Navigation – Plan du site

Le caractère relatif et ambigu du concept traditionnel de métaphore et la construction du sens lexical

Patricia Schulz

Texte intégral

1. Introduction

1Nos réflexions sur la métaphore ont pris leur point de départ sur un constat : il s’agit de l’incompatibilité fondamentale que présente la théorie de l’argumentation dans la langue (ADL) – développée par J.- C. Anscombre et O. Ducrot depuis 1973 –avec le concept de métaphore. Décrire cette incompatibilité entre une théorie fondée sur une « argumentation intrinsèque aux mots » et cette figure traditionnelle constituera le premier point de développement de ce texte. Une fois posée cette divergence, il faudra, dans un deuxième point, réexaminer le concept de métaphore – étudier ses différents aspects et implications théoriques – afin de chercher une solution à notre interrogation, i.e. à cette incompatibilité. Nous verrons alors que ce concept suppose l’adoption d’un point de vue théorique que nous qualifions de référentialiste. Il s’ensuivra que, loin de contribuer à son enrichissement, la métaphore va à l’encontre d’un pouvoir propre à la langue. Le troisième point aura pour objectif de développer, en ce sens, une critique de la métaphore en indiquant son caractère ambigu, mais aussi son caractère relatif en tant qu’instrument descriptif. Et nous esquisserons, pour terminer, une description du sens lexical telle qu’il faudrait l’envisager en se passant du concept de métaphore.

2. Une confrontation de deux approches : la « théorie de la métaphore » contre la théorie de l’argumentation dans la langue

2.1. Emploi métaphorique vs emploi non métaphorique

2Ce qui caractérise très généralement la métaphore, c’est ce que j’appellerai l’altération ou l’abandon de la signification littérale. Désignons par signification littérale toute signification linguistiquement attachée à un terme, cette valeur donc qu’une entité possède de façon stable en tant qu’élément de la langue. L’emploi métaphorique d’une expression (que ce soit un mot, un syntagme, un énoncé ou un discours plus complexe) se décrit alors par un non-respect ou, si on veut, un abandon de cette valeur linguistique centrale.

3Cet abandon de la valeur linguistique peut être observé lorsqu’on oppose un emploi métaphorique à un emploi non métaphorique d’une seule et même expression M. Observons cette opposition dans les discours suivants :

1)

E1 : Sa grand-mère est à l’agonie. (emploi M1 de être à l’agonie)

E2 :Le système politique russe est à l’agonie. (emploi M2 de être à l’agonie)

2)

E1 : un être vivant.

E2 : une preuve vivante.

3)

E1 : Au milieu de la chambre, une touffe de dattier a pris racine. (M. Du Camp, Le Nil, Egypte et Nubie, 1854, p. 164)

E2 : …un noisetier sous lequel un pêcheur avait pris racine. (M. Proust, Du côté de chez Swann, 1913, p. 167)

4)

E1 : J’ai passé une heure dans ce magasin pour (acheter) des haricots !

E2 : J’avais fait les frais d’un taxi, dépensé cent balles et monté cinq étages pour des haricots. Maurice Badoux n’était pas le jeune homme pisté la veille. (Léo Malet, Fièvre au Marais, p. 38.)

4Les expressions en italique sont celles qui sont traditionnellement opposées dans le cadre d’une réflexion métaphorique. Dans E1, M est alors généralement considérée comme étant en emploi littéral, i.e. comme réalisant la valeur proprement linguistique de M. Contrairement à l’emploi fait du même M dans l’énoncé correspondant E2 considéré comme étant en emploi métaphorique. Ainsi, on oppose deux emplois de prendre racine dans le troisième couple : en prenant la description de cette expression proposée par le Petit Robert, on lui attribuera, dans E1, le sens de « développer la partie axiale […] qui croît en sens inverse de la tige et par laquelle la plante se fixe et absorbe les éléments dont elle se nourrit ». Sens qu’on n’attribuera pas à son emploi dans E2, où prendre racine est dit à propos d’un pêcheur. De même dans le couple d’exemples 2), où on oppose un être réellement en vie à un emploi de vivant qui se détache de cette idée de « vie ». Ou encore dans 1), où une agonie « réelle » – la grand-mère dans les instants précédant sa mort – est opposée à un « semblant » d’agonie, c'est-à-dire à l’état désastreux dans lequel se trouve le système politique russe, et ainsi de suite.

