Navigation – Plan du site

La reformulation créative dans Le palace de Claude Simon : détournement de la reformulation et déroute de la nomination

Stéphane Bikialo

Texte intégral

1L'écriture de Claude Simon repose en grande partie sur « l'altération »1, à savoir sur l'ensemble des modalités du « dire/faire autrement un discours ». On relève dans son oeuvre aussi bien des pratiques de « transcodage », avec Femmes, où le texte est en relation intercodique avec des peintures de Joan Miro2, que « d'hétéro-reformulation »3 ou « d'auto-reformulation ».

2Au sein de l'auto-reformulation, il convient de distinguer la « réécriture », qui relève de la mise en relation de deux variantes d'un même texte ou de la reprise d'un segment, d'un thème, d'un schème narratif à différents moments du texte4, de ce que j'ai choisi de nommer « reformulation », et qui ressortit des formes de « couplage », manifestant une « non-coïncidence » du dire, analysées par J. Authier-Revuz.

3L'exposé qui suit concerne donc un type de reformulation spécifique, limité, et envisage la reformulation dans la perspective de J. Authier-Revuz, comme une modalité méta-énonciative, une forme de dédoublement auto-initiée et immédiate (vs différée). Qu'il s'agisse ou non de modalisation autonymique, ces formes altèrent la transparence du discours, sont le signe d'une hétérogénéité, de non-coïncidence5. L'objectif est de faire jouer cette problématique, et les marqueurs qui la représentent, dans un roman de Cl. Simon, Le Palace (1962). Le « fait de style » (Adam, 1997) en question mérite l'attention en ce qu'il sature les romans de Cl. Simon, et Le Palace en particulier. A ce titre, il est à envisager non comme un procédé, mais comme témoignant d'une pratique scripturale essentielle à l'émergence, à la création de la littérarité, du style de Cl. Simon. Ce fait de texture se doit d'être appréhendé dans sa relation à un faisceau d'indices appréhendables aux différents niveaux de l'oeuvre. Il devrait permettre à la fois d'approcher le style de Claude Simon, et de montrer la valeur opératoire de la notion de reformulation dans un texte littéraire.

4Le Palace révèle une proportion importante de marqueurs de reformulation. Ils peuvent être répartis sur un continuum (Adam, 1990) tenant compte de leur degré d'explicitation et de spécialisation dans l'opération de reformulation. Ainsi les relateurs comme « ou plutôt », « c'est-à-dire », « non pas...mais » marquent explicitement et univoquement une reformulation, tandis que la ponctuation (parenthèses, tirets doubles, virgules) sont plus implicites et non univoques, le « ou » étant une forme intermédiaire, explicite mais non univoque.

1. Le refus de la nomination univoque

5Au regard des formes analysées par J. Authier-Revuz, Le Palace6 privilégie les moins explicites7, mais restant marquées par une locution ou une marque de ponctuation. Les cas d'apposition ne seront pas traitées ici même si certaines participent de la problématique reformulative envisagée dans cette étude.

6L'attribution d'une nomination univoque, permise habituellement par la reformulation, est même pointée sur le mode du refus parodique lors d'échanges entre « l'homme-fusil » et « l'étudiant » :

[...] il y avait seulement, raconta-t-il, au milieu de la vitrine, un de ces fruits à écailles et emplumés, « Un ananas », dit l'étudiant. Il le regarda : « quoi ?, Un ananas : quelque chose comme une pomme de pin avec un petit palmier qui sort par le haut., Oui, quelque chose comme ça », au milieu de quelques autres [...] (48).

7Le commentaire réflexif en incise, introduit par les parenthèses, provient d'un tiers (« l'étudiant ») qui cherche à établir la coïncidence entre les mots et les choses, le UN de la nomination. Deux énonciateurs sont opposés, l'un posé comme défaillant, et l'autre comme apte à poser une nomination adéquate. Nous sommes donc dans une situation de non-coïncidence interlocutive. L'étudiant refuse la nomination sans écart, recherche la coïncidence par une annulation emphatique, et un peu ridicule, liée manifestement à une sorte de statut topique estudiantin, de la distance entre mots et choses, cherchant à s'accorder avec la norme des lois du dire, par une reformulation à valeur déontique. Mais le travail de construction du référent tenté par l'étudiant, essayant de motiver la nomination par la description de propriétés du référent, est refusé. On a là un indice, confirmé par la suite, de la vanité d'une nomination univoque. Le discours met en scène ce refus de l'évidence nominative, se démarquant avec ostentation des discours théoriques. La suspension de la transparence, qui met en avant le signe à la fois comme signifiant et signifié, provoquée par la modalisation autonymique, est ici exhibée.

