Navigation – Plan du site

Le mélange des genres dans l’hyperstructure1

Gilles Lugrin

Texte intégral

  • 1  La présente contribution s'inscrit dans les recherches sur le discours de la presse écrite effectu (...)

Les formes de la langue et les formes types d'énoncés, c'est-à-dire les genres du discours, s'introduisent dans notre expérience et dans notre conscience conjointement et sans que leur corrélation étroite soit rompue. (Bakhtine 1984 : 285)

1. L'hyperstructure comme élément de structuration

1Dans une première réflexion (Adam & Lugrin 2000 ; Lugrin 2000), nous avons établi un niveau intermédiaire de structuration des textes journalistiques. Situé entre le journal et l'article, nous désignons ce niveau par le nom d'ensemble rédactionnel (multitexte et hyperstructure). L'une des hypothèses que nous avancions est que le développement de l'hyperstructure dans la presse contemporaine va de pair avec un renforcement des genres. La présente analyse tente de vérifier cette hypothèse et d'observer si certains genres sont privilégiés dans l'hyperstructure.

2Après avoir défini l'hyperstructure et ses fonctions principales (1), nous présenterons les résultats obtenus à partir d'une étude quantitative (2). Nous préciserons en premier lieu les caractéristiques de notre corpus, pour ensuite les mettre en rapport avec le nombre et le type d'hyperstructures privilégié par chaque journal, la présence et la fréquence des genres auto-désignés et enfin les types et la fréquence des images dans l’hyperstructure. Pour conclure (3), nous mettrons en relation les observations de la deuxième partie avec l'évolution actuelle de la presse face au développement du multimédia, en particulier l’Internet.

1.1. Le développement de l’hyperstructure

3À notre connaissance, E. U. Grosse et E. Seibold ont été les premiers à avancer le concept d'hyperstructure. Par le choix même de cette désignation, ils affilient cette nouvelle tendance au développement des médias électroniques : « Nous utilisons ce terme en analogie au format utilisé sur Internet (HTML, abréviation pour hypertexte markup language) qui permet de naviguer avec des liens (« links ») d'une page à l'autre ou d'un service éditorial à l'autre » (Grosse & Seibold 1996 : 54). Mais cette tendance vient également du besoin de plus en plus pressant de devoir vendre l'information :

Déjà dans la partie sur le champ transitoire entre divertissement, conseils et publicité, notre analyse reposait, entre autres, sur les liens entre plusieurs textes. L'intégration de cet aspect rend visible une autre évolution de la presse quotidienne depuis plusieurs années, les journaux, à l’instar de la presse magazine, utilisent des hyperstructures. La presse montre de fortes tendances à faire éclater un texte en plusieurs textes plus petits qui ont pourtant des liens étroits. (Grosse &Seibold 1996 : 53-54)

4Les spécialistes des médias s'accordent ainsi pour reconnaître deux tendances majeures dans l'évolution de la presse écrite : l'éclatement des articles en modules plus courts – afin de rendre la sélection plus aisée et de favoriser une lecture sporadique du journal (« zapping ») ­et un développement du "visuel" – que se soit au niveau de la mise en page ou de l’infographie :

Les papiers ou sujets composés peuvent s'étendre sur plusieurs colonnes, voire sur une page entière ou plusieurs pages. Il y a là de quoi décourager le lecteur. [...]Pour qu’il entre, il faut lui ouvrir des portes. Comme le lecteur est multiple et divers, les ouvertures doivent aussi être multiples et diverses [...]. Pour le rédacteur comme pour le lecteur, un papier composé est donc constitué d'éléments ou organes à fonctions complémentaires. (De Broucker 1995 : 75)

5J. Mouriquand souligne quant à lui « l'habileté des journaux à éclater leurs textes en de multiples petits modules » (1997 : 109) et l'importance « désormais de proposer au lecteur de circuler dans les pages » (1997 : 18). Le développement de l'infographie participe de la même exigence :

Beaucoup de journaux ont réduit la part des textes pour mieux faire dire aux photos ce qu’elles pouvaient rendre. Une réflexion s'est engagée sur la manière de scénariser l'actualité, la photo tenant le rôle principal, l'écrit venant en quelque sorte en soutien.

[...]Le succès de la visualisation de l'information a donné naissance à une nouvelle discipline, " l'infographie". Elle mélange des dessins à quelques mots clés, au mieux à quelques phrases. Elle sait, mieux que de longs développements, condenser des concepts ou des évolutions difficiles à comprendre dans des schémas. (Mouriquand 1997 :12-13)

6Ces tendances vers l'éclatement textuel et vers le développement du visuel se manifestent conjointement dans l'hyperstructure.

1.2. Définition de l’hyperstructure2

  • 2  Pour une définition plus complète des ensembles rédactionnels, voir Lugrin 2000.

7L'ensemble rédactionnel (hyperstructure et multitexte) est un élément intermédiaire et facultatif de structuration de l'information, situé entre le journal (c'est-à-dire les cahiers et les rubriques qui le constituent), élément supérieur de structuration de l'information, et l'article (constitué de son texte et de son péritexte), élément inférieur de structuration. Le journal combine ainsi trois niveaux de structuration de l'information :

Figure 1. Les trois niveaux de structuration de l'information

  • 3  Nous excluons ainsi des éléments auxiliaires les images illustrant des propos par ailleurs tenus d (...)

8En distinguant corps du texte et péritexte, on peut admettre qu'il y a« ensemble rédactionnel » à partir du moment où il y a présence d'un élément auxiliaire3 au corps de l'article et à son péritexte, élément qui est lié thématiquement et graphiquement à ces derniers :

ENSEMBLE RÉDACTIONNEL = CORPS DE L'ARTICLE + PERITEXTE + ÉLÉMENTS AUXILIAIRES

9L'ensemble rédactionnel doit enfin être défini de façon graduelle.Sa frontière, par rapport à l'article, reste floue. Seul un critère matériel de limite de composition et de vi-lisibilité – la double page ou « l'aire scripturale » de Peytard – trace une frontière entre ce que nous appelons hyperstructure et multitexte :

Figure 2, Échelle graduelle des ensembles rédactionnels

10L'intérêt de la distinction entre hyperstructure et multitexte réside dans la possibilité, au niveau de « l'aire scripturale » de la page et de la double page, qui sont les mesures de l’hyperstructure, d'une circulation de sens ayant sa propre autonomie.

11Le prototype de l'hyperstructure est composé d'un article et d'un encadré, la présence d'une photographie légendée, pouvant venir compléter le dispositif.

  • 4  Dans le cas du multitexte, on a toujours affaire à un regroupement. Ce constat confirme l’intérêt (...)

12Les ensembles rédactionnels sont le produit soit d'une redistribution d'articles en fractions distinctes, signés par un seul journaliste (ce qui confirme l'éclatement du rédactionnel), soit d'une réunion d'éléments relevant de catégories génériques différentes mais complémentaires, signés par plusieurs journalistes.4 Les articles auxiliaires sont généralement distribués autour d'un article principal et séparés de ce dernier par de la titraille, des filets et/ou un fond coloré :

L'hyperstructure est un élément de structuration de l'information, intermédiaire et facultatif, situé entre le journal et l'article. Elle trouve son origine dans un processus d'éclatement ou de réunion. Elle est formée d'un ensemble d'articles et d'images graphiquement regroupés et complémentaires, bornés à la limite matérielle de l’aire scripturale vi-lisible de la double page.

