Navigation – Plan du site

L’épistolaire dans L’art d’écrire de Condillac. De la lettre à la citation : paradigme de la communication et paradigme du texte

Sonia Branca-Rosoff

Texte intégral

1Aujourd’hui, dans l’analyse de la correspondance, la perspective pragmatique paraît incontournable. Elle s’explique d’abord par la domination des conceptions qui envisagent le langage en tant qu’activité de communication (Sarfati, 2003), mais aussi par la nature de l’épistolaire. De fait, le grand nombre de thèmes susceptibles de donner lieu à des lettres entraîne une telle prolifération de formes1 que le point de vue communicationnel paraît seul susceptible de fournir des invariants. On le retrouve dans bien des travaux, notamment dans les recueils coordonnés par J. Siess (1998), R. Amossy (2002) ou R. Amossy & D. Maingueneau (2004). Prolongeant la conception des places élaborée par F. Flahault pour l’oral en 1978, ces ouvrages abordent les lettres sous l’angle des motivations stratégiques des scripteurs et montrent comment le message de celui qui écrit est tout entier orienté vers son destinataire, et comment le scripteur infléchit éventuellement, par le biais de l’écriture, son image et l’image de ce destinataire dans un sens qui lui est favorable. C. Kerbrat-Orecchioni (1998) qui invitait à différencier entre communication orale et échange écrit différé n’a pas modifié la perspective sur ce point, mais elle a contribué à attirer l’attention sur les dispositifs d’ouverture où l’épistolier prenant contact avec le destinataire évoque presque nécessairement son identité et le cadre spatial où il se trouve2 .

2La pragmatique nous a appris qu’il n’y a pas de vérité d’un texte, mais des discours qui fonctionnent dans un lieu donné et pour un certain type de lecteur. Nous nous intéressons ici – après F. Nies (2001) – au pôle de la réception en nous appuyant sur les fragments de lettres de Mme de Maintenon et de Mme de Sévigné que Condillac cite dans l’Art d’écrire (1775), rédigé pour le Prince de Parme3. En faisant de Mme de Maintenon et de Mme de Sévigné des modèles du genre épistolaire, Condillac n’est pas original. Il reprend un lieu commun de la fin du XVIIIe siècle qui se perpétuera dans les éditions pédagogiques du XIXe siècle.

3Notre intérêt porte sur la lecture que l’Art d’écrire propose de ces correspondances. Dans un premier temps, les problématiques pragmatiques permettront d’envisager les procédures par lesquelles une relation pédagogique s’ajoute à la relation réelle entre une épistolière et sa correspondante –  ce qui accompagne la “manualisation” des lettres. Dans un deuxième temps cependant, et en opposition à la lecture pragmatique, les citations seront lues comme des fragments décontextualisables qui participent de l’élaboration d’une langue littéraire.

1. Madame de Maintenon : le réemploi pédagogique d’une lettre de conseil

4Dans le Traité de l’art d’écrire, la place du lecteur doit être envisagée en tenant compte des opérations qui ont démembré le texte initial puis en ont collé un fragment dans le traité, entraînant la superposition de la relation du précepteur et de l’élève à la relation initiale de Mme de Maintenon et de sa correspondante.

1.1. La place du lecteur et la réinscription du texte dans un “art d’écrire”

5Françoise d’Aubigné Scarron (1635-1719), que Louis XIV avait épousée secrètement en 1684, à la mort de la reine, est la fondatrice de Saint-Cyr, un établissement où elle faisait éduquer des jeunes filles de la noblesse aux valeurs chrétiennes. Elle prenait très au sérieux son rôle d’« institutrice » et c’est en tant que guide spirituelle qu’elle écrit en 1699 à Mme de Maisonfort, une des éducatrices de l’établissement4. Cette lettre célèbre a très vite été imprimée par le fils de Racine avant de figurer dans le recueil de Baumelle, premier éditeur de la correspondance. Elle est également évoquée par Voltaire dans Le siècle de Louis XIV (éd. 1957, p. 939).

Il ne vous est pas mauvais de vous trouver dans des troubles d’esprit. Vous en serez plus humble, & vous sentirez par votre expérience, que nous ne trouvons nulle ressource en nous, quelque esprit que nous avons. Vous ne serez jamais contente, ma chère fille que lorsque vous aimerez Dieu de tout votre cœur : ce que je ne dis pas par rapport à la profession où vous êtes engagée. Salomon vous a dit il y a bon-temps, qu’après avoir cherché, trouvé, & gouté de tous les plaisirs, il confessoit que tout n’est que vanité & affliction d’esprit, hors aimer Dieu & le servir. Que ne puis-je vous donner toute mon expérience ; Que ne puis-je vous faire voir l’ennui qui dévore les grands, et la peine qu’ils ont à remplir leurs journées. Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu’on aurait eu peine à imaginer, et qu’il n’y a que le secours de Dieu qui m’empêche d’y succomber ? J’ai été jeune et jolie ; j’ai été aimée partout dans un âge plus avancé, j’ai passé des années dans le commerce de l’esprit ; je suis venue à la faveur, et je vous proteste, ma chère fille, que tous les états laissent un vide affreux, une inquiétude, une lassitude, une envie de connaître autre chose, parce qu’en tout cela rien ne satisfait entièrement. On n’est en repos que lorsqu’on s’est donné à Dieu ; mais avec cette volonté déterminée dont je vous parle quelquefois. Alors on sent qu’il n’y a plus rien à chercher ; qu’on est arrivé à ce qui seul est bon sur la terre. On a des chagrins, mais on a aussi une solide consolation, & la paix au fonds du cœur au milieu des plus grandes peines. (La Baumelle, éd. 1806)

