Navigation – Plan du site

Dans une histoire drôle, où est le sujet ?

Bernard Lefort

Texte intégral

Avant-propos

1Ma contribution à cette table ronde se présente comme une interrogation d’un psychologue d’orientation cognitiviste dont l’objet d’étude (et c’est là son intérêt intellectuel) soulève de nombreuses questions. Il s’agit, en effet, d’étudier les processus à l’œuvre dans la production, la compréhension et l’appréciation des histoires drôles.

2La question de l’inscription du sujet dans un texte s’est posée lors d’une recherche à propos de l’autodérision. Mais avant d’aborder ce cas particulier, il peut être utile de résumer les idées essentielles qui caractérisent l’approche cognitive à propos d’un texte en général et d’un texte humoristique.

Un texte ou des sujets ?

3Un texte, pour la psychologie cognitive, est un ensemble de traces sonores ou graphiques qui ont le mérite d’être observables. C’est notamment le cas du texte écrit qui peut être lu, relu, analysé de manière détaillée. Mais ce texte n’a pas de sens en soi. Telle est la position de  Le Ny (1987) qui souligne que le sens est toujours le résultat d’un processus de traitement de la part d’un sujet. Ainsi, derrière le texte il y a toujours un sujet. Il y a même deux sujets au moins, car le texte a été, à l’origine, produit par quelqu’un d’autre, qui a mis en mots des représentations mentales selon des règles codifiées et communes à un groupe linguistique et culturel. Cet ensemble de traces codifiées constitue le texte dont parle Le Ny.

4En psychologie sociale, la réussite du processus de communication suppose que le lecteur (ou auditeur) en transformant ce texte en représentations, c’est-à-dire en lui donnant du sens, parvienne à construire des représentations proches de celles que l’auteur voulait qu’il construise. Le sens est donc, en quelque sorte « co-construit » (Ghiglione 1986).

5Comme le souligne Le Ny, ce que nous appelons communément le sens du texte ce sont en réalité, les significations psychologiques élaborées par un ensemble de sujets, significations qui finalement varient assez peu d’un sujet à un autre en raison de connaissances partagées.

6Il en est de même pour la langue qui doit être conçue comme une réalité psychologique. Certes, il ne s’agit pas de nier son existence comme réalité sociale mais de souligner qu’elle existe aussi et surtout dans l’intellect des sujets. C’est parce qu’elle est commune que la communication est possible.

7On voit que, dans ce cadre, ce qui intéresse le psychologue ce n’est pas tant le texte que les sujets qui le produisent ou qui le comprennent. Derrière un texte, il y a toujours des sujets.

Des processus d’un sujet

8La psychologie s’intéresse au sujet mais un sujet entendu comme un « être psychique » et elle cherche, en outre, à l’appréhender de manière rigoureuse. Et là, tout se complique car l’esprit, réalité immatérielle, ne se donne pas à voir directement. Le psychologue travaille donc par inférence afin de tenter de décrire les représentations mentales inaccessibles à l’observation. Parmi celles-ci et lors de la production et la compréhension de textes, on distingue généralement des représentations permanentes et des représentations circonstancielles. Les premières sont appelées par Richard (1990) des connaissances.

9Ainsi comprendre un texte consiste à activer des connaissances pour élaborer des représentations de ce que veut dire celui qui a produit ce texte. C’est ainsi que le sujet donne du sens. Cette représentation sémantique est différente de la structure lexico-syntaxique. Elle est, au départ, circonstancielle, construite sur le moment, susceptible d’évolution, de rectification et d’être éventuellement mémorisée à plus long terme.

10Si le sujet, on le voit, est bien au cœur de l’approche cognitive, celui-ci est abordé d’une certaine manière. Ce n’est pas la personne même de celui qui produit ou qui comprend un texte qui l’intéresse. L’analyse décompose ce sujet en structures et en processus, au risque d’oublier qu’il forme une unité identifiée comme telle par les autres et par lui-même.

