Navigation – Plan du site

L’inscription de la subjectivité dans le discours diplomatique

Sivane Cohen-Wiesenfeld

Texte intégral

1Cette étude prend place dans le cadre d’un projet de recherche portant sur le discours diplomatique sous sa forme épistolaire, appréhendé à partir d’un corpus de correspondance diplomatique entre la France et l’Allemagne de 1870 à 1914.1

2Elle tente d'examiner s'il est possible de distinguer, à travers des textes qu'on pourrait qualifier sur le plan linguistique de « lisses », sous-modalisés, peu axiologiques et non focalisés – des mécanismes au travers desquels s'expriment des points de vue débouchant sur des prises de position subjectives. Pour ce faire, elle utilise la théorie du marquage linguistique selon laquelle l'attitude, les sentiments et les opinions de l’énonciateur à l'égard de ce qui est énoncé, s'inscrivent dans l'énonciation et peuvent donc être repérés dans le texte à partir de marques linguistiques même s’ils ne sont pas explicitement formulés.

1. Contraintes génériques propres à la correspondance diplomatique

3La correspondance diplomatique peut se diviser en deux sous-genres correspondant à des pratiques discursives nettement distinctes : les « dépêches », télégrammes et lettres échangés entre ambassadeurs et gouvernants d'un même pays (il s’agit le plus souvent de rapports adressés par l'ambassadeur en poste à l’étranger à son ministre), et les « notes », pièces écrites que les gouvernements de pays étrangers s'adressent entre eux, généralement par l’intermédiaire de leurs représentants.

4Ces deux sous-genres de la correspondance diplomatique sont soumis à des contraintes génériques extrêmement précises. Qu'il s'agisse du rapport ou de la note diplomatique, le locuteur, notamment, n'est pas censé exprimer ses vues et sentiments personnels, mais dans un cas, rapporter des faits tels quels, et dans l'autre convaincre rationnellement. Il va donc s'agir pour lui de gommer de son discours tout ce qui peut exprimer un point de vue personnel, ou signaler sa présence de façon incongrue. La correspondance diplomatique fait donc partie des genres de discours qui tendent à effacer la subjectivité du locuteur et à produire un effet d'objectivité.

5Bien qu'écrit sous forme de lettre, et présentant donc tout le dispositif énonciatif d'un texte épistolaire (présence d'un destinataire signataire de la missive s'adressant, sous forme de «je », à d'un destinateur réel, abondance des indices d’énonciation spatio-temporels) le rapport diplomatique se veut objectif, informatif et non argumentatif. Il doit par définition être complet et véridique, c'est-à-dire « exposer la situation telle qu'elle est » et de la manière « la plus objective qui soit » (Cahier 1962 : 158). Il est de plus soumis aux contraintes hiérarchiques, l’ambassadeur n’étant censé donner son opinion que lorsqu’on la lui demande.2 De plus, l’ethos du diplomate, peu à peu défini à partir du XVIIème siècle, correspond à peu près à celui de l’honnête homme, qui ne saurait se mettre en avant sans faire montre d’un manque d’éducation, comme le rappelle cette phrase caractéristique tirée d’une dépêche du 25 février 1891 de l’ambassadeur M. Herbette au ministre français des Affaires étrangères, M. Ribot, à la suite d’incidents diplomatiques survenus pendant le voyage de l’impératrice Frédérique à Paris :

 …Je tiens à exposer à Votre Excellence, bien que le moi soit haïssable, comment j’ai compris depuis cinq ans mon rôle à Berlin. 

6Quant à la note diplomatique, il s'agit d'une forme impersonnelle de communication écrite, soumise à un ensemble de règles strictes concernant la forme des documents, la terminologie employée et les formules de courtoisie qui relèvent du protocole. C'est donc un texte argumentatif à la 3ème personne, qui doit convaincre rationnellement, sans laisser apparaître la plus légère trace de partialité.

7Or, ces définitions claires et théoriques ne vont pas sans poser problème dans la pratique. Le statut particulier de l’ambassadeur, sa connaissance du terrain et l'importance de sa mission donnent un poids non négligeable à ses conseils et commentaires. De plus, les négociations auxquelles il participe ne sont accessibles que par son discours. Enfin, le dispositif énonciatif de son rapport, confidentiel, et rédigé à la première personne sous une forme épistolaire, favorise l'expression de la subjectivité.

8En outre, comme le souligne Raoul Genet dans son manuel de droit diplomatique, dans le rapport d'une conversation, « si l'agent doit s'efforcer de répéter scrupuleusement les termes mêmes dont s'est servi l'interlocuteur », il ne dira de ses propos « que l'essentiel utile à l'intelligence des répons » (Genet 1931 : 368). Néanmoins, il est difficile de détacher ce critère de pertinence de la subjectivité du locuteur. Est-il pertinent ou non de rapporter les éléments de communication non-verbaux liés à l’événement lui-même (sourires, mimiques…) ? Le problème des citations n’est pas moindre : est-il possible de rapporter exactement les propos d’un entretien ? Comment choisit-on de résumer les propos d’autrui ? Bien que son rapport doive être en principe informatif et objectif, la réalité du statut de l'ambassadeur permet et parfois exige de son discours une orientation argumentative qui ne pourra jamais se montrer ostensiblement et nécessitera l’emploi de techniques discursives d’indirection.