8De fait la reformulation simonienne relève d'une « nomination partagée entre coïncidence et non-coïncidence » (Authier-Revuz, 1995 : 598). L'énoncé de reformulation (ER) ne se substitue pas à l'énoncé-source (ES) mais s'y ajoute, créant ainsi une nomination complexe, multiple, cumulative, en deux ou plusieurs temps.

2. Reformulation et sujet de l'énonciation

9La reformulation, en tant qu'elle relève de « l'auto-représentation du dire en train de se faire », de « l'énonciation hic et nunc » (ibid : 18-19) engage de façon cruciale le sujet de l'énonciation, dans son rapport à la fois à la réalité et aux mots, donc à lui-même.

10La narration du Palace semble prise en charge par « l'étudiant ». La modalité autonymique de dédoublement énonciatif, qui caractérise son discours, présente l'intérêt de mettre en cause l'unité même du personnage. Le non-un du discours se fait mimétique du non-un du personnage. Ce dédoublement du personnage est d'abord celui des deux moments de son existence envisagés dans le roman :

[É] et lui, l'étudiant, ou celui qui avait été l'étudiant, croyait toujours le voir […] (122).

11Cette reformulation périphrastique, qui reparaît à plusieurs reprises (123, 156) créant au sein du roman une sorte de « reformulation filée », oppose deux temporalités, l'étudiant de 1936 revenant à Barcelone8 quinze ans plus tard. La glose méta-énonciative en « ou » semble apporter une rectification permettant de situer plus précisément l'origine énonciative (1951 et non 1936) ce que tendrait à confirmer l'imparfait « croyait » renvoyant le procès dans le passé, et contrastant dans le cotexte avec le plus-que-parfait à valeur d'accompli. Mais la reformulation, en ce qu'elle s'opère à travers une conjonction de coordination et maintient une alternative non résolue, établit également un rapprochement entre les deux périodes de la vie du personnage. La mise en jeu des différences ramène au Même. L'ensemble du roman présente de fait une « révolution » du personnage, au sens où l'entend l'épigraphe citant le Dictionnaire Larousse : « Révolution : Mouvement d'un mobile (d'un personnage en l'occurrence) qui, parcourant une courbe fermée, repasse successivement par les mêmes points ». L'(ex)étudiant, par son retour sur les lieux de 1936 et par l'anamnèse, convoque en effet ce passé jusqu'à se fondre en lui, ce que signifie la reformulation.

12La nomination du personnage s'avère problématique, nécessitant souvent une nomination multiple :

Puis il se vit, c'est-à-dire des années plus tard, et lui, ce résidu de lui-même, ou plutôt cette trace, cette salissure (cet excrément en quelque sorte) laissée derrière soi […] (20).

13La nomination est particulièrement complexe, approchée progressivement à travers des ER de formes variées : locutions (« c'est-à-dire », « ou plutôt ») et appositions (virgules et parenthèses). Au cours de ce processus de nomination se lit une dégradation du personnage. Les termes sont de plus en plus marqués axiologiquement, gradation inaugurée par le « ou plutôt » et sa valeur de renchérissement. L'intérêt de cet exemple est qu'il témoigne non seulement du caractère inclusif de la reformulation chez Cl.Simon, qui n'exclut pas un terme en lui en substituant un autre, mais aussi de son caractère de nécessité. Chaque nouvelle nomination a besoin de la précédente pour se dire afin de rendre compte de ce processus de décomposition qui passe par une concrétude de plus en plus affirmée : le pronom sujet (« il ») devient un pronom objet (« lui ») reformulé par « ce résidu ». Ce terme reçoit dans un premier temps une interprétation métaphorique, motivée par le décalage temporel noté par le « c'est-à-dire ». Par un jeu subtil sur le sens propre et figuré, la nomination glisse du métaphorique au physiologique9. Le personnage ne va plus de soi, la nomination ne peut être approchée que par approximations successives, fragments :

14Aussi le corps conquiert-il une autonomie,

[É] semblant fonctionner séparément et comme pour son propre compte, comme dans cette fable qui raconte l'aventure d'un homme dont l'intestin, les poumons, le coeur, les bras et les jambes se mettent soudain, dans une sorte d'insurrection anarchique, à faire chacun ce que bon leur semble […] (201) :

[…] debout donc (c'est-à-dire cette partie de lui-même qu'était son corps) devant une de ces autres parties de lui-même […] (216)10.

