Navigation – Plan du site

« Formules » et « lieux discursifs » : propositions pour l’analyse du discours politique

(entretien avec Alice Krieg-Planque, par Philippe Schepens)
Alice Krieg-Planque

Résumé

Intéressé par la démarche suivie par Alice Krieg-Planque dans son livre « Purification ethnique ». Une formule et son histoire (Paris, CNRS Editions, coll. Communication, 2003, 523 p.), le Laseldi a demandé à l’auteure d’exposer ses méthodes et positions théoriques. Après avoir caractérisé la notion de « formule », et situé ses propositions dans la continuité d’autres travaux sur les discours politiques, Alice Krieg-Planque précise certaines étapes du parcours qui ont permis cette recherche. Au plan méthodologique, l’accent est mis sur la constitution du corpus, à travers les questions du filtrage des données et des possibilités de leur comptage. Ces considérations amènent à des réflexions théoriques, notamment sur l’importance de l’interdiscours. Au-delà de la notion de « formule », celle de « lieux discursifs » est mise en place selon une conception des discours très attentive aux matérialités et constitue une proposition pour qui veut saisir les discours à travers les différentes formes de figements qu’ils modèlent et font circuler. Chemin faisant, l’auteure aborde aussi la question de l’interdisciplinarité et de la façon dont la linguistique et l’analyse du discours peuvent, ou non, être en contact avec d’autres disciplines (sciences de l’information et de la communication en particulier). Enfin, en divers points de l’entretien, Alice Krieg-Planque propose de poursuivre l’exploration de certaines notions et objets : notion de « contre-discours » (centrale selon l’arrière-plan bakhtinien du travail), notion d’« interprétant raisonnable » (convoquée pour la constitution du corpus), notion d’« événement de discours » (constitutive de la dimension réflexive des formules), formule « développement durable » (majeure dans les enjeux politiques et sociaux contemporains)…

Haut de page

Texte intégral

1Philippe Schepens : Ton travail suscite, dans notre laboratoire, beaucoup d’intérêt : il se situe en analyse de discours, développe un point de vue largement bâti sur un arrière-plan bakhtinien ; il rassemble un corpus énorme qui s’étend sur une longue période ; pour notre part, nous avons commencé à nous demander comment travailler sur les corpus électroniques de presse, qui deviennent de plus en plus disponibles. Sans que ta démarche recouvre complètement ce domaine, elle joue pour nous un rôle précurseur. Un des problèmes posé par l’analyse des très gros corpus, c’est de trouver tout à la fois ce qui va filtrer les données et ce qui va jouer le rôle d’interprétant. Il me semble que ta démarche passe par une réflexion approfondie sur la notion de formule. Pourrais-tu reprendre les étapes méthodologiques et les considérants épistémologiques qui t’ont conduite à cette définition :

« A un moment du débat public, une séquence verbale, formellement repérable et relativement stable du point de vue de la description linguistique qu’on peut en faire, se met à fonctionner dans les discours produits dans l’espace public comme une séquence conjointement partagée et problématique. Portée par des usages qui l’investissent d’enjeux socio-politiques parfois contradictoires, cette séquence connaît alors un régime discursif qui fait d’elle une formule : un objet descriptible dans les catégories de la langue, et dont les pratiques langagières et l’état des rapports d’opinion et de pouvoir à un moment donné au sein de l’espace public déterminent le destin – à la fois envahissant et sans cesse questionné – à l’intérieur des discours. » (« Purification ethnique ». Une formule et son histoire, p. 14)

2Alice Krieg-Planque : Tout d’abord je te remercie d’avoir pris l’initiative de cette discussion, et je dis ma reconnaissance à Semen et au Laseldi d’accueillir notre échange. L’ouvrage que j’ai publié chez CNRS Editions, avec ses 523 pages, est volumineux. Malgré cela, il ne reprend pour l’essentiel que deux des six chapitres de la thèse que j’avais soutenue en 20001. Pour la publication, je n’ai pas retenu le premier chapitre de la thèse, lequel s’intitulait « La notion de formule : circonscription de l’objet et repères théoriques ». Grâce à cette amputation et à d’autres, le livre est lisible, bien centré sur l’analyse de la formule « purification ethnique » et sur les résultats que j’ai dégagés. Mais je conçois que certaines absences se fassent sentir. L’entretien que nous avons aujourd’hui me donne l’occasion de préciser certains points de la démarche, et, vraiment, je t’en remercie. C’est sans doute grâce aux coupes opérées que l’ouvrage a pu être si bien accueilli dans des disciplines et par des revues aussi diverses : en sciences du langage bien sûr, mais aussi en science politique, histoire, sociologie, sciences de l’information et de la communication, études balkaniques également, et même dans des revues de débat et d’idées, alors que la thèse elle-même est clairement une thèse de sciences du langage. Mais c’est également à cause de ces suppressions que ce copieux volume peut laisser sur sa faim : comme souvent dans les livres, on y montre peu le travail – pourtant savoureux déjà – qui s’opère « en cuisine ».

3Tu viens de lire le passage dans lequel je propose une caractérisation de la notion de formule. J’ai eu recours à celle-ci pour analyser un ensemble de discours se rapportant principalement aux guerres yougoslaves des années 1990, mais on pourrait aussi envisager dans cette perspective des formulations telles que « droit d’ingérence », « mondialisation », « globalisation », « choc des civilisations », « exclusion », « fracture sociale », « développement durable », « commerce équitable », « gouvernement responsable », patriotisme économique…

4Dans la mise en place de cette notion, je me suis appuyée sur le travail de Jean-Pierre Faye sur la formule « Etat total » et sur les recherches de Pierre Fiala et Marianne Ebel, en particulier sur les formules « Überfremdung » (emprise et surpopulation étrangères) et « xénophobie », lesquelles s’inscrivent explicitement dans la perspective fayenne. En même temps, par définition, on ne peut pas dire que j’emprunte à Faye la notion de formule : le projet même de Faye interdit ce transfert. Jean-Pierre Faye a pour ambition de mettre « à découvert les conditions de la production et de la circulation des récits, et leur pouvoir propre »2 au moyen de ce qu’il appelle un « surrécit », c’est-à-dire un « récit des récits » (en l’occurrence il s’agit des récits produits par les idéologues et les acteurs du politique dans l’entre-deux-guerres italien et, surtout, allemand). Le surrécit, écrit Faye, est un « procès de connaissance »3 « qui prend en compte les ‘fragments de récit’ et les désarticule, tout en les réarticulant sur un autre niveau »4. Le projet de surrécit a pour conséquence que le chercheur doit utiliser comme métalangage les termes mêmes de son langage-objet. Car le projet de surrécit porte en lui l’idée que l’histoire produit ses propres concepts, et que par conséquent elle est son propre métalangage : les mots qui appartiennent aux récits produits dans l’histoire seront aussi les mots utilisés par l’historien qui fera le récit de ces récits. Si Faye parle de « la formule ‘Etat total’ », c’est parce que Carl Schmitt lui-même a parlé de « formule » et parce qu’Ernst Forsthoff avait dit : « L’Etat total est une formule. » Faye choisit donc le terme de « formule » en dehors de toute référence à un métalangage scientifique, et, bien au contraire, parce qu’il s’agit d’un mot du langage-objet lui-même. De mon côté, j’aurais bien sûr pu invoquer le fait que des commentateurs – Faye dirait des « récitants » – des guerres yougoslaves qualifient de « formule » les expressions « purification ethnique », « nettoyage ethnique » ou « épuration ethnique ». Mais cela aurait constitué une navrante tentative de masquage de la distance que je prends et tiens à prendre avec Faye. Je préfère dire que mon travail doit beaucoup à l’œuvre heuristique de Faye, que j’ai rencontrée au bon moment, mais que fondamentalement mon travail trahit cette œuvre, heureusement.

5Ph. Schepens : Cette trahison n’est pas gratuite. Elle vise à introduire du vérifiable, du « falsifiable » pour prendre un grand mot, ou plus simplement des catégories de description un peu stables.

6A. Krieg-Planque : De fait, l’œuvre de Jean-Pierre Faye est celle d’un philosophe qui tient en main le stylographe du poète qu’il est aussi à ses heures. La mise en page et la typographie elles-mêmes sont parties intégrantes d’un travail singulier dont Langages totalitaires5 est la pierre angulaire, et dont on trouve des reprises ressassantes encore vingt-cinq ans plus tard : Le siècle des idéologies6, et Le langage meurtrier7 (qui est une version abrégée et remaniée de Langages totalitaires) témoignent en cela à la fois de l’écriture de Faye comme esthétique de la répétition et de la reprise, et de la difficulté de Faye à avancer dans certaines de ses propositions.

7Pierre Fiala et Marianne Ebel, tout en prolongeant les idées fayennes, dont ils sont des familiers critiques, ont introduit dans l’analyse des formules des catégories utiles pour l’analyse de discours. Leur approche m’a beaucoup aidée à préciser mon objet, même si finalement j’ai dû me fournir ailleurs concernant les catégories d’analyse auxquelles j’ai recouru. Pierre Fiala et Marianne Ebel ont un corpus et des méthodes (ce qui n’était pas du tout dans le propos de Faye). Ils procèdent à l’analyse des reformulations paraphrastiques, au repérage des néologismes, etc., et d’une façon générale ils prennent les réalités linguistiques au sérieux.

8Ph. Schepens : Comment ont-ils envisagé la notion de formule, dont tu dis qu’elle est « inempruntable », et que tout de même ils mettent en œuvre ?