9Dans la mesure où c’est l’inscription du sujet dans le discours qui lui confère sa dimension argumentative, nous vérifierons par quels biais linguistiques le locuteur-ambassadeur peut inscrire sa subjectivité dans des textes qui sont censés être des rapports objectifs.

10Quant aux notes diplomatiques que les gouvernements étrangers échangent entre eux, si leur but est au contraire de convaincre la partie adverse et d'emporter son consentement par la rigueur du raisonnement, en bannissant toute équivoque, sous-entendus, expressions blessantes, etc., il s’agit bien dans la plupart des cas de faire prédominer un point de vue qui correspond à des intérêts, en particulier lors de négociations. Or l’émergence abrupte de ce point de vue qu'on peut qualifier de subjectif risque de faire échouer les négociations. Sous un effort de clarté et d'objectivité, il s'agit donc souvent pour le locuteur de faire avancer un point de vue « masqué ».

11De plus, les participants de la négociation, partenaires du discours, se font de leur propre place et de la place de l'autre3 toute une série d'images subjectives qui influencent le point de vue et déterminent la prise de position. Les textes qu’ils échangent mettent en place des scènes d’énonciation visant à légitimer un discours pour le rendre convaincant.4 Dans le deuxième volet de ce travail, nous tenterons de voir comment par des moyens linguistiques on peut mettre en place des images de soi et de l’autre contribuant à la construction d’une scénographie au service d’une stratégie argumentative, tout en sauvegardant les apparences de l’objectivité.

2. Subjectivité et rapport diplomatique

12L'énonciation du diplomate n'échappe pas aux règles fondamentales de tout discours, impliquant notamment la présence constitutive de l'énonciateur à l'intérieur de son discours mis en évidence depuis Benveniste ; cette subjectivité essentielle du discours pouvant s'exprimer sous forme explicite ou implicite.

13Benveniste (1966 : 237) distingue histoire et discours, le récit historique étant le lieu de l’effacement du locuteur et de l’objectivité, le discours marquant une intention d’influence du locuteur sur l’auditeur. Suivant les contraintes énoncées plus haut, le rapport diplomatique devrait s’apparenter dans la plupart des cas au récit, avec quelques passages discrets et révérencieux au discours. Or il n’en est rien. En effet, le rapport diplomatique comporte certes des scènes descriptives, mais surtout des récits d’entretiens, auxquels le locuteur a lui-même la plupart du temps participé activement. Or ces récits sont la plupart du temps rapportés sous une forme épistolaire (un locuteur-je s’adressant à un destinataire empirique), au discours direct impliquant donc l’utilisation du présent, le corps du récit et les incises mêlant souvent aoriste et passé composé :

A raison de l’émotion causée récemment en France et en Allemagne par certains articles de journaux et par l’incident belge, j’ai voulu dès mon retour à Berlin aller voir M. de Bülow. « Dans quelles dispositions êtes-vous lui demandais-je en entrant chez lui ? » Excellentes, me répondit-il en riant ! Je suis charmé de l’apprendre, ais-je repris, mais à lire vos journaux, on en douterait, car, depuis quelques temps, ils se sont incroyablement monté à propos des chevaux d’abord, puis au sujet des 4ème bataillons… Il est regrettable de lire, dans les organes officieux du Gouvernement eux-mêmes, que nous voulons troubler la paix, tandis que rien n’est moins vrai. Que nous réorganisions notre armée, cela est incontestable, cela est nécessaire ; il n’est pas une seule puissance en Europe qui n’en fasse autant ; vous-même, malgré les avantages que vous possédez sur les autres sous ce rapport, vous vous occupez sans relâche de la perfectionner.5

14Or le passé composé, défini par Benveniste comme « l’aoriste du discours » (1966 :249) est, surtout s’il est employé à la première personne, « …peu apte à convoyer la relation objective des évènements ». Il « établit un lien vivant entre l’événement passé et le présent » (…) « C’est le temps de celui qui relate les faits en témoin, en participant ; c’est donc aussi le temps que choisira quiconque veut faire retentir jusqu’à nous l’événement et le rattacher à notre présent. » (id. : 244)

15On peut également souligner ici l’opposition du nous et du vous qui permet à l’ambassadeur d’insister vis-à-vis de son destinataire (le ministre) sur son rôle de porte-parole de la France, et de présenter l’autre comme l’adversaire. Dans d’autres cas au contraire, le nous de l’énonciateur englobe son auditoire :

Sa présence… [du Prince de Bismarck] était pour nous un danger de tous les jours… en toute affaire, sa première idée était de prendre le contre-pied de nos intérêts. …Le nouveau Chancelier, nous fût-il aussi hostile que le précédent (…) exercera contre nous en Europe et en Allemagne une action moins efficace. (Dépêche du 23 mars 1890 d’Herbette à Ribot, sur la démission du Prince de Bismarck).

16Ce nous de l’énonciateur englobant son auditoire marque également l’appartenance à une collectivité dont l’ambassadeur est le représentant officiel en territoire étranger, et renvoie à une sorte de subjectivité collective, lié à l’ethos patriotique de l’ambassadeur, particulièrement marqué pendant les débuts de la IIIème République.