6Les éditeurs du XVIIIe siècle s’étaient débarrassés du paratexte (en-tête et signature) ainsi que des formules qui ancrent cette lettre dans un temps et un lieu précis. Condillac découpe plus radicalement pour ne garder que le développement central. Il efface en particulier le résumé du « tour » précédent, où la correspondante de Mme de Maintenon lui faisait part de son trouble. Il s’en tient à une « période » centrale :

7Suite de phrases bien liées.

Que ne puis-je vous donner toute mon expérience ; que ne puis-je vous faire voir l’ennui qui dévore les grands, et la peine qu’ils ont à remplir leur journée ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu’on aurait eu peine à imaginer, et qu’il n’y a que le secours de Dieu qui m’empêche d’y succomber ? J’ai été jeune et jolie ; j’ai goûté des plaisirs ; j’ai été aimée partout. Dans un âge plus avancé, j’ai passé des années dans le commerce de l’esprit ; je suis venue à la faveur ; et je vous proteste que tous les états laissent un vide affreux, une inquiétude, une lassitude, une envie de connaître autre chose, parce qu’en tout cela rien ne satisfait entièrement.

Ce dernier exemple est un modèle. (Livre premier, “Des constructions”, ch. IX, p. 100)5

8La période, isolée de la lettre source est traitée comme une unité indépendante qui vaut pour sa cohésion. Ce découpage s’accompagne d’une altération remarquable. La mention de la destinataire première (ma chère fille) est supprimée, cependant que la citation conserve le déictique vous, construisant ainsi une place valable pour tout lecteur, et d’abord pour le prince. Ce nouveau destinataire avait été institué par le précepteur dans sa double nature de prince et d’enfant. Dès les premiers mots du cours, Condillac, use du ton si particulier du pédagogue qui procède par des assertions qui ne se distinguent pas des injonctions :

Deux choses, Monseigneur, font toute la beauté du style : la netteté et le caractère. […] Vous ne parlerez pas avec le même intérêt de la gloire et du jeu ; car vous n’avez pas et vous ne devez pas avoir une passion égale pour ces deux choses : vous n’en parlerez pas non plus avec la même indifférence. Réfléchissez donc sur vous-même, Monseigneur. (p. 1)

9Or, le fragment de la lettre de Mme de Maintenon n’est pas un exemple anodin de belle période. Il mêle conseil et confidence pour mieux convaincre son destinataire de la vanité des grandeurs de ce monde. Celle qui tient ces propos fait autorité, non seulement parce qu’elle s’adresse avec éloquence à sa toute jeune correspondante, mais aussi parce que la place qu’elle occupait préalablement à l’énoncé confère une autorité supplémentaire à ses propos : l’épouse morganatique du roi-soleil était née dans une prison. Jeune fille misérable, Scarron l’avait épousée presque par charité. Plus que tout autre, elle avait connu l’expérience de la misère puis de la grandeur. Ré-adressé à un prince, le message, qui renforce et confirme cet ethos préalable6, en confirmant le cadre, renvoie à un imaginaire du pouvoir : un roi ne saurait gouverner par la seule volonté extrême et ne sera un bon monarque que s’il comprend ce qu’est le vide du pouvoir sans la foi.

10Au-delà, l’Art d’écrire dessine une figure de destinataire plus complexe. Comme Condillac l’avoue explicitement, le texte est souvent au-delà des capacités d’un enfant : « Ce chapitre, tel qu’il est, n’auroit pas été à la portée du prince dans le temps que je lui ai fait lire l’Art d’écrire » (liv. IV. ch. 5). Le lecteur visé est en fait un lecteur-philosophe dans toute la force de sa raison.

11Ainsi, le sens de ce fragment dépend en partie des supports qui en assurent la diffusion, cours, traités de morale, livres d’histoire, manuels de littérature, recueils, etc., ce qui modifie nécessairement ses destinataires, tantôt un prince qui doit se déprendre de la vanité pour pouvoir régner sur les autres ; ou des jeunes filles que l’on initie à l’art de la lettre parce qu’elles seront chargées des correspondances familiales ; tantôt le lecteur non défini d’un philosophe des Lumières.

