Navigation – Plan du site

Politique, Idéologie et Discours1

(traduction assurée par Emmanuelle Bouvard et Adèle Petitclerc)
Teun Van Dijk

Texte intégral

Introduction 

1Peu de domaines des sciences sociales sont aussi étroitement liés que ceux qui ont trait à l’étude de la politique, de l’idéologie et du discours. La politique est l’un des domaines de la société où les pratiques sont presque exclusivement discursives ; la cognition politique est, par définition, basée sur l’idéologie ; et les idéologies politiques sont en grande partie reproduites par le discours. Dans cet article nous examinons de plus près les liens qui existent entre politique, idéologie et discours.

1. Idéologie

2Le concept d’idéologie est souvent utilisé dans les médias et en sciences sociales, mais c’est un concept notoirement imprécis. Son emploi ordinaire est essentiellement négatif et fait typiquement référence aux idées reçues, aux idées fausses ou partisanes des autres : nous détenons la vérité, et ils n’ont que les idéologies. Cette conception négative remonte à Marx-Engels, pour qui les idéologies étaient une forme de « conscience fausse » ; ainsi, les idées fausses que la classe ouvrière aurait de ses conditions d’existence résulteraient de son endoctrinement par ceux qui contrôlent les moyens de production. Durant une grande partie du XXème siècle, et à la fois en politique et dans les sciences sociales, la notion d’idéologie a gardé une connotation négative et a souvent été utilisée en opposition à la notion de connaissance « objective » (pour une histoire de la notion d’idéologie, voir par exemple Billig, 1982 ; Eagleton, 1991 ; Larrain, 1979 ; pour un ensemble utile d'études classiques sur l'idéologie, voir Zizek, 1994).

3A l'origine, la notion d'idéologie n'avait pas ce sens négatif. C'est le philosophe français Destutt de Tracy qui introduisit le terme d'idéologie, il y a plus de deux cents ans, pour nommer une nouvelle discipline dont l'objet d'étude serait les idées : l'idéologie. Dans les sciences politiques de l’époque, cette notion est également utilisée dans un sens plus neutre, plus descriptif, par exemple pour référer aux systèmes de croyances politiques (Freeden, 1996).

4Un des nombreux aspects soulignés par les approches classiques du concept d’idéologie était sa nature « dominante » au sens où les idéologies jouent un rôle important dans la légitimation de l'abus de pouvoir par les groupes dominants. Une des formes les plus efficaces de domination idéologique se produit lorsque les groupes dominés acceptent les idéologies dominantes comme naturelles, allant d’elles-mêmes. Gramsci nomme « hégémonie » de telles formes de domination idéologique (Gramsci, 1971). Bourdieu utilise rarement la notion d'idéologie (principalement parce qu'il pense qu’elle est trop vague et que l’on a souvent abusé de son emploi pour discréditer les autres, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas d'accord avec nous ; voir Bourdieu et Eagleton, 1994). Il préfère parler de pouvoir symbolique ou de violence symbolique. Notons cependant que bien qu’ils y soient liés, les usages qu’il fait de ces termes diffèrent de ses (nombreux) emplois de la notion d’idéologie. Bourdieu se focalise essentiellement sur les conditions sociales dans lesquelles s'exerce le pouvoir discursif et symbolique, telles que l'autorité et la légitimité des sujets qui produisent un discours donné.

5Afin d’abréger cet historique, on utilisera dans ce chapitre une conception particulière de la notion d’idéologie, qui décrira les croyances particulières fondamentales des groupes de personnes. Notre définition de travail de l'idéologie est donc la suivante : une idéologie est le fondement des représentations sociales partagées par un groupe. Ces idées de groupes peuvent être évaluées positivement, négativement ou ne pas être évaluées du tout, et ce en fonction du point de vue, de l'appartenance à un groupe ou de l'éthique de chacun. Cela étant, nous n’identifions pas exclusivement les idéologies aux groupes dominants (voir aussi le débat dans Abercrombie, Hill et Turner, 1980). Les groupes dominés peuvent également avoir des idéologies, à savoir des idéologies de résistance et d'opposition. Les idéologies sont plus généralement associées aux groupes sociaux, aux classes, aux castes ou aux communautés et représentent leurs intérêts fondamentaux. La théorie qui rend compte de ces différentes croyances idéologiques est complexe et multidisciplinaire, et peut être résumée comme suit (pour des précisions et d'autres références, voir Van Dijk, 1998) :

6● Les idéologies ont des propriétés à la fois sociales et cognitives dont il faut rendre compte dans une théorie intégrée.

7● Sur le plan cognitif, les idéologies sont un type particulier de système de croyances sociales, stockées dans la mémoire à long terme.

8● Sur le plan social aussi bien que sur le plan cognitif, ces systèmes de croyances idéologiques sont partagés socialement par les membres de groupes sociaux spécifiques ou ceux de « communautés idéologiques ».

9● Les idéologies, comme les langues, sont essentiellement sociales. Il n'y a pas d'idéologies « personnelles » ou « individuelles », mais seulement des emplois personnels ou individuels des idéologies.

10● L'identité des groupes n'est pas seulement basée sur leurs propriétés « structurelles », mais également sur leur idéologie.

11● Les systèmes de croyances idéologiques – les idéologies – forment la base « axiomatique » de croyances plus spécifiques ou « représentations sociales » d'un groupe donné, tels que le savoir ou les opinions (attitudes) partagés par le groupe.

12● Contrairement à la plupart des approches traditionnelles de l’idéologie, les idéologies ne sont pas forcément négatives. Elles présentent des structures et des fonctions similaires, qu’elles soient partagées par des groupes dominants ou par des groupes dominés, de « mauvais » ou de « bons » groupes. Nous pouvons ainsi avoir des idéologies « positives » (utopies) aussi bien que négatives, selon le point de vue, les valeurs ou l’appartenance au groupe de celui qui les évalue.

13● Toutes les croyances socialement partagées par un groupe ne sont pas idéologiques. Ainsi, des groupes idéologiquement différents ou opposés à l’intérieur d’une même société doivent avoir des croyances communes pour être à même de commencer à communiquer. Cette Base Commune consiste en un savoir socioculturellement partagé, qui est par définition pré-idéologique au sein de cette société (bien qu'il puisse être décrit comme savoir idéologique plus tard ou ailleurs).

14● La relation traditionnellement problématique entre savoir et idéologie se trouve ainsi résolue comme suit : le savoir général, socioculturel, partagé par une communauté épistémique, forme la base commune pour toutes les représentations sociales de tous les groupes (idéologiques) de cette communauté. Néanmoins, chaque groupe peut développer un savoir spécifique (par exemple professionnel, religieux ou politique), basé sur l'idéologie du groupe. Ce savoir est appelé « savoir » au sein du groupe car il est généralement partagé, certifié et est présupposé « vrai », et peut bien sûr être qualifié de « croyance pure », superstition ou religion par d'autres groupes. En d'autres termes, les croyances qui sont considérées comme convenues, comme sens commun, qui ne sont pas remises en question, etc., au sein d'une communauté donnée, et qui sont partagées par différents groupes idéologiques, sont par définition non-idéologiques au sein de cette communauté.

15● Les idéologies incarnent les principes généraux qui contrôlent la cohérence globale des représentations sociales partagées par les membres d'un groupe. Par exemple, une idéologie raciste peut induire des attitudes plus particulières en ce qui concerne l'immigration ou la discrimination positive.

16● Les représentations sociales basées sur l'idéologie (telles que les prises de positions féministes en ce qui concerne l’avortement ou les promotions impossibles2) sont générales et abstraites. Pour qu'elles puissent être reliées à des pratiques sociales et des discours concrets concernant des évènements particuliers, elles doivent être contextualisées et spécifiées dans des modèles mentaux. Ces modèles mentaux de parti pris idéologique, stockés dans la mémoire épisodique, sont les constructions mentales qui contrôlent le discours, l'interaction et d'autres pratiques sociales. De façon réciproque, c'est par les modèles mentaux que les discours peuvent influencer les représentations sociales et les idéologies, et les reproduire.

17● Les idéologies représentent l’une des facettes de l'identité sociale et de l'image de soi des membres d'un groupe.

18● À la différence des représentations sociales moins fondamentales, et des modèles personnels plus que variables, les idéologies sont relativement stables. On ne devient pas ou on ne cesse pas d'être féministe, socialiste ou pacifiste en une nuit. C'est sur de nombreuses années que s'acquièrent la plupart des idéologies, et celles-ci restent actives durant toute la vie des membres d'un groupe.

19● Les idéologies sont structurées par un schéma social consistant en un certain nombre de catégories qui représentent cognitivement les principales dimensions sociales des groupes, telles que leurs propriétés distinctives, leurs critères d'appartenance au groupe, leurs actions typiques, leurs buts, leurs normes et valeurs, leurs groupes de référence et leurs ressources de base ou leurs intérêts.

20● Aussi bien cognitivement que socialement, les idéologies se développent notamment sous forme de ressources socialement partagées qui maintiennent la cohésion et la coopération au sein du groupe, aussi bien qu’elles procurent des moyens efficaces pour établir des relations entre différents groupes.