17Le mode du récit historique défini par Benveniste n’apparaît que rarement, et uniquement lorsque l’intention est bien, comme il le définit lui-même, de reléguer les faits dans le passé, de les présenter comme non pertinents pour le présent, le retour au présent et au futur marquant alors l’émergence de la subjectivité du locuteur qui adhère à son discours et devient prescriptif :

Peu de moments après, le prince de Polignac rencontrait le plénipotentiaire militaire d’Autriche, le comte de Welsersheimb, qui lui raconta avoir eu le matin même son audience du congé du Souverain allemand ; l’Empereur lui avait fait entendre que l’on sortait d’une crise grave qui aurait pu amener la guerre entre la France et l’Allemagne et il avait ajouté qu’il n’en était plus question et l’incident était fini….

Dans l’opinion du comte de Welsersheimb, il serait venu du Nord des représentations qui auraient eu sur cette question une influence décisive. Si le fait est vrai, et je n’en serais pas surpris, Votre Excellence en comprendra autant que moi l’importance.6

18Cette émergence du sujet dans le discours peut également passer par le mode implicite. Le locuteur crée alors ce que Kerbrat –Orecchioni nomme un effet d’objectivité, par lequel l’évaluation est détachée du locuteur, qui érige ainsi son appréciation personnelle en jugement de validité générale.

19On note, par exemple, l’emploi fréquent d’unités lexicales auxquelles sont attachées des présupposés, comme prétendre que. Elles sont alors souvent associées à des adjectifs axiologiques :

Comme à notre premier entretien, M. de Thile me témoigna un certain étonnement feint ou sincère de l’importance que j’attachais à ce point, prétendant que après tout ces prisonniers n’étaient pas si intéressants.

Si M. de Thile était le ministre dirigeant, ses assurances me donneraient un espoir sérieux ; malheureusement, tout le corps diplomatique sait que le Prince de Bismarck ne se tient nullement engagé par les paroles de M. de Thile.

…Un membre du corps diplomatique, me disait ces jours-ci : à Berlin, on est dans un état de méfiance permanent à votre égard. Rien n’est plus difficile que de causer avec les Ministres, ils évitent les conversations politiques. La société est à peu près dans les mêmes dispositions et un ministre qui sera à Berlin depuis vingt ans ne serait pas plus avancé dans sa confiance que le premier jour. Le mauvais vouloir contre la France perce malgré le silence gardé à ce sujet….tout le monde redoute le Prince de Bismarck et personne n’est tenté de se compromettre (dépêche du 25 janvier 1872 de Gontaut-Biron à Rémusat).

20On peut noter ici au passage l’emploi de l’adverbe « malheureusement » apportant un commentaire supplémentaire, et rappeler que Nolke considère l’adverbe contextuel comme « le véhicule par excellence du regard du locuteur ». Tout en présentant l’état de méfiance des dirigeants et de la société de Berlin vis-à-vis de la France, l’ambassadeur montre ici une image peu fiable et ennemie de l’interlocuteur allemand dont il convient de mettre la parole à distance.

21La subjectivité axiologique semble autorisée et même de mise dans certains cas extrêmes, comme par exemple dans cette dépêche du 22/7/95 citant la presse allemande au sujet « des aveux du Prince de Bismarck sur la transformation de la dépêche d’Ems » :

…ce n’était pas là une falsification « puisqu’il n’a été opéré dans le télégramme royal ni addition ni interpolation mais de simples coupures » ; voilà le raisonnement misérable des organes de l’opposition libérale elle-même. 

22Et au sujet de Bismarck dans la même dépêche :

L’auteur du méfait regrette peut-être d’avoir divulgué le bon tour qu’il nous a joué en nous poussant, il y a vingt-cinq ans, à la guerre par simulation d’une insulte ; mais il n’essaie guère de s’en disculper.

23D’une façon générale, il semble que les personnages de Bismarck et de Guillaume II puissent faire l’objet de jugements de valeur passant par l’emploi de termes axiologiques :

On en vient à se demander si ce jeune Souverain n’est pas déjà passé maître en ruse et en dissimulation… un despote qui attend son heure (dépêche du 1er avril 1890 de l’ambassadeur Herbette au ministre des affaires étrangères Ribot).

24Ces observations peuvent opportunément être mises dans la bouche d’un tiers, l’emploi du discours rapporté permettant ainsi au locuteur de se retrancher derrière les propos d’un autre tout en y adhérant :

L’Empereur dont tout le monde a remarqué hier soir l’air de bonne humeur s’est entretenu avec l’Ambassadeur d’Autriche-Hongrie des émotions de ses derniers jours. Il lui a dit qu’il n’y avait aucunement lieu de s’inquiéter et que c’étaient les journaux qui étaient les grands coupables … mon interlocuteur… convint bien que l’incident belge d’une part, les affaires religieuses en Allemagne de l’autre ont excité la bile du Chancelier qui a tourné sa mauvaise humeur contre la France. Personne ici n’est dupe en effet de cette prétendue indépendance de la presse allemande, et chacun sait, à n’en pas douter, l’empire que le Prince de Bismarck exerce sur elle par plus d’un moyen et l’habileté avec laquelle il en use. ….il n’est que trop certain que, malgré les symptômes favorables signalés plus haut, le caractère de plus en plus irritable et dominateur du Chancelier peut nous réserver encore de terribles surprises. (Dépêche du 17 avril 1875 de M. de Gontaut-Biron à M. le Duc Decazes)

25Autres exemples : « L’Ambassadeur d’Angleterre m’a dit : « Cet homme est le perturbateur de l’Europe » (dépêche du 28 mai 1875 de Gontaut-Biron au duc Decazes), ou bien : « Un ministre du Bundesrath me disait : « La Russie, sans tirer l’épée, a repris une prépondérance incontestable : comme Allemand, je m’en afflige, mais je dois reconnaître que la faute en est à la politique violente et folle du Chancelier ». On voit ici comment on peut mettre des termes affectifs forts dans la bouche d’un autre.