9A. Krieg-Planque : Pierre Fiala et Marianne Ebel s’intéressent à l’emploi des termes « Überfremdung » et « xénophobie » dans la Suisse romande des décennies 1960-1970. Le matériau sur lequel ils travaillent est divers : textes législatifs, articles parus dans deux quotidiens suisses francophones, lettres de lecteurs adressées à ces mêmes journaux, textes syndicaux, entretiens avec des acteurs du politique… L’analyse de Fiala et Ebel est particulièrement centrée sur les trois campagnes de « votation » qui, en 1970, 1974 et 1977, demandent aux citoyens suisses de se prononcer par « oui » ou par « non » sur une proposition de limitation de l’immigration. L’objectif des auteurs est d’analyser, par-delà la diversité des pratiques langagières, les unités lexicales « Überfremdung » et « xénophobie » en tant qu’elles cristallisent certains thèmes socio-politiques et accèdent à un fonctionnement polémique.

10- L’expression « Überfremdung » (et ses diverses traductions) apparaît bien avant les votations des années 1970. On la trouve en toutes lettres dans des textes législatifs sur la police des étrangers de 1917, 1919, 1921 et 1931. Ce n’est cependant que dans les années 1960 que l’expression commence à se constituer en formule, c’est-à-dire à être une unité qui signifie quelque chose – mais non pas la même chose – pour tous en même temps qu’elle devient l’objet de polémiques. Un fait témoigne de ce tournant opéré alors par l’expression « Überfremdung » : certains attribuent, à tort, la paternité de ce mot au seul mouvement anti-étrangers de James Schwarzenbach. Autrement dit ce n’est que dans les années 1960 que l’expression est devenue remarquable, constituant ce que j’appelle pour ma part un « événement de discours »8. Les débats qui accompagnent les votations des années 1970 marquent une réactivation, sous forme de slogan, de cette expression qui remonte à la Première Guerre mondiale. Les mouvements anti-étrangers prônent la « lutte contre l’Überfremdung ». On revendique le terme. On tente de le définir, pour en conclure que la « surpopulation étrangère » existe ou qu’elle n’existe pas. C’est face à cette première formule que se constitue la formule « xénophobie ».

11- « Xénophobie » et « xénophobe » sont en effet utilisés comme termes d’accusation à l’égard des partisans de la lutte contre la « surpopulation étrangère ». Ils visent à « étiqueter les partisans des initiatives anti-étrangers, à les circonscrire, à les condamner d’un point de vue moral, à les isoler politiquement »9. Dans les débats qui accompagnent les votations, l’accusation de xénophobie s’est constituée, écrivent Pierre Fiala et Marianne Ebel, « comme référent social dominant, ce qui a contraint tout locuteur, partisan ou adversaire de l’initiative, à se situer par rapport à elle. Dans ce cadre les partisans de l’initiative se trouvent en position de ‘réponse’ à l’accusation et les discours produits par eux ne peuvent se construire qu’autour du rejet de la formule. En effet les adversaires de l’initiative ont imposé l’assertion ‘Vous êtes xénophobes’, qui, désignant-interpellant leurs interlocuteurs, a pris la forme d’une accusation. Les partisans de l’initiative ont ainsi été mis en demeure de se défendre. »10

12Pierre Fiala et Marianne Ebel insistent sur le fait qu’une formule est un référent social : en disant qu’ » Überfremdung » et « xénophobie » sont des référents sociaux, écrivent-ils, « nous entendons par là que dans les années 60-80 tout locuteur, individuel ou collectif, savait ou prétendait savoir ce que ‘signifiaient’ ces formules »11. Ce caractère de référent social de la formule, Fiala et Ebel en trouvent les manifestations dans la paraphrase et la circulation.

13Des énoncés paraphrastiques tels que « Les étrangers sont une lourde charge pour nos institutions sociales » ou « Ils nous prennent nos logements » attestent par exemple l’existence d’un thème que cristallise la formule « Überfremdung ». Durant les campagnes référendaires, les termes « Überfremdung » et « xénophobie » ont ainsi, selon les auteurs, « condensé en eux une masse considérable de discours, auxquels ils servaient d’équivalents sémantiques. Enoncer l’un ou l’autre, c’était mettre en circulation des significations multiples, contradictoires, renvoyant à l’existence de séries d’énoncés paraphrastiques, bien attestés, par lesquels les deux termes se trouvaient définis »12. Dire des formules qu’elles circulent, c’est dire que les gens en parlent, que ses lieux de surgissement se diversifient, qu’elle devient un objet partagé du débat. A côté de la paraphrase, un autre phénomène retient l’attention des auteurs : c’est, disent-ils, la « productivité lexicologique » de la formule. Le mot « xénophobe » donne lieu en effet à des néologismes par dérivation tels que « xénophomatique » ou « antixénophobes ». Ces faits de néologie, écrit Fiala, « sont significatifs de la circulation sociale de la formule »13. Des néologismes produits par lapsus, tel que le mot attesté « xénophone », sont eux aussi l’indice que la formule est devenue un passage obligé des discours : « Le locuteur dans une situation de polémique est amené à s’emparer d’un lexème qui ne lui est pas familier, voire à en créer un sur la base d’un schéma familier. »14 Créations volontaires ou non, les proliférations lexicales de la formule témoignent de sa mise en circulation dans le corps social. J’ai pu l’observer à propos de la formule « purification ethnique », comme quiconque en établirait le constat en étudiant une autre formule (par exemple l’étude de « mondialisation » amène à rencontrer « macdonaldisation », et celle de « fracture sociale » à observer « fracture numérique »).

14L’importance donnée par Fiala et Ebel à la notion de circulation, au détriment (ce qui ne signifie pas à l’exclusion) de la notion de production, n’est pas le moindre intérêt de leur travail. En montrant que par-delà la diversité des pratiques langagières, et en dépit de l’hétérogénéité des discours en présence, des formules circulent et s’imposent à tous avec un sens (ou plutôt des sens) qui est déterminé par autrui, ils invalident l’idée que les discours sont clos sur eux-mêmes. A travers les notions de « référent social » et de « circulation », Fiala et Ebel contribuent ainsi à ce que Régine Robin nomme « un des grands déplacements de l’analyse du discours »15 : le déplacement qui commence à s’opérer à la fin des années 1970 et qui a consisté à décompacter les formations discursives, à les penser comme ouvertes, perméables, hétérogènes. Un de ceux par lesquels le grand déplacement s’opère, Jean-Jacques Courtine, a déjà souligné l’importance des propositions de Fiala et Ebel dans ce contexte. Commentant un travail antérieur de Fiala et Ebel16, Jean-Jacques Courtine écrivait que les notions de « circulation », de « formule » et de « référent social » « ont l’intérêt de rappeler que les discours produits à partir de positions idéologiques contradictoires ne constituent nullement des entités séparées, mais restent en contact par la circulation et l’échange de ‘formules’ dont il importe de définir les conditions à partir d’une pluralité hétérogène de conditions de production »17. J’ai essayé de montrer le bien fondé d’un tel décompactage des formations discursives, ce qui contribue à l’ » arrière-plan bakhtinien » de mon travail que tu soulignais fort justement. Par exemple, dans les années 1980, les discours des autorités communistes yougoslaves et des nationalistes serbes d’une part, et les discours des nationalistes albanais d’autre part, qui sont profondément antagonistes dans leur vision politico-idéologique du monde, restent en contact et dialoguent par le moyen de la « proto-formule » (le syntagme adjectival « ethniquement pur », par lequel ils s’accusent mutuellement), qui est en quelque sorte le tiers symbolisant qui catalyse leur désaccord – et qui en rend possible la manifestation discursive. Nous avons là une illustration du fait que les discours sont à la fois l’instrument et le lieu – et non pas seulement l’origine ou la conséquence – des divisions et des rassemblements.

15Si Jean-Jacques Courtine voyait un « avantage » dans les notions proposées par Pierre Fiala et Marianne Ebel, il y voyait aussi un « risque ». Ce risque, Fiala et Ebel l’ont neutralisé depuis. Courtine craignait que le postulat d’homogénéité, évacué avec la notion de circulation, ne revienne à l’insu des auteurs à travers la notion de référent social, susceptible selon Courtine d’induire « une conception hégémonique de la circulation des formules au sein d’un ‘marché de l’échange discursif’ qui se confonde avec le marché de l’échange monétaire et dans lequel les ‘formules’, comme des pièces de monnaie passant de main en main, recevraient la même valeur »18. Mais Pierre Fiala et Marianne Ebel soutiennent une conception contextuelle du sens, et ils y insistent : s’il y a bien un signifiant commun en circulation (côté pile de la « pièce de monnaie » pour reprendre la métaphore de Courtine), le signifié, lui, côté face, est en perpétuelle redéfinition du fait même de sa circulation. Tout le monde n’inscrit pas la même chose sur le côté face de la formule, et c’est bien pour cette raison que celle-ci est un enjeu central dans les débats. Ce qui caractérise la formule comme référent social, ce n’est pas qu’elle fasse l’unanimité (puisque bien au contraire elle ne fait pas consensus), mais c’est qu’elle représente, à un moment donné, un passage obligé. La notion de référent social, expliquent ainsi Ebel et Fiala, « n’en exprime nullement l’homogénéité. Elle exprime le fait que dans un certain état des rapports de forces sociaux, des formules surgissent dans le langage par rapport auxquelles l’ensemble des forces sociales, l’ensemble des locuteurs sont contraints de prendre position, de les définir, de les combattre ou de les approuver, mais en tout état de cause, de les faire circuler d’une manière ou d’une autre. »19

16Ph. Schepens : Les considérants épistémologiques qui t’ont conduite à ta définition de la « formule » se dessinent. On retrouve bien dans le travail de Fiala et Ebel tel que tu le présentes des idées qui sont essentielles pour toi également.