1.3. Les fonctions de l’hyperstructure

13La presse, et de manière plus générale l'ensemble des médias, a comme fonction l'organisation de l'inter-discursivité. Celle-ci se manifeste tant au niveau du discours, par les paroles citées ou rapportées, qu’au niveau de la matérialité, par l'hyperstructure par exemple.

14Les spécialistes des discours médiatiques reconnaissent l'importance croissante prise par la mise en forme de l'information. Selon eux, le péritexte sert à encourager, conduire et faciliter la lecture :

La lecture d'un texte procède d'une appréciation très subjective dans laquelle en premier lieu... le contenu n’a rien à voir. Le sentiment de répulsion à la perspective de devoir lire un texte immense sans inspiration visuelle est terriblement préjudiciable. Rares sont les lecteurs qui le surmontent. (Mouriquand 1997 : 87)

15Ainsi s'expliquent les innombrables efforts accomplis dans le domaine de "l’habillage" des articles et d'une écriture journalistique plus attractive et efficace. J. Mouriquand va même plus loin en soulignant l'importance de la réduction de la longueur de l'unité "article" : « la longueur décourage systématiquement. Aucune étude n'a jamais montré de l'attrait pour de longs développements. Les textes dépassant 1 800 signes vont de plus en plus vite perdre des lecteurs. D'où l'habileté des journaux à éclater leurs textes en de multiples petits modules » (Mouriquand 1997 : 109). Or, l’hyperstructure participe à cet effort de vi-lisibilité de l'information.

16En fait, le développement de genres hybrides (texte-images) et l'apparition de plus en plus fréquente d'hyperstructures paraissent répondre aux besoins de cette nouvelle technique de lecture, plus rapide et plus sélective. Le lecteur veut accéder à une information différente (croissance des genres de l'information-service notamment) et plus sélective (éclatement des articles en unités plus petites, liées par des renvois, à l'instar des hypertextes). Parallèlement, on assiste au développement important de l'image. Grosse & Seibold signalent à ce propos une récente évolution : « Notons ici une nouvelle tendance celle de substituer bien des passages textuels par des images. [...] Des ensembles complémentaires "texte et image(s)" se profilent : la brève en image, le récit en images et le reportage en images » (Grosse & Seibold 1996 : 41).

17Dans ce contexte, E. U. Grosse et E. Seibold énumèrent trois avantages de l’hyperstructure :

- faciliter la lecture d'un texte en évitant des structures complexes (digressions, explications, arrière-plan)

- introduire une "sérialité" en publiant une contribution dans différents numéros

- éviter la coexistence de différentes intentions dans un seul article. (Grosse & Seibold 1996 : 54)

18Nous retiendrons deux de ces propositions : faciliter la lecture et éviter la coexistence de différentes intentions dans un même article. En effet, l'introduction d'une « sérialité » ne correspond pas à notre définition de l’hyperstructure, puisque celle-ci est limitée matériellement à la double page. En définitive, les fonctions de l'hyperstructure peuvent être résumées comme suit :

19- Réduction de la longueur moyenne des articles.

20- Augmentation du nombre d'entrées possibles dans un sujet, lecture sélective et mosaïque.

21- Renforcement des genres journalistiques, notamment par l'éclatement en unités plus autonomes.

22- Production de liens privilégiés entre les différents constituants,

23- Circulation du sens à l’intérieur de l’hyperstructure.

24- Mise en spectacle de l’information (développement du visuel et de la mise en page).

2. Les genres dans l'hyperstructure : Approche quantitative

  • 5  Dans l’étude quantitative, nous avons considéré comme série de photographies un ensemble de cliché (...)

25L'approche quantitative, dont cet article présente les résultats, vise à vérifier notre hypothèse d'un renforcement des genres journalistiques dans l'hyperstructure. Pour ce faire, elle portera son attention sur un corpus constitué de trois journaux suisses romands (Le Matin, 24 Heures et Le Temps), sur une durée d'une semaine. Pour chaque numéro, l'ensemble des hyperstructures a été répertorié, en relevant pour chacune d'elles son mode de production (éclatement­regroupement), le nombre des articles auxiliaires (auto-désignés et non auto-désignés), les genres auto-désignés dominants, la fonction de ces articles auxiliaires (mise en évidence, allégement, distinction de genres) et enfin les différentes illustrations intervenant dans la composition (infographie, photographie, série de photographies5).

26Cette évaluation quantitative doit permettre de valider ou d'infirmer un certain nombre d'hypothèses. L'hypothèse centrale suggère que l'hyperstructure favorise certains genres journalistiques auto-désignés. Une série d'hypothèses subordonnées postule que le mode de production (éclatement-regroupement), les types de genres journalistiques, les fonctions des différents articles auxiliaires et enfin les différentes images intervenant dans la composition peuvent être corrélés aux différents profils des trois journaux du corpus.

2.1. Description du corpus : trois types de presse

27Aucun journal ne pouvant échapper à « la logique commune qu'impose le marché même aux plus politiques des journaux : atteindre un public le plus large possible, afin de réaliser les ventes et d'assurer les recettes publicitaires qui leur permettent de survivre » (Cornu 1996 : 38), chacun d'eux cherche à répondre aux attentes de son lectorat, aussi bien du point de vue des contenus que de la mise en forme.

28L'analyse des résultats a pour objet de répondre à une seule question : le nombre d'hyperstructures, le mode de production de celles-ci, la récurrence de genres journalistiques dans son sein, les fonctions des articles auxiliaires et l'usage des différents types d'images sont-ils symptomatiques d'un type particulier de presse ?

29Les manuels de journalisme opèrent une distinction entre divers types de presse, avec des étiquettes qui peuvent être sujettes à caution : presse de qualité ou élitiste, d'une part, et presse populaire ou tabloïd d'autre part. Les dénominations changent, mais les distinctions restent relativement identiques et peuvent se révéler opératoires, suivant les cas. Si certains fondent cette distinction autour du lectorat stéréotypique de ces types de presse, d'autres soulignent au contraire les différences d'approche de l'information par les journaux.