26Cette expression de la subjectivité explicite ou implicite repose généralement, dans le cas du rapport diplomatique, sur un présupposé de connivence. Comme le rappelle Grize (1988), une des lois du discours consiste à ne pas dire à son interlocuteur ce qu’il sait déjà. Dans le cas du rapport diplomatique, l’ambassadeur peut miser sans crainte sur l’adhésion du ministre aux prémisses ou valeurs communes, qui sont le soubassement doxique de son discours.

L’Empereur a inauguré hier à Postdam la statue du comte de Steuben que le Président et le Gouvernement des Etats-Unis lui ont offert, en reconnaissance des services rendus par cet aventurier allemand pendant la guerre de l’indépendance et en remerciement de la statue de Frédéric Le Grand, donnée cette année par Guillaume II au gouvernement américain.

Il ne faut voir dans la résurrection de ce Steuben que l’effet de la jalousie qu’inspirent aux Allemands d’Amérique aussi bien qu’à ceux de la mère patrie les souvenirs laissés par nos Lafayette et nos Rochambeau (…) A l’issue de la cérémonie qui a revêtu un éclat tout particulier et qui coïncidait (comme par hasard) avec la fête de Sedan… (Dépêche de l’ambassadeur Cambon à au ministre des affaires étrangères Pichon, du 4 septembre 1911, Archives)

27Le locuteur se base sur les préconstruits culturels supposés communs entre lui et le destinataire : ici le rôle de Lafayette et de Rochambeau dans la guerre d’indépendance des Etats-Unis, et le personnage de Steuben. La dépréciation de celui-ci, n’est validée que parce qu’elle repose sur un présupposé commun au locuteur et à son destinataire : un Allemand « aventuré » aux Etats-Unis pendant la guerre d’indépendance ne peut prétendre à la même gloire que « nos Lafayette et nos Rochambeau », héros appartenant au patrimoine national français, patrimoine que les Allemands, vainqueurs brutaux et sans gloire de la guerre de 1870, ne peuvent que nous envier. Le patriotisme est une des valeurs communes au locuteur et à son destinataire, de même que la croyance à la supériorité morale et culturelle de la France face à l’Allemagne, topos qui fonctionne comme une sorte de compensation nationale, face au choc de la guerre de 1870, symbolisé par le désastre de Sedan. On peut noter l’emploi de la parenthèse comme focalisateur syntaxique « ( comme par hasard ) », soulignant comme une évidence le rapport entre la ridicule jalousie des Allemands et la barbarie de ce peuple qui a érigé en fête nationale le désastre de Sedan.

28Ces valeurs communes prennent souvent la forme de stéréotypes ethniques, qu’on retrouve couramment dans les archives :

Le défaut de tact et la lourdeur des Allemands sont notoires (dépêche du 29/7/1895 de Jules Herbette à Hanotaux. (…) Le vingt-cinquième anniversaire de ces évènements douloureux m’a exposé à une série de démonstrations, sympathiques ou intéressées, qui, de la part de natures moins inconscientes, pourraient presque être taxées d’impertinence.

Les Allemands manquent naturellement de tact et de mesure dans leurs actes et dans leurs sentiments. (Dépêche non publiée du 26 février 1891 d’Herbette à Ribot)

29Ces stéréotypes ne sont d’ailleurs pas le propre des relations franco-allemandes, comme le montre cette citation d’une dépêche du 28/12/1914 de l’ambassadeur de France en Russie Paléologue au ministre français des affaires étrangères :

On ne saurait oublier que le caractère russe est instable, qu’il se fatigue vite de la lutte et qu’il se déprend facilement de ce qu’il a désiré avec le plus d’ardeur.

30Ceci s’explique notamment par le caractère épistolaire du rapport diplomatique. La lettre est en effet un texte daté qui prend ainsi sa place dans l’histoire. Elle véhicule donc, suivant les théories de la socio-critique, les représentations sociales de l’époque et du lieu qui lui servent de cadre spatio-temporel, notamment ici, les stéréotypes ethniques en vigueur depuis le conflit franco-allemand de 1870.

31L’emploi des présupposés est également courant dès qu’il s’agit du devoir patriotique. Le rapport diplomatique, de même que la correspondance à enjeux relationnels définie par Jürgen Siess (1998 :116), accorde une large place à l’éthos et à la construction de l’image de soi et de l’autre contribuant à établir et à développer la relation entre le je et le vous (l’ambassadeur et son supérieur hiérarchique) :

Notre devoir, bien entendu, n’en est pas moins de nous tenir toujours sur nos gardes. (Dépêche du 17 avril 1875 de Gontaut-Biron au duc Decazes)

Je n’ai pas besoin de dire à Votre Excellence en terminant cette trop longue dépêche que je n’oublie jamais un moment la responsabilité qui m’incombe et que mon langage, mon attitude, celle de toutes les personnes de la mission sont invariablement dictées par la pensée du maintien de la paix, qui, du reste, dans mon opinion personnelle, est aujourd’hui le seul salut de la France. 16 août 71 Gabriac Rémusat.