17A. Krieg-Planque : Oui, en ce qui concerne le cadre théorique global, il n’y a pas de doute. De même qu’il est net que mon travail s’alimente aux réflexions politiques, intellectuelles et académiques des années 1975-85 (que j’ai découvertes y compris à travers leur glose rétrospective, puisque je suis née après 1968). En revanche, j’ai voulu donner plus de précision à certaines catégories – comme d’une façon générale j’ai voulu procéder avec beaucoup plus de radicalité dans toutes les directions dès que cela était possible. Par exemple, j’ai procédé à des mesures statistiques des occurrences de la formule, mesures qui n’étaient pas réalisées dans l’étude menée par Fiala et Ebel (bien sûr, ceci est surprenant quand on connaît la finesse érudite avec laquelle Pierre Fiala fait aujourd’hui usage des outils informatisés pour l’analyse des données textuelles). Ou encore, j’ai observé avec intérêt – mais pour ne pas la reprendre – la façon dont Fiala et Ebel s’y prenaient pour mettre en évidence le caractère polémique de la formule « xénophobie ». Ils utilisent la distinction « de re » et « de dicto ». Dans ma recherche, c’est plus largement le caractère problématique (et non pas seulement polémique) qui retient mon attention. Le couple « de re » / « de dicto » disparaît alors au profit de catégories inspirées de celles que Jacqueline Authier-Revuz propose pour mettre au jour les représentations de l’hétérogénéité énonciative.

18Voilà comment Fiala et Ebel avaient procédé. Sur un corpus de lettres de lecteurs, ils extraient les énoncés contenant les mots « xénophobe » ou « xénophobie » (ainsi que certaines expressions considérées comme équivalentes dans ce contexte telles que « raciste » ou « être contre les étrangers »), et les classent en deux séries : la série des énoncés qui peuvent être interprétés comme ayant une valeur « de re », et celle des énoncés qui peuvent être interprétés comme ayant une valeur « de dicto ».

19- De la première série relèvent des énoncés comme « Tous les partisans de l’initiative Schwarzenbach ne sont pas nécessairement des xénophobes » ou « Je les trouve tous charmants [les étrangers] et ne suis pas xénophobe ». La réponse à l’accusation de « xénophobie » se fait alors sur le mode du rejet de la prédication.

20- De la seconde série (« de dicto ») relèvent des énoncés comme « Le mot à la mode pour cataloguer tous ceux qui s’attaquent aux étrangers d’une façon ou d’une autre, virulente ou non, est ‘xénophobe’. Je ne suis pas d’accord avec cette appellation. » ou « Nous n’avons plus le droit d’émettre la moindre critique sans être taxés de racistes et de xénophobes ! ». La réponse à l’accusation de « xénophobie » se fait ici sur le mode d’une contestation du mot lui-même, et singulièrement d’une contestation du sens qui est donné à ce dernier par les « anti-xénophobes ».

21Pour Fiala et Ebel, la notion de formule entretient un lien nécessaire avec l’existence d’énoncés à valeur « de dicto » : avec le développement de la formule, les énoncés à valeur « de dicto » se multiplient, et les acteurs de l’espace public commencent à discuter sur le mot lui-même. On peut faire l’hypothèse et c’est de ce côté-ci que j’ai creusé énergiquement dans mon étude de la formule « purification ethnique »  que l’analyse de ces « discussions » sur le mot lui-même est un moyen privilégié de comprendre pourquoi et comment une séquence verbale accède au rang de formule. Néanmoins, les catégories « de re » / « de dicto » semblaient insuffisantes dans la réalisation d’une telle entreprise de compréhension. Versions médiévales de la transparence et de l’opacité, ces catégories ont l’inconvénient d’être assez rudimentaires du point de vue de l’analyse du discours. Issues de la tradition philosophico-logique, elles sont destinées à décrire les ambiguïtés référentielles et certains paradoxes (« Philippe croit que la capitale du Honduras est au Nicaragua »), et par suite à rendre compte de l’ambiguïté du discours indirect (« Œdipe disait que sa mère était belle »). Mais ces catégories sont loin d’épuiser le rapport de l’énonciateur aux mots qu’il utilise. Or c’est précisément cette relation complexe qu’il s’agit de démêler lorsqu’on tente de saisir la façon dont des locuteurs prennent position relativement aux mots qui sont placés au centre du débat public.

22Reprenons les phrases : « Le mot à la mode pour cataloguer tous ceux qui s’attaquent aux étrangers d’une façon ou d’une autre, virulente ou non, est ‘xénophobe’. Je ne suis pas d’accord avec cette appellation. » S’il est vrai que cet énoncé relève globalement du « de dicto », il mérite d’être analysé plus en détail. Car il représente à la fois une dénonciation du caractère stéréotypique et proliférant du mot « xénophobe » (c’est un mot à la mode, un mot du discours courant, un mot du « comme on dit »), ce par quoi cet énoncé témoigne du caractère circulant de la formule à un moment donné dans l’espace public, et une mise en cause de l’adéquation de ce mot à ce qu’il désigne (c’est un mot qui simplifie la complexité du réel et que pour cette raison on ne saurait accepter), ce par quoi ce commentaire témoigne d’un des divers aspects du caractère problématique de cette formule. Des énoncés relevés par Ebel et Fiala alimenteraient de tels registres. Pour le premier (mot caractérisé comme proliférant, tendant à se constituer en « événement de discours », suivant mes catégories) : « L’adjectif xénophobe, qu’il y a quatre ans on employait avec une certaine prudence, maintenant [en 1974] s’est imposé ». Pour le second (mot caractérisé comme inadéquat au réel) : « Le problème est complexe et qu’on n’emploie donc pas le nom de xénophobe pour ceux qui voient dans l’initiative une tentative de redresser la situation ».

23Prendre en compte de tels énoncés pour en tirer des conclusions sur un certain état de tension du vocabulaire dans le champ politique et social, cela suppose bien entendu que l’on prenne au sérieux ce que disent les locuteurs. Fiala et Ebel le faisaient dans le principe, mais pas avec suffisamment de précision selon mes besoins. Pour affiner les catégories de la description, je me suis appuyée en particulier sur les propositions de Jacqueline Authier-Revuz sur les formes et les champs de représentation de l’hétérogénéité énonciative20. D’autres lectures encore m’ont sauvée de l’envasement auquel ma traversée des discours était promise (car je ne suis absolument pas linguiste de formation) : les travaux de Josette Rey-Debove sur le métalangage et sur l’autonymie, ceux de Catherine Fuchs sur la paraphrase et la reformulation, de Georges Kleiber sur la dénomination et la désignation… Bien sûr, j’ai dû adapter les catégories à mon corpus et à ma perspective, laquelle relève d’une analyse du discours encordée aux autres sciences humaines et sociales plutôt que d’une linguistique de la langue strictement dite. Mais j’ai rencontré chez les linguistes cette belle rigueur maniaque qui rend intrépide. C’est ainsi que j’ai pu – du moins je l’espère – détailler les différents modes sur lesquels des locuteurs « apostrophent » la formule « purification ethnique », que j’ai pu investir par l’analyse le territoire de l’énonciation politique et le terrain de ce que disent réellement, dans une diversité imprévisible, les locuteurs.

24* * *

25Ph. Schepens : Il y a, me semble-t-il, un second élément-clé dans ta recherche, proche de la notion de formule et pourtant différent : c’est celle de lieux discursifs ? Les protagonistes de la guerre qui a déchiré l’ex-Yougoslavie, tout comme les observateurs de cette déchirure, semblent ne pas avoir pu interpréter les événements en dehors de récits, à caractère quasi mythologique (le Mémorandum serbe, La déclaration islamique d’Izetbegovic, …). D’autre part, si le présent de la guerre est présenté à travers le prisme déformant de ce type de récits, l’avenir semble ne pas pouvoir se discuter sans le recours à des formules qui se présentent comme des mots d’ordre, cette fois («  plus jamais ça », «  ne pas ajouter la guerre à la guerre »). Pour les observateurs de la guerre, tu pointes la difficulté que ceux-ci ont à stabiliser des désignants pertinents («  les Musulmans bosniaques », «  les Musulmans de Bosnie », «  les Musulmans de Bosnie-herzégovine », «  les Bosno-serbes », etc.), ou comment le débat se cristallise sur des désignants jugés inadéquats («  belligérants », «  Communauté internationale »). Autrement dit, dans ta méthode, tu sembles amenée à «  colorier » sans cesse les zones de figements discursifs (lieux, mots d’ordre, désignants) comme les conditions phénoménologiques mêmes de la dynamique interdiscursive ? Pourrais-tu reprendre les considérants épistémologiques qui t’ont guidée dans ce que j’appelle – peut-être improprement ? – le travail de «  coloriage » des zones de figement discursif ?

26A. Krieg-Planque : Je ne sais pas si je saurais reprendre à mon compte le mot de « coloriage », mais celui-ci met l’accent sur quelque chose d’important : le repérage de ces lieux est conditionné à une fréquentation assidue du « fond de carte ». Pour les lecteurs de Semen qui n’ont pas lu mon livre, il peut être utile de rappeler ce que j’entends par « lieux discursifs ». Au plan formel, ceux-ci peuvent être des textes (ou plus souvent ce qui en tient lieu, comme le titre du texte par exemple), des unités lexicales simples ou complexes (on est ici dans des catégories lexicologiques « classiques », si l’on peut dire), des associations lexico-syntaxiques (par exemple l’association « ne pas pouvoir dire que ne pas savoir », réalisée dans des formulations telles que « Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas » ou « On ne peut pourtant pas dire, comme il y a cinquante ans : ‘On ne savait pas’ »), ou éventuellement des dates (par exemple le 28 juin – de différentes années – est convoqué comme charnière dans plusieurs narrations de l’histoire yougoslave) ou des chiffres (j’ai été conduite à repérer le chiffre de 200 000, que l’on retrouve en divers points du récit de l’histoire yougoslave). Au plan de leurs fonctions en discours, ces lieux discursifs peuvent faire office de textes-clés, de preuves authentifiantes, d’indices d’historicité, de slogans, de mots d’ordre, de désignants, ou encore de formules. C’est ainsi qu’une formule est envisagée comme une catégorie particulière de lieu discursif. C’est ainsi que l’on peut prendre appui sur la notion de lieu discursif pour faire l’analyse de ce que l’on appelle communément les « petites phrases » (comme celle de Mitterrand, en 1992, que tu évoques – « ajouter la guerre à la guerre ne résoudra rien » – que j’ai étudiée en effet), un chantier de travail passionnant et que m’encouragent à arpenter à la fois la vie politique et les fonctionnements médiatiques.