15Les autres personnages n'ont d'existence qu'en ce qu'ils sont des « parties » de l'étudiant, et des reformulations similaires attribuées à des personnages différents concourent à les rapprocher11. La reformulation, par le jeu du Même et de l'Autre, se fait donc mimétique de cette dissolution des personnages. Elle manifeste cette impossibilité de nommer univoquement un référent non univoque. La reformulation est une force dissolvante et non désambiguïsante. On est là aux antipodes de la vertu monosémique de la reformulation des discours scientifiques.

3. Reformulation et révolution

16La reformulation s'inscrit dans la dialectique du Même et de l'Autre, dans la mesure où elle introduit à la fois une différence, d'ordre sémantico-référentiel, énonciatif, ou pragmatique, et une équivalence. Elle pose en cela le problème de la cohésion textuelle, reposant sur l'équilibre entre répétition et progression. Le Palace thématise ce jeu entre répétition et variation. L'écriture simonienne se caractérise par un « brouillage » des repères énonciatifs fondamentaux12, si bien qu'il est souvent difficile, voire impossible, de s'appuyer sur une instance d'énonciation stable. C'est souvent la reformulation qui permet a posteriori une situation spatio-temporelle. Le Palace s'ouvre sur la description d'une chambre d'hôtel, au présent de l'indicatif, temps de la non-valeur. Un ER pose une distinction entre deux temporalités :

table provenant donc (déménagée) selon toute apparence d'un couvent, d'une école ou d'un asile, ce qui, dans un pays où les ordres religieux détiennent, ou plutôt détenaient encore quelques semaines auparavant, le monopole de l'instruction et de la récupération des épaves, ne faisait sans doute qu'un (13).

17Le « ou plutôt » établit un ajustement référentiel. Il se présente, grâce au gradient « plutôt » comme une rectification qui permet de situer le moment de l'énonciation, en l'occurrence la période révolutionnaire proprement dite lorsque les insurgés espagnols ont investi certains lieux, ici le palace éponyme, détenus avant par les classes aisées. La reprise polyptotique du verbe « détenir » renforce la perception de la différence temporelle selon le principe des « variantes » dégagé par J. Ricardou13. La reformulation semble donc au premier abord permettre une précision de la situation d'énonciation et opposer de manière radicale deux périodes de l'Histoire. La mainmise cléricale est renvoyée dans un passé révolu. La rapidité de cette évolution, mise en relief par le circonstanciel de temps « quelques semaines auparavant », est formulé un peu avant :

La pièce (...) entièrement vidée donc (et même plus que vidée : curetée, raclée) sans doute en vertu de cette loi qui veut que toute entité humaine constituée en troupe armée s'assigne pour tâche première le déménagement systématique des maisons conquises (11).

18La reformulation renchérissante souligne le caractère drastique du changement. La reformulation manifesterait donc une vertu explicitante. Toutefois quelques pages plus loin le personnage nommé « le maître d'école », à la tête du groupe de révolutionnaires, est présenté comme se tenant

derrière la petite table sur sa chaise (ou plutôt sa cathèdre) d'évêque allemand de la Réforme  (16)

19et dégageant

quelque chose d'à la fois épiscopal,peut-être à cause de la chaise ( la cathèdre) douloureux et redoutable (38).

20La religion écartée reparaît instantanément par l'évocation de la cathèdre, évoquant la chaire. La rectification de la page 13 est donc remise en question. On peut même la réinterpréter comme une manière de signifier que ce changement annoncé, revendiqué, « le type en uniforme de policier » répondant avec colère au cynisme de « l'américain », qui affirme que « ORINA-ESPUTOS-SANGRE » ferait une bonne devise pour l'Espagne : « c'était avant » (149), n'est pas effectif, et ne peut se formuler que dans un second temps, de manière incidente. La portée de ces énoncés reformulatifs est primordiale pour saisir la vision de la guerre civile espagnole donnée par Le Palace14. Celle-ci a de fait souvent été décrite comme une guerre de religion opposant « l'Espagne rouge » et « l'Espagne noire ».