5La description traditionnelle se fonde donc sur une telle opposition des emplois, entre un emploi réalisant la signification littérale, profonde, linguistique de M, contre un emploi de M non littéral, c’est-à-dire ne réalisant pas sa valeur intrinsèque. La métaphore équivaut à un emploi fondamentalement non littéral.

6Une autre façon d’illustrer l’opposition en question consiste à utiliser le concept traditionnel de changement de signification. Dans la mesure où M ne réalise pas la signification linguistique, on dit qu’elle prend une signification nouvelle, plus exactement un sens nouveau — sens qui lui est attaché momentanément, i.e. par la seule vertu du discours.

7C’est à une telle description que nous nous sommes heurtée en la confrontant aux principes descriptifs de la théorie de l’argumentation.

2.2. Postuler une seule valeur sémantique fondamentale aux deux emplois

8Au centre de la théorie de l’argumentation dans la langue (ADL) se trouve l’hypothèse d’une orientation argumentative inhérente aux entités de la langue. Dans l’optique de la version standard de cette théorie, développée dans la première moitié des années 90, les mots ont fondamentalement pour effet d’orienter le discours, i.e. d’amener un interlocuteur vers un certain type de « conclusion ». Cette orientation est inhérente aux entités linguistiques mêmes1. Le sens d’une expression pourra ainsi avant tout se lire dans l’orientation discursive qu’elle donne à un énoncé. Pour prendre un exemple, un énoncé comme il fait beau est argumentativement, i.e. linguistiquement orienté vers allons nous promener, allons à la plage ou, encore, tout simplement vers faisons quelque chose, sortons. C’est que l’expression française beau temps convoque l’idée que le beau temps est favorable à la sortie. L’argumentation est dans les mots, dans la mesure où la conclusion de la sortie est rendue possible par la seule valeur linguistique des mots et non pas par une expérience extralinguistique, même si celle-ci peut s’y accorder : c’est le mot même beau temps qui est relié au divertissement.

9Dans ce cadre, notre interrogation a été la suivante : si les mots ont avant tout pour fonction d’orienter le discours, à travers notamment leur valeur sémantique profonde, pourquoi l’emploi dit « métaphorique » ne réaliserait-il pas, de son côté, une telle valeur sémantique profonde, en maintenant l’orientation discursive inhérente à l’expression en tant qu’élément d’un système ? En examinant les emplois dits métaphoriques sous cet angle, nous avons été amenée à faire une hypothèse concernant la valeur « argumentative » de la métaphore. Là où la tradition perçoit avant tout un changement de sens – se manifestant en une opposition des emplois –, nous faisons le choix d’assimiler les deux emplois, de les apparenter et de postuler non seulement une valeur sémantique commune en langue, mais une même réalisation discursive. N’est-il pas en effet possible de voir dans les deux emplois de être à l’agonie (exemple 1) une orientation discursive analogue ? Dire à propos d’un objet X qu’il est à l’agonie, n’est-ce pas fondamentalement signaler à l’interlocuteur l’imminence de changements radicaux ? De même pour 2) : dire d’un « objet » qu’il est vivant, c’est avant tout indiquer une certaine attitude à prendre face à lui. Que l’on parle d’un enfant vivant ou d’une preuve vivante, c’est « l’effet de vie » qu’il nous inspire ou le plaisir qu’il nous procure. Ou encore l’exemple 4) : ici, l’expression pour des haricots tend à nous faire comprendre que la personne en question a fait beaucoup d’efforts pour, en fin de compte, n’obtenir que bien peu de choses : l’orientation discursive consiste à faire ressortir la vanité de l’effort, et cela aussi bien pour l’emploi appelé traditionnellement métaphorique que pour le non métaphorique2.