27Par-delà la variété de leurs formes et de leurs fonctions, ces lieux discursifs m’intéressent pour deux raisons distinctes.

28D’une part, ils témoignent de la façon dont les acteurs s’y prennent pour tenir un discours (sur les guerres yougoslaves ou sur tout autre sujet). Pour organiser leur parole, les commentateurs s’accrochent à des repères matériels (relevant d’une matérialité discursive), à des points d’ancrage qu’ils partagent avec d’autres locuteurs mais qu’ils investissent d’une manière qui leur est propre (et qui fait la spécificité de leur position politico-idéologique ou partisane). Les lieux discursifs sont, de fait, des matérialités auxquelles les commentateurs s’arriment pour assigner des positions, à eux-mêmes et à d’autres, des lieux dans lesquels les locuteurs circulent, imprimant leur marque au passage (sous forme de changement sémantique et/ou référentiel, mais aussi de dérivation, de commutation, d’insertion…), tout en les laissant suffisamment intacts pour que d’autres, à leur tour, puissent les reconnaître et y prendre place. Ce sont donc d’abord les locuteurs eux-mêmes qui effectuent le travail de « coloriage » que tu évoquais. Reste ensuite au chercheur à repérer ce coloriage sur le terrain du corpus, et tout d’abord à estimer que celui-ci l’intéresse.

29Car, d’autre part, les lieux discursifs constituent un choix théorique et de méthode de la part du chercheur. Je veux dire par là que si les lieux discursifs existent, c’est aussi parce que le chercheur choisit de les considérer comme des faits éclairants. Jean-Pierre Faye envisageait de « prendre sur le vif la circulation des signifiants »21 (qu’il opposait ici aux « contenus »). Là aussi je peux en un sens me retrouver dans le projet fayen. Il s’agit de faire le choix d’un mode de saisie des corpus par les matérialités qu’empruntent les commentateurs pour mettre en ordre discursivement leur vision du monde. On cherche à repérer des « grumeaux » qui se forment dans l’univers discursif, puis à appréhender les enjeux dont ceux-ci sont habités contradictoirement. Ce repérage suppose un type de travail du corpus qui est avant tout une activité de fréquentation des énoncés, bref un travail qui est une pratique de lecture.

30Ph. Schepens : A t’entendre, on voit que la notion de « lieux discursifs » est supportée par plusieurs des concepts qui sont centraux dans ta théorie du discours. Pourtant, dans ton livre, le chapitre sur les lieux discursifs est présenté comme un chapitre qui « ne » fait « qu’introduire » à l’étude de la formule « purification ethnique ». Comment concevoir cet ensemble complexe ?

31A. Krieg-Planque : De fait, la recherche sur les lieux discursifs n’est pas dissociable d’autres aspects du travail : d’une part de celui qui concerne les événements et les périodes de la médiatisation des guerres yougoslaves, d’autre part de celui qui porte plus essentiellement sur la formule « purification ethnique » elle-même.

32Dans le livre, la première partie s’appelle « La formule et ses contextes : les discours sur la guerre yougoslave ». On y lit d’abord une analyse des événements et des périodes qui marquent la médiatisation du conflit, considérés comme le substrat événementiel du parcours de la formule. Puis on trouve le chapitre sur les « lieux discursifs », lieux discursifs que j’envisage comme la trame lexico-discursive de la formule. Toute cette première partie est destinée à mettre en condition de lecture pour la seconde partie, qui, elle, est consacrée à l’analyse de la formule « purification ethnique » proprement dite.

33Pour expliquer ce plan peu académique, le plus simple est que je dise comment, très biographiquement (nous en sommes tous là, après tout) les choses se sont passées. Je vais ici prendre le risque de justifier « la science » par la biographie. Ce sera plus clair pour l’exposé, et finalement cette « égo-histoire » sera assez conforme à ce que je crois être la recherche.

34Au départ (on se situe en 1994, quand j’ai commencé ma thèse), je ne m’intéressais qu’à la formulation « purification ethnique » elle-même. Je me situais alors dans la perspective d’une lexicologie socio-politique assez étroite, à ceci près que la fréquentation du séminaire et des travaux de Jacqueline Authier-Revuz me rendait attentive aux guillemets qui encadraient cette expression, et plus largement aux gloses de modalisation autonymique dont si souvent « purification ethnique » était accompagnée. Il s’agissait « simplement », au début, de suivre un signe et les multiples achoppements qu’il ne manquait manifestement pas de produire chez ses utilisateurs. Mais, au fur et à mesure que j’essayais de progresser dans cette voie, j’étais confrontée à la réalité du contexte de discours par lequel la formule « purification ethnique », malgré sa puissance intrinsèque considérable, est pour partie déterminée. C’est ainsi que j’ai été amenée à établir une périodisation des discours médiatiques se rapportant à l’espace yougoslave de 1980 à 1994, incluant y compris des tâches triviales d’analyse de contenu (mesure de la surface rédactionnelle consacrée à la Yougoslavie pendant quinze ans, dans deux hebdomadaires d’information générale ; relevé des « unes » consacrées au sujet ; etc.). De cette nécessaire mise en contexte (mais au sens où le discours est à lui-même son propre contexte, et non pas au sens où l’extra-discursif serait le contexte du discours) sont nés ce qui est aujourd’hui les chapitres de la première partie de l’ouvrage : « Des événements et des périodes : les discours sur la guerre yougoslave » et « Des lieux discursifs : la trame lexico-discursive du parcours de la formule ». J’ai mené ces deux chantiers jusqu’au bout, un peu comme s’il s’agissait de deux petites thèses dans une plus grande thèse. Tous deux s’avèrent très éclairants pour la compréhension de la formule elle-même. Par exemple, l’analyse des discours se rapportant à l’événement « découverte des viols systématiques » (hiver 1992-93), et l’étude de la construction même de cet événement, permet d’observer comment la formule « purification ethnique » se trouve investie de significations nouvelles (le crime de filiation, des conjectures sur la souillure de l’ascendance et de la descendance, des considérations sur l’identité musulmane des Bosniaques, sur la place de l’ » enfant de l’ennemi » dans la communauté…), alors que jusqu’ici la formule était très marquée par l’événement précédent : celui de la « découverte des camps serbes en Bosnie », qui, en août 1992, avait fait initialement surgir la formule « purification ethnique » en même temps qu’il en renvoyait la référence au nazisme et à une logique d’extermination physique.

35C’est notamment grâce à ces « à-côtés » – qui s’avèrent ne pas en être – que ce travail, tout en étant clairement une recherche en analyse du discours, n’est en rien « déréalisant », ou « décontextualisé », ou « nominaliste », ou « logocentré »… tous termes que certains collègues d’autres disciplines jettent parfois à la figure de ceux qui s’intéressent au langage. Ici, la reconnaissance pleine et entière des faits de discours milite pour une reconnaissance du réel historique et humain.

36* * *

37Ph. Schepens : L’épistémologie de ton livre le situe en analyse du discours. Mais par ailleurs tu t’intéresses de près aux médias, ton ouvrage paraît dans une collection « Communication », et tu enseignes actuellement dans un département de communication politique et publique. Comment vois-tu la place de ce travail dans les sciences de l’information et de la communication, ou dans les études sur les médias ?

38A. Krieg-Planque : Sa place en général, je ne saurais dire… Simplement, je remarque que j’ai réussi à ne pas répondre à ce qui est à mes yeux une des grandes questions aporétiques en études des médias : la question de « l’image de » ou de « la représentation de » (l’image de la Chine, du terrorisme, de la Corse, des grévistes de Michelin, du Tour de France cycliste, de Chirac, des biotechnologies…). En sciences de l’information et de la communication, certains étudiants se tournent vers la sémiologie, la sémiotique, les sciences du langage, l’analyse du discours, etc., avec l’idée que des approches de cette nature vont leur permettre de décrire la façon dont les médias « traitent les événements », de montrer en quoi les médias rendent plus ou moins bien compte du réel, voire le « reflètent » ou le « déforment » plus ou moins, sont plus ou moins « neutres » ou « objectifs ». Il faut sortir de ce type de questionnement, qui est si peu ou si mal problématisé, qui manifeste en général une grande indigence théorique, et dont les réponses ne peuvent que décevoir. Pour s’en sortir par le haut, c’est-à-dire pour s’en sortir tout court, il faut prendre le discours lui-même pour objet, et assumer cette position jusqu’au bout. Ce faisant, on n’opère pas un renoncement, ni même un retournement, mais plutôt un contournement habile, ou disons un audacieux mais adroit changement de prise. Car il s’agit de lâcher le réel par sa prise inexistante (son image, qui n’existe nulle part – ou bien qui est à prendre à son tour comme réel de l’image) pour le saisir par une prise consistante (le discours qui le constitue). Si l’on accepte de prendre le discours pour objet, c’est bien le réel que l’on trouve en fin de parcours, puisque les discours sont une matière constitutive du réel.