21Les révolutionnaires perpétuent ce qu'ils veulent annuler. Ils cherchent à abolir les hiérarchies militaires et les statuts politiques. Mais sous le refus du grade, du nom, la reformulation désigne la permanence des démarches :

[…] les deux plus hauts gradés, c'est-à-dire ceux dont les fonctions, puisqu'ils refusaient d'avoir un grade, devaient correspondre à celles de sergent et de caporal) assis dans deux fauteuils d'osier […] (136).

22Par le « c'est-à-dire », la première formulation est marquée rétroactivement comme « une manière de dire, un détour d'expression » (Murat, Cartier-Bresson, 1987 : 8) par rapport à la formulation habituelle. M.Murat et B.Cartier Bresson ont bien montré que la rectification en « c'est-à-dire » présuppose une norme d'expression commune aux interlocuteurs. Les grades habituels et les attitudes, postures confortables des supérieurs, sont donc maintenus comme point de référence derrière la négation de cet héritage de l'ancien régime. Le refus de cette norme d'expression commune est noté comme émanant d'un groupe à la fois minoritaire et éphémère. Seule la manière de nommer est en cause, le statut, le référent est intact. L'énonciateur souligne ce décalage à plusieurs reprises dans une sorte de zèle révolutionnaire que la reformulation démystifie :

[…] le caporal (c'est-à-dire celui qui faisait fonction de caporal) à demi couché sur les marches du perron (...). Puis le sergent : c'est-à-dire celui qui faisait fonction de sergent, puisqu'aucun ne portait de galons […] (192).

23L'énonciateur semble tenter de se servir de la valeur explicitante de la reformulation pour conférer un ordre, une rigueur à la démarche révolutionnaire. Mais l'on décèle derrière ce zèle reformulateur une certaine ironie, soulignant le manque d'organisation15. « La révolution qui, par principe, a pour ambition de substituer une ère nouvelle aux périodes passées, ne parvient à imposer qu'une image caricaturale d'elle-même »[M.Bertrand, 1987 : 46).

24En dissimulant le Même dans l'Autre, en opacifiant la référence par la mise en avant de l'énonciation, de la textualité, la reformulation donne à voir l'échec de la révolution. La réflexivité de l'énonciation, son caractère circulaire s'accorde avec la structure en boucle du roman16, le statisme de la diégèse, des personnages, et de l'Histoire.

4. Reformulation et dynamique du sens

25J. Authier a parfaitement démontré (1995 : 507-520) la non-coïncidence, le non-un constitutif, irréductible du rapport des mots et des choses, de la langue et du monde. Tout acte énonciatif pose le problème de la nomination, de l'association d'un signe et d'une chose extra-linguistique ou d'un être. Cet écart est d'autant plus sensible que la réalité, ici la révolution espagnole, filtrée de surcroît par le travail du souvenir, est problématique.

26Les formes méta-énonciatives de représentation par un énonciateur de son propre acte de nomination, en tant qu'elles suspendent son évidence, l'opacifient, font jouer cet écart, en particulier dans un texte littéraire.

27Le Palace, et l'écriture de Claude Simon en général, loin de s'efforcer de réduire ou de dissimuler cet écart le mettent en scène, le rappellent constamment. Aussi la reformulation subit-elle une utilisation paradoxale, détournée au regard de sa fonction habituelle, désambiguïsante, explicitante, dans les textes ou discours scientifiques.

28Cette fonction explicitante est à de rares moments présente, apparaissant comme une sorte de palliatif à un désordre généralisé, désordre procédant du contexte révolutionnaire, du souvenir, ou de la perception sensorielle. Aussi une affiche est-elle décrite avec

les lettres rouges et vertes brusquement masquées, remplacées sur une bande jaune glissant horizontalement en sens inverse, c'est-à-dire de gauche à droite  (123)17.

29Le « c'est-à-dire » remplit pleinement sa fonction de « reprise interprétative » (Murat, Cartier-Bresson, 1987). Il contribue à l'édification de l'illusion référentielle, permettant au lecteur de se représenter la scène, mais ce souci de clarté ne peut manquer de surprendre dans un contexte privilégiant les brouillages référentiels. C'est pourquoi ces formes semblent surtout être interprétables dans une perspective pragmatico-énonciative, manifestant la présence d'un énonciateur qui s'exhibe, met à distance cette précision référentielle. Le roman simonien se présente selon le mot de M. Deguy (1962 : 1010-1011) comme le « document de sa propre méthodologie, de son propre art poétique ». La vertu pédagogique de la reformulation est bien présente, mais réoriente l'attention du lecteur vers l'écriture, l'énonciation, sous couvert de précision référentielle, ou plutôt tout en mettant en avant la référence.