21● De nombreuses idéologies – mais pas la totalité – se révèlent pertinentes en situation de compétition, de conflit, de domination et de résistance entre groupes, c'est-à-dire en tant qu’elles font partie d’un combat social. Cela explique également pourquoi de nombreuses structures mentales des idéologies et des pratiques idéologiques sont polarisées sur la base d’une différenciation entre ce qui fait partie du groupe et ce qui en est exclu, c’est-à-dire, typiquement entre Nous et Eux, comme le montrent également les discours idéologiques.

22● Un individu peut être membre de plusieurs groupes : il peut donc « participer » à plusieurs idéologies. Ainsi, quelqu'un peut être à la fois nationaliste, socialiste, journaliste féministe et donc prendre part aux idéologies de ces différents groupes sociaux et professionnels. Lorsqu'elles sont activées (utilisées) en même temps, en discours ou dans d'autres pratiques sociales, cela peut parfois donner lieu à des conflits.

23● Les pratiques sociales, et par conséquent les discours, des membres d'un groupe peuvent être (indirectement) contrôlées par les idéologies du groupe, mais ce sont habituellement des représentations sociales plus spécifiques qui servent de médiateur au niveau du groupe, ainsi que des modèles mentaux concrets, personnels au niveau de l'individu.

24● A l'inverse, les idéologies sont acquises au niveau de l'individu et reproduites au niveau social à travers les pratiques sociales du groupe, et en particulier ses discours.

25● Les groupes peuvent organiser l'acquisition du discours et la reproduction des idéologies, par exemple à travers des formes particulières d'éducation, telles que l'endoctrinement, la formation à un emploi, ou le catéchisme ; et par des spécialistes au sein du groupe (idéologues, prêtres, enseignants) et au sein d’institution particulières.

26● Tous les membres d'un groupe n'ont pas – et n'ont pas besoin d'avoir – le même savoir ou la même expertise idéologique, pas plus qu’ils n’ont besoin que leur savoir idéologique soit toujours très explicite. On peut comparer le fait d’utiliser une idéologie à celui d'utiliser une langue sans pouvoir en formuler la grammaire. Beaucoup d'hommes sont sexistes et leur idéologie sexiste peut contrôler une grande partie de leur discours et d'autres pratiques sociales, mais ils n'ont pas besoin d'avoir un accès explicite au contenu de leurs idéologies.

27● Cependant, de nombreuses idéologies se développent à la faveur de relations de groupe, relations de conflit ou de dominance et de résistance ; ces relations impliquent par conséquent des débats idéologiques qui sont souvent publiés dans les médias de masse, si bien que la plupart des membres des groupes connaissent au moins les principes idéologiques essentiels de leur groupe et des autres. En effet, lorsque leurs intérêts sont menacés, ils savent souvent comment et pourquoi les protéger.

28Voilà quelques unes des principales propriétés des idéologies telles qu’elles sont formulées dans une théorie multidisciplinaire et socio-cognitive. Ainsi, les idéologies constituent la base « axiomatique » des représentations sociales d'un groupe et contrôlent – à travers des attitudes sociales spécifiques puis à travers des modèles mentaux personnels – les discours des individus et les autres pratiques sociales des membres du groupe. De cette manière, les idéologies constituent la ressource nécessaire à la coopération, la coordination et la cohésion au sein du groupe, ainsi qu’à la gestion des relations de compétition, de conflit ou de lutte entre les groupes. Ce n'est que dans une telle théorie que nous pouvons rendre compte du discours idéologique et d'autres pratiques sociales, à savoir comme éléments dérivés de représentations sociales basées sur l'idéologie, et comme instanciations des relations sociales entre groupes.

29Plus que dans les approches traditionnelles, cette approche multidisciplinaire n'insiste pas seulement sur la nature sociale et politique des idéologies, mais également sur la nature socio-cognitive de celles-ci. Il faut néanmoins insister sur le fait que cela ne signifie pas que cette dimension cognitive est particulièrement ou la seule importante. Contrairement aux approches sociales ou socioéconomiques, cette théorie met – trivialement – en avant le fait que les idéologies ont à voir avec les idées, et par conséquent, elles ont également besoin que l’on rende compte de leur aspect cognitif en plus d’un théorie sociale des groupes et des relations entre groupes, telles que le pouvoir et les intérêts. Ces différentes approches ont besoin d’être et peuvent être intégrées dans une seule approche multidisciplinaire. Dès lors, cette théorie implique nécessairement qu'une théorie de l'idéologie sans un composant cognitif explicite est incomplète : traiter de l'idéologie sans parler de la nature et des fonctions des « idées » socialement partagées n'est pas satisfaisant sur le plan théorique.

30Nous voyons que les pratiques sociales idéologiques sont par définition basées sur des idéologies définies comme des représentations mentales partagées d’un certain type, tout comme l’emploi de la langue est « basé » sur une grammaire partagée ou sur le discours et les règles de conversation. C'est dans ce sens-là que les idéologies, en tant que ressources cognitives socialement partagées, sont fondamentales pour les pratiques sociales, l'interaction et les relations intra et inter-groupes. Et de façon réciproque, les fonctions sociales générales des pratiques idéologiques doivent alors être représentées comme faisant partie de leurs idéologies « sous-jacentes ». C'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles les approches sociales et cognitives de l'idéologie doivent être intégrées.

31La théorie proposée ici rend compte à la fois du caractère relativement stable de l'idéologie et de son aspect flexible, dynamique, changeant, contextualisé et subjectif. La première dimension s'explique en termes de représentations mentales de groupes, socialement partagées et relativement stables. En ce qui concerne la deuxième dimension, il s'agit de modèles mentaux des membres du groupe qui sont basés sur l'idéologie, qui sont spécifiques et subjectifs et qui contrôlent le discours et d'autres pratiques sociales dans une situation donnée. A la différence d'autres approches, comme par exemple la psychologie discursive ou d'autres approches constructionnistes / constructivistes (Billig, 1988, 1991 ; Potter, 1996), cette approche n'attribue pas les aspects flexible, subjectif et contextuellement variable des pratiques idéologiques à la nature de l'idéologie elle-même, mais à l’usage fait par des membres individuels. A nouveau, la comparaison avec les grammaires relativement stables – et qui ne changent que lentement — des langues naturelles et leurs emplois variables, contextualisés et personnels, s’impose d’elle-même. Pour la même raison, les idéologies ne sont pas réduites à leurs emplois « observables », aux discours et aux autres pratiques sociales, mais définies comme les représentations sous-jacentes socialement partagées par les membres du groupe ou comme les ressources gouvernant de telles pratiques. Nous ne réduisons pas non plus les idéologies aux discours, parce qu’il est évident qu’elles contrôlent également d'autres pratiques sociales, telles que les formes de discrimination ou de violence. En somme, la théorie présentée ici est non seulement multidisciplinaire, mais également non réductrice.

32Enfin, les idéologies sont représentées en termes sociocognitifs plutôt qu'émotionnels car elles sont par définition socialement partagées, et dans notre définition des émotions, seules des personnes individuelles, et non des groupes, peuvent ressentir des émotions physiques. Lorsque nous parlons parfois d'idéologies de « haine », comme c'est le cas dans les idéologies raciste ou sexiste, il ne s’agit pas de parler d'émotions mais d'évaluation négative partagée (opinion). Les émotions sont temporaires, contextuelles, personnelles, physiologiquement fondées, et sont des évènements cognitivement interprétés. Ainsi, on peut avoir et partager une opinion négative envers les immigrants de façon plus ou moins permanente, mais on ne peut pas, au sens strict du terme, être en permanence « en colère » contre les immigrants, pas plus que il n’est possible de littéralement partager une émotion avec les autres. Aussi, dès lors que les idéologies sont socialement partagées, elles ne peuvent, par définition, pas être « émotionnelles ». Cependant, leurs emplois ou applications par les individus d’un groupe en situation concrète peuvent bien sûr déclencher ou être exprimés par le biais des émotions. C'est également pour cette raison qu'il est essentiel de distinguer au niveau de l’analyse les idéologies de leurs emplois ou de leurs manifestations réels en discours, lors d'une interaction ou au cours d'autres pratiques sociales.