Des traces d’un sujet

11Nous savons, cependant, que la langue permet à celui qui produit un texte de se désigner comme l’auteur du propos et de se dire locuteur. Le pronom « je » permet l’appropriation de la langue par le sujet, mais « je » ne désigne pas n’importe quel sujet. De ce fait, il est la marque d’un rôle qui, dans les interactions sociales, est interchangeable.

12La langue permet le discours rapporté où « je » peut dire ce qu’un autre « je » a dit. Elle permet aussi au locuteur de s’engager dans son propos et de donner des indications sur ses propres attitudes mentales. Ce sont des possibilités non des nécessités. On peut donc considérer avec Blanchet (1991) que tout auteur d’un énoncé dispose de stratégies de prise de distance à l’égard de son propos. On peut ainsi distinguer différents types de discours qui vont du propos vérifiable et totalement assumé par son auteur jusqu’au propos à la fois invérifiable et anonyme, et donc doublement opaque. Dans ce cas, les traces du sujet sont pour le moins brouillées.

Des textes « drôles »

13De ce rappel, on peut déduire quelques remarques à propos de l’histoire drôle. Tout d’abord, malgré sa brièveté, elle répond aux principales caractéristiques qui définissent tout texte. Elle se présente comme un ensemble d’énoncés organisés en une unité relativement cohérente ayant un début et une fin.

14Certains auteurs ont proposé, comme le souligne Defays (1999), des définitions qui se réfèrent à leurs propres réactions. C’est, par exemple, le cas de Freud (1905) ou encore Sareil (1984). Ce sont des positions assez proches de celle de Jose et Brewer (1984) qui, à propos du roman, soulignent que c’est la réaction émotive du lecteur au récit qui fait finalement l’histoire. Le mérite de telles définitions du mot d’esprit, du texte comique ou d’une histoire romanesque est de ne pas oublier l’essentiel, à savoir le récepteur (lecteur ou auditeur) et sa relation avec le texte.

15Mais il faut se méfier des conceptions égocentriques. Si un texte n’a pas de sens en soi, on peut déduire qu’une histoire n’est pas drôle en soi. C’est l’auditeur ou le lecteur qui élabore sens et drôlerie. Le comique, l’humour, la drôlerie n’existent pas indépendamment des acteurs (celui qui produit le texte et celui qui le comprend).

16Certes, il ne s’agit pas de verser dans l’excès inverse et d’oublier le texte. Ainsi à la question qui intéresse actuellement la psychologie cognitive : « Comment à partir de mots produits par d’autres un lecteur peut produire du sens (et quel sens) ? », s’ajoute une autre lorsqu’on s’intéresse à l’histoire drôle : « Comment une réaction comme le rire peut-elle se produire ? »

Dualité du sujet

17En ce qui concerne l’élaboration du sens, nous l’avons déjà vu partiellement, le sujet utilise ses connaissances pour produire des représentations circonstancielles. Celles-ci existent dans son intellect. Le sujet est nécessairement dans sa lecture comme la lecture est nécessairement un processus développé à propos du texte.

18Il reste que la position développée jusqu’à présent peut très bien aboutir, après avoir mis en avant le sujet, à le réduire à un ensemble de processus d’activation amorcés par le texte. La métaphore du « computer » conduit vite à le concevoir comme une machine qui traite un texte élaboré par un autre « computer », une « interface » entre le texte et des connaissances en mémoire.

19Les représentations sont à considérer comme partie constituante du sujet lui-même. Elles sont le produit relativement stable de ses expériences. Elles ont été élaborées au gré des circonstances (ce qui permet de nuancer l’opposition théorique entre représentations permanentes et représentations circonstancielles). Il y a des circonstances plus marquantes que d’autres. Il y en a aussi de plus fréquentes et de plus communes. Cette dernière remarque permet de souligner l’existence de représentations sociales qui sont partagées. Elles sont tout à la fois individuelles et sociales. Produits de la communication et autorisant la communication. De ce fait, l’individu lui-même peut apparaître selon la perspective que l’on adopte comme le produit d’un milieu social qui le modèle et le structure ou comme un sujet qui se structure par sa propre activité.