30Pour nous, la presse populaire ne se définit pas forcément selon ses lecteurs, mais selon les thématiques privilégiées - une prédilection pour le sport, le scandale et le sexe, mais aussi pour les informations pratiques, au détriment des actualités nationales et internationales, semble caractériser le journal populaire (Herman & Lugrin 1999a & b) - et selon le mode de structuration de l'information, notamment, comme nous allons le voir, l'utilisation des hyperstructures. Sous les étiquettes de presse "populaire" et de presse "de qualité", il ne faut donc pas y voir un jugement de valeur sur le type de lectorat, mais plutôt des différences d'approche quant au choix et à la structuration de l'information. Cette hypothèse semble confirmée par B. Jouanno, pour qui la presse populaire ne se définit pas selon ses lecteurs, mais selon son approche :

Pour approcher un peu ce qu’est la presse populaire, inutile donc de chercher du côté d'un public spécifique, catégoriel. Plus que par un public déterminé aux traits repérables, elle se caractérise par un mode de communication original, par un rapport spécifique au public. (Jouanno 1998 : 15)

31Ce « mode de communication original » doit inévitablement se répercuter au niveau de la structuration de l'information. On peut donc supposer que la presse populaire a tendance à privilégier l'hyperstructure, du moins celle issue d'un processus d'éclatement. Cette hypothèse semble partiellement confirmée par les propos de B. Jouanno : « La communication populaire privilégie le récit, l'aventure, l'anecdote et le fait divers, se méfie des longs discours savants et abstraits. [...] Elle cherche à distraire, à expliquer, à montrer, à émouvoir, à être utile » (1998 : 120). La large utilisation d'images et la brièveté semblent être certaines des caractéristiques les plus dominantes de la presse populaire.

  • 6  Si le format tabloïd de Libération semble contredire au premier abord cette affirmation, sa mise e (...)

32De façon assez surprenante, il est très difficile de trouver des définitions stables d'un quotidien "de qualité". La seule remarque pourrait porter sur le contenu du journal : accentuation de la politique, de l'économie et de la culture, au détriment des pages "Sport" et "Magazine". Un bref parcours du Monde amène à penser que les journaux de qualité recherchent une mise en page plus traditionnelle, moins disséminée.6

33Cette première distinction entre journaux "populaires" et "de qualité" peut être complétée par celle qui sépare journaux régionaux et journaux supra-régionaux. Les premiers sont aisément identifiables par la quantité de pages qu’ils consacrent à une région. Les seconds par l'importance qu’ils réservent à l'actualité nationale et internationale, et souvent à l'économie.

34En résumé, il est possible de distinguer plusieurs types de presse quotidienne, en prenant appui sur deux critères polaires de catégorisation (opposition "de qualité" vs " populaire" et l’opposition régional vs supra-régional).

35Qu'en est-il de la presse suisse romande ? Le marché de la presse suisse est d'une rare richesse en comparaison au reste de l'Europe, puisqu'elle compte 357 exemplaires de journaux diffusés pour 1000 habitants (contre par exemple 182 pour la France, Stratégies 7/5/1999 38).

36Le Temps apparaît comme un journal "de qualité" supra-régional. Sans renoncer aux informations locales, il propose de nombreux articles et dossiers de réflexion. Plus délicats à traiter sont les cas du Matin et du 24 Heures. Le large tirage du 24 Heures, centré sur le canton de Vaud, lui permet d'afficher des ambitions de journal de "qualité", tout en relevant d'un type plutôt régional. Enfin, Le Matin est réputé pour être un journal "populaire". Sans pouvoir l’assimiler au Blick suisse-allemand, au Bild allemand ou au Sun anglais, Le Matin privilégie néanmoins les grandes photos avec des textes courts, l'information pratique, le sport, et les photos suggestives, au détriment des articles de fond ou de longs articles de réflexion. Le Matin, qui privilégie l'information rapide et diverse, vise un public composite, soucieux de parcourir l'essentiel de l’information sans approfondissement de celle-ci. En définitive, les trois journaux de notre corpus correspondent aux trois positionnements possibles sur le marché de la presse suisse romande :

37Pour chaque journal, on peut également énumérer ce qui pourrait être certaines de leurs qualités. Le Temps promeut les articles et dossiers de réflexions. 24 Heures favorise une information locale mais complète. Le Matin, enfin, vise l'information rapide, développe l'image et renonce aux articles de fond.

38Une précédente recherche (Herman & Lugrin 1999a & b) avait confirmé cette préférence de certains contenus au détriment d'autres selon le type de presse. L'application de ce résultat aux hyperstructures devrait pouvoir confirmer ou infirmer l'hypothèse selon laquelle il y aurait également un rapport entre le type de presse d'une part, et la structure et le mode d'écriture journalistiques d'autre part.

2.2. Éclatement et regroupement

  • 7  Il aurait également été envisageable de pondérer ces valeurs par le nombre total de pages rédactio (...)

39Un premier bilan peut être fait en comparant le nombre total d'hyperstructures dans chaque journal. Le Matin est largement en tête avec 112 hyperstructures pour l'ensemble du corpus, contre 79 et 67 respectivement pour 24 Heures et Le Temps. En pondérant ces résultats par le nombre de pages totales,7 on constate que le Matin exploite largement l'hyperstructure, avec un score (0.49) plus que doublé par rapport à ces concurrents (0.23) :

Figure 3. Nombre total d'hyperstructures par journal sur une semaine

40Qu'en est-il de leur origine ? De manière générale, deux types d'hyperstructures peuvent se rencontrer. Dans le premier cas de figure, l'hyperstructure provient de l'éclatement d'un article (signature unique), auquel cas le but peut être soit de raccourcir l'article et d'offrir plusieurs portes d'entrée, soit d'éviter le mélange des genres. Dans le deuxième cas de figure, l'hyperstructure a pour but le regroupement d'articles (signatures différentes) donnant différents points de vue sur un même fait. Dans ce cas, l'hyperstructure offre plusieurs entrées au lecteur dans le sujet abordé.

41D'un point de vuequantitatif, la comparaison des trois journaux fait apparaître des différences intéressantes dans l'origine de l'hyperstructure. Celle-ci semble varier en fonction du type d'approche de l'information ("populaire" vs "de qualité"), mais elle se transforme peut-être également en fonction des moyens mis à disposition du journal (moyens financiers et ressources humaines) :

Figure 4. Nombre d'hyperstructures issues d'un éclatement ou d'un regroupement

42Contrairement à ses confrères, Le Matin privilégie de manière évidente un éclatement d'articles qui semble caractéristique des tabloïds. Sa préoccupation première n'est pas tant de proposer différents points de vue (ce qui sera confirmé par les observations concernant les genres auto-désignés privilégiés) que de raccourcir la longueur des articles, pour un lectorat recherchant une information rapide. Le Temps, àl'inverse, n'opère pas tant par éclatement que par la proposition, autour d'un article principal, d'un point de vue mieux marqué.

2.3. Les genres privilégiés

43L'étude de l'hyperstructure croise la question des genres : notre hypothèse de départ est que l'hyperstructure renforce et confère une nouvelle importance aux genres journalistiques. Sa fonction est alors de marquer différentes instances ou positions énonciatives : différents journalistes, dépêches d'agence, ou degré d'engagement. Cette hypothèse n’est pas infondée, puisque cette tendance s'est déjà manifestée dans la sphère littéraire par exemple, où « la réalisation de récits de type multimédia interactif a déjà été amorcée, nouvelles voies donnant accès à de nouveaux genres littéraires [...] » (Carreno 1993 : 98).

44En tant que formation discursive particulière, la presse écrite dispose de différents genres partiellement partagés par les différents acteurs - sur le plan de l'écriture comme sur celui de la lecture - mais indispensables. Les genres ont en effet selon Bakhtine une importance capitale dans l'interaction langagière, puisqu'ils permettent d'appréhender les énoncés de manière globale : « Les genres du discours organisent notre parole de la même façon que l'organisent les formes grammaticales (syntaxiques) » (Bakhtine 1984 : 285).