10Au-delà d’une description purement théorique, il nous semble que cette identité de sens peut s’observer dans la réalité des discours. Pour ne donner que deux exemples :

5) Boris Eltsine va mieux, mais le système, lui, est à l’agonie. (France Info, février 1997)

11C’est parce que être à l’agonie réalise ici sa valeur sémantique profonde – la même qui se réalise à propos de la grand-mère – que l’expression peut être combinée, par l’intermédiaire d’un mais, à l’état de santé d’une personne. Plus exactement, ce discours consiste à opposer un « mieux aller » à un « pis aller », peu importe qu’il soit physique ou autre. Regardons encore l’exemple 6) :

6) C’était une moite nuit de juin, avec, suspendu sur la capitale, un orage de Marseille qui menaçait toujours sans jamais passer aux actes. (Léo Malet, Le sapin pousse dans les caves, 1998, p. 9.)

12Selon nous, cet emploi de menacer va à l’encontre d’une conception polysémique habituelle de ce verbe en ce qu’il montre la proximité « argumentative » ou sémantique de deux emplois que la tradition distinguerait : le menacer utilisé ici peut donner lieu à un même type de discours que s’il était employé dans un contexte humain : à propos d’une personne, on dirait en effet tout aussi bien qu’elle menace toujours sans jamais passer aux actes.

3. La conception du sens littéral et le référentialisme

13Une fois posée cette incompatibilité entre la théorie de la métaphore et certains aspects théoriques de l’ADL, – i.e. entre la divergence des sens d’une part et leur identité de l’autre –, il faut se poser la question suivante : quels sont les aspects de la métaphore qui sont incompatibles avec le point de vue théorique de l’ADL et sa compréhension du sens ? À cet effet, il faut resituer la métaphore dans son cadre théorique. Examinons donc maintenant ses principaux aspects constitutifs afin de reconstruire, dans un second temps, les principes théoriques dont ce concept est tributaire.

3.1. La notion de sens littéral et le dédoublement de sens

14Un des aspects centraux du concept de métaphore réside dans le couple sens littéral/sens non littéral, qui est, nous l’avons vu, la condition d’identification de la métaphore. En réalité, ce modèle descriptif fait intervenir un dédoublement dans l’interprétation des entités linguistiques. Parler d’un sens littéral, qu’est-ce d’autre que de recourir, pour toute description, à l’opposition entre un signe et son occurrence ? Autrement dit, postuler un sens littéral, c’est dire qu’il y a coïncidence entre ce qui est attaché au signe lui-même et ce qui lui est attaché en tant qu’élément du discours. La métaphore résulte par conséquent d’une non-coïncidence ayant pour effet un dédoublement effectif.

15Cette opposition – nous parlons d’un dédoublement entre signification linguistique et sens discursif (ou pragmatique) – est particulièrement visible chez un auteur comme Searle (1978 et 1982), qui oppose systématiquement une signification des mots (ou de la phrase), i.e. une « sentence meaning », à un sens du locuteur, i.e. une « utterer’s meaning ». Dans l’exemple 8), ce dédoublement se manifesterait de la façon suivante. Le détective Nestor Burma est selon son habitude suspecté par le commissaire Faroux de la P.J. pour se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Le commissaire tarde pourtant à se montrer, ce qui se manifeste chez Burma, par une inquiétude croissante :

7) Autant attraper le taureau par les cornes et en avoir le cœur net. Rien n’est plus épuisant que l’incertitude inquiète. Je décrochai et composai le numéro de la P.J. (Léo Malet, Pas de bavards à la Muette, 1998, p. 32.)

16L’expression attraper le taureau par les cornes est métaphorique dans la mesure où elle ne réalise pas la « sentence meaning » qui serait quelque chose comme « empoigner/saisir les cornes d’un taureau ». Pour l’interpréter, il faut y ajouter une « utterer’s meaning », le sens que le locuteur désire y mettre, et qui serait quelque chose comme « passer à l’offensive en affrontant le commissaire Faroux ».

17La métaphore, dit-on aussi, fait ainsi coexister deux types de situations. À travers la signification linguistique de l’expression et le sens discursif momentanément attaché, elle construit deux réseaux sémantiques parallèles (particulièrement sensibles dans la métaphore filée). Dans l’exemple 8), une scène de tauromachie serait ainsi opposée à une situation conflictuelle entre le détective et la police judiciaire.