2. Idéologie et politique

33La théorie générale de l'idéologie que nous venons de résumer doit être spécifiée pour le vaste « champ » de la politique, à savoir pour les politiciens, la cognition politique, les processus politiques, les pratiques politiques et le discours politique, en cela qu'ils caractérisent les groupes politiques tels que les partis politiques, les membres des parlements et les mouvements sociaux. Dès que les idéologies cessent de n’avoir que des fonctions sociales générales pour acquérir (également) plus spécifiquement des fonctions politiques dans le champ de la politique, nous devrons les appeler des idéologies politiques. Ainsi, le socialisme est à l'évidence plus une idéologie politique que ne peut l’être l'idéologie professionnelle des dentistes, aussi longtemps que nous interprétons le terme « politique » comme décrivant des processus dans le domaine politique, – et non dans les domaines de la santé, de l'éducation ou de la justice, entre autres. Ainsi, un moyen de classement des idéologies – aussi bien que des discours – est de les classer selon le domaine social dans lequel elles opèrent. C’est-à-dire que nous avons des idéologies politiques de l’éducation, du droit, religieuses ou de la santé, parmi d’autres. C’est aller au-delà de la portée de ce bref article que de définir et de développer une théorie en détail sur ce qui caractérise le domaine de la politique (voir par exemple Goodin & Klingemann, 1996). Néanmoins, en plus d'être défini par ses participants prototypiques (les hommes politiques), le champ politique peut être décrit, de façon brève – et quelque peu traditionnelle –, par :

34 ses sytèmes globaux (démocratie, dictature, etc.),

35leurs actions macrosociales spécifiques, telles que le gouvernement, la législation, les élections ou la prise de décision,

36● leurs micropratiques, interactions ou discours tels que les débats parlementaires, les campagnes électorales ou les manifestations,

37● ses relations sociales particulières, telles que celles du pouvoir institutionnel,

38 ses normes et valeurs spécifiques (par exemple la liberté, l'égalité, etc.),

39 ses cognitions politiques, telles que les idéologies politiques.

40Si un domaine social est idéologique, c'est bien celui de la politique. Ce qui n'est pas surprenant puisque c’est le lieu par excellence où des groupes s'opposent et où pouvoir, lutte et intérêts sont en jeu. Pour être en mesure de rivaliser, les groupes doivent avoir une conscience idéologique et être organisés. En dehors des partis politiques, peu de groupes idéologiques ont des « programmes » qui leur permettent de formuler leurs idéologies de manière explicite et d’essayer de rallier de nouveaux membres ou de nouveaux partisans sur cette base. Peu d'idéologies sont aussi explicitement défendues et contestées que les idéologies politiques, comme nous l’avons appris de l’histoire du socialisme, du communisme, du libéralisme, etc. En d'autres termes, le processus politique est essentiellement un processus idéologique, et la cognition politique peut souvent être identifiée à l'idéologie, tout simplement (voir Freeden, 1996 ; Ball et Dagger, 1999 ; Eatwell, 1999 ; Leach, 2002 ; Seliger, 1976).

41L'organisation sociale du champ politique, et par conséquent des hommes politiques et des groupes politiques, est fortement basée sur les différences, les alliances et les similarités idéologiques. L'organisation globale des croyances politiques en tant que lutte entre la gauche et la droite est le résultat de la polarisation sous-jacente des idéologies politiques, polarisation qui s'est insinuée dans la société tout entière. Les élections, les parlements, les campagnes politiques, la propagande, les manifestations et beaucoup d'autres phénomènes du champ politique sont ainsi profondément idéologiques. Les débats sur le terrain parlementaire ont opposé ces idéologies politiques comme les fondements de la conduite politique, des mesures, des décisions ou des actions. L'identité politique d'un individu, sa posture et son allégeance à un parti ne se définissent pas tant à travers son appartenance à un groupe structurel, telle que l'appartenance à un parti politique, mais plutôt en termes d'idéologie personnelle. La plupart des socialistes et des néolibéraux ne possèdent pas de carte d'appartenance à un parti politique. C'est également vrai pour d'autres idéologies sociales qui ont de profondes implications politiques, telles que le féminisme, le pacifisme, l'écologie ou le racisme.

42Bien que définies à l'origine en termes sociocognitifs, les idéologies politiques imprègnent tout le domaine politique en tant que systèmes globaux, comme les démocraties (basées sur des idéologies démocratiques), les actes et processus généraux (tels que les gouvernements, coalitions ou élections), les pratiques politiques ordinaires (telles que les débats parlementaires ou les manifestations), les relations de groupe (telles que domination et résistance, gouvernement ou opposition), les normes et les valeurs fondamentales (telles que l'égalité et l'indépendance, qui sont des catégories constitutives des idéologies), ainsi que des attitudes politiques plus spécifiques (concernant par exemple la législation sur l'avortement ou le divorce), qui sont contrôlées par les idéologies.

3. Discours politique et idéologie

43Si le domaine politique est profondément idéologique, il en est de même pour les pratiques politiques, et donc pour les discours politiques (voir par exemple Chilton, 1995, 2004 ; Chilton et Schäffner, 2002 ; Wilson, 1990 ; Wodak et Menz, 1990. En effet, non seulement les idéologies politiques prennent part à la production et à la compréhension des discours politiques et autres pratiques politiques, mais elles sont aussi (re)produites par eux. D'une certaine façon, les discours rendent les idéologies « observables », en ce sens que ce n'est qu'à travers le discours qu'elles peuvent être « exprimées » ou « formulées » explicitement. Les autres pratiques politiques ne font que montrer implicitement ou expérimenter les idéologies, comme c'est par exemple le cas dans les pratiques de discrimination basées sur des idéologies sexistes, racistes ou politiques. C'est par le discours que nous avons besoin d’expliciter que telle discrimination intervient « parce que c'est une femme », « parce qu'il est noir », ou « parce qu'ils sont socialistes ».

44C'est donc surtout à travers le discours que les idéologies politiques sont acquises, exprimées, apprises, propagées et contestées. Nous consacrerons le reste de cet article aux relations entre le discours politique et les idéologies politiques. Il est intéressant de noter que malgré l'existence d'une foison de littérature sur l'idéologie (des milliers d'ouvrages ne serait-ce qu'en anglais), il n'existe virtuellement aucun monographie qui explore le détail des relations discours – idéologie, même si de nombreux ouvrages en critique linguistique et en analyse critique de discours en abordent certains aspects (voir par exemple Fairclough, 1989, 1995 ; Fowler, Hodge, Kress et Trew, 1979 ; Fowler, 1991 ; Hodge et Kress, 1993 ; Pêcheux, 1982 ; Van Dijk, 1998 ; Wodak, 1989 ; Wodak et al., 1987 ; Wodak et Menz, 1990 ; Wodak et Meyer, 2001).

3.1. Situations et contextes politiques

45Les relations entre discours et idéologies politiques sont habituellement étudiées en termes de structure des discours politiques ; on étudie par exemple l'utilisation d'items lexicaux « détournés », ou des constructions syntaxiques comme l'actif et le passif, ou encore de pronoms comme nous et eux, des métaphores ou des topoï, d'arguments, d'implications, et de nombreuses autres propriétés du discours.

46Nous insistons cependant sur le fait que les discours devraient aussi être conceptualisés en termes de structures contextuelles (Duranti et Goodwin, 1992). Il n'est pas suffisant d'observer par exemple que les discours politiques contiennent souvent le pronom nous, pronom « politique » bien connu. Il est essentiel de relier cet emploi à d'autres catégories : qui parle, quand, , à / avec qui, c’est-à-dire aux aspects spécifiques de la situation politique.

47Puisque ce n'est pas simplement la situation politique qui « pousse » les acteurs politiques à parler de telle ou telle façon, nous avons à nouveau besoin d'une interface cognitive entre la situation et les paroles, ou le texte, à savoir un modèle mental de la situation politique (van Dijk, 1999, 2001, 2003). De tels modèles mentaux définissent comment les participants vivent, interprètent et se représentent [dans un pour-soi] les aspects de la situation politique qui leur semblent importants. Ces modèles mentaux spécifiques sont appelés contextes. En d'autres termes, les contextes sont des définitions subjectives des sujets-participants dans des situations de communication. Ils contrôlent tous les aspects de la production et de la compréhension des discours.

48Ainsi, le discours politique n’est pas seulement défini en termes de structures du discours politique mais également en termes de contextes politiques. Dès lors, la situation dans laquelle un individu se comporte en tant que membre du Parlement, Premier ministre, chef de parti politique ou manifestant sera perçue de manière typique par les interlocuteurs ou les destinataires comme appartenant à une catégorie de contexte relevant de la politique, alors que se comporter en tant que dentiste ou portier le permettra beaucoup moins. De façon similaire, les contextes politiques peuvent être définis par des cadres spécifiques, qui comportent des lieux comme les bâtiments parlementaires ou des évènements comme des débats ou des réunions, qui sont souvent réglés par un timing précis, comme c'est le cas pour les débats parlementaires. Les discours politiques et leurs structures ne pourront intégrer de fonctions politiques seulement lorsqu'ils se rapporteront à des actes ou des processus politiques, tels que gouverner, légiférer ou faire acte d’opposition, en gardant à l’esprit des objectifs politiques spécifiques tels que défendre ou faire échouer un projet de loi, ou se faire élire. Enfin, les acteurs politiques ne participent pas aux situations politiques sans s’y sentir impliqués : ils possèdent un savoir politique, et partagent des normes et des valeurs politiques tout autant que des idéologies politiques. C'est en effet à travers cette forme de contextualisation que nous pouvons relier les idéologies des participants à leurs discours (Gumperz, 1982). Les textes ou les paroles « montrent » les idéologies de façon discursive, mais ce sont les gens, politiciens ou protestataires, qui « ont » des idéologies, non seulement dans ce genre de pratique sociale ou de discours, mais également de manière typique dans d'autres pratiques.