45Les journalistes eux-mêmes épousent souvent cette position, comme le confirme les nombreuses typologisations et surtout descriptions prescriptives proposées dans les manuels de journalisme (Montant 1995, De Broucker 1995, Martin-Lagardette 1994). Elle est également partagée par certains théoriciens du discours médiatique, comme P. Charaudeau (1997), F. Jost (1997) ou encore E. U. Grosse et E. Seibold :

Si l’on connaît les structures habituelles d'un genre, cela facilite l’interprétation d'un texte formé dans un tel moule, puisqu’on dispose à ce moment-là de quelques critères qui « dirigent », pour ainsi dire, les questions à poser au texte. [...]

La théorie des genres journalistiques contient donc en germe tout un savoir-faire de la réception active (interprétation) et de la production. (Crosse & Seibold 1996 : 32)

46Ces genres, relevant d'une formation discursive en perpétuelle évolution, sont par conséquent marqués historiquement : les genres existants peuvent évoluer, d'autres peuvent disparaître, de nouveaux peuvent surgir (comme le rappelle ici-même E. U. Grosse). L'analyse des genres se manifestant à l'intérieur de l'hyperstructure est, de ce point de vue, tout particulièrement intéressante. Se trouvant au croisement de la presse et des nouvelles technologies de l'information et de la communication, l'hyperstructure participe pleinement à l'évolution de la presse écrite et constitue certainement un lieu privilégié d'évolution de certains genres. E. U. Grosse et E. Seibold y voient même l'émergence de nouveaux genres, position que nous confirmerons par l'analyse quantitative.

  • 8  Le genre de l'interview se définit par son avant-texte essentiellement dialogal et par sa retransc (...)

47L'analyse des résultats mène à un premier constat, selon lequel l'hyperstructure se fonde généralement sur un article principal relevant d'un genre de l'information et non du commentaire. Un article de commentaire étant difficile à subdiviser, on comprend pourquoi il apparaît plutôt dans un regroupement avec un article de contextualisation. Deux genres auto-désignés tiennent la vedette : l'interview et la dépêche d'agence 8 :

Figure 5. Les genres auto-désignés dans l'article principal

48Si l'interview peut intervenir comme article principal dans les trois journaux, la dépêche d'agence est majoritairement utilisée par Le Matin, ce qui correspond au profil d'un journal qui propose une information rapide et concise, très proche de la rédaction des dépêches d'agence.

49Parallèlement, Le Matin, qui manifeste une forte propension à éclater les articles (figure 4), détient en moyenne le plus d'articles auxiliaires par hyperstructure. Ces dernières contiennent en moyenne 2.0 articles auxiliaires, contre seulement 1.17 pour 24 Heures et 1.43 pour Le Temps. Ces différences peuvent s'expliquer par la volonté du Matin d'aménager une lecture rapide et mosaïque de l’information, d'où la nécessité d'offrir un maximum de parcours de lecture. À l’opposé, Le Temps, qui favorise le regroupement pour donner différents points de vue (figure 4), comporte un nombre d'articles auxiliaires par hyperstructure plus réduit. Ce résultat peut d'autre part être rapproché du nombre d'articles auto-désignés et non auto-désignés :

Figure 6. Le nombre d'articles auto-désignés et non auto-désignés

50Au premier abord, il apparaît que la plupart des articles ne sont pas auto-désignés. Toutefois, un journal dit "de qualité" comme Le Temps inverse le rapport entre genres auto-désignés et genres non auto-désignés. Ce résultat est à mettre en rapport avec celui de la figure 4 (éclatement, regroupement). Le Temps favorise les hyperstructures par regroupement, l'article auxiliaire étant souvent un article commentant l'article principal, d'information et de contextualisation, ce qui renforce également le constat d'un nombre moyen d'articles auxiliaires par hyperstructure relativement faible (1.43 pour Le Temps contre 2.00 pour Le Matin).

51Cette dernière remarque est confirmée, d'abord, par la propension des différents journaux à distinguer les genres à l'intérieur de l’hyperstructure, en tentant compte cette fois également de l'article principal. La fonction qui consiste à distinguer différents genres dans l'hyperstructure est en effet confirmée. En proportion, Le Temps fait fréquemment appel à cette fonction : 48% de ses articles favorisent la distinction des genres au sein de l'hyperstructure, contre 29% dans 24 Heures et seulement 12% dans Le Matin.

52Cette tendance est également confirmée par l'analyse des genres privilégiés dans les articles auxiliaires. Les deux genres de l'interview et de la dépêche d'agence, qui interviennent couramment en position d'article principal, se retrouvent également fréquemment utilisés dans des articles auxiliaires, tout comme le commentaire (qui inclut les portraits), et dans une moindre mesure le conseil et la chronologie (qui inclut les cadrages historiques). Les critères de catégorisation permettant le repérage de ces genres auto-désignés ont été les suivants

53- la signature (dépêche d'agence)

54- la typographie (interview, chronologie)

55- la désignation (commentaire, conseil)

56Le graphique 7 regroupe l'ensemble des articles auxiliaires auto­désignés, en fonction de leur récurrence à l'intérieur des trois journaux :

Figure 7. Nombre d'articles auxiliaires auto-désignés

  • 9  Reste une question à laquelle nous ne pouvons pas encore répondre. Les genres auto-désignés de l'i (...)

57Les résultats confirment l'analyse des figures 4 et 6,puisque les commentaires sont largement exploités dans Le Temps. La dépêche d'agence tout comme l'interview sont également des genres fréquemment utilisés.9 La préférence que manifeste Le Matin à recourir à l'interview, aussi bien comme article principal (figure 5) que comme article auxiliaire (figure 7) corrobore l'idée que les journaux « @populaires » favorisent l'interview, comme le précisent deux des points clés de la presse locale (et donc populaire) : « faire parler les gens (surtout anonymes) de la région et privilégier les genres journalistiques d'initiative : reportage, interview, portrait, enquête, infographie et récit photos » (Fantoni 1999 : 35). L'interview, par ses traits d'oralité, vise une personnalisation et une authenticité des émotions, propres aux journaux « populaires ».

58Si les conseils restent à l'heure actuelle encore relativement faibles dans l'hyperstructure, l'évolution générale de la presse écrite que l'on a pu observer (Herman & Lugrin 1999a : 123), précisée ici même dans la contribution d'E. U. Grosse, tend de plus en plus à promouvoir l'info-service et le conseil. Dans un avenir plus ou moins proche, les genres du conseil risquent de se développer de manière plus évidente dans l’hyperstructure.