18Dans l’exemple 9), Dumarsais (1977 : 204) donne d’un énoncé de la Bible une description en dédoublant le sens, i.e. en opposant un sens phrastique à un sens discursif :

8) Quand Jésus-Christ a dit que « celui qui met la main à la charrue, et qui regarde derrière lui, n’est pas pour le royaume de Dieux » on voit bien qu’il n’a pas voulu dire [S1] qu’un laboureur qui, travaillant, tourne quelque fois la tête, n’est pas propre pour le ciel. […] Le vrai sens que ces paroles présentent naturellement à l’esprit, c’est que [S2] ceux qui ont commencé à mener une vie chrétienne, et à être les disciples de Jésus-Christ, ne doivent pas changer de conduite, ni de doctrine, s’ils veulent être sauvés. (c’est nous qui ajoutons [S1] et [S2]).

3.2. L’hypothèse référentialiste

19Ce qui nous intéresse, c’est la démarche interprétative stipulée par cette approche. En effet, toute compréhension et donc toute interprétation d’un signe suppose un procédé d’évaluation moyennant lequel on confronte le signe à son emploi ; moyennant lequel on compare la valeur linguistique à la valeur discursive. Or, cette approche n’est pas innocente. Ce dédoublement des données exige en fait l’hypothèse d’un « sens » préexistant à tout emploi de la langue. Autrement dit, la langue dépend, pour son interprétation, d’une réalité qui la surplombe. C’est à cette réalité qu’elle est toujours confrontée et comparée, c’est par rapport à elle qu’elle est jugée pour son adéquation (pour sa littéralité ou sa non-littéralité). L’hypothèse référentialiste consiste selon nous en ce dédoublement effectif des données, impliquant un sens qui préexiste à tout fonctionnement de la langue et dont ce dernier est tributaire.

20Le principe théorique dit « d’exprimabilité » de Searle (1972, 1, §5) illustre parfaitement ce type d’hypothèse référentialiste. En traduisant whatever can be meant, can be said, par tout ce qui peut être pensé (ou tout ce qui peut vouloir être signifié), peut être dit, Searle oppose en fait un to mean relatif à une pensée, voire une intention du locuteur – i.e. quelque chose qu’il a en tête, qu’il veut dire – à un to say, i.e. à une parole effectivement énonçable. Or, cette thèse exige que la « pensée » ou l’intention du locuteur est de nature différente du discours. Car, dans le cas contraire, le principe d’exprimabilité se ramènerait à une pure tautologie du type tout ce qui peut être dit, peut être dit (ou encore : tout ce qui est du discours, peut être dit), sous-entendant que la pensée est elle-même de nature discursive. Ce principe ne fait donc sens que si on admet à la fois, comme condition préalable au discours, une pensée ou un « sens » différent du discours et qui lui préexiste. C’est à propos de ces hypothèses que le principe pose ensuite que ce « sens » préexistant peut être transformé en discours de façon exhaustive. On retrouve donc, dans ce principe, le dédoublement langue/réalité. Le principe d’exprimabilité n’est que le symptôme d’une conception de la langue qui contient la réalité extralinguistique comme partie constitutive3.

21Le processus linguistique se conçoit donc à travers l’opposition, mieux, la comparaison de deux réalités. Or, évaluer la langue par rapport à quelque chose qui lui serait extérieur consiste fondamentalement à réduire cette langue à autre chose qu’à elle-même. Cela consiste à réduire sa structure à la structure de la pensée ou du monde. La métaphore s’inscrit, selon nous, dans une telle dynamique. Mais alors, elle est un phénomène foncièrement ambigu. Il s’ensuivra en effet que, contrairement aux apparences, elle n’est pas créatrice, car elle va à l’encontre de l’autonomie, i.e. du pouvoir créateur de la langue. Or, cette figure, résultant d’un choix théorique, n’est pas non plus nécessaire. Pour restituer à la langue son pouvoir, il faut donc abandonner ce concept. Essayons, dans une dernière étape, d’approfondir ces deux aspects.

4. Le pouvoir de la langue et la relativité de la métaphore

4.1. Le caractère ambigu et relatif de la métaphore

22Dans la tradition linguistique, la métaphore possède un pouvoir créateur. Elle est habituellement montrée comme ce qui libère la langue de ses propres contraintes. L’éloge de ce pouvoir créateur est allé en s’accroissant dans la deuxième moitié du XXe siècle, où il culmine avec les travaux de certains cognitivistes comme par exemple Lakoff/Johnson (1985). Qu’elle soit montrée comme un phénomène rapprochant des choses séparées (de par la langue) ou comme restructurant des domaines de l’expérience, elle aurait fondamentalement pour fonction de re-dynamiser la langue, enfermée dans certaines catégories. Mais n’est-ce pas nous-même qui l’enfermons dans ces catégories ? Et n’est-ce pas par le moyen même de la métaphore que nous reproduisons certaines catégorisations que justement nous voulons éviter ?