49Nous avons vu quelques-unes des catégories qui composent nos modèles politiques contextuels, à savoir des catégories que nous utilisons pour définir des situations politiques textuelles ou verbales. De la même façon que les discours peuvent être idéologiques lorsqu'ils sont basés sur des idéologies, les structures et pratiques des contextes politiques peuvent également présenter une telle base idéologique. A l'évidence, le fait d'être un membre du parlement présuppose qu'il y a un système parlementaire et donc une idéologie démocratique, tandis que le fait d'être un dictateur présuppose une autre idéologie.

50Ces catégories sont bien sûr culturellement variables : membres du parlement, premiers ministres ou secrétaires de partis ne sont pas exactement des catégories universelles des participants à la politique. D’autres cultures peuvent avoir leurs propres types d’événements politiques spécifiques, leurs propres types d'actions politiques, de participants, de lieux, de gestion du temps, et bien sûr leur propre savoir politique, leurs propres attitudes, idéologies, normes et valeurs.

51Nous ne donnerons pas ici une explication détaillée des processus cognitifs liés à la façon dont les modèles contextuels contrôlent le discours politique. Il suffit de dire que l'information contenue dans les différentes catégories du modèle contextuel (pragmatique) – par exemple la nature des participants à la situation de communication – contrôle avant tout les actes de parole et les autres actes de cette situation. Ainsi, tel énoncé qui vient d’être prononcé peut être défini comme une promesse politique ou comme une menace, selon le pouvoir ou les relations des participants, leur position politique (gouvernement ou opposition, mon parti ou votre parti), ainsi que selon leurs intentions d’aider ou de nuire au destinataire. Deuxièmement, les modèles contextuels pragmatiques contrôlent la sélection de l'information dans le modèle mental (sémantique) qui définit (inter)subjectivement ce dont les participants parlent, tel que la guerre en Irak par exemple. Ainsi, un membre du parlement ou un ministre qui s'adresse à ses pairs lors d'une session parlementaire utilisera et présupposera un savoir tout à fait différent de celui d'un homme politique faisant un discours ou donnant une interview. Troisièmement, les modèles contextuels contrôlent tous les niveaux de style du discours politique, comme les choix lexicaux, les pronoms, la structure syntaxique et les autres choix grammaticaux qui dépendent du type de la situation. Le style lexical et syntaxique sera ainsi beaucoup plus formel lors d'une session parlementaire que lors d'une rencontre politique informelle entre membres d'un même parti, ou que sur un tract de propagande. Les modèles contextuels contrôlent enfin le « format » ou le « schéma » global du discours politique, tels que l'organisation des tours de parole, l'ouverture et la fermeture des débats parlementaires, la structure conversationnelle d'une interview politique, l'organisation générale du programme d'un parti, la mise en page d'une publicité politique dans un magazine ou sur un panneau d’affichage. Par exemple, seul le Président, en tant qu'il fait partie d'une catégorie spécifique de participants à la Chambre des Communes britannique, peut ouvrir et clore les sessions et débats parlementaires, distribuer les tours de parole et décider du moment où autoriser des interruptions ou des questions, entre autres choses. Les règles et les structures qui concernent l'interaction parlementaire et ses participants sont ainsi étroitement liées aux structures discursives du débat engagé par les membres du parlement.

52Ce qui nous intéresse ici, c'est que l'idéologie politique des participants contrôle non seulement une grande partie de ce qu'ils disent, mais aussi la manière dont ils comprennent les autres orateurs. Si un membre d'un parti d'extrême droite en appelle à la limitation de l'immigration, ses propos seront automatiquement entendus et commentés comme étant racistes, alors que des propositions similaires faites par un membre de notre propre parti de gauche seront évidemment très rarement interprétées comme telles.

3.2. Discours politique et idéologie politique

53Si les idéologies politiques sont des propriétés pertinentes des situations politiques, en tant qu'elles sont partagées par les participants, comment sont-elles alors exprimées et reproduites par les structures textuelles et verbales ?

54L'une des premières questions que nous devons traiter est de savoir si toutes les caractéristiques du discours politique sont influencées par des idéologies « sous-jacentes » ? La réponse à cette question est non, bien sûr, parce que les seules propriétés du discours qui peuvent être influencées par les idéologies sont celles qui sont, en premier lieu, contextuellement variables. Le choix de pronoms plus ou moins polis est ainsi contextuellement variable, alors qu'une grande partie de la structure syntaxique, par exemple la place des articles devant les noms en anglais, ne l'est pas. Si les gens ont des idéologies différentes, ils n'ont pas des grammaires différentes, même s'ils utilisent parfois ces grammaires de façon différente. Le savoir socioculturel, qui inclut la langue, définit les communautés et non les groupes idéologiques. A cet égard, la gauche ou la droite, les socialistes ou les néolibéraux, les racistes ou les non racistes, ne vont pas s’exprimer, à l'oral ou à l'écrit, de façon très différente. Cela suggère que l'on devrait rechercher les différences idéologiques dans ce que les gens disent, plutôt que comment ils le disent. Les idées politiques peuvent être défendues de façon convaincante à la fois par la droite et par la gauche, donc les différences idéologiques peuvent difficilement être définies seulement en termes de rhétorique. Ainsi, bien qu'il y ait probablement des emplois politiques de formes de discours, tels que l'emploi de pronoms marqueurs d'appartenance ou d'extériorité à un groupe, ou celui de moyens rhétoriques de persuasion, il est très probable que la plupart des variations idéologiques se trouvent au niveau du sens.

55Afin d’éviter une procédure de découverte plutôt arbitraire de la quantité potentiellement énorme de structures textuelles et verbales idéologiquement variables, il est plus utile de procéder d'une façon plus systématique et théorique. Nous avons vu que les idéologies ont souvent une structure polarisée, reflétant la compétition ou le conflit dans l'appartenance à un groupe et la catégorisation en propre-au-groupe / extérieur-au-groupe. Ces structures sous-jacentes apparaissent également dans des attitudes politiques plus spécifiques – par exemple dans des attitudes racistes concernant l'immigration – et jusque dans les modèles mentaux personnels non objectifs des membres des groupes. Ces modèles mentaux contrôlent les « contenus » du discours, et s'ils sont polarisés, le discours lui aussi montrera probablement des types variés de polarisation. De nombreuses recherches montrent que le discours idéologique contient souvent les stratégies générales suivantes – que l'on pourrait appeler le « carré idéologique » :

56● Accentuer nos points positifs

57● Accentuer leurs points négatifs

58● Atténuer nos points négatifs

59● Atténuer leurs points positifs

60Ces stratégies générales peuvent s'appliquer à tous les niveaux de l'action, du sens et de la forme textuelle ou verbale. Les discours politiques, les interviews, les programmes ou la propagande se concentrent ainsi typiquement sur les thèmes favoris de « notre » groupe ou parti, les actions positives que nous avons réalisées, et associent les adversaires politiques à des thèmes négatifs tels que la guerre, la violence, la drogue, le manque de liberté, etc. De nombreux hommes politiques et de nombreux médias associent ainsi les immigrants ou les minorités aux problèmes et à la délinquance. Pendant des décennies le communisme a été associé à l'agression, au manque de liberté et à une idéologie rigide. Et de la même façon, si le communisme obtient de bons ou de meilleurs résultats que « nous » en matière sociale, de santé ou d'éducation, le discours anticommuniste ignorera ou atténuera de manière automatique les « bons points » de son opposant.

61Ce qui est vrai pour le sens ou les sujets l'est aussi pour la forme ou la structure : le sens peut être renforcé de multiples façons par l'intonation ou l'accentuation, par des moyens visuels ou graphiques, par l'ordre des mots, par le choix d'un titre, par la topicalisation, la répétition, etc. C'est l'inverse qui se produira lorsque nous voudrons atténuer nos points négatifs. Les actions très négatives de nos ennemis jurés – comme une attaque terroriste par exemple – apparaîtront en première page, dans un grand article aux gros titres frappants ou dans un débat exceptionnel au parlement, et ainsi de suite.

62En d'autres termes, il y a des moyens systématiques pour examiner un discours à différents niveaux lorsque l'on cherche comment les idéologies sont (ou ne sont pas) exprimées ou mises en œuvre dans le discours à chaque fois que le sens est associé à des points positifs, il tendra à être associé au groupe dont fait partie le locuteur, et toutes les propriétés structurelles du discours peuvent amener à un renforcement de telles significations. Et c'est l'inverse qui se produira lorsqu'il s'agira des Autres, des Opposants ou des Ennemis.

63Au-delà de la stratégie générale et combinée de la présentation positive de soi et de la présentation négative de l'autre, les structures idéologiques discursives peuvent apparaître comme l'expression d'autres structures idéologiques sous-jacentes, et pas seulement comme l'expression de la relation polarisée entre des groupes idéologiques (opposés). Ainsi, si l'identité, les actions caractéristiques, les buts, les normes, les valeurs, les relations de groupe et les ressources sont des catégories idéologiques fondamentales, on peut s'attendre à ce que les références aux « contenus » de ces catégories soient abondamment présentes dans les discours des membres des groupes idéologiques. Si les gens parlent en tant que membres d'un groupe, en terme de « nous », s’ils évaluent positivement leurs propres actions, normes et valeurs, et s'ils défendent leurs ressources ou d'autres intérêts de leur groupe, alors leurs propos seront également généralement idéologiques. Une fois encore, cela sera particulièrement vrai pour le sens ou le contexte du discours, mais les voies par lesquelles le sens est exprimé et véhiculé, en particulier au niveau de la persuasion, peut bien sûr aussi comporter de nombreux aspects formels en ce qui concerne la grammaire, le discours et la conversation.