20En réalité, le sujet se construit en fonction de ses structures et de ses connaissances, et cela en relation avec un milieu. A l’image du langage : il pense avec « ses mots » (en fait, des images de mots) qui sont aussi les mots des autres. Il est donc, à la fois, produit et acteur. Cette double réalité est à rapprocher de la distinction que font Lewis et Brooks-Gunn (1979) à propos de la personnalité entre un soi existentiel et un soi catégoriel. Elle est susceptible aussi d’éclairer ce qui se produit lors du traitement de l’information. En effet, si les représentations permanentes sont le résultat d’expériences passées, celles-ci sont à la fois nombreuses et variées à tel point que l’on peut se demander comment le sujet peut-il faire pour penser de manière relativement cohérente et adaptée à chaque situation compte tenu de cette variété ?

Dualité de processus

21La réponse est loin d’être facile. Elle ne peut qu’être esquissée. Elle s’appuie sur l’existence de processus automatiques et de processus contrôlés. Les capacités de traitement contrôlé sont extrêmement limitées. En revanche, le sujet dispose de nombreux automatismes dont certains, bien structurés, permettent de soulager le contrôle attentionnel. Celui-ci peut alors être consacré à la supervision de l’activité. Il peut être rétroactif, autorisant la rectification du résultat d’un traitement. Le sujet peut ainsi corriger ses erreurs lors de la production d’un texte ou lors de la compréhension.

22Cette caractéristique est particulièrement importante lorsqu’on s’intéresse à la compréhension des histoires drôles. Bon nombre d’auteurs (linguistes ou psychologues) ont, en effet, souligné, avec des termes parfois différents, que les histoires drôles comportent souvent une incongruité, une ambiguïté ou une rupture sémantique qui oblige l’auditeur ou le lecteur à revenir sur l’interprétation première du texte pour rectifier une représentation trop vite élaborée.

23Cela peut provenir d’un mot ou d’une expression pouvant être prise dans deux sens différents comme dans cet exemple rapporté par Cazeneuve (1984, 29) et attribué à Rivarol :

- Je vous écrirai sans faute.

- Ne vous gênez pas pour moi, écrivez comme d’habitude.

24Cette nécessité de revenir sur la première interprétation du texte peut provenir aussi tout simplement du fait que le sujet construit rapidement (et ici trop rapidement) la représentation la plus probable par inférence, à partir des mots que lui fournit son interlocuteur, comme dans cet exemple emprunté à Morin (1966, 114) :

La femme au volant, le mari à ses côtés :

La femme : Ah, ces piétons !

Le mari : D’accord, chérie, mais descends du trottoir.

25Les modèles qui tentent de rendre compte des processus psychologiques privilégient la réception du message. Ils s’inscrivent dans une tradition initiée par Kant (1846). L’incongruité surprend l’auditeur ou le lecteur. Celui-ci rit à la découverte du sens inattendu qui rétablit une certaine cohérence. Cette découverte est une condition nécessaire. Ainsi, ne pas comprendre ce qui est drôle n’est pas expérience plaisante pour le sujet, surtout si, autour de lui, d’autres éclatent de rire. Il y aurait donc dans le rire, un plaisir lié à une certaine maîtrise cognitive, après l’effet de surprise passé et résorbé par une résolution quasi instantanée. C’est en cela que la compréhension d’une histoire drôle se distingue d’une résolution de problème. La nouvelle représentation surgit rapidement comme dans les renversements figure-fond chers à la psychologie de la forme.

26Ainsi, le rire proviendrait d’une rectification de processus cognitifs, sous certaines conditions. Mais il s’agit là d’une description plus que d’une explication. L’intérêt : cela n’interdit pas qu’au plaisir de maîtrise cognitive puissent s’ajouter d’autres satisfactions plus directement liées aux contenus du message comme dans l’humour tendancieux.

Des contenus tendancieux

27La psychologie cognitive est assez démunie pour aborder cet humour. La raison provient peut-être du fait que (nous l’avons vu indirectement) ce que nous appelons « contenu » est toujours le résultat d’un processus d’élaboration. Poussé à l’extrême, le texte n’a pas de contenu. Paradoxalement, les théories développées à propos de l’humour tendancieux et du rire (mais il est vrai qu’elles sont nombreuses et parfois spéculatives) ont mis en avant les contenus qui affectent. L’approche (pas toujours explicitée) consiste à se considérer comme un lecteur ou auditeur universel et tenter à partir de là d’expliquer ce qui fait rire. On peut malgré tout justifier cette approche dans la mesure où les différents lecteurs-auditeurs partagent une culture et donc ne diffèrent pas fondamentalement les uns des autres.