30Mais la reformulation connaît aussi et surtout une utilisation totalement détournée. Par le dédoublement nominatif dont elle est l'instrument, elle exhibe l'impossibilité d'une nomination univoque et la nécessité d'une approche par approximations successives du référent :

[…] ses facultés d'attention maintenant tout entières accaparées par un autre bruit, une voix, ou plutôt pas exactement une voix, c'est-à-dire pas les sons familiers que l'oreille est habituée à entendre sortir d'une gorge, moulés sur des mots, sur un langage articulé, anonyme et préfabriqué, mais la voix (ou si l'on préfère le langage) à l'état brut, primitif : une plainte, un gémissement […] (172).

31Cet extrait est saturé d'ER, saturation permettant non pas de cerner avec une précision accrue le référent mais au contraire d'en rendre la complexité. La reformulation présente cet écart entre le référent et le langage, ce manque du langage qui ne peut accéder au référent que par des nominations multiples, indirectes. On est bien là dans une « nomination partagée » (Authier-Revuz, 1995 : 598) relevant de « l'entre-deux ». Le référent ne peut se construire, de manière toujours imparfaite, que par la somme des nominations. Le son perçu par l'étudiant est entre le bruit, la voix, le langage à l'état brut, la plainte… La nomination ne s'effectue plus sur un mode univoque d'attribution d'un nom à un référent mais sur le mode de la description. Il n'y a donc pas « dénomination », définie par G. Kleiber (1984, 83) comme un « processus de condensation », mais « expansion, caractéristique de la définition (ou signification) ». La signification attribuée sur le mode descriptif s'oppose à un sens dénominatif de convention.

32La reformulation ne sert donc plus à la précision référentielle mais exhibe le non-un du langage et du référent, et se fait mimétique d'un trouble, à travers l'interposition du langage dans la chaîne référentielle :

[…] cette énorme suite, ou plutôt masse, ou plutôt magma, ou plutôt maelström de sensations, de visions, de bruits, de sentiments (…) (98).

33C'est ici la confusion sensorielle du personnage qui est rendue par l'entassement de reformulations. Cet exemple met en avant la proximité sémantique et surtout phonique des énoncés reformulés. Le « ou plutôt » en association avec des termes liés par paronomase confère à la reformulation une valeur rythmique qui scande le texte par la réitération de sons proches.

34La reformulation devient ainsi créative, poétique. Elle est un lieu d'expansion, de relance du texte, favorisant les énoncés descriptifs et métaphoriques :

[…] avec le même regard vide ou plutôt vidé […] (137).

35La substitution d'un phonème à un autre fait image. Dans cet exemple est sensible la solidarité de l'ES et de l'ER. La reformulation seule permet, par la mise en avant du langage, de passer d'un lexème à un autre. Ces formes de couplage ont en effet la particularité de proposer une caractérisation non pas positive mais différentielle, posée comme manière de dire. Le marqueur de reformulation apparaît ainsi comme une sorte de suture nécessaire à la prolifération métaphorique ou descriptive du texte. Ceci est sensible dès la seconde page du Palace :

Et ceci : la pièce lambrissée ou plutôt aux murs décorés de baguettes à moulures dessinant des panneaux couvert de cette peinture gris Trianon qui semble être comme la livrée, le cosmopolite badigeon standard fabriqué en série, en même temps que […] (10).

36L'expansion descriptive amorcée par le « ou plutôt » s'étend sur une page, et l'on pourrait multiplier les exemples de relances textuelles ainsi favorisées, impulsées par la reformulation.

37C'est un mode de progression textuelle particulier et paradoxal que la reformulation met en jeu. Celle-ci se caractérise en effet par un double mouvement de retour en arrière et de renchérissement, de continuité, par les conjonctions de coordination qui souvent la composent, et de rupture, par le décrochage méta-énonciatif dont elles sont le signe.

Conclusion

38L'étude de la reformulation dans un texte littéraire nous a permis de constater l'écart entre une utilisation scientifique de la reformulation, désambiguïsante en général, et poétique qui, tout en orientant le travail interprétatif du lecteur, oeuvre à la remise en question de la transparence à la fois des mots et des choses18. Dans Le Palace, la reformulation prend en effet une valeur poétique en ce qu'elle contribue à la littérarité19, au style de l'oeuvre, mais aussi en ce qu'elle met l'accent sur le langage pour son propre compte selon la formule de Jakobson.