1.2. Du côté du texte : les conditions de l’institution de la lettre en modèle

12Ce jeu de forçage et de ré-énonciation – avec effacement du premier récepteur au profit du lecteur construit par la scénographie pédagogique – est mené dans la mesure où le texte présente un enjeu. N’importe quelle lettre, même à forte connotation morale, ne se prête pas à ce jeu d’enchâssement des scènes de parole dont D. Maingueneau a analysé l’efficace. Ce qui rend le passage singulièrement opérant et qui conduit à son autonomisation en fragment littéraire, tient à sa façon de développer une thématique dans une forme périodique remarquable.

13Condillac pour ses contemporains est d’abord le philosophe qui découvre le pouvoir des signes. Pour lui, la sortie de l’animalité passe par le contrôle que permettent les signes linguistiques sur les opérations de la pensée. Il insiste sur l’importance d’une langue analytique bien faite – sur le plan théorique en défendant par exemple la néologie qui permet d’inventer des signes efficaces, et sur le plan pratique en rédigeant un dictionnaire des synonymes, instrument-clé pour qui vise la précision, une grammaire et un art d’écrire… Dans le cursus scolaire, le triplet traditionnel des disciplines associait la rhétorique ou art de parler à la logique et à la grammaire7. Condillac substitue à l’art de parler une stylistique de l’écrit centrée sur la netteté et la liaison des idées, ce qui renvoie à la rigueur grammaticale, à la lutte contre les inexactitudes d’un usage spontané. Ici, la forme périodique ne fait pas que rendre visible le raisonnement, elle y contribue. Selon lui, le fragment cité est un modèle de liaison des idées dans sa façon d’articuler une idée principale et sa ré-analyse : 

L’ennui dévore les grands et ils ont bien de la peine à remplir leur journée. Voilà une idée principale que madame de Maintenon développe dans une suite de phrases bien faites et bien liées.

14L’efficacité de la relation intersubjective suppose le paradigme du texte, ce qui est construit par l’énoncé et non ce qui renvoie aux circonstances de son énonciation. Le Traité de l’art d’écrire s’intéresse à cette forme du texte qui en fait un discours généralisable au-delà du biographique.

15En particulier, ce passage se caractérise d’une part par ses marques d’oralité, par son interpellation pressante de la destinataire, Ne voyez-vous pas, par des hyperboles qui invitent au partage des émotions je meurs de tristesse. Il développe ensuite une représentation subjective de la vie de Mme de Maintenon, le style concis et le passé composé en permettant une ferme récapitulation en trois étapes. D’autre part, ce fragment est caractérisé par des références non ostensives à valeur généralisante (tous les états laissent un vide affreux, une inquiétude, une lassitude, une envie de connaître autre chose, parce qu’en tout cela rien ne satisfait entièrement) ; et par la densité des formules qui disent le malaise existentiel à partir des substantifs abstraits ennui, peine : l’ennui qui dévore les grands, et la peine qu’ils ont à remplir leur journée ! Ces formulations doivent elles-mêmes beaucoup, comme le signale d’ailleurs Mme de Maintenon, aux paroles prêtées au roi Salomon : tout n’est que vanité et affliction d’esprit, hors aimer dieu et le servir, ce qui enracine le texte dans la tradition biblique. La structure interne d’un discours qui entremêle deux régimes d’énonciation, permet de montrer que les textes de la religion sont littéralement revécus et inversement que le vécu singulier a une portée générale. L’alliance d’un style et d’une position sociale (l’épouse du roi, l’institutrice de Saint-Cyr) transforme ce moyen de communication qu’est la lettre en un fragment littéraire et explique d’ailleurs sa reprise dans de nombreux recueils édifiants, légitimant le réemploi de tels énoncés. Lanson résumera à sa façon les qualités qui ont permis la transformation de la personne en une voix de moraliste :

Elle a une propriété, une netteté, une brièveté sans sécheresse, une justesse aisée et naturelle, qui faisait rendre les armes à Saint-Simon même, et par-dessus tout une perfection de bon sens, d’où se dégage peu à peu une grâce singulière et puissante. (Lanson, 1991, p. 560)

16Lire Mme de Maintenon, c’est donc s’intéresser à l’activité stylistique qui transforme l’expérience d’une vie en une leçon.