28On peut ainsi étudier des corpus d’histoires pour souligner que les thèmes abordés concernent des domaines qui ne sont pas neutres socialement. A la limite, il n’y a pas de sujets tabous et même les sujets tabous se trouvent privilégiés. Cela ne veut pas dire que l’on peut, en n’importe quelle circonstance, rire de tout. Mais les histoires drôles mettent en mots des comportements qui ne sont généralement pas considérés comme convenables dans la réalité quotidienne. Une triple explication à cela. Nous sommes dans le domaine de la fiction et donc la question de la vérité et de la pertinence ne se pose pas. En plus, l’histoire drôle est en quelque sorte un genre qui autorise ce qui dans un autre cadre ne le serait pas. C’est une plaisanterie ; ce n’est donc pas sérieux ou comme disent les enfants : « c’est pour rire, pas pour de vrai ». Enfin, on est souvent dans l’ordre du propos rapporté et ce propos s’inscrit dans un monde particulier, celui de la plaisanterie : de ce fait, l’individu qui raconte une histoire ne se trouve pas fortement impliqué dans le propos.

29Mais même lorsqu’il ne s’agit pas de propos rapportés, l’humour permet de commettre certaines infractions en toute impunité. C’est notamment le cas des allusions tendancieuses. Flugel (1954) signale le jeu subtil qui consiste à émettre un message à double sens dont l’un est tendancieux. Ce sens tendancieux est relevé par l’auditeur. Cela permet alors à celui qui est à l’origine du message de lui faire endosser l’interprétation tendancieuse. C’est ce qui peut se produire dans le cas du sous-entendu qui par définition n’est pas dit explicitement. C’est aussi le cas de la contrepèterie (généralement tendancieuse) qui, lorsqu’elle n’est pas clairement signalée par son auteur, nécessite « d’avoir l’esprit mal tourné » pour la détecter.

30Dans la terminologie de Banchet, nous avons affaire à un message qui se caractérise par sa double opacification : le locuteur ne fait pas référence à son univers de croyances (opacification énonciative) et la question du rapport à la réalité ne se pose pas (opacification référentielle). Dans ce type de communication, le jeu est poussé à l’extrême. L’initiateur du jeu fait preuve d’une fausse mauvaise foi dans une situation où il y a connivence et complicité. Personne n’est dupe, même si l’initiateur fait l’innocent.

31Paradoxalement, c’est peut-être dans cette situation que les sujets sont le plus présents. Mais il ne faut pas les chercher dans les mots. Ils sont au-delà des mots grâce à cette connivence.

L’autodérision

32L’autodérision est une forme particulière d’humour tendancieux. Si l’on s’en tient à une définition formelle, celle-ci est simple. L’humour porte sur soi. Cependant, lorsqu’on tente d’approfondir cette définition plusieurs questions se posent. On peut s’interroger sur ce que signifie rire de soi et être la cible de son propre rire. On peut aussi se demander, notamment dans le cas des histoires drôles, qui est ce sujet qui se désigne comme locuteur et qui se moque de lui pour faire rire ou sourire quelqu’un d’autre. Que devient alors cette connivence dont on parlait précédemment ?

33En ce qui concerne la première question, plusieurs auteurs (ex. Zazzo 1983) soulignent qu’être capable de rire de soi, est une forme raffinée d’humour qui, dans la genèse intellectuelle, apparaît tardivement, sans doute vers l’adolescence. C’est à cette forme raffinée que certains comme Baudin (1985) préfèrent réserver le terme d’humour. Ils s’inscrivent ainsi dans une tradition qui nous vient entre autres d’un théoricien de la comédie, Ben Jonson, comme l’a souligné Escarpit (1960). L’humour est, à l’image de l’attitude de certains personnages de comédie anglaise, une forme de lucidité sur fond d’excentricité.