39Pour ma part, je n’ai en rien répondu à une question qui serait celle de « L’image des guerres yougoslaves dans la presse française » ou de « La représentation de la Yougoslavie dans la presse française de 1980 à 1994 ». Pourtant, en faisant une description minutieuse de ce qui a été dit et écrit sur cet espace géo-politique et sur ces guerres – mais qui est une description volontairement orientée par les objets rencontrés sur le chemin de la lecture –, je dis quelque chose sur la manière dont cet espace et ces guerres sont représentés et mis en récit. J’ai exprimé mes distances à l’égard du projet fayen. Mais je peux une fois encore souligner ce qui m’y attache. Faye entreprend, au moyen du surrécit, un « procès de connaissance », écrivait-il. Je crois pour ma part à la possibilité d’un procès de connaissance qui s’opère par l’établissement et la mise en ordre de faits de discours. Il s’agit là d’une des formes que peut prendre l’analyse du discours.

40L’articulation avec les sciences de l’information et de la communication peut se produire de différentes manières. Par exemple, si je m’en tiens à un des domaines auxquels nous nous intéressons dans mon équipe, le Céditec, il est possible d’imaginer que l’analyse du discours contribue à l’étude des pratiques professionnelles de communication. En effet, on peut proposer de définir la communication comme l’anticipation des pratiques de reprise, de transformation et de reformulation des énoncés et de leurs contenus : élaborer des « éléments de langage », s’astreindre à inclure dans ses propos des termes qui fonctionnent comme marqueurs de formation discursive, prendre la parole à des moments et selon des formats reprenables pour les médias et/ou les interlocuteurs, créer et intégrer des fragments d’énoncés à même d’être aisément détachés sous forme de verbatim ou petites phrases, incorporer à son propre discours ou aux remplissages des formulaires (indicateurs, fiches, maquettes, appels d’offre, contrats…) des éléments du lexique institutionnellement attendus… Avec cette définition, la compréhension du travail des communicants (ou de ceux qui, sans être officiellement investis d’une telle mission, doivent intégrer la fonction communication dans leur activité) passe nécessairement en partie par une analyse discursive.

41* * *

42Ph. Schepens : Dès qu’il s’agit de compter, avec ce que cela suppose de contraintes formelles, tout un pan nouveau du travail vient remodeler ou en tout cas affiner la notion initiale de formule : on s’aperçoit que tu considères qu’une formule est en réalité un ensemble de variantes ; on s’aperçoit que les variations semblent réglées ou du moins contraintes par les dispositions et les contraintes dérivationnelles – c’est-à-dire proprement linguistiques – des bases lexicales, que la notion de fréquence n’est pas en soi suffisante, mais qu’une séquence verbale ne devient formule qu’à condition que sa référence ne soit pas «  mondaine », mais discursive (ainsi la remarque que le mot avalanche ne manifeste pas une formule lorsqu’on le trouve avec une certaine fréquence en tant qu’il est utilisé par des journalistes pour rendre compte d’une effective catastrophe naturelle conjoncturelle).

43Pourrais-tu expliquer de manière générale à quel type de comptage tu t’es livrée, à quelles contraintes tu t’es heurtée, quels écueils épistémologiques il t’a fallu éviter et à quels grands types de résultats tu es parvenue ?

44A. Krieg-Planque : La question du repérage et du comptage des occurrences de la formule est passionnante (elle l’était pour « purification ethnique » ; elle le serait pour d’autres formules), car elle ramène – si on avait voulu l’évacuer – à la question du rôle de l’interprétation dans la construction d’un corpus. Elle montre qu’il faut très tôt introduire de l’interprétation et de l’intelligence humaine dans le traitement des données.

45La formule « purification ethnique », est portée, comme tu le signales, par un ensemble de variantes : « purification ethnique », « nettoyages ethniques », « épuration ethnique », « ethniquement pur », « ethniquement pures », « pureté ethnique », « nettoyeurs ethniques », « impuretés ethniques », « ont épuré ethniquement », « auraient ethniquement purifié »… Je cite là des variantes qui associent un élément du champ dérivationnel des radicaux « pur- », « net- » ou « épur- » et un dérivé de « ethn- ». Mais il faut ajouter celles qui sont constituées d’un seul terme : « purification », « nettoyage », « épuration », bien sûr, mais aussi par exemple « pureté », « nettoyeur » ou « pur » (avec là aussi des accords en genre et en nombre). Je n’ai pas effectué de lemmatisation. Au total, on trouve dans l’ensemble du corpus 136 variantes différentes (et la liste demeure ouverte des variantes nouvelles susceptibles d’apparaître dans d’autres textes et/ou à d’autres périodes, compte tenu notamment des formes fléchies des verbes). Aux variantes que je viens d’évoquer s’ajoutent des défigements de la formule, par lesquels sont créées de nouvelles appellations (« purification idéologique », « nettoyage ethnico-culinaire », « épuration culturelle », « nettoyages claniques »...).

46La liste des formulations à relever est donc vaste. Néanmoins, n’importe quelle occurrence, dans n’importe quel contexte, du verbe « purifier », ou du nom « nettoyage », ou de l’adjectif « pur »… ne peut pas être considérée comme une occurrence de la formule ! On voit poindre ici – et avec quels frissons ! – la question qui s’ouvre à l’analyste qui pourtant voudrait tenir le cap d’un comptage des occurrences de la formule (ce qui me semble nécessaire, dans le cadre d’une étude où l’entrée lexicale demeure centrale). Nous sommes ici face à un des aspects du filtrage des données que tu abordais dans ta question. Des critères strictement formels ne peuvent pas suffire, car une forme donnée, dans certains emplois renvoie à la formule (« Les milices épurent Mostar. »), dans d’autres n’y renvoie pas (« Les filiales du Crédit lyonnais épurent leurs comptes. »). On ne peut pas non plus filtrer les données en fonction de critères thématiques liés au sujet de l’article, car non seulement toute occurrence d’une forme dans le contexte thématique « Yougoslavie » ne renvoie pas raisonnablement à la formule (par exemple « Le plan de partage de la Bosnie serait soumis à un accord de pure forme. » ou « Pour le traitement des eaux usées, la Yougoslavie ne dispose d’aucune station d’épuration d’envergure. »), mais surtout l’étude de la formule implique qu’on en repère les propagations à des cadres non-yougoslaves, et, en conséquence, que l’on retienne des survenues de la formule dans des contextes où celle-ci réfère, par exemple, à la reconquête de l’Irlande par Cromwell en 1649, à la situation des Nouba au Soudan, à des actes racistes commis en France, et à bien d’autres événements les plus variés, car les locuteurs témoignent à ce sujet d’une imagination imprévisible (par exemple il est question de « purification ethnique de la population des sourds » en France, ou encore on voit apparaître l’expression « nettoyage linguistique » à propos de la loi Toubon sur la langue française).

47On en est donc conduit à dire qu’une occurrence de la formule « purification ethnique » est une unité lexicale simple ou complexe qui, attestée dans le contexte d’un énoncé donné, renvoie à la formule selon une interprétation raisonnable de cet énoncé. Cela a une incidence sur l’usage que l’on peut faire de l’informatique. J’y ai été confrontée quand j’ai voulu utiliser le cédérom du Monde (seul journal numérisé à l’époque où je construisais le corpus, mais les choses ont considérablement changé depuis) : avec la définition que je propose d’une formule, je me suis retrouvée avec des milliers d’articles, puisqu’il suffisait qu’un article quelconque comporte au moins une fois n’importe quel terme dérivé de « pur- », « net- » ou « épur- » (mais je ne pouvais pas faire moins, fidèlement à ma conception de la formule et du discours). Ensuite j’ai lu tous ces articles (que j’avais exportés et mis au format texte, en Word), et j’ai retenu ceux dans lesquels il me semblait que le terme repéré par l’ordinateur selon des critères formels renvoyait à la formule selon une interprétation raisonnable de l’énoncé. Le plus efficace, finalement, est encore de tout lire, comme je l’ai fait avec les collections intégrales du Nouvel Observateur ou de L’Express, rubriques mode et décoration comprises. J’ai ainsi pu relever l’ensemble des propagations et des défigements, et attester la circulation de la formule jusque dans des contextes que je n’aurais pas imaginés. Tout cela étant dit, j’ai bien conscience que cette manière de faire, pour intéressante qu’elle soit aux plans intellectuel et scientifique, soulève la question du temps que l’on peut consacrer au travail. J’ajoute (car je ne voudrais pas que mes propos soient perçus comme une accusation, dans un système de la recherche universitaire française qui est déjà bien assez culpabilisant et injuste comme cela) que ce rapport au temps n’est pas seulement une donnée de nature (au sens où de toute façon il n’y a que 24 heures par jour), ni seulement une question individuelle (à chacun ses contraintes personnelles et son énergie productrice), mais aussi une question institutionnelle. L’institution donne de moins en moins de temps à ceux qui la portent, la font vivre, et somme toute sont supposés tenir les promesses qu’elle engage.

48* * *

49Ph. Schepens : Tu viens d’utiliser à plusieurs reprises l’expression « interprétation raisonnable ». Tu l’emploies « comme ça », ou bien c’est une notion ?

50A. Krieg-Planque : Non, je ne l’utilise pas « en passant » : il s’agit bien d’une notion. Mais je n’ai pas eu la place d’en parler dans le livre. J’emploie furtivement la notion d’ » interprétant raisonnable » dans un article – publié par Semen22 – à propos de la question de l’identification d’un segment glosé par un commentaire métadiscursif. Mais, surtout, j’avais été amenée à proposer la notion d’ » interprétant raisonnable » dans la thèse, précisément dans le cadre de la question que je viens d’évoquer : celle de l’identification d’un objet discursif, et précisément ici celle de l’identification de la présence d’une formule à travers des occurrences d’unités lexicales. Une personne qui étudierait la formule « développement durable » serait confrontée à la même interrogation : jusqu’où cette formule est-elle présente dans telle ou telle occurrence de l’adjectif « durable », du verbe « durer », des substantifs « durée », « durabilité », etc. ? C’est une question vertigineuse, pleine d’émotions pour l’esprit, mais qu’il faut poser. Comment ne pas être borné comme un ordinateur, sans pour autant se livrer à une herméneutique libre dont aucun collègue ne peut garantir le sérieux ?