64Nous venons de présenter les stratégies générales de production de discours idéologique, ainsi qu'une découverte très utile ou une procédure d’identification pour l'analyse idéologique du discours politique. Les structures idéologiques discursives plus détaillées et plus subtiles vont être examinées dans un exemple concret.

4. Exemples

65Les exemples que je vais utiliser sont des fragments d'un débat sur les demandeurs d'asile, qui a eu lieu à la Chambre des Communes britannique le 5 mars 1997. Mme Gorman, représentant Billericay pour le parti conservateur, alors au pouvoir, a pris l'initiative de ce débat, qu'elle ouvre par une critique des prétendus coûts des demandeurs d'asile, coûts qui sont payés, selon elle, par les pauvres vieux contribuables anglais. Parmi les opposants à Mme Gorman se trouve Jeremy Corbyn, du parti travailliste.

66Pour renforcer l'utilité de notre analyse, nous assignerons une catégorie analytique à chacun de nos exemples, et nous présenterons les catégories dans l'ordre alphabétique. Après le nom de la catégorie on trouvera le domaine d'analyse du discours qui correspond à cette catégorie (par exemple sens, argumentation, etc.). L'objectif principal de cette analyse est de montrer comment différentes idéologies, en particulier les idéologies raciste et antiraciste, sont exprimées à travers différents types de structures. Il y a en principe des centaines de ces catégories, nous avons donc opéré une petite sélection (pour plus d'informations, voir une analyse idéologique plus détaillée dans Van Dijk, 2000 ; nous ne donnerons pas davantage de références concernant les centaines d'études faites sur les catégories analytiques mentionnées plus haut ; voir Van Dijk, 1997 pour une introduction générale à plusieurs de ces notions).

Quelques catégories d’analyse de discours idéologique

67DESCRIPTION DE L'ACTEUR (SENS) :

68La façon dont sont décrits les acteurs dans un discours dépend aussi de nos idéologies. Nous tendons typiquement à décrire les membres de notre groupe d'une façon neutre ou positive, et les membres d'autres groupes de façon négative. De façon similaire, nous atténuons les descriptions négatives des membres de notre groupe et amplifions celles des Autres. Voici comment Mme Gorman décrit un demandeur d'asile roumain :

(1) Il s'est produit un cas où un homme originaire de Roumanie, venu en bus pour assister à un match de football (…), a décidé qu'il ne voulait pas repartir, il s'est déclaré demandeur d'asile et quatre ans plus tard il est toujours là. Il n'a jamais exercé le moindre travail de sa vie (Gorman).

69AUTORITÉ (ARGUMENTATION) :

70Lors d'une discussion, et également au parlement, de nombreux locuteurs ont fallacieusement recours à la notion d'autorité pour appuyer leur point de vue, l'autorité étant généralement matérialisée par des institutions ou des personnes au-dessus de la mêlée des partis politiques ou qui sont généralement des experts reconnus ou des leaders moraux. Les organisations internationales (telles que les Nations Unies ou Amnesty), les universitaires, les médias, l'Eglise ou les tribunaux jouent souvent ce rôle. Les gens d'idéologies différentes citent typiquement différentes autorités. Ainsi M. Corbyn demande ironiquement à Mme Gorman si elle a lu les rapports d'Amnesty ou l'avertissement de Helsinki.

71CHARGE (TOPOS) :

72L'argumentation en défaveur de l'immigration est souvent basée sur différents arguments standard, ou topoï, qui représentent des prémisses qui sont prises pour argent comptant et considérées comme convenues et jugées suffisantes pour accepter la conclusion. Un des topoï du discours anti-immigration est que les demandeurs d'asile sont une « charge » financière pour « nous » :

(2) Il n'est pas juste que les contribuables de la région de Londres aient à supporter une proportion injustifiée de la charge des dépenses que ces gens occasionnent (Gorman).

73CATÉGORISATION (SENS) :

74Comme nous l'a aussi montré la psychologie sociale, chacun a tendance à catégoriser autrui, et c’est également ce qui se passe au Parlement, en particulier lorsque le débat concerne les Autres (immigrants, réfugiés, etc.). Le point le plus typique dans ce débat est la (sous)-catégorisation des demandeurs d'asile en « vrais » demandeurs d'asile et « faux » demandeurs d'asile, la catégorisation étant formulée de la façon suivante :

(3) Il y a, bien sûr, demandeurs d'asile et demandeurs d'asile (Gorman).

(4) … ces gens, dont une grande partie pourrait être appelée migrants économiques et dont certains sont seulement des profiteurs en vacances, qui restent en Grande-Bretagne… (Gorman).

75COMPARAISON (SENS, ARGUMENTATION) :

76Différentes des comparaisons rhétoriques, les comparaisons comme nous les entendons ici apparaissent typiquement dans les discours sur les réfugiés ou les minorités, surtout lorsque les locuteurs comparent des éléments de leur groupe à ceux qui lui sont extérieurs. Dans le discours raciste, ce qui est extérieur au groupe est comparé négativement, et ce qui appartient au groupe positivement. Dans le discours anti-raciste, nous comparons parfois négativement notre pays ou gouvernement aux répugnants régimes non démocratiques. Dans l'exemple qui suit, M. Corbyn utilise une comparaison argumentative avec la seconde guerre mondiale pour mettre en relief la situation critique des demandeurs d'asile :

(5) De nombreux soldats qui avaient été torturés au cours de la seconde guerre mondiale ont éprouvé pendant des années des difficultés à parler de leur expérience. Ce n'est pas différent pour les gens qui ont été torturés en Iran, en Irak, en Afrique de l'Ouest ou ailleurs (Corbyn).

77CONSENSUS (STRATEGIE POLITIQUE) :

78Réclamer ou insister sur le consensus national ou entre partis est une stratégie politique bien connue, utilisée dans des situations où le pays est menacé, par exemple par une attaque extérieure. L'immigration est souvent vue comme une menace de ce type. Mme Gorman insiste ainsi sur le fait que la loi en vigueur sur l'immigration est le fruit d'un consensus et que, par conséquent, elle ne devrait pas être remise en cause :

(6) Le Gouvernement, fort de l'appui des différents partis, a décidé de faire quelque chose à ce sujet (Gorman, C).

79CONTREFAITS (SENS, ARGUMENTATION) :

80« Que se passerait-il si… », cette expression typique du contrefait, est souvent utilisée dans ce débat par l'opposition travailliste, dans le but de suggérer aux conservateurs d'essayer d'imaginer comment seraient les choses s'ils étaient dans la situation des demandeurs d'asile, tentative de persuasion qui se rapporte à une demande d'empathie :

(7) Je suggère qu'il commence à réfléchir plus sérieusement à la question des droits de l'homme. Supposons qu'il ait dû fuir ce pays à cause de la prise de pouvoir par un régime opprimant. Où irait-il ? Il ne voudrait probablement pas d'aide de qui que ce soit, puisqu'il ne pense pas qu'une aide devrait être apportée à qui que ce soit (Corbyn).

(8) Si cela arrivait dans un autre pays, sous un régime que nous désapprouvons, le Gouvernement anglais dirait qu'il est criminel vis-à-vis des droits de l'homme que les prisonniers soient obligés d'entamer une grève de la faim pour attirer l'attention sur leur situation (Corbyn).

81disclaimers3 [« DÉMENTIS »] (SENS) :

82Les nombreux types de disclaimers se composent d'une combinaison bien connue de présentation de soi positive et de présentation de l'autre négative, une stratégie qui est basée sur l'idéologie. Notons que dans ces débats, les disclaimers ne sont généralement pas l'expression d’une ambiguïté d’attitude, dans laquelle seraient mentionnés les aspects à la fois positifs et négatifs de l'immigration, ou dans laquelle les valeurs humanitaires seraient approuvées d'une part, mais où d'autre part la « charge » des réfugiés serait au-delà de nos moyens. En fait, les disclaimers conservent brièvement la face en mentionnant nos caractéristiques positives, mais se concentrent ensuite presque exclusivement sur leurs caractéristiques négatives. D'où la qualification de la partie positive du disclaimer comme quelque chose d’ »  apparent » comme des dénégations apparentes, ou des concessions apparentes, une apparente empathie, etc. :

(9) [Empathie Apparente] Je comprends que de beaucoup de gens veuillent venir travailler en Grande-Bretagne, mais il y a une procédure par laquelle les gens peuvent légitimement devenir membre de notre communauté (Gorman).

(10) [Dénégation Apparente] Je n'ai pas dit que toutes les demandes d'asile venant des pays de l'Est de l'Europe étaient de fausses demandes. Cependant… (Gorman).