34Mais l’on peut noter des nuances dans les descriptions de cet humour. Celles-ci viennent en partie du fait qu’il y a des degrés dans la dérision. Il s’agit parfois de s’apercevoir que l’on se prend trop au sérieux ou que l’on prend trop au sérieux les désagréments de certaines situations qui vous affectent ce qui n’est pas tout à fait la même chose. C’est en ce dernier sens que Ionescu, Jacquet et Lhote (1997) définissent l’humour et le considèrent comme mécanisme de défense. Il est alors une épargne des affects douloureux que la situation présente devrait entraîner. A cette épargne peut s’ajouter le plaisir de faire un bon mot.

35L’exemple souvent cité est emprunté à Freud (1928). C’est celui de ce condamné à mort allant un lundi à la potence et qui s’écrie : « La semaine commence bien ! ».

36Dans ce cas, l’humour apparaît plutôt comme une prise de distance par rapport à une réalité trop impliquante qu’un véritable rire sur soi ou portant sur son propre comportement.

37Plus proche de l’autodérision serait cette histoire :

Je suis intelligent et beau. J’ai de l’esprit et je suis tolérant. Mais, par-dessus tout, je suis modeste.

38Ici, il y a clairement un locuteur. Celui-ci émet un propos qui, parce qu’il n’est pas parfaitement cohérent, signale du même coup l’autodérision sous-jacente. Ainsi mettre en avant ses qualités n’est pas compatible avec la modestie signalée dans la chute de l’histoire.

39Cependant, rire de soi est assez rare (si l’on excepte les situations où la cible en situation sociale doit faire bonne figure et montrer qu’elle accepte la plaisanterie), à tel point que, lorsqu’on recherche des exemples, on est amené à les puiser du côté de l’humour juif.

L’humour juif et l’autodérision

40Celui-ci est présenté comme l’exemple typique d’autodérision (STORA-SANDOR 1984). C’est un humour produit par des juifs qui se mettent en scène et souvent dans des situations où ils ne sortent pas valorisés, du moins dans une première lecture. Ces histoires sont donc doublement juives (au contraire des histoires belges qui sont des histoires françaises sur les belges). Le juif se moque de ses propres défauts et tourne en dérision certaines de ses valeurs. Souvent sale et avare ou même malhonnête, on comprend qu’il puisse se méprendre sur le sens de certains propos comme celui-ci analysé par Freud (1905) :

- As-tu pris un bain ?

- Comment ? en manquerait-il donc un ?

41Certaines histoires sont plus subtiles et nécessitent d’avoir à l’esprit cette image volontairement stéréotypée du juif pour les comprendre et éventuellement les apprécier, comme pour celle-ci :

Isaac rencontre Jacob dans la rue.

- Dis donc, tu peux me prêter un peu d’attention ?

- Certainement, répond Jacob, avec le plus grand intérêt.

42Ou encore celle-ci, dont la dérision est plus nettement marquée :

Isaac dit à Jacob :

- Tu sais, j’ai bien réfléchi : il n’y a qu’une seul moyen honnête pour gagner de l’argent.

- Ah, bon. Et comment ?

- Tu vois, j’en étais sûr que tu ne le connaissais pas.

43Si, en toute objectivité, il faut souligner que ces histoires ne sont pas si fréquentes que cela, même dans les recueils d'histoires juives, il reste aussi que l’on peut s’interroger sur ce que peut signifier cette autodérision.

44Une première interprétation consiste à rappeler que cet humour est une forme rare et raffinée. Tout le monde n’est pas capable de rire de soi. Le juif peut donc en tirer une certaine fierté. Weiss (1952) va même plus loin dans l’interprétation en la résumant par cette formule humoristique : « Regarde comme je suis fort. Je peux même montrer que je suis faible ».