23Le phénomène clef permettant de répondre à cette question nous semble être le concept de ressemblance. L’effet principal de la métaphore consisterait à créer une ressemblance entre des choses naturellement, voire linguistiquement éloignées. C’est au moyen d’un tel rapprochement – de choses, de mots ou d’expériences séparés – que la métaphore transgresserait des catégories, i.e. un morcellement préexistant. Or, suite au développement présenté ci-dessus, on est bien obligé d’admettre que la ressemblance n’est elle-même qu’un effet du dédoublement. Pour voir une ressemblance, il faut déjà admettre une différence, il faut opposer des domaines de l’expérience, il faut postuler une opposition entre les emplois. Cette opposition est donc non pas naturelle, mais elle relève d’un choix descriptif. Elle n’existe non pas réellement – dans la langue (pas plus que dans le monde) –, mais elle vient de notre propre intention, de notre réflexion sur les choses. Ce n’est pas la langue elle-même qui cloisonne le monde dans les catégories que nous percevons. Mais c’est la métaphore, en insistant sur l’opposition catégorielle, qui sinon instaure, du moins perpétue une certaine vision séparatrice des choses. Pourquoi en effet distinguer une agonie « réelle », relative à des êtres vivants, d’un semblant d’agonie, relative aux choses ou aux objets ? Cette opposition n’est pas faite par la langue, c’est nous qui l’introduisons, en caractérisant notamment des emplois de « métaphoriques ». Après tout, il faut bien reconnaître que la langue emploie justement deux termes identiques4.

24Plus exactement, voir des métaphores relève d’un choix. Il faut, pour ce faire, adopter une certaine vision théorique, celle que nous avons qualifiée de « référentialiste ». Ce n’est qu’en opposant les expressions de la langue à une réalité extérieure dont on les fait dépendre que leur qualification en termes de métaphore se justifie. Ce n’est qu’en affirmant que le terme agonie qualifie intrinsèquement la mort des êtres vivants — ne pouvant en même temps s’appliquer à d’autres réalités — que l’idée d’une opposition des emplois et, par suite, d’un emploi métaphorique se justifie. L’ambiguïté de la métaphore réside donc dans le paradoxe suivant : on la dote d’un pouvoir créateur alors qu’en réalité elle n’est qu’un instrument au service du référentialisme, privant la langue de son autonomie en la morcelant selon une structure que notre réflexion projette dans le monde. En d’autres termes, la métaphore perpétue cette illusion que Jean-Claude Pariente (1995 : 411) appelle l’ «effet-pensée » et qui consiste à croire que derrière les mots il y a autre chose, une pensée ou une réalité.

25La métaphore n’est donc elle-même que l’effet d’un dédoublement opéré dans la description du sens. Elle est non pas un phénomène, mais une simple hypothèse. Autrement dit, elle est un concept et, dans la mesure où elle dépend d’un observateur, elle n’a pas de réalité linguistique, pas plus que n’importe quel autre concept, du moins si on accepte l’idée que les faits que nous isolons ne sont que les produits de nos réflexions que nous projetons pour ainsi dire dans la réalité même que nous essayons de décrire.

26Nous pouvons maintenant refermer le cercle ouvert au début de ce développement. Le cadre théorique adopté par la théorie de l’argumentation dans la langue n’a pas besoin de métaphores, car cette figure n’a plus lieu d’être dès lors qu’on suspend le dédoublement, dès lors qu’on efface derrière la langue un monde qui la dédouble. Il n’y a plus de sens à opposer deux usages d’une expression comme attraper le taureau par les cornes (consistant à opposer un taureau fictif à un taureau réel) : dans l’optique que nous adoptons, on ne rencontrera dans les deux cas qu’une suite de mots identiques, ayant une même valeur profonde, quelle que soit par ailleurs la situation à laquelle ces mots peuvent renvoyer.