83EUPHEMISME (RHETORIQUE, SENS)

84La figure rhétorique bien connue de l’euphémisme, qui s'apparente à une démarche sémantique d'atténuation, joue un rôle important dans les discussions à propos des immigrés. A l'intérieur du cadre stratégique plus large qui consiste à se présenter positivement et surtout à éviter la formation d'impressions négatives, les opinions négatives sur les immigrés sont souvent mitigées, adoucies, notamment dans le discours étranger. La même chose vaut pour les caractéristiques négatives du propre groupe du locuteur. Le racisme ou la discrimination seront ainsi typiquement atténués respectivement en « ressentiment » ou « traitement injuste ». De la même manière, Mme Gorman utilise dans le débat le mot « décourager » (« décourager le nombre croissant de personnes venant de l'étranger.. » ) pour faire référence à la sévère politique d'immigration du gouvernement ; elle atténue ainsi les actions du gouvernement conservateur qu'elle soutient. De la même façon, l'opposition travailliste (Corbyn) trouve que le gouvernement conservateur condamne les régimes opprimants de façon « très silencieuse », au lieu d'utiliser un terme plus critique. Une telle atténuation par l'emploi des euphémismes peut à l'évidence s'expliquer à la fois en termes idéologiques (protection du groupe) aussi bien qu’en termes contextuels, par exemple comme faisant partie des exigences de politesse ou des autres règles régissant les interactions, qui sont caractéristiques des débats parlementaires.

85evidentiality 4 [« ÉVIDENCIALITÉ »] (SENS, ARGUMENTATION)

86Les revendications ou les points de vue sont plus crédibles dans une discussion si les locuteurs présentent une marque ou une preuve de leur savoir ou de leur opinion. Cela peut se faire en faisant référence à des figures d'AUTORITÉ ou à des institutions (voir plus haut), mais également à travers des formes variées d'évidencialité, à savoir comment et où les locuteurs ont obtenu leurs informations. On peut ainsi avoir lu l'information dans le journal, l'avoir apprise d'une personne fiable, ou avoir vu quelque chose de ses propres yeux. Dans les débats sur l'immigration en particulier, dans lesquels les croyances négatives sur les immigrants peuvent être entendues comme partiales, les preuves sont des éléments importants qui véhiculent objectivité et fiabilité et par conséquent crédibilité. Dans les histoires destinées à provoquer l'empathie, de telles preuves doivent bien sûr être apportées par les victimes elles‑mêmes. Quand les sources sont effectivement citées, l'évidencialité est liée à l'INTERTEXTUALITÉ. En voici deux exemples :

(11) Ce matin, je lisais une lettre d'un de mes électeurs (…) (Gorman).

(12) Les gens que j'ai rencontrés m'ont raconté, et ils sont une source sûre, comment ils avaient été traités par le régime en Iran (Corbyn).

87EXEMPLE / ILLUSTRATION (ARGUMENTATION) :

88Dans une argumentation, donner des exemples concrets est une démarche efficace que l'on peut trouver sous forme de vignette ou d'histoire brève, et qui illustre ou rend plus plausible un point général défendu par le locuteur. Les histoires concrètes sont généralement mieux mémorisées que les arguments abstraits, et elles ont plus d'impact émotionnel ; elles sont donc argumentairement plus persuasives. Bien entendu, la droite et la gauche vont avoir de chaque côté leurs propres histoires à raconter :

(13) Le Daily Mail d'aujourd'hui rapporte le cas d'une femme russe qui a réussi à rester en Grande-Bretagne pendant cinq ans. D'après le tribunal d'instance, elle a coûté 40 000 livres sterling aux contribuables britanniques. Elle a été arrêtée, bien entendu, pour vol (Gorman).

(14) Les gens que j'ai rencontrés m'ont raconté, et ils sont une source sûre, comment ils avaient été traités par le régime iranien, comment ils avaient été sommairement emprisonnés, sans accès aux tribunaux ; comment leurs familles avaient été battues et maltraitées en prison ; et comment le régime avait tué la fiancée d'un homme sous ses yeux parce qu'il refusait de parler des activités secrètes qu'il était supposé avoir (Corbyn).

89GÉNERALISATION (SENS, ARGUMENTATION) :

90Au lieu de présenter des histoires concrètes, les locuteurs peuvent également faire des généralisations qui, dans le discours raciste, sont typiquement utilisées pour formuler en les généralisant des préjugés sur les caractéristiques négatives des immigrants. Dans une stratégie populiste, les conservateurs peuvent de la même façon généraliser les sentiments négatifs à propos des demandeurs d'asile.

(15) Ces choses continuent et elles se font sous le nez de tous les électeurs (Gorman).

91HYPERBOLE (RHETORIQUE) :

92Les hyperboles sont des éléments sémantiques rhétoriques qui accentuent le sens. Dans la stratégie globale de présentation positive de soi et négative de l'Autre, nous pouvons ainsi nous attendre à ce que les prétendues mauvaises actions ou propriétés des Autres soient exprimées en termes hyperboliques (et nos mauvaises actions en termes atténués) dans les débats parlementaires sur l'immigration. Parfois l'utilisation de MÉTAPHORES spéciales implique de telles formes hyperboliques, comme c'est le cas dans l'emploi de l'expression « ouvrir les vannes », utilisée par Mme Gorman pour faire référence à l'arrivée de nombreux demandeurs d'asile. Et inversement, à gauche, les locuteurs travaillistes vont bien sûr accentuer la nature mauvaise des régimes autoritaires, et comme le fait M. Corbyn, les caractériser de « profondément opprimants », et les réfugiés venant de ces pays « désespérés ».

93L’IMPLICITE (SENS) :

94Pour de nombreuses raisons « pragmatiques » (contextuelles), les locuteurs n'ont pas besoin de dire, et ne disent pas, tout ce qu'ils savent ou croient. Une large part du discours reste en effet implicite et cette information implicite peut être inférée par les récepteurs grâce au savoir et aux attitudes partagés et ainsi intégrés aux modèles mentaux de l'évènement ou de l'action représentés dans le discours. Dans les débats sur l'immigration, l'implicite peut être utilisé comme un moyen pour véhiculer des significations dont la formulation explicite pourrait être interprétée comme non objective ou raciste. Ainsi lorsque Mme Gorman dit que de nombreux réfugiés viennent de pays d'Europe de l'Est qui ont récemment été « libérés », elle laisse entendre que les gens de ces pays ne peuvent pas être de véritables demandeurs d'asile puisque les démocraties n'oppriment pas leurs citoyens (un point qui sera plus tard attaqué par l'opposition travailliste). Et la même chose vaut lorsqu'elle décrit ces réfugiés comme des « hommes capables physiquement », expression qui implique qu'ils n'ont besoin d'aucune aide de notre part.

95IRONIE (RHÉTORIQUE)

96Les accusations peuvent se révéler plus efficaces lorsqu'elles se font sous des formes apparemment plus douces d'ironie que lorsqu'elles sont faites directement (ce qui pourrait violer les contraintes de face). Il y a bien sûr beaucoup d'ironie dans les critiques et attaques mutuelles des Conservateurs et des Travaillistes, et elles caractérisent la dimension interactionnelle propre au débat. Cependant, lorsque l’on parle des immigrants, l'ironie peut également servir à altérer l’image des demandeurs d'asile, comme c'est le cas pour l'expression « découvrent soudainement », présente dans l'exemple suivant et impliquant qu'une telle « découverte soudaine » ne peut qu'être feinte puisque les demandeurs d'asile savaient prétendument depuis toujours qu'ils venaient dans le pays pour y rester :

(16) Trop de demandeurs d'asile entrent initialement dans le pays pour rendre visite à de la famille, en tant que touristes, étudiants ou hommes ou femmes d'affaire, et découvrent soudainement qu'ils veulent rester en tant que demandeurs d'asile (Shaw).

97REMOTIVATION SEMANTIQUE 5 (STYLE) : 

98Au niveau local de l'analyse, les débats sur les demandeurs d'asile doivent exprimer des croyances et concepts sous-jacents à travers des items lexicaux spécifiques. Des significations similaires peuvent ainsi être exprimées selon les occasions en des termes différents, selon la position, le rôle, les objectifs, le point de vue ou l'opinion du locuteur ; c’est-à-dire en fonctions des caractéristiques du contexte. Dans le discours conservateur qui s’oppose à la politique libérale de l'immigration, on trouve des expressions négatives plus ou moins flagrantes pour désigner les réfugiés et leurs actions. Ces expressions mettent ainsi en oeuvre, grâce au lexique, la stratégie idéologique globale de la présentation négative de l'Autre. Dans ce débat, nous pouvons ainsi trouver des expressions telles que « immigrants économiques », « faux demandeurs d'asile » ou « parasite », comme on en trouve dans les tabloïds anglais. D'un autre côté, la remotivation sémantique dans un discours favorable aux réfugiés permet de concentrer la présentation négative des régimes totalitaires et de leurs actes, par des expressions comme « oppression », « écrasement », « torture », « maltraitance » ou « injustice ».