59Enfin, une comparaison de deux fonctions de l'hyperstructure, à savoir la mise en évidence d'une information ou au contraire l’allégement de l'article principal par l'extraction d'informations accessoires, consolide l'hypothèse selon laquelle Le Matin favoriserait une information rapide par l’exploitation d'hyperstructures par éclatement et allégement, alors que Le Temps pratiquerait un journalisme de réflexion par le choix d'hyperstructures par regroupement et mise en évidence :

Figure 8. Comparaison de deux fonctions de l’hyperstructure : la mise en évidence ou l'allégement

2.4. Mise en spectacle de l’information

60La mise en spectacle de l'information et plus largement le développement du visuel sont l'une des fonctions dominantes de l'hyperstructure. De manière générale, topographie, typographie et images s'allient sur l'aire scripturale de la page pour permettre la visualisation de l'information. Les journaux en format tabloïd sont symptomatiques de cette tendance. Le Matin privilégie les grandes photos avec des textes courts, l'information pratique et les photos suggestives. II compte en moyenne 1.53 images par hyperstructure, contre 1.46 pour 24 Heures et seulement 1.34 pour Le Temps (figure 9).

61Ce qui paraît également particulièrement intéressant, c'est l'absence presque totale d'hyperstructures sans images. Seul Le Temps s'autorise un nombre d'hyperstructures sans images plus important que ses concurrents :

Figure 9. La forte présence d'images dans les hyperstructures

62L'image joue un rôle capital dans le pouvoir d'attraction de l'article : « Au premier stade de la lecture, c'est, simultanément au titre et à la photographie que va l’oeil » (Mouriquand 1997 : 103). L'infographie et les photographies en série en particulier (photo-récit) ont également une forte capacité d'attraction. Que se soit par un graphique représentant la durée ou une infographie illustrant les différents moments d'un événement (cas fréquents pour les faits divers par exemple), ces images permettent de visualiser l'information. D'où en partie leur force d'impact et leur développement.

63Des compositions de photographies, soit par série de photographies qui s'enchaînent, soit par des photographies qui deviennent l'élément principal (article = photographie + légende) semblent être une tendance similaire, bien que moins marquée. A l'heure actuelle, on peut toutefois constater une forte dominance de la photographie :

Figure 10. La dominance de la photographie dans les images

64Cette inflation des entrées possibles rappelle partiellement ce que M. Mc Luhan disait de l'expérience de la mosaïque :

C'est cette puissante poussée iconique, dans notre expérience de la mosaïque de la télévision qui explique la montée paradoxale de Times, de Newsweek et d'autres magazines du genre, Ces magazines condensent l'actualité sous une forme de mosaïque qui est véritablement parallèle au monde des publicités. Les nouvelles en mosaïque ne sont ni un récit, ni un point de vue, ni une explication, ni un commentaire. Elles constituent une image collective, en profondeur, de la communauté en action et appellent une participation maximale au processus social. (Mc Luhan 1964)

2.5. Bilan de l’approche quantitative

65En forme de bilan, nous relèverons les quatre points suivants :

66- Le nombre d'articles non auto-désignés est plus important pour les journaux régionaux (24 Heures) ou "populaires" (Le Matin) que pour les journaux dits "de qualité" (Le Temps).

67- L'éclatement ou au contraire le regroupement d'articles varie notamment en fonction du type de lectorat d'une part, des moyens financiers et de personnel à disposition du journal d'autre part. On constate une prépondérance à l'éclatement dans Le Matin, et une préférence au regroupement dans Le Temps.

68- Certains genres auto-désignés sont tout particulièrement privilégiés : dépêche d'agence, interview, commentaire, et dans une moindre mesure conseil et chronologie. Cela s'explique d'une part par les différentes instances émettrices (signature, typographie) et d'autre part par la séparation franche entre genres de l'information et genres du commentaire. Le Temps, fidèle à son image de journal dit « de qualité », favorise les articles d'opinion dans les articles auxiliaires. Le Matin, au contraire, exploite l'interview, genre préférentiel des journaux "populaires".

69- Les images sont très fréquentes dans l'hyperstructure, dont elles peuvent devenir un des éléments principaux. Si la photographie reste le type largement privilégié, il faut néanmoins souligner le développement de l'infographie (favorisée par Le Temps) et des séries de photos (favorisées par Le Matin).

  • 10  Ce qui peut laisser supposer que la différence se manifeste non pas tant sur un critère basé sur l (...)

70Le traitement et la mise en forme de l'information sont donc liés au type de journal, ce qui confirme l'hypothèse qui a servi de ligne directrice à l'ensemble de l'analyse. Si 24 Heures semble souvent occuper une position médiane.10 Le Temps et Le Matin s'opposent systématiquement, aussi bien au niveau de la structuration de l'information, des genres que des images, ce qui confirme que l'univers d'attente du lectorat de ces deux quotidiens n'est pas identique :

71L'hyperstructure semble ainsi correspondre à une tendance générale de la presse à favoriser une lecture parcellaire et visuelle de l'information, à l'instar d'Internet. Resterait pourtant à confirmer ces conclusions par une étude diachronique de l'apparition et du développement de l'hyperstructure.

3. Pour conclure : l'influence de la « révolution Internet » ?

72Dans l'histoire des médias, toute révolution a été synonyme d'évolution. Ainsi, l'apparition de nouveaux médias - la radio, la télévision, et plus récemment, le développement d'Internet et des médias interactifs en général (CD-Rom, consoles de jeux, etc.) - a toujours été suivie de changements, voire de bouleversements dans la presse écrite.

3.1. Le double défi de la presse contemporaine

73Le réseau Internet participe à une révolution qu'U. Eco n’hésite pas à qualifier d'aussi importante que celle de Gutenberg :  « L'ordinateur et Internet sont la véritable révolution du siècle. Comme l'imprimerie, ils peuvent modifier notre façon de penser et d'apprendre » (Eco 2000). Les modes de recherche, de transfert et de partage de l'information renouvellent notre manière de penser et d'agir. Nos achats font de plus en plus souvent appels aux services en ligne, ce qui modifie considérablement les circuits de production et de distribution. L'accès aux biens économiques comme aux biens symboliques subit ainsi le développement des médias électroniques, d'autant que les mots des médias ont une valeur commerciale évidente.

74Concernant la presse écrite, les conséquences du développement d'Internet pourront être à l’avenir multiples. Le développement de l'hyperstructure dans la presse écrite et magazine semble être parallèle à celui des nouvelles technologies de l’information (Internet et CD­ROM) et surtout à celui du développement des techniques de publication assistée par ordinateur (PAO). Mais outre la modification de mise en forme de l'information et donc des modes même de pensée, sur laquelle nous reviendrons plus à fond, on peut déjà souligner deux évolutions générales.

75Les interrelations entre supports papier et électronique, par les liens que l’un fourni pour l’autre, deviennent de plus en plus fréquent. Du côté on-line, mis à part les journaux strictement en ligne : Salon ou Slate aux États-Unis, Largeur.com en Suisse romande, la plupart des grands journaux et magazines ont compris l'importance de ce virage et disposent d'une version en ligne (par exemple, Le Monde ou le NewYork Times), parfois payante, souvent gratuite.

76Du côté papier, ce sont les renvois systématiques que le journal peut faire à des adresses Internet, ce qui ne va pas sans poser la question de la valeur marchande de l'information. Le nouveau journal dominical de suisse romande, Dimanche.ch (nom révélateur de son positionnement radicalement moderne), est en cela exemplaire. À chaque fois que cela est possible, il renvoie le lecteur, dans un encadré en fin d'article, aux adresses Internet utiles, pour des informations supplémentaires. On perçoit ici le jeu de complémentarités qu'il est possible de réaliser entre les deux supports. On y retrouve également l'idée de rôle de filtrage que devraient jouer les médias traditionnels à l'avenir.