27Comment par conséquent décrire les « métaphores » ? La question porte, plus exactement, sur la description du sens des mots : quelle description lexicale pouvons-nous donner pour éviter l’opposition due au changement de signification ? Esquissons, pour terminer, une approche sémantique qui fait l’économie du concept de métaphore.

4.2. Considérations sur la construction du sens lexical

28On sent bien généralement, lorsqu’on qualifie une expression de « métaphorique », une présence du sens linguistique des mots qui composent cette expression. C’est cette « présence » – à laquelle on renvoie d’ailleurs par le concept de ressemblance – qui nous semble devoir être exploitée. Selon nous, c’est la signification profonde des mots qui, à elle seule, donne aux expressions ce « pouvoir », cette « force » sémantique par laquelle la « métaphore » se profile. L’usage dit métaphorique est contraint dès le niveau sémantique profond et se calcule donc à la manière des usages non métaphoriques. Pour montrer l’approche que nous stipulons, nous aimerions brièvement décrire le sens de deux expressions.

29Ainsi pour nous l’expression : 

9) Jeter de l’argent par les fenêtres

30ne signifie que ce qu’elle signifie. Dans l’optique que nous désirons adopter, elle ne renvoie pas d’abord, de par sa signification linguistique profonde, à une situation du monde laquelle, une fois posée, permettrait de décider du caractère métaphorique ou non de son emploi. Elle ne peut et ne doit être décrite qu’à travers les seuls mots qui la composent, abstraction faite de toute situation extralinguistique. Sa force vient donc non pas d’un caractère métaphorique – qu’elle ne contient nullement en elle-même et qui n’est que l’effet d’une projection. Mais cette force lui provient de la combinaison des termes : l’argent, doté d’une valeur intrinsèque de « pouvoir », et quelque chose comme jeter par la fenêtre, signe, au contraire, d’insouciance, de négligence, voire de mépris. La force de cette expression lui provient du pouvoir « argumentatif » des termes qui la construisent. Elle vient d’un certain paradoxe résultant de l’idée de « traitement négligeant » (jeter + par la fenêtre : c’est vraiment ce dont on n’a que faire) d’un objet en lui-même signe de pouvoir et d’indépendance (l’argent). C’est à travers la valeur intrinsèque des mots que cette formule exprime un jugement, argumente, en construisant une « situation » purement discursive. Mais son interprétation elle-même est indépendante de toute situation. Elle doit être identique, quelle que soit la situation à laquelle elle renvoie.

31Une description analogue peut être proposée pour l’expression contenue en 10) :

10) Tu n’avais bien sûr pas le temps de répondre au téléphone : tu étais en train de regarder voler les mouches.

32Sa description n’impliquera pas, pour nous, une démarche référentialiste, i.e. un recours à l’acte qui consiste à suivre l’évolution des petits insectes dans l’air. Pour la décrire il faut confronter les mots que cette expression relie. Sa portée sémantique se fonde alors, d’une part, sur une notion de temps construit moyennant le verbe regarder : ce verbe signifie en gros l’intention d’un observateur à laquelle préside un certain intérêt (le temps qu’on y consacre en vaut donc la peine) ; ce verbe est de plus précédé de la forme progressive servant à déployer cette intention dans le temps en lui donnant ainsi encore plus de poids (de poids temporel). D’autre part, ces termes sont reliés au syntagme voler les mouches, c’est-à-dire à quelque chose de valeur sinon dépréciative, du moins futile et sans intérêt, valeur que le mot « mouche » contiendrait en langue (qu’on pense à la mouche à merde ou à la mouche à miel) et que le mot voler souligne par l’aspect sémantique de la « légèreté ». Ainsi, c’est la seule combinaison des mots qui donne à cette formule son pouvoir expressif : c’est au moyen de la signification linguistique profonde que l’expression donne un statement, construit un état de fait, i.e. donne une « argumentation » qu’on pourrait paraphraser par quelque chose comme : employer son temps à des futilités.