2. Le ton de Madame de Sévigné et le modèle du naturel

17Paradoxalement, le philosophe qui soutient un modèle discursif analytique et rationnel, qui défend l’algèbre comme référence de toute langue, est aussi celui qui a décrit la naissance du langage à partir de ce qu’il appelle le langage d’action, langage enraciné dans l’action d’un sujet qui sent, éprouve des sensations ; langage corporel et naturel qui ne saurait mentir. Ce deuxième versant du traité relève du « caractère »8 du discours et renvoie aux sentiments dont le locuteur est affecté. Condillac fait ainsi une place importante à l’expression des émotions à l’origine de toutes les idées, de toutes les opérations mentales, et donc des différentes figures du style. C’est essentiellement dans les parties consacrées au caractère du style qu’il est question de Mme de Sévigné. Mme de Maintenon incarnait une sorte de didactisme efficace ; la marquise représentera une écriture préoccupée d’expressivité affective. La conception développée par Condillac tourne en fait le dos à l’analyse de la lettre conversation, et lui préfère l’analyse de la lettre comme expression. Nous verrons cependant que le seul fait de relever les fragments les plus remarquables de la correspondance va les « objectiver ». L’art d’écrire donne à ces citations le statut de marques spécialisées dans la traduction des émotions, déplaçant ainsi la théorie pré-stylisticienne du bien écrire comme disposition naturelle vers une pratique des normes collectives du bien dire.

18La correspondance de Mme de Sévigné n’a pas été publiée du vivant de la marquise, même si quelques morceaux de bravoure avaient circulé, et si Mlle de Scudéry déclarait : « Elle écrit comme elle parle, c’est à dire le plus agréablement et le plus galamment qu’il est possible » (1657, p. 1325-35)9. Les lettres n’ont vraiment été diffusées qu’après 1734, lorsque sa petite fille a chargé Denis Marius Perrin de les publier. Elles ont connu immédiatement un succès de scandale, grâce aux anecdotes sur la cour qu’elles contenaient, mais aussi un succès littéraire, définitif après les éloges de l’abbé Trublet, puis de Voltaire selon qui Mme de Sévigné est « la première personne de son siècle pour le style épistolaire, et surtout pour conter des bagatelles avec grâce » (1751, p. 1011).

19Condillac – intervenant après que la marquise a été « canonisée » comme l’incarnation du naturel – va décliner cette notion en plusieurs points : il cite la marquise pour son écriture spirituelle et vive qui refuse la rhétorique d’apparat ; il oppose sa langue efficace à la régularité analytique prônée par les grammairiens, il en fait une sorte d’incarnation du langage du sentiment.

2.1. Une spontanéité spirituelle contre l’ornementation rhétorique

20Héritier paradoxal de la rhétorique, le Traité de l’art d’écrire doit se situer par rapport à la réflexion traditionnelle sur les ornements du langage. Le livre II part de l’inventaire des figures en périphrases, métaphores, antithèses, etc., mais c’est pour mieux le tenir en suspicion et pour refuser les bonheurs de la classification :

Les rhéteurs distinguent bien des espèces de tropes ; mais il est inutile de les suivre dans tous ces détails. C’est uniquement à la liaison des idées à vous éclairer sur l’usage que vous en devez faire ; et quand vous saurez appliquer ce principe, il vous importera peu de savoir si vous faites une métonymie, une métalepse, une litote, etc.… Gardez-vous bien de mettre ces noms dans votre mémoire. (Livre II, ch.6)

21Condillac se méfie de la prolifération terminologique et recommande des termes couvrants comme celui de tour au risque de renoncer aux descriptions précises (tours ingénieux, tours elliptiques, tours propres aux sentiments, etc.). À cette défiance correspondent le refus de l’éloquence d’apparat et la préférence pour les figures presque invisibles qui tiennent aux pensées. Ce n’est pas seulement par goût classique que Condillac préfère l’opposition au cliquetis des antithèses baroques, c’est parce qu’il récuse la coupure de la forme et du fond et Mme de Sévigné lui en fournit des exemples privilégiés :

Madame de Sévigné, voulant exprimer son amitié pour sa fille, rapproche des sentiments bien différents, et paraît cependant moins occupée à les opposer, qu’à dire seulement ce qu’elle sent. Quand j’ai passé sur ces chemins, j’étais comblée de joie dans l’espérance de vous voir et de vous embrasser ; et en retournant sur mes pas, j’ai une tristesse mortelle dans le cœur, et je regarde avec envie les sentiments que j’avais en ce temps-là. (p. 196)

22C’est encore Mme de Sévigné qui sert d’illustration au bon usage de la périphrase comme dans le passage où elle fait sentir tout l’écart scandaleux qu’il y a entre Lauzun et sa future épouse.

Aussi les périphrases ne sont-elles jamais plus élégantes que lorsque, caractérisant une pensée, elles expriment encore des sentiments. Mme de Sévigné fait bien voir ce qu’elle pensait du mariage que M. de Lauzun fut sur le point de faire, lorsqu’elle en écrivit ainsi la nouvelle :

M. de Lauzun épouse, avec la permission du roi, Mademoiselle…. Mademoiselle, la grande Mademoiselle, Mademoiselle fille de feu Monsieur, Mademoiselle petite-fille de Henri IV, Mademoiselle d’Eu, Mademoiselle de Dombes, Mademoiselle de Montpensier, Mademoiselle d’Orléans, Mademoiselle cousine-germaine du roi ; Mademoiselle destinée au trône, Mademoiselle le seul parti de France qui fût digne de Monsieur. (p. 169)

23À nouveau, le jeu linguistique peut à peine être considéré comme tel puisqu’il est l’exacte traduction de l’opinion de Mme de Sévigné. Condillac se réfère donc à l’émotion ou à la pensée du scripteur comme à la source des figures, en écartant toute idée de stratégie rhétorique… ou plutôt en estimant que l’effet sur le lecteur découle naturellement de l’adéquation entre expression et disposition subjective du scripteur.