39Ce redoublement créateur est en effet, chez Claude Simon, exhibé. La reformulation, en ce qu'elle relève de la modalisation autonymique, se caractérise donc par une articulation constante entre une dimension sémantico-référentielle et une dimension réflexive. Prodiguée dans les romans de Cl. Simon, elle conduit à définir cette écriture, ainsi que l'a fait C. Rannoux, comme oscillant de manière permanente entre mimésis et textualité20.

40La mise en avant de la textualité s'effectue donc au sein même de l'acte de nomination d'une réalité trouble, incertaine. La nomination multiple met avant tout l'accent sur le processus de nomination même, la dynamique du sens, l'écriture en train de se faire.

41Selon Claude Simon lui-même, « on n'écrit jamais quelque chose qui se serait passé (ou pensé) avant que l'on se mette à écrire, mais ce qui se passe (se pense) au présent de l'écriture »21.

Haut de page

Bibliographie

ADAM J.-M., REVAZ F. [1989] « Aspects de la structuration du texte descriptif : les marqueurs d'énumération et de reformulation », Langue Française n° 81.

ADAM J.-M. [1990] Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga.

ADAM J.-M. [1994] « Style et fait de style : un exemple rimbaldien », in Qu'est-ce que le style ?, Paris, PUF.

AUTHIER-REVUZ J. [1987] « L'Auto-représentation opacifiante du dire dans certaines formes de couplage », DRLAV n° 36-37.

AUTHIER-REVUZ J. [1995] Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

BOSREDON B. [1987] « Si dire c'est faire, reprendre c'est faire quoi ? », in Langue Française n° 73.

BERTRAND M. [1987] Langue romanesque et parole scripturale. Essai sur Claude Simon, Paris, PUF.

CHAROLLES M., COLTIER D. [1986] « Le Contrôle de la compréhension dans une activité rédactionnelle : Éléments pour l'analyse des reformulations paraphrastiques », Pratiques n° 49.

DÄLLENBACH L. [1976] « Intertexte et autotexte », Poétique n° 27, Paris, Seuil.

DÄLLENBACH L. [1988] Claude Simon, Paris, Seuil.

DEGUY M. [1962] « Claude Simon et la représentation », Critique n° 187, Paris, Minuit.

KLEIBER G. [1984] « Dénominations et relations dénominatives », Langages n° 76.

MURAT M. et CARTIER-BRESSON B. [1987] « C'est-à-dire ou la reprise interprétative », Langue Française n° 73, Larousse.

PEYTARD J. [1992] Syntagmes 4. De l'évaluation et de l'altération du discours, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles Lettres.

RANNOUX C. [1997] L'écriture du labyrinthe. Claude Simon, « La Route des Flandres », Orléans, Paradigme.

RICARDOU J. [1971] Pour une théorie du nouveau roman, Paris, Seuil.

RICARDOU J. [1973] Le Nouveau roman, Paris, Seuil.

SIMON C. [1972] « La Fiction mot à mot », in Nouveau roman : hier, aujourd'hui, t. 2. Pratiques, UGE, 10/18.

SYKES S. [1979] Les Romans de Claude Simon, Paris, Minuit.