32Pour en terminer avec ce survol des techniques d’expression de la subjectivité employées dans le rapport diplomatique, voici un extrait d’une dépêche envoyée par le Consul de France à Panama le 1er novembre 1914, c’est-à-dire après la rupture des relations diplomatiques :

Je ne crois pas avoir à apprendre aux départements le système employé par les Allemands pour présenter au monde entier le bien-fondé de la guerre déchaînée par eux.

Les articles, dont les Teutons résidant ici inondent la presse locale se ressentent tous de ce besoin de justifier leur conduite aux yeux de chacun. Il est impossible de se faire illusion, les Germains ont une mentalité réglée sur celle de « Croquemitaine » qui d’ailleurs les identifie si bien. 

33Outre le procédé du présupposé, on voit ici apparaître dans la correspondance consulaire la subjectivité explicite axiologique et affective, les dénominations lexicales et les images caricaturales qui sont donc l’envers du discours diplomatique.

3. Subjectivité et correspondance inter-étatique

34Si la dépêche ou rapport diplomatique rappelle par certains aspects ce que Jürgen Siess (1998 :115) appelle la correspondance à enjeux relationnels, dont les buts sont la sollicitation, le maintien, le developpement ou la reprise d'une relation, la note diplomatique pourrait, elle, être assimilée à la correspondance d'affaire que Jean-Michel Adam (1998 :49) situe comme étant la plus éloignée sur l'échelle de la formalité et de la distanciation, brève et limitée à l’objet formel du discours.

35La correspondance inter-étatique n’emprunte en effet que rarement l’appareil formel du discours défini par Benvéniste. La forme la plus impersonnelle en est la note dite verbale, écrite à la 3ème personne, non signée, sans formule d’adresse ni de politesse, utilisée pour traiter des affaires courantes. Puis viennent les mémoires, également rédigés à la troisième personne et sans formule de courtoisie ni formule protocolaire. Plus proche sur l’échelle de la distanciation entre énonciateurs, on trouve la note diplomatique, signée, débutant par une formule consacrée et se terminant par une phrase stéréotypée, traitant généralement d’affaires importantes. Enfin, la lettre diplomatique est, elle, de forme épistolaire plus libre, rédigée à la première personne et se termine par une formule de courtoisie en fonction du rang du destinataire.

36Nous analyserons pour cette dernière partie de l’étude un échange de notes signées, entre le Président de la République française Adolphe Thiers le comte d’Arnim, l’ambassadeur d’Allemagne à Paris, les 4 et 7 mai 1872, c’est-à-dire pendant une période de négociations portant sur les modalités du paiement par la France de l’indemnité de guerre, parallèlement au retrait progressif des troupes allemandes des territoires français.

3.1. Note du 4 mai 1872, de Thiers à Arnim, (figurant en annexe)

37envoyée par Thiers à Rémusat ministre des affaires étrangères, chargé de la transmettre à l’ambassadeur allemand (d’où le premier paragraphe à la 1ère personne).

38Bien que cette note soit rédigée à la troisième personne, on y retrouve un jeu d’images de soi et de l’autre antithétiques, qui se construit dans le discours. L’image de la France s’y construit dans la première partie du texte essentiellement au moyen de termes relevant de la subjectivité affective : « fidèlement », « complètement », « désir sincère », « Le Gouvernement français promet ». Or précise Kerbrat-Orecchioni, les adjectifs affectifs doivent être évacués du discours objectif (1980 : 84).

39« L’autre » – l’Allemagne – apparaît dans la deuxième partie de la lettre, après un changement de focus réalisant une coupure très nette, renvoyant la balle dans le camp adverse : « C’est maintenant au Gouvernement allemand à faire connaître à la France comment il entend procéder à l’évacuation du territoire français, suite nécessaire de l’acquittement de l’indemnité de guerre ». On trouve dans cette seconde partie le seul terme qu’on pourrait qualifier d’axiologique : « colossale » (se rapportant aux conditions sous-entendu inhumaines imposées par le gouvernement allemand). Puis vient une anticipation sur la réaction prévue de l’interlocuteur (« Si le Gouvernement allemand, dans les vues d’une prudence qui nous semblerait mal fondée…. »), associée à une menace présentée comme une conséquence découlant logiquement des prémisses du raisonnement. Ici réapparaît le « nous » subjectif et se dessine l’image d’un interlocuteur méfiant, susceptible et de mauvaise foi, à mettre en parallèle avec l’image antithétique de la France présentée au début.