51Dans la mesure où je ne voulais pas renoncer à comptabiliser des occurrences, il fallait être capable de trancher, face à chaque formulation qui se présentait, et décider que la formule était « là » ou « pas là ». J’étais bien consciente (et la lecture – relevant à chaque fois de points de vue divers – de Bakhtine, Michel Pêcheux, Paul Henry, Jean-Jacques Courtine, Jacqueline Authier-Revuz, Jean-Claude Milner, Jean-Jacques Lecercle, et d’autres, m’avaient plus qu’ouvert les yeux à cet égard) que cette décision se prenait dans la singularité de ma mémoire des discours, dans le caractère irreproductible de l’interdiscours dans lequel je vis, comme sujet parlant et interprétant. Nous ne sommes pas naturellement des interprétants raisonnables, mais nous pouvons faire l’effort de le devenir dans le moment du travail intellectuel. L’interprétant raisonnable, c’est celui qui n’est ni entièrement envahi par le déjà-dit de toute parole, étourdi par le dialogisme dans lequel chaque mot est produit, étouffé par la mémoire interdiscursive dont le moindre des discours est dépositaire (cet interprétant-là voit la formule « purification ethnique » lorsqu’il passe devant une teinturerie : « nettoyage à sec »), ni entièrement retenu dans les fers du dictionnaire et de la grammaire aux bords clos qu’il s’est fabriqués lui-même et qui sont pour lui la représentation d’une langue qui se tient correctement (cet interprétant-là ne voit la formule « purification ethnique » que selon la conformité de l’occurrence rencontrée à une liste qu’il a préalablement fermée). A travers cette notion d’ » interprétant raisonnable », et en m’installant pour le temps du travail dans cet entre-deux inconfortable et construit par hypothèse, j’ai essayé de tenir compte au mieux des mécanismes de construction du sens, mécanismes qui font que telle séquence fait écho à la formule « purification ethnique » ici, alors que la même séquence (c’est-à-dire formellement identique) n’en porte pas la couleur ailleurs.

52Un scientifique – je suppose qu’il en va de même dans toutes les sciences humaines et sociales, et tout autant dans les autres sciences – a une sorte de sensibilité anormalement vive à son objet. Il en perçoit des bruissements cachés, des vibrations, de fines stries et de petits gonflements que les autres ne voient pas. Cette réceptivité fait sa force de scientifique. Mais Ferdinand de Saussure, Mallarmé ou Louis Wolfson témoignent que nous devenons très vite fragiles à voir dans la langue des choses que nous ne devrions pas voir (et tu peux inscrire, toi Philippe qui es un connaisseur de la matière psychanalytique, ce que tu veux dans ces « choses que nous ne devrions pas voir »). Je crois qu’en réalité tous ceux qui travaillent sur la langue ou sur le discours sont amenés à faire l’effort de se considérer eux-mêmes comme des interprétants raisonnables, à faire semblant de ne pas voir ce qu’en vérité ils voient. Mais peut-être n’éprouvent-ils pas le besoin, comme je l’ai ressenti, de mettre en place explicitement une notion pour se comporter de cette façon.

53Ph. Schepens : Une fois passée sur ton corpus en « interprétant raisonnable », tu as pu te livrer à des comptages et établir des résultats quantifiés.

54A. Krieg-Planque : Je vais éviter de reprendre ce qui est dans le livre, car on peut s’y reporter et il serait long de présenter même l’essentiel. Je vais plutôt donner quelques éléments qui suggèrent la diversité des conclusions que l’on peut tirer.

55On peut s’intéresser à la formule toutes variantes confondues, et par exemple envisager l’évolution des fréquences dans le temps. On voit alors se dessiner deux périodes très distinctes. De 1980 jusqu’au premier trimestre de 1992, les fréquences sont très faibles et les apparitions très dispersées (par exemple, on trouve au maximum 2 occurrences en un mois de parution du Monde, ou encore, dans L’Express, jusqu’à six années peuvent passer entre une occurrence donnée, en juillet 1985, et la suivante, en septembre 1991). Cette période correspond à l’existence de ce que j’appelle la « proto-formule » (dont on ne sait qu’a posteriori qu’elle préfigure la formule), autrement dit à la genèse de la formule. Du second trimestre 1992 à décembre 1994 (date qui correspond à la clôture arbitraire du corpus), les fréquences sont nettement plus élevées et les apparitions très rapprochées. On s’engage dans le régime formulaire. Entre les deux, il existe une courte phase de mise en circulation, dont l’étude détaillée est captivante mais sur laquelle je n’ai pas l’espace de revenir. L’observation des fréquences en diachronie, toujours toutes variantes confondues, permet également de voir que le rythme de la formule est en partie (en partie seulement, et de surcroît les différences sont notables d’un journal à un autre) liées à l’événementialité médiatique. Août 1992, qui est marqué par la « découverte des camps serbes en Bosnie », est caractéristique à cet égard : on trouve au cours de ce seul mois 121 occurrences de la formule dans Le Monde, 16 dans Le Nouvel Observateur, 8 dans L’Express. Pour le mois de septembre, on descend brutalement dans ces journaux à 22, 6, 1. D’autres pics se manifesteront avec la « découverte des viols systématiques » à l’hiver 1992-93, le « massacre du marché de Sarajevo » en février 1994…

56En second lieu, on peut considérer la formule dans le détail des variantes qui la composent. Cette quantification permet de constater qu’il existe une hiérarchie des variantes, et que celle-ci est partiellement stable d’un journal à l’autre : toutes périodes confondues, « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » sont les trois variantes les plus fréquentes, et toujours dans cet ordre. Ces syntagmes sont les trois variantes prototypiques de la formule, et « purification ethnique » est à envisager comme la plus prototypique des trois (d’où le fait que je parle de « la formule ‘purification ethnique’ »). Au-delà de ces trois expressions, c’est plutôt l’instabilité qui caractérise la hiérarchie des variantes, conférant à ces autres formulations un caractère beaucoup plus contingent dans la narration du conflit yougoslave (« purificateurs ethniques », « nettoyer ethniquement », « épurateurs »…). La prééminence des nominalisations d’action au singulier et accompagnées de l’adjectif « ethnique » est nette. En appréhendant le détail des variantes, on peut aussi mettre au jour une spécificité de la genèse de la formule : on s’aperçoit que la quasi-totalité des occurrences de la formule antérieures au printemps 1992 sont des apparitions du syntagme adjectival « ethniquement pur(e)(s) », alors que par la suite la formule se réalisera à travers au moins 136 variantes différentes. Je n’ai pas la place de m’en expliquer, mais tu te doutes que cette transformation, par laquelle une nominalisation vient prendre la suite d’un syntagme adjectival est remarquable quant aux enjeux que les discours sont à même de supporter.

57J’ai étudié également la date à laquelle l’une ou l’autre des trois variantes prototypiques apparaissait pour la première fois. Cela permet de rendre compte tout à la fois du rapport de la formule à l’événementialité et de la hiérarchie des variantes (de nouveau, mais d’une autre manière). Dans Libération, une variante prototypique de la formule se manifeste pour la toute première fois le 27 mai 1992, et il s’agit de « purification ethnique ». Il s’agit encore de « purification ethnique » dans La Croix (le 28 mai), dans Le Figaro Magazine (le 5 juin), dans Le Figaro (le 9 juin), dans Rivarol (le 12 juin), dans L’Humanité (le 6 juillet), Le Quotidien de Paris (le 13 juillet), France-Soir (le 24 juillet)… Sur les vingt-quatre supports considérés pour ce type de comptage, un seul (Minute, le 12 août) fait de « épuration ethnique » la première des variantes prototypiques utilisées. Par ailleurs, au 20 août 1992, tous les journaux considérés auront employé au moins une des trois variantes : il est clair qu’à cette date la formule est devenue un passage obligé du récit médiatique de la guerre yougoslave (les « camps » avaient fait la Une à partir du 3 août). Là encore je ne fournis que quelques éléments rapides, et je renvoie au livre et/ou à la thèse.

58Je me suis intéressée spécifiquement aux propagations de la formule à des cadres non-yougoslaves, que j’évoquais tout à l’heure. A quels événements ces propagations réfèrent-elles ? Quand se produisent-elles ? De qui sont-elles le fait ? A cet égard, par exemple, il est pertinent de relever que lorsque la formule désigne la répression de l’insurrection vendéenne de 1793-94, les locuteurs concernés sont principalement Philippe de Villiers, Minute, Le Figaro et Le Figaro Magazine. J’ai aussi étudié les défigements, dont je parlais précédemment, lesquels font de la formule une matrice dénominative productive, ce qui est constitutif du phénomène formulaire. Des questions importantes ne manquent pas de surgir. Par exemple, comment ces propagations et ces défigements nous aident-ils à penser la sémantique référentielle propre à la formule « purification ethnique », dont il apparaît qu’elle peut fonctionner à la fois comme nom propre d’événement et comme nouvelle catégorie dénominative ?…

59Ph. Schepens : Des résultats remarquables – et de nombreuses questions théoriques et de méthode pour l’analyse des discours politiques et médiatiques – apparaissent en effet dans l’observation comptée des occurrences de la formule. Mais tu n’as pas quantifié que cela. Tu t’es aussi livrée à une comptabilité des emplois opaques ou opacifiés. Peux-tu en dire quelques mots ?

