Navigation – Plan du site

19 | 2005
L'ordre des mots

Sous la direction de Jean-François Jeandillou et Bernard Magné

Aux collaborateurs pressentis de ce volume intitulé l'Ordre des mots, un seul mot d'ordre fut jamais lancé:"Ordre et mots se doivent entendre dans tous les sens, respectivement, du mot ordre et du mot mots. Malgré la prudence dont témoigne la précaution adverbiale - elle dispense de saisir ordre dans tous les sens du mot mots, et vice-versa -, rien ne garantissait que cette double polysémie péremptoirement présupposée, chacune des contributions serait à même d'en tirer parti; du moins pouvait-on attendre que leur somme permettrait de légitimer, fût-ce à retardement, le bien-fondé de la gageure originaire.Huit articles plus tard, au terme d'un itinéraire alphabétiquement (c'était bien le moins) plutôt que chronologiquement, thématiquement, méthodologiquement ou stochastiquement réglé, c'est sans doute au lecteur qu'il revient de mesurer le bien fondé d'approches dont l'apparente bigarrure ne devrait cependant pas masquer la cohérence : d'Andrieu de la Vigne à George Sand, de Roussel à Perec, de Gérard de Nerval (ou de Verlan ?) à Michel Arrivé, l'adhésion à l'ordre des mots ne doit rien à l'universel reportage mais suppose en chaque point et moment de leurs écrits de rigoureuses, même si parfois discrètes, parfois plus détergentes, prises de parti.C' est donc à ces manipulateurs exceptionnels - " manipuler : déplacer, palper, pétrir, tâter, tripoter ", Robert le dit, qui ne se trompe jamais - que les responsables de ce numéro, s'éclipsant avec tact et en bon ordre, souhaitent, comme il convient, laisser le dernier mot.