33Ces descriptions ne sont bien sûr que très sommaires, et il faudra les approfondir, en observant par exemple leur comportement dans le cadre de discours plus complexes. On pourra ainsi voir – comme on l’a d’ailleurs souvent fait remarquer – que des particules linguistiques apparemment aussi peu importantes qu’un article indéfini participent d’une façon très active à la construction, i.e. au sens de telles expressions :

11) J’ai payé 20 francs

a) pour des haricots

b) pour les haricots.

12) Je n’ai payé que 5 francs

a) pour des haricots

b) pour les
haricots.

34La façon de continuer l’énoncé en 11) par b) constituerait le procédé non marqué, contrairement à la suite par a) où l’article indéfini semble activement participer au sens formulaire : la présence de cet article semble donc nécessaire à la valeur « dépréciative » du syntagme pour des haricots, pouvant être paraphrasé par pas grand chose. C’est ce pas grand chose qui est en revanche difficile à admettre à la suite d’un énoncé comme 12), contenant la particule restrictive ne...que tout en évoquant une faible quantité d’argent : pour des haricots ne pouvant alors que difficilement se combiner avec cet énoncé, contrairement à la suite en b) où le syntagme non marqué rend l’interprétation tout à fait possible5.

35On pourrait nous faire le reproche que, pour nos descriptions, nous avons recours à des « formules », des « expressions formulaires »6 ou « figées », ayant un statut particulier en langue. Or, si nous le faisons, c’est justement que nous pensons que ces formules revêtent une importance cruciale en langue, et qu’elles sont par conséquent essentielle pour la description du sens des mots. Elles nous semblent dotées d’une valeur proprement heuristique dans la mesure où on peut faire l’hypothèse que si elles sont devenues « formulaires », c’est qu’elles illustrent un emploi parfaitement juste des mots, un emploi mettant en valeur, i.e. exploitant dans le vrai sens du terme leur portée sémantique profonde. Or cela signifie que c’est à partir de telles formules – et non en les excluant – qu’il faudrait décrire le sens linguistique des mots7.

5. Conclusion

36En guise de conclusion, on peut dire qu’il n’est pas besoin de faire des métaphores pour transgresser les règles et les capacités de la langue. La langue a son propre pouvoir, sans qu’on ait besoin de faire des métaphores. Le pouvoir des mots est à lui-même suffisant. La langue ne calque pas une réalité extralinguistique. Elle n’a pas pour fonction d’être le pendant de cette réalité, même si elle semble nous y renvoyer. Elle crée sa propre réalité de par le seul pouvoir des mots.

37Est-ce à dire que les écrivains et les poètes ne font pas de métaphores ? Pour être cohérent avec ce qui précède, il faut répondre par l’affirmative. La force de leur expression ne vient pas de leur volonté de faire du style, qui leur permettrait d’aller au-delà des moyens offerts par la langue. C’est bien au contraire parce qu’ils respectent la langue, parce qu’ils exploitent au plus profond les possibilités qu’elle offre. Parler de métaphore ne consiste qu’à réintroduire, malgré les poètes, et à l’encontre d’un certain dynamisme langagier, un morcellement qu’ils tentent justement d’éviter et de dépasser en se confiant au pouvoir de la langue.

Haut de page

Bibliographie

ANSCOMBRE J.- C. (1995) « De l’argumentation dans la langue à la théorie des topoï », in Théorie des topoï, J.- C. Anscombre (éd.), Paris, Kimé.

- (1998) « Regards sur la sémantique française contemporaine », Langages, 129, 37-51.

ANCOMBRE J.- C. et DUCROT O. (1983) L’argumentation dans la langue, Bruxelles, Mardaga.

- (1986) « Argumentativité et informativité », in De la métaphysique à la rhétorique, M. Meyer (éd.), Bruxelles, Université de Bruxelles.

CADIOT P. et HABERT B. (1997) « Aux sources de la polysémie nominale », Langue Française, 113, 24-34.

CADIOT P. et NEMO F. (1997) « Analytique des doubles caractérisations », Sémiotiques, 13, 123-143.

CAREL M. et SCHULZ P. « Proverbes et généricité », Langage et société, à paraître.

DUCROT O. et SCHAEFFER J.- M. (et alii) (1995) Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

DUMARSAIS C. C. (1977) Traité des tropes – ou des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Paris, Le Nouveau Commerce.

LAKOFF G. et JOHNSON M. (1985) La métaphore dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

PARIENTE J.- C. (1995) « Le langage », in Notions de philosophie, I, Paris, Folio, 365-422.

