculations essentialistes, d’autre part, dans sa condamnation du prosaïsme, il remplaçait les jugements moraux par des considérations d’ordre éthique : « Le prosaïsme, en soi, n'est pas une chose soi-disant basse, mais une dérogation aux lois mêmes de la vie » (ibid.). C’est en plaçant la question du prosaïsme sur le terrain de l’éthique du langage que le prosaïsme apparaît comme le contraire de la prose, et non comme son importation dans le champ du vers. Quand on veut faire de la prose, on en sort, on sort de sa poéticité, on ne peut que mimer une essence alléguée.

  • 37  Antoine Vitez, « À propos d’Andromaque », Théâtre des idées, p. 475.

44Le prosaïsme est une esthétisation-rhétorisation du prosaïque comme essence de la prose. C’est ce qui explique qu’il ne soit opératoire qu’au titre de la citation, de ce-qui-fait-prosaïque. Mais qui ne peut être que de l’ordre du discontinu, de l’artefact. En quoi il n’a rien à voir avec la prose, qui est le maximum d’éthique dans le langage – Vitez parlait de « la prose de Racine37 ». Le prosaïsme s’oppose à la prose comme l’esthétique de la faute de goût s’oppose à la poétique de la valeur.

Haut de page

Notes

1 Voir G. Dessons, « Le négatif de la prose », dans Crise de prose, J.-N. Illouz, J. Neefs éd., PUV, « Essais et savoirs », 2002.
2 Richelet ajoute : « Le mot de prose en ce sens n’a point de pluriel ». Le singulier identifie la prose comme une essence langagière, distincte des proses concrètes (les proses d’église).
3 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1863.
4 Littré relève « stille prosal » chez Christine de Pisan.
5 Victor Hugo, lettre à Wilhelm Ténint, 16 mai 1843. Cité dans Michel Grimaud, Pour une métrique hugolienne, Lettres Modernes-Minard, 1992, p. 42.
6 Wilhelm Ténint, Prosodie, Didier, 1844. Dans Michel Grimaud, op. cit., n. p.
7 Voir Jean-Michel Gouvard, La Versification, PUF, 1999, p. 140.
8 Jacques Robichez, Sur Saint-John Perse, SEDES, 1977, p. 43.
9 Wilhem Ténint, op. cit.
10 Jean-Michel Gouvard, op. cit., p. 137.
11 Cet exemple, extrait de L’Imitation de Notre-Dame la Lune (Jules Laforgue, Poésies complètes, Le Livre de Poche, 1970, p. 135), est traité par Jean-Michel Gouvard, op. cit., p. 139, qui l’analyse comme une séquence de trois 6-6 terminée par un 5-7.
12 « Je lui faisais des vers d’une facture très audacieuse pour mon âge : Marguerite ! Si tu / savais combien je t’aime ! » (Lettre à Charles Henry, 30 déc. 1881, Œuvres complètes, L’Âge d’Homme, t. 1, 1986, p. 801).
13 Michel Grimaud, « Bibliographie historique et critique pour l’étude du vers de Hugo », Victor Hugo 2, Linguistique de la strophe et du vers, Lettres Modernes-Minard, 1988, p.. 194-195, 200.
14 Jean Mazaleyrat, Éléments de métrique française, Armand Colin, 1974, p. 169.
15 Auguste Rochette, L’Alexandrin chez Victor Hugo, Hachette, 1911. Dans Michel Grimaud, op. cit., p. 29.
16 Iouri Tynianov, Le Vers lui-même, UGE, « 10/18 », 1977, p. 95.
17 Victor Hugo, op. cit.
18 Wilhem Ténint, op. cit.
19 Corneille, Andromède, Examen, (1660), Œuvres complètes, Seuil, « L’Intégrale », 1963, p. 468.
20 Voir G. Dessons, op. cit., p. 125-127.
21 Le Comédien, 1747, cité dans Théâtre aujourd’hui n°2, CNDP, 1993, p. 88.
22 Antoine Vitez, « L’alexandrin et l’invariante beauté », 1982, ibid., p. 91.
23 Antoine Vitez, « Britannicus, de Jean Racine », 1981, Théâtre des idées, Gallimard, 1991, p. 523.
24 Antoine Vitez, « Dire », 1976, dans Théâtre aujourd’hui n°2, p. 91.
25 Antoine Vitez, « À propos d’Andromaque », Théâtre des idées, p. 475.
26 Abbé Brémond, La Poésie pure, Grasset, 1926, p. 105.
27 Wilhem Ténint, op. cit. Tynianov cite A. Rosenstein, qui fait un inventaire semblable (op. cit., p. 155).
28 « Les draperies de Rubens ou du Véronèse ne vous enseigneront pas à faire de la moire antique, du satin à la reine. » (Le peintre de la vie moderne, dans Œuvres complètes, t. II, Gallimard, La Pléiade, 1976, p. 695).
29 Hegel, Cours d'esthétique, traduit de l'allemand par Jean-Pierre Lefebvre et Veronika Schenk, t. III, Aubier, « Bibliothèque philosophique », 1997, p. 223. « Dardurch bestimmt sich nun auch nach der sprachlichen Seite hin die Poesie als ein eigenes Gebiet, und um sich von dem gewöhnlichen Sprechen abzutrennen, wird die Bildung des Ausdrucks von einem höheren Wert als das bloße Aussprechen » (Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft, 1986, p. 241-242).
30 Op. cit., p. 270. « Die Kunstvolle Ausbildung dieses sinnlichen Elementes kündigt uns […] ein anderes Bereich, einen anderen Boden an, den wir erst betreten können, wenn wir die praktische und theoretische Prosa des gemeinen Lebens und Bewußtseins verlassen haben, und nötigt den Dichter, sich außerhalb der Schranken des gewöhnlichen Sprechens zu bewegen. » (op. cit., p. 289).
31 Op. cit., p. 264. « Das in ihrer Ausdrucksweise zu vermeiden, was uns in das bloß Alltägliche und Triviale der Prosa herunterziehen würde » (op. cit., p. 283-284).
32 Chez Anne Ubersfeld, Le Drame romantique, Belin, 1993, p. 144. Les autres expressions sont extraites de divers ouvrages de stylistique et de critique littéraire.
33 Roland Barthes, « Le plastique », dans Mythologies, Seuil / « Points », 1957, p. 172.
34 Jacques Robichez, Sur Saint-John Perse, SEDES, 1977, p. 43.
35 Citation extraite d’un ouvrage de critique littéraire.
36 Jules Huret, « Conversation avec Maurice Maeterlinck », Le Figaro, 17 mai 1893. Dans Maeterlinck, Introduction à une psychologie des songes, Bruxelles : Ed. Labor, 1985, p. 156.
37 Antoine Vitez, « À propos d’Andromaque », Théâtre des idées, p. 475.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dessons, « Prose, prosaïque, prosaïsme », Semen [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 27 janvier 2007, consulté le 20 avril 2014. URL : http://semen.revues.org/2710

Haut de page

Auteur

Gérard Dessons

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page