3.2. Quelques conséquences sur l’écriture de presse

77Indépendamment de ces implications d'ordre général, Internet a également des implications sur le mode d'écriture et de lecture du journal. Le rapide tour d'horizon des multiples influences que la presse écrite et la « presse électronique » ont eu l'une sur l'autre à l'heure actuelle permet de mieux saisir les implications de la prise en compte et de l'importance du développement de l’hyperstructure dans la presse écrite.

78Les pages HTML ont eu comme conséquence de modifier la présentation des informations dans le journal et la pratique journalistique elle-même. Comme l'indique M. Garcia, l'un des maquettistes les plus influents à l'heure actuelle, alors qu’il y a encore quelques années, la mise en page traditionnelle du journal s'imposait aux versions en ligne, il semble qu’à l'heure actuelle, ce mouvement se soit inversé : « Les premières générations de sites Web étaient fortement influencées par la mise en page des journaux imprimés. C'est aujourd'hui seulement que les sites développent leur propre identité » (Garcia 2000). De plus en plus, l'évolution rapide de la mise en page des sites Internet a des conséquences évidentes sur celle des médias traditionnels. Dans leur bilan sur l'évolution actuelle de la presse, E. U. Grosse et E. Seibold énumèrent ainsi une série de transformations dues aussi bien à la modification des acteurs économiques qu’à la révolution des modes d'information :

Dans son combat de survie à l'ère de la télévision et du multimédia, au sein d'un capitalisme avancé où le marketing est omniprésent, la presse a dû (et su) se transformer et les remodelages de la Une, des genres et des illustrations font partie de cette transformation. (Grosse & Seibold 1996 : 58)

79Les auteurs dégagent deux aspects fondamentaux pour la pratique journalistique : le développement du visuel (péritexte, illustrations) d'une part, et le renforcement et la diversification des genres d'autre part.

80De manière générale, les ensembles rédactionnels, et l'hyperstructure en particulier, peuvent être considérés comme un aboutissement parmi d'autres (développement de péritexte par exemple) de « l'hybridation » qu'a provoqué la rencontre de deux médias, à savoir la presse et Internet (ou de manière plus large les médias électroniques) : « L'hybridation ou la rencontre de deux média est un moment de vérité et de découverte qui engendre des formes nouvelles »«. (Mc Luhan 1968 : 77)

Les média, en tant que prolongements de nos sens, établissent de nouveaux rapports non seulement entre nos sens à nous, mais aussi entre eux-mêmes, quand ils influent les uns sur les autres. (souligné par nous, Mc Luhan 1968 : 74)

81C'est également le point de vue exposé par M. Garda. Selon ce dernier, on peut observer « son influence à travers la mise en place d'un dispositif de navigation à travers le journal comme la création d'un index utilisant la couleur, par exemple » (Garcia 2000). Et si la presse a eu une forte influence sur la création des premiers sites Internet, il semble bien qu’aujourd'hui, cette tendance se soit, du moins partiellement, inversée.

82Ainsi, pour clore le parcours des caractéristiques de l'hyperstrudure, les remarques qui suivent tentent de dégager et de mesurer l'implication des caractéristiques de l'écriture-lecture multimédia sur le journal. Ces quatre ensembles de remarques peuvent certainement s'appliquer aussi bien au journal dans son ensemble qu'aux articles pris séparément.

831. D'une manière générale, le multimédia favorise une écriture et une lecture non linéaires. Cette pratique se trouve déjà dans le journal (par exemple par le rubriquage), mais cette tendance est renforcée par le jeu d'interrelation qu'aménage l'hyperstructure

L'hypertexte, contrairement au livre, se pense comme une somme non séquentielle d'informations, somme qui rend possible de multiples parcours de consultation. Jean Clément fait remarquer à ce propos que la matérialité du dispositif de lecture du livre limite sérieusement le vagabondage. La conception de fhypertexte est régie par le principe d'association d'idées ou de raisonnement par analogie. L'information se structure de manière logique et non plus hiérarchique comme une base de données, ce qui suppose un fort niveau d'interactivité. (Cormerais & Milon 1998 : 78)

84On peut supposer qu'il existe un continuum varié entre une lecture d'un texte et la lecture, ou plutôt la navigation, à l'intérieur d'un hypertexte structuré en réseau (texte permettant par définition plusieurs parcours de lecture légitimes).

  • 11  Cette tendance à une mise en page de plus en plus complexe rappelle étrangement les caractéristiqu (...)

85Ainsi, le journal, par son caractère hybride, se situerait entre le livre, linéaire, et l’hypertexte, non-linéaire » ; il favoriserait une écriture et une lecture fractales11 :

L'évolution de la structure du journal prend son départ dans une forme disposée en vue de la lecture totale, peu encline à une sélection des articles de la part du lecteur, donc non-économe dans l'optique du destinaire, pour aboutir (grâce surtout à la Une et aux titrailles) à une forme de plus en plus économe de "guidage" dans la lecture, par des arrangements qui facilitent le choix des articles. (Traduit par E. U. Grosse, Hrbek 1995 : 277)

862. Le type d'hyperstructures, nous l'avons vu, n'est pas identique pour Le Matin et pour Le Temps : le premier favorise l'éclatement, le second le regroupement. Cette différence manifeste deux modes diamétralement opposés de la conception de l'information.

87L'éclatement relève généalogiquement de l'écriture multi-média, par segmentation. Elle se manifeste au niveau de l'écran-page principalement, mais également par les liens à l'intérieur même du site.

88A l'opposé, le regroupement procède d'une volonté d'encyclopédisme. Conséquence du fantastique vivier de connaissance que représente Internet (plutôt que d'un mode d'écriture novateur), cet encyclopédisme est le fruit du développement exponentiel de pages Web, théoriquement illimité (contrairement aux pages d'un journal), et des liens sur d'autres sites qui peuvent être systématiquement proposés : « L'Encyclopédie, comme inscription de liens hétérogènes entre les parties du savoir, annonce le concept d'hypertexte et préfigure l’âge des réseaux où l'information partagée remplace le message distribué ou réparti » (Cormerais & Milon 1998 : 74). À la différence du livre, on n'est plus dans une logique linéaire, mais dans celle du stock. Une différence capitale distingue toutefois l'encyclopédisme de l'aire numérique de l'Encyclopédie du Siècle des Lumières : « [...] C'est désormais un texte mobile, kaléidoscopique, qui présente ses facettes, tourne, se replie et se déplie à volonté devant le lecteur » (Lévy 1995 : 149). Cette mise à disposition de l'information propre à Internet a partiellement inspiré le renouvellement de la mise en forme de l'information dans le journal, par le biais de l'hyperstructure, de ses articles auxiliaires et dudéveloppement du visuel, entre autres.