24Le naturel est aussi lié au choix d’un registre familier. Mme de Sévigné encore personnifie ce choix dont les citations montrent qu’il est en rapport avec une éthique de la vérité :

Vous êtes bonne, quand vous dites que vous avez peur des beaux esprits. Hélas ! Si vous saviez combien ils sont empêchés de leur personne, vous les mettriez bientôt à hauteur d’appui.

A hauteur d’appui est ici une figure trop brusque, et qu’on a même de la peine à entendre ; mais si l’on dit avec Mme de Sévigné : Hélas ! si vous saviez combien ils sont empêchés de leur personne, et combien ils sont petits de près, vous les remettriez bientôt à hauteur d’appui. Voilà ce que j’appelle une figure préparée (p. 227).

25Appeler sa fille une pitaude c’est commettre une « négligence » qui est agréablement en rapport avec son propos moral, opposer le naturel de Mme de Grignan à l’artificialité de Mme de Brissac :

Un tour ingénieux peut être un tableau agréable.

Mme *De *Brissac avait aujourd'hui la colique. Elle était au lit, belle et coiffée à coiffer tout le monde. Je voudrais que vous eussiez vu ce qu'elle faisait de ses douleurs, et l’usage qu’elle faisait de ses yeux, et des cris, et des bras, et des mains qui traînaient sur sa couverture ; et les situations et la compassion qu’elle voulait qu’on eût…. en vérité vous êtes une vraie pitaude, quand je songe avec quelle simplicité vous êtes malade. Sévigné. Je ne relève pas les négligences que Mme de Sévigné s’est permises. Il suffit que ce tableau soit ingénieux, et peut-être plus de correction l’eût gâté10. (p. 249)

26Condillac ne revient pas sur le fait que ses catégories descriptives sont déjà mobilisées de façon réflexive par Mme de Sévigné qui se sert de l’adjectif négligé pour qualifier son propre style. (Voir Nies 2001, p. 57 qui note ce que ce négligé implique malgré tout comme positionnement dominé dans un champ littéraire où la correspondance est un divertissement sans statut artistique certain).

2.2. Le naturel contre les conventions des grammairiens

27Si Condillac hérite du XVIIe siècle son goût pour l’esthétique de la négligence, il en tire des conclusions qui intéressent les rapports de la norme et de l’usage. Le style naturel autorise à bousculer le bon usage car une expression inusitée est d’autant plus forte qu’elle paraît improvisée. C’est en dérangeant les automatismes, que Mme de Sévigné donne l’impression de vrai :

Un tour ingénieux peut n’être qu’une réflexion plaisante. […] Il peut même ne se trouver que dans une expression qui surprend par sa nouveauté, et qu’on approuve par sa justesse. Madame de Sévigné dit à sa fille : La bise de Grignan me fait mal à votre poitrine. (p. 252)

28Condillac approuve un ensemble important de tours, traditionnellement décrits en termes d’ellipses, dès lors que le lecteur comprend l’intention de l’auteur :

Il m’a fait faire bien des compliments, et que sans que son équipage était bien fatigué, il serait venu me voir, et moi, sans que je n’en ai point.

On voit que Madame de Sévigné badine sur sans que, qui est une mauvaise expression ; et le tour elliptique qu’elle emploie est aussi bon que plaisant. (p. 112)

29Il va plus loin en développant – contre La Bruyère et les grammairiens – une dichotomie mots pensées - qui le conduit à louer la marquise de ses supposées incorrections (Voir Branca, 1980) :

Je vous en prie, ne donnons point désormais à l’absence l’honneur d’avoir remis entre nous une parfaite intelligence, et de mon côté la persuasion de votre tendresse pour moi.

Difficultés peu fondées des grammairiens.