60A. Krieg-Planque : Oui, c’est ce que j’ai appelé faute de mieux des « registres de problématisation ». Dans cette approche de la formule dans sa dimension métadiscursive, la fréquentation du corpus « au ras du texte » compte plus encore. Certains diraient que cette partie du travail relève entièrement d’une approche « qualitative » (mais je rejette la distinction « qualitatif » / « quantitatif »). Néanmoins, à partir du moment où j’estimais qu’il était possible d’établir des catégories sous l’angle desquelles les énoncés pouvaient être considérés (« la formule comme événement de discours », « la formule confrontée à la pluralité de ses expressions », « la formule et ses enjeux dans la signification », « une formule rapportée à un extérieur discursif », « la formule confrontée à la nomination du réel »…), il devait être possible de compter le nombre d’énoncés concernés par chacune. Quand on a fait l’effort de mettre en place des catégories de description (jamais définitives, bien entendu, jamais satisfaisantes), il est dommage de ne pas aller jusqu’au bout, dommage de ne pas livrer au regard des autres ce que l’on arrive à en faire, d’une manière telle que les autres puissent vérifier (pas tellement pour faire la police, mais pour expérimenter des usages personnels et nouveaux).

61J’ai donc quantifié les résultats, y compris dans ce domaine. Un tableau en fin d’ouvrage (pp. 445-447) en donne le récapitulatif. Cependant il est clair que c’est le repérage de chaque énoncé, et l’analyse détaillée que j’en propose, en prenant bien soin de préserver toute la matérialité de la rencontre (guillemets, italique, locuteur, date, rubrique, genre, titraille et autres éléments du paratexte…), qui font l’intérêt du travail.

62Je vais t’en donner un exemple. A un moment, je m’intéresse aux reformulations paraphrastiques de la formule (il y en a 21 en tout dans le corpus, mais cela n’a pas grande importance), lesquelles peuvent prendre la forme d’une juxtaposition interprétable comme reformulation, d’une relative appositive interprétée comme telle, d’une apposition, ou encore de l’emploi d’un marqueur de reformulation paraphrastique. A l’intérieur de cet ensemble, considérons les énoncés qui, pour délivrer une signification de la formule, ont recours à une autre variante (mais qui peut appartenir à la même catégorie morpho-syntaxique et/ou à la même classe dérivationnelle). En voici un exemple : « La ‘purification ethnique’ – le fait de chasser les populations ‘ennemies’ des territoires conquis pour en faire des régions ‘ethniquement pures’ – est au cœur de la crise des réfugiés. »23 Il se trouve qu’il existe deux énoncés en tout dans le corpus qui, comme dans ce reportage, ont recours à une variante adjectivale de la formule pour former la paraphrase d’une variante nominale. Peu importe qu’il existe deux, trois ou cinq énoncés de ce genre ; cet énoncé mérite d’autres commentaires.

63D’abord, il montre combien l’investissement sémantique et référentiel de « purification ethnique » résiste aux commentateurs de la guerre yougoslave. Ce type de paraphrase, dont la survenue surprendrait moins dans un dictionnaire de langue (dont on sait qu’il s’autorise parfois une certaine circularité – « artisanal : qui est relatif à l’artisan »), est plus inattendu dans le contexte d’un article de presse. Si le couplage de « purification » et de « le fait de chasser » a certainement des vertus didactiques quant à la signification de la formule (la paraphrase, en ce sens, est efficace), cette dernière semble malgré tout ne pas se prêter à une reformulation pleine et entière, et ne pouvoir se définir qu’en passant par une autre forme d’elle-même.

64Ensuite, je note que ce reportage paraît dans l’édition du 29 juillet 1992, à un moment où la formule en est au commencement de sa longue trajectoire. La reformulation paraphrastique signale le caractère néologique (perçu comme tel) de la formule, confirmant des observations déjà anciennes des linguistes sur les indices du sentiment néologique. De fait, 12 des 21 énoncés apparaissent au cours des deux mois qui séparent le 27 juin du 27 août 1992, autrement dit dans la période d’expansion maximale de la formule dans l’univers discursif.

65* * *

66Ph. Schepens : Viennent encore, dans ton ouvrage, des recherches proprement historiques et sociologiques : l’origine de la formule, sa genèse, sa présence en creux dans les discours qui préparent le terrain à son advenue, son destin, sa circulation, c’est-à-dire le nom, le statut des énonciateurs, le circuit matériel de diffusion et de modification de la formule ; ce n’est qu’ensuite que tu t’es penchée sur les mises en scène énonciatives de la formule dans l’argumentation et la contre-argumentation sociale. Cet ensemble est passionnant. Il pose dès lors la question d’analyses du même type : mise à jour des déterminants d’un débat historique, qui conduit symétriquement à dévoiler la structure ou les régularités fortes de la dynamique dialogique que Bakhtine avait programmatiquement décrite. Dans ce cadre, quels éléments penses-tu nécessaires d’explorer maintenant ?

67A. Krieg-Planque : Je ne sais pas si tout le monde serait d’accord pour parler de recherches historiques et sociologiques, puisque je ne suis jamais sortie des textes, que j’ai envisagés comme les objets de mon investigation (et non pas comme des moyens d’accéder à autre chose). En un sens, oui, de mon point de vue, il y a de l’histoire et de la sociologie dans ce travail, et des collègues de ces disciplines l’ont vu ainsi également. Mais ce sont de l’histoire et de la sociologie un peu particulières : celles que l’on peut appréhender dans les discours, en tant que productions situées (tel locuteur, de telle génération, de telle profession, soutenant telles opinions dans telles situations, se mouvant dans tels réseaux de fréquentation et d’inter-dépendance, soumis à telles contraintes, parlant ou écrivant dans une certaine langue…). Il faut documenter les discours, au sens où il faut les informer, les instruire. Alors il existe des « observables en discours », qui sont à la fois un objet de recherche à part entière et un cadre d’analyse. Quand je parle d’ » observables en discours », j’entends par là que les discours peuvent être un lieu d’observation des pratiques qui ont contribué à les produire. Dans la présente étude, s’agissant d’un corpus centré sur des articles de presse écrite, ce sont avant tout des pratiques et des normes de la profession journalistique qui apparaissent comme des « observables en discours » : rapports aux sources d’information et de parole, division du travail dans les rédactions, normes d’écriture… La façon dont le corpus indique comment la formule « purification ethnique »’ est arrivée par colportage aux colonnes de la presse française – par colportage individuel, mais en voyage organisé, comme je l’explique dans mon livre – en est une illustration. Dans Studies in Ethnomethodology, Harold Garfinkel montrait que le dispositif des comptes rendus cliniques informait autant sur l’organisation du système hospitalier que sur l’état du malade : le document renseigne sur le dispositif qui le produit. La notion d’ » observable en discours » participe à une réflexion de cette nature, laquelle peut contribuer à faire le lien entre l’analyse du discours et d’autres disciplines et domaines de recherche.

68Ces « observables en discours » font partie des idées par lesquelles je pourrais poursuivre un travail sur le matériel que j’avais rassemblé pour l’étude de la formule « purification ethnique ». Car, en dépit de la thèse, du livre, et de quelques articles publiés dans leur sillage, je suis loin d’avoir épuisé ce corpus. Par exemple, je n’ai pas pu exploiter de petites investigations que j’avais menées sur la presse étrangère (Espagne, Italie, Vatican, Allemagne, Angleterre et Etats-Unis), et par lesquelles je voulais interroger le caractère spécifique (ou non) de la mémoire interdiscursive : j’avais cherché les précédents et les emplois de la formule « purification ethnique » dans différentes langues, pour aboutir à un questionnement sur l’existence de mémoires interdiscursives transnationales et/ou translinguistiques. Ou encore, je n’ai pas eu l’occasion de partager toute la réflexion que suscite le fait même qu’il existe plusieurs variantes de la formule, et que l’on puisse proposer une hiérarchie de ces variantes. Ainsi, quand je dis que « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » sont les trois variantes prototypiques de la formule (et que « purification ethnique » est la plus prototypique des trois), je me fonde bien entendu sur des critères quantitatifs de fréquence, mais aussi sur une multitude d’autres faits de discours. Par exemple, sur le fait que les traductions d’une langue étrangère vers le français ont tendance à « générer » l’expression « purification ethnique » plus que les deux autres (car j’ai un peu exploré aussi les faits de traduction). L’analyse de la pratique de la réécriture des textes par des institutions telles que l’Onu, ou encore l’observation de dictionnaires de langue et de lexiques permettent d’aboutir à des conclusions du même ordre. Ces faits de discours sont microscopiques, minuscules (au sens où ils se noient dans un vaste corpus qui n’est a priori pas constitué pour les rendre visibles). Mais si par une visite de reconnaissance du corpus continûment réitérée on parvient à les repérer, on voit qu’ils témoignent de pratiques discursives aussi concluantes que les mesures statistiques que l’on peut réaliser complémentairement. Là encore, une personne qui travaillerait sur « mondialisation » et « globalisation », ou bien sur « développement durable », « développement soutenable » et « croissance durable », affronterait des questionnements du même type. Ces analyses peuvent s’intégrer à des recherches plus larges, notamment sur les faits de communication. Si, comme je l’ai proposé tout à l’heure, on envisage la communication comme un ensemble de savoir-faire professionnels relatifs à l’anticipation des pratiques de reprise, de transformation et de reformulation des énoncés et de leurs contenus, l’analyse des formules telle que je l’envisage est partie prenante d’une analyse du discours profondément dépendante des études historiques et sociologiques.

69Ph. Schepens : Les formules que tu évoquais à l’instant sont des formules sur lesquelles tu travailles actuellement ?

