Navigation – Plan du site

21 | 2006
Catégories pour l'analyse du discours politique

Sous la direction de Philippe Schepens

On n’a pas cherché à rassembler des contributions qui, pointant toutes dans le même sens, contribueraient à faire émerger une position homogène ou à faire le tour d’un problème théorique. On a préféré réunir des travaux dont (nous semble-t-il) l’ampleur de vue, la force argumentative obligent à s’arrêter, à lire et à relire, à éprouver ses propres arrières plans méthodologiques et épistémologiques au contact de positions suffisamment incisives pour ne pas produire du consensus mais du débat. Ce parti pris relève du sentiment que l’espace français d’analyse de discours a commencé à stabiliser des positions, des notions, des concepts importants, stabilisation bienvenue mais qui, en même temps, risque de conduire à un certain assèchement, à une certaine absence de programme. On a donc espéré introduire de l’Autre.On trouvera dans ce numéro une série de positions, parfois en contre-points, sur la notion de formule, et de lieux discursifs, sur les problèmes de la lexicométrie politique, sur les rapports de l’idéologie et du discours politique, sur la notion de contexte. On s’intéresse aux mécanismes institutionnels de production des discours de compromis politique, tels qu’une institution comme l’O.N.U. peut les générer. Enfin, l’analyse du discours politique ne saurait vivre sans l’apport de la rhétorique argumentative. On verra développée ici une position originale, à partir d’un arrière plan ethnologique, sur l’autorité. Espaces francophone et anglo-saxon, chercheurs français, hollandais, de Suisse, et de Belgique, ce numéro de Semen essaie de les rassembler, non d’un point de vue œcuménique, mais en espérant ébranler les limites de validité des positions épistémologiques des communautés qui travaillent en analyse de discours. Formules, lieux discursifs, Lexicométrie, Idéologie, Contexte, Conditions de production institutionnelle, Autorité, quelques catégories pertinentes, du moins l’espère-t-on, pour l’analyse du discours politique.