Cette construction est fort claire, et par conséquent, elle est bonne. Cependant des grammairiens demanderont qu’est-ce qu’avoir remis de mon côté la persuasion de votre tendresse pour moi ? Et ils condamneront ce tour, parce qu’ils n’en trouvent pas d’exemple. Plus occupés des mots que des pensées, ils désapprouvent les ellipses, lorsqu’elles paraissent rapprocher des mots qu’on n’a pas encore vus ensemble. Mais soyez persuadé qu’une phrase claire, vive et précise est bonne, quand même la langue ne fournirait pas de moyen pour remplir l’ellipse. Ces grammairiens savent si une chose a été dite ou non ; mais ils paraissent ignorer que ce qui n’a pas été dit, peut se dire. Assujettis à des règles qu’ils ne sauraient fixer, et souvent en contradiction avec eux-mêmes, ils voient d’un jour à l’autre le succès des tours, contre lesquels ils se sont récriés ; et ils reçoivent enfin la loi de l’usage, qu’ils appellent bizarre. Cependant l’usage n’est pas aussi peu fondé en raison qu’ils le prétendent ; il s’établit d’après ce qu’on sent, et le sentiment est bien plus sûr que les règles des grammairiens11 (p. 110-111).

30Le refus de la mainmise des grammairiens grincheux sur le langage nous renvoie au seul critère de la réception. La compréhension du lecteur est alors un critère plus sûr que l’analyse (de même que la sensation ne se trompe jamais, mais seulement la réflexion qu’on opère à partir d’elle)12. Condillac ajoute d’ailleurs que la condensation d’un tour vif n’équivaut pas à son explicitation, le style concis retrouvant quelque chose de la densité première de la pensée.

2.3. Le naturel d’« une âme qui sent »

31La langue met à la disposition de tous les locuteurs une sorte de grammaire du sentiment :

Des tours propres aux sentiments.

Le sentiment est exprimé suivant les différentes formes que prend le discours.

Il y a pour chaque sentiment un mot propre à en réveiller l’idée : tels sont aimer, haïr. Quand je dis donc, j’aime, je hais, j’exprime un sentiment ; mais c’est l’expression la plus faible.

En changeant la forme du discours, on modifie le sentiment, et on le rend avec plus de vivacité. Si je l’aime ? si je le hais ? exprime combien on aime, combien on hait. Moi, je ne l’aimerais pas ? moi, je ne le haïrais pas? fait sentir combien on croit avoir de raisons d’aimer ou de haïr. (p. 263)

32Mme de Sévigné use particulièrement de ces « tours ». Cette singularité stylistique n’est évidemment pas envisagée comme une technique rhétorique persuasive. Elle n’est pas non plus interrogée comme une forme de relation que la marquise construirait avec sa fille. Elle exprime simplement le moi profond de l’épistolière ; symétriquement, la subjectivité de Mme de Sévigné renvoie à un amour maternel humain, et en aucun cas à une posture d’écrivain qui puise dans des thématiques intertextuelles :

L’expression du sentiment demande qu’on s’arrête sur les détails.

Une âme qui sent, ne cherche pas la précision : elle analyse au contraire jusque dans le moindre détail : elle saisit des idées qui échapperaient à tout autre, et elle aime à s’y arrêter. C’est ainsi que madame de Sévigné développe tout ce que l’amour qu’elle avait pour sa fille lui faisait éprouver. En voici quelques exemples :

Ah ! mon enfant, que je voudrais bien vous voir un peu, vous entendre, vous embrasser, vous voir passer, si c’est trop que le reste !

Hélas ! c’est ma folie que de vous voir, de vous parler, de vous entendre, je me dévore de cette envie, et du déplaisir de ne vous avoir pas assez écoutée, pas assez regardée.

Je vous cherche toujours, et je trouve que tout me manque, parce que vous me manquez. Mes yeux qui vous ont tant rencontrée, depuis quatorze mois, ne vous trouvent plus…. Il me semble que je ne vous ai pas assez embrassée en partant.

Qu’avais-je à ménager ? Je ne vous ai point assez dit combien je suis contente de votre tendresse ; je ne vous ai point assez recommandée à M. de Grignan.[…]

Dès que j’entends quelque chose de beau, je vous le souhaite.

Si vous considérez séparément ces morceaux que je viens de rassembler, vous jugerez que le langage en est simple, et qu’il exprime le sentiment par des idées qui ne peuvent se trouver que dans une âme qui sent. Aussi ces morceaux sont-ils épars dans plusieurs lettres de madame de Sévigné.  (p. 265)

33On notera que les apostrophes et interpellations ne sont pas commentées comme mise en place d’une relation à l’autre, mais comme expression de soi. Les faits de langue recueillis, s’ils ne constituent pas un tableau du monde, constituent bien le tableau d’ « une âme qui sent ».

34Le texte paraît ainsi ne se définir que par rapport à l’auteur. Pourtant quelques exemples montrent que Condillac ne cherche pas à mieux faire comprendre la façon de sentir propre à Mme de Sévigné. Par exemple, il relève, pour les condamner, des manquements au bon goût :

Madame de Sévigné ferait une plus grande faute, si elle s’arrêtait sur des circonstances qui doivent échapper à une âme qui sent, et qui demanderaient, pour être remarquées, une âme qui réfléchit. En voici un exemple :

Je cours toute émue, je trouve cette pauvre tante toute froide, et couchée si à son aise, que je ne crois pas que, depuis six mois, elle ait eu un moment si doux que celui de sa mort ; elle n’était quasi point changée à force de l’avoir été auparavant. Je me mis à genoux, et vous pouvez penser si je pleurais abondamment en voyant ce triste spectacle. Sévigné.