893. Une autre conséquence de cette écriture non linéaire, plus marquée dans le multimédia, est la tendance à l'indistinction, « au mélange des fonctions de lecture et d'écriture » (Lévy 1995 : 149). La circulation du lecteur sur la page du journal, ou plus localement dans le cadre de l'hyperstructure, peut être comparée à celle dans l'hypertexte : « Si on définit l'hypertexte comme un espace de parcours de lecture possibles, un texte apparaît comme une lecture particulière d'un hypertexte » (Lévy 1995 : 149), ce qui ne signifie pas que celle-ci soit totalement aléatoire. Cette position est partagée par Isabelle Petit (1997), lorsqu’elle souligne que l'originalité du multimédia est d'intégrer le lecteur dans un système de communication, chaque lecteur, par les choix qu’il opère, actualisant un parcours de lecture jusque-là encore latent.

  • 12  Internet étant par définition un média mondial, il favorise l’émergence d'un langage visuel univer (...)

904. Le développement du multimédia associé à une culture de l'image a pour conséquence un renforcement et un renouvellement de l'image dans la presse écrite.12 Contrairement au livre, où il y a une forte dominance du contenu sur la forme (mise en page), l'hyperstructure tout comme le produit multimédia semble équilibrer forme et contenu, pour devenir inséparables l'un de l'autre. Cette tendance s'accentue encore lorsque l'hyperstructure fait appel à l'infographie.

91Le « design d'information », dans le sens de mise en forme de l'information, se concentre non plus seulement sur la recherche esthétique, mais également sur la compréhension du récepteur, en se focalisant sur une visibilité, plus qu'une lisibilité, de l'information : « Il n'est pas possible de réduire la communication graphique à la seule fonction d'information car cela priverait de la dimension esthétique essentielle pour faciliter la perception de l'usager/consommateur. Le design d'information est alors un régulateur de la communication » (Vollaire 1997 : 39). Ainsi, l'aspect ergonomique de la mise en forme de l'information ne doit en aucun cas être minimisé. Et l'infographie, par définition mélange d'images et de textes, favorisant une lecture rapide de l'information, participe de cet effort de visualisation de l'information.

92Cet équilibrage entre forme et contenu se retrouve par ailleurs à un autre niveau. Le journal, tout comme un site Internet, est constitué de deux systèmes parallèles, à fonctions complémentaires. Un système de navigation, servant strictement à se déplacer dans l'information et un système d'information, lui-même usant fréquemment d'instructions qui induisent avec force des parcours virtuels de lecture.

3.3. Quel avenir pour la presse ?

  • 13  Dans son essai critique (1999) sur les enjeux entre médias traditionnels et médias électroniques, (...)

93Reste la question posée par A.-M. Christin : « L'apparition d'un nouveau support de communication n'a-t-elle pas pour conséquence d'éliminer ceux qui l'ont précédé ? »13 (Christin 1998 : g1). Suite à un parcours historique de l'écriture, elle conclut qu’au contraire, l'apparition du multimédia nous fait revenir aux sources de l'écriture, en réactivant ses origines iconiques (Christin 1998 : g11).

94Cette « prévision » est à mettre en parallèle avec le constat plus nuancé de J. Boutet, à propos de l'histoire des langues et des écritures. Pour elle, « l'humanité n'est pas passée du dessin aux idéogrammes, puis aux systèmes syllabiques pour aboutir aux alphabets qui seraient dans cette vision le point d'aboutissement ultime du progrès de l'humanité » (Boutet 1997 : 6-7). Bien au contraire, il semble qu'à l'heure actuelle différents systèmes de retranscription des langues coexistent (idéographiques : chinois » ; consonantiques : arabe, hébreu » ; alphabétiques : russe, grec, français ...). Le bilan doit donc être plus mitigé. On peut admettre qu'Internet semble concilier de manière complexe deux modes de transmission du savoir, à savoir un système qui tend à représenter graphiquement le signifié des signes linguistiques (idéogrammes : icônes, boutons, etc.) et un système linguistique (les systèmes alphabétiques et consonantiques : les langues). Le premier servirait surtout à la navigation, le second à la transmission des informations. Ainsi, pour le journal (son péritexte essentiellement) comme pour Internet, le média a généré et affine aujourd'hui deux systèmes qui répondent à une inflation de l'information par deux fonctions complémentaires : naviguer et informer. Et l'hyperstructure serait au croisement de ces deux préoccupations.

Haut de page

Bibliographie

ADAM Jean-Michel [1997] « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », in Pratiques, n° 94, Metz.

[1999] Linguistique textuelle : Des genres de discours aux textes, Nathan.

ADAM Jean-Michel & LUGRIN, Gilles [2000] « L'hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques », in Fabienne Cusin-Berche (dir. par) : Rencontres discursives entre science et politique. Spécificités linguistiques et constructions sémiotiques, Carnets du CEDISCOR n° 6, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

BAKHTINE Michail Michajlovic [1984] Esthétique de la création verbale, Gallimard.

BROUCKER [De] José [1995] Pratique de l'information et écritures journalistiques, CFPJ.

BOUTET Josiane [1997] Langage et société, Seuil, coll. « Mémo »«. CARRENO Orlando [1993] « Le texte, l'image et le son en interactivité dans les hypermédias », in Communication & langages, n° 95, pp. 96­105.

CHARAUDEAU Patrick [1997] Le discours d'information médiatique : La construction du miroir social, Nathan.

CORMERAIS Franck & MILON Alain [1998] « La navigation multimédia et le retour au projet encyclopédique », in Communication et langages, n° 116.

CORNU Daniel [1996] « Journalisme : l'état des lieux », Presse romande : du miracle à la réalité, Genève : URJ, pp. 37-51.

CHRISTIN Anne-Marie [1998] « Écriture et multimédia », in Degrés, n° 92-93.

ECO Umberto [2000] Interview accordée au Temps, Lausanne, samedi 8 janvier.

FANTONI Mathieu [1999] La rubrique locale, Lausanne : Centre romand de formation des journalistes.

GARCIA Mario [2000] Interview accordée au Temps, Lausanne, mardi 7 mars.

GROSSE Ernest Ulrich & SEIBOLD, Ernest [1996] « Typologie des genres journalistiques », in Panorama de la presse parisienne, Berlin Peter Lang.

HALIMI Serge [1997] Les nouveaux chiens de garde, Liber-Raisons d'agir.

HERMAN Thierry & LUGRIN Gilles [1999a] Formes et fonctions des rubriques dans les quotidiens romands : Approches théorique & quantitative, Fribourg : Université de Fribourg, Institut de journalisme et des communications sociales, coll. Media Papers.

HERMAN Thierry & LUGRIN Gilles [1999b] « La hiérarchie des rubriques : un outil de description de la presse », in Communication et Langages, n° 122.

HRBEK Anja [1995] Vier Jahrhunderte Zeitungsgeschichte in Oberitalien. Text-, sprach- und allgemeingeschichtliche Entwicklungen in der Gazzetta di Mantova und vergleichbaren Zeintungen, Niemeyer, Tubingen.

JOST François [1997] « La promesse des genres », in Réseaux, n° 81, CNET.

JOUANNO Bernard [1998] « Une presse « populaire », in CUISSARD, Lucien, La pari de la presse écrite, Bayard.