40Il s’agit donc bien d’un texte dissensuel renvoyant à des positions opposées. De plus, le contexte de la négociation (indemnités de guerre imposées au vaincu contre évacuation du territoire) reflète un rapport de forces dominant /dominé, lequel induit un rapport de places, au sens de Flahaut.7 (1978 : 50) : « toute parole, si importante que soit sa valeur référentielle et informative, se formule aussi à partir d’un « qui je suis pour toi qui tu es pour moi ». Rapport qui peut être confirmé ou remis en jeu au cours de l’interaction. Thiers s’y conforme lorsqu’il est prêt à employer une autre forme financière si le Gouvernement prussien la préférait, à la seule condition cependant qu’elle fut praticable, proposition sur laquelle il revient dans le corps de la lettre : « Voilà ce qu’offre le Gouvernement français pour s’acquitter de l’obligation qui le concerne, étant toujours bien entendu que, si une autre manière de procéder reconnue praticable était désirée par la Prusse, la France n’y ferait aucune objection ». La position basse de la France fait donc partie des présupposés de l’interaction. Néanmoins les deux points de vue mis en scène dans le texte sont encadrés par deux séquences à « dominante coopérative » pour reprendre la terminologie de Lionel Bellenger (1992 : 46) concernant les divers types de négociations possible : « Les deux puissances, la France et l’Allemagne, ont deux engagements à remplir, l’une d’acquitter l’indemnité de guerre convenue, l’autre d’évacuer une portion du territoire français qu’elle occupe encore », et à la fin : « Quelle que soit la résolution à laquelle se rattacheront les deux gouvernements… ». Il y a donc une tentative de remettre en jeu le rapport de places, de placer « les deux puissances », ayant « deux engagements à remplir » sur le même plan, de renverser par la négociation la position de fait dominant/dominé (occupant/occupé), en proposant de nouvelles « règles du jeu », sur une base plus coopérative.

3.2. Note du 7 mai 1872 - Réponse du comte d’Arnim à Rémusat,

41lui demandant dans une lettre d’accompagnement de mettre ces « observations » sous les yeux du Président. (Figurant en annexe)

42Il s’agit d’une réfutation du mémoire précédent. Sur le plan argumentatif, il reformule les propos de son interlocuteur, avant de les réfuter. C’est pourquoi, tout comme dans la note précédente, on voit apparaître d’abord le point de vue français. Cette apparente civilité respectueuse et empathique est en fait pour l’ambassadeur un moyen de s’assurer une position de sur-énonciateur (Rabatel) qui met en scène la parole de l’autre pour mieux la réutiliser. Tout en respectant les contraintes du genre (respect de la contrainte hiérarchique par l’utilisation des titres protocolaires, atténuation du reproche contenu dans « déplacer la question » par l’utilisation de termes modérateurs : « paraît », « dans une certaine mesure » ), il réinterprète les propos de son interlocuteur (« Or, s’il y a d’un côté anticipation pour une partie de la dette, de l’autre il y aurait un retard de douze mois » ) pour les annuler comme étant contraires au traité signé, expression du rapport de force existant sur le terrain au lendemain de la guerre (« On ne voit pas trop comment une modification du système de garantie territoriale établi par les préliminaires de Versailles serait compensé par le mode de paiement proposé par le gouvernement français » ).

43Comme dans la note française, le point de vue allemand émerge dans la seconde partie, masqué par la première séquence, mais cette fois-ci comme point de vue dominant, qui semble s’imposer par la logique des choses. Ce point de vue est introduit par un nouveau focus « Ce n’est pas tout », le texte étant encore plus nettement que le premier divisé en deux, renvoyant clairement à des positions dissensuelles. Dans ce dernier paragraphe, l’ambassadeur dicte poliment à la France, en utilisant le conditionnel modalisateur, la politique qu’elle doit adopter pour obtenir le résultat qu’elle souhaite : « Par conséquent, le gouvernement français, s’il désire, en se fondant sur les stipulations de Versailles…., devrait préciser… ». Dans un texte qui présente des raisonnements, le rythme de la phrase hachée par la multiplication des virgules, donne une impression d’insistance, de martèlement, qui renvoie par association au poing sur la table. De plus, alors que la note française est encadrée par deux séquences à dominante coopérative, la note allemande débute et se termine par une dissociation marquée entre « Sa Majesté l’Empereur d’Allemagne (…) disposée à substituer à la garantie territoriale une garantie financière… » dans la mesure où celle-ci sauvegarderait les intérêts de l’Allemagne, et le Gouvernement français qui s’il désire hâter l’évacuation du territoire, doit offrir des garanties. Ce type de négociation rappelle ce que Lionel Bellenger définit comme la négociation de type passage en force, « variante à haut risque de la négociation conflictuelle », initiative unilatérale qui se caractérise par une domination, une occupation, une mainmise sur l’échange. Il s’agit de forcer la main, d’imposer. Les moyens du passage en force sont l’effet démonstratif, l’effet d’insistance, d’exemplarité, d’évidence et de méthode. Il s’agit d’une interaction déséquilibrée, marquée par des rapports de domination et de dépendance.

44On a donc dans un cas – celui du rapport diplomatique – un texte, qui ne pouvant argumenter ouvertement crée un effet d’objectivité basé sur un présupposé de connivence entre destinateur et destinataire.

45Dans l’autre – la correspondance interétatique –, il s’agit, dans des textes ou l’argumentation veut se donner l’allure d’un raisonnement implacable, de mettre en scène des points de vue contradictoires et antagonistes, dont le but est, soit de maintenir soit d’inverser une position dominant/dominée de fait.

Annexes

46M. Thiers, Président de la République,

47 à M. de Rémusat, ministre des Affaires Etrangères

48Versailles, 5 mai 1872

49M. le comte d’Arnim a désiré un résumé des propositions8 que je lui ai faites, pour avoir une base certaine de négociation, et je me hâte de lui envoyer ce résumé.