Le spectacle d’une mort qui fait répandre des larmes permet-il cette remarque : couchée si à son aise, que je ne crois pas que, depuis six mois, elle ait eu un moment si doux que celui de sa mort ? (p. 266)

35La pesante leçon de morale qui confond style et valeurs convenues nous importe moins ici que ce qu’elle révèle : L’Art d’écrire n’a pas pour objet le rapport du texte et du sujet mais les normes que chaque lecteur devra acquérir.

3. Le texte dissocié du contexte : des fragments littéraires susceptibles de réemploi

36Dans ces quelques pages, nous avons d’abord voulu montrer qu’une lecture « interactionnelle » d’un fragment d’une lettre de Mme de Maintenon était possible parce qu’un détail montrait l’attention portée par Condillac à la place de destinataire, même si le commentaire ne développait pas explicitement ce thème. Le corpus d’exemples de Mme de Sévigné aurait sans doute pu lui permettre de développer cette approche en montrant comment la marquise simule la présence de sa fille et se construit en retour une place de mère aimante. Or Condillac développe plutôt une conception pré-stylistique de l’écriture qui n’est rapportée qu’à la subjectivité sensible de celui qui écrit. Pourtant L’Art d’écrire se distingue profondément des stylistiques qui sont centrées sur l’énigme que recèle l’œuvre d’un individu unique, dans la mesure où Condillac ne se préoccupe pas du sens qu’a pu élaborer l’épistolière. Les commentaires ne servent pas l’interprétation des lettres citées, qui ne sont d’ailleurs jamais envisagées comme relevant d’un point de vue herméneutique.

37En fait, Condillac ne lit pas des lettres mais des énoncés exemplaires. Prélevant ce qui dans un texte mérite que l’on tâche d’écrire comme son auteur, il commente des exemples, choisis pour leur efficacité expressive inhérente. La citation d’auteur n’est qu’un relais dans une chaîne d’écriture. Le commentaire en donne la clé, en démontant les mécanismes qui font un style de discours efficace, en montrant que l’on peut constituer à partir d’elles une sorte de grammaire des mises en forme du discours13. Les citations sont tour à tour considérées comme des modèles qui participent de l’élaboration d’une langue littéraire, parce que, « Les bons modèles dans chaque genre nous tiennent lieu de règles » (Livre IV, ch. 5) ou au contraire comme des exemples des fautes à éviter car « l’art d’écrire renferme [non seulement] les lois qu’il faut suivre, [mais encore] les défauts qu’il faut éviter » (Livre I, ch. 9).

38Aussi, la grille de lecture mise en œuvre vise-t-elle l’« autonomisation » de l’énoncé par rapport au contexte. Considérant l’énoncé à partir de ses propriétés internes, elle concerne ce qui dans le texte d’une lettre permet l’élaboration des normes en termes de contraintes générales propres à l’écrit – la netteté, premier objet d’un art d’écrire – et en termes de contraintes génériques – le naturel propre au genre épistolaire. Enfin, l’inscription dans un manuel contribue à l’élaboration d’une mémoire collective des formes littéraires et à sa transmission.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R. (dir.) [1999], Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

AMOSSY, R. (éd.) [2002], Pragmatique et analyse de textes, Tel-Aviv, Presses de l’Université de Tel-Aviv.

AMOSSY, R. & MAINGUENEAU, D. (éds.) [2004], L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

BRANCA, S. [1978], « L'art d'écrire de Condillac (1775) ; à propos de quelques règles prescriptives : traitement des ellipses et des anaphores », Langue française, n° 48, p. 44-57.

BRANCA-ROSOFF, S. & SCHNEIDER, N. [1994], L’écriture des peu-lettrés, Paris, Klincksieck.

BRAY, B. & STROSETKI, C. (éds.) [1995], Art de la lettre, art de la conversation à l’époque classique en France, Paris, Klincksieck.

CONDILLAC, Abbé de. [1803, 1822, 2002], L’art d’écrire, suivi d’une dissertation sur l’harmonie du style, Orléans, éditions Le Pli.

FLAHAULT, F. [1978], La parole intermédiaire, Paris, Seuil.

GREIMAS, A.J. [1998], La lettre, approches sémiotiques, Actes du VIe Colloque interdisciplinaire, Fribourg Éditions universitaires.

LANSON, G. (éd) [1891], Choix de Lettres du XVIIe siècle, Hachette, Paris.

NIES, F. [2001], Les lettres de Madame de Sévigné. Conventions du genre et sociologie des publics, Paris, Champion.

Revue d’histoire littéraire de la France [1978], n° 6 : 1996 n° 3.