99MÉTAPHORE (SENS, RHÉTORIQUE) :

100Peu de figures sémantico-rhétoriques servent autant la persuasion que les métaphores, et c'est le cas dans les débats sur l'immigration. Des significations abstraites, complexes, inhabituelles, nouvelles ou émotionnelles peuvent être rendues plus familières ou plus concrètes grâce à la métaphore. Une métaphore quasiment type (si ce n'est un topos) est celle de l'inondation et du flux des eaux, utilisée pour faire référence aux réfugiés et à leur arrivée et symbolisant la menace irrésistible de l'immigration, dans laquelle nous pourrions tous nous « noyer ». Mme Gorman met ainsi en garde contre des changements de la loi en vigueur en disant que de tels changements « ouvriraient à nouveau les vannes ». Un autre domaine sémantique notoire des métaphores est celui des animaux : les gens sont décrits en termes animaliers (agressifs, repoussants, etc.), comme c'est le cas pour les demandeurs d'asile, que Mme Gorman qualifie de « parasites ».

101GLORIFICATION NATIONALE (SENS) :

102La présentation positive de soi peut prendre, en particulier dans les discours parlementaires sur l'immigration, la forme de types variés de glorification nationale : références positives au pays dont le locuteur est citoyen, louanges envers la nation, ses principes, son histoire et ses traditions. Les idéologies racistes peuvent ainsi être combinées à des idéologies nationalistes, comme nous l'avons vu plus haut. Ce type de rhétorique nationaliste n'est pas le même dans tous les pays. La rhétorique nationaliste est tout à fait naturelle aux Etats-Unis, assez commune en France (en particulier à droite), et pas inhabituelle en Allemagne. Aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, la glorification nationale est moins explicite. On trouve pourtant, dans les débats parlementaires qui nous intéressent, l'exemple type suivant (probablement même un topos) :

(17) La Grande-Bretagne a toujours honoré la Convention de Genève et toujours offert refuge à ceux qui ont une crainte réellement fondée de persécution dans le pays qu'ils ont fui ; pour ces gens, le premier pays sûr dans lequel ils peuvent se réfugier est le Royaume Uni (Wardle).

103PRÉSENTATION NÉGATIVE DE L'AUTRE (MACROSTRATÉGIE SÉMANTIQUE) :

104Comme le montrent les exemples précédents, la catégorisation des individus comme « ceux qui font partie du groupe » et « ceux qui sont extérieurs au groupe » et même la division entre « les bons qui sont extérieur au groupe » et les mauvais qui sont extérieurs au groupe », n'est pas sans rapport avec les valeurs, mais cette catégorisation est imprégnée d’applications basées sur l’idéologie des normes et des valeurs. Tout au long de ce débat, Mme Gorman décrit ainsi les demandeurs d'asile en termes de « profiteurs » ou de « faux » immigrants. La présentation négative de l'autre est généralement complémentaire de la présentation positive de soi.

105EXPRESSION DE LA NORME :

106Le discours antiraciste est bien sûr fortement normatif, et décrie le racisme, la discrimination, les préjugés et les politiques anti-immigration, dans des discours parfois explicitement normatifs à propos de ce que « nous » (au parlement, en Angleterre, en Europe, etc.) devrions ou ne devrions pas faire :

(18) Nous devrions avoir une attitude différente vis-à-vis des demandeurs d'asile (Corbyn).

107JEU DES CHIFFRES (RHÉTORIQUE, ARGUMENTATION) :

108Une grande partie de la discussion est orientée vers le renforcement de la crédibilité, et ce à travers des démarches discursives qui mettent l'accent sur l'objectivité. Dans notre culture, les chiffres et les statistiques représentent le tout premier moyen utilisé pour présenter l'objectivité de manière convaincante, et on les trouve régulièrement dans la presse. Les arrivées d'immigrants sont généralement accompagnées de chiffres, et c'est également le cas au parlement. A propos du « coût » des immigrants :

(19) Cela ouvrirait à nouveau les vannes, et ce serait vraisemblablement le cas aussi pour le coût de 200 millions de livres sterling annuels qui a été estimé quand la législation a été introduite (Gorman, C).

109POLARISATION, CATÉGORISATION NOUS-EUX (SENS) :

110Dans les débats sur les Autres, peu de stratégies sémantiques sont aussi prédominantes que l'expression de cognitions polarisées et la division des individus en catégories comme « faisant partie du groupe » (NOUS) et « extérieur au groupe » (EUX). Cela suggère que les discours et textes sur les immigrants ou les réfugiés sont fortement contrôlés par les représentations sociales sous-jacentes (attitudes, idéologies) des groupes plutôt que par des modèles d'évènements uniques ou des personnes individuelles (à moins que ceux-ci ne soient utilisés comme exemples pour illustrer un point général). La polarisation peut aussi s'appliquer aux sous-catégories des « extérieurs au groupe », à savoir « bons » extérieurs au groupe et « mauvais » extérieurs au groupe, comme c'est le cas pour les amis et alliés d'un côté, et les ennemis de l'autre. Notons que la polarisation peut être renforcée, au niveau rhétorique, lorsqu'elle est exprimée à travers des contrastes clairs, c'est-à-dire en attribuant des propriétés sémantiquement opposées à NOUS et EUX. Les exemples abondent dans notre débat, mais nous n’en donnerons qu’un typique :

(20) Il est vrai que, dans de nombreux cas, ils ont fait des économies pour leurs vieux jours, qu'ils ont une petite pension en plus de leur retraite et qu'ils paient leur loyer et leurs factures et ne demandent rien à l'Etat. Ces gens sont fiers et heureux de leur situation. Ces gens ne devraient pas être exploités par des individus qui exploitent le système (Gorman, C).

111PRÉSENTATION POSITIVE DE SOI (MACROSTRATÉGIE SÉMANTIQUE) :

112Les propos de groupe sont souvent caractérisés par une autre stratégie globale, à savoir le favoritisme envers le groupe ou « présentation positive de soi », et cela qu'elle soit ou non combinée avec le dénigrement de ce qui est extérieur au groupe. Cette stratégie peut prendre une forme plus individuelle – volonté de garder la face ou de gérer les impressions, comme c'est le cas avec les démentis habituels du type : « je ne suis pas raciste, mais… », ou une forme plus collective dans laquelle le locuteur insiste sur les caractéristiques positives de son propre groupe, par exemple son propre parti politique ou son propre pays. Dans le contexte des débats sur l'immigration, cette présentation positive de soi se manifeste souvent à travers une insistance sur la tolérance, l'hospitalité, l'absence de parti pris, le respect des droits de l'Homme ou l'EMPATHIE qui caractérise le groupe ou bien encore le respect de la loi et des accords internationaux. La présentation positive de soi est essentiellement idéologique, parce qu'elle est basée sur le schéma positif qui définit l'idéologie du groupe. En voici un exemple :

(21) Je soutiens totalement la politique menée par le gouvernement pour aider les véritables demandeurs d'asile, mais… (Gorman, C)

113POPULISME (STRATÉGIE POLITIQUE) :

114Le populisme est l'une des principales stratégies générales utilisées dans le discours conservateur sur l'immigration. Il existe plusieurs variantes et plusieurs composants de cette stratégie. La stratégie de base consiste à déclarer (par exemple contre l'opposition travailliste) que « le peuple » (ou « tout le monde » ) n’est pas en faveur d’une augmentation de l'immigration, ce qui est également une tromperie argumentative bien connue. Dans ce débat plus particulièrement, la stratégie du populisme est combinée au topos de la charge financière : les gens ordinaires (les contribuables) doivent payer pour les réfugiés. Voici un exemple d'emploi de cette stratégie, parmi les très nombreux exemples existant dans notre débat :

(22) Il est injuste que les contribuables de la région de Londres aient à supporter une proportion indue de la charge des dépenses que ces gens causent (Gorman).

115PRÉSUPPOSITION (SENS) :

116Les discours sont comme des icebergs proverbiaux : la plupart de leurs contenus sémantiques ne sont pas exprimés explicitement par ce qui est présupposé connu, mais inférés grâce au savoir socioculturel général. Stratégiquement, les présuppositions sont souvent utilisées pour marquer la vérité d'une proposition lorsque cette vérité n'est pas établie du tout :

(23) Je me demande si l'honorable gentleman peut dire à la Chambre quel mandat lui a donné le peuple britannique pour partager leur citoyenneté avec des étrangers ? (Gill).

117FLOU SÉMANTIQUE (SENS) :

118Dans pratiquement toutes les sortes de contextes, les locuteurs peuvent employer des expressions « vagues », c'est-à-dire des expressions qui n'ont pas de référents bien déterminés, ou qui font référence à des éléments flous. Des quantifieurs vagues (« peu de », « beaucoup de » ), des adverbes (« très » ), des noms (« chose » ) et des adjectifs (« bas », « élevé » ) sont, entre autres expressions, typiques de ce genre de discours. Etant donné les contraintes normatives qui pèsent sur le discours de parti pris et l'importance de la quantification dans les débats sur l'immigration, nous pouvons tout particulièrement nous attendre à des formes variées de flou sémantique, comme c'est le cas avec « Dieu seul sait combien » et « largement répandu » dans   l’exemple suivant :

(24) Dieu seul sait combien coûte l'aide légale que ces gens invoquent pour pouvoir continuer à remettre en question la décision de rejet prise à leur égard (Gorman, C).