70A. Krieg-Planque : Un peu. Mais pas autant qu’elles le méritent. Car le fait est qu’elles appellent des analyses approfondies, à côté des travaux dont elles font déjà l’objet en sociologie politique, en histoire des idées politiques ou en sciences économiques. J’avais commencé une recherche sur la formule bifide « droit d’ingérence (humanitaire) » / « devoir d’ingérence (humanitaire) », que je n’ai pas menée à terme. La formule « développement durable » est saisissante également. Cette expression et ses voisinages amalgament des objets remarquablement divers. Il est passionnant d’en établir le constat, et surtout de faire la récolte méticuleuse à la fois des formulations et des domaines référentiels que les locuteurs parviennent à viser à travers ces termes. Un tel « idéologème » ne peut qu’encourager les contre-discours qui, de fait, ne manquent pas d’être énoncés à travers les discours qui prônent une « décroissance » (« décroissance » tout court, ou « décroissance durable », ou « décroissance soutenable », ou « décroissance équitable »…). Nous disposons ici d’une illustration glorieuse du dialogisme : le discours sur le « développement durable » se représente comme une réaction (mais une réaction en quelque sorte « progressiste » ou du moins « progressante ») à ce qui serait les « excès », les « défauts », les « effets pervers » du modèle socio-économique dominant de la « croissance » ; quant à lui, le discours sur la « décroissance » – dont ceux qui le tiennent ont bien identifié combien du « développement durable » on pouvait (re)passer, via la « croissance durable », à des formes de la « croissance industrielle » et de la « croissance économique » – se donne à voir comme contre-discours. Tous deux, le discours du « développement durable » et le discours de la « décroissance », prétendent très sérieusement sauver le monde, l’homme et la planète. Nous avons là deux vigoureux pôles idéologiques incarnés dans des unités lexicales élaborées dialogiquement. Cette nébuleuse formulaire et la façon dont elle illustre la notion de « contre-discours » sont passionnantes à étudier, avec un recours à des corpus très ouverts et diversifiés.

71* * *

72Ph. Schepens : On s’inscrit là, avec les études sur les « formules » et les « lieux discursifs » comme avec l’analyse des « contre-discours », dans un véritable programme d’analyse de discours. Comment vois-tu les recherches à venir ?

73A. Krieg-Planque : Au-delà de l’exploitation du corpus constitué pour l’étude de la formule « purification ethnique », et au-delà de l’étude des formules en général, je continue de croire aux déploiements de lumière sans limite que les discours peuvent offrir à notre intelligence, pour peu que nous ayons le désir curieux de les observer à notre manière. Et là c’est une question de choix d’objet de recherche : le discours comme objet n’est ni plus légitime ni plus judicieux qu’un autre. L’analyse du discours, telle que je l’envisage (mais il y a bien d’autres façons de voir et de faire, qui ne sont, là encore, ni plus ni moins légitimes ou judicieuses), doit être sérieuse à trois égards au moins :

74• Une connaissance des travaux des linguistes. Un analyste du discours n’a pas les moyens de tout savoir de ce que font les linguistes (les linguistes eux-mêmes ne peuvent pas y parvenir, dans le contexte de la spécialisation des savoirs qui affecte l’ensemble des sciences). De surcroît, le caractère nécessairement technique de la linguistique, et aussi, bien souvent, ses soubassements théoriques subtilement élaborés, représentent un obstacle très réel pour tous ceux qui n’ont pas une formation initiale dans le domaine. Cependant l’analyste du discours ne peut pas se passer d’un aperçu de l’existant, et surtout d’une capacité à s’informer. Les discours sont produits dans une langue : la langue m’apparaît réellement comme ce dont il est impossible de se débarrasser. Dès lors, l’étude des discours passe par une connaissance des catégories de description de la langue. Ce que je viens de dire sur « développement durable » pourrait être dit (bien que sans doute avec des mots un peu différents) par des politistes ou des économistes. Il revient à l’analyste du discours d’apporter à la fois ses cadres théoriques propres et des descriptions précises des énoncés, dans leurs formes matérielles attestées. Lorsque je dis qu’il faut disposer d’un aperçu général de l’existant en linguistique et d’une aptitude à s’informer, il s’agit simplement de savoir quelles voies existent qui peuvent être empruntées, d’être capable de se saisir d’une question quand l’observation la livre à nous. Par exemple, quand se présente à ma lecture cet énoncé : « Car Poutine a déjà eu l’occasion de le dire, et le drame de Beslan ne pourra que le renforcer dans sa conviction, la Russie vit, elle aussi, son 11 septembre. »24, il est salutaire que je sache pouvoir me tourner vers des recherches sur la description définie et le nom propre, sur la sémantique référentielle, sur les sémantiques du prototype, sur l’antonomase…

75• Une attention aux travaux proposés en sciences humaines et sociales : histoire, science politique, sociologie, ethnologie et anthropologie, philosophie… Il s’agit là de connaître les préoccupations de ces disciplines, de manière à être capable d’établir un contact lorsqu’une d’elles nous approche ou quand nous l’approchons. Il s’agit aussi d’inclure les connaissances que ces disciplines dégagent à notre propre élaboration des savoirs. Par exemple, dans l’étude des discours médiatiques sur les guerres yougoslaves, j’ai directement mis à contribution des connaissances provenant de la sociologie du journalisme et plus largement de travaux sur les médias et sur la fabrication de l’information. De même, l’énoncé que je viens de citer, à propos de « 11 septembre » comme nom propre d’événement, ne saurait être analysé sans quelques connaissances relatives aux théories de l’événement dans les approches phénoménologies et en sciences de l’information et de la communication.

76• La constitution de corpus qui soient, à chaque fois, des corpus lus, connus, travaillés, relus, labourés et retournés, dans le temps, le silence, la patience. Pour voir les choses, il faut les regarder plusieurs fois. C’est en ce sens que je parlais tout à l’heure d’un travail sur corpus envisagé comme une pratique de lecture. Il s’agit là d’une manière de faire que j’évoque en conclusion de mon livre, et par laquelle il peut nous arriver d’être suffisamment disponible pour saisir les discours dans l’intériorité de leur cohérence et de leurs contradictions, dans ce qui fait d’eux des systèmes d’explication. A travers cette manière de faire, qui met en avant une forme de recueillement sur les discours, se manifeste une certaine persévérance dans le désir de l’objet, comme à travers l’intérêt pour les catégories de description de la langue proposées par la linguistique se manifestait, de ma part, une certaine permanence de l’objet du désir.

Haut de page

Notes

1 Alice Krieg, Emergence et emplois de la formule « purification ethnique » dans la presse française (1980-1994). Une analyse de discours, thèse de doctorat en sciences du langage soutenue le 9 novembre 2000 à l’Université de Paris 13 - Paris-Nord, 3 vol., 840 p.
2 Jean-Pierre Faye, Théorie du récit. Introduction aux « langages totalitaires », Paris, Hermann, coll. Savoir, 1972, 140 p. ; p. 11.
3 Jean-Pierre Faye, La critique du langage et son économie, Auvers-sur-Oise, Editions Galilée, série Langue, 1973, 187 p. ; p. 38.
4 Ibid. ; p. 27.
5 Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires. Critique de la raison / l’économie / narrative, Paris, Hermann, 1972, 771 p.
6 Jean-Pierre Faye, Le siècle des idéologies, Paris, Armand Colin, coll. Références, 1996, 195 p.
7 Jean-Pierre Faye, Le langage meurtrier, Paris, Hermann, coll. Savoir : Cultures, 1996, 290 p.
8 Pour des précisions, voir Alice Krieg-Planque, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire… ; p. 309-325.
9 Pierre Fiala et Marianne Ebel, Langages xénophobes et consensus national en Suisse (1960-1980) : discours institutionnels et langage quotidien ; la médiatisation des conflits, Université de Neuchâtel, Faculté des lettres, 1983, 432 p. + 22 p. ; p. 14.
10 Ibid. ; p. 206.
11 Ibid. ; p. 174.
12 Ibid. ; p. 173.
13 Ibid. ; p. 177.
14 Ibid. ; p. 176.
15 Régine Robin, « L’analyse du discours entre la linguistique et les sciences humaines : l’éternel malentendu », Langages, Paris, Larousse, n°81, mars 1986, pp. 121-128 ; p. 126.
16 Pierre Fiala et Marianne Ebel, « Recherches sur les discours xénophobes », Travaux du Centre de recherches sémiologiques, Neuchâtel, n°27-28, 1977.
17 Jean-Jacques Courtine, « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours, à propos du discours communiste adressé aux chrétiens », Langages, Paris, Larousse, n°62, juin 1981, pp. 9-128 ; p. 32.
18 Idem.
19 Pierre Fiala et Marianne Ebel, Langages xénophobes et consensus national… ; p. 174.
20 Voir principalement Jacqueline Authier-Revuz, Les Non-coïncidences du dire et leur représentation méta-énonciative. Etude linguistique et discursive de la modalisation autonymique, thèse de doctorat d’Etat, linguistique, Université de Paris 8 - Saint-Denis, 1992, 2 tomes, 597 p. + 842 p. Voir aussi le livre qui est une version abrégée de la thèse : Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, coll. Sciences du langage, 1995, 2 tomes, 869 p.
21 Jean-Pierre Faye, Théorie du récit… ; p. 41.
22 Alice Krieg-Planque, « Souligner l’euphémisme : opération savante ou acte d’engagement ? Analyse du ‘jugement d’euphémisation’ dans le discours politique », dans Semen n°17, janvier 2004, pp. 59-79 ; p. 64. Numéro sur « Argumentation et prise de position : pratiques discursives », coordonné par de Ruth Amossy et Roselyne Koren.
23 Véronique Soulé, « Dix mille personnes déplacées par jour », Libération, 29 juillet 1992, p. 4.
24 Christian Troubé, « La poudrière du Caucase », hebdomadaire La Vie, 9 septembre 2004, pp. 36-37.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Krieg-Planque, « « Formules » et « lieux discursifs » : propositions pour l’analyse du discours politique », Semen [En ligne], 21 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/1938

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page