RICHELET, P. [1690], Plus belles lettres des meilleurs auteurs françois, Amsterdam, W. Wernstein.

SARFATI, G.-E. [2003], « L’analyse du discours et la question du texte : l’horizon du sens commun et de la doxa », L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, P.U du Mirail.

SIESS, J. dir. [1998], La lettre entre réel et fiction, Paris, SEDES.

XVIIe n° 15.

SCUDERY, Madeleine de. [1657], La Clélie, chez A. Courbé.

TRUBLET, Abbé de. [1735, 1968], « Du naturel dans les ouvrages d’esprit » Essais sur divers sujets de littérature et de morale, Genève, Slatkine.

VOLTAIRE [1751, 1957], « Le siècle de Louis XIV », in Œuvres complètes, Paris, Pléiade.

Haut de page

Notes

1 Même si, comme font les recueils de modèles, on peut les classer dans des sous-genres comme lettres de compliments, d’affaires, d’amour, etc.
2 Les effets de la communication différée dans les correspondances des soldats peu lettrés de l’époque napoléonienne, ainsi que les jeux sur les formes d’adresse ritualisées et leur variation toujours possible, ont été étudiés par S. Branca-Rosoff (« l’échange lointain » dans Branca-Rosoff & Schneider 1994).
3 LArt d’écrire fait partie du Cours d’instruction du prince de Parme. On utilise habituellement la version numérisée de la BNF, elle-même basée sur l’édition des Oeuvres complètes de 1821-1822. On peut consulter aussi la récente et commode réédition des Éditions du Pli (2002).
4 Mme de Maintenon s’en séparera quand Mme de Maisonfort refusera de rejeter les théories quiétistes de Mme Guyon.
5 Nous ne rendrons pas compte des multiples différences entre les deux versions à une époque où l’éditeur d’une correspondance s’octroyait le droit de la retoucher.
6 Voir notamment R. Amossy (dir.) 1999.
7 L’Art de parler de Bernard Lamy (1675) constituait au sens large une rhétorique en ce qu’il envisageait l’effet des phénomènes langagiers sur le destinataire des discours. Un siècle plus tard l’Art d’écrire prend en quelque sorte sa place en affichant un projet intellectuel nouveau.
8 Lamy employait ce terme pour désigner le tempérament qui explique les différences de style entre les écrivains (IV ch. 2 et 3). Condillac lui confère une portée plus large : le caractère désigne aussi le rapport d’adéquation entre les pensées qui découlent normalement du sujet et le langage, ce qui permet de parler du caractère du discours.
9 Jusqu’au XVIIIe siècle, les modèles sont masculins. Bouhours et Richelet citent Balzac et Voiture et ne mentionnent pas la marquise.
10 Ces façons de dire relèvent du ton de la conversation, ce qu’écrivait déjà Voiture, avant de devenir une sorte de repoussoir accusé d’avoir trop sacrifié aux galanteries : « Au nom de Dieu, écrivez-moi sans soin, afin que vous m’écriviez avec plaisir et parlez-moi dans vos lettres avec la même naïveté que vous me parliez en votre chambre. » (1650, p. 514, cité dans RHLF 1978)

11 Condillac a trouvé chez Trublet cette conviction que l’ellipse rend le discours naturel : « L’omission de ce que le Lecteur supplée aisément n’empêche pas que le Discours ne paraisse naturel. Et coulant, parce qu’il est naturel de retrancher ce qu’il est aisé de suppléer […] le retranchement de ce qui se supplée de soi-même rend le discours plus rapide et plus vif, et par là plus naturel ». (1968 [1735], p. 243). Il renouvelle aussi le couple culture masculine/inculture féminine mis déjà en place par Vaugelas : exclues des études, les femmes sont supposées juger plus naturellement que les hommes.
12 Ce qui évidemment fait penser au principe de pertinence de Sperber et Wilson.
13 Cette visée instituante est bornée par un vif sentiment de l’histoire et de la variation des normes. L’Art d’écrire comporte une réflexion sur les genres qui interdit d’essentialiser les catégories dégagées. Le livre 4, intitulé « Du caractère du style selon les différents genres d’ouvrage », revient sur le naturel. Empruntant – sans le dire – à l’abbé Trublet, Condillac souligne que c’est relativement à un genre et à des normes d’époque qu’on peut essayer de cerner ce que c’est qu’écrire naturellement : « Lorsque nous disons que Racine, Despréaux, Bossuet et Madame de Sévigné écrivent naturellement, nous sommes portés à prendre ce mot dans un sens absolu, comme si le naturel était le même dans tous les genres ; et nous croyons toujours dire la même chose, parce que nous nous servons toujours du même mot ». (p. 236)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Branca-Rosoff, « L’épistolaire dans L’art d’écrire de Condillac. De la lettre à la citation : paradigme de la communication et paradigme du texte », Semen [En ligne], 20 | 2005, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://semen.revues.org/2057

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page