50Les deux Puissances, la France et l’Allemagne, ont deux engagements à remplir, l’une d’acquitter l’indemnité de guerre convenue, l’autre d’évacuer la portion du territoire français qu’elle occupe encore. La France est prête, pour sa part, à remplir fidèlement et complètement les engagements qu’elle a pris et même à en devancer l’époque, puisque le terme fixé par les traités pour le payement de la seconde partie de l’indemnité de guerre est celui de mai 1874, et qu’elle offre de commencer à s’acquitter dans le courant de la précédente année 1872.

51Quant à la forme financière à employer, celle qui lui semble la plus naturelle, c’est celle qui a déjà réussi et c’est celle que la France offre au Gouvernement prussien, sauf à en adopter une autre si ce Gouvernement la préférait, à la seule condition que cette dernière fût praticable.

52En conséquence, le Gouvernement français ouvrirait un emprunt de trois milliards, auquel tous les banquiers de l’Europe seraient admis à concourir, sans exclusion ni préférence pour aucun, et qui serait réalisable dans les termes les plus rapprochés possibles.

53La condition imposée à ces banquiers serait de verser, directement dans les caisses du Trésor prussien, la somme de trois milliards, dans un délai exclusivement déterminé par les forces du marché européen.

54Le gouvernement français ne croit pas qu’on puisse obtenir de ce marché plus de cent millions par mois, si l’on ne veut produire une perturbation qu’il est de l’intérêt des deux puissances d’éviter.

55D’après cette base, la totalité de la somme convenue ne pourrait être réalisée en moins de trente mois ; mais elle le serait avec certitude dans ce délai, à moins de circonstances extraordinaires, indépendantes de la volonté du Gouvernement français, et à l’égard desquelles le traité à intervenir pourrait prendre les précautions les plus rassurantes pour les deux parties contractantes.

56Voilà ce qu’offre le Gouvernement français pour s’acquitter de l’obligation qui la concerne, étant toujours bien entendu que, si une autre manière de procéder reconnue praticable était désirée par la Prusse, la France n’y ferait aucune objection.

57C’est maintenant au Gouvernement allemand à faire connaître à la France comment il entend procéder à l’évacuation du territoire français, suite nécessaire de l’acquittement de l’indemnité de guerre.

58Dans l’intérêt des deux parties contractantes, auxquelles il importe au plus haut point de supprimer les causes de conflit et d’apaiser les passions nationales, il serait à désirer que l’évacuation fût prochaine et aussi complète que possible. Ce serait répondre à la conduite de la France, qui offre de s’acquitter de ses obligations à la fois complètement et aussi promptement que le comportent les difficultés d’une opération financière aussi colossale.

59Si le Gouvernement allemand, dans les vues d’une prudence qui nous semblerait mal fondée, voulait diviser l’évacuation, on devrait diviser alors l’opération financière et faire en deux fois ce que, sous tous les rapports, il vaudrait mieux faire en une seule.

60Quelle que soit la résolution à laquelle se rattacheront les deux Gouvernements, il importe d’aboutir à une prompte conclusion ; car la perspective d’un emprunt certain et prochain pèse sur le crédit européen tout entier et nuit aux affaires de tout le monde. Le Gouvernement français, invariablement arrêté dans ses pensées non seulement de paix durable mais d’apaisement des esprits, promet d’apporter dans cette négociation les dispositions les plus conciliantes et, de plus, le désir sincère d’arriver à une conclusion prompte et satisfaisante.

61Le Comte d'Arnim, Ambassadeur d'Allemagne en France,

62 à M. de Rémusat, Ministre des Affaires Etrangères.

63Paris, 7 mai 1872

64La question de l'évacuation du territoire9 se rattache essentiellement à la déclaration, formulée dans les préliminaires de Versailles, portant que Sa Majesté l'Empereur d'Allemagne sera disposée à substituer à la garantie territoriale une garantie financière, pour le cas que le Gouvernement français en présente une qui puisse être reconnue comme sauvegardant les intérêts de l'Empire.

65Par conséquent, l'équivalent de l'occupation du territoire français doit être une garantie financière offerte par la France.

66Le mémoire de Son Excellence Monsieur le Président de la République paraît déplacer la question dans une certaine mesure.

67Il offre d'anticiper le payement des trois milliards échus le 3 mars 1874 par des payements mensuels de cent millions, devant commencer dans le courant de l'année 1872 et continuer pendant trente mois.

68Supposé même qu'un accord puisse s'établir sur cette base, il y a lieu de faire observer que, selon toute probabilité, les payements mensuels ne pourraient commencer que le 1er septembre 1872, de manière que les trois milliards ne seraient acquittés totalement que le 1er mars 1875, c'est-à-dire une année après l'échéance.

69Or, s'il y a d'un côté anticipation pour une partie de la dette, de l'autre il y aurait un retard de douze mois. En d'autres termes, 1.800 millions seraient payés avant, 1.200 millions après l'échéance. On ne voit pas trop comment une modification du système de garantie territoriale établie par les préliminaires de Versailles serait compensée par le mode de payement proposé par le Gouvernement français.

70Ce n'est pas tout.