45On peut aussi y voir un mécanisme de défense sociale qui consiste à produire cette dérision de manière contrôlée pour éviter que d’autres ne s’en chargent, de manière moins élégante et plus blessante. Comme le dit, à sa manière, le Cyrano d’Edmond Rostang en terminant une célèbre tirade faite de « folles plaisanteries » :

Je me les sers moi-même, avec assez de verve,

Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

46Pour Reik (1954), cette sorte de compulsion à l’autodérision pourrait cacher une forme subtile d’agressivité dirigée contre le monde extérieur lequel serait, en fin de compte le véritable responsable de ces défauts. En se critiquant, le juif critiquerait, en réalité, ses ennemis, comme le mélancolique qui se complaît dans sa souffrance et dans sa culpabilité pour mieux culpabiliser autrui. Tout se passe comme si ces histoires disaient implicitement : « Regardez ces misérables, faibles, gauches, mesquines et malheureuses créatures que vous avez fait de nous ». Selon Reik, l'histoire juive la plus typique serait celle-ci :

Quelle sorte d'ami êtes-vous pour vous asseoir et jouer aux cartes avec un ami qui s’assoit et joue aux cartes avec un ami comme vous !

47Ainsi, l'autodérision peut être forme subtile où l’autodérision initiale se termine en hétérodérision.

48Derrière ces analyses, on recherche un sujet, ou du moins des mécanismes psychologiques qui le caractérisent. Quel est ce sujet ? Celui qui a produit l’histoire à l’origine ? Les histoires drôles s’inscrivent dans une tradition que l’on peut qualifier d’orale, dans la mesure où celui qui rapporte l’histoire n’est généralement pas l’auteur initial. Le sujet est donc un sujet abstrait. C’est « le juif ». Mais le juif c’est aussi la personne qui rit. On a affaire à un juif « intersubjectif » pourrait-on dire. Un être individuel et social tout à la fois.

Qui est « je » ?

49L’autodérision n’est pas l’apanage d’un peuple. La question du sujet et de son rapport au texte peut sembler plus simple lorsqu’il y a la marque d’un locuteur qui se désigne et, en prenant la parole, semble assumer la responsabilité du propos comme ici :

Je n’ai pas peur de mourir mais je préfère ne pas être là quand cela arrivera.

50Cette histoire est considérée, par un échantillon de sujets appelés à classer des histoires, comme caractéristique de l’autodérision (Lefort et Riguet 1992). Mais à cet argument faisant appel au jugement d’autrui, il est aussi utile d’en ajouter d’autres. Le locuteur (avons-nous dit) se désigne explicitement par la première personne du singulier. De plus, le thème de la mort est susceptible d’affecter chacun d’entre nous. Même si le sens du propos est difficile à préciser dans le détail, on peut considérer que le locuteur se contredit laissant entendre par un propos « nonsensique » qu’il s’agit là d’une fausse fanfaronnade et d’une belle contradiction, à l’image de ces bambins qui, face à un danger réel ou imaginaire, disent avec force qu’ils n’ont pas peur ... pour se donner du courage. Autodérision donc dans une belle mise en mots où le locuteur montre sa peur (sans la dire), et suggère que celle-ci le pousse à des raisonnements jusqu’à l’absurde (désirer ne pas être là quand sa propre mort arrivera). Mais il y a, en même temps, reconnaissance lucide et jeu. C’est en cela qu’il y a humour d’autodérision. C’est, du moins l’interprétation que je peux proposer moi lecteur, sachant que le sens est toujours le résultat d’un processus psychologique et que c’est la moindre des choses de le reconnaître, ici.

51Cependant et malgré la marque du locuteur, des questions peuvent être posées. Ainsi, qui est ce « je » aisément repérable dans l’énoncé ? Au niveau grammatical, l’analyse est simple. Nous avons affaire à un pronom personnel qui remplace le nom d’un sujet. C’est aussi un déictique qui désigne non un individu particulier mais un rôle dans une interlocution.

52Pour un auteur, « je » peux être n’importe qui et donc « je » peut être inventé, créé pour l’histoire. Ce peut donc être personnage de fiction dont l’existence importe peu. C’est un sujet parce qu’il en faut bien un dans une phrase grammaticalement correcte. Certes l’invention n’émerge pas ex nihilo, Il y a toujours, à l’origine, l’inventeur et ses représentations. Sans parler du narrateur qui rapporte l’histoire parce qu’il l’a appréciée.