LÉON Paul [1990] Le jeu de la Une et du hasard. Une approche poétique de l'écriture de presse, Thèse de doctorat, Université de Provence.

LEVY Pierre [1995] « Lire sur l'écran », in Le Débat, n° 86.

LOCHARD Guy & BOYER Henri [1998] La communication médiatique, Seuil, coll. « Mémos »«.

LUGRIN Gilles [2000] « Les ensembles rédactionnels comme mode de structuration pluri-sémiotique des textes journalistiques », in Actes du Colloque international :Les relations inter-sémiotiques, Presses Universitaires de Lyon.

MARTIN-LAGARDETTE Jean-Luc [1994] Guide de l'écriture journalistique. Écrire, informer, convaincre, Syros.

MAC LUHAN Herbert Marshall [1964] La galaxie gutenberg, Mame. - [1968] Pour comprendre les médias, Seuil, coll. « Points ».

MONTANT Henri [1995] Commentaires et humeur : Billets, éditoriaux, critiques, pamphlets, chroniques, échos..., CFPJ.

MONTANT Henri [1995] L'interview écrite et le portrait, CFPJ.

MOUILLAUD Maurice & TETU Jean-François [1989] Le journal quotidien, Lyon : PUI.

MOURIQUAND Jacques [1997] L'écriture journalistique, Puf, coll. « Que sais-je ? ».

PETIT Isabelle (1998] « La consultation interactive : une nouvelle logique cognitive », in Degrés, n° 92-93.

PEYTARD Jean [1975] « Lecture(s) d'une "aire scripturale"« : la page de journal », in Langue française, n° 28, pp. 39-59.

SEIBOLD Ernest [1996] « "D'un coup d'oeil". Essai de classement des illustrations dans les quotidiens », in Panorama de la presse parisienne, Berlin, Peter Lang.

Stratégies, n° 1100, 7/5/1999, « Dossier Suisse romande ». THOVERON Gabriel (1997] Histoire des médias, Seuil.

VOLLAIRE Louis [1997] « Le design d'information », in Communication et langages, n°112.

Haut de page

Notes

1  La présente contribution s'inscrit dans les recherches sur le discours de la presse écrite effectuées avec le soutien du FNRS suisse (requête n°12.13.53822.98). Des remerciements particuliers vont à Jean-Michel Adam, pour son soutien constant et ses remarques appropriées, ainsi qu'à Thierry Herman pour ses nombreux conseils et sa collaboration, sans lesquels la réalisation de cette étude aurait été impossible.

2  Pour une définition plus complète des ensembles rédactionnels, voir Lugrin 2000.

3  Nous excluons ainsi des éléments auxiliaires les images illustrant des propos par ailleurs tenus dans l’article ainsi que les éléments purement informatifs comme les tableaux des résultats sportifs, les fiches techniques auto ou encore des informations pratiques et accessoires, concernant par exemple des animations culturelles. Ces éléments appartiennent au péritexte de l'article (voir Lugrin 2000 pour une présentation détaillée de cette dimension). La comptabilisation n’a d'autre part pas tenu compte de cas particuliers comme les recettes, la bourse ou encore la météo.

4  Dans le cas du multitexte, on a toujours affaire à un regroupement. Ce constat confirme l’intérêt qu'il y a à bien différencier dans les ensembles rédactionnels le mutlitexte de l’hyperstructure.

5  Dans l’étude quantitative, nous avons considéré comme série de photographies un ensemble de clichés qui présentent un événement de manière chronologique.

6  Si le format tabloïd de Libération semble contredire au premier abord cette affirmation, sa mise en page reste néanmoins relativement traditionnelle.

7  Il aurait également été envisageable de pondérer ces valeurs par le nombre total de pages rédactionnelles, mais les résultats auraient été sensiblement identiques (cf. Herman & Lugrin 1999a).

8  Le genre de l'interview se définit par son avant-texte essentiellement dialogal et par sa retranscription presque toujours retravaillée. Des sous-catégories sont distinguées, notamment en fonction du statut de l’interlocuteur, de la visée pragmatique, de l’avant-­texte (démarche du journaliste) ou encore du sujet.

La dépêche est définie par son origine (agences de presse) et par les opérations de réécriture auxquelles elle est le plus souvent soumise : de" façonnage" ou réécriture de la dépêche d'agence (rewriting) et de "mouluré " ou montage de sources diverses.

La catégorie « autres »« regroupe sans distinction une infographie, un reportage, une enquête et une analyse.

9  Reste une question à laquelle nous ne pouvons pas encore répondre. Les genres auto-désignés de l'interview et de la dépêche d'agence ne sont-ils pas privilégiés de manière générale dans la presse quotidienne ? Une étude complète nécessiterait en effet que ces résultats soient comparés aux résultats d'un pointage des genres journalistiques auto­-désignés présents de manière globale dans les trois journaux.

10  Ce qui peut laisser supposer que la différence se manifeste non pas tant sur un critère basé sur l'opposition entre journaux régionaux et supra-régionaux, mais plutôt sur celui entre presse populaire et presse « de qualité »«.

11  Cette tendance à une mise en page de plus en plus complexe rappelle étrangement les caractéristiques du « design d'interface », qui codifie la mise en page des écrans dans le multimédia.

12  Internet étant par définition un média mondial, il favorise l’émergence d'un langage visuel universel permettant de communiquer au mieux entre cultures et entre pays, ce que les langues ne permettent pas. C'est le degré d'ergonomie qui permettra, entre autres, une meilleure compréhension par la majorité des usagers.

13  Dans son essai critique (1999) sur les enjeux entre médias traditionnels et médias électroniques, D. Wolton pense irrationnelle l’idée que les journaux électroniques remplaceront un jour les médias traditionnels, y compris les journaux « papier ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les trois niveaux de structuration de l'information
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-1.png
Fichier image/png, 335k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-2.png
Fichier image/png, 162k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-3.png
Fichier image/png, 140k
Légende Figure 3. Nombre total d'hyperstructures par journal sur une semaine
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-4.png
Fichier image/png, 434k
Légende Figure 4. Nombre d'hyperstructures issues d'un éclatement ou d'un regroupement
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-5.png
Fichier image/png, 487k
Légende Figure 5. Les genres auto-désignés dans l'article principal
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-6.png
Fichier image/png, 439k
Légende Figure 6. Le nombre d'articles auto-désignés et non auto-désignés
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-7.png
Fichier image/png, 455k
Légende Figure 7. Nombre d'articles auxiliaires auto-désignés
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-8.png
Fichier image/png, 467k
Légende Figure 8. Comparaison de deux fonctions de l’hyperstructure : la mise en évidence ou l'allégement
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-9.png
Fichier image/png, 450k
Légende Figure 9. La forte présence d'images dans les hyperstructures
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-10.png
Fichier image/png, 424k
Légende Figure 10. La dominance de la photographie dans les images
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-11.png
Fichier image/png, 450k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/2654/img-12.png
Fichier image/png, 616k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Lugrin, « Le mélange des genres dans l’hyperstructure », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/2654

Haut de page

Auteur

Gilles Lugrin

Centre de Recherches en Linguistique Textuelle et Analyse des Discours - Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page