119VICTIMISATION (SENS) :

120Avec la DRAMATISATION et la POLARISATION, le discours sur l'immigration et les relations ethniques est largement organisé autour de la paire binaire NOUS-EUX, qui correspond à 'faisant partie du groupe' et 'extérieur au groupe'. Ainsi, pour accentuer la nature « mauvaise » des immigrants, les locuteurs peuvent raconter d'horribles histoires sur les pauvres nationaux, par exemple sur les enfants :

(25) Beaucoup de ces gens vivent dans de vieux appartements de l'association Peabody. Ils ont des revenus modestes. Beaucoup d'entre eux sont âgés et vivent de leur petite pension d'Etat ou parfois de leur retraite. Ils paient entièrement leur loyer et paient également toutes leurs dépenses. Maintenant on va leur demander de payer 35 livres sterling pour des hommes physiquement capables qui sont venus ici en vacances prolongées et qui réclament que le contribuable britannique les soutienne.

121Les catégories et exemples que nous venons de voir ne se limitent pas aux idéologies sociales racistes ou anti-racistes, ni aux idéologies politiques socialistes ou conservatrices. Pratiquement toutes ces catégories s'appliquent également aux idéologies machistes et féministes ou pacifistes et militaristes, et à leurs discours. En d'autres termes, il s’agit de groupes de ressources plutôt générales que les membres acquièrent et utilisent pour rendre compte de leurs idées et de leurs pratiques sociales, et pour les défendre. En effet, nous n'avons pas besoin d'apprendre totalement un nouveau discours ou un nouveau texte idéologique lorsque nous devenons membre d'un autre groupe social ou politique ou que nous nous identifions à lui.

5. Conclusion

122Il y a une relation étroite entre discours, idéologie et politique, au sens où la politique est généralement aussi bien discursive qu'idéologique et que les idéologies sont largement reproduites par les textes et les discours. Traditionnellement, les idéologies sont vaguement et négativement définies en terme de « conscience fausse ». Dans une approche plus contemporaine et multidisciplinaire, les idéologies sont décrites comme la fondation axiomatique des représentations sociales partagées par les groupes. Ces idéologies générales forment la base d'attitudes de groupe plus spécifiques, qui peuvent à leur tour influencer les opinions individuelles des membres des groupes, leurs constructions ou interprétations d'évènements spécifiques, tout autant que les pratiques sociales et les discours dans lesquels les membres du groupe s'engagent. En politique, les idéologies jouent spécifiquement le rôle de définir les systèmes politiques, les organisations, les mouvements, les pratiques politiques et la cognition politique, qui sont tous reproduits ou mis en oeuvre par le discours politique. Dans le discours politique, les idéologies politiques sous-jacentes sont typiquement exprimées en insistant sur « nos » caractéristiques positives et « leurs » caractéristiques négatives, et par l'atténuation de « nos » caractéristiques négatives et « leurs » caractéristiques positives. Cette stratégie générale peut être mise en oeuvre à tous les niveaux du discours. Dans les exemples extraits d'un débat sur les demandeurs d'asile au parlement britannique, nous avons ainsi pu voir les nombreuses façons par lesquelles les idéologies peuvent être exprimées, par exemple dans les descriptions faites par l'acteur politique, à travers des arguments faux, des démentis, des métaphores, des comparaisons, des euphémismes, des hyperboles, etc.

Haut de page

Bibliographie

Abercrombie, N., Hill, S., & Turner, B. S.,1980, The dominant ideology thesis. London Boston : G. Allen & Unwin.

Ball, T., & Dagger, R., 1999, Political ideologies and the democratic ideal. New York : Longman.

Billig, M., 1982, Ideology and Social Psychology. Oxford : Basil Blackwell.

Billig, M.,1988, Ideological dilemmas : A social psychology of everyday thinking. London Newbury Park : Sage Publications.

Billig, M., 1991, Ideology and opinions : Studies in rhetorical psychology. London Newbury Park, Calif. : Sage Publications.

Bourdieu, P., & Eagleton, T., 1994, Doxa and Common Life : An Interview. In S. Zizek, Mapping Ideology. (pp. 265-277). London : Verso.

Chilton, P. A., 1995, Security metaphors. Cold war discourse from containment to common house. New York : Lang.

Chilton, P. A., 2004, Analysing Political Discourse : Theory and Practice, London, Routledge.

Chilton, P. A., & Schäffner, C. (Eds.), 2002, Politics as Text and Talk : Analytic Approaches to Political Discourse, John Benjamins, Amsterdam.

Duranti, A., & Goodwin, C., (Eds.), 1992, Rethinking Context : Language as an Interactive Phenomenon Cambridge : Cambridge University Press.

Eagleton, T., 1991, Ideology. An introduction. London : Verso Eds.

Eatwell, R. (Ed.), 1999, Contemporary political ideologies. New York : Pinter.

Fairclough, N., 1989, Language and power. London New York : Longman.

Fairclough, N., 1995, Critical discourse analysis. The critical study of language. London : Longman.

Fowler, R., 1991, Language in the news : Discourse and ideology in the British press. London New York : Routledge.

Fowler, R., Hodge, B., Kress, G., & Trew, T., 1979, Language and control. London : Routledge & Kegan Paul.

Freeden, M., 1996, Ideologies and political theory. A conceptual approach. Oxford : Clarendon Press.

Goodin, R. E., & Klingemann, H. D. (Eds.), 1996, A New handbook of political science. New York, NY : Oxford University Press.

Gramsci, A., 1971, Prison notebooks. New York : International Publishers.

Gumperz, J. J., 1982, Language and social identity. Cambridge (England New York : Cambridge University Press.

Hodge, B., & Kress, G. R., 1993, Language as ideology. London New York : Routledge.

Larraín, J., 1979, The concept of ideology. London : Hutchinson.

Leach, R., 2002, Political ideology in Britain. New York : Palgrave.

Pêcheux, M., 1982, Language, semantics, and ideology. New York : St. Martin's Press.

Potter, J., 1996, Representing reality : Discourse, rhetoric and social construction. London Thousand Oaks, CA : Sage.

Seliger, M., 1976, Ideology and politics. London : Allen & Unwin.

Van Dijk, T. A., 1998, Ideology : A multidisciplinary approach. London : Sage.

Van Dijk, T. A., 1999, Context models in discourse processing. In : van Oostendorp, Herre, & Goldman, Susan R. (Eds.), The construction of mental representations during reading. (pp. 123-148). Mahwah, NJ, USA : Lawrence Erlbaum Associates.

Van Dijk, T. A., 2001, “Discourse, ideology and Context”. Folia Linguistica XXXV/1-2, 11-40.

Van Dijk, T. A., 2003, “Text and context of parliamentary debates”. In Paul Bayley (Ed.), Cross-Cultural Perspectives on Parliamentary Discourse. (pp. 339-372). Amsterdam : Benjamins.

Wilson, J., 1990, Politically speaking. Oxford : Blackwell.

Wodak, R. (Ed.), 1989, Language, power, and ideology studies in political discourse. Amsterdam Philadelphia : J. Benjamins Co.

Wodak, R., & Menz, F. (Eds.), 1990, Sprache in der Politik- Politik in der Sprache. Analysen zum öffentlichen Sprachgebrauch. (Language in politics- politics in language. Analyses of public language use). Klagenfurt : Drava.

Wodak, R., & Meyer, M. (Eds.), 2001, Methods of critical discourse analysis. London : Sage.

Zizek, S., 1994, Mapping ideology. London : Verso.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la traduction de Politics, Ideology and Discourse, Troisième version, Août 2005, chapitre extrait de Encyclopedia of Language and Linguistics, Section Language and Politics – Ed. Ruth Wodak, 2004.
2 NdT : Nous traduisons ainsi l’expression « glass ceiling », littéralement « plafond de verre », qui réfère en anglais à un empêchement officieux rencontré par les femmes ou les membres d’une minorité face à une promotion dans un emploi.
3 NdT : Faute de trouver ici une traduction tout à fait satisfaisante, nous conservons le terme anglais. La définition de « disclaimer » donnée par l'Oxford English Dictionary, dictionnaire de référence de la langue anglaise, se résume ainsi : un 'disclaimer' est l'action ou l'acte par lequel on rejette la déclaration de quelqu'un d'autre ou tout ou partie de sa propre déclaration comme relevant de l'invention. C'est également le déni ou le désaveu d'une déclaration précédente.
4 NdT : Le terme anglais evidenciality signifie ce qui relève de l’évidence, ce qui apporte la preuve.
5 NdT : Nous traduisons ainsi le terme anglais « Lexicalisation ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teun Van Dijk, « Politique, Idéologie et Discours », Semen [En ligne], 21 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/1970

Haut de page

Auteur

Teun Van Dijk

Universitat Pompeu Fabra- Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page