53Une analyse assez similaire peut être faite à propos de celui qui écoute ou lit cette histoire. Qui est « je ». Certes, il peut reconnaître ici un mot d’esprit de Woody Allen (mais celui-ci est-il le véritable inventeur ?). Peu importe, car comprendre et apprécier l’histoire, c’est donner du sens à partir de ses propres connaissances et de ses propres représentations. Le rieur rit avec ce qu’il est.

54Plus important est sans doute de voir que le texte est tel qu’il donne le choix entre deux interprétations du mot « je ». Ce peut être celui qui parle (« je » est un autre) mais l’auditeur peut se reconnaître dans les propos (« je » peut être moi). L’auditeur peut donc rire de lui-même et de ses propres faiblesses. Il peut aussi rire de l’autre, en oubliant que les propos de cet autre ont été compris parce qu’il existe des représentations partagées.

Conclusion

55Le texte n’est qu’une abstraction. En amont et en aval, il y a des représentations. En soulignant que le texte n’a pas de sens en soi, en soulignant qu’une histoire dite drôle ne l’est pas en soi, le sujet se trouve mis en avant. Mais le sujet de la psychologie cognitive est lui aussi une abstraction. Il est appréhendé comme un ensemble de processus de traitement, au risque d’oublier l’unité et la spécificité de la personne. Certes, l’auteur du texte peut laisser des marques personnelles explicites ou implicites dans son propos mais celles-ci sont toujours décodées par quelqu’un d’autre.

56La communication réussit parce que les représentations sont partagées. En soulignant l’importance de l’intersubjectivité, il devient difficile de séparer l’auteur d’un texte et son lecteur (ou son auditeur). Le texte est en quelque sorte l’interface matérielle du processus de communication.

57Le cas des histoires drôles montre que, même les ambiguïtés, les allusions, les sous-entendus sont susceptibles d’être communiqués par delà les mots. Mais dans ce cas particulier, à la compréhension s’ajoute l’appréciation ou le rire. Celui-ci va sans doute au-delà d’un processus cognitif activant des connaissances partagées (au sens où on l’entend habituellement). Pour le comprendre il faut imaginer une connivence ou une « adhésion affective » (Bariaud 1983). Cette connivence ou cette adhésion est aussi de l’ordre d’un partage réel ou supposé, d’une intersubjectivité réelle ou supposée. Ainsi l’autodérision illustrée par l’humour juif indique quelque chose de plus que le simple processus de compréhension. Le sujet porte un regard sur lui-même et réagit en se regardant. Mais ce sujet reste abstrait. C’est le représentant d’une communauté. Difficile donc de dire, si celui qui rit (le sujet singulier), rit de lui-même ou des autres. La même difficulté se retrouve lorsque l’autodérision est signalée par des marques d’énonciation, puisque « je » est la marque d’une personne ... grammaticale, c’est-à-dire d’un rôle. Parce que la compréhension est un processus psychologique, le lecteur (ou l’auditeur) dispose d’une certaine marge d’interprétation.

58On peut terminer ce questionnement par quelques remarques qui mériteraient approfondissement. Tout d’abord, ce qui est sans doute le mieux compris, c’est ce qui est le mieux partagé, c’est-à-dire ce qui est le plus commun. C’est donc lorsque le texte offre une part de liberté au lecteur que son interprétation est susceptible de révéler quelque chose de lui-même (comme personne singulière) mais qui est en quelque sorte caché dans les éléments les moins explicites et les moins conventionnels du texte.

59C’est peut-être là que la distinction entre un soi existentiel et un soi catégoriel, faite à propos de la personnalité, serait à rapprocher des deux modalités du fonctionnement cognitif. Il y a des processus automatiques et des processus contrôlés. Il y a un processus de traitement de l’information et un jugement sur le processus de traitement. Il y a un sujet qui produit du sens et un sujet qui juge de la pertinence de ce sens et éventuellement le rectifie. Il y a un sujet qui rit et Il y a un sujet qui s’arrête de rire et cherche une explication à ce rire. Mais il ne s’agit pas d’y voir là un dédoublement de la personnalité. C’est le même sujet à deux moments différents. Ainsi se demander pourquoi « je » rit, c’est tenter de se penser comme un objet ; c’est penser autrement ; c’est arrêter de rire. Le soi existentiel a quelque chose d’insaisissable, y compris pour le sujet lui-même. Le sujet est un être dynamique, alors que le texte (notamment lorsqu’il est écrit) se fige dès qu’il est produit.