SCHULZ P. (2000) Description critique du concept traditionnel de métaphore, thèse de doctorat de l’E.H.E.S.S.

- (2002) « Le caractère relatif du concept de métaphore », Langue Française, à paraître.

SEARLE J. R. (1972) Les actes de langage, Paris, Minuit, chap. 1, § 5.

- (1978) « Literal Meaning », Erkenntnis, 13, 207-223.

- (1982) « La métaphore », in Sens et expression, chapitre 4, Paris, Minuit.

TAMBA I. (2000) « Le sens métaphorique argumentatif des proverbes », Cahiers de praxématique, 35, 39-57.

Haut de page

Notes

1 Dans un premier temps, l’ADL s’est focalisée sur des particules connectives ou modificatrices du type même, mais, presque, peu, un peu, etc., c’est-à-dire sur des mots « sémantiquement pauvres » selon la tradition (voir Anscombre/Ducrot 1983 et 1986). C’est avec l’arrivée des topoï — les garants des enchaînements constitutifs de la signification des « mots pleins » —que l’ADL a franchi le pas vers une description « argumentative » des entités proprement lexicales. Pour le cheminement théorique vu de façon globale, voir Anscombre (1995).
2 Pour l’approfondissement de l’orientation discursive propre à la métaphore voir Schulz (2000, 161 ssqq). La difficulté que l’on peut rencontrer à rapprocher les deux emplois traditionnellement séparés n’est pas un réel obstacle à ce type de description. Selon nous, elle montre seulement que le sens — et donc la description linguistique des expressions — n’est pas accessible immédiatement, à un niveau de surface de nos usages. En anticipant, on peut dire qu’une telle description nous amènera, comme Cadiot l’a déjà proposé dans ses travaux (voir par exemple Cadiot/Habert 1997 et Cadiot/Nemo 1997), à décrire le sens en tenant compte des emplois métaphorique des termes. Pour décrire un terme comme boîte, il faut par exemple prendre en considération aussi bien des usages comme boîte d’allumettes et la boîte (où l’on va pour danser). L’idée que le figuré est dérivé d’un propre deviendra par conséquent caduque.
3 Dans les termes de Ducrot (Ducrot/Schaeffer, 1995 : 270), c’est une langue qui perd toute « arbitrarité » et qui se voit « motivée » ou « justifiée par l’ordre naturel des choses ou de la pensée ». Dans ce contexte, Anscombre (1998 : 43) soutient qu’il en va là de la « constitution de la sémantique en science autonome » : adopter ce point de vue consiste à soutenir une « position réductionniste » de la langue. Selon ce même auteur, le logicisme, qui voit la langue comme un système formel en accord avec une certaine structure propre au monde, constitue donc un cas particulier de ce type de position, i.e. représente un type d’attitude réductionniste en sémantique linguistique (ibid.).
4 Pour le rôle aussi nécessaire qu’ambigu que joue la ressemblance dans le concept de métaphore, voir Schulz (2000 : 57 ssqq et 114 ssqq, et 2002).
5 Il faut préciser en plus que l’expression pour des haricots ne se construit que dans un contexte qu’on pourrait appeler « oppositif » : il semble exiger un argument allant en sens contraire, c’est-à-dire vers « une chose importante », signifié par 11) mais pas par 12). Sa force sémantique ne se construirait qu’à travers un tel contexte.
6 Pour une utilisation de la notion de « formule » et d’ «expression formulaire », voir par exemple Tamba (2000).
7 Cette hypothèse semble particulièrement vraie pour les proverbes. Dans un article sur le sens de quelques proverbes (Carel/Schulz, 2002), nous avons tenté de montrer qu’une expression proverbiale comme il n’y a pas de rose sans épines ne se construit pas sur une valeur « descriptiviste », i.e. référentialiste des mots. Par conséquent, tout recours à une description en termes de métaphore ne pourra s’avérer que fortement réductrice de la portée profonde de cette expression formulaire.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Schulz, « Le caractère relatif et ambigu du concept traditionnel de métaphore et la construction du sens lexical », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/2420

Haut de page

Auteur

Patricia Schulz

Célith – E.H.E.S.S. – Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page