Haut de page

Notes

1 J. Peytard [1992].
2 Texte repris isolément dans La Chevelure de Bérénice [1984]. Des relations de transcodage sont également à l'oeuvre dans Orion aveugle [1970] pour le pictural, et Tryptique [1973] pour le cinéma.
3 « L'hétéro-reformulation », ou « intertextualité générale » [J. Ricardou, 1971] qui relie deux textes d'auteurs différents, est visible dans le rapport du Palace avec Homage to Catalonia de G. Orwell [1938] mais aussi dans celui du Jardin des Plantes avec M. Proust, ou d'Histoire avec Les Dix jours qui ébranlèrent le monde de John Reed.
4 Pratique fréquente chez Cl. Simon : pour s'en tenir au Palace, la « révolution » espagnole est évoquée dans La Corde raide, Le Sacre du Printemps, Histoire, Les Géorgiques et L'Acacia. L'autotextualité est présente dans la reprise p. 204 des p. 9-10. Pour une analyse précise et pertinente des ces relations, cf. M. Bertrand [1987].
5 J. Authier-Revuz distingue quatre formes de non-coïncidence : a] la non-coïcidence interlocutive, entre deux interlocuteurs, b] la non-coïncidence du discours à lui-même, traversé par un discours autre, c] la non-coïncidence des mots et des choses, et d] la non-coïncidence des mots à eux-mêmes. C'est le second type qui est le plus représenté dans le corpus analysé.
6 Le Palace est ici un exemple privilégié [pour des raisons multiples allant du goût personnel à sa mise à l'écart, négative par les critiques, ou positive par l'auteur, qui déclarait dans un entretien à L'Evénèment du jeudi : « à part Le Palace, non, je n'ai pas de préféré »] mais l'analyse est applicable à nombre de romans de Cl. Simon. Nous sommes bien en présence d'un trait de style inhérent à l'écriture simonienne.
7 Ceci est un premier indice de la différence entre textes techniques et littéraires, les uns oeuvrant à la « monosémisation », les autres à la « polysémisation » selon J.Peytard [1992].
8 Ces dates et lieux n'apparaissent jamais comme tels dans le roman, ils sont recomposés par la lecture à partir du texte et d'indices biographiques.
9 On pense naturellement aux tableaux de Francis Bacon, pour lequel Cl.Simon n'a cessé de rappeler son admiration, et dans lesquels le corps humain subit une telle distorsion qu'il est réduit à l'état de « trace ».
10 Cf. aussi pp. 181, 182, 211, 221...
11 En dépit de la fréquence de ces formes, elles n'en constituent pas moins à chaque fois un court-circuit énonciatif qui favorise leur rétention par la mémoire discursive. C'est ainsi que par la reformulation s'établit progressivement un lien étroit entre l'étudiant et « l'homme-fusil » [69, 72, 73 / 182 et 75 / 199] qui permet peut-être d'orienter l'interprétation du roman.
12 Cf. en particulier C. Rannoux [1997].
13 J. Ricardou [1973] distingue les « variantes » (« c’est l'Autre qui travaille le Même. La part d'analogie entre les deux ensembles étant majoritaire, ce qui se remarque, en eux, ce sont les différences ») et les « similantes » (« c’est le Même qui travaille l'Autre. La part d'analogie entre les deux ensembles étant minoritaire, ce qui se remarque, en eux, ce sont les ressemblances »)  p.87
14 Même si, selon Cl. Simon dans un entretien publié par L'Express le 05-04-1962, « Le Palace ne mérite que le nom de rêve sur la Révolution espagnole » : « c’est un livre sur « ma » révolution […]. Un romancier ne peut avoir des choses qu'un aperçu subjectif, partiel, et par conséquent faux ». Cl.Simon se démarque ainsi de L'Espoir de Malraux, qui représente pour lui « Tintin faisant la révolution ».
15 On sait en effet qu'une des causes majeures de l'échec de la révolution espagnole résida dans l'absence d'organisation.
16 Le premier chapitre renvoie au cinquième et dernier et le second au quatrième. Cl. Simon a lui-même souligné cette symétrie structurelle [1972] p. 93. Cf. aussi le chapitre consacré au Palace par S. Sykes [1979] « Le Palace ou la ronde de l’écriture ».
17 Cf. aussi Le Palace, pp. 83, 90, 103, 166... La spécification référentielle permise par ces reformulations ne porte pas sur les mots. Il n'y a donc pas ici modalisation autonymique.
18 Le dernier chapitre du Palace s'intitule de manière révélatrice « Bureau des objets perdus ». En plus du refus d'un syntagme figé [le bureau des objets trouvés] ce titre souligne l'échec de la quête entreprise par « l’étudiant ». À la différence de La Recherche de M. Proust, le temps n'est pas retrouvé dans Le Palace et chez Cl.Simon en général.
19 C'est en cela que la reformulation se distingue, tout en reposant sur des problématiques communes, des études de génétique textuelle ou de celles du français parlé sur les modes de production.
20 Une telle position permet d'en finir avec l'opposition entre dimension littérale et dimension référentielle souveraine dans les années 1970.
21 Entretien avec Claude Simon, rapporté par L.Dällenbach [1988] p. 172.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bikialo, « La reformulation créative dans Le palace de Claude Simon : détournement de la reformulation et déroute de la nomination », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 04 mai 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://semen.revues.org/1874

Haut de page

Auteur

Stéphane Bikialo

Université du Maine (Le Mans)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page