71L'Allemagne n'a qu'un intérêt secondaire à percevoir les trois milliards avant l'échéance. Or, le Gouvernement de l'Empire, de crainte d'embarrasser par son intervention les combinaisons financières de la France, s'abstiendra soigneusement de peser sur elle dans le sens d'une anticipation de payements. Par conséquent, le Gouvernement français, s'il désire, en se fondant sur les stipulations de Versailles, hâter l'évacuation du territoire, devrait préciser la nature de la garantie financière qu'il compte offrir comme équivalent de la garantie territoriale. L'évacuation ne saurait être mise en corrélation avec des payements anticipés qui n'ont d'importance qu'en tant qu'ils rendront plus facile de trouver une garantie effective de la partie de la dette dont le versement serait différé jusqu'à l'échéance

Haut de page

Bibliographie

Corpus :

- Documents diplomatiques français (1871-1914). Publication du Ministère des Affaires Etrangères. Commission de publication des documents relatifs aux origines de la guerre de1914. Paris : Imprimerie nationale. Juin 1929

- Archives du ministère des Affaires étrangères

ADAM J. M. [1998], Les genres du discours épistolaire, In Siess [ed.], La lettre entre le réel et la fiction, Paris, Sedes, pp.37-53

BENVENISTE E. [1966], Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

BELLENGER L. [1992], la négociation, Paris, PUF.

CAHIER P. [1962], Le droit diplomatique contemporain, Genève, Publication de l’Institut universitaire des Hautes Etudes internationales.

FLAHAUT F. [1978], La parole intermédiaire, Paris, Seuil.

GENET R. [1931], Traité de diplomatie et de droit diplomatique, Paris, A. Pédone.

GREIMAS A.J. & GRIZE J.B. et al. [1988], La lettre, approches sémiotiques : Actes du VIe colloque interdisciplinaire, Fribourg, Editions universitaires.

GRIZE J.B. [1988], Le dialogue par correspondance, In Greimas A.J. & Grize J.B. [ed.], La lettre, approches sémiotiques, Actes du VIe colloque interdisciplinaire, Fribourg, Editions universitaires, pp. 9-17

KERBRAT-ORECCHIONI C. [1980], L'énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, Colin.

MAINGUENEAU D. [1998], Scénographie épistolaire et débat public, In Siess [éd.], La lettre entre le réel et la fiction, Paris, Sedes, pp. 55-71.

MARTENS F. C. von. [1851], Le Guide diplomatique, précis des droits et des fonctions des agents diplomatiques et consulaires, Paris, Gavelot. NOLKE H. [1993], Le regard du locuteur, Paris, éd. Kimé.

NOLKE H. [2001], Le regard du locuteur 2 : Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

RABATEL A. [2000], Un, deux, trois points de vue ? Pour une approche unifiante des points de vue narratifs et discursif, La Lecture Littéraire, 4, pp. 195-254.

RABATEL A. [1998], La construction textuelle du point de vue, Lausanne Paris, Delachaux et Niestlé.

SIESS J. [1998], La lettre entre le réel et la fiction, Paris, Sedes.

SIESS J. [1998], L’interaction dans la lettre d’amour, In Siess [ed.], La lettre entre le réel et la fiction, Paris, Sedes, pp.111-132.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un recueil de 40 tomes de documents diplomatiques publié à partir de 1929 par une commission spéciale du ministère français des Affaires étrangères, intitulée : « Commission de publication des documents relatifs aux origines de la guerre de 1914 ».
2 comme le montre cette réponse de M. Herbette, ambassadeur à Berlin, à une dépêche de son ministre le priant d’envoyer à l’attaché militaire allemand une invitation aux manœuvres militaires françaises traditionnelles dans l’Est de la France, malgré l’avis contraire exprimé dans une précédente dépêche par l’ambassadeur :

« …je n’y avais fait d’objection que sur votre désir de connaître mon sentiment personnel à cet égard. Le gouvernement est mieux placé que moi pour savoir à quel degré la vue de l’uniforme allemand peut émouvoir les populations de la zone frontière, pendant la période de commémorations célébrées de ce côté-ci des Vosges, et j’espère volontiers que les précautions prises suffiront à prévenir tout incident fâcheux. »

3 « place » pris au sens de Michel Pêcheux dans Michel Pêcheux, Analyse automatique du discours, Paris, Dunod, 1969, p.18, cité par Kerbrat-Orecchioni.
4 Voir Dominique Maingueneau, « scénographie épistolaire et débat public », Siess Jürgen, La lettre entre le réèl et la fiction, Paris, Sédes, p. 67.
5 Dépêche du 17 avril 1875 de l’Ambassadeur de France à Berlin, M. de Gontaut-Biron, au ministre français des affaires étrangères à Paris.
6 Suite de la citation précédente.
7 Voir aussi Flahaut (1978 : 58) : « Il n’est pas de parole qui ne soit émise d’une place et ne convoque l’interlocuteur à une place corrélative ».
8 M. d’Arnim, revenu en France, avait rendu visite à M. Thiers le 2 mai à Versailles.
9 Voir ci-dessus, pièce n°128. Dans une lettre du 10 mai, qui accompagnait cette note, M. d'Arnim déclarait à M. de Rémusat que celle-ci renfermait "les observations" auxquelles la note de M. Thiers avait donné lieu.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sivane Cohen-Wiesenfeld, « L’inscription de la subjectivité dans le discours diplomatique », Semen [En ligne], 17 | 2004, mis en ligne le 23 janvier 2007, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://semen.revues.org/2310

Haut de page

Auteur

Sivane Cohen-Wiesenfeld

Université de Tel-Aviv - Israël

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page