60Qu’en est-il de l’auteur d’un texte ? On peut raisonnablement penser qu’il en est de même. Dans un texte, il y a nécessairement trace d’un sujet, mais d’un sujet dont les expériences et les connaissances ne sont pas fondamentalement différentes de celles des autres sujets. Il y a plus d’intersubjectivité (peut-être faudrait-il dire d’intertextualité) que de spécificité dans son texte.

61Il reste qu’un analyste extérieur n’est pas forcément le plus mal placé pour découvrir cette spécificité, à condition de garder à l’esprit que c’est lui qui cherche cette spécificité et que le sens caché qu’il découvre, c’est lui qui l’élabore. Bref, il convient de ne pas oublier que l’interrogation à propos de l’inscription de l’auteur dans son texte ne peut guère faire l’économie d’une interrogation à propos de la lecture du texte.

Haut de page

Bibliographie

BLANCHET A., Dire et faire dire. L'entretien, A.Colin, 1991.

BARIAUD F., La genèse de l’humour chez l’enfant, PUF, 1983.

Baudin H., « Comique et affectivité : l’humour », in Cahier, Comique, Communication, 3, 133-150, 1985.

Cazeneuve J., Le mot pour rire, La table ronde, 1984.

Defays J-M., « Les problèmes de l’analyse du discours comique », in Defays J-M et Rosier L, Approches du discours comique, Bruxelles : Mardaga, 13-20, 1999.

Escarpit R., L'humour, PUF, 1960.

Flugel J. C., « Humor and laught », in Lindzay G., Handbook of social psychology, Cambridge, Addison-Wesley,II, 709-734, 1954.

Freud S. [1905] Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient. Trad. Bonaparte et Nathan , Paris, Gallimard, 1930.

Freud S. [1928] « L’humour », in Imago, publié en appendice in Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient. Trad. Bonaparte et Nathan, Paris, Gallimard, 1930.

Ghiglione R., L'homme communiquant, A. Colin, 1986.

Ionsecu S., Jacquet M-M, Lhote C., Les mécanismes de défense, Nathan, 1997.

Jose P.E., Brewer W.F., « The development of story liking, Character identification, suspense and outcome resolution, » Developmental Psychology, 20, 911-924, 1984.

Kant E. [1846] Critique de la faculté de juger. Trad. Philonenko, Paris : Vrin, 1989.

Le Ny J-F., « Sémantique psychologique » in Rondal J., Thibaut J.P., Problèmes de psycholinguistique. Bruxelles : Mardaga, 13-85, 1987.

Lefort B., Riguet M., « Humour et formation : une recherche exploratoire », in Les Cahiers du C.R.E.L.E.F., 33, 117-139, 1992.

Lewis M., Brooks-Gunn J., Social cognition and the acquisition of the self. New-york, Wiley, 1979.

Morin V., « L’histoire drôle », in Communications, 8, 102-119, 1966.

Reik T. [1954] « Freud and Jewish wit », in Psychoanalysis, 2, 13-28.

Richard J.F., Les activités mentales, A. Colin, 1990.

Sareil J., L’écriture comique, PUF, 1984.

Stora-Sandor J., L’humour juif dans la littérature, de Job à Woddy Allen, PUF, 1984.

Weiss L., « L’humour juif. Approche philosophique », in Revue de Philosophie, 87, 56-81, 1952.

Zazzo R., « Préface », in Bariaud F., La genèse de l’humour chez l’enfant, Paris : PUF.7-12, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lefort, « Dans une histoire drôle, où est le sujet ? », Semen [En ligne], 14 | 2002, mis en ligne le 02 février 2007, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://semen.revues.org/2526

Haut de page

Auteur

Bernard Lefort

Laboratoire de psychologie - Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page